Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Articles

À cheval sur le poids. Ethnographie d’un bricolage corporel à visée professionnelle : le cas des jockeys de galop

Weight management in flat racing jockeys
Sabrina Nouiri-Mangold

Résumés

L’article étudie la manière dont jockeys et apprentis jockeys tentent de réguler leurs poids dans l’optique de pouvoir travailler. Ces derniers doivent monter, lors de leur participation à une course, en respectant des exigences en matière de poids, correspondant non pas à leur catégorie de poids, mais aux performances antérieures de leurs montures. Le poids n’étant pas fonction de la morphologie du jockey mais de critères extérieurs, les professionnels sont souvent amenés à monter en ayant un poids bien inférieur à leur poids de forme et donc à le faire chuter parfois de manière brutale. De plus, ces pertes de poids ne sont jamais accompagnées institutionnellement. Ni le centre de formation ni les médecins n’encadrent ces pratiques d’amaigrissement, taboues dans le milieu hippique. L’article revient sur les techniques expérimentales mobilisées par les jockeys pour faire dégringoler leur poids, puis analyse les effets de la gestion du poids sur les carrières professionnelles et les trajectoires sociales de ces jeunes hommes de milieux populaires, et inversement les effets de la trajectoire sur la maîtrise du poids.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir notamment « Japon : P. C. Boudot deuxième en chaussettes et sans bottes », Zone Turf, 17 novem (...)
  • 2 « À l’inverse de la plupart des pratiques sportives qui sont offertes aux amateurs, l’apprentissage (...)

1En novembre 2014, le jockey français Pierre-Charles Boudot fait scandale au Japon pour avoir couru en chaussettes au lieu des bottes réglementaires1. Il s’expliquera immédiatement dans la presse hippique en arguant qu’il s’agissait pour lui du seul moyen « de faire le poids ». Le jockey de 1,73 mètre devait monter ce jour-là à 55 kilos. Afin de répondre à cette exigence, il a été contraint de se mettre en selle sans ses chaussures. En effet, contrairement à ce que décrivent Vérène Chevalier et Fanny Le Mancq (2013) pour les cavaliers de compétition équestres2, les jockeys sont soumis à des exigences de poids. Ainsi, dans les courses de galop, quelle que soit leur taille, ils sont tenus de monter à des poids « légers » compris en moyenne entre 47 et 55 kilos. À l’inverse des sports soumis à catégorie de poids – où les athlètes concourent généralement dans la catégorie correspondant plus ou moins à leur poids de forme –, le poids des jockeys est calculé en fonction des performances antérieures de leurs montures.

Le « handicap » : produire de l’égalité en ajustant les poids

  • 3 Selon les dispositions de l’article 52 IV du Code des courses au galop.
  • 4 Cette valeur n’est pas figée, mais évolue à chaque course : plus un cheval obtient de bonnes perfor (...)
  • 5 Les poids minimums autorisés (vêtements et harnachement compris) sont de 49 kilos en « courses plat (...)
  • 6 Cet écart de poids arrive notamment lorsqu’un jockey monte deux courses à des poids différents dans (...)

2Le principe des courses de galop est d’égaliser les chances de gagner entre les concurrents par le « handicap » de poids. Concrètement, il s’agit de handicaper les chevaux jugés les plus performants en leur affectant les poids les plus lourds à porter durant la course3. Pour ce faire, un membre de la société organisatrice des courses, appelé le « handicapeur », est chargé de déterminer la « valeur » de chaque cheval en fonction de ses performances antérieures, de ses aptitudes sur telle et telle distance, tels et tels types de terrain, de son âge, etc. La valeur d’un cheval détermine le poids que ce dernier devra porter durant la course4, c’est-à-dire approximativement le poids du jockey auquel s’ajoute celui des vêtements, des bottes, de la cravache et de la selle. Les poids attribués à chaque cheval sont rendus publics trois jours avant la compétition, ce qui laisse peu de temps au jockey pressenti pour ajuster son propre poids5. Les cavaliers et les harnachements sont pesés juste avant et juste après la course par les commissaires. Dans l’éventualité où leur poids serait inférieur au poids attendu, des plaques de plomb sont ajoutées sur la selle6.

3Ainsi, la question du poids apparaît ici comme une variable d’ajustement professionnelle. Dans le domaine des sciences sociales, la question du poids est principalement posée en lien avec des problématiques de santé, telles que l’obésité (Badeyan & Guignon, 2002 ; Lhuissier & Régnier, 2005 ; Poulain, 2009 ; Vandebroeck, 2015), l’anorexie (Darmon, 2003) ou encore l’orthorexie (Adamiec, 2016), ou en lien avec des problématiques esthétiques (Grossetête, 2015 ; De Labarre, 2004). Le poids est ainsi toujours pensé soit à l’aune des normes de santé en vigueur, comme une cause de trouble dès lors que le poids est jugé déviant, soit en fonction des normes esthétiques prédominantes. Dans les recherches en sciences sociales, la question du poids n’est que marginalement posée en lien avec le travail, alors même qu’elle est au cœur de certains métiers de représentation : hôtes/hôtesses d’accueil (Schutz, 2006) ou de l’air (Lambert & Virot, 2016), métiers de service (Moreno Pestaña, 2015). Or, dans le cas des jockeys, le poids et la capacité à l’ajuster très rapidement sont un préalable nécessaire au fait de pouvoir travailler, comme en témoigne l’extrait d’observation suivant :

  • 7 Ce travail consiste notamment pour la société organisatrice des courses à valider les chevaux qui v (...)

Une matinée d’avril 2007, en salle de presse de l’hippodrome de Deauville, j’ai eu l’occasion d’observer un employé de la société organisatrice des courses effectuer le travail d’« engagement »7 des chevaux dans les courses. Il appelle un entraîneur (je n’entends pas les réponses de l’entraîneur, mais ses relances sont assez éclairantes) :

Employé : Bonjour monsieur Gustave, je voudrais faire le point avec vous pour les partants de la semaine prochaine.

Entraîneur :

Employé : Alors de disponible sur l’hippodrome ce jour-là et au poids qui vous intéresse, on a Thomas Salvadore, Théo Loiseau, Kévin Audren… quoi non, il est un peu lourd lui…

Entraîneur :

Employé : Ok très bien Thomas Salvadore alors… pour Story Flash !

4Cet épisode met en lumière le fait que, contrairement à l’idée que l’on peut se faire d’un binôme cheval-cavalier indissociable, comme c’est le cas en équitation sportive (Chevalier & Le Mancq, 2013), les jockeys sont souvent désignés au dernier moment pour monter sur un cheval avec lequel ils ont rarement eu l’occasion de s’entraîner au préalable. Par conséquent, si le choix d’un jockey par un entraîneur se fait suivant la « réputation » du cavalier, il se fait aussi, et peut-être surtout, par sa disponibilité et son poids le jour de la course.

Hippisme et automédication 

5L’automédication est interrogée ici dans une perspective originale dans la mesure où les intéressés n’y ont pas recours dans une visée curative, mais uniquement afin de pouvoir exercer leur métier. Alors que chez les artisans, le fait de se soigner par ses propres moyens est une condition nécessaire au maintien d’une activité d’indépendant, où le travail ne se délègue pas aisément en cas de maladie (Crasset, 2017), dans le cas des courses, elle est un préalable nécessaire au travail. En effet, comme nous le verrons plus loin, un jockey incapable d’ajuster son poids ne sera pas en mesure de travailler. Dans cet article, la gestion du poids est questionnée en lien avec l’automédication, dans le sens où il ne s’agit pas d’un travail sur le poids inscrit dans le cadre d’un régime alimentaire encadré et structuré par une institution, mais plutôt de la mobilisation de « savoirs expérientiels ». Adoptant la perspective de Francisca Caron-Flinterman, Jacqueline Broerse et Joske Bunders (2005), Eve Bureau et Judith Hermann-Mesfen expliquent ainsi que ces derniers reposent « sur diverses formes de savoir : le savoir propositionnel désignant les informations circulant par l’écrit et les discours, le savoir pratique soit les savoir-faire et les capacités, et le savoir par acquisition désignant ce qui est appris par expérimentation avec son propre corps » (Bureau & Hermann-Mesfen, 2014). Dans le cas des courses hippiques, les savoirs expérientiels sont ceux acquis par les jockeys au cours de leur expérience de perte de poids. Ils sont en concurrence avec les savoirs strictement médicaux et peuvent entrer en contradiction avec les normes de santé en matière de gestion du poids. La perte de poids ayant lieu généralement dans l’urgence, le régime alimentaire s’avère rarement suffisant et conduit les jockeys à s’appuyer sur d’autres techniques pour faire chuter leur poids rapidement : vomissement, « séchage » musculaire, sudation ou encore ingurgitation de substances énergisantes, stupéfiantes ou de médicaments sans prescription médicale. Ainsi, la question de l’automédication n’est pas pensée uniquement en lien avec la prise de médicaments, mais plutôt comme un ensemble de savoirs expérientiels que les jockeys mobilisent dans le dos (et parfois à la vue) des médecins des courses, dans l’optique de faire chuter brutalement leur poids. Cette recherche a vocation à mettre au jour les conditions sociales et institutionnelles qui conduisent des cavaliers professionnels à s’appuyer sur cet ensemble de savoirs, liés non pas à des prescriptions médicales mais à leurs propres expériences ou aux expériences de leurs camarades, pour faire chuter leur poids.

Les courses hippiques, un espace genré et fortement hiérarchisé

  • 8 Jean-Pierre Digard écrit à propos de l’histoire des courses au trot : « En France, dans de nombreus (...)
  • 9 Malgré une diversification récente du recrutement social des entraîneurs, leurs origines sociales r (...)
  • 10 Aujourd’hui, les lads sont appelés « cavaliers d’entraînement ». Leurs origines sociales restent gl (...)

