Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Introduction

Savoirs expérientiels et normes collectives d’automédication

Experiential knowledge and collective norms of self-medication
Marion David et Véronique Guienne

Texte intégral

1En se donnant pour objet l’automédication et les pratiques d’auto-soin, ce dossier s’inscrit dans la continuité de précédents numéros de la revue Anthropologie & Santé consacrés au pluralisme thérapeutique, à la circulation des médecines à l’ère de la globalisation, ou encore à la redéfinition de la place du patient dans le processus de démocratisation du champ sanitaire. Bien que se soigner par soi-même ne constitue aucunement un comportement récent (Klein, 2015 ; Rieder & Zanetti, 2012 ; Vigarello, 1999), les pratiques actuelles comme les représentations qui les sous-tendent présentent des caractéristiques inédites, en lien avec les transformations de l’expérience de la santé et de la maladie dans nos sociétés contemporaines.

2La place grandissante des « médecines non conventionnelles », dont témoigne leur succès commercial indéniable (Garreta, 2007 ; Schmitz, 2006), est un fait social qui modifie profondément le champ de la santé, ainsi que les logiques de l’offre et de la demande (Cohen & Rossi, 2011). Cette diversification des stratégies thérapeutiques résulte notamment de l’incrimination croissante des produits de synthèse issus de l’industrie pharmaceutique, objets désormais d’une ambivalence marquée, entre popularité et scepticisme (Van Der Geest & Reynolds Whyte, 2003). Cette incrimination est corrélée à une remise en cause de la biomédecine, qui s’accélère depuis la fin des années 1990, étayée en partie sur des scandales sanitaires très médiatisés (Bureau & Hermann-Mesfen, 2014 ; Fainzang & Ouvrier, 2016). Une telle défiance procède par ailleurs de la diffusion, au sein de la sphère domestique, des normes de précaution élaborées par la pensée médicale, l’attention portée au concept de risque entretenue par le paradigme épidémiologique soutenant une volonté de maîtriser le futur et de se prémunir de toute atteinte corporelle (Burton-Jeangros, 2007 ; Proulx, 2007) ; d’autant que l’institutionnalisation de cette discipline a entraîné le développement d’une médecine prédictive et préventive concourant à « brouiller les frontières entre santé, bien-être et confort, d’un côté, et entre santé et maladie, de l’autre » (Collin, 2013 : 191). Il faut en outre souligner l’impact décisif de phénomènes socio-sanitaires, tels que le vieillissement de la population (engendrant des demandes particulières), ou l’importance croissante de maladies chroniques et de troubles fonctionnels face auxquels la biomédecine éprouve certaines difficultés (Schmitz, 2006), mais aussi l’apparition de limites à l’efficacité de certains traitements (tels que les antibiotiques), ou la mise en évidence de leurs possibles effets toxiques générateurs de pathologies iatrogènes (Desclaux & Lévy, 2003).

3De telles évolutions sont sous-tendues par certaines métamorphoses propres à la dimension corporelle de la vie sociale, qui ont trait à l’attention croissante accordée à la souffrance physique et l’amplification des préoccupations sanitaires (Bourdelais & Fassin, 2005). Cela transparaît clairement à travers la place éminente conférée à la santé dans « l’échelle des valeurs partagées » des populations occidentales ainsi que dans la propension de plus en plus forte à percevoir « des symptômes corporels et psychiques comme entrant dans l’ordre de la pathologie » (Aïach, 1998 : 34). Le développement de la conscience corporelle, et cette aspiration à « être mieux que bien », à la « santé parfaite » (Collin, 2013), devenue « métaphore du bien et du bonheur » (Herzlich & Pierret, 1991 : 283), relèvent sans doute d’une mutation proprement anthropologique accompagnant l’érosion des normativités traditionnelles et la « chute des transcendances » (politiques, morales et religieuses), qui a modifié en profondeur la subjectivité des individus en « installant une maîtrise de soi totalement traversée par l’attention au physique et à son immédiateté » (Vigarello, 1999 : 304).

4Si ces transformations majeures ont eu pour corollaire une expansion de la sphère de compétence de la médecine, le développement d’une « approche extensive de la maladie » a pourtant concomitamment donné lieu à un décloisonnement du champ de la santé, investi de manière croissante par des acteurs extra-médicaux (Bureau & Hermann-Mesfen, 2014). C’est notamment le cas des acteurs associatifs mobilisés autour du VIH ou d’autres maladies rares qui, depuis les années 1990, sont parvenus à faire entendre leur voix et se voir crédités d’une expertise auprès des pouvoirs publics (Akrich & Rabeharisoa, 2012). Ils ont ainsi contribué, tout comme la multiplication des sources d’information relatives à la santé (Akrich & Méadel, 2002), au développement de ce qu’il est convenu de nommer la « démocratie sanitaire », à savoir la remise en cause du modèle paternaliste sur lequel était jusqu’alors édifié la relation de soin au bénéfice d’une plus grande implication des patients dans le système de soin (Bureau & Hermann-Mesfen, 2014). Finalement, dans le contexte normatif de l’individualisme contemporain promouvant l’autonomie comme la responsabilité individuelle, nous avons assisté à la valorisation d’une nouvelle « figure du patient » soucieux de prendre lui-même en charge sa santé (Durisch Gauthier et al., 2007 ; Gagnon, 1998) et à une banalisation des pratiques relevant de l’automédication, étudiées dans le cadre de plusieurs recherches récentes (Raynaud, 2008 ; Fainzang, 2012 ; Brutus et al., 2017).

