Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Expériences de terrainL’anthropologue effondré. Récit d...

Expériences de terrain

L’anthropologue effondré. Récit d’un enquêteur malade

The Weary Anthropologist. Account of an Ailing Investigator
Etienne Quinn

Résumés

Ce texte est le récit d’une mésaventure survenue à l’auteur lors d’un terrain ethnographique. Alors qu’il enquêtait sur les pratiques agricoles dans un village de la Sierra Nevada (Andalousie, Espagne), l’anthropologue fut pris d’une forte fièvre qui le cloua au lit pendant une dizaine de jours, suscitant la sympathie des habitants du village. À partir de cette expérience de “malade” sur le terrain, l’auteur propose une réflexion sur la relation enquêteur/enquêté, qui souligne la tension entre distanciation et immersion, rigueur méthodologique et flexibilité ethnographique, et qui pose la question du positionnement de l’anthropologue vis-à-vis de celles et ceux dont il partage le quotidien, dans un contexte de soins.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’hiver 2018-2019 a été sec sur les contreforts de la Sierra Nevada. Il a plu deux cent quatorze millimètres entre octobre et novembre, puis plus rien. Un désastre pour les agriculteurs, un véritable plaisir pour moi qui, arrivé d’Alsace, me prélasse sous le soleil de l’hiver méditerranéen – carnet en main, évidemment. Le 20 avril cependant, un samedi, veille de la Pâques, un événement donna lieu à une évolution certaine dans le déroulement de mon enquête.

2La chronique échappa aux pages de mon carnet, mais fut soigneusement reportée dans mon journal de terrain. Je propose ici de décrire ces impressions, afin de me servir de la situation inattendue dans laquelle je me suis retrouvé pour opérer un retour réflexif sur le rôle qui m’a alors été assigné, et pour souligner la complexité du positionnement de l’anthropologue sur le terrain, dans un contexte de soins.

Une indisposition soudaine

3Ce matin-là, lorsque je me réveille, le ciel est gris, il menace de pleuvoir. S’il pleut, la vie agricole s’interrompt. Or, ce sont les pratiques agricoles que je suis venu étudier. Voulant mettre à profit les six mois que j’ai prévu de passer en Espagne, je décide tout de même de sortir pour rendre visite à un berger que je fréquente, Jose Manuel.

4Lorsque j’arrive à sa bergerie, il est déjà en vadrouille. Je commence à suivre le parcours tracé par les déjections de chèvre les plus fraîches dans l’espoir de le retrouver. Mais, rapidement, il se met à pleuvoir. Trois gouttes d’abord, puis à verse. Ici, lorsqu’il pleut, il pleut ! L’accumulation annuelle est le fait, en moyenne, de cinquante jours de pluie seulement. J’abandonne, je décide de rentrer : je n’observerai rien d’intéressant aujourd’hui.

5Alors que, au volant de ma voiture, j’accuse les nombreux virages qui me séparent du hameau où j’ai élu domicile, Mecina Alfahar, je suis pris de sueurs froides et de vertiges. Deux jours auparavant, j’avais accompagné Jose Manuel de bonne heure. N’ayant pas anticipé la fraîcheur de l’aube, je ne m’étais pas couvert. J’ai dû attraper froid. J’arrive dans mon petit appartement, j’allume un feu, je fais bouillir de l’eau, et j’en profite pour continuer le calque d’une carte, mettre à jour mon journal de terrain et trier mes photos. La journée passe, le soleil se couche, je m’endors.

6Ça cogne dans ma tête. Je transpire, je me retourne, me découvre, me recouvre, je grelotte, j’ai soif. Je me lève, titube, bois. Ma transpiration me glace la peau. La nuit aura été longue.

7Au point du jour, sortir de mon lit est une épreuve. Le froid a accompagné la pluie. La maison que j’occupe n’est rien de plus que parpaings empilés et ciment ; aucune isolation. Cela fait des heures que le feu est éteint, et la température ne doit pas dépasser les cinq degrés Celsius dans ma chambre. On est à l’extrême sud de l’Europe continentale, certes, mais à près de mille mètres d’altitude. Huit couvertures en laine synthétique me couvrent, la pluie bat les fenêtres qui ouvrent tout le flanc sud de ma chambre. De l’eau goutte du plafond, au pied de mon lit. De la buée s’échappe de ma bouche lorsque je respire : l’humidité est là, partout.

