Navigation – Plan du site

Contraception d’urgence au Brésil : la grammaire du risque dans un pays inégalitaire

Emergency contraception in Brazil : the grammar of risk in an unequal country
Elaine Reis Brandão

Résumés

Cet article analyse les controverses que soulève le contraceptif d’urgence (lévonorgestrel) au Brésil – pays où l’avortement reste illégal. En tant qu’objet multidimensionnel et intrinsèquement conflictuel, la contraception d’urgence – qui se positionne moralement entre l’avortement et la contraception – fait l’objet, au Brésil, de controverses sociales et politiques autour de la question de la reproduction. De ce fait, ses significations sont constamment réélaborées selon le contexte. Du point de vue des normes de santé, un glissement apparaît entre la prévention de la grossesse et les risques que le contraceptif hormonal pourrait comporter pour la santé des utilisatrices. En termes de genre et de sexualité, c’est la capacité des femmes à s’autocontrôler et se prendre en charge qui est mise en avant, l’(ir)responsabilité et l’(in)discipline étant fréquemment mobilisées de manière accusatrice.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À partir des années 1990, le misoprostol – médicament initialement utilisé pour soigner les ulcères (...)
  • 2 Précisons que le concept de «  race  » est ici utilisé tel qu’il est mobilisé dans les sciences soc (...)
  • 3 Le terme fait référence à l’appartenance ethnique des groupes qui entretiennent des liens historiqu (...)

1Alors que l’avortement (ou interruption volontaire de grossesse) est encore interdit au Brésil, la dernière étude nationale sur le sujet (Diniz et al., 2017), menée en 2016 auprès de femmes de 18 à 39 ans, scolarisées et habitant en zone urbaine, révèle que 15 % d’entre elles ont eu recours à au moins un avortement au cours de leur vie, la moitié au moyen du misoprostol1, également interdit. Précisons que la moitié de ces femmes, qui avait eu recours au misoprostol de manière illégale, a ensuite été hospitalisée pour conclure l’avortement ou en raison de maladies et infections dues à la prise du médicament. Bien que la pratique de l’avortement soit répandue dans toutes les classes sociales et toutes les régions, indépendamment du niveau d’éducation, de la «  race  »2 et des croyances religieuses, la majorité de ces femmes sont jeunes, peu scolarisées, noires, métisses ou indigènes3, disposent de faibles revenus et vivent dans les régions les plus pauvres du Brésil (nord, nord-est et centre-ouest). Cette étude indique également qu’à l’âge de 40 ans, une Brésilienne sur cinq a eu recours à un avortement au moins une fois. Bien que la morbidité résultant de ces interruptions volontaires de grossesse soit en baisse du fait de la sécurité du médicament utilisé (de 55 % à 48 % entre 2010 et 2016), la pratique illégale demeure stable et récurrente. Or, l’illégalité de l’avortement ne fait qu’accroître la souffrance sociale et la morbidité, de même qu’elle pénalise les femmes pauvres, qui ne possèdent pas les ressources économiques et sociales nécessaires pour recourir à l’avortement dans de meilleures conditions.

2Ce taux élevé d’avortements au Brésil est largement lié aux grossesses non prévues et au statut de la contraception d’urgence – méthode contraceptive hormonale à utiliser dans les cinq jours suivant le coït non protégé – autorisée au Brésil depuis 1996. L’objet du présent article est précisément de saisir les enjeux de la contraception d’urgence. Pour ce faire, je m’appuierai sur une perspective théorique qui entend la grossesse non prévue comme un événement s’inscrivant dans un contexte de relations sociales et sexuelles (Bajos & Ferrand, 2002), façonnées par la classe, la «  race  » et le genre. Pourtant, comme j’aurai l’occasion de le montrer, la contraception d’urgence fait l’objet d’une certaine diabolisation dans la société brésilienne – diabolisation prenant largement appui sur les inégalités socio-économiques et les inégalités de genre. Le médicament, et en particulier cette forme de contraception, sera donc envisagé comme un objet social «  bon pour penser  » les questions de genre, de moralité et les pratiques de santé (Van der Geest & Whyte, 1989 ; Van der Geest et al., 1996  ; Desclaux & Lévy, 2003  ; Fainzang, 2001  ; Cohen et al., 2001  ; Collin, 2016). La contraception d’urgence peut ainsi être un exemple de ce que Anita Hardon et Emilia Sanabria appellent la «  fluidité du médicament  » : «  Notre lecture des travaux théoriques et empiriques récents montre qu’il n’y a pas d’objet (pharmaceutique) pur. Nous avançons que les molécules ne sont pas “découvertes”, mais faites et refaites  ; elles sont fluides, en constante évolution en fonction du contexte dans lequel elles se trouvent  » (Hardon & Sanabria, 2017 : 118). Ainsi, les auteures nous invitent à penser de façon articulée en éliminant «  les frontières entre les produits pharmaceutiques, les corps et leur environnement  » (Hardon & Sanabria, 2017 : 118).

3En m’inscrivant dans cette perspective, j’aborderai brièvement, dans un premier temps, les freins, notamment sociaux, limitant l’accès à l’offre de soins de santé reproductive au Brésil. En second lieu, je présenterai quelques données sur la contraception d’urgence et relèverai les liens entre les réserves émises à son encontre et les questions de classe et de genre. Pour finir, j’analyserai plus précisément le malaise généré par la contraception d’urgence, que j’attribue à l’ambiguïté de son statut et à la plasticité de la notion d’urgence. Ce faisant, je montrerai à partir du matériau empirique sur quelle(s) base(s) les femmes hiérarchisent les risques liés à l’usage de ce contraceptif et ceux – encore plus grands – d’un avortement provoqué à la suite d’une grossesse imprévue.

La méthodologie

4Le matériau empirique provient des différents travaux que j’ai coordonnés sur ce thème. Il s’agit d’une part de recherches bibliographiques utilisant des sources documentaires comme les textes de loi du ministère de la Santé, du Conseil fédéral de médecine et de l’Organisation mondiale de la santé, ainsi que le matériel de formation des professionnels de santé et des organisations dédiées aux droits sexuels et reproductifs, ou encore les arrêtés de réglementation sanitaire (Souza & Brandão, 2009) et les documents produits par les consortiums internationaux qui font la promotion de l’usage de cette technologie contraceptive dans les pays dits en développement (Bastos et al., 2018). À ces textes s’ajoutent les «  informations  » véhiculées entre 2005 et 2009 par deux journaux de grande audience, à savoir Folha de São Paulo et O Globo (Rio de Janeiro), afin de restituer le débat public sur cette question tel qu’il a été rapporté par la presse (Souza & Brandão, 2012).

5Je m’appuie d’autre part sur l’ethnographie réalisée par l’une de mes doctorantes sur la commercialisation de la contraception d’urgence dans une pharmacie de Rio de Janeiro située à proximité d’une favela (Paiva & Brandão, 2017). En deux ans de travail de terrain (2011-2012), il a été possible d’observer les interactions entre vendeurs et consommateurs lors de l’achat du médicament en pharmacie. Des entretiens ont également été réalisés avec douze vendeurs de pharmacie et une pharmacienne.

  • 4 Uma investigação socioantropológica no âmbito das farmácias : posição de farmacêuticos e balconista (...)

6Ce travail a abouti à une autre étude (2012-2014)4 menée par le groupe de recherche auquel j’appartiens. Elle portait sur les représentations et pratiques des professionnels travaillant dans les pharmacies, soit les pharmaciens et les employés/vendeurs, ces derniers n’ayant aucune qualification spécifique pour vendre des médicaments. Nous avons contacté les pharmaciens au moyen d’un questionnaire en ligne, structuré, auto-administré et anonyme, diffusé par les organes représentant cette catégorie professionnelle. Trois cent quatre-vingt-trois pharmaciens de toutes les régions du pays ont répondu spontanément : 74,5 % de sexe féminin et 25,5 % de sexe masculin (Brandão et al., 2016a, 2017). Vingt employés (douze hommes et huit femmes) travaillant dans des établissements pharmaceutiques de la région métropolitaine de Rio de Janeiro ont été entendus lors d’entretiens semi-structurés menés en face-à-face (Brandão et al., 2016b). L’objectif de l’enquête était de connaître le processus d’interaction sociale activé au moment de l’achat du médicament (levonorgestrel), mais aussi de voir si la gêne ressentie par les femmes dans les services de santé, au moment de la demande de la contraception d’urgence, était également présente dans les pharmacies. Je vais à présent suggérer quelques pistes d’interprétation formulées à partir de ce matériau. Dans les paragraphes suivants, j’aborde les éléments, notamment sociaux, qui freinent l’accès à une assistance à la santé reproductive au Brésil.