5Afin d’accéder à une meilleure compréhension de ces conduites d’auto-soin, il convient cependant de prolonger ces travaux par des investigations empiriques complémentaires, susceptibles de multiplier les angles de vue sur les comportements concernés et de se confronter au questionnement qu’ils soulèvent : pour quelles raisons les individus sont-ils amenés à se soigner par eux-mêmes et comment cette démarche s’articule-t-elle avec des thérapeutiques initiées dans un cadre médical ? Face à la diversité des pratiques et des substances pouvant être employées, quelles sont les dimensions influant sur la nature et le contenu de ces recours ? Dans quelle mesure l’expérience est-elle mobilisée dans les comportements mis en œuvre ? Quel est l’impact, enfin, des normativités propres aux univers sociaux dans lesquels évoluent les individus sur les stratégies engagées ?

  • 1 La plupart font suite au colloque international « L’automédication en question. Un bricolage social (...)

6Les textes réunis dans ce numéro thématique s’efforcent de répondre à ces interrogations à partir de travaux d’enquêtes effectués dans des contextes différenciés1. Ils s’inscrivent dans une démarche ethnographique attentive à saisir la diversité des recours ou des conduites susceptibles d’être appréhendées par leurs auteurs comme des formes d’auto-soin, mais également la multi-dimensionnalité des facteurs conditionnant la mise en œuvre de ces comportements.

Décloisonner les formes d’auto-soin, mettre au jour la pluralité des savoirs informant les recours

7La définition de l’automédication à laquelle se réfèrent les contributeurs de ce dossier relève d’une démarche inductive. Elle est fondée sur les significations que les acteurs accordent à des pratiques comportant un objectif thérapeutique ou visant la modification d’un état physique. Recouvrant la notion d’auto-soin, elle place délibérément l’accent sur la démarche du sujet se prodiguant des soins, sans présumer de la nature du recours employé (incorporation de remèdes, habitudes alimentaires, rituels comportementaux, activités physiques, etc.). Cette perspective compréhensive se justifie pour des raisons épistémiques, car subordonner l’analyse à la partition instaurée entre biomédecine, médecine populaire et/ou soins non-conventionnels ne permet pas d’accéder à la pluralité des outils pouvant être mobilisés dans l’objectif d’améliorer un état de santé ou une condition corporelle. Élargir ainsi le spectre des comportements observés sans accorder de prééminence à certaines catégories thérapeutiques paraît en outre d’autant plus indispensable que les stratégies des acteurs mettent en jeu des dialectiques évolutives, adjoignant ou opposant différents recours en fonction d’épisodes biographiques qui scandent des itinéraires de soins de plus en plus complexes. Cela suppose donc de garder à l’esprit le fait que le comportement consistant à se soigner par soi-même s’inscrit « dans l’horizon plus vaste de l’ensemble des pratiques de soin », et, à ce titre, de ne pas minorer, outre la recherche d’indépendance ou d’autonomie, les processus d’interdépendance participant du phénomène concerné (Saillant & Gagnon, 1996 : 42). Par ailleurs, sans prétendre épuiser l’ensemble des expressions de l’automédication ou de l’auto-soin, notions appréhendées ici comme synonymes, les articles présentés dans ce dossier ont en commun d’explorer la manière dont s’articulent, au sein d’une population ou d’un territoire donnés, les conditions sociales d’existence, les « savoirs expérientiels » et les prescriptions collectives de comportement ou de consommation (mobilisant des enjeux moraux : éthiques professionnelles, représentations idéalisées du sain et du naturel, etc.). Ce cadre d’analyse, attentif aux déterminants sociaux comme aux systèmes de significations partagés, ainsi qu’aux dimensions biographiques et interpersonnelles, permet d’éclairer les pratiques mises en œuvre dans leur complexité.

