Navigation – Plan du site
Hors thème

La personne âgée « fragile »

La construction scientifique d’une catégorie sanitaire et ses enjeux
The “frail” old person: the scientific construction of a health category and its challenges
Alfonsina Faya-Robles

Résumés

Cet article cherche à comprendre la construction scientifique et médicale de la notion de « fragilité » des personnes âgées. Pour ce faire, il s’appuie sur l’analyse d’un corpus de littérature médicale, réalisée entre juillet et août 2016, et de données de terrain d’une enquête exploratoire auprès de professionnels de santé travaillant autour de la fragilité. Tout d’abord, le texte propose une contextualisation sociohistorique afin d’appréhender l’émergence de la catégorie de la « fragilité » dans le domaine de la gériatrie et de la santé publique française. Il s’interroge ensuite sur son inscription dans un processus plus large de médicalisation du vieillissement. Les données révèlent néanmoins des nuances dans l’usage de la catégorie de « fragilité », qui permettent d’identifier deux processus distincts : un premier, que nous pourrions appeler processus de sanitarisation, et un second qui conduirait à la biomédicalisation de la vieillesse. Ces deux processus se caractérisent non seulement par des postures scientifiques différentes, mais aussi par des acteurs et des prises en charge particulières de la fragilité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parmi les préoccupations soulevées par l’allongement de l’espérance de vie, la question de la qualité de vie se pose avec acuité, notamment eu égard à la prévalence des maladies dégénératives chroniques et à l’utilisation accrue, avec l’avancée dans l’âge, de services et de médicaments. La qualité d’une vie allongée pose aussi la question de la diversité des significations et des valeurs que les individus accordent à la vie, et notamment à une vie de qualité. Une catégorie médicale et sanitaire assez récente vient enrichir le répertoire des « qualités » des processus de vieillissement : la « fragilité ». Ce terme multifacette est mobilisé par plusieurs disciplines et avec diverses acceptions, mais il sert, en gériatrie à qualifier la diminution des réserves physiologiques et la réduction des capacités fonctionnelles chez les personnes vieillissantes.

2Dans cet article, nous nous intéressons à la construction experte, scientifique et médicale de cette catégorie qui vient assigner une nouvelle définition aux corps et aux expériences corporelles des personnes âgées. Pour ce faire, nous partons du principe sociologique selon lequel les catégories médicales et sanitaires doivent être appréhendées comme des constructions sociales et non comme des phénomènes naturels et évidents (Conrad & Barker, 2010). Sans nier pour autant sa réalité clinique, la fragilité est construite comme une catégorie médicale (Kaufman, 1994) dont les frontières nosographiques, le domaine symptomatique et les pratiques cliniques spécifiques doivent être établis. Cette catégorie vient se situer à l’intersection de la « construction sociale de la vieillesse » (Feller, 2005 ; Caradec, 2005, 2008) et de la « construction sociale de la maladie » (Conrad & Barker, 2010), tout en bouleversant les contours de ces deux réalités. En effet, cette catégorie participe d’un re-façonnage de la vieillesse, notamment du corps vieillissant, et déplace en même temps les frontières du normal et du pathologique.

3La construction de la « fragilité » est saisie dans sa double dimension diachronique et synchronique. Une brève sociohistoire de la fragilité nous permettra de situer le contexte de son émergence dans le champ de la gériatrie et de la santé publique française. Nous nous attacherons ensuite à analyser deux positions contrastées se dessinant actuellement dans le champ de la « fragilité » des personnes âgées. De manière schématique, deux approches scientifiques de la fragilité peuvent être distinguées, lesquelles comportent des enjeux sociaux différents.

4La première approche, la « fragilité multi domaine », prend en compte plusieurs dimensions de la santé, comme par exemple les fonctions cognitives, le milieu de vie, les facteurs psychosociaux et/ou nutritionnels. La seconde cantonne la fragilité au domaine physiologique en l’assimilant à la sarcopénie, qui est la diminution de la masse, de la force et de la qualité musculaires survenant chez les personnes âgées.

5Nous avançons que ces deux approches produisent des effets de médicalisation contrastés. La médicalisation suppose la création de nouvelles catégories médicales autour de symptômes anodins et diffus (Scott, 2006), la pathologisation de corps sains (Aïach, 1998), ou encore la technicisation et la pharmaceuticalisation (Collin & David, 2016) de ceux-ci. Une autre dimension importante de la médicalisation est la tendance à la concentration de la régulation des corps par les médecins à partir de leurs définitions du normal et du pathologique.

6Cependant, si nous pouvons inclure la catégorie « fragilité » dans un processus historique et étendu de médicalisation de la vieillesse (Le Bihan & Mallon, 2014), cela ne permet de saisir ni les inflexions des registres discursifs ni les logiques d’action, en somme, les processus sociaux à l’œuvre dans certains changements que connaît la prise en charge des personnes âgées.

7En effet, sommes-nous véritablement dans le cadre de la médicalisation lorsqu’on parle de fragilité des personnes âgées ? Il nous semble que non. Ainsi, nous verrons comment le champ de la fragilité tend à produire un processus différent appelé sanitarisation de la vieillesse, en suivant la définition du terme healthicization de Conrad (2007). L’auteur oppose ce processus à celui de la médicalisation et désigne ainsi le processus par lequel des problèmes médicaux ou de santé publique sont transposés en enjeux moraux et sociaux. Fondée sur une définition élargie de la santé, qui inclut les habitudes des individus et les comportements ou styles de vie, la sanitarisation trouve moins son ancrage dans le registre de la maladie et du corps physiologique que dans celui du bien-être physique et psychique. Ce processus se caractérise par le brouillage des frontières entre le normal et le pathologique, par l’inclusion de catégories comme celle de « risque » et par l’incorporation de nouveaux acteurs de la santé dans la régulation des corps. Ainsi, cette notion a permis à la gériatrie de sortir du domaine de la pathologie et a ouvert la voie à une gériatrie multidimensionnelle et préventive, s’intéressant à une « fragilité » définie au « sens large ». Cependant, nous verrons aussi comment, dans un regain de scientificité, d’autres auteurs prennent cette notion dans son sens "restreint", soit comme « fragilité physique » et comme synonyme de la sarcopénie. Cette approche pourrait alors donner lieu à de nouveaux processus de re-médicalisation de la vieillesse, sans qu’il soit pour autant question d’un « retour en arrière ». Il ouvre sur des phénomènes nouveaux touchant de près la pratique gériatrique. La prise en charge de la fragilité physique se voit remodelée par les nouvelles technologies de l’information appliquées à la prévention et au diagnostic de la fragilité, ainsi que par les innovations biotechnologiques utilisées dans le traitement de la sarcopénie. En ce sens, nous postulons que cette seconde approche de la fragilité tend à la « biomédicaliser » (Clarke et al., 2000).

8Aucune de ces deux approches de la fragilité n’est meilleure que l’autre, et toutes deux peuvent améliorer la santé des personnes âgées. Il ne s’agit pas ici de porter un regard normatif sur ces processus, mais de pointer leurs logiques d’action et de prise en charge. En définitive, loin de constituer deux approches incompatibles, recouvrant des acteurs sociaux propres aux intérêts antagoniques, ils partagent certaines représentations du vieillissement et s’articulent souvent dans la pratique.

Contexte de la recherche et corpus empirique 

  • 1 Cette recherche postdoctorale à l’Inserm (U.1027) a bénéficié d’une bourse cofinancée par le Consei (...)
  • 2 L’enquête sociologique a été réalisée à Toulouse où cent-six participants ont été recrutés pour l’é (...)

9Cette recherche sociologique1s’inscrit dans un vaste projet européen incluant neuf pays et quatorze centres de recherche, ainsi que des acteurs de l’industrie, des régulateurs et des chercheurs de diverses disciplines. Le projet met à l’œuvre une étude clinique, pendant deux ans, où des interventions d’éducation thérapeutique et des activités physiques sont proposées afin d’aborder la fragilité physique et la sarcopénie chez les personnes âgées de 65 ans et plus, vivant à domicile2.

  • 3 En outre, ces perspectives se distinguent de celles développées au sein des sciences sociales et au (...)

