Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Ecritures alternativesApprendre à regarder le cerveau e...

Ecritures alternatives

Apprendre à regarder le cerveau en 3D. Compte rendu ethnographique d’un séminaire interdisciplinaire au service de neurochirurgie de la Charité à Berlin

A critical education to brain imaging practices. Ethnographic field report on an interdisciplinary seminar at the Neurosurgery Department of Charité University Hospital in Berlin
Maxime Le Calvé

Résumés

Dans ce compte rendu de terrain, je propose de suivre pas à pas un séminaire interdisciplinaire de la faculté de médecine de la Charité à Berlin intitulé « Iconic Turn. How Images Govern Our Actions  ». Par une série de dessins ethnographiques, je relate les situations d’enseignement, restituant les atmosphères dont elles sont empreintes. Durant ces séances, les étudiant.e.s sont invité.e.s à apprendre à «  voir  » les images du cerveau en tenant compte de leurs médiations techniques. La formation à une « vision professionnelle » (Goodwin, 1994) se double ici d’une éducation à un regard critique. Les aspirants médecins apprennent à mettre en perspective, au sens littéral et au sens figuré, les images auxquelles ils.elles seront exposé.e.s dans leur pratique quotidienne – ainsi que leur rôle d’outil prescriptif dans la pratique clinique. Cette démarche pédagogique inhabituelle semble pouvoir ouvrir à la constitution, au sein des sciences médicales, d’un « sens commun » en épistémologie (Stengers, 2017).

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Démonstration des possibilités de visualisation en 3D par un doctorant de la Charité. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

  • 1 Je remercie l’équipe de Thomas Picht de l’accueil chaleureux qu’elle m’a fait dès le début de ce te (...)

1Hôpital universitaire de la Charité à Berlin, département de neurochirurgie, juillet 2019. L’intervenant distribue des paires de lunettes stéréoscopiques à un groupe d’une dizaine d’étudiant.e.s en médecine. Les moniteurs 3D et les casques de réalité virtuelle ou augmentée font peu à peu leur entrée dans le domaine de la chirurgie. Thomas Picht,1 le directeur du laboratoire et professeur principal de ce séminaire, le répète souvent : manipuler ces images de synthèse sur un écran plat et avec une souris paraît aujourd’hui presque archaïque, tant les possibilités techniques sont étendues. Sur l’écran géant, les étudiant.e.s examinent l’image 3D obtenue par IRM du crâne d’un patient atteint d’une tumeur en la faisant tourner sur elle-même et en variant la profondeur de la coupe. Le système nerveux central et sa pathologie apparaissent en relief, donnant effectivement l’impression de mieux pouvoir saisir leur configuration – mais que voit-on là au juste  ? Cette question est régulièrement posée aux étudiant.e.s durant le séminaire dans lequel s’inscrit cette séance.

  • 2 « Iconic Turn – How Images Govern Our Actions », hôpital universitaire de la Charité à Berlin, dép (...)

2Engagé en tant qu’anthropologue dans une équipe composée de chercheurs en sciences médicales et en neurosciences, de designers, de physiciens et d’informaticiens, je mène actuellement une recherche de terrain au sein d’un département de neurochirurgie à l’hôpital universitaire de la Charité à Berlin. L’une de mes premières portes d’entrée fut un séminaire interdisciplinaire intitulé «  Iconic Turn. How Images Govern Our Actions  », auquel j’ai participé en juillet 20192. Ce séminaire traduit les intérêts de recherche d’une équipe réunie au sein d’un « cluster d’excellence » qui travaille autour de l’imagerie médicale, à la croisée des media studies, de l’histoire de l’art, de l’histoire des sciences et de la recherche en design. La proximité historique et géographique entre l’université Humboldt et la clinique de la Charité facilite ce type de coopération. C’est également le développement attendu des politiques actuelles du financement de la recherche qui encouragent le rapprochement interdisciplinaire et dont ce séminaire ainsi que ce présent terrain découlent directement. Depuis février 2020, je suis intégré à l’équipe du séminaire, qui évolue avec le roulement des intervenant.e.s et de leurs intérêts scientifiques.