8C’est le dimanche de Pâques aujourd’hui. Emilio, homme de 84 ans, qui est à la fois le propriétaire de la maison que j’occupe et l’un de mes interlocuteurs principaux, m’a invité à prendre le déjeuner chez lui.

9Mille milligrammes de paracétamol me permettent d’évacuer les vertiges et d’avoir une sensation d’appétit. Le soleil fait une vive apparition. Je me sens mieux, me redresse, et décide de ne rien dire de mon état de santé à Emilio, ni à son épouse, Isabél. Je veux me montrer fort, confiant, digne ; garder la face. On ne badine pas avec l’honneur en Andalousie.

10Le repas s’achève, je tiens le coup, puis me retire, à l’heure de la sieste, dans mon appartement. Là, le tourment reprend de plus belle. Moi qui avais pourtant cru à l’illusion chimique...

De l’enquêteur au patient

11Je passe les deux jours suivants enfermé, à faire fumer la cheminée. Je ne sors que pour acheter le pain que j’abandonne ensuite sur ma table. Je me nourris exclusivement d’infusions. Je me sens seul, terriblement seul. Allongé devant mon poêle où j’ai déplacé le matelas de mon lit, je transpire sous mes couvertures et habille mon isolement de multiples souvenirs, de visages familiers et amicaux. Je divague. Tantôt je rêve, tantôt j’ai des hallucinations. De la sueur perle à mon front et mes membres frissonnent. Cela ne m’était jamais arrivé auparavant.

12Le troisième jour, un mercredi, à huit heures du matin, on frappe à ma porte. Je me hisse. La nuit, mes rêves ont la texture d’hallucinations. Cela fait longtemps que je n’ai plus d’antidouleurs. Je dois parcourir cinq kilomètres en voiture pour pouvoir en acheter, ce qui est hors de question. Vu les vertiges qui font tout tourner autour de moi, je n’arrive même plus à marcher droit. Mais cela m’importe peu : on m’a toujours dit qu’il n’y avait rien à faire contre la fièvre, et qu’il fallait juste attendre. Je stagne au fond du gouffre, mais je ne veux pas d’aide, je veux y arriver seul. Ma condition ne concerne que moi.

13J’ouvre la porte. C’est Isabél. Elle me dévisage, me demande si je vais bien, ce à quoi je réponds, faiblement, par un hochement de tête. Ça pourrait aller mieux. Elle m’apprend que l’on parle de moi dans le hameau : on m’a vu me traîner jusqu’au local où, tous les jours, Miguel Angel vient vendre son pain. On dit, dans le village, que je n’ai pas bonne mine. Elle me demande si j’ai de la fièvre. Je n’en sais rien, je n’ai pas de thermomètre, lui dis-je, mais j’ai des frissons. Elle veut que je vienne chez eux, au moins le temps de prendre ma température. Et aujourd’hui, on est « el día del médico », le jour du médecin. C’est une femme qui occupe cette fonction dans les trois hameaux de la commune de Válor. À Mecina Alfahar, elle donne ses consultations dans un local situé juste au-dessus de leur maison. Isabél a déjà pris pour moi un rendez-vous : elle avait appelé la veille, inquiète de ne plus me voir vagabonder dans le village.

1441° C. Isabél a l’air contrariée, elle relance l’opération. Emilio, son mari, est assis dans le fauteuil en face de moi, et me regarde, la bouche serrée. Même résultat. La télévision, comme à son habitude, est branchée sur une chaîne d’informations « 24 h ». Le son est très élevé et me fait mal à la tête. Isabél va chercher du paracétamol dans un placard, et allume un feu dans la cheminée. Je me couvre, m’allonge sur le canapé. La matinée avance, il pleut toujours. Emilio ne sort pas, il reste là, avec moi, me jette des regards. Il a rapidement arrêté de me parler, dès l’instant où il a remarqué à quel point c’était pour moi un effort – pour ne pas dire une peine – de lui répondre. Il est dans de beaux draps, l’anthropologue, s’il n’a même plus la force de communiquer. Inutile de vous dire que mon carnet était resté sur ma table de chevet depuis plusieurs jours.

15La chimie fait son effet. Ma température baisse, je le sens. À 9 h 30, Isabél vient me dire qu’il est temps pour moi de monter voir le médecin.