10Dans ce cadre, la première question qui a interpellé le chercheur en sciences sociales a trait à l’existence de différentes perceptions de la fragilité chez les professionnels de santé qui travaillent auprès de personnes âgées fragiles3. Il s’est alors avéré intéressant de poursuivre cette piste de réflexion, non seulement en retraçant une généalogie linéaire de la notion médicale, mais aussi en saisissant la manière dont elle participe de la structuration actuelle de positions différenciées dans le champ gériatrique (Bourdieu, 1976 ; Pinell, 2005).

  • 4 Les moteurs de recherche utilisés étaient multidisciplinaires (Google Scholar) ou relevaient des di (...)

11Ainsi, le corpus de matériaux empiriques est issu de deux sources différentes. D’abord, le texte s’appuie sur l’analyse d’un corpus de textes scientifiques et médicaux qui traitent de la fragilité. Après une recherche bibliographique systématique de la littérature scientifique en sciences médicales et de la littérature grise, nous avons identifié entre deux mille et sept mille articles, selon les moteurs de recherche4, parmi lesquels nous avons sélectionné deux cents textes intégraux pour l’analyse. Cette sélection a consisté à exclure tout ce qui ne relevait pas de la population « personnes âgées » ou du champ gériatrique, en utilisant les algorithmes de « pertinence » proposés par les moteurs de recherche. Afin de répondre à cette double dimension diachronique et synchronique de la construction de la notion de « fragilité », aucune limitation temporelle n’a été fixée. Cependant, nous avons pu constater une forte augmentation d’articles sur la fragilité depuis les vingt dernières années (par exemple, sur Medline, nous avons dénombré trente et un articles en 1997, contre mille deux cent soixante-dix-neuf en 2017). Ensuite, nous avons classé les textes en trois catégories : ceux qui cherchaient à définir la fragilité, ceux qui proposaient des outils de mesure de la fragilité et ceux qui suggéraient des stratégies de prévention ou d’intervention (certains d’entre eux relevaient des différentes catégories). Ainsi, nous avons pu étiqueter chaque référence grâce au logiciel Zotero (titre, auteur, revue, volume, numéro, pages) et la coder manuellement (discipline, méthodologie, apports, citations importantes, remarques personnelles). Ensuite, nous avons construit manuellement des arbres de pertinence montrant les relations entre les idées, les approches et les théories développées autour de la notion de « fragilité ». Un échantillon de ces documents (trente articles) est présenté en annexe bibliographique. Il s’agit d’articles et de documents issus de notre corpus, qui nous semblent représentatifs des perspectives gériatriques de la fragilité et qui ont été mobilisés dans l’argumentation de cet article.

  • 5 La recherche comporte un volet « personnes âgées » qui n’est pas exploité dans cet article. Dans ce (...)

12Cet article s’appuie également sur des données issues d’un terrain exploratoire basé sur des observations ethnographiques menées lors de congrès nationaux et internationaux et d’autres rencontres scientifiques et publiques autour de la fragilité des personnes âgées entre 2016 et 2018. Nous avons également observé des activités menées au sein d’un centre de recherche français associé à l’étude clinique mentionnée ci-dessus, entre mars et septembre 2017, notamment lors des recrutements des volontaires et du dépistage (screening) de leur « fragilité », ainsi que lors des activités physiques et d’éducation thérapeutique. Dans ce même cadre, des discussions informelles ont eu lieu avec les professionnels de santé et les participants de l’étude clinique5.

L’émergence de la « fragilité » des personnes âgées

13Afin de comprendre l’émergence de cette catégorie, nous ferons une rapide digression pour évoquer le développement en France d’une médecine spécialisée dans les personnes âgées. Si des savoirs et des pratiques relatifs à la santé des personnes âgées existent depuis la nuit des temps, la gériatrie, en tant que champ médical spécialisé, a eu du mal à s’imposer. À ce titre, Feller (2005) parle du « long sommeil de la gériatrie » jusqu’à l’après-guerre. En France, par exemple, jusqu’aux années 1950, aucune école de médecine n’a donné de cours sur la vieillesse et aucune revue scientifique médicale de renom n’a publié d’article sur le vieillissement.

  • 6 En 1961, la Société française de gérontologie est créée et, à partir des années 1970, plusieurs soc (...)

14C’est d’abord au sein de l’hôpital, cet « appareil de médicalisation collective » (Foucault, 1994 : 50), que la gériatrie trouve une légitimité en tant que spécialité. La gestion de la vieillesse indigente est laissée aux mains des asiles et les « soins » aux personnes âgées deviennent une spécialité du système hospitalier (Lenoir, 1979). La gériatrie se configure presque « par défaut », en prenant en charge, dans le cadre hospitalier, les patients âgés polypathologiques et très dépendants, nécessitant des soins de longue durée (Subra et al., 2012). De nombreux départements et unités de soins gériatriques sont alors créés dans des centres hospitaliers pour prendre en charge des personnes âgées malades6. Cette médicalisation au sein même de la gériatrie va de pair avec sa spécialisation et son passage de l’hospice à l’hôpital (Lenoir, 1979).

  • 7 Certaines formes de sénilité, par exemple, rentrent aujourd’hui dans le domaine de la maladie d’Alz (...)

15Il y a donc un premier mouvement de médicalisation du champ gériatrique, par un déplacement interne de légitimation de certaines aires d’intervention qui se réorientent vers des secteurs plus hégémoniques et plus médicalisés (Carricaburu & Ménoret, 2004). Mais il y a surtout un mouvement connexe de médicalisation de la vieillesse, opéré par la gériatrie et qui passe notamment par un processus de « pathologisation du vieillissement » (Thomas, 2005). En effet, la clinique gériatrique va qualifier de maladies7 de plus en plus de phénomènes auparavant considérés comme des manifestations d’un vieillissement « normal », et estimer ainsi qu'ils requièrent désormais « [son] expertise et [son] savoir-faire médical » (Alvarez, 2014 : 82).

16Cependant, si le rôle de la gériatrie était auparavant porté vers le soin des maladies liées à l’âge (en pathologisant certaines manifestations de la vieillesse), des changements majeurs se produisent au sein de la discipline dans la seconde moitié du xxe siècle.

17Dans les années 1970-1980, la médicalisation de la vieillesse est fortement critiquée au sein même de la gériatrie. L’un des problèmes signalés par Haber (1986) est que les médecins se tournaient vers les pathologies dues à l’âge et que la thérapeutique était limitée. De même, on assiste à la valorisation de ce que l’on appelle la « gériatrie intégrale », qui va incorporer de nouvelles dimensions du « vieillir », en s’élargissant à la thérapeutique et à la prévention. La gériatrie suit également un changement plus global, promu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et, qui s’opère à partir de la seconde moitié du xxe siècle : l’objectif cesse d’être la maladie pour devenir la santé, désormais définie de manière intégrale et positive. C’est aussi à ce moment-là qu’apparaît une médecine anti-âge portant moins sur les maladies des personnes âgées que sur le vieillissement lui-même, et qui bouscule les frontières du champ gériatrique.

18C’est dans ce contexte de changements qu’il faut situer l’émergence de la notion de « fragilité ». Elle apparaît d’abord comme une « catégorie pratique » (Bourdieu, 1980) des gériatres expérimentés afin de « décrire un état indifférencié appliqué à un patient âgé, au pronostique défavorable » (Béland et al., 2013 : 8). Elle inclue donc, à l’origine, un ensemble de signes et de symptômes repérés de manière spontanée par les gériatres, allant des incapacités fonctionnelles aux maladies chroniques, en passant par la dépression ou l’isolement social. Ainsi, à sa naissance, cette notion s’inscrit dans une perspective pratique : la recherche de solutions pour des médecins confrontés à diverses situations de vulnérabilité chez certains de leurs patients âgés.

  • 8 Au sens où l’entend Foucault, à savoir qu’une connaissance scientifique nécessite surtout un langag (...)

19Toutefois, comme « une science bien faite est une langue bien faite8 », l’« impératif » de définir la fragilité s’impose comme stratégie scientifique (Hacking, 1999 : 388). Les premières définitions, apparues dans les années 1980 en Amérique du Nord, vont être adoptées assez rapidement dans l’ensemble des pays industrialisés (Michel, 2012). Mais si la notion de fragilité sert à caractériser un « état physiologique » chétif, qui se distingue de l’état de « bonne santé », il faut encore trouver les limites de son étendue. On commence dès lors à chercher des procédures cliniques et simples pour identifier et mesurer la fragilité.

