Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Expériences de terrainLes attentes dans la relation d’e...

Expériences de terrain

Les attentes dans la relation d’enquête. Ce qu’elles nous apprennent sur l’objet d’étude

Expectations in the researcher-participant relationship. What they tell us about the research subject
Raquel Rico Berrocal

Résumés

Ce texte propose une réflexion sur la relation d’enquête, issue d’un travail de terrain avec des femmes enceintes rencontrant des difficultés pour se loger. Le suivi ethnographique de ces femmes, réalisé dans la région Île-de-France, a consisté en un accompagnement étroit, parfois aussi de leurs conjoints, durant leurs grossesses et au-delà. Cette méthode a permis d’étudier, de façon longitudinale, les mises à l’épreuve d’une prise en charge médicale qui se veut universelle. Le présent texte porte sur leur consentement, voire leur motivation, à participer à cette démarche ethnographique. Au cours de l’enquête, les attentes des femmes suivies ont pris un sens distinct selon le contexte de leur grossesse et les rôles qu’elles ont attribués à l’ethnographe. Les raisons pour lesquelles ces femmes participent à l’étude suggèrent une privation, quelle que soit sa nature, que la relation d’enquête viendrait combler. On découvre que les attentes des enquêtées constituent une source non négligeable pour la compréhension de la problématique étudiée.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 « Bien-naître et bien-être. Ethnographie de la santé périnatale en Ile-de-France », thèse de docto (...)

1Répondre à un sondage, participer à une recherche ou accepter la présence prolongée d’une ethnographe à côté de soi n’est pas sans signification. D’une manière générale, les raisons pour lesquelles une personne accepte de contribuer à une étude quelconque en tant que sujet répondant, informatrice ou enquêtée, ne sont pas toujours explicités ou considérées, y compris dans les recherches qualitatives. Les suivis ethnographiques des femmes enceintes que j’ai réalisés dans le cadre de ma recherche doctorale1 ont mis en évidence la véritable portée des motivations des personnes sollicitées. En effet, se faire accompagner par une enquêtrice durant sa grossesse a pris un sens distinct selon la personne concernée, et comprendre ce sens a largement enrichi mon enquête. Je propose ici une réflexion sur la relation d’enquête, en m’interrogeant sur les attentes des personnes enquêtées, les épreuves auxquelles cette relation est soumise, et les leçons ou les inférences que l’on peut en tirer par rapport aux objectifs de l’étude. Je pars d’une question assez simple : quel sens le consentement voire la motivation des femmes à participer à mon enquête revêt-il, et qu’est-ce que cela nous apprend sur elles ? Pour y répondre, je m’appuie sur le corpus de ma recherche doctorale, laquelle s’interroge sur le lien entre inégalités sociales et santé, notamment dans le cadre actuel de la santé périnatale, dans la région Île-de-France.

2La méthode principale, à savoir le suivi ethnographique des femmes enceintes, m’a permis d’étudier de façon longitudinale les mises à l’épreuve d’une prise en charge qui se veut universelle. Cela a été possible grâce à l’accompagnement étroit de ces femmes, et parfois de leurs conjoints, y compris au-delà du suivi médical de grossesse. J’ai enquêté auprès de personnes rencontrant des difficultés pour se loger, certaines hébergées en hôtel social et la plupart chez un tiers. Les caractéristiques des enquêtées (dont l’origine culturelle et l’âge), leurs ressources et conditions de vie différaient considérablement. La particularité de cette démarche est de les suivre aussi minutieusement que possible. L’observation ne visait pas seulement l’interaction soignant-soignée, mais l’expérience de la personne enquêtée au fil des administrations, des guichets, des interactions avec des soignants ou tout autre interlocuteur jouant un rôle dans la temporalité de l’enquête. J’ai accompagné ces femmes à pratiquement toutes leurs visites médicales, des consultations programmées aux consultations d’urgence, durant la période du terrain. Nous profitions du temps d’attente avant la consultation pour se mettre à jour, repérer et interroger les éventuelles difficultés et doutes, faire le point sur les dossiers en cours, la vie de tous les jours et les événements récents. Puis j’observais la consultation à proprement parler. Enfin, nous discutions à la sortie de la consultation.

