Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Ecritures alternativesRespirer comme des chauves-souris

Ecritures alternatives

Respirer comme des chauves-souris

Breathing like bats
Michèle Cros

Résumés

En temps de Covid-19, les problèmes respiratoires occupent le devant de la scène : du port du masque rendu obligatoire, ici et là à travers le monde, aux patients sous respiration artificielle dans les services de réanimation, sans oublier le « I can’t breathe », lié notamment au mouvement Black Lives Matter. Les chauves-souris, en raison de leur position au repos, respirent la tête en bas. Elles savent donc déjà tout – avant même de se retrouver en situation d’accusées – de ce qu’il en est des maux respiratoires qui conduisent les humains, en état de suffocation planétaire, à les imiter bien malgré eux. Une mise en dessins, en provenance du pays lobi burkinabè et collectée en période post-Ebola, illustre cette problématique existentielle qui transgresse toutes les frontières du vivant.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Chauves-souris du pays lobi burkinabè. Détail d’un dessin de Diniaté Pooda (2018)

1Les difficultés respiratoires constituent l’une des premiers symptômes de la Covid-19. Pour s’en prémunir, le port d’un masque s’impose à chacun d’entre nous, même non soignant. Mais en faire usage conduit à expérimenter un inconfort troublant. On ne respire plus très bien pour ne pas avoir à respirer vraiment mal plus tard. L’avertissement sanitaire est répété tel un mantra. Il nous faut prendre conscience de ce qui relève de l’évidence. Il n’empêche. On ne pense pas à respirer. On respire. On ne sait trop comment. Certaines pratiques sportives, artistiques ou thérapeutiques visent à éduquer ou (ré)éduquer ce phénomène réflexe. Toujours est-il qu’en temps ordinaire, on n’y pense pas.

2Mais si l’on vient à entraver cette fonction vitale, même à l’aide d’un simple masque maison réalisé en tissu, la protection fait l’effet d’un bâillon ; on a l’impression d’étouffer en mode mineur, respirer n’a plus rien d’élémentaire. La pandémie actuelle l’érige en geste-barrière planétaire (Hermesse et al., 2020). L’usage du masque se donne à voir de Pékin à Ouagadougou. Il n’est pas toujours bien « porté » et l’on s’en déleste vite lorsque l’appréhension du danger se dissipe, mais il s’impose sur nos écrans et dans nos vies les plus ordinaires. Des selfies masqués inondent les réseaux sociaux. Les pratiques préventives finissent par circuler autant que le nouveau virus à contrer. Porter un masque est une « technique du corps » que les non-Asiatiques adoptent, de gré ou de force même en France, là où son port s’accompagne d’une véritable « révolution dans la civilité » (Keck, 2020). Le mouvement anti-masques qui a débuté aux États-Unis demeure marginal (Moghaddam & Piedtenu, 2020). Reste à acheter ou à confectionner ces masques en adoptant des patrons et en suivant des tutoriels de couture (Trigeaud, 2020). Ici et là, la pénurie se résorbe à l’instar de cette course aux respirateurs artificiels dont les médias nous ont compté les scandaleux soubresauts au sein même de notre hexagone.

Assistance respiratoire

3Dans le reportage de Solenne Le Hen (2020), « Vie et mort à l’hôpital Bichat » diffusé sur France Info le 17 avril 2020, nous partageons le vécu d’un service de réanimation parisien. Une patiente témoigne : « j’étais en pronostic vital engagé […] je m’en suis sortie. » Elle évoque des soignants « magnifiques » dans le service de pneumologie, et en particulier un kinésithérapeute respiratoire : « C’est lui qui m’a fait respirer », explique-t-elle à la journaliste. Sylvain Tesson dans Le Monde du 2 mai 2020 raconte aussi « la zone Covid » d’un autre hôpital parisien : la Pitié-Salpêtrière où « les patients luttent contre l’asphyxie, le corps hérissé de tubes. Un système d’oxygénation compose un poumon artificiel qui maintient en vie le corps inconscient ». Il s’agit de relater des expériences ultimes où la vie des patients sous assistance respiratoire n’est maintenue qu’à « l’aide de respirateurs artificiels, de sondes d’alimentation, d’appareils de dialyse, de cathéters médicamenteux, et autres dispositifs de monitorage destinés à mesurer continuellement les paramètres vitaux des malades » (Denise, 2020).