Sexualité, contraception et santé reproductive au Brésil

7Soulignons d’abord les inégalités sociales importantes, caractéristiques de la société brésilienne, qui font des différences ethno-raciales et de classe une “grille de lecture” obligatoire et privilégiée pour aborder et penser les questions culturelles. Il en est de même des inégalités de genre – indispensables dans le spectre analytique – qui se donnent à voir de différentes manières, de la plus subtile à la plus violente. À titre d’exemple, l’acceptation du non-usage du préservatif par le partenaire masculin en tant que «  preuve d’amour  », ou la «  culture du viol  » pratiquée ces dernières années, avec des épisodes de viols collectifs (plusieurs hommes violant une femme) diffusés sur les réseaux sociaux. De fait, au Brésil, la violence sexuelle fait partie du quotidien, victimisant surtout les femmes habitant les zones géographiques les plus pauvres, telles que les périphéries des centres urbains (Instituto Patrícia Galvão, 2018).

8Par ailleurs, la moralité sexuelle valorise pour les femmes l’innocence et la pudeur ; elle privilégie une certaine spontanéité de l’acte sexuel (Parker, 1991), comme en témoignent par exemple certaines expressions fréquemment employées par les jeunes femmes interrogées dans le cadre de l’enquête sur les comportements sexuels des jeunes menée par Maria Luiza Heilborn et ses collègues (2006) : «  quand je l’ai vu, c’était déjà fait  », «  c’est arrivé comme ça  », «  je m’y attendais pas  », «  je l’avais pas programmé  ». Les programmes scolaires brésiliens ne comptent pas d’éducation à la sexualité, ce qui pourrait témoigner d’un désengagement de l’État vis-à-vis de cette question.

9La nette réduction de la fécondité au Brésil au cours de la seconde moitié du xxe siècle n’est donc pas la résultante de politiques publiques de santé ; elle a été imposée de façon autoritaire, avec l’appui d’organisations internationales, pendant la dictature militaire des années 1964 à 1985 (Fonseca Sobrinho, 1993). Dans ce cadre, des femmes noires des régions les plus pauvres, comme le Nord-Est, ont été stérilisées au moyen d’une ligature des trompes réalisée par des institutions privées à but non lucratif, telles que la Société civile du bien-être familial (BEMFAM) ou le Centre de recherche et d’attention intégrée aux femmes et aux enfants (CEPAIMC) (Berquó, 1987  ; Bozon, 2005  ; Cabral, 2014). La baisse de la fécondité n’est donc pas le fruit d’une transformation progressive des mentalités et des habitudes liées à la sexualité et à la prévention de la grossesse, comme nous le rappelle Norbert Elias (1990). De fait, en raison de valeurs et de processus d’éducation différents selon les classes sociales, la norme contraceptive (Bajos & Ferrand, 2004) n’a pas été intériorisée par toutes les femmes comme un soin de santé ou un soin personnel.

10Sous la pression des mouvements féministes et des professionnels de santé engagés dans le processus de redémocratisation du pays, qui demandaient une réforme sanitaire et un accès universel à la santé, l’État a toutefois fini par adopter, en 1983, le Programme d’assistance intégrale à la santé de la femme, sous l’égide du ministère de la Santé. En prenant en compte les différentes étapes de la vie des femmes, ce programme a rompu avec l’approche réductionniste de la santé materno-infantile essentiellement focalisée sur la grossesse. Ainsi, en 2018, le taux de fécondité était estimé à 1,77 enfant par femme (IBGE, 2018). Bien que le taux de ligature des trompes ait diminué entre 1996 (40,1 %) et 2006 (25,9 %) chez les femmes en couple de 15 à 44 ans, il demeure la méthode contraceptive prédominante avec la pilule contraceptive (27,4 %) (Brésil, 2008). Qu’en est-il de la contraception d’urgence  ? D’après l’Enquête démographique de santé réalisée en 2006, elle apparaît en cinquième position chez les femmes de 15 à 49 ans vivant en couple et utilisant une méthode contraceptive, et en troisième position chez les femmes sexuellement actives sans partenaire fixe. Pour mieux comprendre ces chiffres, précisons que 18,4 % des femmes de 15 à 44 ans vivant en couple déclarent n’utiliser aucune contraception (Brésil, 2008), ce qui fait du recours à la contraception d’urgence une voie possible pour elles aussi.

11Soulignons également qu’au Brésil, on note un taux important de grossesses non prévues, comme c’est le cas dans d’autres pays où le taux d’utilisation des méthodes contraceptives modernes est pourtant élevé (Singh et al., 2018). Nous reviendrons plus loin sur cette discontinuité contraceptive. Le rapport «  Naître au Brésil  » – issu d’une enquête nationale réalisée entre 2011 et 2012 – montre, parmi les femmes interrogées, la prévalence élevée des grossesses non planifiées, lesquelles concerneraient 55,4 % des femmes en âge de reproduire (Theme-Filha et al., 2016). Les données montrent par ailleurs que 25,5 % de ces femmes auraient préféré attendre plus longtemps avant d’avoir un enfant, tandis que 29,9 % ne voulaient simplement pas en avoir (Brandão & Cabral, 2017).

  • 5 On appelle «  curieuses » ou «  sorcières » les femmes qui réalisent clandestinement les avorteme (...)

12Au Brésil, l’avortement est légal dans trois cas : risque de décès pour la mère, grossesse résultant d’un viol ou fœtus acéphale. Mais, même dans ces cas-là, l’obtention d’une autorisation judiciaire est lente et les services permettant de réaliser un avortement légal sont rares. Par conséquent, l’avortement est souvent réalisé de manière illégale, à un coût élevé, tant dans les cliniques clandestines que chez les «  curieuses5 » dans les favelas, ou encore à domicile avec le misoprostol acheté illégalement. J’ai pu observer en participant à différentes enquêtes de terrain que les femmes vendaient leur réfrigérateur, leur bicyclette, ou faisaient un emprunt à des tiers, souvent trafiquants de drogue, pour pouvoir acheter ce médicament (Heilborn et al., 2012a, 2012b). Les travaux ethnographiques menés sur la pratique de l’avortement auprès d’adolescentes dans une favela de Rio de Janeiro, révèlent que le misoprostol est contrôlé par de jeunes trafiquants de drogue, qui ne vendent qu’aux hommes, car ils peuvent ainsi contrôler la sexualité des femmes (Ferrari & Peres, 2018). En effet, en le vendant directement aux femmes, ils n’auraient aucun moyen de savoir si la grossesse provient d’une infidélité. Ainsi, avant de leur vendre du misoprostol, ils demandent aux acheteurs s’ils assument la responsabilité de la grossesse.

13De la même manière, l’accès des femmes au Système unique de santé (SUS) – l’équivalent brésilien de la Sécurité sociale – pour des consultations de planification familiale et pour obtenir des informations sur les méthodes contraceptives est précaire et irrégulier. Les méthodes contraceptives gratuites sont souvent en rupture de stock. L’offre ne répondant pas à la demande, de nombreuses femmes vont directement s’en procurer en pharmacie. Toujours d’après l’Enquête démographique de santé (Brésil, 2008), pour 42,5 % d’utilisatrices âgées de 15 à 49 ans, les pharmacies apparaissent comme les points privilégiés d’accès à la contraception moderne, qui englobe les méthodes hormonales (pilule et injection) et le préservatif masculin. Dans les pharmacies, les utilisatrices ne sont pas conseillées, le vendeur se contente de leur vendre le médicament demandé. Rappelons qu’au Brésil, les pharmacies sont bien plus des établissements commerciaux que des supports de santé. À ce titre, l’exigence de la présence d’un pharmacien dans l’établissement est récente (Brésil, 2014), même si une législation spécifique existe à cet égard depuis 1973 (Brésil, 1973).

14Enfin, comme de nombreux travaux l’ont montré (Luker, 1975  ; Bajos & Ferrand, 2002  ; Cabral, 2017  ; Chofakian, 2017), l’accès à l’information sur les méthodes contraceptives ne suffit pas à provoquer un changement des comportements. Ainsi relève-t-on dans l’expérience des femmes, quel que soit l’âge ou la classe sociale, des discontinuités, c’est-à-dire des failles ou des interruptions fréquentes de l’usage de la contraception, et ce pour différentes raisons (Ali et al., 2012  ; Moreau et al., 2009) : problèmes de couple (interruption ou fin de la relation, rapports sexuels inattendus, violence du partenaire), problèmes de santé (malaises, effets collatéraux, prise de poids), manque de ressources pour acheter le contraceptif ou difficultés d’adaptation à la méthode utilisée. Plusieurs travaux signalent aussi les difficultés inhérentes à la planification des naissances (Heilborn et al., 2006  ; Brandão, 2009). Les témoignages des femmes ayant eu une grossesse imprévue expriment doutes, souffrances, discrimination et souvent solitude. De fait, le fardeau de la contraception et d’une éventuelle grossesse n’est pas toujours partagé avec les partenaires (Bajos & Ferrand, 2004). Par conséquent, pour connaître et comprendre leurs choix, décisions et pratiques dans ce domaine, il faut les situer dans leurs trajectoires biographiques et dans le cadre de relations sexuelles et affectives, en privilégiant la perspective historique et anthropologique, plutôt que l’approche démographique ou épidémiologique.