  • 2 Selon une définition normative (médicale) du terme. Dans le cadre du projet multidisciplinaire Traj (...)

3D’autres observations d’interactions hors univers médical complètent le corpus : celles menées auprès d’assistantes sociales, de conseillers de la banque et de Pôle emploi, d’entreprises de vacations, de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), des mairies, de consulats, mais aussi lors d’achats variés et de courses quotidiennes aux marchés, des moments conviviaux avec d’autres membres de leur famille, etc. J’ai ainsi pu enregistrer, pour chaque personne suivie, un nombre important d’observations par cas, et donc produire un répertoire de possibilités dans l’action et une combinaison de situations possibles. À partir de là, mon travail a consisté à mettre au jour les processus et les enchaînements qui amplifient les difficultés des enquêtées, dans leur logique temporelle. Cette approche a permis de saisir les moments concrets de l’action où d’éventuelles conditions de précarité sociale émergent et modulent les parcours de soins de ces femmes. J’ai également réalisé une soixantaine d’entretiens auprès de femmes ayant bénéficié d’un suivi de grossesse sous-optimal2, afin de restituer leurs parcours de soins périnataux. Pour ce faire, j’ai demandé aux femmes de me décrire dans le détail la suite d’opérations réalisées dès l’éventualité d’une grossesse, c’est-à-dire toutes les étapes entre le diagnostic de la grossesse et la fin des suites de couches à l’hôpital, ainsi que les circonstances dans lesquelles elles ont dû opérer des choix à chacune de ces étapes. J’ai particulièrement porté mon attention sur des usagères entrées tardivement dans leur parcours de soins ou ayant peiné à l’entamer. La complémentarité entre les deux enquêtes s’est avérée très féconde : des questions qui ont émergé lors des suivis ethnographiques des femmes enceintes ont donc été approfondies dans ce deuxième volet. L’intérêt de combiner ces deux études repose sur deux aspects principaux : la spécificité du matériau recueilli et la complémentarité méthodologique.

Quand la « casquette » de sage-femme coiffe la sociologue

  • 3 Je suis sage-femme, infirmière et anthropologue. J’ai travaillé pendant de nombreuses années en tan (...)

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, soulignons que le travail du chercheur est façonné par le fait d’avoir des compétences professionnelles3 spécifiques à l’environnement sur lequel porte son étude. Un de ses avantages proviendrait de la connaissance en amont du milieu et du jargon que l’ethnographe doit acquérir lors de son immersion sur le terrain. Cela s’applique au milieu médical, mais aussi aux domaines du droit, de la finance ou de l’intelligence artificielle. Il s’agit de connaissances spécifiques du contexte dont le chercheur aura besoin pour comprendre le contenu des échanges lors de ses observations, et le point de vue des acteurs, sans pour autant perdre de vue une perspective plus large des faits sociaux étudiés. Or, avoir déjà un point de vue sur son milieu d’origine, qu’il soit social ou professionnel, est précisément le piège le plus évident, qui biaise la perception que l’on en a par manque de recul. Il est ainsi plus difficile d’appréhender l’objet étudié dans une perspective plus large. Neutraliser sa relation avec l’objet d’étude est un exercice auquel tout scientifique doit se prêter, visant une objectivité parfois difficile à atteindre. Il faut du temps pour se rendre compte de son positionnement et le prendre en considération pendant la collecte, l’analyse et la rédaction. Porter un regard aussi neutre que possible a représenté le plus grand défi de ce travail, où les quelques années de doctorat ont dû défaire les réflexes d’une vingtaine d’années de travail clinique. M’orienter vers un objet de recherche totalement différent m’aurait certes permis d’être plus extérieure au contexte étudié, et donc de porter sur lui un regard plus neutre. Mais j’étais convaincue de l’intérêt de mobiliser des compétences professionnelles déjà acquises et mûries au profit de mon sujet d’étude. Il s’agissait en l’occurrence d’améliorer la compréhension des mécanismes par lesquels les facteurs sociaux affectent la santé des personnes vulnérables et des populations en général. Toutes ces années de travail clinique dans des milieux sociaux très divers m’ont ainsi amenée à approfondir mes connaissances sur les processus qui permettent d’expliquer les inégalités sociales dans le domaine de la santé.