3Plusieurs niveaux d’analyse et de réflexion se croisent dans ce compte rendu. Premièrement, j’y raconte cette manière différente d’envisager la recherche et l’enseignement interdisciplinaire, qui bénéficie outre-Rhin d’un soutien institutionnel plus important qu’en France. Deuxièmement, je décris la façon dont une équipe de recherche introduit des étudiant.e.s en médecine à des questions concrètes et théoriques dans le domaine de l’image. Cette démarche inhabituelle est aussi une invitation faite aux futurs médecins à découvrir et envisager la spécialisation en neurochirurgie – dont de multiples aspects concrets sont présentés. Je me concentre dans le présent récit sur les activités pratiques proposées lors de ce séminaire, qui se distinguent par leur originalité. Ces activités reflètent l’ambition de donner aux étudiant.e.s les moyens d’entretenir une perspective critique sur les outils qu’ils.elles seront amené.e.s à utiliser au quotidien – sujet que j’aborde en conclusion de ce texte. Troisièmement, ce compte rendu de mes premiers moments sur ce nouveau terrain est également l’opportunité de proposer une autre «  écriture de l’anthropologie  », celle du dessin « ethno-graphique. » Avant d’entrer plus loin dans le récit, je souhaite faire une remarque préliminaire sur cette pratique.

  • 3 Voir ma dissertation doctorale, Le Parsifal de Jonathan Meese : enquête ethnographique sur un proje (...)
  • 4 Le lecteur curieux pourra consulter un récent article sur les atmosphères de la ville de Berlin (Le (...)

4Depuis quelques années, ma routine ethnographique comporte, outre la prise de notes textuelles, une prise de notes graphiques effectuée intégralement sur place. Pour cette série, j’ai utilisé le crayon, puis de l’encre de Chine et de l’aquarelle. Le dessin sur le vif est une pratique que j’ai acquise lors de mon travail sur un précédent terrain au contact d’un célèbre artiste visuel3. Cette inspiration aura trouvé une voie plus subtile que celle de la simple imitation, et la maîtrise de mon propre style a été une étape majeure dans ma compréhension anthropologique de son travail. Depuis lors, j’ai utilisé cet outil descriptif dans d’autres cadres et sur d’autres terrains4.

5La production d’images sur place nécessite une exposition longue. Comme d’autres auteurs (Taussig, 2011  ; Causey, 2016  ; Brice, 2018), je trouve ces moments de contemplation réceptive particulièrement propices à l’épiphanie ethnographique. Sur le plan de la forme, l’utilisation d’une perspective « relâchée » confère à ces images plusieurs avantages sur la photographie ou le dessin réaliste. Tout d’abord, elle m’autorise à dépeindre l’enveloppement sensible de la situation d’immersion ethnographique. Ensuite, en opérant une synthèse au fur et à mesure de l’observation, je suis en mesure de rassembler en une seule image des séquences de micro-scènes que je vais pouvoir développer plus tard dans le texte. Enfin, cette activité de dessin participe également aux situations que j’observe, suscitant un intérêt et des réactions. On me dit souvent que ces images transmettent de manière appropriée les « atmosphères » du moment. Elles tentent de capter ici l’ambiance spécifique des situations d’enseignement.

Apprendre à voir les images du cerveau en 3D

Fig. 2. Cours de dessin en perspective avec Lucius Fekonja. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

6La première séance de travaux pratiques a eu lieu au sein des locaux du cluster d’excellence « Matters of Activity » à l’université Humboldt. Lucius Fekonja, chercheur en neurosciences et illustrateur médical, propose aux étudiant.e.s une leçon appliquée sur le dessin en perspective. Après une courte introduction historique, il invite le groupe à prendre crayons et papier. Perspective à point de fuite, à double point de fuite, à triple point de fuite… il passe d’élève en élève pour prodiguer son aide et ses encouragements. Ma perspective « relâchée » suscite ses sourires et ses compliments.