8Les comportements d’automédication et d’auto-soin ont pour caractéristique première de concerner le plus souvent des dimensions ou troubles corporels jugés moins bénins que connus et reconnus par les acteurs concernés (Fainzang, 2012 ; Brutus et al., 2017). La notion de savoirs expérientiels, qui constitue un des fils rouges de ce numéro, désigne dans cette perspective les connaissances et savoir-faire nés du vécu, acquis à partir de l’expérience personnelle de la maladie ou du soin, mais également par expérimentation avec son propre corps (Jouet et al., 2010 ; Bureau & Hermann-Mesfen, 2014). Il s’agit ainsi de la considérer dans son entière signification, en examinant la manière dont le fait d’éprouver un trouble ou une condition corporelle particulière informe tant les stratégies d’auto-soin que les procédés d’élaboration empiriques (via des évaluations, par essai-erreur) auxquelles celles-ci donnent lieu (Fainzang, 2012). Bien que le concept de « savoirs expérientiels » ait été originairement forgé pour porter des revendications relatives à la démocratisation de la connaissance et la promotion de valeurs humanistes (Lochard, 2007), c’est donc à des fins de connaissance que les contributeurs du dossier le mobilisent afin de porter le regard sur les mécanismes d’élaboration de ces « savoirs incarnés » et les formes de transmission auxquelles ils donnent lieu (Arborio et al., 2016). En effet, ces savoirs évolutifs issus de l’expérience font bien souvent l'objet de rationalisations et de mises en perspective à travers des phénomènes d'échange et de confrontation (Akrich & Rabeharisoa, 2012) qu'il importe d'examiner. De manière générale, on peut considérer que leur élaboration résulte de processus complexes ayant pour caractéristique de mobiliser « tout à la fois le vécu personnel, la réflexion sur le témoignage et l’avis de pairs, l’observation de situations similaires ou connexes, les résultats de raisonnements analytiques » (Gardien, 2017 : 33).

9La notion de savoir expérientiel possède donc un caractère pluriel qui déborde le concept de « savoir profane » ; elle a pour particularité de se forger avant tout sur le registre du ressenti ou de l’éprouvé, sans pour autant exclure des savoirs rationnels ou techniques acquis durant l’expérience de la maladie et des soins (Sévigny, 1993). En effet, ces formes de connaissance ne sont pas hermétiques aux catégories et systèmes interprétatifs propres à la pensée biomédicale, puisque leur élaboration relève d’un processus syncrétique dans laquelle les interactions avec les professionnels de santé peuvent également jouer un rôle, y compris de manière indirecte, à travers la médiation d’un tiers ou l’appropriation d’informations (facilitée par la multitude de supports désormais existant, tels que les outils numériques). De même, les « soignants » peuvent être amenés à mobiliser des savoirs non pas acquis dans le cadre d’un enseignement académique, mais au contact de patients leur ayant fait partager leur expérience des effets de la maladie ou des traitements (Fainzang, 2006) ; si bien qu’il est finalement possible d’estimer qu’expliciter ces connaissances pratiques revient à interroger la définition et les limites de ce que l'on nomme « savoir » dans le domaine de la santé (Arborio et al., 2016),

10Les contributions de ce dossier ambitionnent par ailleurs de saisir la manière dont ces savoirs expérientiels s’articulent à des enjeux normatifs, susceptibles d’orienter les comportements d’auto-soin, propres aux univers sociaux au sein desquels évoluent les enquêtés. Cette attention portée aux effets contraignants du contexte social dans lequel s’inscrivent les recours thérapeutiques permet ainsi de rendre à l’expérience toute son « épaisseur sociologique », car celle-ci est toujours « incarnée dans le tissu des relations sociales qui constitue l’individu concret » (Derbez, 2018 : 100). La notion de « norme » mobilisée à ce propos se rapporte ainsi aux règles de conduite qui structurent les pratiques des acteurs, qu’elles soient prescriptives ou prohibitives, dont le respect implique des sanctions à caractère positif (approbation, récompenses) ou négatif (réprobation, punitions). Cependant, contre une perspective utilitariste faisant essentiellement reposer l’adhésion à une norme sur des motifs d’ordre instrumental (à savoir les systèmes de sanction qu’elles génèrent) (Elster, 1995), il est essentiel de considérer également la manière dont elles forment un modèle d'action jugé légitime (Ogien, 2004), y compris au niveau le plus quotidien de la prise de décision de l’acteur confronté à un « dilemme moral » (Bateman-Novaes, 2000).

11C’est donc à cette double composante des normes – réunissant une dimension impérative (elles s’imposent aux acteurs) et une dimension appréciative (elles engagent des valeurs subjectivement désirables) (Isambert, 1991) – qu’il importe de prêter attention pour être en mesure d’expliciter les comportements d'auto-soin. Cette dimension normative peut se décliner sur un registre quantitatif (principes d’abstinence, de restriction, etc.) ou qualitatif (choix d’une forme de soin, options thérapeutiques articulant le champ de la santé avec celui de l’alimentation ou du religieux, etc.). Elle transparaît en particulier dans les jugements moraux consistant à évaluer des substances thérapeutiques et à estimer « si elles sont "à leur place" dans un contexte déterminé » (Drulhe & Fernandez, 2009 : 217), évaluation qui peut être posée en termes appréciatifs ou dépréciatifs, en les hiérarchisant à partir de principes circonscrivant les critères du désirable ou de l’indésirable.

Se soigner par soi-même au sein d’espaces sociaux différenciés 

12Nous avons fait le choix dans ce numéro d’Anthropologie & Santé d’aborder cette question de l’articulation entre savoirs expérientiels et enjeux normatifs en étudiant les recours prenant place au sein d’univers sociaux diversifiés et, pour certains d’entre eux, peu investigués par les recherches récentes consacrées aux multiples formes d’automédication. Dédiées au contenu des pratiques en tant que tel et aux significations que les individus leur attribuent, les contributions réunies dans ce dossier permettent donc d’expliciter la façon dont l’appartenance à telle ou telle communauté – en particulier, les interactions et dynamiques socioculturelles impliquant plusieurs acteurs dans un contexte donné (Saillant & Gagnon, 1996) – conditionne la manière de se soigner par soi-même.

