Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Socialisation à la recherche et p...Les sciences sociales comme clés ...

Socialisation à la recherche et parcours

Les sciences sociales comme clés d’analyse et d’amélioration des pratiques soignantes

Social sciences as a key to analyzing and improving health care practices
Benjamin Pilleron

Résumés

Infirmier de métier depuis 2012, j’ai construit ma posture et mes pratiques professionnelles avec l’appui des sciences sociales. L’objectif de ce texte est de montrer comment j’ai cherché à articuler sciences infirmières et sciences sociales. Pour ce faire, je me propose de revenir dans un premier temps sur la réalisation, en 2016, du projet de recherche infirmière « Social Sorting » (triage moral des patients aux urgences), puis sur le master de sociologie consacré à l’étude des discriminations et des inégalités que j’ai effectué en 2018. Cette double appartenance, aux sciences sociales et aux sciences infirmières, me permet aujourd’hui de développer une sociologie compréhensive de « l’action soignante ». Cette dernière, qui enrichit les deux disciplines, offre l’opportunité d’améliorer les pratiques cliniques. Par ailleurs, la recherche scientifique constitue un enjeu essentiel pour l’émancipation et le développement des professions paramédicales.

Haut de page

Notes de l’auteur

Note aux lecteur.rice.s : Dans cet article, je pratiquerai une écriture inclusive sensible à la réalité numéraire des populations concernées. J’utiliserai de fait essentiellement le féminin pour parler des soignantes car elles sont en majorité des femmes. Lorsque je m’exprimerai à propos population qui n’est pas marquée par une majorité d’hommes ou de femmes, j’utiliserai la forme suivante « patient.e ».

Texte intégral

Introduction

1Les sciences sociales ont toujours accompagné mon cheminement professionnel. J’ai saisi rapidement la richesse de ces dernières pour l’analyse des pratiques soignantes et des milieux de soins. En psychologie sociale, les travaux d’Henri Tajfel m’ont particulièrement permis d’appréhender les enjeux liés aux processus de catégorisation sociale. En sociologie, outre les travaux interactionnistes portant sur la santé (Goffman, 1961), les apports de Michel Foucault (1997) et de Didier Fassin (2015) au sujet de la biopolitique ont particulièrement contribué à orienter mon regard. Selon moi, les sciences sociales ouvrent la voie à une pratique soignante plus consciente et sensible. Je me propose dans un premier temps de revenir sur ma trajectoire professionnelle, qui ne constitue pas un exemple mais suggère un possible et, dans un second temps, de présenter les recherches que je mène depuis quelques années.

Naissance du Social Sorting 

2Après un baccalauréat littéraire et une brève expérience d’agent de service soignant au sein d’une structure appartenant à l’Association française contre les myopathies, je me suis engagé dans la poursuite d’une licence en soins infirmiers. Avec le recul, je ne saurais dire quelles motivations m’animaient alors, mais je sais qu’elles étaient naïves. Aujourd’hui, je crois que mon implication dans la santé, quelle qu’elle soit, comble mes aspirations à appréhender la complexité des rapports interpersonnels et de groupe. J’ai été diplômé en 2012 de l’Institut de formation en soins infirmiers du centre hospitalier du Mans. C’est durant cette formation qu’est né mon intérêt pour les processus de catégorisation sociale, ceux-là mêmes qui motivent mes recherches depuis près de huit ans. Lors d’une expérience de stagiaire infirmier au sein d’une maison d’arrêt, j’avais pris frontalement conscience de l’influence des préjugés sur mes pratiques et avais dédié mon mémoire à ce sujet. Pendant cette période de formation, je me suis appliqué à enrichir ma connaissance des sciences sociales en me plongeant dans divers ouvrages de psychologie sociale, de sociologie et de psychanalyse principalement. J’ai également effectué un travail de supervision avec un thérapeute qui m’a permis de m’investir dans un processus de réflexivité.