Fig. 3. Atelier de mise en matière avec la designer Rebekka Lauer. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

7Pour la seconde partie de cet séance sur la perspective, les étudiant.e.s sont invité.e.s à monter à l’étage et à rejoindre le Fab Lab. Le «  cluster  » interdisciplinaire, qui fait la part belle aux échanges entre design, sciences humaines et sciences naturelles, dispose d’un atelier entièrement équipé. La designer Rebekka Lauer est aux commandes. Elle propose aux étudiant.e.s trois exercices. Le premier consiste à découper au bistouri un assemblage de matière synthétique qui est censé imiter l’élasticité et la délicatesse de la méninge, la membrane qui protège le cerveau. Le montage est de son invention : un bloc de mousse inséré dans un ballon de baudruche. Il s’agit de développer les «  capacités motrices fines  » (feinmotorisch) des étudiant.e.s. C’est en effet une première occasion de faire l’expérience en personne de ce geste chirurgical – une expérience qui n’est a priori pas accessible avant la spécialisation en neurochirurgie.

8Le deuxième exercice renoue avec le thème de la perspective. Les étudiant.e.s sont invité.e.s à fabriquer un modèle en carton sur lequel se croisent les trois plans par lesquels l’imagerie cérébrale représente traditionnellement les images dans l’espace : sagittal, coronal et transverse. Armé.e.s de cutters, les étudiant.e.s s’activent autour de la table. Certain.e.s sont très concentré.e.s, d’autres bavardent un peu. L’un d’entre eux me confie que ces activités lui paraissent très rafraîchissantes par rapport à leur quotidien, fait de cours magistraux et de questionnaires à choix multiples.

9Le troisième et dernier exercice est plus technique, et renvoie à une notion plus conceptuelle : le «  voxel  ». Il s’agit d’une unité volumétrique. L’image du cerveau est reconstituée à partir de cubes de un millimètre de côté, qui constituent les «  pixels 3D  » de l’observation par imagerie à résonance magnétique. Un bloc de mousse est littéralement découpé en tranche par les étudiant.e.s pour en faire de petits dés, ce qui donne une idée bien concrète du procédé par lequel fonctionne le scanner. Les morceaux sont maintenus entre eux par des piques en bambou : «  c’est ça que vous voyez sur votre écran  », assène Jessica aux étudiant.e.s, brandissant le modèle.

10Sur un ordinateur du Fab Lab, l’enseignante a lancé un programme qui permet de naviguer à l’intérieur d’une représentation tridimensionnelle des principaux vaisseaux sanguins du cerveau. Un à un, les étudiant.e.s passent à la souris pour apprivoiser la manipulation de cette interface. «  Essayez de viser un endroit précis pour l’examiner : vous verrez, ce n’est pas si facile  !  »

Cartographier le cerveau

Fig. 4. Atelier de tractographie par Lucius Fekonja, dans les bureaux du laboratoire Image Guidance Lab (Charité Berlin). Le Calvé, 2019, tous droits réservés

  • 5 Pour une introduction aux enjeux récents de la tractographie, voir Maier-Hein et al. (2017)

11Le lendemain, retour à l’hôpital. Les salles de séminaire se situent dans les services de la clinique – il y en a une à chaque étage de cette tour nouvellement rénovée. Le laboratoire de Thomas Picht, un bureau exigu avec quatre postes de travail, se trouve également dans les locaux de la clinique. Cette proximité entre l’enseignement, la recherche et l’activité quotidienne des médecins est censée faciliter l’interaction entre ces mondes. Elle fait aussi de l’espace une denrée très disputée. Lucius Fekonja mène la séance. Illustrateur de formation, il a consacré sa thèse en technique médicale à la mise au point d’un tutoriel de tractographie. Cette technique relativement nouvelle permet d’interpréter des données issues d’un procédé IRM spécifique (dit «  de diffusion  ») afin de cartographier les faisceaux de fibres dans la matière blanche associée à certaines fonctions5. Lucius et son équipe travaillent en particulier sur les réseaux neuronaux associés au langage. L’intérêt de la technique cartographique est de préparer la navigation chirurgicale en y ajoutant ces données parfois cruciales, qui permettent d’éviter d’infliger des lésions aux principaux « hubs » de ces faisceaux, lésions qui peuvent s’avérer irréversibles.