16La salle d’attente fait suite à un sas. Carrelage au sol, on est en Méditerranée. Pas de chauffage. Six places assises, seulement deux libres. Le hameau compte à peine plus de cent habitants, mais il y a déjà une douzaine de personnes qui attendent. Certaines sont debout dans le sas, la cigarette aux lèvres. Elles accueillent mon entrée de regards et de signes de tête. D’autres sont venues pour accompagner des proches, ou simplement pour voir. Il y a beaucoup de personnes âgées dans le hameau, et pas grand-chose pour se distraire. Les infos sur la chaîne 24 h tournent en boucle. Souvent, on s’ennuie. Alors la visite chez le médecin fait office de divertissement hebdomadaire. Je reconnais Concha, Maria Josefa, Gabriel, Carmen, et d’autres. Isabél aussi est passée en consultation plus tôt, simplement pour s’assurer qu’elle se porte bien, me dit-elle. Tous me regardent quand je rentre, tous me connaissent. Je m’installe. Je porte cinq couches de vêtements, avec en prime un pull en laine, un bonnet et une écharpe. Je suis pâle, j’ai mauvaise mine. On m’observe, mais je n’ose regarder personne. Je me sens vulnérable. J’ai honte d’exposer ainsi mes failles. Je me sens pitoyable. Ce n’est pas le rôle que je veux jouer. L’anthropologue, me dis-je, est censé être solide, maître de lui-même, de ce qu’il dit et fait, sans quoi il ne peut paraître digne de confiance. Le malade, lui, est fragile. Telle était, à ce stade de ma formation universitaire, ma vision – certes romantique – de l’attitude à adopter en tant qu’ethnographe.

17Vient mon tour. Isabél, attendant près de la porte, profite de la sortie d’un patient pour échanger deux mots avec le médecin. Je suis gêné de passer devant les autres, je suis le plus jeune de la salle d’attente. Mais Isabél me fait de grands signes, et vient même me saisir par le bras. Elle reste avec moi pendant la consultation. C’est elle qui parle avec le médecin, bien que j’eusse pu m’exprimer moi-même. Elle semble ravie de ma dépendance. Moi, je la laisse faire, je n’ai pas la force de la contrarier.

18Le médecin me demande de m’exposer torse nu. Dure épreuve : il fait froid. Isabél veut m’aider. Je me dépêche pour qu’elle comprenne que j’y arriverai seul. Morsure du stéthoscope, sur la poitrine puis sur le dos. Prise de température. Rien de plus, elle me prescrit des antidouleurs à la codéine et des antibiotiques. Isabél saisit immédiatement l’ordonnance ; elle la donnera à son fils aîné Paco, pharmacien à Laroles, à dix kilomètres de là. Il fait une « tournée » pour livrer des médicaments, tous les jours à 15 h, entre Laroles et Ugíjar (chef-lieu du canton), et passe par Mecina Alfahar.

19La journée avance, Isabél arrive à me faire avaler le quart d’une « tortilla de papa » (omelette à la pomme de terre), et quelques olives noires avec une infusion et du miel. Le soir, j’insiste pour rentrer. Je ne veux pas être un poids pour mes hôtes. On me laisse partir à condition que je revienne le lendemain à la première heure.

20Le jeudi se déroule dans la même ambiance, jusqu’à l’arrivée de Charo, une voisine de cinquante ans qui, ayant vécu vingt ans à Béziers avec son mari, Pepe, dit « el Francés » (le Français), a été jugée par Isabél plus à même de prendre en charge mon cas.

21On reprend ma température. Elle dépasse toujours les 40° C. Isabél et Charo s’éloignent, discutent à voix basse, rapidement. Charo retourne chez elle, déclarant que je vais passer la nuit dans sa maison mais que, avant, elle veut m’emmener au poste d’urgence du centro de salud (maison médicale) d’Ugíjar. Il est hors de question que je conteste, je le sens à son ton.