  • 4 Par exemple, pour la prise en charge d’un éventuel accouchement inopiné extrahospitalier, ce qui au (...)

5Il m’a donc fallu ajuster mes réflexes expérientiels, et considérer chaque nouvelle situation avec un œil neuf ; par exemple lorsqu’une enquêtée témoignait d’un état de santé potentiellement dangereux, sans pour autant solliciter une prise en charge médicale. En effet, certains indices engageaient une précaution accrue de ma part, pour l’adresser le cas échéant vers le service compétent. Alors que l’un des objectifs de mon travail est précisément de comprendre quand, comment, où et à qui elles s’adressent lorsqu’elles perçoivent des symptômes éventuellement liés à la grossesse. Même si je n’exerçais pas à l’époque, j’ai dû jongler entre la déontologie propre à ma profession de sage-femme et mon rôle dans l’enquête. Ma détermination à obtenir des données riches et non biaisées (du fait de ma présence) s’est heurtée à mes connaissances médicales. Celles-ci m’ont ainsi contrainte à renoncer à certaines de ces données en raison d’une éthique découlant non pas de ma mission de chercheuse, mais d’une profession que je n’exerçais pas à ce moment-là. Au manque de recul mentionné plus haut, il faut alors ajouter la tension entre le comportement qu’une chercheuse en sciences sociales est censée adopter sur le terrain et mes automatismes de professionnelle de santé. Ces derniers étaient également d’ordre pratique : même si j’assumais mon seul rôle d’enquêtrice, je me rendais malgré tout sur le terrain avec, dans le coffre de ma voiture, du matériel basique mais indispensable en cas de nécessité4. D’ailleurs, les éventuelles implications légales à l’égard des financeurs demeuraient relativement floues car mes compétences de praticienne étaient bien connues dans le cadre du projet. Il a effectivement fallu ajuster ces réflexes expérientiels pour acquérir des réflexes analytiques me permettant d’appréhender les raisons d’agir des femmes suivies et les références normatives qui les guidaient. Je visais à saisir leurs pratiques, en assumant la responsabilité éthique et sociale propre à toute interaction, dans la recherche ou dans l’existence ordinaire.

6Chaque volet de ma recherche doctorale a apporté des éléments instructifs sur les attentes des personnes enquêtées. Sur le terrain, la proposition d’être interviewée pour une étude rétrospective de son parcours de soins a été diversement accueillie, les réactions allant de l’enthousiasme au refus explicite, en passant par l’intérêt progressif, la surprise, l’incompréhension ou encore l’absence manifeste d’intérêt à répondre. Dans la plupart des cas, les personnes sollicitées ont affiché un intérêt notoire, voyant là une possibilité de s’exprimer sur leur expérience personnelle de prise en charge. Bien que cette méthode ne permette pas d’établir une relation plus intime, le fait de donner suite à la requête m’a interpellée au point de m’interroger sur l’enjeu de leur participation. D’ailleurs, celles qui en gardaient un souvenir particulier ont été souvent enclines à le partager, ce partage ayant sur elles un effet parfois quasi cathartique. Les formulations du type « Ça fait du bien d’en parler, rappelez-moi si vous avez besoin de plus de données » ont confirmé mon ressenti. Ainsi, ces femmes m’ont généreusement procuré de précieux témoignages. Les motivations des femmes à participer à l’étude étaient diverses : un intérêt personnel pour le sujet étudié, le désir de contribuer à la connaissance scientifique ou encore l’espoir d’obtenir un bénéfice matériel ou immatériel en échange de leur participation. Elles étaient d’autant plus significatives que la méthode du suivi ethnographique peut s’avérer envahissante malgré l’accord de l’enquêtée et toutes les précautions prises par l’ethnographe.