12Lucius enseigne pas à pas aux étudiant.e.s la manipulation sur le logiciel. Ils.elles se remémorent également leurs leçons sur la perspective, puisque le protocole implique de faire reconnaître à l’ordinateur le contour de la tumeur sur les trois plans que nous avons vus précédemment. La tumeur se présente alors en 3D sur la quatrième «  case  » d’une grille qui partage l’écran. Il s’agit ensuite d’indiquer au programme deux «  régions d’intérêt  » qui sont a priori reliées par l’un de ces «  faisceaux  ». Cette manipulation fait jaillir sur le moniteur des réseaux de fibres lumineuses et colorées, résultat d’une force esthétique évidente qui provoque l’émerveillement des étudiant.e.s.

Fig. 5. Atelier autour de la stimulation magnétique transcrânienne naviguée, avec Melina Engelhardt et Heike Schneider. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

13Dans la pièce voisine, Melina Engelhardt, doctorante en neuroscience, et Heike Schneider, technicienne médicale, font ensuite une démonstration de la stimulation magnétique transcrânienne. Cette technique est utilisée pour corroborer les données de la tractographie et préparer les opérations neurochirurgicales, ainsi que pour construire des sets de données neuroscientifiques. Timo, doctorant au laboratoire, se prête à l’expérience en tant que cobaye, puisqu’aucun.e étudiant.e ne se porte volontaire. Avec un petit bruit électrique, une impulsion lancée par un engin placé sur un point précis de sa tête fait tressaillir ses doigts. Des capteurs permettent d’enregistrer ses réactions nerveuses sur la machine. Sur la représentation du cerveau affichée en 3D à l’écran, de petites épingles virtuelles sont fichées là où les impulsions sont lancées. L’angle, la force de l’impulsion, la réaction des neurones dépendent de plusieurs facteurs, et l’opération n’est pas aussi facile qu’elle en a l’air. L’image du cerveau est ainsi reliée à un phénomène directement observable. Melina continue son explication : ce qui est si simple pour les fonctions motrices est beaucoup plus complexe pour les fonctions du langage  ! Le.la patient.e doit alors répondre à des séries de questions et l’opérateur.rice doit évaluer la clarté des réponses lorsque les impulsions semblent effectivement avoir un effet sur ses réactions. Plusieurs étudiant.e.s se montrent très intéressé.e.s, certains exprimant déjà leur envie de faire de la recherche.

Cyberknife : «  dessine-moi une thérapie  »

Fig. 6. Visite du centre de thérapie par rayon à Wedding. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

14Autre moment clé hors les murs de ce séminaire, le groupe visite un autre département qui travaille avec les neurochirurgiens : le centre de thérapie par rayon, situé sur le campus Virchnow à Wedding. Güliz Acker, la neurochirurgienne qui assure le travail de liaison entre les deux équipes, nous reçoit. La première machine qui nous est montrée est assez conventionnelle : la zone irradiée est relativement diffuse et ce type de traitement intervient en complément d’une opération chirurgicale d’ablation de la tumeur.

Fig. 7. Visite du centre de thérapie par rayon à Wedding. Présentation du Cyberknife. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

15Le clou du spectacle est le «  Cyberknife  ». Technologie de pointe, ce rayon concentré comme celui d’un laser et monté sur un bras robotique est le nec plus ultra du traitement oncologique. C’est une machine impressionnante qui permet de «  griller  » les tumeurs de petite taille avec une précision inégalée. Les physicien.ne.s préparent la thérapie en «  dessinant  », encore un autre aspect de la performativité de l’imagerie médicale.

16Des caméras radiographiques suivent en permanence les micromouvements du corps du.de la patient.e afin d’ajuster le tir – car même la respiration modifie la position de la cible. Güliz Acker raconte la manière dont les médecins prennent leurs décisions en s’appuyant sur les images. Elle explique que le professeur Vajkoczy, chef du département de neurochirurgie, est parfois critique de l’engouement que cet outil soulève, et cite une phrase que «  le chef  » répète de temps en temps : «  quand on a un marteau dans la main, tout ressemble à un clou.  » L’infrastructure coûteuse et les superlatifs associés à cette technologie de pointe ne doivent pas faire oublier les techniques éprouvées de la neurochirurgie et la spécificité des pathologies.