4Ce retour à la vie sans respirateur artificiel est décrit par Christine Bergé (2010). C’était au tout début des années 2000. L’anthropologue a passé neuf ans dans un service de réanimation postopératoire et traumatologique de l’hôpital Lariboisière. Elle évoque « un voyage crépusculaire » mené au milieu des « nochers qui ramènent les âmes errantes vers leur habitacle de chair ». Elle relate avec une précision d’entomologiste les mille et un gestes médicaux pratiqués sur « les patients “intubés”, c’est-à-dire maintenus sous respiration artificielle. […] Tout ce qui d’ordinaire est expulsé par la toux naturelle ou les petits raclements de gorge, il faut aller le chercher » (Bergé, 2010 : 56). On peut mourir « d’insuffisance respiratoire ». On peut aussi finir par « être réveillé, libéré du tuyau du respirateur ». On entend alors la voix du réveillé « et beaucoup de choses changent. L’âme qui flottait quelque part, dont les machines calculaient l’approche, est revenue » (Bergé, 2010 : 71). La personne est extubée, elle respire à nouveau seule.

5Atteint de Covid-19, le malade extubé est cependant loin d’en avoir fini avec le mal. Même réveillé, il lui faut se réadapter à la vie sans respirateur. Cette machine « ne sauve qu’une minorité » au prix de séquelles évoquées dans un article récent écrit sans pathos. Son titre est clair : « Troubler le droit au respirateur. Une critique de la raison respiratoire » (Chabrol et al., 2020). Cet écrit livre une version transnationale des usages et des effets des respirateurs incluant une vision africaine. Il offre une perspective résolument critique face à cette réponse hospitalocentrée et aux « stratégies d’appui à des solutions high-tech invasives au nom d’une modernité médicale que la Covid s’obstine pourtant à mettre en échec dans le Nord » expliquent les auteurs.

Aspiration animale

6Parallèlement à la critique de cette réponse hospitalocentrée basée sur l’assistance respiratoire à l’aide de solutions high-tech au Nord comme au Sud, pourquoi ne pas faire état d’une possible aspiration animale du mal où des chauves-souris jouent un rôle-clé. Pour en témoigner, partons en pays lobi burkinabè, là où je mène des investigations ethnographiques depuis plusieurs décennies. Découvrons l’antre d’une chambre des esprits où officient aujourd’hui encore des devins-guérisseurs qui se disent animistes ou fétichistes, experts en mondes autres. Tout comme les réanimateurs, ils agissent pour sauver des vies, mais ils usent, pour ce faire, d’un mode opératoire bien différent de celui que je viens d’évoquer.

7Face à une personne qui arrive dans un état grave, ils doivent procéder à ce qui s’apparente à une véritable aspiration animale du mal qui entrave l’équilibre de ses constituants où le double joue un rôle clé. Ils localisent d’abord l’agent pathogène à l’aide d’une consultation où sont convoqués ancêtres, esprits tutélaires et génies de la brousse. Dans leur canari de divination, ils voient le corps de celui qui va bientôt mourir. Ils le repèrent le plus souvent à sa chevelure. Le moribond est vu avec la moitié de sa tête entièrement rasée. Son double, ou son âme pour ainsi dire, a déjà commencé le voyage qui le mènera au pays des morts. Le corps est encore vivant, tout en ne l’étant plus tout à fait. Nombre de tradi-thérapeutes usent alors d’une petite chauve-souris insectivore avec laquelle ils balaient ou nettoient le corps du patient. La chauve-souris n’est pas sacrifiée mais libérée au plus vite afin de contrer durablement le mal qu’elle a aspiré à sa façon.