Cultures familiales de l’auto-soin, logiques pragmatiques et aspects symboliques

  • 2 Seul le paracétamol, qui possède un statut particulier dans les pratiques comme dans les représenta (...)

13Plusieurs écrits récents consacrés aux pratiques d’auto-soin dans les pays du Nord ont mis en lumière le caractère protéiforme des stratégies adoptées, impliquant l’utilisation de remèdes appartenant à des registres différents, cohabitant ou s’entremêlant de manière non exclusive, et à travers lesquelles transparaît une valorisation importante du naturel (Cohen & Rossi, 2011 ; Schmitz, 2006). Concomitant de l’attrait qu’exercent désormais les produits « bio » dans le domaine alimentaire, cet engouement trouve son origine dans le mouvement écologiste des années 1970, actualisé à l’aune de préoccupations environnementales plus contemporaines (Sauvegrain & Aumeeruddy-Thomas, 2006). Au-delà de l’efficacité qui est attribuée aux produits concernés, c’est surtout une inquiétude face aux effets potentiellement toxiques des traitements biochimiques qui est exprimée pour justifier ces recours. Par contraste, les traitements non-conventionnels sont perçus comme « sains » et « naturels », disposant ainsi d’un supplément de sens qui excède la seule recherche de résultat. On peut en effet considérer que le succès de la phytothérapie ou de l’aromathérapie repose dans une large mesure sur une représentation idéalisée de la nature comme « pourvoyeuse de santé et de bien-être », dans un « échange de vivant à vivant » où la « force vitale » de la plante-remède intervient pour stimuler les réactions naturelles du corps humain (Schmitz, 2006 : 21 ; Garetta, 2007 : 207). Nous sommes donc en présence, avec cette aspiration « naturaliste », d’une représentation normative du sain et du malsain opposant des remèdes supposés appuyer « la capacité endogène de réparation et d’auto-guérison de l’organisme » à des médications renvoyant au thème de la « souillure par la modernité et l’industrialisation » (Benoist, 1998 : 533)2. Pour autant, dans la gestion quotidienne des comportements d’auto-soin, cet attrait pour des choix thérapeutiques mobilisant la catégorie du naturel, observable dans tous les groupes sociaux, est borné par une recherche d’efficacité, aboutissant à des arbitrages permanents particulièrement lisibles dans la prise en charge des maux affectant les enfants (David & Guienne, 2017). Afin d’interroger plus avant les dynamiques propres à ces formes d’automédication mises en œuvre dans la sphère domestique, trois premières contributions examinent ces pratiques familiales dans des contextes sociaux différenciés, en portant une attention particulière à la manière dont s’articulent logiques pragmatiques et dimensions symboliques.

14Concentrant sa recherche sur les comportements d’auto-soin de familles pauvres ou issues de la classe moyenne au sein de la capitale Malgache, Chiarella Mattern s’est intéressée à la prise en charge des enfants en cas de survenue de maux dits « du quotidien ». Ces troubles, définis par les informateurs comme familiers et bénins, sont principalement appréhendés dans le registre biomédical et largement traités par une autoconsommation de médicaments pharmaceutiques (souvent sur conseil de l’entourage), parfois associés à des remèdes traditionnels en automédication ou prescrits par un tradipraticien. Cependant, malgré le caractère généralisé de ces stratégies d’auto-soin, animées par une volonté de guérison à moindre coût, l’auteur constate l’existence d’une norme communément admise (indépendamment du statut socio-économique) tendant à limiter cette pratique s’agissant des enfants de moins de trois ans. Cette propension à privilégier dans la mesure du possible le recours à un professionnel de santé peut être rapportée à la difficulté de transposer les logiques d’autodiagnostic à une catégorie d’individus n’étant pas en mesure de participer à l’identification des symptômes, et dont l’organisme est par ailleurs perçu comme particulièrement vulnérable. Elle est également fonction de la qualité attribuée aux médicaments, corrélée à leur lieu d’acquisition. Alors que les ménages en situation précaire se défient des traitements pharmaceutiques obtenus de manière informelle en craignant de faire courir des risques supplémentaires à leurs enfants, l’accès des familles de classe moyenne aux médicaments vendus en pharmacie autorise certaines pratiques d’automédication fondées sur l’acquisition de savoir-faire (bien souvent à partir de traitements ayant été prescrits à l’aîné de la fratrie lors de consultations antérieures). Ainsi, l’accumulation de savoirs expérientiels structure la gestion des maux quotidiens affectant cette classe d’âge spécifique pour subordonner les pratiques d’auto-soin, en convergence avec les normes portées par les professionnels de santé, à une prise en charge de l’enfant par le secteur biomédical.

  • 3 Comme le rappellent Alice Desclaux et Marc Egrot (2015 : 12), « dans les pays d’Afrique ou d’Asie, (...)

