Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Hors thèmeLe virus, la chauve-souris et le ...

Hors thème

Le virus, la chauve-souris et le totem. Ethnographie des relations inter-espèces dans le contexte biosécuritaire australien

The virus, the bat and the totem. An ethnography of inter-species connections within the Australian biosecurity context.
Arnaud Morvan

Résumés

Cet article examine la perception des frontières inter-espèces entre humains et chauves-souris au regard du dispositif de biosécurité déployé autour du virus Hendra (HeV) en Australie du nord-est. La zoonose hautement létale provoquée par le HeV circule entre les chauves-souris, les chevaux et les humains et reconfigure les relations entre ces trois espèces en désignant les chauves-souris comme des réservoirs de pathogènes, à l’origine de possibles épidémies. Pourtant, ces mammifères sont aussi considérés comme des espèces clés, jouant un rôle vital dans l’équilibre écologique de la forêt australienne. En s’appuyant sur l’anthropologie des zoonoses et les études interspécifiques, l’article analyse les pratiques et les représentations de différents groupes aborigènes et non aborigènes en contact avec les chauves-souris, et interroge la notion de distance aux animaux comme variable de contamination. Il apparaît que l’ontologie totémique, présente chez les Aborigènes, soutient des pratiques cynégétiques et médicinales qui remettent en cause certains principes de la biosécurité et font émerger une conception spatiale de la maladie, proche des agencements de la santé environnementale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Étude de l’évolution des souches virales permettant de dater l’apparition d’un virus.

1Au moment où le virus SARS-Cov-2, dont le réservoir animal est probablement la chauve-souris, provoque un bouleversement sanitaire mondial sans précédent, l’ethnographie des différents modes de relation entre les humains et les chiroptères peut s’avérer particulièrement instructive pour repenser les logiques biosécuritaires à l’œuvre. Le cas du virus Hendra (HeV), identifié en 1994 dans un élevage équin près de Brisbane sur la côte est de l’Australie, offre un exemple marquant de ces configurations inter-espèces ambiguës. Le foyer initial du HeV causa la mort d’une quinzaine de chevaux et d’un éleveur, avant que d’autres cas se déclarent rapidement dans le Queensland et le nord du New South Wales, révélant la présence d’un virus jusqu’alors inconnu et hautement létal. Après deux ans de recherche, les chauves-souris furent identifiées comme le réservoir naturel du HeV, en particulier les quatre espèces de renards volants qui peuplent la côte est de l’Australie (Pteropus alecto, P. scapulatus, P. conspicillatus et P. poliocephalus). Ce virus circule des chauves-souris aux chevaux et des chevaux aux humains en causant une zoonose (maladie d’origine animale) avec un taux de létalité de 75 % pour les chevaux et 60 % chez les humains, mais sans contagion interhumaine avérée. Le HeV a été le point de départ d’une recherche sur les virus qui émergent chez les chauves-souris de façon asymptomatique, comme ceux qui ont causé les foyers de Nipah, Ebola, MERS-CoV, SARS-CoV-1 et probablement SARS-CoV-2. La grande diversité intra-spécifique de l’ordre des chiroptères pourrait être à l’origine de leur capacité à échanger des virus aux frontières d’espèces dans les environnements qu’elles colonisent (Wang & Cowled, 2015). L’étude phylogénétique1 des souches de virus Hendra suggère une présence ancienne de ce virus chez les roussettes, remontant à plusieurs milliers d’années (Marsh et al., 2010). Son émergence dans les années 1990 ne serait donc pas due à des mutations récentes du virus mais plutôt à des changements environnementaux. Le réchauffement climatique, l’urbanisation et la déforestation ont provoqué des modifications du comportement des roussettes qui se rapprochent des habitats humains et multiplient les risques de transmission zoonotique.

2Les recherches sur ces animaux permettraient d’expliquer non seulement les chaînes de transmission des virus, mais aussi les modalités de résistance aux pathologies puisque les capacités immunitaires et respiratoires développées pour le vol donnent aux chauves-souris une espérance de vie exceptionnellement longue, pouvant atteindre une trentaine d’années. À la suite de ces recherches virologiques (Field, 2016 ; Wang & Anderson, 2019), des approches anthropologiques des zoonoses (Manceron & Roué, 2009 ; Fortané & Keck, 2015) et des études multi-espèces (Haraway, 2008 ; Kirksey & Helmreich, 2010 ; Rose, 2011), cet article propose d’envisager les relations entre humains et chauve-souris non seulement comme un facteur de transmission mais aussi comme une modalité d’immunisation contre les zoonoses. Malgré le faible nombre de cas déclarés, le virus Hendra a généré un ensemble de mesures biosécuritaires visant à séparer les humains, les chevaux et les chauves-souris en relayant des imaginaires négatifs sur les chiroptères. Mais il a aussi révélé des formes d’attachement anciennes ou récentes entre humains et chauves-souris, en particulier chez certains naturalistes qui en prennent soin et dans les communautés aborigènes qui ont toujours vécu à proximité de ces animaux. Ces distances fluctuantes entre humains et animaux et leur perception influent-elles sur les conditions de transmissions virales ?

3Pour y répondre, une enquête ethnographique multi-située, réalisée auprès des différents groupes en contact avec les chauves-souris, a permis de décrire plusieurs points de vue sur les franchissements des barrières d’espèces par le virus Hendra : éleveurs de chevaux et résidents urbains impactés par la présence de renards volants près de Cairns, protecteurs de la nature et soigneurs de chauves-souris dans les régions de Townsville et Atherton, rangers et artistes aborigènes de la Daintree Forest. Cette enquête interroge aussi la manière dont les conceptions naturalistes et totémiques relatives aux chauves-souris questionnent les frontières tracées par les mesures de biosécurité. Il s’agit d’appréhender la manière dont la perception des frontières interspécifiques renforce ou remet en cause le paradigme biosécuritaire. À la fois menace sanitaire et ressource écologique, les chiroptères cristallisent un ensemble de pratiques et d’intentionnalités ambivalentes et contradictoires au sein de la société australienne, et parfois chez un même individu, dont cet article propose de dresser une première cartographie.

Ethnographie des relations entre hommes et chauves-souris dans un contexte biosécuritaire

4La définition environnementale de la biosécurité désigne un ensemble de mesures visant à prévenir et contrôler l’introduction de plantes et animaux nuisibles, de maladies animales et de zoonoses, la dissémination d’organismes génétiquement modifiés et leurs dérivés, l’introduction d’espèces et de génotypes invasifs. La plupart de ces menaces ont un impact indirect sur la santé humaine puisqu’une altération des milieux écologiques peut provoquer l’apparition de nouvelles maladies, souvent d’origine animale. Des définitions ultérieures ont inclus les champs du bioterrorisme et des manipulations génétiques, mais une modélisation unitaire de la biosécurité reste problématique (Keck & Vialles, 2012). L’anthropologue Paul Rabinow envisage ce concept comme une nouvelle problématisation des questions de sécurité à partir de menaces biologiques d’origine humaine ou animale (virus, bactéries, parasites, manipulations génétiques), caractérisée par la tension entre « faire vivre » et « laisser mourir » formulée par Foucault pour décrire la biopolitique (Rabinow & Rose, 2006). Cette problématique correspond assez bien à la gestion biosécuritaire du virus Hendra qui implique la désignation d’un réservoir sauvage de pathogènes dont la sphère domestique doit se protéger. Dans le contexte d’accélération des émergences virales de la fin du xxe siècle, le paradigme biosécuritaire s’est imposé comme instrument de prévision des futures épidémies. Il s’inspire, entre autres, de techniques militaires et s’appuie sur l’élaboration de scénarios d’anticipation pour mettre au point des politiques dites de « préparation » (preparedness) qui tendent à remplacer la prévention d’une menace par le calcul d’un risque (Collier & Lakoff, 2008). Dans cette perspective, l’étude des relations entre humains et animaux permet de situer précisément les nouveaux risques d’émergence d’agents pathogènes, souvent issus de nos modes de perception, d’identification et d’action sur le vivant, dans sa dimension sauvage ou domestique. Le dispositif déployé autour des chauves-souris comme réservoir du HeV en Australie semble reposer sur un rapport conflictuel entre contrôle coercitif (dispersion des colonies et abattage) et approche écologique (préservation de l’espèce et de son environnement). Il met en jeu des perspectives biopolitiques et ontologiques distinctes entre les différentes populations mises en présence des chiroptères, éleveurs et environnementalistes d’une part, Aborigènes et non-Aborigènes d’autre part, qui reconfigurent dans chaque cas des modalités de distance et de proximité entre humains et animaux.