15Les paragraphes qui suivent portent précisément sur la contraception d’urgence (lévonorgestrel). Je présente quelques données sur l’accès à la contraception d’urgence et mets en évidence les liens entre les réserves émises vis-à-vis de cette méthode et les questions de classe et de genre.

La contraception d’urgence au Brésil

16La contraception d’urgence occupe une place de plus en plus importante dans le répertoire des méthodes disponibles au Brésil (Olsen et al., 2018), en grande partie en raison de la transformation des modes de rapprochement des sexes, plus fortuits et occasionnels qu’auparavant. La sexualité n’étant plus subordonnée au mariage ni limitée aux relations affectives, les rapports sexuels deviennent plus imprévisibles. Par ailleurs, dans la mesure où l’homme se refuse bien souvent à utiliser le préservatif – ce qui constitue l’une des marques culturelles de la hiérarchie de genre – la responsabilité sociale de la contraception repose sur les femmes (Cabral, 2017  ; Brandão et al., 2017).

17L’accès à la contraception d’urgence n’a été approuvé qu’en 1996 par le ministère de la Santé, avec le régime Yuzpe (combinaison de pilules contraceptives orales d’usage régulier), d’abord disponible uniquement dans les services dédiés aux victimes de violences sexuelles. La commercialisation du lévonorgestrel (pilule spécifique post-coït dite « pilule du lendemain ») n’a quant à elle été autorisée qu’en 1999. Il est disponible sur prescription médicale, dans les services de santé et les services destinés aux victimes de violences sexuelles. Toutefois, depuis 2012, il peut aussi être prescrit par les infirmiers.

  • 6 Ce prix équivaut à environ 2,3 % du salaire minimum brésilien.

18La législation autorise la vente sur ordonnance uniquement, mais cette condition est rarement respectée dans les pharmacies. Dans ce contexte marqué par une pratique répandue de l’automédication (Arrais et al., 2016), plusieurs médicaments dont la vente n’est autorisée que sur ordonnance, sont néanmoins accessibles en pharmacie ; le contraceptif d’urgence ne fait pas exception. La pilule du lendemain est donc vendue librement, à un prix moyen de environ 5,30 euros6. Cette illégalité facilite l’accès à ce contraceptif, car les pharmacies sont ouvertes la nuit et le week-end  ; il peut donc être acheté en temps voulu.

19Différents travaux menés au Brésil et dans d’autres pays décrivent les freins à la mise en œuvre des politiques publiques pour faciliter l’accès à la contraception d’urgence (Ziebland, 1999  ; Barret & Harper, 2000  ; Simonds & Ellertson, 2004  ; Bretin & Bueno, 2010  ; Teixeira et al., 2012). Parmi ces barrières, figurent les préjugés, la discrimination, la désinformation et les jugements de valeur des professionnels de santé qui critiquent son utilisation parce qu’ils considèrent qu’elle est à finalité abortive ou ne reconnaissent pas la liberté sexuelle comme un droit pour les femmes, leur imposant ainsi le mariage comme seul cadre légitimant la sexualité. Se pose aussi la question de l’(il)légitimité de la sexualité pendant l’adolescence qui soulève un débat houleux, souvent lié au thème de la contraception d’urgence (Wynn & Trussell, 2006  ; Price, 2011). Une idée récurrente dans ce débat est qu’une distribution ou un accès facilité au contraceptif d’urgence conduirait les utilisatrices, et surtout les adolescentes, à délaisser les méthodes d’usage régulier, y compris le préservatif, même si cela n’est pas confirmé par les études réalisées (Westley & Glasier, 2010  ; Cleland et al., 2014). Le contrôle social et les difficultés d’accès à cette méthode montrent alors combien des stratégies discursives et disciplinaires (Foucault, 1988), nourries de jugements de valeur, policent le corps et la sexualité des jeunes filles et femmes sous prétexte de morale. Dans les parties qui suivent, j’analyse le malaise généré par la contraception d’urgence et je relève, en mobilisant les données issues des terrains ethnographiques mentionnés, les arguments que les femmes avancent quand elles doivent opérer une hiérarchisation des risques : risques liés à l’usage de la contraception d’urgence versus risques liés à un avortement provoqué.

Représentations de la contraception d’urgence : excès de sexe et manque de contrôle

20Catégorie adoptée dans le milieu scientifique pour désigner la «  pilule du lendemain  », le terme «  contraception d’urgence  » comporte la notion d’«  urgence  » fréquemment associée, dans l’imaginaire de la santé publique, aux notions de risque, de danger, d’épidémie et d’accident, renvoyant à une préoccupation pour quelque chose d’imminent qui doit être évité ou combattu au plus vite. En l’occurrence, le «  risque  » est ici celui de tomber enceinte, soit une prise de risque bien souvent associée – dans le sens commun, mais aussi au sein du corps médical, tout comme d’ailleurs le «  sexe non protégé  » qui accompagne cette prise de risque – à l’(ir)responsabilité ou l’(ir)rationalité des femmes, contrariant ainsi les normes qui postulent la nécessité de planifier la grossesse et de se protéger des maladies sexuellement transmissibles (Hawkes, 1995). Au contraire de la pilule contraceptive d’usage quotidien, qui fait l’objet d’une large acceptation sociale et peut être considérée comme une «  drogue de style de vie  » (Watkins, 2012) dans les sociétés occidentales marquées par une intense médicalisation de la vie (Conrad, 2007), la contraception d’urgence soulève encore beaucoup de controverses (Prescott, 2011  ; Foster & Wynn, 2012).

21Diverses études internationales insistent sur cette place délicate qu’elle occupe depuis son apparition (Ziebland, 1999  ; Simonds & Ellertson, 2004). Celle-ci n’est donc pas exclusive au contexte brésilien, où elle est en revanche conjuguée à la moralité sexuelle propre au pays (Sanabria, 2016). De même, et plus largement, le contrôle des naissances est une pratique ancienne (Ruhl, 2002). La nouveauté réside plutôt dans la définition de l’identité féminine à partir des choix sexuels, contraceptifs et reproductifs. Les médicaments ou dispositifs technologiques dans lesquels ces choix viennent s’incarner finissent alors par produire des corps, des personnes et des identités (Sanabria, 2013  ; Lowy & Sanabria, 2016  ; Rohden, 2017).

22Divulguée et promue dans le monde entier par des organisations internationales (Pan American Health Organization, Organisation mondiale de la santé) et non gouvernementales7, mais aussi par des universités et groupes d’activistes pour les droits sexuels et reproductifs, dans le but de réduire les indices de fécondité dans les pays pauvres et «  périphériques  », la contraception d’urgence est désignée par ces différentes institutions comme «  une seconde chance  » pour la prévention des grossesses, c’est-à-dire un recours opportun pour éviter une grossesse après un rapport sexuel (Bastos et al., 2018). Selon ce point de vue, son usage doit donc être sporadique, en cas de faille de la méthode en usage, d’oubli ou de non-utilisation de toute autre forme de protection. De fait, il est généralement recommandé de ne pas faire de l’usage de ce médicament une méthode contraceptive régulière ou quotidienne, mais de l’utiliser exclusivement dans des situations d’urgence supposées être occasionnelles.

23Cependant, l’«  urgence  » motivant son usage est subjective. Pour les utilisatrices, la peur d’une éventuelle grossesse après un rapport sexuel non protégé est une raison suffisante de recourir à cette méthode. Après avoir lu son mode d’emploi et la non-recommandation de son usage continu, une jeune femme fait un commentaire significatif sur un blog féministe :

  • 8 Extrait du texte «  J’ai pris plusieurs pilules du lendemain et ça m’a fait mal  » (LADO M., 2016). (...)

Pour moi, c’était «  normal  » de prendre la pilule du lendemain une fois par mois ou tous les deux mois, puisque les modes d’emploi ne disent pas ce qu’est un «  usage continu  » qui pourrait annuler ou diminuer l’effet de la pilule. Qu’est-ce que c’est en fin de compte cet «  usage continu  »  ? Deux fois par semaine  ? Une fois par mois  ? Trois fois par an  ? Même après avoir beaucoup cherché, je sais pas répondre à cette question. (Lado M., 2016)8

24L’arbitraire dont fait preuve cette femme n’a rien d’exceptionnel  ; il est, au contraire, systématiquement évoqué dans les discussions et les échanges d’expériences à ce sujet avec les utilisatrices. En général, dans les récits sur l’utilisation de cette méthode, la peur de tomber enceinte supplante celle des effets indésirables que le médicament pourrait provoquer, telle qu’une altération du cycle menstruel ou des saignements. Il s’agit là d’un rapport risque/risque que Sylvie Fainzang et Ashley Ouvrier (2016) ont analysé dans leur recherche : d’un côté, le risque de grossesse et, de l’autre, le risque des effets collatéraux du médicament dès lors qu’il est utilisé comme méthode de contraception régulière et non plus d’urgence.