Pourquoi se faire accompagner par une chercheuse ?

7Précisons que mes questionnements concernent ce qu’elles nous apprennent sur le contexte de vie des informatrices, dans le cadre précis de mon enquête. Il ne s’agit pas d’analyser la disposition des personnes sollicitées à participer, mais de saisir le sens de leur engagement et les motivations qui les conduisent à s’engager. Étant donné le caractère intensif (quoique limité dans le temps) de ma méthode, accepter la présence d’une chercheuse durant sa grossesse n’était ni anodin ni aléatoire. Dans cette situation particulière, le choix des femmes sollicitées s’est avéré primordial.

8Avant de leur proposer de les accompagner aux consultations médicales durant leur grossesse, je leur présentais toujours ma recherche, décrivais les modalités de participation et demandais leur consentement. J’explicitais toujours qu’il n’y aurait aucune contrepartie, ni institutionnelle favorisant la prise en charge, ni économique. En outre, l’intérêt pour les sciences sociales n’était pas forcément le motif essentiel des femmes qui m’ont répondu affirmativement. Toutes ont retenu mes compétences de sage-femme plutôt que ma démarche d’ethnographe qui fait une thèse sur ce sujet. Enfin, lors du premier contact en tête à tête, une question de feeling et donc de confiance a également déterminé leur choix de participer à l’étude, sans que cela soit vraiment mesurable. Ce dernier aspect était essentiel pour deux raisons fondamentales : le caractère sensible des questions médicales en général (et le caractère intime propre à la gynéco-obstétrique en particulier), et l’accès subséquent aux sphères plus privées de la vie des enquêtées, dont la relation avec leurs familles. Tous ces aspects ont enrichi mon travail et, surtout, ont permis à la méthode de montrer, sinon ses qualités, du moins son potentiel.

9Les femmes m’ont fait part des raisons qui les ont poussées à participer soit au moment de la présentation, soit plus tard, une fois notre relation consolidée. Lors de notre première rencontre, une femme qui désirait un enfant, et qui avait accepté ma proposition, me précisa qu’elle m’appellerait dès qu’elle se saurait enceinte. Or, elle avait égaré mes coordonnées en raison des contraintes liées à son hébergement en hôtel social. Elle m’a donc sollicitée plus tard, quand elle les a retrouvées, pour me demander de l’« aide pour trouver une maternité ». Précisons que ni elle ni son mari ne parlait couramment français et que sans « aide », elle aurait eu du mal à entreprendre sa prise en charge. Une autre femme m’a indiqué plus tard qu’elle avait accepté ma présence après une conversation sur la pratique du ramadan pendant la grossesse. Elle n’avait pas abordé cette question avec les praticiens chargés du suivi médical, alors que la date du jeûne approchait. Une troisième a exprimé ses doutes quant à certains aspects plus opérationnels, comme le parcours des soins et les praticiens, n’ayant d’autres interlocuteurs susceptibles de la conseiller sur ces sujets. Une autre, enfin, a accepté dès notre première rencontre, en formulant ainsi sa motivation : « Oui, j’accepte, tu peux venir aux consultations avec moi. Ainsi tu peux m’expliquer des choses que je ne comprends pas » (notons que, avant de répondre à la moindre question, j’adressais les consultantes au professionnel pertinent, et ensuite je cherchais à savoir si leurs questions avaient été éclaircies). J’en ai pris la pleine mesure lors des consultations, en constatant qu’elle ne sollicitait pas les praticiens, même quand elle n’avait pas compris leurs explications. Leurs doutes expliquent leur choix d’être ainsi accompagnées.