6L’article présente une double originalité. D’abord, il pose le regard sur le milieu des courses de galop françaises, univers jusque-là peu étudié par les sciences sociales. D’un point de vue contextuel, alors que les courses dites « au trot » sont d’origine paysanne8, les courses au galop ont été importées en France par l’aristocratie anglophile au xviiie siècle. Elles se sont notamment développées autour de la ville de Chantilly et du Duc d’Aumal (Blay, 2006) et se sont progressivement institutionnalisées à partir de 1833, par la création d’une société organisatrice des courses (la Société d’encouragement) qui, dans les premiers temps, fut adossée au prestigieux cercle de sociabilité du Jockey Club. À cette époque, ont été importés d’Angleterre à la fois la règlementation en vigueur (le code des courses) et le personnel d’entraînement : entraîneurs de chevaux issus de familles aristocratiques et « lads-jockeys » d’origines sociales très modestes. Aujourd’hui encore, l’univers des courses de galop reste très hiérarchisé et, contrairement aux courses de trot, il est structuré par une très forte division du travail entre les propriétaires de chevaux, détenteurs des capitaux, les entraîneurs9, chargés de l’hébergement et de l’entraînement des chevaux, les lads10, salariés des entraîneurs chargés de monter les chevaux à l’entraînement, et les jockeys, travaillant pour le compte du propriétaire et chargés de monter les chevaux durant les courses. Contrairement au recrutement social relativement élitiste des cavaliers en équitation sportive (Chevalier & Le Mancq, 2013), les jockeys (qui ont presque tous été lads auparavant) sont majoritairement issus des milieux populaires ruraux (près de huit jockeys sur dix) : parmi les jockeys que j’ai interrogés par questionnaire, 21 % ont des pères petits agriculteurs et ouvriers agricoles, 13 % petits commerçants, 17 % employés, 13 % ouvriers et 15 % de professions en lien avec les courses. À l’inverse, très peu de pères relèvent de la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures » (8 %). D’origines sociales populaires, les jockeys, dont certains ont déjà expérimenté la « misère de condition » dans leur milieu familial, expérimentent aussi, en tant que travailleurs en bout de chaîne (et relativement dominés) dans un univers prestigieux, la « misère de position » telle qu’elle a été décrite par Pierre Bourdieu à propos du contrebassiste dans un orchestre :

La pièce de Patrick Süskind, La contrebasse, fournit une image particulièrement réussie de l’expérience douloureuse que peuvent avoir du monde social tous ceux qui, comme le contrebassiste au sein de l’orchestre, occupent une position inférieure et obscure à l’intérieur d’un univers prestigieux et privilégié, expérience d’autant plus douloureuse sans doute que cet univers, auquel ils participent juste assez pour éprouver leur abaissement relatif est situé plus haut dans l’espace social. (Bourdieu, 1993 : 16)

7La seconde originalité de cet article est de porter le regard sur une forme particulière de transgression de genre. Dans le domaine des sciences sociales, ce sont surtout les univers masculins infiltrés par des femmes qui ont suscité l’intérêt des chercheurs, plus que l’inverse. Que l’on se pose la question d’une socialisation spécifique dans le cas des femmes footballeuses, boxeuses, haltérophiles (Mennesson, 2005), des navigatrices de course au large (Le Bars & Lacombe, 2011), ou des femmes guides de haute montagne (Mennesson & Galissaire, 2004) ou que l’on retrace l’histoire des mouvements féminins ayant investi le sport (Todd, 1998), et plus spécifiquement les sports dits masculins (Louveau, 1986), l’investissement des « sports masculins » par les femmes, envisagé comme une conquête, aiguise la curiosité des chercheurs. En revanche, l’engagement d’hommes dans des sports traditionnellement féminins reste un domaine relativement peu étudié. Les principales recherches sur le sujet portent sur les sports artistiques : qu’il s’agisse des travaux de Caroline Chimot sur les garçons qui pratiquent la gymnastique rythmique (Chimot, 2014), ou de ceux de Joel Laillier sur les petits rats de l’opéra masculins (Laillier, 2016), c’est principalement la question de la construction de l’identité sexuée et celle du rôle des familles qui sont posées, la transgression de genre y étant si importante qu’elle vient remettre en question l’orientation sexuelle de ces jeunes garçons.

  • 11 L’ECH est un lycée agricole privé, sous contrat avec l’État. Elle a pour vocation de former les élè (...)
  • 12 En 2007, seules trois femmes montaient régulièrement en courses.

8Dans le monde des courses, la question se pose sous un angle différent. En effet, si l’équitation est un sport majoritairement féminin (Le Mancq, 2007), et si l’École des courses hippiques (ECH)11 recrute en 2007 une majorité de filles (60 %), le milieu des jockeys reste en revanche très masculin12. Le présent article se focalise quant à lui sur le type de corps attendu des jockeys (hommes de milieux populaires), qui doit être fin et léger, caractéristiques qui sont habituellement plus valorisées chez les femmes que chez les hommes, et plus chez les membres des classes supérieures que chez ceux des milieux populaires.

  • 13 « Des membres des classes supérieures qui recherchent les aliments “sains” et “légers”, légumes ver (...)

9Ainsi, les jockeys – hommes issus de milieux populaires expérimentant la « misère de position », n’ayant pas été socialisés aux pratiques alimentaires ascétiques des membres des classes supérieures13 (privilégiant des aliments légers permettant de réguler le poids) et ne faisant pas l’objet d’un encadrement diététique – sont contraints de « bricoler » avec leur corps de manière à faire chuter leur poids en l’espace de quelques jours. L’article s’intéresse aux techniques mobilisées par les jockeys à cette fin, dans un environnement institutionnel où l’absence d’encadrement est de mise, en même temps qu’il s’interroge sur les effets de la gestion du poids sur les carrières, et plus largement sur les trajectoires sociales des jockeys.

Une enquête ethnographique

10Cet article se fonde sur une enquête ethnographique menée à l’ECH et auprès des jockeys de galop. Concrètement, j’ai observé (et retranscrit dans des carnets de terrains) l’ensemble des courses de l’hippodrome de Strasbourg (environ cinquante), une dizaine de réunions sur les autres hippodromes de l’est de la France (Nancy, Vichy, Montiers-en-Der) et une dizaine de réunions de courses sur les hippodromes de galop dits « parisiens » (Chantilly, Longchamp, Auteuil et Deauville) durant trois ans, soit environ soixante-dix réunions de courses de 2005 à 2008. J’ai ensuite été employée comme hôtesse d’accueil sur l’hippodrome de Strasbourg, puis par la société gérant les hippodromes parisiens (Groupement technique des hippodromes parisiens, GTHP), jusqu’en 2010, ce qui m’a permis de poursuivre mes observations, de maintenir les liens avec les jockeys, et surtout de suivre l’évolution de leur trajectoire sur le long terme. Dans ce cadre, j’ai mené une quinzaine d’entretiens complétés par le passage d’un questionnaire auprès de cent un jockeys (sur un peu plus de sept cents en France). Par la suite, j’ai réalisé des observations en immersion au sein de l’ECH (formant les futurs cavaliers d’entraînement), à l’occasion desquelles j’assistais aux cours, aux entraînements, mais aussi aux repas et aux moments de sociabilité, tels que les sorties et les soirées à l’internat (y étant moi-même logée) durant deux semaines en 2007, puis trois semaines en 2010. J’ai également eu accès aux dossiers scolaires des élèves comportant notamment des renseignements médicaux relatifs au poids. Un second questionnaire a été soumis à quatre-vingt-dix-neuf des cent vingt élèves de l’école. Concernant la question des pratiques corporelles, mes observations ont été facilitées par deux éléments. D’une part, j’ai d’emblée sympathisé avec un élève qui m’a présenté à son groupe de copains, puis progressivement aux autres élèves de la classe de CAP agricole que je suivais, et d’autre part, j’accompagnais chaque soir les surveillants dans leur tournée de couvre-feu au sein de l’internat des garçons, ce qui a constitué des moments d’observation privilégiés, d’autant plus que le chahut environnant dans les grands dortoirs semblait rendre ma présence moins pesante. Sur une question aussi délicate que la gestion du poids, qui relève de l’intime et peut parfois impliquer des pratiques considérées comme taboues (comme le vomissement) ou illégales (comme l’absorption de drogues), la fréquentation des jeunes jockeys sur le long terme et l’établissement d’une proximité avec certains élèves de l’ECH m’ont permis d’avoir progressivement accès à certaines pratiques a priori dissimulées au regard de l’observateur extérieur.

L’École des courses hippiques, un no man’s land diététique

Un matin de février 2010, première journée d’un stage de sélection pour entrer à l’ECH.

Les adolescents sont arrivés il y a moins d’une heure au sein de l’établissement. Ils viennent tout juste de recevoir un casque et un gilet de sécurité à leur taille. Ils sont groupés en cercle, autour d’une vieille balance, et attendent dans le froid, au milieu de la cour de l’écurie, d’être pesés habillés, vêtus de leurs bottes et de leur manteau. Au fur et à mesure, le poids de chacun est proclamé publiquement par les formateurs et est régulièrement agrémenté de plaisanteries telles que : « On est dans les courses ici pas chez les Sumos ! » ou encore « Va falloir faire du sport pour me perdre tout ça ! ! » ou encore « Et là t’as que 13 ans… imagine dans trois-quatre ans quand t’auras terminé ta croissance… ».

11Contrôler le poids des athlètes n’est pas en soi une pratique marginale dans le monde sportif. Dans les sports de combat, l’enjeu est d’ajuster son poids afin de pouvoir concourir dans la catégorie la plus stratégique (Wacquant, 2000). En danse classique, c’est plutôt la forme du corps fin, élancé et longiligne qui est recherchée (Laillier, 2016). Dans le handball, sport de contact, c’est à l’inverse la prise de masse musculaire et de poids qui est valorisée. Xavier Clément et Catherine Louveau décrivent la pesée des joueurs comme une « exhibition des corps ritualisée ».

Effectivement, après chaque période de vacances, la reprise de l’entraînement débute par une pesée. Les joueurs se déshabillent dans les gradins et se pèsent en sous-vêtements. Ils inscrivent leur poids sur une fiche de suivi. Certains annoncent leur poids à haute voix, d’autres sont ouvertement questionnés par leurs camarades. La prise de masse musculaire est l’affaire de tous. Elle est contrôlée par les encadrants. Les corps musclés fascinent aussi. Lorsqu’un joueur se met torse nu en bordure de terrain, l’entraîneur s’adresse ouvertement à nous : « T’as vu ça la masse ! Et il a que 15 ans le gamin ! » (Clément & Louveau, 2013)

  • 14 En témoignent les propos d’un ancien directeur de l’ECH, légitimant le refus de tout suivi médical (...)