  • 9 Dans la littérature recensée par Dramé et al. (2004 : 10), plus de trente définitions de la « fragi (...)

20Très rapidement, les productions scientifiques se multiplient et on voit apparaître une myriade de définitions et de paramètres de mesure de la fragilité. Les difficultés à définir9 tant ses facteurs que les personnes qui en souffrent ont conduit les auteurs à parler d’un « syndrome gériatrique » (Trivalle, 2000), c’est-à-dire un ensemble de symptômes et de troubles avec des étiologies différentes. Le « syndrome de la fragilité » est conçu comme un cycle dommageable de processus physiologiques et de déclins physiques, dû à des maladies ou affections qui provoquent la sarcopénie, le ralentissement de la marche, la diminution de l’énergie, la réduction des activités physiques et la perte de poids involontaire.

21Dans les années 1990, ce syndrome est caractérisé par l’incapacité de répondre de façon adaptée au stress, qu’il soit médical, psychologique ou social (Fried et al., 2004). Cette vulnérabilité se manifeste par une prédisposition aux chutes, aux hospitalisations, ainsi qu’à une morbidité et une mortalité plus grandes (Buchman et al., 2009 ; Wong et al., 2010 ; Chen et al., 2010). C’est aussi au milieu des années 1990 que la notion de « fragilité » change de statut : elle n’est plus le résultat mais la cause de cet état de vulnérabilité. Ainsi, la fragilité devient aussi « fragilisation », état et processus.

22Selon ces définitions, si la fragilité est associée au vieillissement, elle s’en différencie également parce qu’il s’agit d’un processus réversible et que toutes les personnes âgées ne sont ni ne seront forcément « fragiles ». En 2011, la Société française de gériatrie et gérontologie (SFGG) a proposé une définition, reprise en juin 2013 par la Haute autorité de santé (HAS), où l’on retrouve l’idée de syndrome clinique, de la multidimensionalité de cette notion, de son caractère prédictif, ainsi que de la réversibilité des phénomènes observés qui lui sont rattachés.

23Malgré les différentes approches (Rolland et al., 2011) qui entourent cette notion et sa difficile traduction en concept opératoire (Vogel et al., 2014), elle devient rapidement le « concept phare de la gériatrie » (Gonthier, 2000). Elle sera alors étroitement liée aux développements de la discipline gériatrique dans les décennies suivantes, et à sa légitimation comme spécialité médicale et domaine privilégié de la santé publique.

24Ainsi, et en dépit des diverses définitions opérationnelles dans le domaine scientifique, les représentations les plus répandues placent la fragilité comme une étape entre l’autonomie et la dépendance. C’est donc à l’intérieur des politiques de prévention de la dépendance qu’il faut situer l’engouement pour la notion de fragilité (Finielz & Piotet, 2009). À côté de la « logique de compensation », typique des politiques de la dépendance, émerge une autre logique de prise en charge d’une population potentiellement bénéficiaire, ces « cas légers » qui ont des besoins spécifiques et auprès desquels il faut intervenir. Dans le champ de la santé publique française, on voit alors apparaître une logique préventive de la perte d’autonomie renouvelant les visions de la vieillesse « fragile » en plusieurs points. Non plus un « état » ou « un statut », elle devient un processus qu’on peut ralentir, voire inverser. Selon Ennuyer (2004b), en France, les politiques publiques envers les personnes âgées fragiles tendent à rester à l’intérieur d’un « paradigme médical ». Cependant, nous verrons qu’à l’intérieur de ce grand « paradigme » médical, des nuances doivent être apportées. Si des approches différentes de la fragilité peuvent y trouver leur place, elles sont porteuses de changements et d’effets divers en termes de sanitarisation et de biomédicalisation.

La « fragilité » comme opérateur de sanitarisation des corps vieillissants

25Le modèle prédominant en gériatrie contemporaine est celui du « syndrome de fragilité », développé par Linda Fried ses collaborateurs (2001), qui repose sur un phénotype physique et comportant cinq dimensions syndromiques (fatigue ou mauvaise endurance, diminution de l’appétit, faiblesse musculaire, ralentissement de la vitesse de marche, et sédentarité ou faible activité physique). Toutefois, d’autres approches sont venues rénover le champ de la fragilité.

26En effet, une nouvelle perspective est ouverte avec des approches épidémiologiques et de santé publique qui débouchent sur une re-problématisation de la santé en termes de risques (Berlivet, 2001). À partir des années 1980, la médecine gériatrique va prendre de plus en plus en charge non seulement les pathologies des patients dépendants, mais également « la maladie virtuelle, celle qui risque un jour de se produire » (Dourlens, 2008 : 156). Il s’agit dès lors d’une médecine capable de prendre en charge des patients « qui ne sont pas encore dépendants, mais [qui] risquent de le devenir » (Subra et al., 2012 : 2). Ainsi, le développement d’une approche « par le risque » (Berlivet, 2001) change l’objet de l’intervention. Les pratiques médicales doivent moins relever des pathologies que des facteurs de risque de survenue de maladies. Cette approche permet de repenser les relations entre le normal et le pathologique (Caravallo & Giroux, 2015 : 50), en déplaçant les termes, lesquels sont moins liés à des « états de santé » présents qu’à des « états de santé » en devenir (risque, adaptation, etc.).

27Nous voyons également émerger toute une série de travaux qui proposent de compléter la définition de Fried et al. (2001) en incorporant de nouveaux facteurs, comme les déficits cognitifs, les incapacités dans la vie domestique et quotidienne, la dépression (Rockwood et al., 2005) et plusieurs autres facteurs psychosociaux, tels l’aide apportée par le réseau social, l’adaptation du logement, etc. Ainsi, la fragilité n’est plus un syndrome mais une somme de risques. Le domaine du risque ferait alors passer d’une « définition restreinte de la fragilité, basée sur les dimensions physiologiques ou de performance fonctionnelle » (Béland et al., 2013 : 13) à une définition élargie de celle-ci, incluant les dimensions psychiques et sociales. Cette multidimensionalité est liée à la préoccupation des gériatres de développer une prise en charge « globale » (Henrard & Ankri, 2003) des patients âgés.

28Malgré l’absence d’une définition claire de ce processus (Bauer & Sieber, 2008), des points communs indiquent que ce concept est à la fois large et dynamique, revêtant des aspects tant physiologiques que psychosociaux (Ensrud et al., 2007 ; Rockwood et al., 2007). C’est ce que plusieurs chercheurs appellent la « fragilité multi-domaine » ou « fragilité globale », qui se distingue de la définition purement physiologique de la fragilité. De même, l’approche par le risque change les modalités de l’intervention en passant du « curatif » au « préventif ».

29Ainsi, la fragilité vient s’inscrire dans le passage d’une définition de la gériatrie comme médecine du vieillissement pathologique vers celle d’une prise en charge de la « santé des personnes âgées ». Suivant les recommandations de l’OMS et du programme européen « Healthy Aging » (qui cherche à optimiser la « santé physique, mentale et sociale afin de permettre aux personnes âgées d’être actives socialement sans discrimination et de jouir de leur indépendance et d’une bonne qualité de vie »), ces approches sont moins centrées sur les fonctionnalités corporelles et les incapacités que sur des critères « environnementaux » où le social s’infiltre de diverses manières (Clément & Drulhe, 1998). C’est ce type de définition de la « fragilité » qui a été retenue, par exemple, par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) afin d’évaluer le « risque global » de fragilité, ou encore par les Observatoires régionaux de la fragilité (Carsat) qui construisent le niveau de fragilité sociale à partir des dimensions socio-économiques et des données sur l’isolement social.

30En France, parallèlement aux actions curatives et aux politiques destinées aux personnes déjà dépendantes – comme « Le plan solidarité grand âge » (Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille, 2006) – commencent à se développer des politiques préventives cherchant à pérenniser l’autonomie et, par-là, à promouvoir un vieillissement « réussi » - tel le plan national « Bien vieillir » 2007-2009 (Ministère de la santé, 2007). Comme le dit Claude Martin (2015), « vieillir autonome » est le nouvel enjeu des politiques publiques. Et cette visée préventive se veut « globale », c’est-à-dire, non seulement basée sur une approche médicale, mais « complétée par une prise en compte d’autres déterminants de fragilité ou de vulnérabilité, en particulier socio-économiques » (Ministère de la Santé, 2015 : 17).