15Dans la seconde contribution également consacrée au territoire Malgache, l’enquête cette fois menée au sein d’une localité rurale permet de porter le regard sur les arbitrages effectués entre différents modèles thérapeutiques relevant de la biomédecine ou de la médecine traditionnelle (pouvant inclure une dimension magico-religieuse). Pierrine Didier montre combien l’entourage du malade, en particulier les parents proches, est déterminant dans son cheminement vers la guérison, intervenant dès la détermination de l’étiologie et orientant la recherche de solution. En effet, l’expérience de la maladie comme les pratiques de soin plus quotidiennes s’inscrivent avant tout dans le registre de l’expérience collective, transmise de proche en proche. La comparaison terme à terme de la place qu’occupe l’auto-soin dans ce village malgache relativement aux pratiques prévalant sur le territoire français est évidemment délicate, tant sont nombreuses les dimensions structurelles et culturelles susceptibles d’induire des variations dans les comportements observés. On remarque cependant qu’à l’instar des facteurs motivant l’abandon d’une pratique d’automédication dans les pays du Nord, c’est souvent là aussi l’incapacité à reconnaître un trouble, lorsque les savoirs expérientiels accumulés échouent à donner un sens au symptôme ressenti (alors qualifié de « bizarre », « inexpliqué » ou « inhabituel »), que s’impose l’intervention d’un tiers socialement reconnu dans sa sphère de compétence (respectivement le guérisseur ou l’infirmier/le médecin/la sage-femme). Pierrine Didier souligne enfin qu’en dépit du caractère normatif des croyances engagées dans le choix de la thérapie (notamment lorsqu’un empoisonnement est suspecté), l’auto-soin tel qu’il est pratiqué dans cette localité malgache autorise, notamment de par la diversité des modes d’accès aux remèdes traditionnels et aux médicaments (pharmaceutiques ou « néo-traditionnels »)3, un certain jeu avec les recommandations collectives et les prescriptions médicales, suivant des préférences pouvant relever d’habitudes de soin plus individualisées telles que l’apparence du remède ou son mode d’administration.

16Ainsi, pour contraignants que puissent être les systèmes collectifs de croyances magico-religieuses concernant les recours thérapeutiques mis en œuvre, les pratiques d’auto-soin conservent souvent, en définitive, une part d’arbitrage singulier procédant de l’accumulation de savoirs issus de l’expérience, comme le montre bien l’article de Fatima Zohra Cherak consacré au rituel de la roqya. Dans cet article présentant les résultats d’une recherche menée en Algérie, en Égypte et en France, l’auteur analyse les représentations et les pratiques accompagnant l’identification et la prise en charge de maux ou de symptômes relevant d’une possession par des forces surnaturelles dans la tradition de l’Islam sunnite. Là encore, l’influence du cercle familial paraît déterminante dans la reconnaissance des signes suggérant une forme de sorcellerie et la décision de faire intervenir un râqi, mais également, lorsque des dissensions interviennent à ce propos au sein de la cellule familiale, le réseau relationnel construit dans le cadre de la pratique religieuse. Pour autant, contrairement à l’implication du guérisseur dans le contexte malgache, l’exorcisme n’intervient ici souvent qu’en dernier recours, lorsque l’individu estime ne pas avoir trouvé de solution auprès des professionnels de santé. Il est intéressant de constater que ce processus d’évaluation organisant une répartition entre ce qui relève de la biomédecine, d’une part, et de la roqya d’autre part, est également observable dans la pratique des râqis eux-mêmes qui s’appuient sur un corpus de croyances légitimées dans le cadre de la tradition religieuse pour discriminer la possession du seul trouble mental, qu’ils n’hésitent pas à renvoyer au champ de la psychiatrie. Le fait que ceux-ci se montrent attentifs à ne pas inclure dans le rituel des remèdes susceptibles de détériorer la condition physique des possédés (en proscrivant, par exemple, l’ajout de sel dans l’eau coranisée chez des individus hypertendus) est aussi significatif de la volonté de ces guérisseurs, non de concurrencer le paradigme biomédical, mais de s’adresser à la part souffrante de l’individu qu’ils estiment relever de leur sphère de compétence. S’en tenir à l’intervention des râqis ne suffit cependant pas à expliciter cette thérapeutique particulière que constitue la roqya et dont Fatima Zohra Cherak montre qu’elle s’élabore dans une large mesure par l’accumulation de savoirs d’expérience chez les individus affectés et leur entourage. En effet, non seulement il arrive souvent que les personnes souffrant de possession développent une forme d’autonomie vis-à-vis des prescriptions reçues (par la fréquentation de pairs, l’auto-observation et l’accumulation de connaissances livresques), mais encore une large part des soins mis en œuvre se déroule dans le cadre de l’espace domestique, permettant ainsi des appropriations singulières. Ces appropriations, largement fondées sur l’expérimentation individuelle, donnent ainsi lieu à des recours composites. En témoigne le cas d’une femme faisant le choix de traiter par des médicaments de synthèse un de ses symptômes, pourtant communément attribués aux djinns. Dans ces recours, le discours biomédical n’est pas exclu, mais vient s’articuler à l’imaginaire religieux des pratiquants.