12Ce qui est plus original en revanche est que cela se passe dans le domaine hippique. En effet, en équitation sportive, de telles scènes de pesées sont impensables tant il est admis que l’athlète du duo est le cheval et non l’humain (Chevalier & Le Mancq, 2013). Ainsi par exemple, les cavaliers ne sont pas suivis médicalement et ne disposent ni d’entraînement ni même d’échauffement spécifique à leur discipline. Si cette relégation du cavalier au second plan atteint probablement son paroxysme dans le monde des courses14, gérer son poids n’en reste pas moins une nécessité pour les jockeys et les apprentis s’ils veulent avoir une chance de monter en course.

13L’ECH entretient un rapport ambigu à la question du poids. En effet, d’un côté, en tant que structure scolaire, elle n’est pas autorisée à sélectionner les élèves sur la base de critères physiques, et de l’autre le poids est une variable indispensable à prendre en compte dans la formation au métier de cavalier d’entraînement. Concrètement, les apprentis jockeys sont obligatoirement logés en internat et sont donc contraints de manger la nourriture proposée par la chaîne de restauration scolaire en place. Comme c’est le cas dans de nombreuses cantines scolaires, cette dernière offre un choix entre deux plats, ainsi qu’entre plusieurs entrées et desserts. Toutefois, pas l’ombre d’une préoccupation diététique ne traverse ce buffet. En effet, les plats proposés reflètent plutôt les goûts des milieux populaires, valorisant une nourriture « riche » et qui « tient au corps » (Grignon & Grignon, 1980) : frites, pâtes, plats en sauce, œufs mayonnaise, pizza et friands en guise d’entrée, îles flottantes, fondants au chocolat, crèmes dessert et autres sucreries sont régulièrement proposés aux élèves pour leurs déjeuners et leurs dîners. Comment faire alors pour contenir son poids, si ce n’est en ne mangeant que des haricots cuits à l’eau, ou en ne mangeant pas du tout, comme le font certains élèves à l’approche des courses ? Alors que j’aborde la question avec le chef de cuisine à l’issue d’un repas, il me répond : « Ce sont des ados, il faut qu’ils mangent de tout, il n’y a pas besoin de diététique là-dedans ! ».

14Dans un univers institutionnel où les préoccupations quotidiennes liées aux exigences de poids semblent (volontairement) effacées, on comprend mieux le rôle de la pesée collective initiatique. Il ne s’agit pas tant pour les instructeurs de relever le poids des élèves, qui est déjà à deux reprises mentionné dans leur dossier (par les parents et par un médecin), mais bien plus de rappeler aux élèves une des exigences fondamentales du métier : s’ils veulent réussir, la maîtrise de leur poids devra être leur principale préoccupation. Ainsi, ce n’est pas un hasard si le stage de sélection (qui constitue souvent le premier véritable contact que les élèves ont avec le monde des courses) débute par ce rituel de pesée collective, et ce n’est pas un hasard non plus si les élèves sont pesés habillés, vêtus de gilets de protection et de bottes bien plus lourds que ceux qu’ils auront éventuellement à porter en course, sur une balance à la précision approximative. Les poids sont ainsi largement surévalués par les instructeurs, déclenchant des réactions de surprise voire de honte chez certains élèves. Si les adolescents protestent qu’ils ne font « pas ce poids-là habituellement », ils sont immédiatement rabroués et on leur explique que s’ils commencent déjà à discuter, « ils n’iront pas loin ». De plus, les plaisanteries/moqueries formulées à la suite du passage de la plupart des élèves sont aussi une manière de rappeler de manière détournée, mais non moins violente, les normes corporelles du milieu et les exigences du métier. Enfin, ce n’est pas un hasard non plus si ce sont les instructeurs hippiques de l’école (les plus en lien avec l’univers professionnel de l’entraînement) et non l’enseignant d’EPS ou les cuisiniers, qui s’emparent de la question de la gestion du poids. Ainsi, dans un établissement scolaire où la question du poids tend à être euphémisée au quotidien (par la politique de l’établissement), la violence symbolique engendrée par la pesée initiatique peut être comprise comme une manière de faire incorporer des normes corporelles professionnelles, sans les formuler officiellement.

15En sélectionnant sans sélectionner, en prônant des impératifs de minceur sans en donner les conditions matérielles de possibilité, l’ECH conduit ainsi les élèves à se baser sur un ensemble de savoirs issus de leurs expériences propres et de celles de leurs camarades afin de faire chuter leur poids.

Expériences de gestion du poids par les jockeys

16Comme le remarque le diététicien Jean-Paul Blanc, « s’il y a une catégorie sportive bien délaissée du point de vue diététique, c’est bien les jockeys ! On parle souvent du fameux “régime jockey” : celui-ci en fait n’existe pas, ou alors consiste en des caricatures de régime sous la forme de photocopies de programmes d’alimentation plutôt déséquilibrés que l’on se passe sous le manteau ! » (Blanc, 1996). Cela est d’autant plus vrai que les jockeys viennent majoritairement de milieux populaires. Or, comme l’a montré Luc Boltanski (1971), les membres des milieux populaires sont peu disposés à se rendre chez le médecin, et plus généralement à écouter leurs sensations corporelles, privilégiant l’efficacité de leur travail plutôt que l’attention portée à leur corps. Il apparaît ainsi d’autant plus difficile pour les jockeys de solliciter un suivi médical personnel qu’ils ont été socialisés à un tout autre rapport au corps médical et à leur propre corps. Ils sont donc contraints de se « débrouiller » par eux-mêmes pour faire chuter leur poids rapidement en mobilisant un certain nombre de « savoirs expérientiels », fondés soit sur des expériences concluantes de perte de poids à l’issue de tests, soit sur le récit d’expériences concluantes relatées par d’autres jockeys.

Maintenir son poids par le régime alimentaire, une pratique qui ne va pas de soi

17Pour la plupart des jockeys, la diététique ne s’inscrit pas dans la culture familiale. Ainsi, suivre un régime alimentaire sur le temps long ne constitue en rien une pratique évidente. Dès lors, nombreux sont ceux qui s’appuient sur les résultats d’un ensemble de tests alimentaires. Ils vont reproduire les pratiques alimentaires dont ils savent par expérience qu’elles leur permettent de faire chuter rapidement leur poids, ou en tout cas de ne pas en prendre, sans que cela ne s’adosse forcément à un savoir diététique ou médical. D’ailleurs, les pratiques alimentaires des jockeys vont souvent à l’encontre des recommandations diététiques en matière de perte de poids.

Enquêtrice : D’accord, et euh les courses, ils vous... enfin est-ce que vous avez un régime imposé, à la base, ou pas ?

  • 15 Les noms et prénoms des jockeys sont modifiés par souci d’anonymat, à l’exception de Pierre-Charles (...)

Didier Morel15 : Non, non, non, c’est-à-dire que ça, c’est moi qui ai décidé de prendre ce régime-là parce que c’est celui qui m’a euh le mieux conv... convenu quoi je veux dire euh j’en ai essayé plein et... il s’est avéré que celui-là arrivait à me stabiliser mon poids au... auquel j’ai envie d’être. (Didier Morel, à propos de son « régime dissocié »)

  • 16 Au moment de l’enquête, il est âgé de 39 ans et pèse aux alentours de 58 kilos. Son père était jock (...)
  • 17 Les apprentis sont autorisés à monter 2 kilos plus légers que les autres jockeys et 2,5 kilos s’ils (...)

18Depuis la fin de l’enquête, Didier Morel16 a mis fin à sa carrière de jockey et s’est reconverti en tant que journaliste hippique, l’une des voies de reconversion possibles pour les jockeys les plus reconnus. Lors de l’entretien, il me faisait déjà part du fait qu’il prenait de l’âge et qu’il ne souhaitait pas avoir de carrière déclinante mais s’arrêter alors qu’il est encore « au top de [sa] forme ». Il m’exprimait par la même occasion sa lassitude face aux contraintes engendrées par le contrôle de son poids. Un autre jockey, Mickael Dréan, plus jeune mais lui aussi confronté aux problèmes de poids, m’explique que, depuis qu’il est passé professionnel (et qu’il a perdu sa « décharge de poids17 »), il ne monte plus qu’occasionnellement en courses. Il m’explique alors dans le détail les sacrifices qu’il est tenu de faire pour rester dans la course :

  • 18 Mickael est âgé de 21 ans au moment de l’enquête en avril 2007 et pèse aux alentours de 59 kilos. S (...)

Mickael Dréan18 : Le midi je rentre euh... c’est... J’aime bien manger un petit, un petit quelque chose, ce qui me passe sous la main, mais vraiment...vraiment, vraiment léger, par exemple euh...un petit Balisto qui fait 20 grammes ou un... je sais pas un... deux, trois bâtonnets de Coraya enfin, des trucs qui vont me caler gentiment, par exemple ce midi j’ai rien mangé du tout, voilà... avec un p’tit café…

19On constate ici le caractère à la fois expérimental (« j’en ai essayé plein ») et aléatoire (« un petit quelque chose qui me passe sous la main ») des pratiques alimentaires des deux jockeys. Toutefois, lorsque manger peu, de manière dissociée ou sauter des repas ne suffit pas à maintenir voire à faire chuter le poids, les jockeys ont recours à une autre pratique alimentaire plus radicale, mais pourtant fréquente qu’ils appellent « le séchage ». Cette pratique repose sur l’idée que seules les fibres musculaires contribuent au poids et doivent être dénuées de graisse. Se priver de nourriture et de boisson pendant quelques jours devient donc un moyen d’y parvenir.

  • 19 La mère de Marin est employée de banque et il n’a plus de contact avec son père. L’entretien se dér (...)

Marin Weber19 a 16 ans au moment de l’enquête (2007), et il est en classe de CAP agricole. Il monte en course de temps en temps. Il est assez grand et légèrement en surpoids par rapport à ses concurrents. Lors d’une discussion, il m’explique qu’avant une course, pendant deux semaines, il va courir le soir en « sudisette » [chemise plastifiée servant à accélérer la transpiration] et que trois jours avant la course il se « sèche complètement », c’est-à-dire qu’il ne boit et ne mange plus rien pendant trois jours : « parfois c’est dur surtout en été alors j’ai des sucres sur moi, quand tu sens que t’as une baisse de tension trop forte, mais sinon le moindre verre d’eau et tu prends des grammes... ».