  • 9 Équivalent, en termes d’usage, au paracétamol ou à l’ibuprofène en France.

25Pour leur part, les professionnels de pharmacie interviewés disent avoir observé une forte croissance des ventes de ce médicament, au point qu’il pourrait être assimilé à un médicament pour les céphalées, suggérant une certaine banalisation de son usage qui n’est cependant pas vérifiée dans les études actuellement disponibles (Chofakian, 2017). Comme le dit une employée de pharmacie, «  ça va devenir comme la Neosaldina® [dipyrone sodique]9 » (Rita, 24 ans, formation universitaire complète, célibataire, entretien réalisé en 2013). C’est aussi ce qu’affirment deux autres vendeurs :

Elle en prend aujourd’hui [une pilule du lendemain], elle en prend une autre cinq jours plus tard, puis une autre cinq jours plus tard, puis une autre le week-end suivant. Elle va avoir un rapport sexuel sans capote, elle prend la pilule du lendemain. C’est ça qui se passe. (João José, 36 ans, études secondaires complètes, marié, entretien réalisé en 2012)

26Le second ajoute :

On peut dire que la pilule d’urgence est aussi demandée que le préservatif. [...] elles utilisent déjà davantage la pilule [d’urgence] que le préservatif. (Valdir, 44 ans, études secondaires complètes, divorcé, entretien réalisé en 2013)

27Pour les pharmaciens et les employés des pharmacies, les jeunes filles et femmes qui achètent le médicament le font donc de façon régulière et non dans l’urgence uniquement, d’où les critiques et les restrictions à l’usage fréquent de cette méthode hormonale. De fait, 65,6 % des pharmaciens enquêtés s’accordent pour parler d’usage régulier, et non occasionnel, du contraceptif d’urgence, ce que 87,7 % d’entre eux considèrent comme dangereux pour la santé des femmes. Si 89,9 % ne le classent pas comme un médicament abortif, ils qualifient toutefois cette contraception de «  bombe hormonale  » (Brandão et al., 2016a  ; 2016b  ; 2017). Cette expression est couramment utilisée au Brésil par les profanes, les professionnels de santé, les médias, les sites internet, etc. Elle vient renforcer les termes «  excès  » d’hormones et potentiel «  danger  » explosif, communément associés à la contraception d’urgence. En témoignent ces propos de quelques vendeurs :

  • 10 Cela signifie qu’un second cycle a été entrepris mais n’a pas été achevé.

J’ai déjà vu le cas d’une fille de quinze ans qui a plusieurs myomes à force de prendre la pilule du lendemain. (Nair, 30 ans, études supérieures incomplètes10, mariée, entretien réalisé en 2012)

Il y a des gens ici qui ne pourront plus avoir d’enfants. La pilule du lendemain leur a détruit l’utérus. Ça affaiblit toutes les hormones. Mais pas seulement les hormones  ; d’ici peu ça va leur consumer les os. Si les hormones deviennent faibles et en mauvais état, les os aussi vont le devenir. (Roberto, 42 ans, études supérieures incomplètes, marié, entretien réalisé en 2013)

Moi, je pense que ça [les effets nocifs] devrait être comme sur les paquets de cigarettes, quand ils montrent un enfant tout laid [allusion aux effets nocifs du tabac sur la santé], ça devrait être sur la [boîte de la] pilule du lendemain, une photo d’un enfant qui naît comme ça, vous voyez  ? (Geisa, 22 ans, études supérieures incomplètes, mariée, entretien réalisé en 2013)

28Pour certains interviewés, le comportement irréfléchi et imprévoyant des femmes ainsi qu’un biais de genre dans les relations affectivo-sexuelles empêchant celles-ci d’imposer le recours au préservatif masculin ou de limiter la fréquence des rapports sexuels expliquent l’usage de cette méthode :

Il fallait y penser avant. Maintenant que c’est fait, il faut laisser faire, et s’il doit en être ainsi alors qu’il en soit ainsi. (Teo, 30 ans, études supérieures incomplètes, marié, entretien réalisé en 2012)

Je trouve qu’il y en a qui exagèrent : comme elles savent que c’est pratiquement [sûr] à 100 %, elles font plus attention. C’est juste : «  Ah ! Je vais l’acheter [la pilule du lendemain] là-bas et c’est réglé  ». C’est pourtant bien moins cher et bien plus sûr pour pas avoir d’autres maladies d’acheter un préservatif  ; mais elles préfèrent prendre le risque (Murilo, 26 ans, études secondaires complètes, marié, entretien réalisé en 2012)

Ça [la pilule du lendemain] finit par pratiquement remplacer la capote. C’est l’impression que j’ai. Ils ont une relation sexuelle, l’homme, dans ce cas, le partenaire se protège pas. Elles font pas attention et puis elles viennent chercher la pilule du lendemain. Il y a pas que le problème du VIH, il y a d’autres maladies, le HPV [Papillomavirus humain]. C’est pas que la grossesse. (Roberto, 42 ans, études supérieures incomplètes, marié, entretien réalisé en 2013)

29On distingue deux types d’interprétation du malaise autour de la contraception d’urgence au Brésil. La première interprétation consiste à mentionner les dangers et risques potentiels que le contraceptif comporterait pour la santé, dans le but de réguler le corps des femmes, notamment celui des jeunes pauvres dont la grossesse est redoutée pour des raisons que nous évoquerons dans les paragraphes qui suivent. Or, comme nous le verrons, le fait de souligner la position sociale des utilisatrices n’est pas fortuit, comme en témoigne ce propos d’une vendeuse :

Ceux que je vois le plus acheter la pilule [du lendemain], c’est des gens qui vivent dans une communauté [favela], qui sont pas informés. (Joana, 20 ans, études secondaires complètes, célibataire, entretien réalisé en 2013)

30Un représentant de laboratoire pharmaceutique ajoute : «  Là-bas, dans les favelas [morro], les jeunes filles prennent ce médicament comme si c’était de l’eau  ». La seconde interprétation, plus surprenante, fait l’hypothèse d’un usage de la contraception d’urgence comme exercice d’une autonomie féminine, aussi relative soit-elle compte tenu du contexte profondément structuré par les inégalités sociales et de genre.

Les «  dangers  » ou «  risques  » de la contraception d’urgence

31La première interprétation renvoie aux normes sociales visant à discipliner le corps des femmes en soulignant de manière répétée les dangers de la contraception d’urgence. Lorsque les employés de pharmacie interrogés insistent sur les dangers et les risques potentiels de ce contraceptif pour la santé, ce qui est en jeu, c’est la régulation des corps féminins, principalement celui des jeunes femmes pauvres, dont la reproduction est redoutée. Ce commentaire d’un jeune vendeur illustre les préjugés à l’égard de ces jeunes femmes : «  Elles couchent avec n’importe qui et elles se réveillent à la pharmacie  » (Gilberto, 23 ans, études secondaires incomplètes, célibataire, entretien réalisé en 2012).

32En d’autres termes, cet intérêt pour la santé des femmes dissimule la peur de l’exercice d’une liberté sexuelle, principalement celle des femmes, jeunes et pauvres, qui entraînerait des «  maternités à risque  », comme l’a montré Alfonsina Faya-Robles (2014). Dans son travail consacré aux programmes de suivi prénatal au sein des communautés de Recife, dans le nord-est du Brésil, cette auteure montre comment un risque biologique est transformé en risque social. S’agissant de la contraception d’urgence, on constate également un déplacement subtil du «  risque médicamenteux  » potentiel, lié à un usage excessif du médicament, vers le «  risque social  » que constitueraient les grossesses de jeunes femmes pauvres, compte tenu du contexte de violences urbaines dans lequel elles vivent. De fait, au Brésil, l’association entre pauvreté et violence est toujours présente dans les débats sur la planification familiale. Les mères adolescentes et pauvres sont fréquemment accusées par l’ensemble de la société de mettre au monde de futurs criminels – «  carrière  » perçue comme pratiquement inévitable eu égard aux contraintes relatives à l’accès à la scolarisation de ces enfants. À l’inverse, dans ce contexte de fortes inégalités sociales, la réprobation morale des comportements sexuels des femmes plus âgées et/ou issues de milieux favorisés n’est pas objet de débats publics dans la mesure où l’État n’envisage pas les éventuelles grossesses de ces femmes comme étant problématiques.