17Güliz Acker explique aussi son quotidien entre les deux départements, celui de la neurochirurgie et celui de la radiothérapie, qui héberge le Cyberknife. Ce sont deux mondes aux rythmes très différents, et elle semble séduite par la possibilité d’avoir une vie de famille en travaillant à des horaires de bureau, sans les astreintes ni les urgences du bloc opératoire, et uniquement sur rendez-vous. Elle incite les étudiant.e.s à y penser au moment de choisir leur spécialité.

Le bloc opératoire : en direct depuis l’intérieur du cerveau

Fig. 8. Visite guidée du bloc, vue générale du théâtre des opérations. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

18Apothéose du séminaire, une visite au bloc opératoire a été organisée pour les étudiant.e.s. Le personnel est habitué à la présence de visiteurs, mais nous avons tout de même l’impression d’avoir un immense privilège : voir un chirurgien couper dans le cerveau humain. Nous sommes guidés par un chercheur invité venu d’Italie, lui aussi chirurgien. L’opération a été sélectionnée avec soin. Toutes les interventions ne sont pas perçues comme également intéressantes, et le quotidien de ce service est rythmé par des opérations plus routinières, comme celles portant sur la colonne vertébrale. Au programme aujourd’hui, l’ablation d’une métastase dans le lobe gauche. Sur les murs de la salle d’opération, plusieurs écrans géants montrent les images du scanner. La silhouette obscure de la tumeur donne à voir une tout autre réalité lorsqu’elle apparaît sur l’écran du microscope.

Fig. 9. Visite du bloc opératoire, vue sur l’exoscope durant l’ablation de la métastase. Le Calvé, 2019, tous droits réservés

19L’opération est en cours. Nous sommes invités à prendre place derrière le chirurgien-chef. Sur l’écran, nous voyons les images exactes que le chef et son assistant regardent dans leur microscope binoculaire. De couleur et de texture différentes, on distingue aisément la métastase de la matière cérébrale environnante. Le chirurgien doit d’abord «  faire le tour  » de la tumeur, afin de vérifier qu’aucun vaisseau sanguin ne sera sectionné lorsque le tissu sera enlevé, nous explique notre guide. Il sépare la matière plutôt qu’il ne la découpe. L’atmosphère est assez joyeuse, le neurochirurgien discute avec son assistant. Il le fait parler de son début de carrière tandis qu’il s’active sans relâche du bout des doigts. Il termine ensuite en grattant méticuleusement le reste de matière sombre. Où doit-il s’arrêter  ? Comment sait-on si cela suffit  ? Il est le seul à en décider, et c’est lui qui annonce la fin de l’opération. Après quelques mots de remerciement pour l’équipe, il quitte rapidement les lieux et laisse l’assistant refermer le crâne du patient. Silencieux, entre excitation et étourdissement, le petit groupe retourne au vestiaire pour se remettre en tenue civile.

Former les futur.e.s médecins à un regard critique sur les images médicales

20Ces différentes visites et expériences proposées aux étudiant.e.s ont été complétées par différents cours et présentations tout aussi inhabituels dans leur enseignement. Des séances sur l’histoire des sciences en neurochirurgie, une introduction aux media studies, un cours magistral sur les théories de l’histoire de l’art associée à l’«  iconic turn  » prenant pour objet les images médicales, des sujets variés ont été abordés afin de former non seulement leur «  vision professionnelle  » (Goodwin, 1994) mais aussi leur regard critique sur les pratiques de l’image en neurochirurgie. Deux séances ont été menées par une sociologue américaine de l’université Rice, Kirsten Ostheer, qui fait partie des enseignants principaux de ce séminaire. Elle les a initiés au courant des patients studies. Elle a également encadré un atelier pratique durant lequel une situation de contact avec le.la patient.e a été simulée. Une intervenante extérieure – une comédienne amatrice appartenant à une association dédiée à l’amélioration des relations humaines à l’hôpital ─ a joué le rôle de la patiente recevant un diagnostic difficile étayé par des images. Là aussi, comme à d’autres moments du séminaire, il s’agissait d’exposer les étudiant.e.s à leurs futures conditions de travail, et à les faire réfléchir en partageant avec eux les perspectives des sciences humaines sur ces activités.

  • 6 Bruno Latour décrit dans ce texte un étrange objet : une serrure dont la clé est à deux têtes. Ce m (...)