20Au cours de cette discussion, Marin Weber évoque la difficulté de se « sécher » et de monter en course ensuite. À l’ECH, la volonté d’éviter le « séchage » devient un argument utilisé par les formateurs pour justifier l’éviction des élèves trop lourds ou trop grands au cours des sélections : « ils doivent se sécher, et après ils n’ont plus de force pour tenir leurs chevaux et ça fait des accidents » (Pierre-Alain Monnier, instructeur hippique, 2007). Toutefois, le fait de jouer sur les pratiques alimentaires ne suffisant souvent pas à maintenir le poids au plus bas, les jockeys ont recours à une combinaison d’autres méthodes basées, là encore, sur des savoirs liés à leurs expériences et à celles de leurs camarades et concurrents.

Du sauna au sac-poubelle, la diversité des méthodes de sudation

21L’élimination d’un surplus de poids par la transpiration est une pratique très courante chez les jockeys avant les courses, au point qu’elle est institutionnalisée par la présence de saunas sur les hippodromes de taille conséquente. Ainsi, les derniers réajustements de poids se font directement au sauna de l’hippodrome.

Mickael Dréan : Une fois que j’arrive aux courses euh... ça m’arrive d’aller au sauna donc je prends ma douche pour bien humidifier et puis après je passe au sauna, des fois une demi-heure, trois quarts d’heure au grand maximum, et puis après on se prépare gentiment pour la première course, donc on fait son poids [c’est-à-dire une première pesée non officielle sur la balance des commissaires] pour savoir déjà si on est exactement au bon poids, si on ne l’est pas ben on retourne au sauna [avant la pesée officielle], si on fait le poids facilement, c’est bon, on peut se changer.

22Lorsque le poids à perdre est trop important, ou bien lorsque les jockeys courent sur des hippodromes de province qui ne sont pas équipés de saunas, comme c’est le cas de la majorité des apprentis, d’autres méthodes sont utilisées pour se faire suer en amont de la course.

  • 20 Le père de Jérémy est ouvrier et sa mère sans emploi. Très fin mais de grande taille, il pèse aux a (...)

Jérémy Leguaec20 est âgé de 16 ans au moment de l’enquête, il est en classe de CAP agricole et monte très régulièrement en course. Il est plutôt grand et très mince. Un soir de novembre 2007, vers 21h30, j’ai eu l’occasion de tester la température ambiante du dortoir des garçons de l'école, lorsque j’accompagnais les surveillants à la tournée de couvre-feu. Les radiateurs étaient à pleine puissance, l’ambiance en était presque étouffante. Jérémy Leguaec était déjà couché le long du radiateur. Il portait deux pull-overs et était enveloppé dans de nombreuses couvertures. Le lendemain alors que nous discutions, il aborde la course du jour et le fait qu’il était un peu en dessous du poids auquel il aurait dû monter. Je lui demande alors comment il fait pour gérer son poids. Il m’explique qu’il essaye de transpirer un maximum en dormant et ajoute : « au départ, tu ne fermes pas l’œil de la nuit [à cause du radiateur] et t’as trop mal à la tête le lendemain, et puis tu t’habitues... c’est juste une question d’habitude ». Il m’avoue même avoir parfois dormi emballé dans des sacs en nylon pour transpirer plus.

23S’emballer dans des sacs en plastique, dormir contre le radiateur, courir en sudisette sont autant de moyens, qui relèvent du « système D » utilisés lorsque l’on n’a « pas le choix », et qui meurtrissent peu à peu le corps du jockey.

Le vomissement, une pratique discrète, mais banalisée

24Rappelons toutefois que les jockeys ne disposent que de trois jours entre l’annonce du poids et le jour de la course pour perdre (parfois) plusieurs kilos. Ainsi, lorsque le poids à perdre est trop important et le temps trop court, jouer sur l’alimentation ou la sudation ne suffit plus et des pratiques plus drastiques sont mises en œuvre. Se faire vomir devient alors une possibilité de perdre rapidement du poids. Chez certains jockeys montant peu régulièrement ou ayant des problèmes de poids, cela devient une pratique quasi quotidienne.

Mickael Dréan : Se faire vomir, bon ben ça, ça arrive euh... [rires] pas tout le temps, mais fréquemment [...] des fois on craque et euh... je rentre, j’ai très, très faim, et voilà... on s’empiffre, et puis bon je vais aux toilettes pour finir... 

Enquêtrice : D’accord... juste après [le repas] ou...

Mickael Dréan : Ouais, ouais, ouais, juste après, c’est là que ça passe le mieux, parce que si on attend, après on commence à digérer et puis c’est plus dur... voilà... avec beaucoup de coca... parce que l’eau, ça marche pas [...] ça va assez vite, je finis de manger, et après, j’en ai pour dix minutes, et puis après, je fume une cigarette, je regarde la télé, je mange à la rigueur un yaourt et je bois, je sais pas : deux trois gorgées de coca, je grignote un petit truc et puis voilà c’est fait...

25Cet extrait d’entretien illustre le caractère routinier qu’a pris le vomissement pour Mickael Dréan. Juste après le repas, celui-ci est intégré dans les activités du soir au même titre que fumer une cigarette ou regarder la télévision. Selon lui, il s’agirait d’une pratique très courante. Il estime qu’au moins 80 % de ses concurrents y ont recours occasionnellement ou régulièrement :

C’est fréquent, y en a beaucoup qui le font, y en a peu qui le disent, mais y en a beaucoup qui le font, même un ordre d’idée, à mon avis euh, on ne doit pas être loin des 80 % qui le font [...] Nan y en a… énormément. [...] Mais, par exemple, y en a un qui est archi connu c’est Louis... Louis, Julien, Nicolas, euh... même dans les jeunes, y en a plein qui le font hein... ho ! C’est un truc assez fréquent...

26Toutefois, il s’agit d’une pratique relativement dissimulée voire taboue, en particulier au regard des observateurs extérieurs que sont les sociologues ou les journalistes. En effet, depuis le début de mon enquête, alors que de nombreux journalistes se sont emparés de la question du poids chez les jockeys, aucun ne fait mention de cette pratique alors même que, comme l’affirme Mickael, « c’est archi connu dans le milieu ».

Laxatifs, diurétiques, cocaïne…

27Enfin, lorsque les autres techniques ne suffisent pas, la prise de médicaments ou de stupéfiants est envisagée, pour accélérer la perte de poids. Qu’il s’agisse de diurétiques et de laxatifs (permettant l’élimination par l’urine ou les selles) ou de substances énergisantes, ils sont souvent consommés en quantité importante.

  • 21 Thomas a 16 ans au moment de l’enquête en novembre 2007 et pèse aux alentours de 51 kilos. Il est e (...)

Thomas Salvadore21 est très mince et relativement petit. Il monte régulièrement en courses depuis le début de l’année. Un soir, à l’automne 2007, alors qu’il ne mange qu’un fromage parce qu’il monte le lendemain, nous discutons de ses pratiques alimentaires. Il m’explique que, pour le moment, il n’a pas trop de problèmes de poids parce qu’il monte souvent, mais qu’avant ça lui est déjà arrivé « d’avaler une plaquette entière de laxatifs pour perdre beaucoup de poids d’un coup ». À ce sujet, il me dit : « ce n’est pas très bon je sais, mais parfois y a pas le choix, mais sinon moi je me fais jamais vomir je trouve ça dégeu… »

  • 22 Il s’agit d’une pratique qui, bien que courante, se donne peu à voir aux observateurs extérieurs. I (...)
  • 23 Simon était âgé de 30 ans au moment de l’enquête (en 2013) et père de deux enfants. Ses deux parent (...)

28Se sécher, se faire vomir, suer, faire du sport et avaler des médicaments contribue à pousser le corps des jockeys à bout de forces, ce qui, dans les cas les plus extrêmes et les plus visibles, peut entraîner malaises et autres problèmes de santé. Pour pallier les manques d’énergie, tout est bon, du sucre aux boissons énergisantes en passant par la cocaïne22. Toutefois, la détection de molécules de cocaïne, d’autres drogues ou même de molécules diurétiques détectées dans les urines des jockeys est assez rare au regard du nombre de courses en France. Sur l’ensemble des procédures judiciaires traitées par le service judiciaire de la société organisatrice des courses en 2012, un seul cas a été détecté. Le jockey en question, Simon Bert23 a argué qu’il n’avait « jamais touché à ce genre de substances », expliquant au cours de la procédure disciplinaire avoir été contaminé accidentellement par une de ses amies (ayant consommé) lors d’une soirée.

Les médecins tenus à l’écart ?

  • 24 Louis a 22 ans au moment de l’enquête. Il pesait aux alentours de 52 kilos en 2013 et étant relativ (...)

29Ainsi, il est légitime de se demander comment de telles pratiques, loin d’être marginales passent au travers des filets du contrôle antidopage. Pour comprendre cela, il faut se pencher sur les procédures de contrôle antidopage des jockeys. Alors que pour les chevaux, le contrôle antidopage est drastique et systématique pour les trois premiers de la course – le vétérinaire étant secondé par une équipe chargée de suivre l’équidé dans tous ses déplacements (afin d’éviter les échanges de chevaux) depuis la fin de la course jusqu’au moment du prélèvement –, les jockeys sont libres de leurs allers et venues entre le moment où ils sont tirés au sort pour le contrôle et le moment du prélèvement, souvent en fin de journée. Au début de mon enquête, ils étaient chargés de rapporter eux-mêmes leurs échantillons d’urine au médecin des courses, jusqu’au jour où ils se sont rendu compte « que c’est le même gars qui pissait pour tout le monde ! » m’explique un des vétérinaires des courses, en riant de la légèreté de cette procédure. Depuis cette découverte, le médecin des courses accompagne les jockeys aux toilettes où sont réalisés les prélèvements, sans toutefois entrer dans la cabine, ce qui laisse le temps aux jockeys de substituer l’urine d’un camarade à la leur. Ainsi, au cours d’un trajet en train, Louis Auffret24, jockey, m’explique :

En fait, on a toujours des petites bouteilles ou sinon ben on va au supermarché acheter des Pom’Potes, tu vois les compotes de pommes [contenues dans un emballage aluminium avec un bouchon] on nettoie ça à fond, un pote pisse dedans, nous on emmène ça et au moment de pisser tu as un pote (prévenu au préalable) qui fait sonner ton portable [dont le son est réglé au maximum] ce qui permet de couvrir le bruit du transfert d’urine…

  • 25 Durant l’année 2012, une vingtaine de jockeys ont été sanctionnés par le conseil disciplinaire des (...)