33Cette stratégie qui consiste à insister sur les dangers ou les risques de l’usage du médicament par les femmes est également présente dans les discours des médias (Souza & Brandão, 2012  ; Brandão, 2016) et des professionnels de santé. Soutenus par des mécanismes disciplinaires de régulation des corps et de la sexualité (Foucault, 1988  ; Clarke, 1998) chers aux institutions de santé, ces derniers expliquent leurs craintes quant aux préjudices que le médicament pourrait causer aux femmes.

34Ces dangers font l’objet de deux stratégies discursives distinctes qui peuvent valoir accusation envers celles qui ont recours à la contraception d’urgence : soit celle-ci est une «  bombe hormonale  », soit elle a des effets abortifs. L’avortement étant interdit au Brésil et dans différents pays d’Amérique latine, il existe une forte opposition, en particulier au sein de segments de diverses confessions religieuses, au droit d’interrompre une grossesse. L’usage d’un contraceptif après l’acte sexuel donne ici lieu à des débats complexes visant à définir si le mécanisme d’action du médicament peut ou non affecter le fœtus en cas de fécondation effective. Ces segments religieux font alors de la résistance au contraceptif d’urgence une modalité de la lutte contre l’avortement, en transformant le statut du médicament de contraceptif en abortif. Dans le cadre de ces débats politiques, scientifiques et religieux, différentes organisations internationales et nationales de santé viennent attester la sécurité et l’efficacité de la contraception d’urgence, de même qu’elles la recommandent pour prévenir la grossesse et garantissent son innocuité en cas de fécondation (WHO, 2010, 2012).

35L’hypothèse de l’action abortive de la contraception d’urgence perd progressivement de son importance, même si elle est encore évoquée par les particuliers comme par certains professionnels de santé. Ainsi, dans une enquête réalisée entre 2012 et 2014, 71,5 % des pharmaciens interrogés ne considéraient pas le levonorgestrel comme un médicament abortif. Il semble en effet que l’envergure du débat public sur ce thème ainsi que les stratégies de plaidoyer pour améliorer l’accès au contraceptif d’urgence, mises en œuvre par les consortiums internationaux de la contraception d’urgence (Bastos et al., 2018), mobilisent différents types d’acteurs politiques et stratégiques, à l’instar des agences de régulation des pratiques de santé, les groupes féministes et les laboratoires pharmaceutiques. Un effort collectif est fourni pour améliorer l’acceptation sociale du contraceptif et l’affranchir des supposés effets abortifs si redoutés par les segments conservateurs et religieux notamment, qui ont un poids important au Parlement.

36Quant à l’autre crainte formulée, celle que la contraception d’urgence soit une «  bombe hormonale », elle se fonde sur la thèse de la prééminence d’un «  corps hormonal  » (Oudshoorn, 1994). L’expression «  bombe hormonale  », utilisée sur le ton de la condamnation, transforme les éventuels effets délétères de la contraception d’urgence en désordres hormonaux avec altération du cycle hormonal dit naturel, qui affecterait alors la santé des femmes. Une dose d’hormones perçue comme excessive, conditionnée pour être absorbée en une prise unique («  dose excessive », «  dosage élevé  », «  bombe  ») serait nuisible aux corps féminins. De nouveau, l’argument du désordre hormonal se transforme en peur d’un désordre moral présumé, entraînant des stratégies de régulation et de discipline des corps et de la sexualité des femmes. Cette expression déplace les éventuels dangers de la contraception d’urgence du champ religieux vers le champ scientifique, en particulier de l’endocrinologie. Il s’agit là d’une évolution significative des arguments habituellement avancés pour désapprouver la contraception d’urgence : ils ne sont plus fondés sur une croyance religieuse, mais sur la science.

37Ce qui est en jeu ici, c’est la crainte d’un surdosage d’hormones dû à un usage démesuré, répété et régulier de cette méthode, non plus utilisée comme un recours d’urgence. On redoute que les femmes s’approprient de manière indue la contraception d’urgence, qui pourrait à la fois causer des problèmes de santé et entraîner un écart vis-à-vis de la norme morale. La norme sociale recommande de planifier les naissances avant d’avoir des relations sexuelles. La crainte est que les femmes aient une vie sexuelle débridée. Il n’est donc pas fortuit que les raisons avancées par les interviewés pour expliquer l’usage de la contraception d’urgence soient l’imprudence, l’oubli ou la négligence quant à la prévention des grossesses. Cette négligence a été mise en avant par les vendeurs interrogés qui présentent ces jeunes femmes comme «  perdues  » ou «  sans vergogne  », car elles vivent leur sexualité «  sans penser aux conséquences  ». Ces propos illustrent une des facettes moralisatrices de la critique de la contraception d’urgence et, par extension, de ses utilisatrices. Ils renvoient aussi à une stratégie de la mobilisation de la honte dans le but de policer les comportements.

38Comme Déborah Fallon l’a montré dans son travail sur les jeunes anglaises (Fallon, 2010, 2012), la société exploite la capacité humaine à avoir honte, en faisant de ce sentiment une sorte d’agent civilisateur  ; la honte peut alors servir à produire une certaine moralité par laquelle les corps et les comportements sont policés. L’embarras observé pendant le travail ethnographique au guichet des pharmacies, au moment de l’achat de la contraception d’urgence montre que cette stratégie de production sociale de la honte a des effets concrets, car plusieurs consommatrices, n’osent plus se présenter au guichet des pharmacies pour se procurer le médicament parce qu’elles sont « gênées ». Elles demandent à des tiers de leur rendre ce service. C’est ce que confirment les pharmaciens et les employés de pharmacies interviewés. Cette première clé d’interprétation des gênes et résistances que la contraception d’urgence suscite suggère de nouveaux modes d’actualisation d’une biopolitique qui cherche à «  gouverner les vies  » (Clarke, 1998  ; Rabinow & Rose, 2006). Si la sexualité devenait libre des contingences de la reproduction, comment pourrait-on alors contrôler la vie d’êtres libres et autonomes et décider à leur place  ?

39Pourquoi les «  risques  » de santé encourus par les femmes, les «  dangers  » que la prise d’hormones peut représenter pour leur corps, sont soulevés en particulier dès lors que l’on parle de la contraception d’urgence et moins pour les autres méthodes contraceptives hormonales  ? Pourquoi l’usage d’hormones à des fins de perfectionnement humaine (enhancement) – c’est-à-dire d’amélioration de la performance physique ou sexuelle par des activités de fitness, d’optimisation des corps en transformation, d’amélioration de l’humeur, de bien-être, de prévention de la vieillesse – n’est pas autant sujet à débat  ? De toute évidence, tel que nous avons pu le voir en filigrane au fil de cet article, ce qui est en jeu, ce sont précisément lesdits «  comportements sexuels féminins déviants » qui viennent mettre à mal des normes morales de genre, différentes pour les hommes et pour les femmes. Il faut en effet souligner que l’allégation selon laquelle une «  plus forte dose  » ou une «  dose excessive  » d’hormones (résumée dans l’imaginaire social par l’expression «  bombe hormonale  ») ne s’appuie sur aucune preuve scientifique disponible, bien qu’elle n’en soit pas moins une représentation structurante.