Communautés d’expériences corporelles et échanges entre pairs

17Les deux dernières contributions du dossier sont dédiées à des expériences corporelles partagées, relatives respectivement à un environnement professionnel spécifique et au contexte d’une consommation de drogue, et mettent l’accent sur la manière dont les échanges entre pairs structurent les pratiques d’auto-soin. Sabrina Nouiri-Mangold a enquêté sur une dimension peu étudiée par les recherches prenant pour objet le corps en lien avec le travail, à savoir la question du poids, qu’elle identifie comme une variable d’ajustement professionnel dans le monde des courses hippiques. Elle montre combien la propension des jockeys à mettre en œuvre de façon autonome des méthodes jugées illégitimes au regard des préconisations médicales afin de perdre du poids dans un très court délai repose sur des conditions sociales et institutionnelles contraignantes. Il est donc possible de parler d’un « bricolage » contraint auquel sont tenus de se livrer ces jeunes hommes, notamment lorsque leur constitution corporelle ne les prédispose pas à être de petite taille, car cela constitue un préalable nécessaire à l’exercice de leur activité professionnelle. L’auteur expose en outre les différents procédés utilisés dans ces circonstances particulières, procédés relevant dans une large mesure d’expérimentations personnelles ou médiatisées par le récit d’expériences jugées concluantes relatées par d’autres pratiquants. Fruit d’un travail d’immersion dans le monde des jockeys, cette analyse éclaire ainsi un ensemble de stratégies, parfois adoptées de manière implicite, peu verbalisées et surtout peu accessibles à des personnes étrangères à cet univers social. Elle montre par ailleurs la nécessité de décloisonner notre appréhension de l’auto-soin afin d’expliciter des techniques corporelles ou médicamenteuses mobilisées à des fins non pas seulement thérapeutiques, mais d’amélioration des potentialités, d’« optimisation de soi » (Collin, 2013), visant à satisfaire les attentes normatives propres à ce contexte professionnel spécifique. Parce que cette analyse soulève également la question de la relation entre pratiquants de l’auto-soin et professionnels de santé, elle permet de souligner en outre l’intérêt de dissocier le contexte d’obtention d’un remède de celui de son usage pour rendre intelligibles les pratiques concernées.

18C’est également un des enjeux de la dernière contribution du dossier consacrée aux pratiques d’automédication chez les usagers de drogue. Les savoirs expérientiels relatifs à la consommation de drogue ont fait l’objet de nombreuses enquêtes de sciences sociales, dans la continuité de sociologues tels que Howard Becker (1985), Robert Castel (Castel et al., 1998) ou Albert Ogien (1994), renvoyant cette pratique à un style de vie dont les normes comportementales résultent d’une socialisation entre pairs. L’originalité de la recherche conduite par Lise Dassieu tient à la manière dont elle a cherché à explorer les dimensions thérapeutiques que peut revêtir la prise de drogue, une pratique généralement avant tout abordée à travers le prisme de sa visée récréative ou de la gestion du manque créé par la dépendance. S’interrogeant sur les raisons motivant l’obtention de traitements de substitution au marché noir, l’auteur identifie les contraintes propres aux normes légales et médicales régissant la prescription et l’usage de ces traitements, et les différentes formes de rationalités motivant ces recours. Elle montre ainsi l’intrication des logiques présidant à ces stratégies d’auto-substitution, qu’elles visent l’obtention d’un effet similaire à celui provoqué par la consommation de drogue, la conservation d’un anonymat permettant la dissimulation du stigmate, ou encore une plus grande liberté dans la prise du traitement afin d’en limiter les effets secondaires. Cet affranchissement vis-à-vis des normes médicales se donne aussi à voir dans la manière dont les intéressés peuvent être amenés à conférer une dimension thérapeutique à la prise de substance (s’agissant de la gestion de la douleur, d’un trouble mental, d’une affection saisonnière). Lise Dassieu souligne à ce propos combien l’expérience corporelle et l’auto-expérimentation sont au cœur des stratégies de soin mises en œuvre par ces usagers de drogue. Ces savoirs expérientiels font en outre l’objet de transmissions entre pairs sur un mode informel ou plus institutionnalisé lorsque ces échanges s’inscrivent au sein de groupes d’auto-support, mais impliquent également des formes de réappropriations de connaissances issues du monde médical. Mobilisés enfin lorsqu’il s’agit de modifier des traitements prescrits afin de les adapter à sa sensibilité corporelle ou à son mode de vie, ils ne sont pas sans questionner en retour les professionnels de santé dont l’auteur montre bien l’embarras, confrontés à des acteurs dont les pratiques d’auto-soin interrogent les frontières communément instaurées entre drogue et médicament.

Haut de page

Bibliographie

AIACH P., 1998. « Les voies de la médicalisation », In AIACH P. et DELANOE D. (dir.), L’ère de la médicalisation. Paris, Anthropos : 15-36.