Porte ouverte sur une chambre des esprits du pays lobi où officie un devin-guérisseur à l’aide d’une petite chauve-souris. Dessin de Benoît Kambou (2016)

Respirer la tête en bas

  • 1 De manière plus précise, cette comparaison correspond à celle de la carte du pendu dans le tarot de (...)

8Dans une chambre des esprits du pays lobi, toujours sombre, avec pour toute aération un minuscule puits de lumière, ces petites chauves-souris se mettent à la disposition ou presque des devins-guérisseurs. Pour certains, elles sont leurs assistantes ; ils ne peuvent opérer sans elles. Ces précieux chiroptères gardent les chambres des esprits et aident à l’extraction des mauvais sorts et à la fixation du double de la personne qui va mourir. Une fois le mal aspiré, il est possible à l’officiant de procéder à un traitement idoine. Le pouvoir de la chauve-souris résulte notamment de la position qu’elle occupe au repos – celle du « pendu »1 – qui trouve son explication en pays lobi en puisant dans un registre qui relève des temps mythiques.

9Sans entrer dans les détails, ce serait à la suite d’une palabre avec Tangba (un Dieu créateur aux yeux des Lobi) que la chauve-souris aurait décidé d’adopter cette étrange façon de se tenir qui la conduit à respirer la tête en bas. La chauve-souris a sauvé la mère de Tangba, mais ce dernier a laissé mourir la propre mère de l’animal, qui décide alors de lui tenir tête en détournant son regard de l’injuste créateur qui se trouve dans le ciel. Elle va jusqu’à le défier ad vitam aeternam en lui montrant son derrière et en se dérobant à la lumière du jour. À elle les affaires de la nuit et tout ce qui relève peu ou prou des infortunes qui s’abattent sur les êtres que ce Dieu n’a pas protégés. Ces infortunes sont aussi pensées comme des injustices. Les chauves-souris – en prenant le contre-pied des us corporels habituels, en fuyant la lumière du soleil et en adoptant sciemment cette position du pendu, font donc figures de rebelles (Cros, 2020a).

Deux chauves-souris suspendues en pays lobi burkinabè. Détail d’un dessin de Kriélé Eric Pooda (2016)

Une respiration effrayante

10Dans la plupart des chambres des esprits du pays lobi, les chauves-souris veillent. Dans l’obscurité, impossible de les repérer mais on les sent – au sens littéral – et « on les voit compte tenu de leurs bruits », est-il expliqué lors d’investigations ethnographiques. Comme elles ont la tête en bas : « elles respirent avec pression », « elles ne bougent pas mais tu entends leur respiration ». « Cela effraie de nombreuses personnes » et leur présence invisible, mais olfactive et bruyante anime ces lieux où des « âmes » ou « doubles » de patients fortement malades se trouvent « capturés », pour un temps, dans de petites poteries. Comme à Lariboisière ou dans tout autre service de réanimation, la présence de ces « âmes errantes » participe de l’esprit de ces espaces thérapeutiques où vie et mort se télescopent.

  • 2 Il s’agit ici d’une méthode ethno-projective de recueil de données de terrain qui permet d’entrer d (...)

11Sylvain Piron dans des Méditations inspirées par « l’interruption du temps commun » consécutif à cet inédit « enfermement collectif à l’échelle de pays entiers » en période de Covid-19 évoque un « art de la suspension » (Piron, 2020) qui est justement celui que maîtrise à la perfection la chauve-souris, et que de jeunes adultes lobi ont ici représenté dans ces dessins collectés lors de deux missions ethnographiques conduites en 2016 et en 2017-20182. Ces missions portaient sur les représentations des chauves-souris en contexte post-Ebola où, comme pour la Covid-19, autre zoonose létale, elles étaient et sont toujours régulièrement données en pâture étiologique. Observations classiques et entretiens se combinent à la récolte de narrations graphiques où des chauves-souris sont dessinées en action, ici ou là, mangeant une mangue, trouvant refuge dans un bosquet « sacré », en tendre compagnie d’un porc-épic, capturées vivantes pour un usage thérapeutique ou en train d’être tuées à l’aide d’un lance-pierre ou d’un fusil avant d’être grillées ou bouillies. Aucune directive n’est donnée, à chacun de dessiner comme bon lui semble ces chiroptères. Ces dessinateurs sont de jeunes adultes avec lesquels j’ai l’habitude de travailler ainsi dans le village où je reviens depuis maintenant des décennies. Ces portraits de chauves-souris donnent à voir un vivre ensemble avec ces animaux qu’il est particulièrement difficile d’observer puisqu’ils se dérobent, le plus souvent, à notre vue ordinaire (Cros, 2020b).