Le sens de ma présence et les rôles qui m’ont été assignés

10Les attentes générées par la relation d’enquête découlent directement du rôle et des compétences que ces femmes m’ont attribués. Consentir à être suivie revêt alors un sens spécifique pour chaque enquêtée, d’autant plus que la méthode ethnographique implique une relation continue sur une longue durée et un échange au-delà de la seule observation. Cette relation est d’ailleurs soumise à plusieurs épreuves lors du travail de terrain, qui nous amènent à une triple analyse : celle du rôle que j’ai adopté (ou cru adopter) ; celle des rôles qui m’ont été assignés par les acteurs ; et celle des stratégies des personnes enquêtées, repérables à partir des séquences où ces rôles sont mis en évidence.

11Si mon approche consistait à accompagner des femmes enceintes aux consultations médicales, une bonne partie du travail de terrain a basculé vers un accompagnement de leur conjoint (à leur demande). Au début, parce que la date de validité de leur carte d’aide médicale d’État (AME) avait expiré au milieu du suivi médical et qu’il leur fallait effectuer plusieurs démarches pour la renouveler. À cela se sont ajoutées d’autres démarches sans lien avec la couverture médicale mais en rapport avec la précarité de leurs conditions de vie. Mon rôle initial à leur égard a alors évolué suivant les contingences qui se présentaient, parfois très éprouvantes. Mes compétences de sage-femme ont sans doute favorisé l’acceptation de ma présence en tant qu’enquêtrice, influençant de ce fait l’ensemble de l’étude. Outre ce supplément de nature médical, d’autres démarches étaient largement plus courantes : administratives, prises de rendez-vous pour épargner des déplacements, traduction, rédaction de documents, chauffeuse ou médiatrice si nécessaire. Peut-être cela peut-il s’expliquer par l’inadaptation des services au public accueilli.

12L’observation participante entraîne effectivement des échanges de natures distinctes selon leurs circonstances. Si la relation d’enquête opère aussi comme une relation de service bidirectionnelle, elle se consolide à partir des attentes de chaque interactant. Celles des femmes suivies pouvaient s’entrevoir à partir des services qu’elles m’ont demandés et des rôles qu’elles m’ont octroyés. Par exemple, lorsqu’une femme m’a attribué, dans la même journée, différents rôles en fonction de son interlocuteur, en l’occurrence son endocrinologue et son travailleur social. Elle m’a présentée comme sa sage-femme lors du premier rendez-vous, puis comme l’infirmière envoyée par un autre service social lors du second. Sa réaction lors de ces entrevues montre comment et dans quelle mesure une personne enquêtée peut déterminer le rôle de l’ethnographe dans le travail de terrain. Selon mon expérience et celle de beaucoup d’autres collègues, quelle que soit la manière dont on se présente, les acteurs attribuent leur propre sens à cette relation et le chercheur n’a pas toujours une marge de manœuvre satisfaisante. Dans le cas de cette informatrice, j’assumais la garde de sa petite fille durant les visites médicales, et la calmais parfois ; elle a donc fini par me classer dans la fonction que j’exerçais. De ce fait, elle a répondu à une autre praticienne que j’étais une amie : cela laisse penser qu’elle a alors considéré que le fait de s’occuper de l’enfant relève davantage des attributions d’une amie que d’une sage-femme qui l’accompagne. Mes rôles ont donc changé au cours de l’enquête. À ceux mentionnés, il faut en ajouter d’autres, comme celui de chauffeur de nuit, de médiatrice ou de traductrice – et donc source potentielle d’informations – selon les circonstances ou les besoins. Ces manières de me désigner face à un professionnel suggéraient la place que m’accordaient les enquêtées, et surtout le sens que prenait ma présence selon l’action, le contexte et l’interlocuteur.

Ce que les femmes attendent de la relation d’enquête, ou l’auto-délimitation de l’échantillon

  • 5 Certes, il se peut qu’elle n’ait pas souhaité ma présence, tout simplement. Toutefois ce qui import (...)