30Si les jockeys, bien qu’en concurrence directe, parviennent à s’organiser pour échapper aux contrôles25, c’est peut-être parce qu’il m’a semblé au cours de mon enquête que certains médecins avaient tendance à « laisser faire ». C’est en tout cas ce que m’explique Mickael Dréan à propos du vomissement :

Enquêtrice : Et les médecins, ils vous disent quelque chose par rapport à ça ?

Mickael Dréan : Ben ils sont pas d’accord [rires]... Ils sont pas du tout d’accord... ouais mais bon... Ils savent très bien qu’on n’a pas trop le choix quoi ! Mais bon on ne leur dit pas aux médecins... sinon ils nous feraient une leçon de morale... 

  • 26 Il s’agit de médecins agréés par la société organisatrice des courses. Ils sont les seuls habilités (...)

31C’est finalement la relecture de notes concernant une discussion avec un médecin généraliste qui m’a permis de mieux saisir ce qui se joue lorsque les médecins des courses26 « ferment les yeux ».

Novembre 2005, alors que j’effectue ma toute première observation sur l’hippodrome de Strasbourg. Je suis en compagnie du médecin généraliste de la commune chargé de seconder le médecin des courses présent sur l’hippodrome lors de chaque réunion. Alors que je l’accompagne examiner un jockey qui vient juste de chuter sur un obstacle, il m’explique : « Le monde des courses c’est quand même très particulier, c’est le seul sport où tu vas déplacer un mec qui vient de tomber en moins d’une minute avant de vérifier qu’il n’a rien à la colonne vertébrale, tout ça parce qu’il ne faut pas arrêter la course [et que les chevaux risquent de repasser par l’endroit de la chute] ». Il m’explique alors que les enjeux financiers sont plus importants que la santé des jockeys et que c’est aussi pour cette raison que le médecin des courses ferme les yeux sur les diverses blessures des jockeys. Le généraliste me raconte ainsi qu’il arrive fréquemment que l’hôpital l’appelle à la suite d’une admission « et ils me demandent pourquoi tel jockey a encore une licence et qu’avec ses multiples fractures antérieures et mal soignées, il n’aurait jamais dû être autorisé à continuer le métier ! ». Il ajoute ensuite : « le médecin des courses ferme les yeux parce que sinon il n’y aurait plus personne pour monter dans l’Est quoi… ».

32Savoir fermer les yeux, jongler avec les objectifs de santé et les objectifs purement sportifs et économiques, sont des compétences partagées avec les médecins du sport employés directement par les organismes sportifs. Baptiste Viaud écrit à propos du médecin des équipes de France de handball :

Si, comme pour les autres, la santé fait dans son cas office de discours obligé (« l’intérêt pour le sport et le sportif, c’est de placer l’individu au cœur de son projet médical »), il expliquera être guidé dans sa pratique par deux échéances sportives majeures, « le mondial 2007 et les Jeux olympiques de 2008 ». Les grandes victoires et les médailles sont à ses yeux des récompenses inestimables qui justifient les efforts, le temps consacré, et les déplacements incessants. (Viaud, 2009 : 149)

33Ainsi, médecins des courses et médecins du sport doivent arbitrer au quotidien entre les objectifs parfois contradictoires de deux univers, et cela est d’autant plus vrai que le médecin est pris par les enjeux propres au milieu dans lequel il officie.

Être « héritier », un avantage pour maîtriser son poids ?

34Ces techniques pour faire chuter le poids sont brutales et meurtrissent peu à peu le corps des jockeys. Toutefois, ces derniers ne sont pas égaux face à la gestion du poids. Si la taille joue un rôle essentiel, les jockeys de petite taille étant de fait avantagés, elle n’est pas le seul et unique déterminant. Il est intéressant de regarder la manière dont l’origine sociale (et en particulier le fait d’être un « héritier ») pèse sur la capacité à gérer son poids. Alors qu’au sein d’un orchestre classique, les enfants de musiciens sont avantagés par leur socialisation primaire au travail et à l’univers musical (Lehmann, 2002), il est légitime de se demander si les enfants de jockeys sont avantagés, par la maîtrise de techniques spécifiques de gestion de poids. La comparaison des trajectoires de deux jockeys Cédric Blain (1,73 m) et Kevin Audren (1,76 m), s’avère à ce sujet instructive. Dans le milieu des courses, tous deux sont réputés avoir de grandes qualités hippiques, et être « à part » ; tous deux sont de grande taille, fils de jockeys et issus de milieux populaires, la mère de Cédric étant coiffeuse et femme de ménage, et la mère de Kevin ouvrière en usine. Ainsi, pour ces deux jockeys, la conversion corporelle exigée par le métier de jockey est en elle-même une transgression de genre, le corps mince et sec qu’ils recherchent s’inscrivant en opposition au corps valorisé chez les hommes de milieux populaires qui doit « exprimer au contraire l’imaginaire de la force, de la puissance et de la performance » (Vallet, 2009 : 58).

Une ascension sociale maîtrisée

35Cédric Blain explique qu’enfant, il était livré à lui-même, traînant dans la rue ou dans les hippodromes et multipliant les « bêtises ». Il y évoque aussi toute l’admiration qu’il a pour son père qui, bien qu’ayant une vie « chaotique » partagée entre les courses hippiques, les bagarres, le bistrot, les jeux d’argent et les violentes disputes avec sa mère, lui a impulsé l’envie d’être jockey. Son père ayant mis un terme à sa carrière à la suite de problèmes de poids, Cédric a eu très tôt conscience de l’importance de cette variable dans la carrière d’un jockey. Il raconte qu’à l’âge de 8 ans, il portait des chaussures trop petites pour lui dans l’espoir d’empêcher son corps de grandir. Malheureusement pour lui, sous l’effet d’une poussée de croissance, il a atteint 1,73 mètre, ce qui le contraint aujourd’hui à suivre un régime alimentaire drastique afin de peser les 57 kilos attendus pour monter en course.

Enquêtrice : Et par rapport au régime alimentaire... vous devez manger comment ?

Cédric Blain : Je fais beaucoup de grillades, je mange pas mal de viande blanche, tout ce qui est poulet, ce genre de... ou de veau. Je ne mange pas trop de pommes de terre, j’évite les frites, tout ce qui est assez gras, pareil y a plein de légumes que je mange en priorité : ce sont les carottes, la salade, des asperges, des courgettes, des poireaux, c’est des aliments qui s’éliminent vachement bien, et sinon je mange beaucoup de pain avec des fibres, des biscottes pour essayer de… d’améliorer le transit. J’évite les produits laitiers parce que ça reste quand même vachement longtemps dans l’organisme et c’est pas trop bon pour euh…, pour nous sportifs, et sinon des sucres lents, ça m’arrive de faire une ou deux fois par semaine des pâtes quand je sais que la veille j’ai euh... que le lendemain j’ai pas un petit poids, ça permet euh…, un bon plat de pâtes ça permet d’avoir de l’énergie, mais bon le problème c’est que ça met un peu plus de temps à éliminer donc quand on a un petit poids, la veille c’est plutôt une salade, euh... un poisson en papillotes, des choses assez légères quoi, sans, sans trop saler ni poivrer, donc l’assaisonnement est assez limité, donc c’est vrai que le goût est moins bon, mais on est obligé de manger ce genre de choses-là, ou sinon je fais pas mal de légumes vapeur. Voilà donc c’est quand même assez difficile comme régime à faire toute l’année, c’est pour ça qu’une fois ou deux par semaines quand on n’a pas de courses le lendemain, on se permet un bon restaurant et euh... Voilà, sinon je bois beaucoup d’eau, je bois peu d’alcool, quand j’en bois c’est souvent du champagne une fois par semaine quand on fête une victoire, ou quand on a un restaurant, mais c’est vrai que les vins rouges sont pas trop à conseiller pour faire un régime parce qu’on gonfle facilement avec ce genre d’alcool, le vin blanc encore avec des poissons ou des crustacés, parce que c’est vrai qu’on mange beaucoup de crustacés, des crevettes, et du poisson quand on a besoin de perdre du poids voilà…

36Le régime alimentaire de Cédric est rationalisé dans les moindres détails ‒ les différentes propriétés nutritives et éliminatoires des aliments ont été étudiées, tout comme leurs effets différenciés en fonction des moments d’ingestion ‒ afin que le régime soit le plus adapté aux exigences de poids et ne devienne pas lassant ‒ les écarts, tels que les restaurants ont été intégrés au projet alimentaire ‒, et que les aliments ne soient pas insipides. On observe ainsi chez ce jockey d’origine populaire, comme chez les jeunes filles anorexiques observées par Muriel Darmon (2003 : 253), une « transformation sociale des goûts alimentaires au profit d’un modèle dominant ». Par ailleurs, la rationalisation de son alimentation s’inscrit dans une dynamique plus large de rationalisation de son activité professionnelle. Bien qu’évoluant aux plus hauts niveaux de la compétition hippique, il dit visionner et analyser tous les soirs les vidéos de chaque course courue. Pratique peu répandue, d’autant plus qu’il est admis dans le monde des courses que les jockeys ne doivent pas être « rationnels » mais « instinctifs » et « spontanés ». Cet ensemble de pratiques rappelle les pratiques anorexiques décrites par Muriel Darmon (2003), qui constituent autant de « prises en main » permettant un travail sur ses dispositions sociales. Ce travail étant toujours socialement orienté vers une forme d’« excellence » sociale, travailler son corps peut être interprété comme une manière de contrer la misère de position (de travailleur d’origine populaire au sein d’un univers prestigieux) qu’il expérimente. Dans ce cas, il est opportun de parler d’ascension sociale, la réussite hippique de Cédric Blain étant corrélée à une forme de réussite sociale. Il est actuellement parmi les jockeys les plus titrés en France et percevant le plus d’argent en courses. Marié à une femme de cinq ans son aînée, exerçant un métier où l’apparence corporelle est une qualité, propriétaire d’un domaine sur lequel il vit avec sa famille, ses chevaux de loisirs et ses chiens, il a été le premier jockey à employer un agent et un chauffeur personnel.