31Ces nouveaux enjeux politiques légitiment l’utilisation de la notion de « fragilité » dans son sens « global ». Si, en France, l’approche de la dépendance a été marquée par une forte médicalisation de la vieillesse, notamment avec la grille AGGIR (Ennuyer, 2004a), l’approche de la fragilité préfigure un glissement vers une sanitarisation (Conrad, 2007) du vieillissement, faisant de la santé corporelle une valeur positive, prévisible et optimisable, tant individuellement que collectivement. Nous pourrions penser que ces actions, qui sortent d’une approche purement physique et médicalisée de la fragilité, déplaceraient la centralité du corps. Or il n’en est rien. Le corps et le vieillissement corporel sont toujours au centre des politiques publiques de prévention et des définitions du « bien vieillir ».

32Ainsi, la centralité du corps vieillissant n’est pas nécessairement exclusive de la médicalisation, et apparaît aussi dans ce qu’on appelle la sanitarisation de la vieillesse. Mais la sanitarisation suppose la présence de nouveaux acteurs de la santé qui interviennent auprès des personnes âgées, comme les nutritionnistes et les enseignants d’éducation physique adaptée,au détriment du duo « médecin-patient » plus typique des modèles médicalisés. Les deux principaux « traitements » recommandés pour lutter contre la fragilité sortent aussi de la sphère purement médicale pour se rapporter aux domaines de l’activité physique (Souto Barreto & Ferrandez, 2007) et de la nutrition (Bonnefoy, 2012).

33L’appropriation de la notion de « fragilité » par d’autres acteurs de la santé est un facteur déterminant dans le processus de sanitarisation qu’elle opère. Ce sont eux qui proposent une vision élargie en incorporant des dimensions psychosociales. À ce propos, une intervenante en éducation physique adaptée me dit :

  • 10 Il s’agit de propos recueillis de manière informelle lors d’observations dans le cadre de la recher (...)

Moi, ça fait dix ans que je suis à l’hôpital de jour […] Alors il n’y a pas que la fragilité physique, il y a la partie cognitive et il y a la composante de l’humain. Il y a aussi des questions personnelles et sociales ; quand on travaille avec eux, on travaille sur plusieurs choses...10 (Journal de terrain, 26 avril 2017).

34S’il s’agit des interventions sur les corps « fragiles », elles se distinguent de l’approche médicale :

[Les femmes qui participent aux cours] sont à fond, elles se font belles pour venir, et tout. Ça les remet dans la vie... Donc, là, même sans intervention [médicale], on a déjà des améliorations... (Journal de terrain, 26 avril 2017).

35Et un autre intervenant d’ajouter :

On a une approche physique différente, une autre vision différente de celle des médecins, on a une approche différente et les personnes viennent nous parler d’une manière qu’elles ne parlent pas au médecin ; donc on sait beaucoup de choses que les médecins ne savent pas (Journal de terrain, 20 avril 2017).

36La sanitarisation, avec sa vision positive de la santé, inclut des techniques de régulation, tels le conseil et l’accompagnement, qui semblent plus « souples » (Memmi, 2004) que celles des « prescriptions médicales », en cherchant à intégrer la subjectivité des patients. Lors d’une conversation, une éducatrice d’activités physiques nous explique les méthodes d’intervention : 

C’est super ! Dans les ateliers nutrition, elles ont des supports pédagogiques, c’est top, on se régale. On organise ça avec la diététicienne, elles ont un brainstorming, elles ont des jeux, le ‟Monopoly de protéines”, on travaille avec des images, pour savoir ce que ça évoque pour elles, ces images… » (Journal de terrain, 3 mai 2017).

37Un des enjeux est que les personnes apprennent à « mettre en mots » leurs sensations corporelles :

On leur fait poser des mots sur les dessins, donc chaque couleur est une douleur différente. Ça les aide à définir, quand on travaille, on s’intéresse à savoir comment ils interprètent la douleur (Journal de terrain, 26 avril 2017).

38Lors des conversations avec les professionnels, la question du « sens » est revenue à plusieurs reprises, comme lorsque l’un d’eux explique que le fait d’avoir appris aux participants à utiliser un tensiomètre a changé leur intervention :

On leur a donné le tensiomètre […], ça a permis de ramener du sens aussi, de donner du sens […]. Au début, elles ne savaient pas qu’il y a deux chiffres, on leur a expliqué, ça donne du sens à ce qu’ils font (Journal de terrain, 3 mai 2017).

39Si le corps vieillissant est toujours au centre du dispositif, il s’agit avant tout de faire du corps subjectivé l’objet de l’intervention. Cependant, en favorisant des pratiques et des interventions qui tendent à la démédicalisation, cette vision invisibilise les injonctions et les normes dont elle peut également être porteuse, comme par exemple la nécessité de « maintenir la motivation » des personnes âgées :

Quand ils viennent, on leur passe un petit diaporama, on fait le point, sur les progrès qu’ils auront à faire, il faut qu’ils donnent du sens […] et ça on le fait tous les six mois, parce qu’au fil du temps ils perdent le sens de pourquoi ils sont là […] Ils se démotivent. C’est étonnant, parce que souvent ils n’ont pas grand-chose à faire […], il faut les motiver (Journal de terrain, 26 avril 2017).

40De même, le revers de cette approche de la santé « intégrale » et « par le risque » est qu’elle opère une catégorisation sociale qui va de pair avec une moralisation du risque associée à un groupe spécifique (Calvez, 2001). Les personnes âgées jugées « fragiles » (sédentaires et s’alimentant de manière insatisfaisante) deviennent ainsi un « groupe à risque ». Elles doivent suivre les prescriptions de divers professionnels de santé afin de changer leurs comportements, car elles sont responsables de la « réversibilité » de leur condition. Ainsi, la notion de fragilité promeut un « nouveau gouvernement des corps » sanitarisés (Fassin & Memmi, 2008), où la sédentarité, certaines pratiques alimentaires ou encore la démotivation sont requalifiées comme des « facteurs de risque » devant être corrigés.

Des corps fragiles biomédicalisés

41Malgré les discours sur les bénéfices d’une prise en charge globale de la santé, les dimensions psychosociales de la fragilité semblent très peu prises en compte par certains gériatres. Ainsi, plus récemment, la lutte pour le maintien de la qualité de vie des personnes vieillissantes – qui sous-tendait la notion de fragilité prise dans son sens élargi, incorporant des dimensions psychosociales – a connu un nouveau tournant avec l’apparition de définitions physiologiques du « vieillissement réussi ». La catégorie sanitaire « fragilité » permettant à la gériatrie de se replacer à l’intérieur du champ de la médecine, il n’est pas surprenant que celle-ci veille à ne pas trop verser dans les causalités sociales (Caravallo & Giroux, 2015 : 50).

42Actuellement, dans un souci de scientificité renouvelé, des auteurs revendiquent à nouveau une approche purement physiologique de la fragilité, en s’intéressant à ses mécanismes moléculaires (Ferrucci et al., 2002). De récents travaux pointent ainsi des biomarqueurs de dérèglements endocriniens, des perturbations métaboliques, ou encore des facteurs de coagulation et d’inflammation (Béland et al., 2013 : 14). Pour leurs auteurs, malgré les capacités prédictives de certains instruments de mesure de la fragilité, ceux-ci sont très difficilement utilisables lors de consultations, et ne permettent d’identifier que des personnes déjà « fragiles ». Or, le but étant de repérer les « pré-fragiles », « les paramètres d’investigation les plus prometteurs apparaissent alors être plus biologiques que cliniques » (Lang et al., 2011 : 143). Ces auteurs proposent l’hypothèse d’une inflammation (notamment des marqueurs de l’inflammation, l’interleukine 6, IL6, et la protéine C réactive-CRP) ayant des répercussions sur le processus de fragilisation. Ils concluent ainsi : « Sur le plan clinique, bien que le concept de fragilité apparaisse comme un concept multi-domaine, la fonctionnalité apparaît tenir une place centrale dans le processus de fragilisation. Ainsi, l’examen du rôle exact joué par la sarcopénie apparaît être une perspective de recherche intéressante » (Lang et al., 2012 : 169).