Le triage

3J’ai entamé ma carrière d’infirmier au centre hospitalier universitaire (CHU) d’Angers, en 2012. J’y ai exercé principalement dans le service des urgences adultes pendant six années. Après trois années d’exercice, j’ai connu une période de fatigue psychique et physique – rien de très original dans le contexte actuel des hôpitaux français sous tension. C’est en souhaitant poursuivre le travail réflexif mené en licence que j’ai réussi à redonner du sens à ma pratique soignante. Avec le soutien bienveillant d’un cadre de santé sensible et sensibilisé à la sociologie, et l’appui des acteur.rices de la maison de la recherche du CHU d’Angers, j’ai découvert l’existence de la recherche en sciences infirmières et d’un programme de financement : le programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale (PHRIP). Pendant une année, j’ai monté un projet de recherche observationnel, mixte et multicentrique intitulé « Social Sorting », qui a été sélectionné par le PHRIP et financé en 2016. Si la langue française permet d’utiliser indifféremment le terme « triage » pour désigner l’action de trier des objets ou des humains, la langue anglaise distingue quant à elle l’action de trier cliniquement les humains (triage) et celle de distinguer les objets (to sort). Le choix de nommer l’étude « Social Sorting » était une manière d’interroger le pouvoir des mots – ici la réification des patient.e.s induite par le terme neutre « triage ». Le but de cette recherche était d’identifier les critères moraux sur lesquels les infirmières s’appuyaient pour trier les patient.e.s et l’impact de ces derniers sur la prise en soins des patient.e.s et notamment la prise en charge de leurs douleurs. Ce projet s’intéresse plus globalement à l’activité de triage des patient.e.s aux urgences, et aux infirmières qui en ont la responsabilité.

4Ces infirmières spécialisées nommées « infirmières organisatrices de l’accueil » (IOA) ont pour mission d’effectuer un entretien d’accueil avec tou.te.s les patient.e.s qui se présentent dans les services d’urgences. En sept minutes, elles doivent d’une part faire la synthèse des dires du/de la patient.e et des acteur.rice.s périphériques à ce/cette dernier.e (entourage, médecin traitant, ambulancier.e, pompier, SAMU, etc.), et d’autre part réaliser un examen clinique (palpation, prise des paramètres vitaux). À l’issue de l’examen de la clinique et de la situation, elles leur attribuent un motif d’admission (douleur abdominale, hypotension, etc.) et un degré d’urgence entre 0 et 5, selon l’échelle de triage à leur disposition dans leurs services. Par exemple, si un.e patient.e se voit attribuer le degré 1 (urgence vitale), il/elle doit être vu.e immédiatement ; si elle/il se voit attribuer le degré 5, il/elle est jugé.e capable d’attendre un examen médical pendant quatre heures.

5Cette activité de triage est née sur les champs de bataille des guerres napoléoniennes, puis elle s’est développée durant le xxe siècle notamment pendant la Première Guerre mondiale avant de s’immiscer dans la médecine civile. La finalité de cette pratique est de pallier l’inadéquation entre la demande de soins et l’offre disponible en priorisant les patient.e.s les plus graves et susceptibles d’être sauvé.e.s. Dans les années 1980, le triage a été institutionnalisé dans les services d’urgences sous l’impulsion du « rapport Steg » (Conseil économique et social, 1989), pour répondre au flux exponentiel de patient.e.s qui se présentaient. Au fil des politiques de santé successives, les missions des services d’urgences se sont complexifiées et diversifiées. Les soins ne relèvent plus seulement de l’urgence traumatologique mais aussi de l’urgence médicale, psychiatrique, sociale et même de la non-urgence (prise en charge de pathologies chroniques, de patient.e.s âgé.e.s polypathologiques ou encore de patient.e.s « victimes » de la désertification médicale). Initialement assumé par les médecins, le triage est devenu une compétence infirmière dans les services d’urgences. Parce qu’historiquement les actes infirmiers sont ceux délaissés par les médecins, il me semble que cette délégation du triage d’une profession à l’autre traduit une requalification de cette tâche autrefois jugée prestigieuse et désormais considérée comme un « sale boulot » (Hughes, 1996). À ce jour, aucune pratique en France n’est homogène, les IOA sont plus ou moins formées et plus ou moins expérimentées en tant qu’infirmières, les échelles qui aident au triage des patient.e.s sont diverses et variées. Le triage est promu par la médecine d’urgence comme un outil fiable, reposant sur une catégorisation purement clinique et en cela imperméable à une quelconque catégorisation sociale.