37La socialisation primaire à l’univers professionnel des courses ne lui confère pas l’aisance des héritiers – telle que celle des musiciens d’orchestre héritiers, qui ayant été socialisés très tôt au travail musical et à l’abnégation qu’il requière peuvent avoir l’impression de ne pas « travailler trop » (Lehmann, 2002) –, mais au contraire une propension à rationaliser tous les aspects de sa vie, dans l’optique d’en maîtriser les tenants et les aboutissants. La familiarisation précoce d’une part avec le métier de jockey et ses exigences de poids, et d’autre part avec le mode de vie tumultueux de son père qui a conduit ce dernier à mettre un terme à sa carrière, a fonctionné comme une figure repoussoir et une invitation à « se prendre en main » – ou pour le dire autrement, à effectuer un travail de chaque instant sur ses dispositions sociales, lui permettant d’espérer une mobilité sociale ascendante.

38Par ailleurs, son ascension sociale et sa réussite professionnelle fonctionnent en retour comme des éléments facilitateurs de la gestion de son poids : son agent le dégageant des contraintes administratives et de la recherche de contrats, le chauffeur lui offrant la possibilité « de gagner du temps de repos dans la voiture » et son statut de jockey freelance lui permettant de ne pas monter les chevaux à l’entraînement tous les matins. Autant de temps libéré qui lui permet de se consacrer au maintien de son poids par le sport, par la cuisine « maison » et « saine » (qu’il revendique) ou par la transpiration dans un « bon bain chaud », ce qui lui permet de « perdre cinq cent grammes voire un kilo avant les courses » et en reprenant des forces avant les courses.

Une trajectoire tumultueuse faite de variations pondérales

  • 27 Ce terme désigne le fait de monter un cheval durant une course.

39Kevin Audren a 21 ans au moment de l’enquête. Lorsque je le rencontre, on me dit qu’il a « de l’or dans les mains » et que « c’est le futur Cédric Blain ». Outre ces éloges, on me le présente aussi comme un « très gros fêtard » et comme un jeune homme multipliant les relations éphémères avec des jeunes femmes que les jockeys nomment « PAJ », acronyme de « putes à jockeys ». Durant l’entretien, qui se déroule dans un café en avril 2007, il avale deux sandwiches chauds à la suite. Il pèse alors 64 kilos pour 1,76 mètres et dit être dans un moment de creux de sa carrière. À cette même époque, il sort beaucoup, consomme de l’alcool et de la nourriture en quantité, multiplie les conquêtes, est régulièrement en retard à l’embauche, change fréquemment de patron et il lui arrive de passer à côté de « montes27 » intéressantes, faute de pouvoir faire le bon poids le jour de la course.

  • 28 Il est âgé de 26 ans au moment de l’enquête. Son père ancien patron de grosses entreprises est décé (...)

40Deux mois plus tard, en juin 2007, je le retrouve sur l’hippodrome de Strasbourg, manquant presque de le reconnaître tant il est pâle et maigre, montant à 56,5 kilos avec la selle et les vêtements, ce qui signifie qu’il pèse moins de 54 kilos, soit une perte d’environ dix kilos en deux mois. Étonnée de sa transformation physique, je questionne son ami Sullivan Marchand28, ancien jockey reconverti dans la vente d’articles de sport. Il m’explique que, en plus de se faire vomir, il a « abusé de diurétiques », avant d’ajouter : « La semaine dernière, à Nancy, je l’ai retrouvé par terre dans les douches après les courses… il était mort… forcément… ». Une semaine plus tard, Kévin monte à Auteuil et fait cette fois-ci un malaise en course qui lui vaut une chute et un important traumatisme crânien. Les chutes s’enchaînent et Kevin met sa carrière entre parenthèses. Il retourne vivre chez ses parents et travailler à l’usine. Quelques années plus tard, il revient sur les champs de courses, mais cette fois-ci (à contrecœur) en tant que jockey d’obstacles, car les poids y sont plus élevés. Néanmoins, il revient sur le devant de la scène, gagne de nombreuses courses réputées et travaille pour le compte de gros propriétaires.

41En octobre 2013, après une journée de course, je mange au Mac Donald’s avec quelques jockeys dont il fait partie. À l’issue d’un repas copieux, il s’absente longuement aux toilettes. Sullivan Marchand me sourit en me disant: « Il n’aura pas fait long feu son Big Mac! », avant d’ajouter que « s’il veut faire le poids, y a pas le choix ». Ainsi, six ans plus tard, alors même que Kevin reprend une carrière dans les courses d’obstacles, où il est autorisé à monter en pesant une dizaine de kilos de plus qu’en courses plates, il continue de manger en grosse quantité avant de se faire vomir. Cette pratique n’est pas sans rappeler les pratiques boulimiques comparées par Muriel Darmon (2003) aux pratiques anorexiques. Alors que dans le cas des premières, c’est le caractère anarchique et désordonné des pratiques alimentaires et corporelles qui est souligné, dans le cas des secondes à l’inverse, la maitrise du processus alimentaire conduit les jeunes filles à effectuer un travail sur leurs dispositions sociales, orienté vers une ascension sociale. Ainsi, là où, dans le cas de Cédric Blain, on observe une rationalisation alimentaire associée à une mobilité sociale ascendante, dans le cas de Kevin Audren, les pratiques alimentaires que l’on pourrait qualifier de « brutales » ou de « désordonnées » ne lui permettent pas de maintenir son poids suffisamment bas pour espérer une réussite professionnelle constante et une élévation de son niveau de vie. Faire chuter son poids brutalement lui permet tout juste de se maintenir dans la course et d’éviter ainsi le déclassement social que constituerait le fait de devenir lad ou de retourner à l’usine.

  • 29 Selon Cédric Blain, son épouse, plus âgée que lui, a joué un rôle important dans sa conversion. Lor (...)

42Quelques années plus tard, il met à nouveau un terme à sa carrière, avant de revenir sur les hippodromes en 2018, année durant laquelle il gagnera peu de courses mais se dira satisfait de ses résultats dans la presse. À l’inverse de Cédric Blain, Kevin Audren a été projeté très jeune sur le devant de la scène, sans y être préparé et sans s’y être préparé. Là où le premier a rationalisé tous les éléments de sa vie, qui ont été intégrés dans un projet familial (son épouse ayant joué un rôle important dans le processus de conversion sociale29), le second a été dépassé par son succès, se jetant à corps perdu dans les consommations ostentatoires en tout genre. Qualifié de « flambeur », il a eu des difficultés à résister aux bouleversements sociaux de son mode de vie. Comme les gagnants du Loto, millionnaires de la chance (Pinçon & Pinçon-Charlot, 2012), il n’avait pas les codes lui permettant de s’inscrire dans la durée dans cet univers de prestige, auquel il a participé juste assez pour expérimenter le décalage avec son univers familial. Il s’est laissé griser par les paillettes, les sorties, l’alcool, les restaurants et autres consommations compulsives devenues (financièrement) possibles, mais allant à l’encontre du mode de vie ascétique qui lui aurait peut-être permis de rester sur le devant de la scène hippique. Ses variations brutales, importantes et régulières de poids sont le reflet corporel du caractère tumultueux de sa carrière.

  • 30 À ce sujet, il serait intéressant de mener une recherche sur l’influence des mariages des jockeys s (...)

43Ainsi, le fait d’être un héritier des courses ne suffit pas à se maintenir dans la course aux victoires hippiques. Il est aussi nécessaire d’avoir entamé une trajectoire d’ascension sociale30.

Conclusion

44Vomir, suer, se sécher, consommer des médicaments et/ou des substances illicites, tel est le quotidien de la plupart des jockeys. Loin du strass et des paillettes des hippodromes, les vedettes des courses s’infligent quotidiennement tout un lot de meurtrissures corporelles afin de « faire le poids ». Ces pratiques, bien connues de tous ‒ qu’ils soient membres de la société organisatrice des courses, entraîneurs ou encore médecins ‒, perdurent car sans elles, les courses ne pourraient plus se tenir en France, ou du moins pas sous la forme sous laquelle elles sont organisées aujourd’hui. En courses plates (les plus prestigieuses), les poids des jockeys vêtus et harnachés s’échelonnent entre 51 et 59 kilos, soit un poids corporel compris entre 49 et 57 kilos environ, pour des hommes et jeunes hommes qui n’ont pas tous la chance d’être de petite taille.

45Cet article a soulevé de nombreuses questions que nous pouvons résumer ainsi : pour quelles raisons des hommes s’infligent-ils de telles pratiques corporelles, souvent nuisibles pour leur santé ? Comment se fait-il que ces cavaliers ne soient pas encadrés médicalement dans leur gestion du poids ? Pourquoi ne font-ils pas tout simplement un régime alimentaire et de l’activité physique pour maintenir leur poids ? Et quels avantages retirent-ils de tous ces sacrifices ? Pourquoi choisir de monter à 51 kilos alors qu’ils pourraient monter à 59 kilos en s’infligeant moins de contraintes ?

46Un premier élément de réponse peut être trouvé du côté du marché du travail dans lequel ils évoluent, aussi précaire que concurrentiel. Les jockeys sont employés « à la monte », c’est-à-dire qu’ils ont un contrat de travail temporaire (le temps de la course) avec le propriétaire du cheval. Le morcellement de leur travail et de leurs employeurs, course par course, les place dans une extrême précarité professionnelle, et ce d’autant plus que, pour les propriétaires et les entraîneurs, si le cheval n’est pas remplaçable et bénéficie de toutes les attentions, les jockeys sont en revanche largement remplaçables, pour ne pas dire interchangeables pour la majorité d’entre eux. Certains jockeys – souvent les plus reconnus – ont plus d’affinités avec certains propriétaires et entraîneurs, voire (très rarement) des contrats d’exclusivité, mais pour la plupart, une des principales variables entre deux cavaliers est le fait de « faire le poids ». Ainsi, plus encore que les danseurs contemporains, qui passent outre la douleur et les blessures pour rester dans une compagnie et échapper à l’éviction par les plus jeunes, dans un marché du travail où l’offre de danseurs est plus importante que la demande (Sorignet, 2014), les jockeys, dominés dans un univers prestigieux et très hiérarchisé et en situation de grande précarité professionnelle, dans un marché du travail hautement concurrentiel, se doivent de « faire le poids », s’ils souhaitent avoir une carrière dans les courses de chevaux. Et ce jour après jour car, comme l’explique Manuel Schotté (2012) à propos des coureurs de fond marocains, la célébrité n’est jamais acquise une fois pour toutes et nécessite un travail de tous les instants pour se pérenniser. Leur position étant sans cesse remise en question, les jockeys doivent rester corporellement vigilants s’ils veulent avoir un espoir de rester dans la course.