43Ainsi, au sein des recherches cliniques sur la fragilité, certains chercheurs définissent cette dernière comme un processus de fragilisation physique lié notamment à la sarcopénie.

44En 2009, deux gériatres disaient que « l’intérêt grandissant pour la sarcopénie repose sur l’hypothèse selon laquelle la diminution de la masse et de la force musculaire limite les performances fonctionnelles et favorise l’entrée dans la dépendance. À ce titre, la sarcopénie semble jouer un rôle central dans le syndrome de fragilité » (Rolland & Vellas, 2009 : 155). Le statut de la sarcopénie change : d’une « composante » du syndrome de fragilité ou d’un « facteur de risque », elle devient une maladie à part entière, qui expliquerait la fragilité des personnes âgées. Dans ce mouvement, les corps fragiles et fragilisés par des troubles psychiques, des conditions sociales défavorables, l’isolement ou la fatigue, deviennent des corps avant tout sarcopéniques, et donc « malades ». Car depuis octobre 2016, la sarcopénie est répertoriée dans la Classification internationale des maladies (CIM) et reconnue par l’OMS sous le code M62.84. Ces nouvelles conceptions de la fragilité définie par la sarcopénie semblent engendrer un glissement vers un processus de re-médicalisation, qui passe par une pathologisation de la fragilité.

  • 11 Voir également le site du laboratoire de recherche et développement Citrage [en ligne], http://www. (...)

45Dans une Europe vieillissante, certains propos laissent présager une « épidémie » de sarcopénie (Beaudart et al., 2014). Ainsi, des gériatres montrent qu’il y aura une « augmentation de 63,8 % » entre 2016 et 2045 en Europe. « Le nombre de patients sarcopéniques va augmenter de façon spectaculaire au cours des trente prochaines années », ce qui fait de la sarcopénie « un problème majeur de santé publique » (Ethgen et al., 2017). Les médias relayent ces textes scientifiques, en usant d’une rhétorique qui dramatise le phénomène. La sarcopénie devient ainsi, selon un article publié dans la revue Top Santé (18 avril 2016), « le nouveau mal du siècle » ou « une maladie qui envahit l’Europe »11.

46Cependant, la re-médicalisation de la fragilité ne s’opère pas seulement par la pathologisation des corps vieillissants, au travers du nouveau statut accordé aux muscles sarcopéniques, mais aussi par l’offre de traitements qui tendent à la pharmaceuticalisation (Collin & David, 2016) de l’expérience de la fragilité. Si les traitements privilégiés pour lutter contre la fragilité physique et la sarcopénie restent encore essentiellement l’exercice physique et les comportements alimentaires, depuis quelques années, des recherches s’emploient à développer de nouvelles molécules.

47En 2017, lors d’un congrès international sur la fragilité, un médecin est revenu sur les stratégies « classiques » de prévention de la sarcopénie, regrettant alors « la grande difficulté de mettre en place des exercices physiques face à la réalité de nos patients », avant d’ajouter qu’« avoir des molécules appropriées pourrait aider dans ces processus ». Il a mentionné les « nombreuses pistes explorées : agents anti-cataboliques, anti-apoptotiques, anti-inflammatoires et nutritionnels comme la citrulline, la vitamine D, les antioxydants et l’omega3 », et plus précisément des molécules innovantes comme la myostatine qui aide à reconstituer le muscle, car elle permet une « amélioration de la performance et augmente la masse maigre ». Il a conclu en disant que ces « molécules innovantes » émergeaient grâce à des « données innovantes, publiées dans de belles revues comme l’International Journal of Molecular Science ». On comprend pourquoi il se félicitait, en début d’exposé, du nouveau statut de la sarcopénie comme maladie qui non seulement permettrait « le remboursement des nouveaux traitements », mais apporterait aussi « un nouveau statut pour la gériatrie ». Ce nouveau statut est conféré à la gériatrie par les passerelles qu’elle construit avec la médecine régénérative, en cherchant à « travailler la restructuration du muscle à partir de l’évolution des cellules et par l’administration de certaines molécules » (Journal de terrain, 5 avril 2016).

48Cette pharmaceuticalisation de la fragilité physique pose de nouveaux enjeux pour comprendre le processus de médicalisation. Pour certains auteurs, comme Peter Conrad et Valerie Leiter (2004), ce processus relève aujourd’hui moins de l’extension de la juridiction de la profession médicale que des innovations biotechnologiques, sous l’impulsion du complexe pharmaco-industriel.

49La pathologisation de la fragilité doit être alors articulée à d’autres phénomènes qui dépassent le cadre conceptuel de la médicalisation. En ce sens, nous serions plutôt face à un phénomène de « biomédicalisation » tel que défini par Adele Clarke et ses collaborateurs (2000). La fragilité ne sert plus ici à l’élargissement du champ de compétence des gériatres, mais plutôt à sa complexification par le développement de nouvelles relations avec d’autres champs médicaux, industriels et scientifiques, où la place des innovations biotechnologiques est fondamentale.

  • 12 Ainsi, le 25 septembre 2017, une société de biotechnologie spécialisée dans le développement de can (...)

50Ainsi, nous nous trouverions dans un processus de biomédicalisation de la fragilité des personnes âgées non plus en raison d’une pathologisation de la fragilité elle-même, en tant qu’« état clinique défavorable », « cycle dommageable de processus physiologiques » ou « syndrome gériatrique », mais en tant qu’état pathologique expliqué par des processus moléculaires et traité par des interventions médicamenteuses. Si la fragilité est née comme une notion « pratique » fondant son « utilité dans la clinique et la santé publique » (Béland et al., 2013 : 11), elle devient aussi utile pour d’autres acteurs, telles les entreprises pharmaceutiques12.

51Dans cette nouvelle « ère de la médicalisation », la fragilité se révèle moins une pathologie en elle-même qu’un profil moléculaire s’appuyant davantage sur l’idée d’un continuum des réseaux d’interactions, où des entités pathologiques peuvent émerger, que sur la dichotomie physiologique entre normal et pathologique. De même, la solution médicamenteuse s’éloigne des définitions de la fragilité et des interventions qui chercheraient à transformer les cadres de vie et les comportements des personnes âgées (activités physiques et alimentation).

52Cependant, la pharmaceuticalisation et la biomédicalisation de la fragilité n’empêchent pas l’œuvre de logiques de moralisation de la déviance à la norme corporelle qui, dans le domaine du vieillissement, se présentent sous le registre de la réussite et de l’échec (successful aging). Comme l’expliquait le Dr Blain en 2013, « cette perte de poids liée à la perte de la masse maigre et de l’efficience musculaire, appelée sarcopénie, est, avec les troubles cognitifs, un facteur majeur de la fragilité, et donc d’un vieillissement non réussi » (Blain & Jeger, 2013).

53Ainsi, nous voyons les chemins empruntés par le biais de la notion de fragilité : la perte de poids et de l’efficience musculaire devient le support d’une évaluation non seulement de la fragilité (entendue dans sa seule dimension physique) mais aussi du niveau de réussite de l’expérience du vieillissement.

Conclusion

54Plusieurs auteurs ont signalé le caractère problématique des définitions de la fragilité, ainsi que les difficultés rencontrées pour en faire un concept opératoire. Nombreux aussi sont ceux qui pointent la distinction problématique entre fragilité et processus « normaux » du vieillissement. De fait, cette question est très fréquemment posée dans la littérature au sujet de la notion de fragilité, mais aussi de celle de sarcopénie, pourtant répertoriée aujourd’hui comme une maladie. « Les questions soulevées à cette époque restent encore d’une brûlante actualité : 1) la sarcopénie fait-elle partie du vieillissement physiologique ou est-elle un processus normatif lié à l’âge ? 2) Quand la sarcopénie devient-elle une maladie ? » (Michel et al., 2009 : 2200).