5Pour rendre compte des différents points de vue sur les barrières entre espèces et leur franchissement par le HeV, une étude ethnographique multi-située a été réalisée auprès des différents groupes en contact avec les chauves-souris. L’étude se base sur deux enquêtes de terrain ethnographiques, effectuées en 2015-2016 et début 2018 dans différentes localités du nord du Queensland auprès de groupes aborigènes et non aborigènes. La première enquête a été réalisée auprès de personnes aborigènes de langue Gugu-Yalanji (ou Yalanji), l’un des rares groupes de la zone d’activité du HeV ayant conservé des pratiques traditionnelles et des références totémiques. Les Yalanji représentent environ trois mille locuteurs qui vivent majoritairement dans les communautés de Mossman Gorge et Wujal Wujal, en bordure de la forêt primaire Daintree dont ils sont les propriétaires traditionnels. L’enquête qualitative est basée sur des entretiens semi-directifs et discussions informelles menés principalement à Wujal Wujal auprès d’une quinzaine d’individus aux profils variés : cinq d’entre eux sont des anciens (elders) détenteurs d’un savoir traditionnel, occupants des postes de référents dans le groupe local de gardes forestiers (rangers) et membres du centre d’art Bana Yirriji. Une étude de la littérature anthropologique disponible sur les Gugu-Yalanji – notamment Walter Roth (années 1900), Ursula Mc Connel (années 1920-1930) et Christopher Anderson (années 1980-1990) – ainsi que mes propres travaux sur le totémisme effectués dans le centre et le Kimberley dans les années 2000 ont permis d’enrichir le contexte ethnographique et d’inscrire mes observations dans une perspective historique (Mc Connel, 1931 ; Anderson, 1984, 1989 ; Morvan, 2010). Le second terrain ethnographique a été effectué en janvier et février 2018 dans une association de protection des chauves-souris à Townsville, la North Queensland Wildlife Care (NQWC). Il a consisté en une série d’entretiens semi-directifs et d’observations participantes auprès d’une équipe de volontaires qui recueillent et soignent des chauves-souris à leur domicile avant de les relâcher dans la nature. Des recherches complémentaires (entretiens informels, études de la littérature vétérinaire) ont été menées à Cairns et Charter Towers auprès de différents groupes impactés par la présence de chauves-souris dans leurs activités professionnelles (en particulier les propriétaires de chevaux, mais aussi les maraîchers et les résidents urbains).

Figure 1 : Carte de la région d’étude, région tropicale du nord Queensland. (Source : A. Morvan et K. Rawson).

Identification des modes de transmission et développement du paradigme biosécuritaire

  • 2 Les chauves-souris établissent des camps de plusieurs centaines ou milliers d’individus dans les ma (...)

6Le peuplement récent de la côte est de l’Australie s’est effectué principalement sur une bande de terre étroite entre l’océan Pacifique et la Great Divided Range. Les contreforts de ces montagnes abritent une forêt humide subtropicale, habitat naturel des roussettes, peu à peu défrichée par les colons européens à partir du xixe siècle pour y développer fermes, plantations, villages et centres urbains qui jalonnent aujourd’hui la côte pacifique. De nombreux haras sont installés en bordure de forêt, créant les conditions d’une cohabitation artificielle entre chevaux et chauves-souris2. Selon les études en cours, c’est probablement à travers les urines laissées au sol par les chauves-souris dans les enclos que la contamination se produit, via l’ingestion d’herbes ou d’eaux contaminées (Plowright et al., 2011 ; Field, 2016). Après quelques jours d’incubation, les chevaux manifestent les premiers symptômes d’une infection HeV qui altère rapidement l’ensemble des organes vitaux. Les animaux touchés succombent généralement sous soixante-douze heures. La transmission aux humains reste rare (seulement sept cas depuis 1994) et se produit par contact direct avec les fluides corporels d’un cheval infecté, généralement pendant les soins ou au cours d’une autopsie. Les personnes touchées par le virus étaient vétérinaires, propriétaires ou employés d’un haras. Chez l’homme, l’infection se manifeste par des symptômes grippaux qui peuvent dégénérer en infection respiratoire sévère ou en encéphalite pouvant entraîner la mort.

7Les chevaux agissent donc comme des hôtes intermédiaires chez qui le virus évolue pour devenir potentiellement transmissible aux humains. Un cas de transmission canine a été observé sans que l’on sache si la transmission provenait d’un cheval ou d’une chauve-souris. Contrairement au virus Nipah apparu en Malaisie et structurellement très proche (dont l’hôte intermédiaire est le cochon d’élevage), aucune transmission directe de HeV entre humains et chauves-souris n’a été observée jusqu’à présent. Pourtant, comme l’a montré Christos Lynteris, les schémas utilisés pour modéliser la circulation interspécifique des virus inscrivent les différents acteurs en présence dans une chaîne causale de transmission et positionnent clairement le réservoir sauvage du virus comme principe causal de la zoonose dans une ligne unidirectionnelle. Ce type de modélisation tend à séparer les humains du reste du vivant et ne tient pas compte de leur impact éventuel sur l’environnement et de leur rôle dans l’émergence de nouveaux virus (Lynteris, 2017). Ces représentations ont une incidence sur la perception des zoonoses et l’adoption des dispositifs biosécuritaires par les vétérinaires, les éleveurs et les maraîchers.

Figure  : Schéma zoonotique de transmission des virus Hendra et Nipah indiquant les taux de mortalité humaine par pays et types de transmission (sources : Wang et Anderson, 2019)

8Différentes enquêtes réalisées auprès des éleveurs sur la perception médiatique du virus Hendra confirment que pour la plupart des personnes interrogées, l’animal régulièrement associé à la zoonose Hendra n’est pas le cheval mais la chauve-souris (Degeling & Kerridge, 2013 ; Wiethoelter et al., 2017). D’après Chris Degeling et Ian Kerridge, ce glissement s’est produit au début des années 2010, assez tardivement dans l’histoire de cette zoonose. L’année 2011 est marquée par dix-sept épisodes zoonotiques particulièrement violents dans deux États. Les débats sur le rôle des chauves-souris comme espèces porteuses du HeV deviennent alors un élément central des discours publics. Alors que les différents protagonistes non humains de la zoonose bénéficiaient jusque-là d’une couverture médiatique équivalente, à partir de 2011, le virus Hendra et les roussettes sont systématiquement associés. Dès lors, le cheval n’est plus perçu comme un hôte intermédiaire mais comme la victime d’un dangereux « virus de chauves-souris ».

9La séparation des différentes espèces en présence est l’une des principales mesures mises en œuvre par l’organisme Biosecurity Queensland (ministère de l’Agriculture et de la Pêche) en cas d’épizootie. Des équipes vétérinaires gouvernementales sont dépêchées sur les lieux de la contamination pour évaluer la situation et appliquer les premières mesures de protection sanitaire. Le protocole inclut la délimitation d’une zone de quarantaine, la réalisation d’un inventaire de l’ensemble des espèces animales vivant sur le site, le traçage des mouvements d’animaux à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre sanitaire pendant la période définie comme à risque, la mise sous surveillance des animaux déplacés sur d’autres propriétés, le prélèvement et l’analyse sur les individus (humains et non humains) potentiellement infectés, le soin ou l’euthanasie des animaux infectés, la crémation ou l’enfouissement des restes. Une fois l’épidémie contrôlée, la zone est décontaminée par l’équipe de biosécurité. Il s’agit donc ici de délimiter un périmètre au sein duquel les différentes espèces en présence sont identifiées, séparées, confinées et, dans certains cas, abattues. Des mesures sont ensuite mises en œuvre pour limiter les contacts potentiels entre les chevaux et les chauves-souris en agissant indirectement sur l’environnement des roussettes, par l’abattage des arbres présents sur les zones de pâture ou l’installation de clôtures autour des bosquets. Surveillance, traçage, séparation stricte entre espèces sont donc les outils habituels utilisés par la biosécurité pour tenter de circonscrire les virus zoonotiques et leurs hôtes naturels.

10Les éleveurs se montrent cependant réticents à appliquer les mesures biosécuritaires, et malgré la mise en circulation d’un vaccin équin en 2015, des obstacles financiers et psychologiques freinent son usage. Pour de nombreux éleveurs et exploitants agricoles, les mesures devraient porter sur les chauves-souris, comme le souligne Kym Robertson, propriétaire de chevaux interviewé par le Courrier Mail .

  • 3 “The head vet of Queensland is saying, ‘Keep your horses away from the bats’. Well, I'm doing that (...)

Le vétérinaire en chef du Queensland dit : « Gardez vos chevaux loin des chauves-souris ». Eh bien c’est ce que je fais, mais les chauves-souris, elles ne restent pas éloignées de mes chevaux. Tous les jours, j’ai cinquante mille chauves-souris infectées qui défèquent sur mes chevaux, leur pâture et leurs abreuvoirs. (Robertson & Hall, 2011 : 8, traduction de l’auteur3)

11La plupart des éleveurs craignent les chauves-souris et certains d’entre eux militent pour autoriser les interventions directes sur les colonies, par l’obtention de droits à l’abattage ou à la dispersion visant à réduire drastiquement le nombre d’individus (Nolan, 2011).