22Emilio commence à me parler. Je n’ai pas envie de répondre. Il insiste. J’entends « Jose Manuel », « cabras » (chèvres). Il me demande si Jose Manuel me donne du lait. Je réponds vaguement que oui. Il me demande si je le fais bouillir avant de le boire. Bien sûr. Combien de fois ? Une seule. Ce n’est pas suffisant : trois ébullitions distinctes seraient nécessaires, selon lui. Nécessaires à quoi ? Je ne comprends pas. Il me parle de fièvre. Puis répète à plusieurs reprises « la fiebre Malta », la fièvre de Malte (brucellose). Il insiste là-dessus. Le paracétamol fait effet, les lumières reprennent leur aura habituelle, j’arrive à me concentrer sur son visage. Il est sérieux, ses traits tirés, ses lèvres pincées, le regard sévère. Il recommence avec son discours tant de fois entendu : un jeune de mon âge n’a rien à faire ici. Agriculteur, c’est un métier sale, ingrat. Me voici malade : ce n’est pas pour rien. Bien évidemment, je devrais être en ville, à l’université, insiste Emilio, plutôt que de perdre mon temps dans les champs. Ce que je fais dans son village, il dit ne pas le comprendre. D’ailleurs, je commence aussi à m’interroger sur les motifs de ma présence, face à ma présente inutilité.

23Je dors.

24Lorsque je me réveille, il fait nuit. Isabél a disposé un peu de jamón (jambon sec) sur une assiette, avec des olives, un peu de salade verte, du confit de coing et une tortilla. On mange tous dans le même plat, comme à l’habitude. Moi, je mange comme jamais ; j’ai faim, je me sens mieux. Je suis bercé par le paracétamol.

25Charo arrive, me conduit chez elle, dix mètres plus bas, dans la même ruelle. Elle m’installe dans l’ancienne chambre de sa fille, partie vivre à Grenade. Pepe el Francés est là pour m’accueillir. Je le connais bien, je suis déjà allé l’aider dans sa finca (parcelle), pour labourer puis semer des pommes de terre. À peine mes affaires sont-elles posées que l’on redescend à la voiture. Le trajet se fait dans le silence. Bien entendu, c’est Charo qui me conduit.

26Il est 22 h. Seule, une vieille femme attend dans la salle d’attente. Son mari est avec le médecin. Je tousse, j’ai du mal à respirer. Je sens mes poumons lourds. La femme me regarde et dit d’un air méprisant, à l’attention de Charo : « Le petit a besoin d’aller à l’hôpital. Il est dans un mauvais état. »

27Charo ne répond pas.

28Le médecin me serre la main. On m’ausculte à nouveau. Encore une fois, on ne me laisse pas vraiment parler ; c’est Charo qui s’en occupe. Bien entendu, elle parle très bien le français, et me traduit en partie leurs échanges. Le médecin craint une pneumonie. Je dois aller faire une prise de sang et une radio à l’hôpital de Motril, à deux heures de route, dès le lendemain. En attendant, il me propose une « piqûre ». Je refuse. Alors il me donne deux gélules à avaler. Il me dit qu’elles ne sont plus autorisées – tout en restant vague –, mais qu’elles me permettront d’avoir une bonne nuit de sommeil, ce dont mon corps a besoin. Effectivement, je dors comme un loir. Sans compter que la chambre est chauffée, que mes draps sont propres et que je ne suis plus seul.

29Le lendemain, à 7 h, Charo m’emmène. Deux heures en voiture, on a le temps de discuter. Je lui parle de ma famille, de mon passé ; elle me pose de nombreuses questions. Il est vrai que je suis un étranger qui interroge, souvent sans gêne, d’autres personnes sur leur vie, alors qu’elles ne savent pas grand-chose de moi. Jusqu’à présent, mes situations d’enquêtes se limitaient principalement à l’espace agricole : les champs. Il était rare que mes interlocuteurs – eux-mêmes occupés à réaliser l’une ou l’autre tâche agricole – prennent le temps de s’intéresser à moi, outre les questions habituelles, qui visaient une réponse concise : Tu viens d’où ? Tu étudies quoi ? Et ta famille ? Ils s’appellent comment ? Tu restes combien de temps ? Etc. Plus encore, mon sujet d’étude m’amenait à fréquenter des hommes. Le monde agricole est exclusivement masculin dans les villages où j’ai centré mon étude. Mes interactions avec les femmes restaient très superficielles ; on m’orientait le plus souvent vers le mari, le frère, le fils, bref, celui qui, au vu de l’intérêt de ma recherche, était plus à même de me renseigner. De là, les modalités comportementales que je tentais d’adopter en tant qu’anthropologue (la volonté de maîtrise de soi dont je parle plus haut) : elles correspondent aux critères de la masculinité typiques en Méditerranée (Peristiany & Pitt-Rivers, 1992 ; Pitt-Rivers, 1954 et 1983).