Du social dans la clinique 

6L’observation de mes pratiques et de celles de mes pairs avait fait naître en moi le sentiment que ce triage, malgré ses objectifs initiaux, était perméable aux phénomènes de catégorisation sociale et conduisait à des discriminations et/ou des traitements différentiels. J’avais décelé chez moi une propension à soigner différemment les patient.e.s obèses et les patient.e.s alcooliques, défavorisant les premier.e.s et avantageant les second.e.s. Le processus de catégorisation sociale n’est pas biologique (Durkheim, 1898) mais repose sur des catégories acquises au fil des espaces de socialisation. Ces catégories permettent de lire le monde, de distinguer les humains et les non-humains. In fine, il permet à l’individu de se définir en s’affiliant à des groupes et en s’excluant d’autres. Le processus de catégorisation s’exprime d’après Jean-Baptiste Legal et Sylvain Delouvée (2008) à travers trois sphères : la sphère émotionnelle (le préjugé), la sphère cognitive (le stéréotype) et la sphère comportementale (la discrimination). Cette analyse a constitué le point de départ de l’étude que j’ai menée.

7En plus de cette prise de conscience, je réalisais que mon lieu d’exercice professionnel constituait un observatoire sociologique privilégié. Lorsque je l’ai saisi par la suite, mon métier d’infirmier s’est révélé me fournir un « costume » me permettant d’effectuer des observations sociologiques « incognito ».

8Pour mener cette étude, je me suis entouré de trois psychologues et nous sommes allés observer entre janvier et mars 2018, en partie « à couvert » (i.e. en ne révélant pas aux participants les objectifs de la recherche), cinq cent quatre situations d’accueil dans trois centres hospitaliers pour vérifier mon hypothèse. Le choix d’être « à couvert » s’est imposé rapidement car révéler ces objectifs aux infirmières observées aurait constitué un biais et une modification de leurs pratiques et de leurs propos. Je ne saurais assez remercier les IOA qui ont participé à l’étude. Elles ont en effet accepté d’être suivies en sachant qu’elles ne connaîtraient les finalités de l’étude qu’à l’issue de l’enquête – preuve véritable que les infirmières sont motivées à participer à l’activité de recherche. Au terme des observations, nous avons procédé à une longue analyse qualitative et quantitative dont la synthèse des résultats est en cours d’écriture. Celle-ci a révélé entre autres que près de sept patient.e.s sur dix faisaient l’objet de jugements moraux et que, dans de nombreux cas, cela influençait différents aspects du triage tels que le relationnel ou encore la prise en charge de la douleur. Certains des jugements moraux observés dans l’étude étaient liés à la race, à l’âge ou encore à la santé mentale. Concernant ces derniers, par exemple, les analyses ont permis de mettre en lumière que parmi les patient.e.s jugé.e.s comme relevant réellement ou supposément de la psychiatrie, un tiers présentaient finalement des pathologies uniquement somatiques. Ces jugements moraux conduisent concrètement les infirmières à ne pas attribuer le bon niveau d’urgence aux patient.e.s, ce qui potentiellement retarde la prise en charge d’une urgence. Cette étude centrée sur l’activité de triage et ses modalités permet de renouveler la lecture des travaux anciens sur cette thématique menés dans les années 1970 (Roth, 1972 ; Jeffery, 1979), et ceux réalisés plus récemment tels que les recherches de Carine Vassy (2000), de Jean Peneff (2005) ou encore de Guillaume Lachenal, Céline Lefève et Vinh-Kim Nguyen (2014).