47Toutefois, les préoccupations engendrées par la gestion du poids des jockeys semblent relativement cantonnées au cercle des principaux intéressés. En effet, entre l’ancien directeur de l’ECH (qui refuse le suivi médical des élèves et l’offre de menus diététiques à la cantine), la société organisatrice des courses (qui refuse de relever les poids minimums malgré les nombreuses sollicitations de l’association des jockeys), et les médecins des courses soumis aux impératifs hippiques autant qu’au serment d’Hippocrate (qui ferment les yeux et laissent faire), le monde des courses semble peu disposé à prendre en charge les problématiques liées à la gestion du poids des jockeys qui se voient contraints de « se débrouiller » par eux-mêmes.

48Majoritairement socialisés aux pratiques et aux goûts alimentaires des classes populaires (Lhuissier, 2006) qui favorisent une nourriture riche, qui tienne au corps, et en l’absence de pratique diététique inscrite dans la culture familiale (Bourdieu, 1979), les jockeys sont peu enclins à se soumettre à un régime alimentaire drastique. De même, ils sont peu disposés à solliciter un suivi médical et alimentaire tant ils ont un rapport distant au corps médical et tant il n’est pas commun pour eux d’accorder un soin aussi attentif au corps (Boltanski, 1971).

49Ainsi, être de grande taille, avoir des dispositions sociales plutôt populaires, être pris dans un dispositif médical très peu contraignant et être en situation de précarité sur un marché du travail très concurrentiel conduit les jockeys à s’appuyer sur un ensemble de techniques et de savoirs expérientiels visant à faire chuter leur poids de manière brutale et souvent en rupture avec les normes médicales, cela dans le but de pouvoir exercer leur métier et de se maintenir ainsi dans la course.

50De plus, les jockeys sont contraints de se « faire un corps » à l’opposé de l’image du corps masculin traditionnellement rattaché à leur origine sociale. Maigrir à ce point, lorsqu’on est un homme de milieu populaire représente une transgression de genre importante. Or « La forte prégnance du genre rend ainsi la transgression rare, à la fois parce qu’elle est difficile à imaginer par des femmes et des hommes qui tendent à se comporter de manière conforme à leur sexe et parce qu’elle demande des efforts répétés et souvent usants dans des mondes sociaux qui les rejettent » (Buscatto & Monjaret, 2016 : 16). Pour le dire autrement, en plus de la nécessité de répéter les efforts pour obtenir un corps fin et léger lorsque l’on est un homme, le bouleversement des normes corporelles est si important qu’il n’est pas évident à accepter et à assumer dans un monde où les figures masculines et féminines restent très clivées. Les normes corporelles exigées des jockeys par leur travail hippique entrent en contradiction avec les normes corporelles masculines valorisées dans leurs milieux sociaux d’origine. En effet, « […] une perte de poids représente pour une femme la version corporelle d’une ascension sociale, alors que ce n’est pas le cas pour un homme » (Darmon, 2006 : 445). Ainsi, cette conversion corporelle, engendrée par un travail sur le corps s’avère d’autant plus difficile (voire impossible) que la position occupée au sein du monde hippique (misère de position) reproduit la position sociale d’origine (misère de condition), comme c’est le cas pour Kevin Audren et pour les autres jockeys évoqués dans l’article. Comme le montre le cas de Cédric Blain, la conversion corporelle devient beaucoup plus évidente lorsqu’elle est associée à une ascension sociale, et ce pour deux raisons : d’une part, parce qu’elle s’inscrit dans un travail de rationalisation plus large de tous les aspects de la vie, ainsi que dans une discipline de vie et dans un projet familial partagé, la cuisine et le sport étant au centre des préoccupations de la famille ; et d’autre part, parce qu’au fur et à mesure que l’on s’éloigne des classes populaires, et que l’on réduit la distance sociale avec les classes supérieures, le corps masculin mince et élancé devient moins stigmatisant. Pour les autres, n’ayant pas amorcé de trajectoire sociale ascendante, faire chuter leur poids à la suite d’un ensemble de tests, ne pas réussir à le maintenir bas, et recommencer permet tout juste d’éviter le déclassement social et professionnel que constitueraient un arrêt prématuré de la carrière de jockey et une reconversion en tant que lad.

Haut de page

Bibliographie

ADAMIEC C., 2016. Devenir sain. Des morales alimentaires aux écologies de soi. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BADEYAN G. et GUIGNON N., 2002. « Obésité et asthme, deux pathologies en développement chez l’enfant, étudiées à travers les bilans de santé scolaire », Données sociales 2002-2003 : 341-347.

BLANC J.-P., 1996. Diététique du sportif. Que manger pour être en forme ? Paris, Amphora.

BLAY J.-P., 2006. Les Princes et les jockeys. Paris, Atlantica.

BOLTANSKI L., 1971. « Les usages sociaux du corps », Annales E.S.C., 26 : 205-233.

BOURDIEU P., 1979. La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Les Éditions de Minuit.

BOURDIEU P., 1993. « L’espace des points de vue », In BOURDIEU P. (dir.), La Misère du monde. Paris, Seuil : 13-17.

BUREAU E. et HERMANN-MESFEN J., 2014. « Les patients contemporains face à la démocratie sanitaire », Anthropologie & Santé, 8 [Enligne],  http://journals.openedition.org/anthropologiesante/1342 (page consultée le 13/03/2019).

BUSCATTO M. et MONJARET A., 2016. « Jouer et déjouer le genre en arts », Ethnologie française, 161 : 13-20.

CARON-FLINTERMAN J. F., BROERSE J. E. W. et BUNDERS J. F. G., 2005. « The experiential knowledge of patients: a new resource for biomedical research? », Social Science & Medicine, 60, 11 : 2575-2584.

CHEVALIER V. et LE MANCQ F., 2013. « L’invisibilisation du corps des cavaliers », Sociologie, 4 : 183-200.

CHIMOT C., 2014. « Construire sa masculinité et pratiquer un sport artistique et “féminin” : les garçons en gymnastique rythmique », Staps, 103 : 101-117.

CLÉMENT X. et LOUVEAU C., 2013. « Socialisation sportive et formation des “Grands hommes”. Le cas du handball », Ethnologie française, 43 : 723-733.

CRASSET O., 2017. La Santé des artisans. De l’acharnement au travail au souci de soi. Rennes, Presses universitaire de Rennes.

DARMON M., 2003. Devenir anorexique. Une approche sociologique. Paris, La Découverte.

DARMON M., 2006. « Variations corporelles. L’anorexie au prisme des sociologies du corps », Adolescence, 24 : 437-452.

DE LABARRE M., 2004. « L’expérience du régime au féminin. Une question d’éthique ou d’esthétique ? Résultats d’une enquête en Aquitaine », In HUBERT A. (dir.), Corps de femmes sous influence, questionner les normes. Paris, Cahiers de l’OCHA : 75-95.

DIGARD J. P., 2001. « Les courses de chevaux en France », Études rurales, 157-158 : 95-106.

GRIGNON C. et GRIGNON C., 1980. « Styles d’alimentation et goûts populaires », Revue française de sociologie, 21 : 531‑569.

GROSSETÊTE M., 2015. « Deux poids deux mesures. Les personnes obèses et l’obésité dans l’information télévisée », Actes de la recherche en sciences sociales, 208 : 62-73.

LAILLIER J., 2016. « Des petits rats et des hommes. La mise à l’épreuve de l’identité sexuée des apprentis danseurs », Ethnologie française, 161 : 31-44.

LAMBERT A. et VIROT P., 2016. Turbulences. Paris, Casterman.

LE BARS C. et LACOMBE P., 2011. « Les navigatrices de course au large. Une socialisation professionnelle spécifique », Ethnologie française, 41 : 717-726.

LE MANCQ F., 2007. « Des carrières semées d’obstacles : l’exemple des cavalier-e-s de haut niveau », Sociétés contemporaines, 66 : 127-150.

LEHMANN B., 2002. L’Orchestre dans tous ses éclats. Ethnographie des formations symphoniques. Paris, La Découverte.

LHUISSIER A., 2006. « Éducation alimentaire en milieu populaire : des normes en concurrence », Journal des anthropologues, 106-107 : 61-76.

LHUISSIER A. et REGNIER F, 2005., « Obésité et alimentation dans les catégories populaires : une approche du corps féminin », INRA Sciences Sociales, 3-4.

LOUVEAU C., 1986. Talons aiguilles et crampons alu. Les femmes dans les sports de tradition masculine. Paris, INSEP-SFSS.

MENNESSON C., 2005. Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre. Paris, L’Harmattan.

MENNESSON C. et GALISSAIRE R., 2004. « Les femmes guides de haute montagne : modes de socialisation et identités sexuées », Recherches féministes, 17 : 111-141.

MORENO PESTAÑA J. L., 2015. « Souci du corps et identité professionnelle. Enquête sur les “jeux esthétiques” au travail et les troubles alimentaires », Actes de la recherche en sciences sociales, 208 : 88-101.

NOUIRI-MANGOLD S., 2010. « À cheval sur le corps. Ethnographie dans une école de formation aux métiers des courses hippiques », mémoire de Master, Paris, EHESS-ENS.

NOUIRI-MANGOLD S., 2016. « Entrer et rester dans la course. L’activité d’entraînement du cheval au cœur des recompositions sociales du milieu hippique », Thèse de Doctorat en sociologie, Paris, EHESS.