L’automédication et l’autonomie des femmes en débat

40Le malaise provoqué au Brésil par l’utilisation de la contraception d’urgence tient également à la capacité d’agir des femmes, implicite dans leur façon d’avoir recours à l’automédication. La transformation des modes de rapprochement des sexes et des relations sexuelles entre partenaires hétérosexuels dans les sociétés occidentales contemporaines rend la planification des rapports sexuels plus circonstancielle. On peut par exemple penser à l’introduction d’applications mobiles destinées à des rencontres «  de dernière minute  », donnant lieu à des relations sexuelles en partie «  imprévues  ». Au Brésil, l’usage régulier de la pilule contraceptive en dehors d’une relation de couple n’est pas fréquent (Cabral, 2017). De plus, le coût élevé du préservatif féminin, les contraintes relatives à l’accès aux services de santé publics (manque de personnels qualifiés, activités éducatives en groupe, consultations et examens médicaux avant prescription d’une contraception, indisponibilité des méthodes contraceptives) limitent son usage. La contraception d’urgence et le préservatif masculin apparaissent dès lors comme les seules options fiables dans le cadre de rapports sexuels peu fréquents ou imprévus. Or, dans la mesure où les hommes refusent d’utiliser le préservatif masculin de manière systématique, la contraception d’urgence apparaît comme la solution la plus réaliste pour les femmes. D’un côté, elle offre l’«  avantage  » d’éliminer la négociation de l’usage du préservatif masculin avec le partenaire. De l’autre, elle évite aux utilisatrices d’avoir à affronter les difficultés relatives à l’accès aux soins de santé dans les services publics. Par conséquent, le recours direct aux pharmacies devient l’unique alternative envisageable pour obtenir une contraception d’urgence sans embûches et en temps voulu. Cette stratégie permet aux femmes d’échapper au pouvoir de la biomédecine qui, par le moyen de la consultation (médecin, infirmier, assistante sociale, agent de santé communautaire), analyse et interroge la vie sexuelle, affective et morale des utilisatrices dans le but de «  conseiller  » et «  orienter  » leurs pratiques de santé, mais également leur vie sexuelle et sociale. On est ainsi renvoyé au «  contrôle par la parole  », un objet classique d’études dans le domaine de la santé (Memmi, 2010  ; Berlivet, 2004), avec des travaux qui ont notamment montré que les professionnels de santé refusent aux jeunes femmes l’accès à la contraception d’urgence quand cette demande est fréquente. Cet argument permet d’envisager les logiques sociales et symboliques qui président au recours à la contraception d’urgence par les femmes, en particulier les plus jeunes, en tant que «  stratégies paradoxales  » (Fainzang, 2003 : 33). Comme l’écrit Sylvie Fainzang, il s’agit «  des stratégies adoptées, de manière explicite, pour résoudre un problème de santé et, de manière implicite, pour répondre à d’autres nécessités, ressortissant à une autre logique ». Bien sûr, la croissante diffusion publique d’informations sur la santé – que des auteurs comme Peter Conrad (2007), Adele E. Clarke et ses collègues (2003), Simon Williams et ses collègues (2011), Sylvie Fainzang (2012, 2013) et Johanne Collin (2016) analysent comme un intense processus de médicalisation des sociétés contemporaines – permet des usages sociaux des médicaments – ici d’un contraceptif hormonal d’urgence – qui n’étaient pas envisageables auparavant. De fait, l’utilisation de la contraception d’urgence comme stratégie d’affirmation de l’autonomie féminine révèle combien cette perspective peut bouleverser les échelles morales et sociales, de classe et de genre, au Brésil. Or, c’est précisément dans une résistance à ce bouleversement que s’inscrit l’opposition des pharmaciens et employés interrogés à la vente de la contraception d’urgence selon la modalité «  OTC  » (over the counter), c’est-à-dire sur des étagères en libre accès.

41Dans une perspective foucaldienne, la contraception d’urgence peut être comprise comme un «  dispositif de sexualité  » (Foucault, 1988) qui renvoie aux stratégies de contrôle de soi, contrôle social et discipline des corps. La contraception d’urgence est contrôlée à travers la prescription (spécialistes uniquement), la régulation par les agences de santé, une commercialisation contrôlée (OTC ou behind the counter, sous le comptoir) et vulgarisée par le marketing pharmaceutique. Pourtant, l’utilisation de ce dispositif de contrôle du potentiel reproductif renvoie aussi à une certaine capacité d’action (agency), dans la mesure où il incorpore la possibilité pour les femmes, d’échapper autant que possible aux négociations et/ou à la vigilance de leurs partenaires sexuels et des institutions de santé.

42Dès lors, si d’un côté la contraception d’urgence renvoie à une certaine autonomie des femmes, à un certain contrôle de soi et à la possibilité d’échapper aux négociations et au contrôle constant dans la relation conjugale, d’un autre côté, elle est la cible de débats internationaux aux tonalités diverses, la présentant le plus souvent comme quelque chose de risqué et de dangereux. Le débat public sur la contraception d’urgence met en lumière des questions relatives à la morale et à la sexualité (surtout celles des femmes), sphères historiquement soumises à différents dispositifs de contrôle plus ou moins explicites. Identifier et comprendre les formes d’interaction sociale quotidienne rendues possibles par cette méthode contraceptive nous permet ainsi de mettre au jour de nouveaux modes d’actualisation d’une biopolitique contemporaine.

Considérations finales

43Parce qu’elle se situe à mi-chemin entre deux technologies relatives à la reproduction, à savoir la pilule contraceptive orale d’usage quotidien et les médicaments utilisés pour l’avortement thérapeutique (misoprostol, mifepristone), la contraception d’urgence est intrinsèquement ambivalente. La controverse est donc inhérente à sa configuration ambiguë. Sa position intermédiaire entre deux dispositifs la fait basculer vers l’un ou l’autre, en fonction des enjeux : religieux, scientifiques, médicaux ou politiques. Le fait qu’elle soit envisagée par les uns comme un médicament à finalité abortive et par les autres comme un médicament hormonal quelconque génère une tension permanente autour du contraceptif. Cette controverse alimente le malaise moral engendré par cet objet, rendant difficile son acceptation sociale au Brésil (Isambert, 1982).

44À l’heure où les peurs relatives aux questions de genre et de sexualité sont réactivées (Heilborn et al., 2007  ; Carrara, 2015), la grammaire du risque qui entoure la contraception d’urgence au Brésil renvoie à ce que Sergio Carrara (2015), évoquant les politiques spécifiques de régulation morale de la sexualité, nomme une «  nouvelle géographie du mal et du danger sexuel  ». S’inspirant des travaux de Michel Foucault pour analyser les transformations qui traversent le «  dispositif de sexualité  » (Foucault, 1988) – constitué d’une anatomopolitique des corps et d’une biopolitique des populations – où l’on est passé d’une sexualité liée à la reproduction à une sexualité du plaisir consolidée par la notion de «  droits sexuels  », il montre que la responsabilisation et le contrôle de soi gagnent en importance. Pourtant, ce sont précisément ces notions qui sont en jeu dans l’utilisation de la contraception d’urgence, disqualifiant de la sorte ses utilisatrices et leur (in)discipline en matière de sexualité et de reproduction.

Haut de page

Bibliographie

ALI M., CLELAND J. et SHAH H., 2012. Causes and Consequences of Contraceptive Discontinuation : Evidence from 60 Demographic and Health Surveys. Genève, World Health Organization.

ARRAIS P. S. D., FERNANDES M. E. P., SILVA DAL PIZZOL T., RAMOS L. R., MENGUE S. S. et LUIZA V. L., 2016. « Prevalência da automedicação no Brasil e fatores associados », Revista de Saúde Pública, 50, 2 : 1-13.

BAJOS N., FERRAND M. et L’ÉQUIPE GINÉ, 2002. De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues. Paris, Inserm.

BAJOS N. et FERRAND M., 2004. « La contraception, levier réel ou symbolique de la domination masculine ? », Sciences sociales et santé, 22 : 117-140.

BARRET G. et HARPER R., 2000. « Health professionals’ attitudes to the desregulation of emergency contraception (or the problem of female sexuality) », Sociology of Health & Illness, 22, 2 : 197-216.

BASTOS L. L., VENTURA M. et BRANDÃO E. R., 2018. « Entre a biomedicina, a saúde pública e os direitos : um estudo sobre os argumentos do Consórcio Internacional sobre Contracepção de Emergência para promover o acesso aos contraceptivos de emergência em “países em desenvolvimento” », Cadernos Pagu, 53 : e185309.

BERLIVET L., 2004. «  Une biopolitique de l’éducation pour la santé : la fabrique des campagnes de prévention  », In FASSIN D. et MEMMI D. (dir.), Le Gouvernement des corps. Paris, EHESS : 37-75.

BERQUÓ E., 1987. « Sobre a politica de planejamento familiar no Brasil », Revista Brasileira de Estudos de População, 4, 1 : 95-103.

BOZON M., 2005. « L’évolution des scénarios de la vie reproductive des femmes au Brésil. Médicalisation, genre et inégalités sociales  », Revue Tiers Monde, 182 : 359-384.

BRANDÃO E.R., 2009. « Desafios da contracepção juvenil : interseções entre gênero, sexualidade e saúde  », Ciência & Saúde Coletiva, 14, 4 : 1063-1071.

BRANDÃO E. R., 2016. « Divulgação da contracepção de emergência na mídia impressa brasileira : necessidade do debate sobre sexualidade na adolescência », In FIGUEIREDO R., BORGES A. L. V. et BASTOS S. (dir.), Panorama da Contracepção de Emergência no Brasil. São Paulo, Instituto de Saúde/Escola de Enfermagem/USP/RedeCe : 211-234.

BRANDÃO E. R., CABRAL C. S., VENTURA M., PAIVA S. P., BASTOS L. L., OLIVEIRA N. V. B. V. et SZABO I., 2016a. « O olhar do farmacêutico sobre a contracepção de emergência  », In FIGUEIREDO R., BORGES A. L. V. et BASTOS S. (dir.), Panorama da Contracepção de Emergência no Brasil. São Paulo, Instituto de Saúde/Escola de Enfermagem/USP/RedeCe : 167-192.