L’université comme suite logique

9Souhaitant continuer mes recherches en sciences sociales, j’ai décidé de prolonger mon parcours universitaire en master. En 2018, les universités françaises ne me permettant pas de poursuivre dans un cursus de sciences infirmières qui réponde à mes attentes, j’ai choisi, comme certain.e.s de mes collègues, de m’engager dans une autre discipline. En raison de mes préoccupations scientifiques, j’ai opté pour une formation en sociologie. J’ai alors eu l’opportunité d’intégrer un nouveau master dispensé à l’université de Strasbourg : le master « Inégalité discrimination terrains enquête » (Inédite). Diplômé en 2020, je cherche désormais à mener une recherche doctorale et à développer un programme de formation consacré à la non-discrimination, que j’envisage de dispenser dans les établissements de santé. Cette formation en sociologie m’a permis d’approfondir encore l’analyse de l’activité de triage des patient.e.s. J’appréhende désormais cette pratique du triage plutôt comme une activité de distinction des vies humaines. Trier des patient.e.s revient à instaurer une frontière entre des vies considérées comme méritant d’être soignées en priorité et d’autres le méritant moins.

10Lorsque j’ai débuté dans la recherche, j’espérai pouvoir un jour être infirmier-chercheur au sein d’un hôpital. Cependant, la non-considération des infirmières, fussent-elles titulaires d’un master ou d’un doctorat, m’incitent à réinterroger la pertinence de ce projet. Je poursuis donc en sociologie avec le désir de trouver des espaces où prolonger mes recherches et transmettre les connaissances produites par les sciences sociales aux professionnels de santé, dans les formations initiales ou continues.

Quid de la recherche infirmière en France ? 

11En sus de l’acquis de connaissances, la formation en sociologie m’a permis d’analyser la profession infirmière et la recherche en sciences infirmières. C’est en 2010 que cette dernière s’est réellement développée consécutivement à la réforme licence-master-doctorat. En 2020, la première chaire de sciences infirmières s’est ouverte. Le mouvement est lent et il est intéressant d’étudier les raisons de cette lenteur. Parmi celles que je souhaite souligner : la conception du métier d’infirmière « made in France », les rapports de genre, les rapports de pouvoir entre professions et les volontés étatiques. Toutes ces logiques entretiennent une certaine interdépendance que je vais essayer de mettre en lumière.

12Au xixe siècle, lors de la conceptualisation d’un diplôme et d’un programme d’étude infirmière, deux grands modèles se sont confrontés en France. Le premier, disséminé par la voix d’Anna Hamilton, était basé sur les développements de Florence Nightingale. Il vantait une infirmière cultivée, ayant prise sur ses savoirs en étant l’égale des médecins (Diebolt & Fouché, 2011). Le second résultait de l’alliance entre Léonie Chaptal et le pouvoir étatique. Si cette philanthrope souhaitait promouvoir une formation exigeante, elle ne prônait pas une indépendance théorique et envisageait l’infirmière comme un personnel auxiliaire et soumise aux médecins (Diebolt & Fouché, 2011). Ce modèle a participé à légitimer les rapports de pouvoir entre infirmières et médecins, entre savoirs infirmiers et savoir médical, et a répondu aux objectifs de l’État qui, déjà à cette époque, souhaitait une main-d’œuvre plus efficiente que pensante. Actuellement, des décisions au sein de la profession vont dans ce sens. La disparition des épreuves écrites de sélection dans les écoles d’aide-soignante et les injonctions étatiques de diplômer à tout prix, quitte à rabaisser le niveau d’exigence dans l’évaluation des mémoires de fin de licence des étudiantes infirmières, laissent à penser que les logiques qui prônent l’infirmière exécutante plus que pensante et autonome se sont pérennisées dans le temps. Dévaluer ces mémoires qui sont justement des portes d’initiation à la recherche, c’est donc, à mon sens, considérer l’activité de recherche en sciences infirmières comme une activité qui n’est pas indispensable.