Opération dans une chambre des esprits à l’aide d’une petite chauve-souris. Détail d’un dessin de Kriélé Eric Pooda (2016)

De l’utilité de l’accusée

12La chauve-souris – au sens générique – se sait-elle accusée d’être à l’origine de la Covid-19 ? On peut sans grand risque de surinterprétation imaginer que, si elle le savait, elle s’en jouerait comme les humains devraient le faire avec son anagramme en français : souche à virus (Herzberg, 2020), elle l’est, mais elle n’en meurt pas. Sa résistance et sa longévité étonnent ceux qui l’étudient (Rodhain, 2015 ; Wang & Cowled, 2015). Bien des chercheurs rappellent aussi l’étendue de l’apport des colonies de chauves-souris au niveau environnemental (Fairhead, 2018 ; Kunz et al., 2011). Et dans plusieurs pays du Sud, ces animaux permettraient même de soigner les problèmes respiratoires des enfants (Riccucchi, 2012 ; Morvan, 2020). Aux Philippines, Frédéric Laugrand et Antoine Laugrand (2020a, b) vont jusqu’à les qualifier d’espèces compagnes aux propriétés vivifiantes. Elles le sont aussi pour de jeunes « forestiers » guinéens qui s’en délectent, même à Conakry (Frerot, 2020). Les Lobi du Burkina Faso auprès desquels je mène mes observations ethnographiques ne vont pas aussi loin. Ils peuvent manger de grosses frugivores rouges ou noires, mais il s’agit ici d’une viande de brousse que l’on apprécie faute de mieux. Le véritable gibier disparaît sous l’effet de l’exploitation anthropique des paysages. Les espaces de grande brousse se raréfient.

13Pour ce qui est des petites insectivores, elles ne relèvent pas, en principe, du comestible. Mais des devins-guérisseurs m’ont relaté qu’il peut leur arriver de faire griller ce type de petite chauve-souris afin de la donner à manger à un enfant qui tousse beaucoup « avec des côtes qui poussent et poussent ». Il m’est expliqué : « on dirait qu’il va mourir » et ces petites chauves-souris, à la forte respiration, sont appelées à la rescousse. Celles qui savent ce que respirer la tête en bas tout au long du jour implique seraient les plus à même d’y remédier par un effet de « magie sympathique » à l’œuvre dans bien des thérapeutiques homéopathiques et vaccinales.

Patient, guérisseur et chauve-souris insectivore en pays lobi. Dessin de Diniaté Pooda (2018)

« Une vie respirable » après la Covid-19

14Comme le rappelle François Gemenne (2020), tous nos politiques échafaudent bien des plans pour « l’après-confinement, mais pas pour l’après-changement climatique ». Ce serait tenter de penser trop loin, bien au-delà des échéances électorales qui gouvernent les prises de décision de ceux qui gèrent nos vies présentes. Et pour l’heure, c’est le port du masque qui l’emporte. À chacun de faire l’expérience corporelle de cette respiration entravée. Certes, la plupart d’entre nous ne sont pas « intubés », juste « masqués », mais cela suffirait-il à nous insuffler un début de prise de conscience de ce « temps où il y aura davantage de gaz carbonique à inhaler que d’oxygène à respirer » (Mbembé, 2020) ? Même avant l’arrivée de cette Covid-19, » l’humanité était d’ores et déjà menacée de suffocation », et ce constat amène Achille Mbembé (2020) à revendiquer un « droit universel à la respiration », loin, très loin du problématique « droit aux respirateurs » évoqué par Fanny Chabrol, Pierre-Marie David, Moritz Hunsmann et Oumi Thiongane (2020). Achille Mbembé appelle à « recomposer une Terre habitable parce qu’elle offrira à tous la possibilité d’une vie respirable » (Mbembé, 2020).