55Ainsi, la fragilité des personnes âgées vient bouleverser les distinctions entre le normal et le pathologique, participant ainsi à des nouvelles modalités de construction de maladies. Aux prises avec les processus de médicalisation, de sanitarisation et de biomédicalisation, la notion de « fragilité » nous intéresse aussi car elle est mobilisée pour des constructions particulières des corps vieillissants et du vieillissement. Comme le dit Ennuyer, cette notion, issue d’un mot du langage courant, a été empruntée par la gériatrie « pour en faire une spécificité, voire un stigmate de certains types de vieillissement » (Ennuyer 2004b : 142). En effet, elle opère dans la classification tant de nouvelles pathologies liées au vieillissement que des personnes âgées elles-mêmes, en fonction de leur façon de vieillir et du vieillissement de leurs corps.

56Ces corps sont jugés non conformes, soit parce qu’ils ne s’adaptent pas à leur milieu, soit parce qu’ils sont porteurs de comportements inappropriés (sédentarisme, mauvaise alimentation), soit encore parce qu’ils sont malades (sarcopénie). Que la fragilité soit définie en termes de syndrome, de risques ou de biomarqueurs, elle pose toujours la question des différences avec les processus « normaux » du vieillissement, et renvoie plus largement à des réflexions anthropologiques sur la capacité de nos sociétés à tolérer l’altérité des corps vieillissants.

57Les définitions (médicalisées comme sanitarisées) de la fragilité sont fondées sur un universalisme biologique qui considère le corps (ses fonctions, ses capacités normales, etc.) comme une seule et même entité. Toute différence peut être vue comme dangereuse, et c’est alors la restauration d’un ordre perdu et la conservation de l’identité contre les mutations possibles qui sont privilégiées. « La tentative thérapeutique de restaurer, contre le désordre de la maladie, l’ordre de la bonne santé, est à comprendre à partir d’un primat général de l’ordre sur le désordre » (Leblanc, 1998 : 48), où toute différence ou modification est jugée dangereuse et contraire à la primauté absolue de l’identité.

58Dans une médecine préventive fondée sur la notion de fragilité, ou de sarcopénie, qui vise le maintien de certaines capacités physiologiques en dépit de l’avancée dans l’âge, il est fondamental de saisir la possible normativité « conservatrice » de l’ordre, de la bonne santé et de l’identité des personnes âgées, sans tenir compte des possibilités du « travail normatif » émanant des individus afin de recréer de nouveaux états d’ordre et de nouvelles identités.

59Au-delà de cette ontologie partagée, une autre question ouverte par cette analyse est celle des modèles de prise en charge plébiscités par les processus de sanitarisation et de biomédicalisation. Selon les définitions les plus utilisées, la notion de fragilité se doit de rendre compte des capacités individuelles à s’adapter au milieu où « ne pas être adaptable revient à être fragile ». Autrement dit, il s’agirait d’une « perte d’adaptabilité » (Colvez, 2016 : 90-91). Une autre perspective de la fragilité pourrait mettre en cause le milieu comme n’étant pas adapté aux personnes « fragiles ». En ce sens, et se rapprochant du « modèle social du handicap » (Oliver, 1990 ; Finkelstein, 2001 ; Dufour, 2014), il s’agirait de renverser le modèle biomédical et individuel de la fragilité et de la vieillesse, pour se demander comment une organisation sociale « produit » des personnes fragiles. Quels sont les paramètres et valeurs qui favorisent la création d’un groupe de personnes fragiles ? Nous pouvons, par exemple, mentionner une certaine valeur culturelle de l’« activité », qui peut voir dans une personne âgée qui se consacre à une vie contemplative et de paresse (Barthe et al., 1990), une personne porteuse du syndrome de fragilité.

60Il est important de revenir sur cette discussion, car ces deux perspectives ouvrent des types d’intervention différents. Qu’elle le fasse par le biais de la biomédicalisation des corps ou par celui de leur sanitarisation, la première cherche à maintenir (ou accroître) les capacités des personnes qui ont des signes prédictifs d’incapacités. La seconde ne cherche pas à adapter l’individu à son milieu, mais estime au contraire que le milieu social, culturel et technique doit s’adapter à la fragilité des personnes âgées. Il s’agirait ainsi de tenir compte des déterminants sociaux et culturels de l’intégration ou de l’exclusion rendant les personnes fragiles, et de travailler à l’adaptation des systèmes de soins aux types de demandes de ces populations, mais aussi des logements, ou encore des villes, des transports, de la domotique.

61En définitive, une vision non normative de la sanitarisation et de la biomédicalisation s’impose. L’une comme l’autre peuvent constituer tout autant des instruments de contrôle et de stigmatisation que des leviers d’intégration sociale et d’amélioration de la santé des personnes âgées. Pour que cela puisse advenir, encore faut-il que la qualité de la vie « allongée » repose non pas sur les capacités individuelles pour y faire face, mais sur une réorganisation sociale soutenant ces capacités individuelles.

Haut de page

Bibliographie

AÏACH P., 1998. « Les voies de la médicalisation », In Aïach P. et Delanoë D., (dir.), L’ère de la médicalisation. Ecce Homo Sanitas. Paris, Economica : 15-36.

Alvarez S., 2014. « Prévention et vieillissement  : l’expérience individuelle du vieillissement face à la norme contemporaine du “bien vieillir” ». Thèse de sociologie, Université de Grenoble.

Balard F. et Somme D., 2011. « Les fragilités vécues et ressenties par les personnes âgées », Cahiers de l’année gérontologique, 25 : 39-42.

Barthe J.-F., ClÉment S. et Drulhe M., 1988. « Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées », Les Cahiers de la recherche sur le travail social, 15 : 11-31.

Benoit-Lapierre N., 1983. « Guérir de vieillesse », Communications, 37 : 149-165.

Berlivet L., 2001. « Déchiffrer la maladie », In DOZON J.-P. et FASSIN D. (dir.), Critique de la sante publique. Une approche anthropologique. Paris, Balland  : 75-102.

Bourdieu P., 1976. « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2, 2-3 : 88-104.

Bourdieu P., 1980. Le Sens pratique. Paris, Les Éditions de Minuit.

CALVEZ M., 2001. « Le risque comme ressource culturelle dans la prévention du sida », In DOZON J.-P. et FASSIN D. (dir.), Critique de la santé publique. Une approche anthropologique. Paris, Balland : 127-143.

CARADEC V., 2005. « Les “supports” de l’individu vieillissant. Retour sur la notion de “déprise” », In Caradec V. et Martuccelli D. (dir.), Matériaux pour une sociologie de l’individu. Perspectives et débats. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion : 25-42.

Caradec V., 2008. Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Armand Colin.

Carricaburu D., Ménoret M., 2004. Sociologie de la santé. Institutions, professions et maladies, Paris, Armand Colin.

Carvallo S., Giroux E., 2015 (2011), Comprendre la vieillesse, Bruxelles, EME Éditions.

Clarke A., Fishman J., Fosket J. R., Mamo L. et Shim J. K., 2000. « Technosciences et nouvelle biomédicalisation : racines occidentales, rhizomes mondiaux », Sciences sociales et santé, 18, 2 : 11-42.

ClÉment S. et Drulhe M., 1998. » Enjeux et formes de la médicalisation : d’une approche globale au cas de la gérontologie », In AÏACH P. et DELANOË D. (dir.), L’ère de La médicalisation. Ecce Homo Sanitas. Paris, Economica : 69-98.

ClÉment S. et MEMBRADO M., 2010. « Expériences du vieillir : généalogie de la notion de déprise », In Carbonnelle S. (dir.), Penser les vieillesses, Paris, Seli Arslan : 109-128.

Collin J. et David P.-M. (dir.), 2016. Vers une pharmaceuticalisation de la société ? Le médicament comme objet social. Québec, Presses de l’université du Québec.

Colvez A., 2014. « Perspectives historiques de la fragilité pour les systèmes de santé et de protection sociale », In Sirven N. et Bourgueil Y. (dir.), La Prévention de la perte d’autonomie : la fragilité en questions. Apports, limites et perspectives. Actes du séminaire des 6 et 7 mars 2014 organisé à Paris par le Liraes (EA4470), Université Paris Descartes, en partenariat avec l’Irdes : 90-95.

Conrad P., 2007. The Medicalization of Society: On the Transformation of Human Condition into Treatable Disorders, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Conrad P. et BARKER K. K., 2010. « The Social Construction of Illness: Key Insights and Policy Implications », Journal of Health and Social Behavior, 51: 67-79.