OULD-FERHAT L., 2003. « La crise du recrutement des lads jockeys : l’effondrement d’un système d’emploi corporatiste », Sociologie du travail, 45 : 211-235.

PINÇON M. et PINÇON-CHARLOT M., 2012. Les Millionnaires de la chance. Rêve et réalité. Paris, Payot.

POULAIN J.-P., 2009. Sociologie de l’obésité. Paris, PUF.

SCHOTTÉ M., 2012. La Construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains. Paris, Raisons d’agir.

SCHUTZ G., 2006. « Hôtesse d’accueil. Les attendus d'un “petit boulot” féminin pour classes moyennes (enquête) », Terrains & travaux, 10 : 137-156.

SORIGNET P., 2014. « Norme professionnelle et légitimité de la violence. Le cas des danseurs », Déviance et société, 38 : 227-250.

TODD J., 1998. Physical Culture and the Body Beautiful. Macon, Mercer University Press.

VALLET G., 2009. « Corps et socialisation », Idées économiques et sociales, 158 : 53-63.

VANDEBROECK D., 2015. « Distinctions charnelles. Obésité, corps de classe et violence symbolique », Actes de la recherche en sciences sociales, 208 : 14-39.

VIAUD B., 2009. « Médecines du sport, sports de médecins. Quand les biographies sportives s’invitent dans le jeu des carrières professionnelles », Sciences sociales et sport, 2 : 129-169.

WACQUANT L., 2000. Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur. Marseille, Agone.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment « Japon : P. C. Boudot deuxième en chaussettes et sans bottes », Zone Turf, 17 novembre 2014.

2 « À l’inverse de la plupart des pratiques sportives qui sont offertes aux amateurs, l’apprentissage de l’équitation n’exige pas une morphologie particulière du corps du pratiquant » (Chevalier & Le Mancq, 2013 : 197).

3 Selon les dispositions de l’article 52 IV du Code des courses au galop.

4 Cette valeur n’est pas figée, mais évolue à chaque course : plus un cheval obtient de bonnes performances, plus sa valeur et le poids qu’il aura à porter augmentent.

5 Les poids minimums autorisés (vêtements et harnachement compris) sont de 49 kilos en « courses plates » (sur lesquelles ont porté mon enquête) et 60 kilos en « courses à obstacles », où les harnachements sont souvent plus lourds.

6 Cet écart de poids arrive notamment lorsqu’un jockey monte deux courses à des poids différents dans la même journée, par exemple, une à 54,5 kilos et la suivante à 56 kilos. Toutefois, l’enjeu pour les jockeys est d’éviter au maximum le rajout de plaques de plombs qui constitue du « poids mort » et qui s’avère handicapant lors de la dernière ligne droite. Ainsi, si la course la plus longue intervient en dernier, ils préféreront ajouter du poids dans leur propre corps (ce qui les aide dans la « poussée finale »), par exemple en mangeant, en buvant beaucoup d’eau ou en utilisant un gilet de protection plus lourd.

7 Ce travail consiste notamment pour la société organisatrice des courses à valider les chevaux qui vont courir dans chaque course et à leur associer un jockey, en concertation avec l’entraîneur et le propriétaire du cheval. Si certains entraîneurs demandent explicitement à ce que tel jockey monte leur cheval, pour d’autres (et c’est souvent le cas pour les courses où les enjeux sont moindres), il peut choisir en fonction des jockeys qui seront présents sur l’hippodrome ce jour-là.

8 Jean-Pierre Digard écrit à propos de l’histoire des courses au trot : « En France, dans de nombreuses régions d’élevage équin, les fêtes villageoises étaient depuis longtemps l’occasion de courses de “bidets”, petits chevaux autochtones “à deux mains” (selle et trait léger), courses qui seront institutionnalisées en 1836 » (Digard, 2001).

9 Malgré une diversification récente du recrutement social des entraîneurs, leurs origines sociales restent élevées dans l’ensemble (Nouiri-Mangold, 2016).

10 Aujourd’hui, les lads sont appelés « cavaliers d’entraînement ». Leurs origines sociales restent globalement populaires (Ould-Ferhat, 2003). Toutefois, depuis l’ouverture aux filles du travail dans les écuries de course, vers le milieu des années 1990, on observe une légère diversification du recrutement social. Alors que les garçons restent d’origines populaires, les filles sont majoritairement recrutées parmi les membres des classes moyennes (Nouiri-Mangold, 2010).

11 L’ECH est un lycée agricole privé, sous contrat avec l’État. Elle a pour vocation de former les élèves au métier de cavalier d’entraînement (salarié de l’entraîneur), en même temps qu’à l’obtention d’un diplôme agricole de niveau CAP ou baccalauréat. Pour y entrer, les élèves doivent faire un stage de sélection de trois jours appelé « stage de positionnement ».

12 En 2007, seules trois femmes montaient régulièrement en courses.

13 « Des membres des classes supérieures qui recherchent les aliments “sains” et “légers”, légumes verts, grillades ou “crudités”, les aliments “de régime” qui nourrissent sans “faire grossir”, sont motivés, pour une grande part par la volonté de se “maintenir en forme”, d’éviter la “graisse” ou la “cellulite”, de rester mince ou de maigrir » (Boltanski, 1971 : 223).

14 En témoignent les propos d’un ancien directeur de l’ECH, légitimant le refus de tout suivi médical complet des élèves proposé par le médecin des courses : « on ne va quand même pas mettre plus d’argent pour s’occuper des humains que des chevaux ! ».

15 Les noms et prénoms des jockeys sont modifiés par souci d’anonymat, à l’exception de Pierre-Charles Boudot, cité dans un article de presse et mentionné en début d’introduction du présent article.

16 Au moment de l’enquête, il est âgé de 39 ans et pèse aux alentours de 58 kilos. Son père était jockey et sa mère femme au foyer. L’entretien se déroule à son domicile en mars 2007.

17 Les apprentis sont autorisés à monter 2 kilos plus légers que les autres jockeys et 2,5 kilos s’ils montent pour leur propre patron. La décharge de poids vise à compenser l’inexpérience technique des apprentis, en même temps qu’elle encourage les entraîneurs à faire monter leurs propres apprentis. La perte de la décharge est souvent un moment compliqué de leur carrière, car s’ils sont autorisés à monter plus lourds, ils se retrouvent brutalement sur un pied d’égalité avec leurs concurrents, en même temps qu’ils deviennent moins attractifs (que les apprentis) pour les entraîneurs et les propriétaires, qui leur proposent moins de « montes ».

18 Mickael est âgé de 21 ans au moment de l’enquête en avril 2007 et pèse aux alentours de 59 kilos. Son père est un employé de La Poste et sa mère est vendeuse.

19 La mère de Marin est employée de banque et il n’a plus de contact avec son père. L’entretien se déroule au sein de l’ECH en novembre 2007. Je ne dispose d’aucune information concernant son poids au moment de l’enquête.

20 Le père de Jérémy est ouvrier et sa mère sans emploi. Très fin mais de grande taille, il pèse aux alentours de 60 kilos au moment de l’enquête. Il monte en course d’obstacles, où les poids peuvent être plus élevés qu’en courses plates.

21 Thomas a 16 ans au moment de l’enquête en novembre 2007 et pèse aux alentours de 51 kilos. Il est en seconde année de BEP agricole (cette formation a été supprimée avec la réforme du baccalauréat professionnel) et monte régulièrement en courses. Son père est gérant d’une épicerie, et sa mère employée de l’épicerie.

22 Il s’agit d’une pratique qui, bien que courante, se donne peu à voir aux observateurs extérieurs. Il est donc nécessaire au sociologue de recouper diverses sources de terrain pour se rendre compte du phénomène, comme par exemple la procédure judiciaire dont a fait l’objet un jockey pour trafic de cocaïne dans les vestiaires de l’hippodrome, les procédures internes à la société des courses pour prise de cocaïne détectée au contrôle antidopage d’un jockey, ou encore la fréquentation de soirées où circulent ce genre de substances.

23 Simon était âgé de 30 ans au moment de l’enquête (en 2013) et père de deux enfants. Ses deux parents sont sans emploi.

24 Louis a 22 ans au moment de l’enquête. Il pesait aux alentours de 52 kilos en 2013 et étant relativement petit, il n’a jamais réellement eu de problèmes de poids. Ses parents exercent une profession dans le monde des courses.

25 Durant l’année 2012, une vingtaine de jockeys ont été sanctionnés par le conseil disciplinaire des courses pour non-présentation le jour du contrôle pour des motifs variés, mais seul Simon Bert a été contrôlé positif cette année-là. Cette affaire a provoqué une forte émulation médiatique l’été suivant.

26 Il s’agit de médecins agréés par la société organisatrice des courses. Ils sont les seuls habilités à délivrer le certificat médical donnant accès au renouvellement des licences de jockey.

27 Ce terme désigne le fait de monter un cheval durant une course.

28 Il est âgé de 26 ans au moment de l’enquête. Son père ancien patron de grosses entreprises est décédé et je ne dispose pas des informations concernant sa mère.

29 Selon Cédric Blain, son épouse, plus âgée que lui, a joué un rôle important dans sa conversion. Lorsqu’il l’a rencontrée, il changé de style vestimentaire, mis un terme aux sorties arrosées avec ses copains, ainsi qu’à certaines activités qu’il juge désormais puériles. Il y explique que sa compagne lui a « mis du plomb dans la tête ».

30 À ce sujet, il serait intéressant de mener une recherche sur l’influence des mariages des jockeys sur leur trajectoire sociale et leur carrière hippique, et notamment de ceux qui sont les plus titrés, qui sont nombreux à avoir épousé des jeunes femmes de milieu aisé, qu’elles soient filles d’entraîneurs, de propriétaires ou de courtiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Nouiri-Mangold, « À cheval sur le poids. Ethnographie d’un bricolage corporel à visée professionnelle : le cas des jockeys de galop », Anthropologie & Santé [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/5002 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.5002

Haut de page

Auteur

Sabrina Nouiri-Mangold

Sociologue, chercheure associée au Centre Maurice Halbwachs (EHESS, ENS, CNRS), équipe ETT, École Normale Supérieure, Bâtiment Oïkos, 48 boulevard Jourdan 75014 Paris (France), nouirimangold.sabrina@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo SESSTIM
  • OpenEdition Journals