12Les mesures de mises à distance sont souvent dangereuses pour la santé des colonies (nous y reviendrons plus en détail). Cette logique biosécuritaire bute sur le statut d’espèce protégée accordé aux chauves-souris, en particulier la Pteropus conspicillatus ou renard volant dit « à lunettes », endémique de la forêt tropicale australienne. En tant qu’espèces natives, et principales pollinisatrices des forêts subtropicales australiennes, les roussettes font l’objet d’une protection définie par le Animal Care and Protection Act 2001 et le Biosecurity Act 2014. Entre 2004 et 2014, la population de Pteropus conspicillatus a diminué de moitié, passant de deux cent quarante mille individus à seulement cent mille (Westcott et al., 2015). Ce déclin résulte de la conjonction de plusieurs facteurs : altération des milieux naturels, augmentation des températures, présence de différents parasites liés aux plantes introduites (comme les tiques), contacts directs avec des équipements humains (lignes électriques, fils de fer barbelé, filets de protection des arbres fruitiers, piscines et fontaines) et enfin abattages par arme à feu. Des études récentes ont montré que les risques de débordement du HeV sont accentués par des facteurs environnementaux tels que la déforestation, le réchauffement climatique ou l’augmentation des catastrophes naturelles qui fragmentent l’habitat des roussettes et affaiblissent les mécanismes de régulation du virus au sein des colonies (Kessler et al., 2018).

13Pour préserver cette espèce particulièrement vulnérable, le ministère a élaboré un plan de réhabilitation national depuis 2011. Ce dernier vise à identifier les principales causes du déclin de l’espèce, à remplacer les infrastructures humaines susceptibles de nuire aux chauves-souris, à préserver les sources traditionnelles de nourriture et les sites de reproduction et à étudier les mouvements saisonniers des colonies et des individus. En 2008, le gouvernement du Queensland a provisoirement suspendu toutes les demandes d’autorisation d’abattage déposées par les fermiers pour protéger leurs cultures, en premier lieu pour des motifs écologiques mais aussi en raison du caractère contre-productif des dispersions et abattages. Le stress généré par ces pratiques augmenterait le taux de HeV dans la colonie, et donc les risques de transmission du virus Hendra aux autres espèces. Ce rapprochement entre des mesures de protection d’espèces menacées et la lutte contre les risques de zoonose laisse entrevoir la possible convergence entre une politique de santé publique et des mesures de protection environnementale. Cette approche se heurte toutefois à l’image négative des roussettes dans l’opinion publique, et à la conception assez répandue selon laquelle l’approche écologique mettrait en concurrence la santé humaine et la santé animale.

Questions de distance : abattage, dispersion, soin

  • 4 Gaz létaux, lance-flammes, explosifs et grillages électriques tendus au-dessus des plantations.
  • 5 Queensland Government, Department of Environment and Science, « Damage mitigation permits for crop (...)

14Les conflits entre les humains et les roussettes sont connus depuis le début de la colonisation européenne de l’Australie et l’implantation des premières exploitations agricoles sur la côte Pacifique. Les travaux du biologiste et historien David Westcott sur les échanges épistolaires du xixe siècle entre les fermiers et les autorités du Commonwealth témoignent de la récurrence de plaintes à propos des nuisances provoquées par les roussettes. Dans un pays où les armes à feu étaient en libre circulation, les séances de tirs aux chauves-souris étaient considérées comme un loisir, pratiquées quasi quotidiennement pour protéger les plantations ou disperser des colonies. Les abattages étaient si nombreux qu’ils furent interdits dans certaines villes pour cause de troubles à l’ordre public (Ratcliffe, 1931 ; Westcott, 2016). Malgré les conclusions de plusieurs rapports qui soulignaient la relative marginalité des roussettes s’attaquant aux cultures et pointaient l’inefficacité des abattages massifs, les tirs organisés et autres techniques létales de protection des cultures ont perduré jusqu’au milieu des années 19804, périodes des premières lois de protection des espèces endémiques. À partir de la fin des années 2000, ces méthodes furent remplacées par des systèmes de protection comme les filets à mailles fines et les dispositifs de dispersion non létaux. Mais à la suite des protestations d’agriculteurs en 2012, des permis d’abattage de roussettes par armes à feu ont à nouveau été accordés en cas de menace importante de l’activité économique et dans la limite d’un quota de prélèvement par espèce, défini annuellement5.

15Ces relations conflictuelles s’étendent aussi aux environnements urbains où les chauves-souris sont, depuis les années 2010, perçues comme une menace sanitaire. Les villes proches de la côte sont régulièrement choisies comme sites d’installation temporaire par des colonies pouvant agréger plusieurs dizaines de milliers d’individus et provoquant de multiples nuisances. Ce fut le cas en décembre 2017 à Charter Towers, ville de huit mille habitants à l’ouest de Townsville où plusieurs entretiens furent réalisés auprès des riverains du parc municipal occupé par les chauves-souris. Outre les manifestations sonore et olfactive de leur présence, la dégradation des arbres, jardins et maisons, les résidents craignent surtout la propagation de maladies, comme l’explique cette résidente de Charter Towers :

Chaque année, nous avons une véritable invasion de chauves-souris dans le parc, une véritable peste. Nous ne pouvons même plus y emmener les enfants à cause des parasites qui tombent des chauves-souris sur le sol. Elles sont sur tous les arbres du parc, s’accrochent comme des tiques. Tous les soirs, le ciel était noir pendant environ trois-quarts d’heure (avant le coucher du soleil). C’est la première année que j’ai eu une sorte d’asthme et de sérieux problèmes pulmonaires, c’est partout dans l’air. En même temps c’est le printemps, il y a beaucoup de pollen […] Avant, on envoyait des hélicoptères pour s’en débarrasser mais maintenant c’est interdit. (Entretien avec une riveraine du Lissner Park, réalisé à Charter Towers, février 2018)

16Si aucune maladie liée à la présence des chauves-souris n’est scientifiquement avérée, certains résidents affirment développer des symptômes de détresse respiratoire, des maux de tête, des irritations cutanées, de l’eczéma, ou de la conjonctivite. Le témoignage ci-dessus évoque les chauves-souris en empruntant au champ lexical de l’invasion, de la maladie, et du parasite et les termes « peste », « rats », « tiques » reviennent régulièrement, trahissant la peur d’un virus invisible porté par des animaux insaisissables. Elles sont associées à une menace impalpable mais omniprésente. Durant le mois de janvier 2018, un résident de Charter Towers a même été hospitalisé pour un affaiblissement généralisé qu’il attribuait aux chauves-souris, donnant lieu à des dizaines d’articles dans la presse et les médias locaux, sans que les médecins n’établissent de lien de causalité avec la présence des chiroptères. Chez certaines personnes, la simple existence d’un risque zoonotique semble déclencher des symptômes, notamment respiratoires, dans une logique autoréalisatrice. Pour mettre fin aux nuisances, plusieurs groupes de lutte contre les chiroptères se sont créés durant l’été 2018, des séances de dispersion ont été organisées tous les soirs et des soigneurs venus recueillir les chauves-souris blessées ont été intimidés par les habitants. Des pressions sont aussi exercées sur les responsables politiques locaux pour instaurer des actions coercitives contre les chauves-souris.

17Depuis 2012, des autorisations d’éloignement, de dispersion ou de déplacement, par des moyens non létaux, des sites fréquentés par les roussettes sont accordées sous certaines conditions aux municipalités (local councils) qui possèdent une autorité de droit (as-of-right management) sur la gestion des sites d’installation des colonies. La dispersion peut se faire en produisant du bruit, de la lumière ou de la fumée, voire en abattant ou élaguant des arbres sur lesquels les animaux s’installent. Si certains déplacements de colonies vers des sites éloignés des habitations se sont avérés fructueux, les techniques de dispersion sont généralement inefficaces. D’après différentes études du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO), l’effarouchement d’une colonie provoque la dissémination des chauves-souris sur l’ensemble de l’agglomération et dans les jardins des particuliers, augmentant considérablement le risque de contact avec les chauves-souris (Thomson, 2007 ; Westcott et al., 2015).

18La logique scientifique se heurte ici à des intérêts politiques visant à garantir le droit des propriétaires et des éleveurs à intervenir directement sur les chauves-souris se trouvant sur leur propriété pour se protéger, la relation interspécifique étant vécue comme une mise en concurrence des santés humaine et animale.