Conrad P. et Leiter V., 2004. » Medicalization, Markets, and Consumers », Journal of Health and Social Behavior, 45 (numéro spécial): 158-176.

Conrad P. et Schneider J. W., 1992. Deviance and Medicalization. Philadelphie, Temple University Press.

Dourlens C., 2008. « Les usages de la fragilité dans le champ de la santé : le cas des personnes âgées », ALTER-European Journal of Disability Research / Revue européenne de recherche sur le handicap, 2 : 156-178.

Dufour P., 2014. «  Au-delà du handicap  : de l’expression par les mots à l’expression par l’espace  », SociologieS [en ligne], Théories et recherches, URL  : http://sociologies.revues.org/4607 (page consultée le 29 octobre 2018).

Ennuyer B., 2004a. Les Malentendus de la dépendance : de l’incapacité au lien social. Paris, Dunod.

ENNUYER B., 2004b. « Les politiques publiques et le soutien aux personnes âgées fragiles », Gérontologie et société, 27, 109 : 141-154.

FASSIN D. et MEMMI D. 2004. (dir.), Le Gouvernement des corps, Paris : Éditions de l’EHESS,

Feller E., 2005. Histoire de la vieillesse en France 1900-1960. Du vieillard au retraité, Paris, Editions Seli Arslan.

Finielz É. et Piotet F., 2009. « La problématique de la notion de “fragilité”. Au cœur d’une politique de prévention de la dépendance », Lien social et politiques, 62 : 149-161.

FINKELSTEIN V., 2001. «  Disability and the helper/helped relationship. An historical view  », In BRECHIN A., LIDDIARD P. et SWAIN J. (dir.), Handicap in a Social World. Londres, Hodder and Stoughton.

Foucault M., 1963. Naissance de la clinique. Paris, PUF.

Foucault M., 1994. « Crise de la médecine ou crise de l’anti-médecine ? », In Dits et Ecrits, vol. III, Paris, Gallimard.

Haber C., 1986. « Geriatrics: A Specialty in Search of Specialists », In VAN TASSEL D. et STEARNS P. (dir.), Old Age in a Bureaucratic Society. New York, Greenwood Press: 66-84.

Hacking I., 1999. The Social Construction of What? Cambridge, Harvard University Press.

Hacking I., 2003. Philosophie et histoire des concepts scientifiques. « Véracité et raison ». Cours au collège de France (2002-2003).

Henrard J.-C. et Ankri J., 2003. Vieillissement. Grand âge et santé publique. Rennes, ENSP.

KAUFMAN S. R., 1994. « The social construction of frailty: An anthropological perspective », Journal of Aging Studies, 8, 1: 45-58.

Le Bihan B. et Mallon I. (dir.), 2014. « Médicalisation de la vieillesse  : Enjeux et ambivalences », Retraite et Société, 67.

Le Blanc G., 1998. Canguilhem et les normes, Paris, PUF.

Lenoir R., 1979. « L’invention Du “troisième âge”. Constitution du champ des agents de gestion de la vieillesse », Actes de la recherche en sciences sociales, 26, 1 : 57-82.

MARTIN C., 2015. « Introduction », In MARTIN C. (dir.), La Dépendance des personnes âgées : quelles politiques en Europe  ?. Rennes, PUR : 9-25.

Memmi D., 2004. « Administrer une matière sensible. Conduites raisonnables et pédagogie par corps autour de la naissance et de la mort », In FASSIN D. et MEMMI D. (dir.), Le Gouvernement des corps. Paris, Éditions de l’EHESS : p. 135-154.

Ngatcha-Ribert L., 2007. « D’un no man’s land à une grande cause nationale. Les dynamiques de la sortie de l’oubli de la maladie d’Alzheimer », Gérontologie et société, 30, 123 : 229-247.

Oliver M., 1990. The Politics of Disablement. Basingstoke, Macmillan et St. Martin’s Press.

Pinell P., 2005. « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, 156-157 : 4-36.

Scott S., 2006. « The medicalisation of shyness: from social misfits to social fitness », Sociology of Health & Illness, 28, 2: 133-153.

Thomas H., 2005. « Le “métier” de vieillard. Institutionnalisation de la dépendance et processus de désindividualisation dans la grande vieillesse », Politix, 72 : 33-55.

Haut de page

Annexe

Extrait du corpus de textes analysés

BAUER J. M. et SIEBER C. C., 2008. « Sarcopenia and Frailty: A Clinicians Controversial Point of View », Experimental Gerontology, 43, 7: 674-678.

BEAUDART C., REGINSTER J. Y., SLOMIAN J., BUCKINX F., LOCQUET M. et BRUYERE O., 2014. « Prevalence of sarcopenia: the impact of different diagnostic cut-off limits », Journal of Musculoskeletal Neuronal Interactions, 14, 4: 425-431.

BÉLAND F., LAUTMAN A. et MICHEL H., 2013. La Fragilité des personnes âgées : définitions, controverses et perspectives d’action, Paris, Presses de l’EHESP.

BLAIN H. et Jeger F., 2013. « Vieillissement actif : le point de vue d’un gériatre », Retraite et société, 65, 2 : 123-130.

BONNEFOY M., 2012. « Relations entre fragilité et nutrition chez le sujet âgé », Les cahiers de l’année gérontologique, 4, 1 : 9-12.

BROUSSY L., 2013. « L’adaptation de la société au vieillissement de sa population – France : année zéro ! », Rapport à Mme Michèle Delaunay, ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie.

BUCHMAN A. S., WILSON R. S., BIENIAS J. L. et BENNETT D. A., 2009. « Change in Frailty and Risk of Death in Older Persons », Experimental Aging Research, 35, 1: 61-82.

CHEN C. Y., WU S. C., CHEN L. J. et LUE B. H., 2010. « The Prevalence of Subjective Frailty and Factors Associated with Frailty in Taiwan », Archives of Gerontology and Geriatrics, 50: 43-47.

DRAMÉE, M., JOVENIN N., ANKRI J., SOMME D., NOVELLA J-L, GAUVAIN J-B et BLANCHARD, F., 2004. « La fragilité du sujet âgé : actualité-perspectives, gérontologie et société », Gérontologie et société, 27, 109 : 31-45.

ENSRUD K. E., Ewing S.K., Taylor B.C., Fink H.A., Stone K.L., Cauley J.A., Tracy J.K., Hochberg M.C., Rodondi N. et Cawthon P.M., 2007. « Frailty and risk of falls, fracture, and mortality in older women: the study of osteoporotic fractures », The Journals of Gerontology: Series A, 62, 7: 744-751.

ETHGEN O., BEAUDART C., BUCKINX F., BRUYÈRE O. et REGINSTER J.-Y., 2017. « The Future Prevalence of Sarcopenia in Europe: A Claim for Public Health Action », Calcified Tissue International, 100, 3: 229-234.

FERRUCCI L., CAVAZZINI C., CORSI A. M., BARTALI B., RUSSO C. R., LAURETANI F., BANDINELLI S., BANDINELLI S. et GURALNIK J. M., 2002. « Biomarkers of frailty in older persons », Journal of Endocrinological Investigation, 25, 10 Suppl.: 10-15.

FRIED L. P., FERRUCCI L., DARER J., WILLIAMSON J. D. et ANDERSON G., 2004. « Untangling the Concepts of Disability, Frailty, and Comorbidity: Implications for Improved Targeting and Care », The Journals of Gerontology Series A, 59, 3: M255-M263.

FRIED L. P., TANGEN C. M., WALSTON J., NEWMAN A. B, HIRSCH C., GOTTDIENER J, Seeman T., Tracy R., Kop W.J., Burke G. et McBurnie M.A., 2001. « Frailty in Older Adults Evidence for a Phenotype », The Journals of Gerontology Series A, 56, 3: 146-157.

GONTHIER R., 2000. « Le concept de fragilité  : pourquoi est-il essentiel  ? », Revue de gériatrie, 25, 3 : 135-138.

LANG P.O. , DRAME M., MAHMOUDI R., JOLLY D., LANIECE I., SAINT-JEAN O., SOMME D., HEITZ D., GAUVAIN J.B., VOISIN T., DE WAZIERES B., GONTHIER R., JEANDEL C., COUTURIER P., ANKRI J., BLANCHARD F. et NOVELLA J.L.., 2011. « La fragilité : les enseignements de l’étude de la cohorte SAFEs et les perspectives d’avenir en matière de recherche », Gériatrie et psychologie & neuropsychiatrie du vieillissement, 9, 2 :135-149.