13La nature de l’échange dans le cadre du suivi ethnographique définit les stratégies des personnes enquêtées. Ces stratégies sont souvent mises en évidence par l’octroi mutuel des rôles dans la relation d’enquête. Il me faut signaler deux situations rencontrées en début de terrain, qui me semblent éclairantes à cet égard. La première concerne le refus d’une femme de s’impliquer dans mon étude et la seconde, les circonstances des rendez-vous initialement ratés. Le fait de décliner mon offre de rencontre malgré la lisibilité de ma démarche m’a interpellée. Par la suite, l’implication des autres femmes a pris un sens tout particulier. La raison de ce refus m’a permis d’établir une série d’éléments dont je devais tenir compte dans l’analyse du corpus de l’enquête. Ces raisons ont été formulées précisément5 : « J’ai beaucoup de personnes penchées sur ma grossesse, j’ai une grossesse à risque. J’ai beaucoup de consultations avec des spécialistes et ma famille vient aux consultations. Ça fait trop de monde. » Ce choix m’a amenée à interroger les attentes des femmes sollicitées et la nature d’un manque particulier que la relation d’enquête viendrait combler. Les différences entre les personnes suivies devenaient évidentes, concernant non seulement leurs ressources en général, mais surtout la manière de gérer ce qu’elles avaient identifié comme une carence. Plus concrètement : leurs possibilités d’accéder à une information pertinente et adaptée, afin d’obtenir une prise en charge médicale et/ou sociale conforme à leurs attentes.

14Chaque femme a identifié et exprimé, de manière plus ou moins explicite, ce dont elle avait besoin et/ou ce à quoi elle avait droit. Ce manque s’est manifesté sous diverses formes : elles ont parfois cherché à savoir un « quoi faire », parfois un « comment le faire », et souvent un « où le faire ». Cela indique le caractère dynamique et pluriel de leurs carences, non seulement dans une temporalité biographique personnelle, mais aussi dans une dimension transversale qui croisait les attentes de chacune d’entre elles. Cette dimension, en lien avec l’information relative à la santé et aux soins, rend compte de leur compréhension de certaines situations, notamment dans la sphère institutionnelle. Comprendre et s’approprier ces savoirs dépend autant des ressources et des informations disponibles autour d’elles que de leurs capacités à mener une enquête pour les obtenir. À titre d’exemple, on peut mentionner la capacité à s’approprier des termes médicaux et à les utiliser de manière pertinente selon le contexte et l’interlocuteur (comme évoquer ses pertes blanches chez l’anesthésiste et ne pas le faire chez l’obstétricienne lors de la consultation suivante, plus tard dans la même journée) ; ou, dans un autre domaine, lorsqu’on n’obtient une place pour les séances de préparation à la naissance qu’au bout de trois demi-journées d’appels à plusieurs numéros, pour se voir renvoyée sans cesse vers de nouveaux numéros.

Ce que les attentes des personnes enquêtées nous apprennent sur l’objet d’étude

15En définitive, qu’est-ce que la relation d’enquête nous apprend sur notre objet d’étude ?

16La question de départ était de comprendre dans quelle mesure la disposition à participer à ma démarche ethnographique s’est révélée être une variable pertinente pour améliorer la compréhension de mon objet. Certes, je ne présente pas ici tous les éléments du corpus utiles à mon propos, mais l’on peut déjà en tirer des enseignements pour la suite.

17Premièrement, les réponses à cette interrogation ont étayé un des résultats de ma thèse, à savoir que les femmes suivies ne reçoivent pas une information adaptée ou suffisante, ou du moins assez lisible et conforme à leurs attentes, pour accomplir leur prise en charge. Cela concerne le système de soins dans son ensemble, y compris le suivi médical. Dans leurs parcours de soins, l’absence d’orientation des agents et les réponses des soignants du type « on en parlera à une autre occasion » rendent compte de la difficulté à être guidée et informée, en raison notamment de cadences de travail impossibles à tenir. Ce constat s’applique à plusieurs services et différents types d’informations, comme à qui s’adresser, où, comment, pourquoi et quand. Ces derniers renseignements sont essentiels pour l’appropriation de leur suivi de grossesse, et donc pour leur autonomie en tant qu’usagères du système de soins.