19À l’inverse, d’autres groupes adoptent des positions diamétralement opposées, participant à ouvrir des modalités de communication interspécifique. Il s’agit des soigneurs bénévoles qui recueillent et soignent les chauves-souris blessées, avant de les réintroduire dans la nature. Il existe en Australie des dizaines d’associations d’aide aux animaux sauvages et des refuges dédiés aux chauves-souris. Dans la région de Townsville, où une partie de l’enquête de terrain a été menée, les soigneurs sont réunis au sein du North Queensland Wildlife Care (NQWC) qui regroupe une centaine de membres, dont une quinzaine spécialisés sur les chauves-souris. Les échanges prolongés avec les animaux qu’ils recueillent à leur domicile amènent les soigneurs à développer des relations d’attachement, en particulier avec de jeunes orphelins gardés pendant au moins six mois. Pendant cette phase, les soigneurs se substituent à la mère, et passent plusieurs heures par jour en contact direct avec les petites chauves-souris pour les nettoyer, les masser, les nourrir, jouer et leur servir de support pendant l’apprentissage du vol, reproduisant parfois les gestes d’une femelle chauve-souris. C’est une période intense de rapprochement parfois qualifiée d’« humanisation » des chauves-souris, comme l’explique cette ancienne infirmière devenue soigneuse :

Quand j’ai eu ma première [chauve-souris], mon premier bébé en soin, c’est là que j’ai réalisé combien elles étaient intelligentes. Et le fait que, ayant eu mes propres enfants, étant mère... et elles, étant très similaires à nous au niveau de leur fonctionnement corporel, physiologique, quand elles ne se sentaient pas bien, je pouvais le sentir... quand elles font leurs dents, leurs gencives sont douloureuses... comme chez les bébés [humains]. [...] Elles créent des liens très étroits avec nous. (Entretien avec Mary G., membre du groupe NQWC, réalisé Townsville, janvier 2018)

20Cette période est suivie par une phase que les soigneurs qualifient de « déshumanisation » visant à déshabituer les roussettes de la présence humaine avant leur réintroduction dans la nature. Il faut leur apprendre à « être des chauves-souris, à vivre avec des chauves-souris et à rompre le lien » qui les unit à leur soigneur. Alors que dans son essai What is it like to be a bat ? le philosophe Thomas Nagel affirme l’irréductibilité des expériences subjectives non humaines et souligne l’impossibilité de percevoir le monde comme une chauve-souris (Nagel, 1974), il semblerait que les soigneurs parviennent à constituer, au moins temporairement, un monde commun avec les chiroptères. Cet attachement temporaire se produit dans un mouvement d’humanisation des chauves-souris qui tend à brouiller la séparation stricte entre humains et non-humains, entre sauvage et domestique. Dans une moindre mesure, un processus d’animalisation des soigneurs, qui prennent temporairement la place des femelles chauves-souris, est aussi à l’œuvre. On est assez proche de ce qu’Isabelle Stengers appelle l’« entre-capture », lorsque l’enchevêtrement entre deux existants (humains et non humains) est suffisamment profond et subtil pour créer une porosité dans les frontières interspécifiques (Stengers, 1996 ; Laugrand et al., 2015). Contrairement aux autres groupes, il ne s’agit pas pour les soigneurs d’enfermer les animaux porteurs d’agents pathogènes dans une altérité totale, mais plutôt de les incorporer dans une forme d’humanité élargie aux animaux. Sur le plan sanitaire, malgré une exposition prolongée aux fluides corporels des chauves-souris, aucun cas de contamination au virus HeV n’a jamais été répertorié.

21L’abattage et la dispersion répondent à l’injonction sanitaire d’une séparation stricte entre des espèces considérées comme pathogènes et celles susceptibles d’être contaminées (Keck, 2015). Contrairement aux dispositifs de contrôle d’autres animaux sauvages comme les ours et les loups, les abattages et les dispersions de chauves-souris n’ont pas pour but de contrôler une population mais de maintenir un éloignement de principe entre les chiroptères d’une part et la sphère humaine (incluant les plantes cultivées, les animaux d’élevage et de compagnie) d’autre part ; entre le sauvage, perçu comme un contaminant, et le domestique, considéré comme contaminé potentiel. Certains partisans des interventions directes militent pour des abattages massifs, en désignant les chauves-souris comme un adversaire dans des relations inter-espèces où les humains doivent se protéger pour rester au sommet de la hiérarchie. Ils inscrivent ainsi les chauves-souris dans une altérité totale, plus proche d’un parasite ou d’un virus que d’un mammifère ; ils procèdent à une sorte de désanimalisation visant à instaurer une distance maximale avec les humains et prévenir toute forme de rapprochement possible. On retrouve dans les deux catégories d’acteurs (fermiers et soigneurs) une référence à la proximité physique entre humains et animaux qui caractérise le naturalisme. Dans son travail sur les ontologies, Philippe Descola définit le naturalisme comme un mode d’identification marqué par une continuité des physicalités entre humains et non-humains et une discontinuité des intériorités (Descola, 2005). Ici, la proximité est conçue de manière différente par les éleveurs et les soigneurs. Pour les premiers, elle est synonyme de contagion, les compatibilités physiologiques sont perçues comme une menace ; il s’agit de mettre la plus grande distance possible avec les animaux sauvages et l’environnement non domestiqué pour éviter tout risque de contamination. Pour les seconds, il s’agit au contraire de voir dans ce partage des physicalités avec les chauves-souris une possibilité d’attachement et de communication interspécifique. Dans les deux cas, il ne semble pourtant pas y avoir de corrélation entre une proximité avec le réservoir d’HeV et une augmentation du risque zoonotique.

22Par ailleurs, le fait que les soigneurs considèrent les animaux comme des personnes non humaines et qu’ils adoptent temporairement le point de vue d’une mère chauve-souris les placent dans un naturalisme qui emprunte certains traits à l’animisme et au totémisme, deux modes d’attachements où les communications entre les intériorités des êtres humains et non humains sont possibles. Cet autre type de relation aux animaux est présent depuis très longtemps dans les cultures autochtones du nord Queensland. L’opposition frontale entre fermiers et naturalistes, entre agriculture et environnement, induite par le contexte biosécuritaire laisse de côté les groupes aborigènes. L’existence de pratiques cynégétiques, l’usage médicinal des chauves-souris et l’analyse du rapport totémique aux non-humains révèlent une perception alternative des zoonoses qui reconfigure les questions de distance et de proximité en prenant en compte l’ambivalence des chauves-souris.

Usage alimentaire et médicinal d’une espèce qualifiée de « réservoir de pathogènes »

23La région du nord Queensland est l’une des zones les plus densément peuplées d’Australie. La présence des Aborigènes y est attestée depuis cinquante mille ans, et elle compte une quinzaine de groupes langagiers, soit environ quarante mille individus (3,5 % de la population de la région) vivant entre les districts de Townsville-McKay au sud et la région Cooktown, à quatre cent cinquante kilomètres au nord. La situation sanitaire et sociale est caractérisée par une forte paupérisation, un taux de chômage élevé et un faible niveau d’accès aux soins. L’espérance de vie des Aborigènes est de vingt ans inférieure à celle du reste de la population australienne.

  • 6 Malgré la fin des initiations dans les années 1910-1920 et la perte d’un large pan du savoir tradit (...)

24La colonisation européenne de la région à la fin du xixe siècle, en particulier l’activité pastorale et l’exploitation forestière, a provoqué une dislocation de l’organisation sociale et du système économique traditionnel (Anderson, 1984). Les familles aborigènes ayant survécu aux maladies et aux massacres ont été déplacées dans des missions chrétiennes puis assignées à résidence et encouragées à se convertir avec plus ou moins de succès. Le contrôle médical strict et l’interdiction des pratiques précoloniales6 expliquent à la fois l’abandon partiel de la médecine traditionnelle et la méfiance envers le système de santé australien. Comme le montre Warwick Anderson dans son étude sur les politiques coloniales de santé, l’environnement naturel a subi un traitement tout aussi violent avec une déforestation intensive visant à éradiquer les maladies dont le climat tropical serait porteur. L’abattage des arbres, habitat naturel des roussettes, était ainsi préconisé pour permettre l’élimination des maladies exotiques comme la malaria, la typhoïde et différents types de fièvre associés aux régions nouvellement colonisées et « non nettoyées » (Anderson, 2005).