BRANDÃO E. R., CABRAL C. S., VENTURA M., PAIVA S. P., BASTOS L. L., OLIVEIRA N. V. B. V. et SZABO I., 2016 b. « “Bomba hormonal” : os riscos da contracepção de emergência na perspectiva dos balconistas de farmácias no Rio de Janeiro, Brasil », Cad. Saúde Pública, 32, 9 : 2-11.

BRANDÃO, E. R., CABRAL C. S., VENTURA M., PAIVA S. P., BASTOS L. L., OLIVEIRA N. V. B. V. et SZABO I., 2017. « Os perigos subsumidos na contracepção de emergência : moralidades e saberes em jogo », Horizontes Antropológicos, 23, 47 : 131-161.

BRANDÃO E. R. et CABRAL C. S., 2017. « From unplanned pregnancy to contraception: contributions to the debate », Cadernos de Saúde Pública, 33, 2 : e00211216.

BRÉSIL. Lei nº 5.991, de 17 de dezembro de 1973. Dispõe sobre o Controle Sanitário do Comércio de Drogas, Medicamentos, Insumos Farmacêuticos e Correlatos, e dá outras Providências. Diário Oficial [da] República Federativa do Brasil, Brasília, DF, 19 décembre 1973 : Seção 1, p. 13049.

BRÉSIL. Lei nº 13.021, de 8 de agosto de 2014. Dispõe sobre o exercício e a fiscalização das atividades farmacêuticas. Diário Oficial da União, Brasília, DF, 8 août 2014 [en ligne], <https://goo.gl/umXJeJ> (page consultée le 06/11/17).

BRÉSIL. 2008. Pesquisa Nacional de Demografia e Saúde da Criança e da Mulher, PNDS 2006 : relatório final. Brasília, DF, Ministério da Saúde/Cebrap.

BRETIN H. et BUENO C. G., 2010. El uso de anticonceptivos y de la píldora anticonceptiva de urgencia por la población inmigrante residente en Andalucía. Seville, Junta de Andalucía, Consejería de Salud.

CABRAL C. S., 2014. « Contraception et stérilisation des jeunes femmes au Brésil », Autrepart, 70 : 165-183.

CABRAL C. S., 2017. « Articulações entre contracepção, sexualidade e relações de gênero », Saúde e Sociedade, 26, 4 : 1113-1124.

CARRARA S., 2015. «  Moralidades, racionalidades e políticas sexuais no Brasil contemporâneo  », Mana, 21, 2 : 323-345.

CHOFAKIAN C. B. N., 2017. Contraceptive discontinuation and its relation to emergency contraception use among undergraduate women. Thèse de doctorat en soins infirmiers, Faculté de soins infirmiers de l’Université de São Paulo, São Paulo.

CLARKE A. E., 1998. Disciplining Reproduction : Modernity, American Life Sciences, and « The Problem of Sex ». Berkeley, University of California Press.

CLARKE A. E., SHIM J. K., MAMO L., FOSKET J. R. et FISHMAN J. R., 2003. « Biomedicalization : technoscientific transformations of health, illness, and U.S. biomedicine », American Sociological Review, 68, 2 : 161-194.

CLELAND K., RAYMOND E. G., WESTLEY E. et TRUSSELL J., 2014. « Emergency contraception review : evidence-based recommendations for clinicians », Clinical Obstetrics and Gynecology, 57, 4 : 741-750.

COHEN D., MCCUBBIN M., COLLIN J. et PÉRODEAU G., 2001. « Medications as social phenomena », Health, 5, 4 : 441-469.

COLLIN J., 2016. « On social plasticity : the transformative power of pharmaceuticals on health, nature and identity », Sociology of Health & Illness, 38, 1 : 73-89.

CONRAD P., 2007. The Medicalization of Society : On the Transformation of Human Conditions into Treatable Disorders. Baltimore, JHU Press.

DESCLAUX A. et LÉVY J. J., 2003. «  Cultures et médicaments. Ancien objet ou nouveau courant en anthropologie médicale  ?  », Anthropologie et Sociétés, 27, 2 : 5-21.

DINIZ D., MEDEIROS M. et MADEIRO A., 2017. «  Pesquisa Nacional de Aborto 2016  », Ciência & Saúde Coletiva, 22, 2 : 653-660.

ELIAS N., 1990 [1939]. O processo civilizador. Rio de Janeiro, Zahar.

FAINZANG S., 2001. Médicaments et société. Le patient, le médecin, et l’ordonnance. Paris, PUF.

FAINZANG S., 2003. « Entre práticas simbólicas e recursos terapêuticos : as problemáticas de um itinerário de pesquisa », Antropolítica, 15 : 39-59.

FAINZANG S., 2012. L’Automédication ou les mirages de l’autonomie. Paris, PUF.

FAINZANG S., 2013. « The other side of medicalization : self-medicalization and self-medication », Culture, Medicine and Psychiatry, 37, 3 : 488-504.

FAINZANG S. et OUVRIER A., 2016. «  Mesure des traitements et traitements sur mesure. La gestion du risque médicamenteux par les usagers en France  », Terrains & travaux, 28, 1 : 21-40.

FALLON D., 2010. «  Accessing emergency contraception : the role of friends in the adolescent experience  », Sociology of Health & Illness, 32, 5 : 677-694.

FALLON D., 2012. « “They’re gonna think it now” : narratives of shame in the sexual health experiences of young people », Sociology, 47, 2 : 318-332.

FAYA-ROBLES A., 2014. « Régulations en santé materno-infantile en milieu populaire à partir de la notion de risque », Anthropologie & Santé, 9 [en ligne], http://anthropologiesante.revues.org/1525 (page consultée le 23/09/17).

FERRARI W. et PERES S. O., 2018. « Experiências de aborto induzido : um estudo com adolescentes de uma favela da zona sul do Rio de Janeiro », Cadernos de Saúde Pública, [à paraitre].

FONSECA SOBRINHO D., 1993. Estado e população : uma história do planejamento familiar no Brasil. Rio de Janeiro, Rosa dos Tempos.

FOSTER A. M. et WYNN L. L. (dir.), 2012. Emergency Contraception : The Story of a Global Reproductive Health Technology. New York, Palgrave Macmillan.

FOUCAULT M., 1988 [1976]. História da sexualidade I : a vontade de saber. Rio de Janeiro, Graal.

HARDON A. et SANABRIA E., 2017. « Fluid Drugs : Revisiting the Anthropology of Pharmaceuticals », Annual Review of Anthropology, 46 : 117-32.

HAWKES G., 1995. « Responsibility and irresponsibility : young women and family planning », Sociology, 29, 2 : 257-273.

HEILBORN M. L., AQUINO E. M. L., BOZON M. et KNAUTH D. (dir.), 2006. O aprendizado da sexualidade : reprodução e trajetórias sociais de jovens brasileiros. Rio de Janeiro, Fiocruz/Garamond.

HEILBORN M. L., BRANDÃO E. R. et CABRAL C. S., 2007. « Teenage pregnancy and moral panic in Brazil », Culture, Health & Sexuality, 9, 4 : 403-414.

HEILBORN M. L., CABRAL C. S., BRANDÃO E. R., CORDEIRO F. et AZIZE R. L., 2012a. « Gravidez imprevista e aborto no Rio de Janeiro, Brasil : gênero e geração nos processos decisórios », Sexualidad, Salud y Sociedad, 12 : 224-257.

HEILBORN M. L., CABRAL C. S., BRANDÃO E. R., FARO L., CORDEIRO F. et AZIZE R. L., 2012 b. « Itinerários abortivos em contextos de clandestinidade na cidade do Rio de Janeiro, Brasil », Ciênca & Saúde Coletiva, 17, 7 : 1699-1708.

IBGE : Projeção da População (revisão 2018), Rio de Janeiro, 25/07/2018 [en ligne], https://www.ibge.gov.br/estatisticas-novoportal/sociais/populacao/9109-projecao-da-populacao.html ? =&t =o-que-e (page consultée le 5 octobre 2018).

INSTITUTO PATRÍCIA GALVÃO, 2018. Dossiê Violências contra as mulheres. Violência Sexual. [en ligne], https://dossies.agenciapatriciagalvao.org.br/violencia/violencias/violencia-sexual/ (page consultée le 25 octobre 2018).-

ISAMBERT F. A., 1982. « Une sociologie de l’avortement est-elle possible  ? », Revue française de sociologie, 23, 3 : 359-581.

LOWY I. et SANABRIA E., 2016. «  The biomedicalization of Brazilian bodies: anthropological perspectives  », História Ciências. Saúde-Manguinhos, 23, 1 : 11-18.

LUKER K., 1975. Taking Chances : Abortion and the Decision Not to Contracept. Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

MAIO M. C. et SANTOS R. V., 2010. Raça como questão : história, ciência e identidades no Brasil. Rio de Janeiro, Fiocruz.