15Humains et non-humains habitent une même terre. Les zoonoses, à commencer par cette Covid-19, résultent d’abord et avant tout d’une exploitation totalement déraisonnée des richesses naturelles et animales (Morand, Moutou & Richomme, 2014) en lien direct avec une forte croissance démographique (Moutou & Keck, 2020).

16En conclusion, comment « habiter la terre au temps des pandémies » en réussissant à « l’habiter durablement » (Gemenne, 2020) ? La question est posée depuis de nombreuses années, mais elle se pose avec une acuité renouvelée au temps de cette Covid-19 qui a frappé d’abord la Chine puis les grandes métropoles européennes avant de s’étendre en Amérique(s) et dans le reste du monde. Il nous faut pourtant tenter de « garder la Terre respirable » (Gemenne, 2020) sauf à vouloir à notre tour adopter de manière pérenne la position du « pendu » de la chauve-souris. Dans le sillage des nombreuses manifestations liées au mouvement Black Lives Matter après le décès de Gorge Floyd aux États-Unis en mai 2020, victime d’une insupportable violence raciste, cette allusion métaphorique acquiert une signification encore plus poignante dont témoigne cette inscription sur des masques. L’écho visuel en décuple la portée.

Connexion des luttes symbolisée par le port d’un masque ? Photomontage © M. Cros (juin 2020)

  • 3 Selon les mots du sociologue I. Diamanti dans La Nuit du virus relatée par Alberto Pizzoli (2020).
  • 4 Derniers mots également prononcé par Cédric Chouviat (Chappuit, 2020).

17Combien de temps encore devrons-nous « bouger dans le noir »3 et respirer comme des chauve-souris en portant des masques barrières ? Pour l’heure, à nous de les métamorphoser en armes pacifiques en connectant les luttes à mener contre les violences envers une Terre exploitée jusqu’à la lie à celles des humains asphyxiés dont on n’entend plus cette supplique de base : I can’t breathe ou j’étouffe4. Le monde à l’envers des chauves-souris serait-il devenu le nôtre ?

Haut de page

Bibliographie

BERGÉ C., 2010. « Fluides organiques et pesée de l’âme ou le calcul des humeurs en réanimation », Corps 1, 8 : 65-72.

CROS M., 2020a. « La mémoire longue des chauves-souris du Burkina – “Histoire d’Ebola ou pas” », Anthropologica, 62 : 35-47.

CROS M., 2020b,. « Bat portraits in times of pandemic », Medical Anthropology Theory, Photo Essays, 7, 2 [en ligne], http://journals.ed.ac.uk/index.php/mat/article/view/5028 (page consultée le 3/10/2020).

CHABROL F., DAVID P.-M., HUNSMANN M. et THIONGANE O., 2020. « Troubler le droit au respirateur. Une critique de la raison respiratoire », Politique africaine. Le carnet de la revue [en ligne], https://polaf.hypotheses.org/6586 (page consultée le 5/09/2020).

CHAPPUIT N., 2020. « “J’étouffe !”, les derniers mots de Cédric Chouviat, mort à la suite d’un contrôle policier », Le Monde, 22 juin.

DENISE T., 2020. « Réanimation sous pression : Covid-19, gouvernance et transformation du soin », AOC, 1er mai [en ligne], https://aoc.media/analyse/2020/04/30/reanimation-sous-pression-covid-19-gouvernance-et-transformations-du-soin/ (page consultée le 2/05/2020).