25En ce qui concerne la mise en œuvre et l’étude des dispositifs liés au virus Hendra et au contrôle des chauves-souris, les Aborigènes de la région semblent oubliés. Aucune étude consacrée au HeV ne s’est intéressée aux savoirs locaux autochtones sur les maladies animales ni sur une possible exposition ancienne des Aborigènes au virus. Une pratique témoigne pourtant d’un haut degré de proximité avec les chauves-souris : les quatre types de roussette de la région font traditionnellement partie du régime alimentaire des groupes autochtones du nord Queensland. Des campagnes de prévention contre le HeV ont été menées par les services de santé depuis la fin des années 1990, mais les Aborigènes rencontrés pendant l’enquête indiquent ne pas avoir modifié pour autant leur comportement alimentaire, ni leur perception des roussettes. Seul un quart des Aborigènes interrogés pendant l’enquête affirme que les informations sur le virus les font désormais hésiter à consommer des chauves-souris, sans pour autant développer un rapport négatif à leur égard. D’après les entretiens menés dans la communauté de Wujal Wujal, à cent cinquante kilomètres au nord de Cairns dans la forêt Daintree, les roussettes sont consommées comme viande de brousse, et en particulier les espèces electo et conspicillatus, nommées kambi, et utilisées à des fins médicinales par la plupart des groupes de la région. La consommation de chauves-souris n’est cependant plus très répandue et n’a jamais constitué une ressource alimentaire majeure, car l’animal produit assez peu de viande. Les jeunes les chassent occasionnellement selon différentes techniques, comme l’explique Sam R., l’un des anciens résidents de Wujal Wujal et artiste au centre d’art Bana Yirriji :

Dans les temps anciens, souvent, un enfant ou un jeune homme montait en haut d’un arbre, où les kambi étaient installées, et les assommait avec un bâton. Alors, elles tombaient à terre et on pouvait les achever. Elles ne marchent pas très vite. Sinon les gens leur lancent des pierres ou les tirent avec un pistolet ou au fusil. Si l’arbre est suffisamment petit, tu peux juste le secouer. Les kambi tombent et tu les finis avec un bâton. (Entretien avec Sam R., réalisé à Wujal Wujal, octobre 2016)

26Les notes d’observation des bulletins ethnographiques de Walter Roth à la fin du xixe siècle, premières sources ethnographiques du nord Queensland, corroborent ce témoignage et attestent d’une consommation alimentaire relativement ancienne, remontant à la période précoloniale. Dans ces relevés, la technique de chasse décrite est identique à celle des pigeons migrateurs voyageant entre le nord de l’Australie et la Papouasie. Il s’agit d’une chasse à l’affût, caché dans un abri installé dans la cime d’un arbre situé à proximité des routes empruntées par les renards volants lors de leur envol nocturne. Les chauves-souris étaient frappées en plein vol à l’aide d’un long bâton (Roth, 1901).

27Une fois attrapés, les animaux sont cuits de manière traditionnelle dans la terre. Un trou est creusé dans lequel sont placées des braises et des pierres chaudes. Après avoir été nettoyées et vidées, les chauves-souris sont enveloppées dans de larges feuilles de palmier ou dans une feuille d’aluminium, puis cuites dans la terre pendant environ trente minutes avant d’être consommées. Ces techniques de chasse et de préparation culinaire impliquent une manipulation des animaux blessés et un contact avec le sang, les viscères, qui comporte des risques éventuels de morsures. Si l’on rapproche les notes de Roth et les données phylogénétiques attestant de l’ancienneté des virus Hendra et Nipah (Marsh et al., 2010), on peut conclure à une exposition longue des populations aborigènes au HeV sans que des cas de contamination n’aient été répertoriés dans les savoirs locaux ni dans les archives médicales. La persistance de cette pratique alimentaire pourrait s’expliquer par une forme d’immunisation aux pathogènes portés par les chauves-souris, ce dont atteste leur consommation à des fins thérapeutiques.

28La principale raison avancée pour expliquer la survivance de l’utilisation des renards volants est leurs propriétés médicinales. D’après les Yalanji rencontrés, une préparation en soupe permettrait de soigner les problèmes respiratoires, en particulier chez les enfants. Cet usage a été rapporté par des jeunes hommes témoignant avoir occasionnellement mangé de la soupe de roussettes préparée par leurs grands-parents. Les anciens confirmaient cette utilisation médicinale à destination des plus jeunes. Dans ce cadre précis, la roussette n’est pas cuite dans la terre mais bouillie et préparée en soupe. D’après plusieurs anciens de Wujal Wujal, membres respectés de la communauté et principaux dépositaires du savoir traditionnel, l’ingestion de la soupe de kambi soigne de manière très efficace les affections respiratoires :

À la fin de la saison sèche, certains gamins tombent malades à cause de toute cette poussière, ils font de l’asthme. Si tu fais de l’asthme ou que tu as des problèmes respiratoires, ils disparaissent pendant un mois entier. Tu respires mieux et tes problèmes de rhume s’améliorent. [...]

D’abord tu les évides. Ensuite, tu enlèves les poils en passant la chauve-souris sur une flamme. La viande commence alors à apparaître, ça ressemble un peu à un squelette. Il y a aussi un peu de viande sur les ailes. Ensuite, tu coupes tout en morceaux, tu les mets dans un pot et tu les fais bouillir. Tu peux ajouter de l’ail ou des oignons sauvages. Tu les fais bouillir jusqu’à que ça devienne tendre. Ensuite, tu peux manger la viande et boire la soupe. Ça a très bon goût. (Entretien avec Sam R., réalisé à Wujal Wujal)

29La chauve-souris est donc consommée bouillie et sans les abats. L’eau ajoutée semble avoir la double fonction de permettre une cuisson profonde à plus de cent degrés afin, d’après nos informateurs, « de tuer les germes », et de transférer certaines propriétés de la chauve-souris dans le liquide. Cette préparation pourrait avoir une action anti-inflammatoire ou de bronchodilatation, bien qu’aucune étude scientifique ou biomédicale ne semble exister sur le sujet. Les personnes interrogées pendant l’enquête n’expliquent pas les vertus thérapeutiques des roussettes, mais la pratique semble répandue au-delà du Queensland, dans tout le nord de l’Australie. Les qualités médicinales prêtées à ces animaux sont aussi partagées dans une grande partie de la région Asie-Pacifique, notamment en Chine, au Vietnam, en Malaisie, en Indonésie, aux Philippines ainsi que dans une partie de la Mélanésie et de la Polynésie. À l’inverse de la conception biosécuritaire des chauves-souris comme réservoir du HeV, l’existence de ces pratiques médicinales suggère un principe d’inversion du pathogène en pharmakon (Riccucci, 2012 ; Gutierrez Choquevilca, 2017). La réversibilité des principes pathogènes et curatifs fait écho à la coexistence chez les chiroptères d’une grande diversité de virus et d’un système immunitaire parmi les plus performants du règne animal.

30L’origine précoloniale et le maintien de contacts étroits et anciens avec les roussettes sans contamination directe observée témoignent d’une inversion de la logique biosécuritaire de séparation des espèces. Dans le jeu de distance et de proximité entre humains et animaux, l’ingestion des chauves-souris à des fins médicinales traduit une conception des relations entre espèces dans laquelle le pathogène et le curatif ne sont pas en opposition mais constituent les deux faces d’une même pièce. Une espèce ne peut pas être pensée uniquement comme un réservoir de pathogènes indépendamment de ses relations aux humains, aux autres animaux et aux lieux qui leur sont associés. Pour les Aborigènes, la consommation de chauve-souris n’a jamais été une source de maladie pour l’homme. Elle ne l’est devenue qu’après l’introduction d’un troisième animal extérieur au continent australien, le cheval importé par les Européens. Cette réflexion ne prend cependant pas la forme d’une chaîne causale associant un réservoir asymptomatique et une espèce jouant le rôle de facteur déclenchant. Il faut entrer dans la conception totémique de l’écologie des maladies pour comprendre le point de vue aborigène sur l’immunisation.

Les totems comme modèle de circulation des pathogènes

31Au détour d’un article sur les problèmes de gouvernance aborigène, l’ethnologue australien Benjamin Smith relate une réunion d’information sur le virus Hendra, organisée dans la ville de Coen, au centre de la Péninsule du Cape York en 1997 :

  • 7 « The Queensland Parks and Wildlife Services (QPWS) sent a group of employees to the (Cape York) Pe (...)