30Nous arrivons. Salle d’attente, consultation, salle d’attente, prise de sang, salle d’attente, radio, salle d’attente, consultation. Trois heures plus tard, on m’apprend que mon foie a une activité anormale. On craint une hépatite. On va envoyer mon sang à un laboratoire d’analyses. La pneumonie est écartée, on me prescrit un autre type d’antibiotique. Charo me lorgne d’un œil suspect. Je dors sur le trajet du retour.

31Dans les jours qui suivent, il y a des problèmes de transmission. Les résultats des analyses sanguines ont été égarés. Je dois retourner le mercredi suivant en consultation à Mecina Alfahar. Depuis lundi, je n’ai plus de fièvre. Mais je reste chez Charo et Pepe jusqu’au mercredi pour reprendre des forces. Au début, Charo prend ses précautions. Elle ne sait pas dans quelle mesure les hépatites peuvent être contagieuses. Sans réponse de la part de l’hôpital, j’ai droit à une sorte de quarantaine.

32Entre temps, la nouvelle s’est répandue. Le dimanche, il y a eu une fête dans le village. Les épouses des hommes élus à la Comisión de fiestas (Commission des fêtes) ont préparé un puchero de garbazos (bouillon de pois chiches), afin de récolter des fonds pour la fête du village, la San Anton (Saint-Antoine), qui a lieu entre le 13 et le 15 janvier. On m’a réservé une assiette, que l’on m’a apportée dans mon retranchement. Jose Manuel est venu me rendre visite, il s’inquiétait de mon état. Isabél aussi passe fréquemment. Elle veut pouvoir répondre aux commérages villageois.

33Jusqu’à ce que je reçoive les résultats de la prise de sang, deux semaines plus tard, la honte de l’hépatite planait sur moi. On l’associait à deux choses : soit à des pratiques sexuelles pour le moins douteuses (l’Espagne tolère la prostitution et la ville d’El Ejido, sur la côte, concentre de nombreuses maisons closes), soit à l’alcoolisme ; dans les deux cas, il s’agit de comportements jugés immoraux par les villageois. Une fois l’hépatite écartée (il s’est avéré que l’activité anormale de mon foie était certainement due aux gélules que m’avait fait avaler le médecin du centre d’urgences d’Ugíjar), mon cas n’intéressait plus les commérages.

34Mais cette mésaventure a eu des conséquences que je n’ai pu réellement mesurer qu’en sortant de mon état de léthargie ethnographique. Bien sûr, le temps passé sur le terrain est crucial pour le degré d’intégration que l’anthropologue peut espérer atteindre. Plus le temps passe, plus celui-ci aura l’occasion d’être observé, donc connu. Alors, plus on s’ouvrira à lui. Mais certains événements, qui échappent toujours au contrôle du chercheur (et pour lequel : « c’est le terrain »), peuvent être des sortes de “catalyseurs d’intégration”.

35Il est dès lors devenu commun, dans mes interactions avec les habitants de Mecina Alfahar, d’évoquer cet épisode. Pepe, que j’accompagnais souvent aux champs, en riait souvent. Pour lui, j’avais vraiment vécu avec eux, « Parce que la vie, ce n’est pas que le bien ». Isabél, elle, a commencé à m’appeler hijo (fils), et ne ratait plus une occasion de m’inviter chez eux. Et ce n’est pas là un terme vide de sens. J’étais tenu de lui rendre visite tous les jours, sans quoi elle venait me trouver ; et les autres villageois se référaient à elle pour s’informer à mon sujet. En outre, les invitations se sont multipliées, à tel point que j’ai quitté le village sans avoir pu toutes les honorer. Cet événement m’a aussi ouvert la porte du monde féminin, me permettant de dépasser l’« encliquage » (Olivier de Sardan, 2008 : 93-94) initial, déterminé par mon sujet d’étude.

36En somme, je n’étais plus simplement “de passage” : je vivais pleinement dans le village. J’étais devenu un autre « voisin », quelqu’un avec qui l’on partage le cycle de ses joies et de ses peines, avec qui l’on s’arrête pour discuter au coin d’une ruelle. L’évolution de ma relation avec Isabél qui, la première, s’est souciée de mon cas, témoigne de mon implication dans le réseau des obligations sociales du village, par la création d’une parenté fictive (Blondet & Lantin Mallet, 2017).