AKRICH M. et RABEHARISOA V., 2012. « L’expertise profane dans les associations de patients, un outil de démocratie sanitaire », Santé publique, 24 : 69-74.

AKRICH M. et MEADEL C., 2002. « Prendre ses médicaments/prendre la parole : les usages des médicaments par les patients dans les listes de discussion électroniques », Sciences sociales et santé, 20, 1 : 89-116.

ARBORIO S., SIMON E. et HALLOY A., 2016. « Argumentaire », appel à communications du Colloque « Les savoirs d’expérience en santé. Fondements épistémologiques et enjeux identitaires », Université de Lorraine, Metz, 24 et 25 octobre 2016, [en ligne], https://calenda.org/368517 (page consultée le 28/04/19).

BATEMAN-NOVAES S., 2000. « De la thérapeutique comme norme », In BATEMAN-NOVAES S., OGIEN R., et PHARO P.(dir.), Raison pratique et sociologie de l’éthique. Paris, CNRS éditions : 129-142.

BECKER H. S., 1985. Outsiders. Études de sociologie de la déviance. Paris, Métailié.

BENOIST J., 1998. « Les médecines douces », In BROMBERGER C. (dir.), Passions ordinaires : du match de football au concours de dictée. Paris, Bayard : 523-542.

BOURDELAIS P. et FASSIN D., 2005. « Les frontières de l’espace moral », In BOURDELAIS P. et FASSIN D. (dir.), Les constructions de l’intolérable. Paris, La Découverte : 7-15.

BRUTUS L., GUIENNE V. et FLEURET S., 2017. Se soigner par soi-même. Recherche interdisciplinaire sur l’automédication. Paris, CNRS Editions.

BUREAU E. et HERMANN-MESFEN J., 2014. « Les patients contemporains face à la démocratie sanitaire », Anthropologie & Santé, 8 [en ligne], http://journals.openedition.org/anthropologiesante/1342 (page consultée le 28/04/19)

BURTON-JEANGROS C., 2007. « Des risques épidémiologiques aux pratiques sociales de santé », In BURTON-JEANGROS C, GROSSE C. et NOVEMBER V. (dir.), Face au risque. Genève, Georg Ed. : 183-203.

CASTEL R., PELLEN-BENARD M., BONNEMAIN C., BOULLENGER N., COPPEL A., LECLERC G., OGIEN A. et WEINBERGER M., 1998 [1992]. Les sorties de la toxicomanie. Fribourg, Ed. Universitaires Fribourg.

COLLIN J., 2013. « Quand un non-problème devient un problème. De la médicalisation à la pharmaceuticalisation », In OTERO M. et ROY S. (dir.), Qu’est-ce qu’un problème social aujourd’hui. Repenser la non-conformité. Québec, Presses de l’Université du Québec : 187-206.

COHEN P. et ROSSI I., 2011. « Le pluralisme thérapeutique en mouvement », Anthropologie & Santé, 2 [en ligne], http://journals.openedition.org/anthropologiesante/606 (page consultée le 29/04/19).

DAVID M. et GUIENNE V., 2017. « Arbitrages normatifs de l'auto-soin », In BRUTUS L., GUIENNE V. et FLEURET S. (dir.), Se soigner par soi-même. Recherche interdisciplinaire sur l’automédication. Paris, CNRS Editions : 89-105.

DERBEZ B., 2018. « L’expérience comme objet de sciences sociales. Commentaire », Sciences sociales et santé, 36, 2 : 97-102.

DESCLAUX A. et EGROT M., 2015. « Le médicament diffusé au sud : contextes, formes culturelles et effets sociaux observés depuis les marges », Anthropologie du médicament au sud. La pharmaceuticalisation à ses marges. Paris, L’harmattan : 9-44.

DESCLAUX A. et LEVY J-J., 2003. « Cultures et médicaments. Ancien objet ou nouveau courant en anthropologie médicale ? », Anthropologie et sociétés, 27, 2 : 5-21.

DRULHE M. et FERNANDEZ I., 2009. « Médicaments ou remèdes ? Significations et usages sociaux de substances censées avoir des effets psychosomatiques », Sociologie Santé, 30 : 211-219.

DURISCH GAUTHIER N., ROSSI I. et STOLZ J., 2007. Quêtes de santé. Entre soins médicaux et guérisons spirituelles. Genève, Labor et Fides.

ELSTER J., 1995. « Rationalité et normes sociales : un modèle pluridisciplinaire », In GERARD-VARET L-A. et PASSERON J-C. (dir.) Le modèle et l’enquête. Paris, Editions de l’EHESS : 139-148.

FAINZANG S., 2006. « Transmission et circulation des savoirs sur les médicaments dans la relation médecin-malade », In COLLIN J., OTERO M. et MONNAIS L. (dir.), Le médicament au cœur de la socialité contemporaine. Regards croisés sur un objet complexe. Québec, Presses de l'Université du Québec : 267-279.

FAINZANG S., 2012. L’automédication ou les mirages de l’autonomie. Paris, Presses universitaires de France.

FAINZANG S. et OUVRIER A., 2016. « Mesure des traitements et traitements sur mesure. La gestion du risque médicamenteux par les usagers en France », Terrains & travaux, 28 : 21-40.