Le Queensland Parks and Wildlife Services (QPWS) envoya un groupe d’employés dans la péninsule du Cap York pour expliquer la maladie, son lien avec les chauves-souris, les précautions à observer [...] Durant la présentation, l’un des scientifiques de QPWS expliqua qu’une grande colonie de chauves-souris actuellement présente à Coen venait en réalité de la ville de Ravenshoe (située plusieurs centaines de kilomètres au sud). Après la réunion, l’un des anciens [aborigènes] de la communauté vint vers moi pour me demander s’il devait dire aux agents des parcs nationaux « d’où venaient vraiment les chauves-souris ». Plusieurs de mes collaborateurs aborigènes avaient précédemment partagé avec moi leur savoir sur les roussettes, en particulier le fait qu’elles proviennent de la bouche du Serpent arc-en-ciel, un puissant être créateur toujours présent et actif dans certains lieux de la région, notamment des cours d’eau souterrains [...] [Il est réputé] dégorger des chauves-souris depuis le fond de l’eau. (Smith, 2005 : 4, traduction de l’auteur7)

32Cette scène observée chez les Kaanju de Coen, groupe proche des Yalanji, questionne l’intégration possible d’une conception totémique des animaux dans un dispositif de biosécurité. Les chauves-souris sont, dans cette localité, étroitement liées à la figure mythique du Serpent arc-en-ciel qui semble les engendrer et dont elles seraient une forme d’émanation ou de prolongement. La plupart des espèces animales, des plantes, des minéraux et des éléments sont désignés dans les différentes langues aborigènes comme des totems (yirmbal), c’est-à-dire les prototypes ancestraux des catégories actuelles d’humains et de non humains. Les êtres totémiques primordiaux comme le Serpent arc-en-ciel peuvent engendrer des totems secondaires comme la chauve-souris, ancêtre hybride humain/chauve-souris qui est à l’origine d’une classe d’existants humains (les Aborigènes du clan chauves-souris) et non humains (les chauves-souris comme espèce). Ici les représentants humains et animaux du totem chauve-souris sont liés par une relation de consubstantialité, le partage d’un même sang et d’une origine spirituelle commune, issue de l’ancêtre totémique.

33Le concept de totémisme est lié aux grands débats du xixe siècle sur la magie, la religion et la parenté chez James G. Frazer, Émile Durkheim, Marcel Mauss ou Sigmund Freud. Partiellement déconstruit par Adolphus P. Elkin et Alfred Reginald Radcliffe-Brown dans les années 1930, il fut redéfini par Claude Lévi-Strauss comme opérateur classificatoire de permutation entre la nature et la culture (Elkin, 1933 ; Lévi-Strauss, 2008). Dès les années 1980, le concept de « devenir », énoncé par Gilles Deleuze et Félix Guattari (Deleuze & Guattari, 1980), est repris par Barbara Glowczewski pour décrire la nature instable et transformationnelle de la relation totémique qui crée des formes d’altérités multiples partagées (Glowczewski, 2015). Au cours des décennies suivantes, la notion fait l’objet d’une relecture ontologique par Philippe Descola qui l’intègre comme l’un des quatre grands modes d’identification, caractérisé par une continuité des physicalités et des intériorités entre humains et non-humains (Descola, 2005). Plus récemment, Jessica De Largy Healy a développé le concept de « totemics » (ou totemix) à partir d’une analyse des totems des groupes yolngu de la Terre d’Arnhem (De Largy Healy, 2017). Elle définit cette multiplicité de totems comme la manifestation d’une personne disséminée. Dans les systèmes totémiques, chaque personne possède non pas un, mais plusieurs totems de différents niveaux d’importance : totems primaires, secondaires, individuels, sexuels, claniques, de sous-sections, chacun étant associé à une espèce animale ou végétale distincte avec qui il partage une même origine spirituelle et corporelle dans une ancestralité commune. Cette multiplicité de liens totémiques place l’individu à l’intérieur d’un réseau d’attachements à différentes catégories de non-humains : espèces animales, végétales, minérales qui partagent un même devenir. Le totémisme peut alors se définir comme un système d’internalisation de qualités non humaines créant un réseau de relations interspécifiques. Les barrières entre espèces ne sont pas conçues comme des frontières extérieures à l’homme mais plutôt comme des liaisons articulées à l’intérieur d’une même personne. On peut alors parler de personne fragmentée ou disséminé en une multitude d’existants, dont certains sont des espèces animales.

  • 8 Dans le cas des rituels de croissance des espèces documentés par Elkin, la non-performance du ritue (...)

34Cette conception est-elle compatible avec celle de réservoir écologique des pathogènes ? Comment comprendre, dans cette perspective, l’ingestion d’un animal totem et ses effets pathogènes ou pharmaceutiques ? L’individu et ses totems étant unis dans un rapport de contiguïtés, ce qui touche l’espèce totémique va affecter la personne associée et inversement8. Cette capacité s’étend aussi aux représentations des espèces totémiques qui sont plutôt envisagées comme des extensions ou des manifestations visuelles de la chose représentée. Ainsi, une peinture de chauve-souris sur toile, réalisée par un artiste yalanji à ma demande pendant l’enquête, a dû faire l’objet d’un rituel de fumigation avant de pouvoir être acheminée en France, l’énergie totémique associée au lieu pouvant potentiellement contaminer sa représentation et les personnes amenées à la manipuler. La consommation d’un animal totem reviendrait quant à elle à pratiquer une forme de cannibalisme et provoquerait des problèmes physiologiques, une sensation d’inconfort et de maladie comme l’explique Sam R. : « Si tu mangeais ton animal totem, tu tomberais malade, tu aurais mal à l’intestin, des douleurs d’estomac. Là, tu saurais que tu as fait quelque chose que tu n’aurais pas dû. » Quelques groupes pratiquent cependant la consommation de l’espèce totémique en certaines occasions précises. Les cérémonies intichiuma des groupes arrernte, rendues célèbres par l’ethnographie de Walter Baldwin Spencer et Francis James Gillen, consistent à récupérer ponctuellement une partie du principe spirituel de l’ancêtre totémique en absorbant une petite partie de l’animal totem pour renforcer momentanément l’identification entre une personne ou un groupe humain et son espèce totémique d’une part, et mieux signaler leur différenciation en dehors du cadre rituel d’autre part. La cérémonie est donc un autre moyen de renforcer des collectifs humains et non humains. De même que le repas totémique rompt (temporairement) le tabou alimentaire pour revivifier la substance d’un groupe ou d’une personne (en incorporant la chair et le sang d’un animal totem, manifestation physique du totem), l’absorption d’une espèce animale potentiellement dangereuse pourrait avoir pour effet de stimuler des défenses immunitaires. En cas de maladie, ce principe de consubstantialité permet de concevoir des transferts à double sens entre humains et animaux, et s’oppose au concept de barrières strictes entre les espèces.

35Concernant la circulation des pathogènes, l’ancrage spatial du totémisme australien, dimension souvent négligée dans les recherches sur la santé aborigène, tend à relativiser la centralité des espèces réservoirs dans le système zoonotique. Le terme yirmbal désigne à la fois une espèce totémique, l’ancêtre qui en est à l’origine, mais aussi le site où il a disparu à la fin de son périple terrestre. Il s’agit généralement d’un site marquant du paysage où le corps de l’ancêtre a fusionné avec la terre : un trou d’eau, un arbre ancien, une faille, un rocher, une grotte, etc. L’endroit, considéré comme sacré, est le site d’origine des espèces, objets ou phénomènes totémiques. Chaque espèce totémique est donc située spatialement et associée à des lieux, de même que les humains du totem éponyme, formant un réseau interspécifique géolocalisé. Ainsi, les relations entre différents types d’existants, intériorisés par une personne, sont aussi projetées sur le paysage dans un réseau de sites totémiques.

  • 9 Le mythe associé à Kalkajaka évoque l’histoire de deux frères se battant pour une femme python, mai (...)

36La transmission d’un totem varie considérablement d’une génération à l’autre, et de nouveaux totems peuvent être attribués à la suite de révélations oniriques (Morvan, 2018). En 2017, les totems les plus communs à Wujal Wujal étaient liés à plusieurs espèces de reptiles (lézards, serpents, crocodiles), des poissons (requins), des mammifères marins (dauphins, baleines) et des marsupiaux, mais aucun totem de chauves-souris n’était répertorié. En revanche, au moins un site yirmbal est associé aux roussettes dans la région. À trente kilomètres au nord-ouest de Bloomfield, le site Kalkajaka (« le lieu de la lance ») est un spectaculaire amas de roches granitiques noires de quatre kilomètres de long abritant plusieurs sites sacrés, y compris une grotte où résident des ancêtres kambi. Le site est considéré comme secret et dangereux par les Yalanji9. Il fait l’objet de nombreuses restrictions, car habité par des esprits dont il convient de se protéger sous peine de tomber malade ou de disparaître dans ses dédales de roches.