18Dès lors, l’intérêt d’être accompagnée par une enquêtrice ayant des compétences de sage-femme est de plus en plus manifeste. Les interrogations subséquentes portent sur le lien entre les attentes dans la relation d’enquête et celles de la prise en charge. Le cas échéant, les raisons motivant chaque enquêtée à participer seraient liées au manque ressenti, sachant que celui-ci n’est ni spécifique ni transposable à un manque médical (par exemple garantir une prise en charge en toute sécurité) ou à une situation de précarité sociale, même si cette dernière entre souvent en ligne de compte.

19En définitive, les motivations des femmes à participer à ma recherche semblent suggérer une privation précise que la relation d’enquête viendrait combler. La nature de cette carence répond aux dimensions de précarité que je cherche aujourd’hui à cerner, à partir des raisons pratiques inspirant l’action des enquêtées. Quelle que soit la nature de cette carence, elle pourra alors être questionnée à partir des deux éléments signalés : le sens que les participantes donnent à l’étude, et les attentes que les femmes enquêtées ont à l’égard de la relation d’enquête.

Haut de page

Notes

1 « Bien-naître et bien-être. Ethnographie de la santé périnatale en Ile-de-France », thèse de doctorat en sociologie à l’EHESS de Paris, sous la direction de Nicolas Dodier (EHESS-Inserm) et Alain Cottereau (EHESS). Le terrain de cette thèse (2013-2016) a bénéficié des financements du projet RéMI (Réduire la mortalité infantile et périnatale) piloté par l’ARS-IdF, et du projet Trajectoires, piloté par le DHU « Risques et grossesse » (PRES Sorbonne-Paris-Cité), l’Inserm et l’AP-HP. L’enquête de terrain s’est déroulée entre 2013 et 2016, en plus des quatre années ultérieures durant lesquelles j’ai suivi (et je suis toujours) une des familles, certes de manière moins rapprochée mais toujours régulière.

2 Selon une définition normative (médicale) du terme. Dans le cadre du projet multidisciplinaire Trajectoires, j’ai interviewé certaines des participantes de la cohorte PreCARE, qui étudie les parcours de santé des femmes enceintes « en situation de précarité sociale ».

3 Je suis sage-femme, infirmière et anthropologue. J’ai travaillé pendant de nombreuses années en tant que praticienne dans plusieurs milieux comme la protection maternelle et infantile, les maisons de santé, les urgences, l’humanitaire, le bloc opératoire, les salles de naissance et le milieu carcéral. Je me suis ensuite consacrée à ma thèse en sociologie, et j’ai alors travaillé en tant qu’anthropologue (compte tenu de ma formation, maîtrise et master en anthropologie) dans les projets de recherche que j’ai décrits plus haut.

4 Par exemple, pour la prise en charge d’un éventuel accouchement inopiné extrahospitalier, ce qui aurait pu arriver lorsque je conduisais à la maternité, à deux heures du matin, une des femmes enquêtées qui avait des contractions intenses et rapprochées. Dans une telle situation, je tenais à ne pas me retrouver démunie d’un point de vue matériel, et donc incapable de la gérer efficacement (comme cela m’était arrivé dans un accident de la route quelques années auparavant). L’accouchement inopiné dans un taxi est en effet un incident classique, mais il s’avère que je n’étais pas, en quelque sorte, un chauffeur comme les autres.

5 Certes, il se peut qu’elle n’ait pas souhaité ma présence, tout simplement. Toutefois ce qui importe ici et a guidé mon raisonnement est l’explication qu’elle a donnée, par rapport aux réponses que j’ai récoltées lors de mes propositions d’accompagnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raquel Rico Berrocal, « Les attentes dans la relation d’enquête. Ce qu’elles nous apprennent sur l’objet d’étude »Anthropologie & Santé [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/7567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.7567

Haut de page

Auteur

Raquel Rico Berrocal

École des Hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre d'Étude des Mouvements sociaux (EHESS/CNRS/INSERM), 54 Bd Raspail, 75006 Paris (France), raquel.rico@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search