21Les étudiant.e.s se sont montré.e.s actif.ve.s et enthousiastes. Au semestre suivant, j’ai pu moi-même contribuer au séminaire avec deux séances sur le thème «  Social Sciences and Medical Images  », menées avec mon collègue Denny Chakalakal, doctorant en anthropologie médicale et assistant-manager du laboratoire. J’ai ainsi proposé aux étudiant.e.s la lecture d’un texte de Bruno Latour basé sur un terrain au Brésil avec des pédologues (2007 : 171-225). Le récit ethnographique présente une équipe de scientifiques en train d’analyser la frontière incertaine entre la forêt et la savane – il est aisé de transposer leurs interrogations à celles des chirurgien.ne.s confronté.e.s aux limites incertaines entre tumeur et cerveau sain. Denny a, quant à lui, présenté un autre texte célèbre du même auteur, «  la clé de Berlin  » (Latour, 2007 : 23–46), avec une véritable clé d’immeuble symétrique à l’appui,6 afin d’amener les étudiant.e.s à penser aux actions et aux «  scripts  » inscrits dans les machines et dans les protocoles médicaux.

22Dans la discussion qui s’est ensuivie, les étudiant.e.s se sont demandé.e.s ce que ces enseignements, dans leur ensemble, allaient changer à leur future pratique. Première constatation : la formation traditionnelle ne les incite pas à mettre en doute les techniques et les méthodes de la médecine. Certain.e.s ont manifesté d’ailleurs une certaine anxiété à l’idée de remettre en question le savoir et les pratiques conventionnelles et semblaient ne pas souhaiter s’engager dans ces réflexions. L’existence même de ce niveau d’analyse de la pratique scientifique leur était inconnue avant le séminaire – comme d’ailleurs la distinction claire entre le savoir de la recherche et celui de la médecine. Présentées comme le fruit d’un labeur de recherche et de soin effectué par des équipes rencontrées lors du séminaire, les pratiques d’images sont situées dans une histoire, dans des institutions et des infrastructures. Ce discernement critique est suggéré par l’équipe enseignante comme une compétence de plus à acquérir localement : savoir «  voir ce que l’on voit  », saisir l’importance des protocoles et du traitement des images médicales, ainsi que l'impact des pratiques établies sur leurs processus de décision. Les étudiant.e.s comprennent bien les conséquences – concrètes et politiques, au niveau local et au niveau global – qui découlent de ces formes de pouvoir incorporées dans les outils de la médecine. Cependant, second constat dégagé dans la discussion, les aspirants médecins ne pensent pas pouvoir agir sur le système en début de carrière. Sur le long cours pourtant, le développement d’un «  sens commun  » de la recherche et du savoir scientifique en médecine leur semble souhaitable, même si cela reste sur le plan de ce que Isabelle Stengers appelle des «  ruminations  » (2017), un savoir partagé qui a des effets diffus sur l’opinion publique. Une éducation au sens critique dans le domaine des sciences et des techniques est donc appelée de leurs vœux. Au-delà du fait que le changement induit par ce programme varié suscite l’enthousiasme et la curiosité, les étudiant.e.s ont conscience qu’on ne devient pas un bon médecin en apprenant uniquement à ingurgiter et à régurgiter des connaissances sans savoir de quoi elles sont faites – un sujet brûlant en ces temps de débats envenimés autour de la pandémie de Covid-19, dans lesquels sont trop aisément confondues pratique de la médecine et recherche scientifique.

L’auteur remercie pour son soutien le Cluster of Excellence « Matters of Activity. Image Space Material » financé par le Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG, German Research Foundation) sous la Stratégie d’Excellence – EXC 2025 – 390648296.

The author acknowledges the support of the Cluster of Excellence »Matters of Activity. Image Space Material » funded by the Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG, German Research Foundation) under Germany's Excellence Strategy – EXC 2025 – 390648296.

Haut de page

Bibliographie

BRICE S., 2018. « Situating Skill: Contemporary Observational Drawing as a Spatial Method in Geographical Research », Cultural Geographies, 25, 1: 135-158.

CAUSEY A., 2016. Drawn to See: Drawing As an Ethnographic Method. Toronto, University of Toronto Press.