37Dans les pratiques yalanji traditionnelles, l’origine première des maladies n’est généralement pas attribuée à des causes physiologiques mais plutôt à des causes sociales, spirituelles ou environnementales, identifiées spatialement à des lieux (Roth 1901, 1903 ; Anderson 1984, 1989). L’utilisation culinaire des animaux et des plantes dépend en partie de critères géographiques et le non-respect de certaines règles peut provoquer des maladies. Si l’ingestion d’un animal (ou d’une plante) totem est une cause connue de maladie, la chasse et la consommation d’espèces se trouvant à proximité d’un site totémique sont aussi considérées comme potentiellement dangereuses si elles sont consommées par une personne n’ayant pas de droit sur le site. L’énergie totémique du lieu (qui peut être négative) se transposerait par contagion aux espèces évoluant à proximité. Par ailleurs, des proscriptions alimentaires s’appliquent aussi aux animaux qui présenteraient des comportements considérés comme anormaux : une agitation particulière, une force ou une habileté hors du commun. Cette dernière catégorie, dite wulngkul, décrit des manifestations d’ancêtres totémiques sous leur forme animale, ces entités étant parfois annonciatrices d’une maladie imminente qui touchera l’observateur ou un membre de sa famille. Les infractions à ces règles entraînent des symptômes tels une grande faiblesse psychique ou corporelle ou de la fièvre pouvant, dans certains cas, provoquer la mort. Les règles alimentaires tendent à éviter une trop grande proximité entre humains et animaux qui serait potentiellement pathogène et vise à établir une « bonne » distance avec les animaux non humains. La filiation totémique et la position dans le système de parenté permettent ainsi d’inscrire chaque personne dans un réseau de lieux-espèces potentiellement pathogènes. Distance et proximité sont constamment négociées au sein de ces réseaux pour maintenir un équilibre social et environnemental. Par contraste avec la chaîne causale établie dans les conceptions naturalistes des réservoirs animaux, la circulation des pathogènes n’est possible ici que parce que les espèces sont rattachées géographiquement à des lieux précis, ces sites totémiques reliés entre eux, envisagés comme des nœuds de relations interspécifiques.

38On retrouve l’idée de système écologique présent dans les premières analyses environnementales des zoonoses, mais en partie délaissée dans le paradigme biosécuritaire. Ici, le système totémique géolocalisé reconfigure l’environnement humain et animal de sorte que les deux catégories interviennent à parts égales dans la circulation de la maladie qui forme un écosystème structuré autour de lieux. L’humain n’est pas positionné à la fin d’une chaîne causale le reliant à une espèce réservoir, il est intégré dans le cycle zoonotique comme contaminant potentiel.

39L’existence peu connue de totems portant des noms de maladies (rhume, grippe, rhumatismes, etc.), associés à des sites spécifiques considérés comme néfastes, suggère la possibilité d’une association encore plus étroite entre les concepts de maladie et de lieu. Parfois, ces totems entretiennent des liens avec des espèces animales utilisées comme contaminants ou vecteurs de la maladie. Dans Native Tribes of Central Australia, Walter Baldwin et Francis Gillen (1899) ont détaillé le cas du totem-maladie Erkincha, affection proche de la syphilis, associé à un petit mammifère du désert, le chat marsupial de Geoffroy (Dasyurus geoffroii) qui faisait l’objet d’un tabou alimentaire chez les Arrernte du Désert central. L’Erkincha se propageait depuis le site totémique du même nom par l’intermédiaire du marsupial. Selon ce modèle, les maladies émanent de sites précis et circulent grâce à certaines espèces animales, formant un réseau connectant des lieux et des espèces. Il semblerait que l’origine des maladies soit donc rarement liée à une espèce animale seule mais plutôt à son interaction avec un environnement.

Conclusion : Devenir animal et contamination inter-spécifique

40Alors que les fermiers tendent à instaurer une distance maximale avec les chauves-souris en les inscrivant dans une altérité totale, et que les soigneurs les « humanisent » en réduisant temporairement l’écart qui sépare les deux espèces, les Aborigènes sont quant à eux engagés dans une constante négociation des distances interspécifiques qui les amène à intérioriser une part d’animalité. Dans les trois cas, la question de la distance se pose différemment, mais la réduction des écarts entre espèces, visible notamment chez les soigneurs et les Aborigènes ne semble pas se traduire par une augmentation du risque de contamination. Les différents modes d’attachement aux chauves-souris identifiés pendant l’enquête permettent de repenser la question des distances entre humains et animaux de façon alternative au dispositif biosécuritaire, qui tend à opposer distanciation et attachement. Plusieurs concepts sont remis en question : la notion d’espèce réservoir de pathogènes comme entité indépendante, le principe de barrières entre espèces et la chaîne de transmission des zoonoses.

41Dans le totémisme, les relations entre espèces ne sont pas conçues comme extérieures aux humains, elles sont à la fois ancrées dans des lieux et structurées à l’intérieur même d’un individu. La personne « est » traversée par des relations interspécifiques, des mouvements de réversibilité et de permutation entre ses différentes appartenances. L’identité instable de la relation totémique se retrouve dans l’ambivalence de la chauve-souris, à la fois produit médicinal et marqueur de sites potentiellement dangereux, faisant écho à la dualité du pharmakon. La consubstantialité inhérente à la relation permet de concevoir des modalités de passage fluides entre différentes composantes humaines et animales, pathogènes ou curatives, constitutives de la personne.

42Les distances interspécifiques sont donc intériorisées puis extériorisées dans les paysages où les sites totémiques, reliés entre eux, forment une trame de relations entre humains et non humains. Les maladies animales émergent généralement de ces lieux et circulent entre les espèces, mais la contamination ne constitue pas un problème en soi. Ce sont plutôt les éventuels blocages de ces flux de pathogènes qui engendrent des déséquilibres. Cette conception de la maladie comme réseau inter-espèces ancré géographiquement fait écho à une vision environnementale de la santé où l’humain n’est pas le simple destinataire final des zoonoses, mais l’un des éléments d’un système écologique global. Dans la conception aborigène, les humains et leurs animaux totémiques partagent le même devenir, ce qui affecte les uns affectant forcément les autres, les santés humaines et animales n’étant pas séparées.

43L’étude des savoirs locaux sur les chauves-souris et de leurs interactions avec les humains, dont cette recherche pose les jalons, pourrait s’avérer particulièrement utile pour penser les multiples niveaux d’interdépendance de la santé environnementale et renforcer le dialogue entre protection des écosystèmes et biosécurité.

Cet article est issu d’une recherche débutée dans le cadre du programme « Représentations sociales des pathogènes aux frontières entre les espèces » soutenu par le fond Axa pour la recherche, sous la direction de Frédéric Keck (2015-2016), et poursuivie avec le soutien du DIM One Health Région Île-de-France « Perceptions et usages des chauves-souris en contexte de risque zoonotique en Australie et en Europe » (2018-2020). Je tiens à remercier les personnes m’ayant apporté leur aide dans la réalisation de cette recherche : Sam Friday et les résidents aborigènes de Wujal Wujal, Dominique Thiriet et les membres de North Queensland Wildlife Care, Frédéric Keck, Barbara Glowczewski, Jessica De Largy Healy, Rosita Henry, Marcia Langton, Lance Sullivan, Philippe Descola, Nicolas Lainé et Sandrine Ruhlmann.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON C., 1984. « The Political & Economic Basis of Kuku-Yalanji Social History », Thèse de doctorat (non publiée), Brisbane, University of Queensland.

ANDERSON C., 1989. « Aborigines and Conservation: The Daintree-Bloomfield Road », Australian Journal of Social Issues, 24, 3: 214-228.

ANDERSON W., 2005. The Cultivation of Whiteness: Science, Health and Racial Destiny in Australia. Melbourne, Melbourne University Press.

COLLIER S. et LAKOFF A. (eds), 2008. Biosecurity Interventions Global Health and Security in Questions. New York, Columbia University Press-SSRC.

DEGELING C. et KERRIDGE I., 2013. « Hendra in the News: Public Policy Meets Public Morality at a Time of Zoonotic Uncertainty », Social Science & Medicine, 82: 156-163.

DE LARGY HEALY J., 2017. « Yolngu Totemics: Heterogeneity and Relatedness in a Land Full of Totems ». 11e colloque international de l’European Society for Oceanists, Munich, 1er juillet 2017, communication non publiée.

DELEUZE G. et GUATTARI F., 1980. Mille Plateaux. Paris, Éditions de Minuit.

DESCOLA P., 2005. Par-delà nature et culture. Paris, Gallimard.

ELKIN A. P., 1933. « Studies in Australian Totemism. The Nature of Australian Totemism », Oceania, 4, 2: 113-131.

FIELD H. E., 2016. « Hendra Virus Ecology and Transmission », Current Opinion in Virology, 16: 120-125.

FORTANÉ N. et KECK F. (dir.), 2015. « La surveillance des animaux », Revue d’anthropologie des connaissances, 9, 2.

GLOWCZEWSKI B., 2015. Totemic Becomings. Cosmopolitics of the Dreaming/Devires Totemicos. Cosmopolítica do Sonho. Sao Paulo : n-1 publications.

GUTIERREZ CHOQUEVILCA A.-L. (dir.), 2017. Guérir, Tuer, coll. Cahiers d’anthropologie sociale (n° 14). Paris, L’Herne.

HARAWAY D., 2008. When Species Meet. Minneapolis, University of Minnesota Press.

KECK F., 2015. « Sentinels for the Environment: Birdwatchers in Taiwan and Hong Kong », China Perspectives, 2: 41-45.