LANG P.-O., TRIVALLE C. et DRAMé M.., 2012. « La fragilité : mythe ou réalité ? », Neurologie-Psychiatrie-Gériatrie, 12, 70 : 163-170.

MICHEL H., 2012. « La notion de fragilité des personnes âgées : apports, limites et enjeux d’une démarche préventive », Retraite et société, 62 : 174-181.

MICHEL J.-P., LANG P.-O. et CRUZ-JENTOFT A. J., 2009. « Sarcopénie : nouveau thème d’actualité en gériatrie », Revue médicale suisse, 5 : 2200-2204.

MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À LA SÉCURITÉ SOCIALE, AUX PERSONNES ÂGÉES, AUX PERSONNES HANDICAPÉES ET À LA FAMILLE, 2006. Plan Solidarité-Grand âge, France, 39 p.

MINISTÈRE DE LA SANTÉ, 2007. Plan national « Bien vieillir » 2007-2009, France, 35 p.

MINISTÈRE DE LA SANTÉ, 2015, Plan national d’action de prévention de la perte d’autonomie, France, 204 p.

ROCKWOOD K. et MITNITSKI A., 2007. « Frailty in relation to the accumulation of deficits », Journals of Gerontology Series A, 62, 7: 722-727.

ROCKWOOD K., SONG,X., MACKNIGHT C., Bergman H., Hogan D. B., McDowell I. et Mitnitski A.2005. « A Global Clinical Measure of Fitness and Frailty in Elderly People », Canadian Medical Association Journal, 173, 5: 489-495.

ROLLAND Y., BENETOS A., GENTRIC A., ANKRI J., BLANCHARD F., BONNEFOY M., DE DECKER L., FERRY M., HANON O., JEANDEL C., NOURHASHEMI F., PERRET GUILLAUME C., RETORNAZ F., BOUVIER H., RUAULT G. et BERRUT G., 2011. « La fragilité de la personne âgée  : un consensus bref de la Société française de gériatrie et gérontologie », Gériatrie et psychologie & neuropsychiatrie du vieillissement, 9, 4 : 387-390.

ROLLAND Y. et VELLAS B., 2009. « La sarcopénie », La Revue de médecine interne, 30, 2 : 150-160.

De SOUTO BARRETO P. et FERRANDEZ A.-M., 2007. « Le processus incapacitant au cours du vieillissement : rôle de l’exercice/activité physique », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 19 : 221-232.

SUBRA J., GILLETTE-GUYONNET S., CESARI M., OUSTRIC S. et VELLAS B., 2012. « Intégrer le concept de fragilité dans la pratique clinique : l’expérience du gérontopôle à travers la plateforme d’évaluation des fragilités et de prévention de la dépendance », Les cahiers de l’année gérontologique, 4 : 269-278.

Trivalle C., 2000. « Le syndrome de fragilité en gériatrie », Médecine & Hygiène. 58 : 2312-17.

VOGEL T., SCHMITT E., KALTENBACH G. et LANG P.-O., 2014. « La fragilité  : un concept robuste mais une méthode d’évaluation encore fragile », Neurologie-Psychiatrie-Gériatrie, 14, 79 : 43-49.

WONG C. H., WEISS D., SOURIAL N., KARUNANANTHAN S., QUAIL J.-M. et WOLFSON C., 2010. « Frailty and Its Association with Disability and Comorbidity in a Community-Dwelling Sample of Seniors in Montreal: A Cross-Sectional Study », Aging Clinical and Experimental Research, 22, 1: 54-62.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche postdoctorale à l’Inserm (U.1027) a bénéficié d’une bourse cofinancée par le Conseil régional Midi-Pyrénées et l’IMI (Europe). Cette recherche postdoctorale à l’INSERM (U.1027) compte avec une bourse cofinancée par le Conseil Régional Midi-Pyrénées et l’IMI (Europe).

2 L’enquête sociologique a été réalisée à Toulouse où cent-six participants ont été recrutés pour l’étude clinique. Cette enquête a reçu un avis favorable du Comité d’éthique sur les recherches non interventionnelles (CERNI) de l’Université fédérale de Toulouse l’Université Fédérale de Toulouse sous le registre numéro 2017-0322017-032.

3 En outre, ces perspectives se distinguent de celles développées au sein des sciences sociales et auxquelles nous adhérons. Les travaux de Balard et Somme (2011) montrent que la fragilité renvoie non seulement à la condition physique, mais aussi et surtout aux conditions sociales et économiques des personnes âgées, à la fragilisation de leur rôle social et des repères nécessitant une « déprise » (Barthe et al., 1988 ; Caradec, 2005 ; Clément & Membrado, 2010), c’est-à-dire une réorganisation de la vie quotidienne qu’elles doivent effectuer au fur et à mesure qu’apparaissent les problèmes et contraintes liés à leur vieillissement.

4 Les moteurs de recherche utilisés étaient multidisciplinaires (Google Scholar) ou relevaient des disciplines médicales (Medline et PASCAL). Les mots-clés des recherches ont été sélectionnés en fonction du questionnement et ont évolué légèrement au fil des lectures. Les mots-clés déterminants sont les suivants : « fragilité », « personnes âgées », et leur combinaison, ont par la suite été complétés par « fragilisation », « vieillissement réussi », « syndrome de fragilité », « sarcopénie », « dépendance », « autonomie », « vulnérabilité », avec leurs équivalents en anglais. De même, d’autres termes surgis lors des réflexions ont été combinés, tels que « biomarqueurs ».

5 La recherche comporte un volet « personnes âgées » qui n’est pas exploité dans cet article. Dans ce cadre, nous menons actuellement des entretiens avec les personnes âgées participant au projet européen. L’idée avancée est que la « fragilité » fonctionne comme une « catégorie interactive » pouvant produire des « effets de boucle » (looping effect) sur les individus, modifiant ainsi leurs représentations de soi et leurs pratiques (Hacking, 2003).

6 En 1961, la Société française de gérontologie est créée et, à partir des années 1970, plusieurs sociétés régionales voient également le jour. Il s’agit surtout de cliniciens privés qui entretiennent des relations privilégiées avec les pouvoirs publics (Benoit-Lapierre, 1983).

7 Certaines formes de sénilité, par exemple, rentrent aujourd’hui dans le domaine de la maladie d’Alzheimer (Ngatcha-Ribert, 2007).

8 Au sens où l’entend Foucault, à savoir qu’une connaissance scientifique nécessite surtout un langage « mesuré » pour donner la mesure des choses (Foucault, 1963).

9 Dans la littérature recensée par Dramé et al. (2004 : 10), plus de trente définitions de la « fragilité » sont données.

10 Il s’agit de propos recueillis de manière informelle lors d’observations dans le cadre de la recherche clinique. Ces propos ont été « reconstruits » dans un journal de terrain, quelques minutes après avoir été entendus, en essayant de garder le vocabulaire et l’intention des acteurs.

11 Voir également le site du laboratoire de recherche et développement Citrage [en ligne], http://www.citrage.com (page consultée le 31/10/1018).

12 Ainsi, le 25 septembre 2017, une société de biotechnologie spécialisée dans le développement de candidats-médicaments pour traiter les maladies du vieillissement (Biophytis) a déposé une demande d’autorisation de recherche clinique pour un nouveau médicament auprès de la Food and Drug Administration (FDA) dans le but de démarrer, aux États-Unis, l’étude interventionnelle du candidat-médicament pour lutter contre la sarcopénie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfonsina Faya-Robles, « La personne âgée « fragile » », Anthropologie & Santé [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/4341 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.4341

Haut de page

Auteur

Alfonsina Faya-Robles

Post-doctorante, INSERM/UPS UMR1027, Faculté de médecine, 37 allées Jules Guesde, 31000 Toulouse (France), Chercheuse associée au LISST/UTJJ, UMR5193, Université Toulouse Jean Jaurès, Maison de la Recherche, 5 Allées A. Machado, 31058 TOULOUSE CEDEX 9 (France), afaya@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • OpenEdition Journals