FAIRHEAD J. R., 2018. « Technology, Inclusivity and the Rogue : Bats and the War against then “Invisible Enemy” », Conservation and Society, 16, 2 : 170-180.

FREROT B., 2020. À l’ombre des manguiers. Rencontres entre humains et chauves-souris en Guinée après le passage d’Ebola, Mémoire de recherche M2 « Anthropologie, parcours ethnologie des mondes contemporains », Université Lumière Lyon 2.

GEMENNE F., 2020. « Habiter la Terre au temps des pandémies », AOC, 10 avril [en ligne], https://aoc.media/opinion/2020/04/09/habiter-la-terre-au-temps-des-pandemies/ (page consultée le 11/04/2020).

HAMPÂTÉ BÂ A., 2019. Contes initiatiques peuls (1993). Paris, Pocket.

HERMESSE J., LAUGRAND F., LAURENT P.-J., MAZZOCHETTI J., SERVAIS O. et VUILLEMENOT A.-M., 2020. Masquer le monde. Pensées d’anthropologues sur la pandémie. Louvain-La-Neuve, Academia-L’Harmattan.

HERZBERG N., 2020. « Les secrets de la chauve-souris, «  souche à virus  » au système immunitaire d’exception » dans Le Monde, 13 avril.

KECK F., 2015. « Ebola entre science et fiction », Anthropologie & Santé, 11 [En ligne], http://journals.openedition.org/anthropologiesante/1870 (page consultée le 10/10/2016).

KECK F., 2020. « Coronavirus : “En France, l’obligation de porter le masque serait une révolution” », Le Monde, 7 avril.

KUNZ T. H., BRAUN DE TORREZ E., BAUER D., LOBOVA T. et FLEMING T. H., 2011. « Ecosystem services provided by bats », The Year in Ecology and Conservation Biology. Annals of the New York Academy of Sciences, 1223, 1 : 1-38.

LAUGRAND F. et LAUGRAND A., 2020a. « Mortifères ou vivifiantes ? Les chauves-souris vues par des autochtones aux Philippines », Anthropologica, 62, 1 : 48-59.

LAUGRAND A. et LAUGRAND F., 2020b. « La leçon anthropologique des chauves-souris. La crise du covid-19 vue à l’envers », La vie des idées, 7 avril [en ligne], https://laviedesidees.fr/La-lecon-anthropologique-des-chauves-souris.html (page consultée le 8/04/2020).

LE HEN S., 2020. « Vie et mort à l’hôpital Bichat », Reportage Franceinfo, 17 avril [en ligne], www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/document-franceinfo-on-ne-pensait-pas-pouvoir-le-faire-maintenant-il-va-falloir-tenir-immersion-dans-un-hopital-parisien-a-l-heure-du-covid-19_3919143.html (page consultée le 11/10/2020).

MBEMBÉ A., 2020. « Le droit universel à la respiration », AOC, 6 avril [en ligne], https://aoc.media/opinion/2020/04/05/le-droit-universel-a-la-respiration/ (page consultée le 7/04/2020).

MOGHADDAM F. et PIEDTENU L., 2020. « Covid-19. Les anti-masques au grand jour, des États-Unis à la France », France Culture, 12 septembre [en ligne], https://www.franceculture.fr/societe/covid-19-les-anti-masques-au-grand-jour-des-etats-unis-a-la-france (page consultée le 13/09/2020).

MORAND S., MOUTOU F. & RICHOMME C. (eds), 2014. Faune sauvage, biodiversité et santé, quels défis. Versailles, Ed. Quae.

MORVAN A., 2020. « Le virus, la chauve-souris et le totem. Ethnographie des relations inter-espèces dans le contexte biosécuritaire australien », Anthropologie & Santé [en ligne], https://journals.openedition.org/anthropologiesante/6942 (page consultée le 4/11/2020).