KECK F. et VIALLES N. (dir.), 2012. Des hommes malades des animaux, coll. Cahiers d’anthropologie sociale (n° 8). Paris, L’Herne.

KESSLER M., BECKER D., PEEL A., JUSTICE N., LUNN T. et CROWLEY D., 2018. « Changing Resource Landscapes and Spillover of Henipaviruses », Annals of the New York Academy of Sciences, 1429, 1: 78-99.

KIRKSEY E. et HELMREICH S., 2010. « The Emergence of Multispecies Ethnography », Cultural Anthropology, 25, 4: 545-576.

LAUGRAND F., CROS M. et BONDAZ J., 2015. « Les questions d’affects dans les liaisons animales », Anthropologie et Sociétés, 39, 1-2 : 15-35.

LÉVI-STRAUSS C., 2008 [1962]. « Le totémisme aujourd’hui », In Œuvres. Paris, Gallimard.

LYNTERIS C., 2017. « Zoonotic Diagrams: Mastering and Unsettling Human-animal Relations », Journal of the Royal Anthropological Institute, 23, 3: 463-485.

MANCERON V. et ROUÉ M. (dir.), 2009. « Les animaux de la discorde », Ethnologie française, 39, 1 : 5-10.

MARSH G. A., TODD S., FOORD A., HANSSON E., DAVIES E., WRIGHT L. MORRISSY C., HALPIN K., MIDDLETON D., FIELD H. E., DANIELS P. et WANG L.-F., 2010. « Genome sequence conservation of Hendra virus isolates during spillover to horses, Australia », Emergent Infectious Disease, 16, 11: 1767-1769.

MC CONNEL U., 1931. « A Moon Legend from the Bloomfield River, North Queensland », Oceania, 2, 1: 9-25.

NAGEL T., 1974. « What is it like to be a bat? », The Philosophical Review, 83, 4: 435-450.

MORVAN A., 2010. « La trace chantée dans la peinture kija du Kimberley oriental », Cahiers de littérature orale, 67-68 : 95-119.

MORVAN A., 2018. « Rêve et réminiscences plurielles dans l’art de Rover Thomas », Cahiers d’anthropologie sociale, 17 : 198-217.

NOLAN B., 2011. « Bat culls must be considered in Hendra fight », The Sydney Morning Herald, 11 juillet.

PLOWRIGHT R. K., FOLEY P., FIELD H. E., DOBSON A. P., FOLEY J. E., EBY P. et DASZAK P., 2011. « Urban Habituation, Ecological Connectivity and Epidemic Dampening: the Emergence of Hendra Virus from Flying Foxes (Pteropus spp. », Proceedings of the Royal Society B, 278(1725) : 3703-3712.

RABINOW P. et ROSE N., 2006. « Biopower Today », BioSocieties, 1, 2: 195-217.

RATCLIFFE F. N., 1931. The Flying-fox (Pteropus) in Australia. Melbourne, Council for Scientific and Industrial Research.

RICCUCCI M., 2012. « Bats as Materia Medica: An Ethnomedical Review and Implications for Conservation », Vespertilio, 16: 249-270.

ROBERTSON J. et HALL P., 2011. « Flying foxes rule as Hendra fears rise », The Courier-Mail QLD, 23 juillet [en ligne], https://www.couriermail.com.au/news/queensland/hmm-to-cull-or-not-to-cull/news-story/a0c28a83619faf59b85edefad1566458?sv=cc080bbda52e1c4b47cf1052179d6c55 (page consultée le 5 septembre 2020).

ROSE D. B., 2011. « Flying Fox: Kin, Keystone, Kontaminant », Australian Humanities Review, 50: 119-136.

ROTH W., 1901. « Food: Its search, capture, and preparation », North Queensland Ethnography Bulletins, 3.

ROTH W., 1903. « Superstition, Magic, and Medicine », North Queensland Ethnography Bulletins, 5.

SMITH B. R., 2005. « “We got our own management”: local knowledge, government and development in Cape York Peninsula », Australian Aboriginal Studies, 2: 4-15.

SPENCER B. et GILLEN F. J., 1899. The Native Tribes of Central Australia. Londres, Macmillan.

STENGERS I., 1996. Cosmopolitiques I. La guerre des sciences. Paris, les Empêcheurs des penser en rond.

THOMSON M. S., 2007. « Placing the Wild in the City: “Thinking With” Melbourne’s Bats », Society and Animals, 15, 1: 79-95.

WANG L. F. et COWLED C. (eds), 2015. Bats and Viruses: A New Frontier of Emerging Infectious Diseases. Hoboken, Wiley-Blackwell.

WANG L. F. et ANDERSON D. E., 2019. « Viruses in Bats and Potential Spillover to Animals and Humans », Opinion in Virology, 34: 79-89.

WESTCOTT D., HEERSINK D., MCKEOWN A. et CALEY P., 2015. Status and Trends of Australia’s EPBC-Listed Flying-Foxes: A Report to the Commonwealth Department of the Environment. Canberra, CSIRO.

WESTCOTT D., 2016. Flying-foxes and Communities in Australia: A Factsheet for the House of Representatives Standing Committee on the Environment and Energy Inquiry into the Impact of Nationally Protected Flying-foxes on Communities in the Eastern States of Australia. Canberra, Australian Parliament Hansard.

WIETHOELTER A. K., SAWFORD K., SCHEMBRI N., TAYLOR M. R., DHAND N. K., MOLONEY B., WRIGHT T., KUNG N., FIELD H. E. et TORIBIO J.-A. L. M. L., 2017. « “We’ve Learned to Live With It”—A Qualitative Study of Australian Horse Owners’ Attitudes, Perceptions and Practices in Response to Hendra Virus », Preventive Veterinary Medicine, 140: 67-77.

Haut de page

Notes

1 Étude de l’évolution des souches virales permettant de dater l’apparition d’un virus.

2 Les chauves-souris établissent des camps de plusieurs centaines ou milliers d’individus dans les mangroves, aux abords des marais, dans les zones forestières et parfois dans les parcs et jardins des villes. Leur période active débute à la tombée de la nuit où elles quittent leur camp en masse pour se nourrir de nectar, de pollens et de fruits dans les arbres de la région.

3 “The head vet of Queensland is saying, ‘Keep your horses away from the bats’. Well, I'm doing that but the bats aren't keeping away from my horses. Fifty thousand infected bats are pooping on my horses, their grass and their water every day.”

4 Gaz létaux, lance-flammes, explosifs et grillages électriques tendus au-dessus des plantations.

5 Queensland Government, Department of Environment and Science, « Damage mitigation permits for crop protection » [en ligne], https://environment.des.qld.gov.au/wildlife/livingwith/flyingfoxes/damage-mitigation-permits.html (page consultée le 5/09/2020).

6 Malgré la fin des initiations dans les années 1910-1920 et la perte d’un large pan du savoir traditionnel, certaines pratiques rituelles ont perduré de manière sporadique, notamment les cérémonies funéraires, les références identitaires aux totems, la pratique de la langue, les activités de chasse et de cueillette et la fréquentation des sites sacrés.

7 « The Queensland Parks and Wildlife Services (QPWS) sent a group of employees to the (Cape York) Penninsula to explain the disease, its relationship to the bats, and what precautions should be taken. [..] During the course of his presentation, one of the QPSW scientists explained that a large colony of bats present in Coen had flown up from Ravenshoe (a town several hundred of km to the south). After the meeting, one of these (older Aboriginal) me came up to me to ask whether I ‘should’ve told ‘em where foxes really come from’. Several of my respondents had previously told me some of the knowledge pertaining the flying foxes, in particular that they come from the mouth of the ‘rainbow serpent’, a powerful creator being still present and active in the region’s landscape, particularly in its over-ground and subterranean watercourse [..] (and who his known for ) disgorging flying foxes from under the water. [...] »

8 Dans le cas des rituels de croissance des espèces documentés par Elkin, la non-performance du rituel entraîne généralement une extinction de l’espèce à proximité du site totémique dont elle dépend, marquant ainsi une influence des humains sur les animaux.

9 Le mythe associé à Kalkajaka évoque l’histoire de deux frères se battant pour une femme python, mais aucun des personnages ne semble directement lié aux chauves-souris.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de la région d’étude, région tropicale du nord Queensland. (Source : A. Morvan et K. Rawson).
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende Figure  : Schéma zoonotique de transmission des virus Hendra et Nipah indiquant les taux de mortalité humaine par pays et types de transmission (sources : Wang et Anderson, 2019)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/6942/img-2.png
Fichier image/png, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Morvan, « Le virus, la chauve-souris et le totem. Ethnographie des relations inter-espèces dans le contexte biosécuritaire australien »Anthropologie & Santé [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 04 novembre 2020, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/6942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.6942

Haut de page

Auteur

Arnaud Morvan

Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (France), arvan7933@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search