MEMMI D., 2010. «  L’autoévaluation : une parenthèse  ? Les hésitations de la biopolitique  », Cahiers internationaux de sociologie, 1, 128-129 : 299-314.

MOREAU C., BOUYER J., BAJOS N., RODRÍGUEZ G. et TRUSSELL J., 2009. «  Frequency of discontinuation of contraceptive use : results from a French population-based cohort  », Human Reproduction, 1 : 1-6.

OLSEN J. M., LAGO T. G., KALCKMANN S., ALVES M. C. G. P. et ESCUDER M. M. L., 2018. « Práticas contraceptivas de mulheres jovens : inquérito domiciliar no Município de São Paulo, Brasil », Cadernos de Saúde Pública, 34, 2 : e00019617.

OUDSHOORN N., 1994. Beyond the Natural Body : An Archeology of Sex Hormones. Londres, Routledge.

PAIVA S. P. et BRANDÃO E. R., 2017. « Silêncio e vergonha : contracepção de emergência em drogaria do Rio de Janeiro », Revista Estudos Feministas, 25, 2 : 617-636.

PARKER R., 1991. Corpos, prazeres e paixões. A cultura sexual no Brasil contemporâneo. São Paulo, Best Seller.

PRESCOTT H. M., 2011. The Morning After : A History of Emergency Contraception in the United States. New Jersey, Rutgers University Press.

PRICE K., 2011. « The Quest for Purity : The Role of Policy Narratives in Determining Teen Girls’ Access to Emergency Contraception in the USA », Sexuality Research and Social Policy, 8, 4 : 282-293.

RABINOW P. et ROSE N., 2006. « Biopower today », BioSocieties, 1, 2 : 195-217.

RICARDO F. et RICARDO B., 2017. Povos indígenas no Brasil 2011-2016. São Paulo, Instituto Socioambiental.

ROHDEN F., 2017. « Vida saudável versus vida aprimorada : tecnologias biomédicas, processos de subjetivação e aprimoramento », Horizontes Antropológicos, 23, 47 : 29-60.

RUHL L., 2002. « Dilemmas of the Will : Uncertainty, Reproduction, and the Rhetoric of Control », Signs, 27, 3 : 641-663.

SANABRIA E., 2013. « Hormones et reconfiguration des identités sexuelles au Brésil », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 37 : 85-104.

SANABRIA E., 2016. Plastic Bodies. Sex Hormones and Menstrual Suppression in Brazil. Durham et Londres, Duke University Press.

SIMONDS W., ELLERTSON C., 2004. « Emergency contraception and morality : reflections of health care workers and clients », Social Science & Medicine, 58, 7 : 1285-1297.

SINGH S., REMES L., SEDGH S., KWOK L. et ONDA T., 2018. Abortion Worldwide 2017 : Uneven Progress and Unequal Access. New York, Guttmacher Institute.

SOUZA R. A. et BRANDÃO E. R., 2009. « Marcos normativos da anticoncepção de emergência e as dificuldades de sua institucionalização nos serviços públicos de saúde », Physis, 19, 4 : 1067-1086.

SOUZA R. A. et BRANDÃO E. R., 2012. « À sombra do aborto : o debate social sobre a anticoncepção de emergência na mídia impressa brasileira (2005-2009) », Interface, 16, 40 : 161-176.

TEIXEIRA M., GUILLAUME A., FERRAND M., ADJAMABGO A. et BAJOS N., 2012. «  Representations and uses of emergency contraception in West Africa. A social anthropological reading of a northern medicinal product », Social Science & Medicine, 75, 1 : 148-155.

THEME-FILHA M. T., BALDISSEROTTO M. L., FRAGA A. C. S. A., AYERS S., GAMA S. G. N. et LEAL M. C., 2016. « Factors associated with unintended pregnancy in Brazil : cross-sectional results from the Birth in Brazil National Survey 2011/2012 », Reproductive Health, 13 (Suppl. 1): 118.

VAN DER GEEST S. et WHYTE S. R., 1989. « The charm of medicines : metaphors and metonyms », Medical Anthropology Quarterly, 3, 4 : 345-367.

VAN DER GEEST S., WHYTE S. R. et HARDON A., 1996. « The anthropology of pharmaceuticals : a biographical approach », Annual Review of Anthropology, 25 : 153-178.

WATKINS E. S., 2012. « How the pill became a lifestyle drug. The pharmaceutical industry and birth control in the United States since 1960 », American Journal of Public Health, 102, 8 : 1462-1472.

WESTLEY E. et GLASIER A., 2010. « Emergency contraception : dispelling the myths and misperceptions », Bulletin of the World Health Organization, 88, 4: 243-244.

WHO (WORLD HEALTH ORGANIZATION), 2010. Fact sheet on the safety of levonorgestrel-alone emergency contraceptive pills (LNG ECPs). Genève [en ligne], http://whqlibdoc.who.int/hq/2010/who_rhr_hrp_10.06_eng.pdf (page consultée le 30/09/14).

WHO (WORLD HEALTH ORGANIZATION), 2012. Emergency contraception : fact sheet n° 244. Geneva [en ligne], http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs244/en/ (page consultée le 27/02/16).

WILLIAMS S. J., MARTIN P. et GABE J., 2011. «  The pharmaceuticalisation of society ? A framework for analysis », Sociology of Health & Illness, 33, 5 : 1-16.

WYNN L. L. et TRUSSELL J., 2006. « The social life of emergency contraception in the United States : disciplining pharmaceutical use, disciplining sexuality, and constructing zygotic bodies », Medical Anthropology Quarterly, 20, 3 : 297-320.

ZIEBLAND S., 1999. « Emergency contraception : an anomalous position in the family planning repertoire ? », Social Science & Medicine, 49, 10 : 1409-1417.

ZORDO S., 2016. « The biomedicalisation of illegal abortion : the double life of Misoprostol in Brazil », História Ciências, Saúde-Manguinhos, 23, 1 : 19-36.

Haut de page

Notes

1 À partir des années 1990, le misoprostol – médicament initialement utilisé pour soigner les ulcères gastriques – est utilisé en Amérique latine pour provoquer l’avortement en raison des contractions utérines qu’il provoque. À l’heure actuelle, ce médicament est largement utilisé en obstétrique dans différentes parties du globe pour déclencher un accouchement ou pour avorter (Zordo, 2016).

2 Précisons que le concept de «  race  » est ici utilisé tel qu’il est mobilisé dans les sciences sociales au Brésil, à savoir pour désigner une ou des appartenance(s) ethnique(s), ainsi que les inégalités qui les accompagnent (Maio & Santos, 2010).

3 Le terme fait référence à l’appartenance ethnique des groupes qui entretiennent des liens historiques et culturels avec des organisations sociales autochtones précolombiennes (Ricardo & Ricardo, 2017).

4 Uma investigação socioantropológica no âmbito das farmácias : posição de farmacêuticos e balconistas sobre a contracepção de emergência. (Enquête socio-anthropologique dans les pharmacies : représentations des pharmaciens et employés en matière de contraception d’urgence).

5 On appelle «  curieuses » ou «  sorcières » les femmes qui réalisent clandestinement les avortements dans les communautés pauvres du Brésil. En général, le coût d’un avortement peut dépasser de deux à sept fois le salaire minimum en vigueur au Brésil en 2019 (environ 234 euros).

6 Ce prix équivaut à environ 2,3 % du salaire minimum brésilien.

7 À l’instar de l’International Consortium of Emergency Contraception (http://www.cecinfo.org/), de l’European Consortium for Emergency Contraception (http://www.ec-ec.org/), de l’American Society for Emergency Contraception (http://americansocietyforec.org/) et du Consorcio Latinoamericano de Anticoncepción de Emergencia (http://clae-la.org/).

8 Extrait du texte «  J’ai pris plusieurs pilules du lendemain et ça m’a fait mal  » (LADO M., 2016). Tomei várias pílulas do dia seguinte e me ferrei, [en ligne], http://www.siteladom.com.br/tomei-varias-pilulas-do-dia-seguinte-e-me-ferrei/ (page consultée le 30 août 2016).

9 Équivalent, en termes d’usage, au paracétamol ou à l’ibuprofène en France.

10 Cela signifie qu’un second cycle a été entrepris mais n’a pas été achevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elaine Reis Brandão, « Contraception d’urgence au Brésil : la grammaire du risque dans un pays inégalitaire », Anthropologie & Santé [En ligne], Articles en pré-publication, mis en ligne le 14 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/5210

Haut de page

Auteur

Elaine Reis Brandão

Institut d’études en santé publique, Université fédérale de Rio de Janeiro (Brésil), brandao@iesc.ufrj.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo SESSTIM
  • OpenEdition Journals