MOUTOU F. et KECK F., 2020. « La vengeance du pangolin ? », Le Grand Continent, 1er avril [en ligne], https://legrandcontinent.eu/fr/2020/04/01/coronavirus-conversation-avec-francois-moutou-et-frederic-keck/ (page consultée le 2/04/2020).

PIRON S., 2020. « Méditations saturniennes », AOC, 27 avril [en ligne], https://aoc.media/opinion/2020/04/26/meditations-saturniennes/ (page consultée le 28/04/2020).

PIZZOLI A., 2020. « Coronavirus : l’Italie en semi-liberté surveillée », AFP, 3 mai [en ligne], www.afp.com/fr/infos/334/coronavirus-litalie-en-semi-liberte-surveillee-doc-1qz0ms2 (page consultée le 4/05/2020).

RICCUCCHI M., 2012. « Bats as materia medica : an ethnomedical review and implications for conservation », Vespertilio, 16 : 249-270.

RODHAIN F., 2015. « Chauves-souris et virus : des relations complexes », Bulletin de la Société de pathologie exotique, 108 : 272-289.

TESSON S., 2020. « Avec les invisibles de la Salpétrière », Le Monde, 28 avril.

TRIGEAUD S.-H., 2020. « Du quilt aux masques Covid. Quand l’art se prête à un exercice d’application des normes AFNOR », à paraître dans Anthropologica.

WANG L.-F. et COWLED C. (eds), 2015. Bats and Viruses : A New Frontier of Emerging Infectious Diseases. Hoboken, John Wiley & Sons.

Haut de page

Notes

1 De manière plus précise, cette comparaison correspond à celle de la carte du pendu dans le tarot de Marseille. L’analyse de cette image étonnante mais fort pertinente pour notre propos est développée par Sylvain Piron (2020) qui l’a précisée lors de l’introduction d’une séance de séminaire de l’EHESS en visio-conférence, effectuée en période de confinement et justement consacrée aux représentations anthropologiques des chauves-souris. On trouve aussi cette comparaison dans un conte initiatique peul où la chauve-souris « fait tout à rebours et voit tout à l’envers comme un homme pendu par les pieds » (Amadou Hampâté Bâ, 2019 : 312).

2 Il s’agit ici d’une méthode ethno-projective de recueil de données de terrain qui permet d’entrer directement dans la dynamique de la circulation des images et imaginaires au service de la lutte contre les pandémies dans le domaine de la preparedness ouvert par définition au fictionnel de nature mythologique ou non (Keck, 2015).

3 Selon les mots du sociologue I. Diamanti dans La Nuit du virus relatée par Alberto Pizzoli (2020).

4 Derniers mots également prononcé par Cédric Chouviat (Chappuit, 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Chauves-souris du pays lobi burkinabè. Détail d’un dessin de Diniaté Pooda (2018)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7427/img-1.png
Fichier image/png, 516k
Légende Porte ouverte sur une chambre des esprits du pays lobi où officie un devin-guérisseur à l’aide d’une petite chauve-souris. Dessin de Benoît Kambou (2016)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Deux chauves-souris suspendues en pays lobi burkinabè. Détail d’un dessin de Kriélé Eric Pooda (2016)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7427/img-3.png
Fichier image/png, 298k
Légende Opération dans une chambre des esprits à l’aide d’une petite chauve-souris. Détail d’un dessin de Kriélé Eric Pooda (2016)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7427/img-4.png
Fichier image/png, 434k
Légende Patient, guérisseur et chauve-souris insectivore en pays lobi. Dessin de Diniaté Pooda (2018)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7427/img-5.png
Fichier image/png, 339k
Légende Connexion des luttes symbolisée par le port d’un masque ? Photomontage © M. Cros (juin 2020)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7427/img-6.png
Fichier image/png, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Cros, « Respirer comme des chauves-souris  »Anthropologie & Santé [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/7427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.7427

Haut de page

Auteur

Michèle Cros

Laboratoire LADEC, Université Lumière Lyon 2 – Porte des Alpes, 5 avenue Pierre Mendès, 69676 Bron, France, michele.cros@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search