GOODWIN C., 1994. « Professional Vision », American Anthropologist, 96, 3: 606-633.

LATOUR B., 2007. « Le “pédofil” de Boa Vista – montage photo-philosophique », In Petites leçons de sociologie des sciences. Paris, La Découverte : 171-225.

LATOUR B., 2007. « La clé de Berlin », In Petites leçons de sociologie des sciences. Paris : La Découverte : 23–46.

LE CALVÉ M., 2018. « Le Parsifal de Jonathan Meese  : Enquête ethnographique sur un projet de mise en scène contemporaine », Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie, Ehess [en ligne], www.theses.fr/2018PSLEH114 (page consultée le 2/10/2020).

LE CALVÉ M. et GAUDIN O., 2019. « Depicting Berlin’s Atmospheres: Phenomenographic Sketches », Ambiances. Environnement Sensible, Architecture et Espace Urbain, 5 [en ligne], https://journals.openedition.org/ambiances/2667 (page consultée le 2/10/2020).

MAIER-HEIN K. H. et al., 2017. « The Challenge of Mapping the Human Connectome Based on Diffusion Tractography », Nature Communications, 8 [en ligne], https://www.nature.com/articles/s41467-017-01285-x (page consultée le 2/10/2020).

STENGERS I., 2017. Civiliser la modernité  ? Whitehead et les ruminations du sens commun. Dijon, Les Presses du réel.

TAUSSIG M., 2011. I Swear I Saw This – Drawings in Fieldwork Notebooks, Namely My Own. Chicago/Londres, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 Je remercie l’équipe de Thomas Picht de l’accueil chaleureux qu’elle m’a fait dès le début de ce terrain. Ce récit étant lié explicitement à mon implication au sein du Cluster d’Excellence « Matters of Activity », j’ai choisi, avec leur accord, de ne pas « anonymiser » les informateurs et les enquêtés.

2 « Iconic Turn – How Images Govern Our Actions », hôpital universitaire de la Charité à Berlin, département de neurochirurgie, en collaboration avec l’université Humboldt à Berlin et l’université Rice (États-Unis), 1-12/07/19.

3 Voir ma dissertation doctorale, Le Parsifal de Jonathan Meese : enquête ethnographique sur un projet de mise en scène contemporaine (Le Calvé, 2018).

4 Le lecteur curieux pourra consulter un récent article sur les atmosphères de la ville de Berlin (Le Calvé & Gaudin, 2019).

5 Pour une introduction aux enjeux récents de la tractographie, voir Maier-Hein et al. (2017)

6 Bruno Latour décrit dans ce texte un étrange objet : une serrure dont la clé est à deux têtes. Ce mécanisme, inventé et encore en usage à Berlin, oblige les habitants d’un immeuble à toujours verrouiller la porte derrière eux.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Démonstration des possibilités de visualisation en 3D par un doctorant de la Charité. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Fig. 2. Cours de dessin en perspective avec Lucius Fekonja. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Fig. 3. Atelier de mise en matière avec la designer Rebekka Lauer. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Fig. 4. Atelier de tractographie par Lucius Fekonja, dans les bureaux du laboratoire Image Guidance Lab (Charité Berlin). Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Fig. 5. Atelier autour de la stimulation magnétique transcrânienne naviguée, avec Melina Engelhardt et Heike Schneider. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Fig. 6. Visite du centre de thérapie par rayon à Wedding. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 7. Visite du centre de thérapie par rayon à Wedding. Présentation du Cyberknife. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Fig. 8. Visite guidée du bloc, vue générale du théâtre des opérations. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Fig. 9. Visite du bloc opératoire, vue sur l’exoscope durant l’ablation de la métastase. Le Calvé, 2019, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6598/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Le Calvé, « Apprendre à regarder le cerveau en 3D. Compte rendu ethnographique d’un séminaire interdisciplinaire au service de neurochirurgie de la Charité à Berlin »Anthropologie & Santé [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/6598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.6598

Haut de page

Auteur

Maxime Le Calvé

Cluster d’excellence « Matters of Activity », Humboldt-Universität zu Berlin, Sophienstr. 22a, 10178 Berlin (Deutschland), lecalvem@hu-berlin.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search