Distanciation et implication

37Sur le terrain, je ne cessais jamais de noter, de réfléchir aux liens entre ce que l’on me disait et ma problématique de recherche ; je parlais peu et n’allais que rarement vers l’autre sans que l’initiative n’intéresse mon enquête : récolter des données, observer des situations, recenser des actions et des discours qui me permettraient, in fine, d’écrire un rapport et d’avancer certains postulats théoriques. Je cherchais à multiplier les points de vue en développant un réseau d’informateurs aussi étendu et hétérogène que possible, pour ensuite pouvoir recouper entre elles les données accumulées et tendre vers l’objectivité (Olivier de Sardan, 2008). Ma hantise était de me fermer à de potentiels informateurs. Il me fallait rester sur mes gardes, mesurer mes paroles et mes actes : ne pas être irréfléchi dans mes discours et maintenir une distance avec mes interlocuteurs. Je redoutais qu’une implication trop poussée ne finisse par gêner le déroulement de mon enquête et, a posteriori, la portée heuristique de ses résultats.

38Or, croulant sous le poids de la fièvre, j’ai été forcé de laisser filer ma posture de chercheur distancié. En l’occurrence, Isabél m’avait assigné le rôle social du “malade” dont on doit prendre soin. Je me suis ainsi retrouvé au centre de son attention. La fragilité de ma santé m’a réduit à un état de dépendance (à la fois physique, sociale et affective), et le lâcher-prise provisoire qui en a résulté n’a pas été sans incidence sur mes relations d’enquête. Si j’avais eu tendance, jusque-là, à me comporter comme une personnalité inatteignable – cette « froide machine à produire des corpus » dont parle Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008 : 195) –, cet événement m’a permis d’être, par et pour mes interlocuteurs, inscrit « dans un groupe et une histoire précis » (Blondet & Lantin Mallet, 2017 : 54), c’est-à-dire formellement identifié.

39J’ai voulu ici mettre en lumière la complexité de ma position sur le terrain, et décrire, à partir de cet exemple, les ambiguïtés relationnelles propre à la situation d’enquête, en insistant sur un point en particulier : si le recul critique constitue la condition sine qua non de la qualité scientifique de toute recherche en sciences humaines, l’anthropologue doit parfois faire preuve de flexibilité dans son application. Dans la situation décrite ici, mon “relâchement” m’a non seulement permis de composer avec le contexte événementiel auquel j’ai dû faire face, mais aussi d’en « tirer profit » (Vidal, 1997). En opérant, ici même, un retour réflexif sur cette contingence particulière, mon implication d’alors devient partie intégrante de ma compréhension actuelle des principes gouvernant les relations villageoises, plus spécifiquement le statut de l’étranger et les rapports de confiance. Malade, je n’ai eu d’autre choix que de confier mon état de santé à mes interlocuteurs. J’ai contribué par là, et à mon insu, à briser ce qui restait de retenue entre eux et moi : le jeu de la confiance se joue à deux, et tant que subsiste chez l’autre une part de mystère, on ne se livrera jamais pleinement à lui.

Haut de page

Bibliographie

BLONDET M. et LANTIN MALLET M. (dir.), 2017. Anthropologies réflexives : modes de connaissance et formes d’expérience. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., 2008. La Rigueur du qualitatif : les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant.

PERISTIANY J. G. et PITT-RIVERS J. A. (eds), 1992. Honor and Grace in Anthropology. Cambridge, Cambridge University Press.

PITT-RIVERS J. A., 1954. The People of the Sierra. New York, Criterion Books.

PITT-RIVERS J. A., 1983 [1977]. Anthropologie de l’honneur : la mésaventure de Sichem. Paris, Le Sycomore.

VIDAL D., 1997. « Recherche de terrain et contexte évènementiel », In AGIER M. (dir.), Anthropologues en dangers : l’engagement sur le terrain. Paris, Éditions Jean-Michel Place : 31-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Quinn, « L’anthropologue effondré. Récit d’un enquêteur malade »Anthropologie & Santé [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/7768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.7768

Haut de page

Auteur

Etienne Quinn

Institut d’ethnologie, UFR LSHS (Lettres, sciences humaines et sociales), 22 rue René Descartes, bâtiment Le Patio, 67084 Strasbourg Cedex (France), etiennequinn@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search