GAGNON E., 1998. « L’avènement médical du sujet. Les avatars de l’autonomie en santé », Sciences sociales et santé, 16, 1 : 49-72.

GARDIEN E., 2017. « Qu’apportent les savoirs expérientiels à la recherche en sciences humaines et sociales ? », Vie sociale, 20 : 31-44.

GARRETA R., 2007. Des simples à l’essentiel. De l’herboristerie à l’aromathérapie, pratiques et représentations des plantes médicinales. Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

HERZLICH C. et PIERRET J, 1991. Malades d’hier, malades d’aujourd’hui. De la mort collective au devoir de guérison. Paris, Payot.

ISAMBERT F-A., 1991. « Durkheim et la sociologie des normes », In CHAZEL F. et COMMAILLE J. (dir.), Normes juridiques et régulation sociale. Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence : 51-64.

JOUET E., FLORA L. et LAS VERGNAS O., 2010. « Construction et reconnaissance des savoirs expérientiels des patients. Note de synthèse », Pratiques de formation - Analyses, 58-59 [en ligne], https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00645113 (page consultée le 28/04/16).

KLEIN A., 2015. « ‘’Il est clair que je suis hypocondre vaporeux, et peut-être pis encore’’. De l’agentivité des malades impatients du Dr Tissot (1728-1797) », In KLEIN A. et PARAYRE S. (dir.), Histoire de la santé (XVIIIe-XXe siècles). Nouvelles recherches francophones. Québec, Presses de l’Université Laval : 101-121.

LOCHARD Y., 2007. « L’avènement des ‘’savoirs expérientiels’’ », La revue de l’Ires, 55, 3 : 79-95.

OGIEN A., 1994. « La morale du drogué », Revue Française des Affaires sociales, 2 : 59-67.

OGIEN R., 2004. « Normes et valeurs », In CANTO-SPERBER M. (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, vol. 1. Paris, Presses universitaires de France : 1354-1368.

PROULX M., 2007. « Du discours savant à l’expérience subjective de la maladie hypertensive ou lorsque le sens est mis à risque », Sociologie et sociétés, 39, 1 : 79-98.

RAYNAUD D., 2008. « Les déterminants du recours à l’automédication », Revue française des affaires sociales, 1 : 81-94.

RIEDER P. et ZANETTI F., 2012. « Le remède et ses usages historiques (1650-1820) », Histoire, médecine et santé, 2 : 9-19.

SAILLANT F. et GAGNON E., 1996. « Le self-care : de l’autonomie-libération à la gestion du soi », Sciences sociales et santé, 14, 3 : 17-46.

SAUVEGRAIN S-A. et AUMEERUDDY-THOMAS Y., 2006. « Renouer avec la nature et les savoirs naturalistes », In SCHMITZ O. (dir.), Les médecines en parallèle. Multiplicité des recours au soin en Occident. Paris, Karthala : 235-260.

SCHMITZ O., 2006. « Multiplicité des médecines et quêtes de soins dans les sociétés occidentales contemporaines », In SCHMITZ O. (dir.), Les médecines en parallèles. Multiplicité des recours aux soins en Occident. Paris, Karthala : 5-24.

SEVIGNY R., 1993. « Pratiques alternatives en santé mentale et gestion du social », Sociologie et sociétés, 25, 1 : 111-123.

VAN DER GEEST S. et REYNOLDS WHYTE S., 2003. « Popularité et scepticisme : opinions contrastées sur les médicaments », Anthropologie et sociétés, 27, 2 : 97-117.

VIGARELLO G., 1999. Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen-Age. Paris, Editions du Seuil, coll. « Points histoire ».

Haut de page

Notes

1 La plupart font suite au colloque international « L’automédication en question. Un bricolage socialement et territorialement situé », organisé à Nantes les 11, 12 et 13 mai 2016, réunissant des intervenants issus de champs disciplinaires différents (géographes, sociologues, anthropologues, historiens, médecins…).

2 Seul le paracétamol, qui possède un statut particulier dans les pratiques comme dans les représentations associées à l’auto-soin, semble échapper à cette dichotomie (David & Guienne, 2017).

3 Comme le rappellent Alice Desclaux et Marc Egrot (2015 : 12), « dans les pays d’Afrique ou d’Asie, (…) les espaces de vente des médicaments sont plus souvent caractérisés par la profusion que par la rareté » (officines pharmaceutiques, boutiques spécialisées, vente sur les marchés ou dans la rue, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion David et Véronique Guienne, « Savoirs expérientiels et normes collectives d’automédication », Anthropologie & Santé [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 14 mai 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/5089

Haut de page

Auteurs

Marion David

Sociologue, Laboratoire CENS, Université de Nantes, Chemin de la Censive du Tertre, 44312 Nantes, France, marion.david@univ-nantes.fr

Véronique Guienne

Professeure de Sociologie, Laboratoire CENS, Université de Nantes, Chemin de la Censive du Tertre, 44312 Nantes, France, veronique.guienne@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo SESSTIM
  • OpenEdition Journals