13Enfin, outre les orientations imposées par l’État, le genre constitue un argument complémentaire pour expliquer le sort des sciences infirmières. Lorsqu’une infirmière en France souhaite faire de la recherche et que son projet nécessite un financement, la voie principale est celle des PHRIP. D’expérience, je considère qu'il faut un an pour construire un projet de recherche avant d’oser le soumettre aux sélections. En effet, ce long travail est réalisé sur le temps personnel des professionnelles, les hôpitaux ne libérant pas de temps aux infirmières pour cela. Je suis un homme, j’étais célibataire et sans enfant. Les infirmières sont majoritairement des femmes et bon nombre sont mères. Ceci fait obstacle à la capacité d’une infirmière à se lancer dans la recherche durablement.

Le triple rôle de la recherche en sciences sociales

14La recherche sur les soins est au service des patient.e.s et des soignant.e.s. Elle permet, comme ce fut le cas avec l’étude « Social Sorting », de mettre au jour des vulnérabilités. J’avais intitulé mon mémoire de licence « Les sciences sociales : nouvelle clé dans l’analyse des pratiques infirmières ». Aujourd’hui, je promeus plus encore l’utilisation des savoirs des sciences sociales. La psychologie sociale et la sociologie sont les disciplines avec lesquelles je me suis familiarisé et leurs savoirs constituent pour moi des clés pour l’amélioration des pratiques. Les soignantes sont des agentes du social ; il semble indispensable qu’elles exercent en conscience. Appréhender les mécanismes du social permet entre autres de déconstruire l’idéal-type de l’infirmière « naturellement bienveillante » et d’apporter aux soignantes des clés pour appréhender leurs pratiques. Enfin, la recherche sur les soins est, pour elles, une voie d’émancipation et cela à deux titres. D’abord, c’est en prenant le pouvoir sur la constitution des savoirs propres à leur profession que les praticiennes de demain pourront accéder à leur reconnaissance sociale. Ensuite, le regard du/de la chercheur.se en sciences sociales permet le dévoilement des coercitions qui assujettissent les professions paramédicales.

Haut de page

Bibliographie

HUGHES E.C., 1996. « Le regard sociologique. » Essais choisis, Paris, Editions de l’EHESS.

DIEBOLT E. et FOUCHÉ N., 2011. Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938). Paris, Éditions Publibook Université.

DURKHEIM E., 1898. « Représentations individuelles et représentations collectives », Revue de Métaphysique et de Morale, 6, 3 : 273-302.

FASSIN D., 2015. Le Gouvernement des corps. Paris, Editions de l’EHESS.

FOUCAULT M., 1997. Il faut défendre la société. Cours au Collège de France 1975-1976, Paris, Gallimard.

GOFFMAN E., 1961. Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

LACHENAL G., LEFÈVE C. et NGUYEN V., 2014. « Le triage en médecine, une routine d’exception », In LACHENAL G., LEFÈVE C. et NGUYEN V. (dir.), La Médecine du tri. Histoire, éthique, anthropologie. Paris, PUF: 1-25.

LEGAL A. et DELOUVÉE S., 2008. Préjugés, stéréotypes et discriminations. Paris, Dunod.

PENEFF J., 2005. L’Hôpital en urgence, Paris, Editions Métailié.

JEFFERY R., 1979. « Normal Rubbish : Deviant Patients in Casualty Departments », Sociology of Health & Illness, 1, 1 : 90-107.

ROTH J. A., 1972. « Some Contingencies of the Moral Evaluation and Control of Clientele : The Case of the Hospital Emergency Service », American Journal of Sociology, 77, 5 : 839-856.

CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL, 1989. L’Urgence à l’hôpital (rapport présenté par M. Adolphe Steg). Paris, Direction des journaux officiel. [en ligne], https://www.europeana.eu/fr/item/9200520/ark__12148_bpt6k3320020m (page consultée le 5 novembre 2020).

VASSY C., 2000. « “Vraies” et “fausses” urgences : comment trier les usagers ? », In SCHWEYER F. X. et CRESSON G. (dir.), Les Usagers du système de soins. Rennes, Presses de l’EHESP : 193-212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Pilleron, « Les sciences sociales comme clés d’analyse et d’amélioration des pratiques soignantes »Anthropologie & Santé [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/7687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.7687

Haut de page

Auteur

Benjamin Pilleron

Université de Strasbourg (France), Socioformpilleron@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search