Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Expériences de terrainAux confins de la quarantaine : l...

Expériences de terrain

Aux confins de la quarantaine : les zombies de notre monde

On the Edge of a Quarantine : Zombies of Our World
Veronica Gomez-Temesio

Résumés

Ce texte est basé sur un récit de terrain, celui de la mise en quarantaine de l’auteure pendant l’épidémie d’Ebola qui a frappé la Guinée entre 2014 et 2015. Alors qu’elle réalisait un terrain ethnographique au centre de traitement Ebola de Wonkifong, Veronica Gomez-Temesio a vécu un incident de biosécurité et elle est tombée malade peu après. Suspectée d’avoir contracté Ebola, elle a été placée en quarantaine pendant plusieurs jours. Ce texte raconte son parcours en parallèle de celui de plusieurs patients du centre de traitement dans lequel elle a travaillé. À travers ces histoires croisées, le texte interroge les politiques du tri de la médecine humanitaire pour mettre en lumière l’inégalité des vies. Il relate ainsi comment un incident de terrain a amené l’auteure à penser la figure du zombie dans ces travaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mon enquête de terrain a été réalisée dans le cadre du volet de sciences sociales du programme de r (...)

1En 2015, je débutais une recherche en Guinée sur le traitement des patients dans les centres humanitaires de quarantaine Ebola dirigés par différents intervenants de la communauté internationale1. Dans ce cadre, j’entamais une enquête ethnographique de plusieurs mois dans le centre de traitement Ebola (CTE) de Wonkifong, situé à quelques kilomètres de la ville de Coyah. Ce centre, inauguré le 31 décembre 2014, avait été construit au plus fort de l’épidémie. Là-bas, je constatais d’abord la matérialisation des politiques du tri de la médecine humanitaire (Lachenal et al., 2014) et de ce que Didier Fassin a décrit comme « les politiques de la vie » (Fassin, 2007, 2018). Dans quelle mesure peut-on dire que toutes les vies n’ont pas la même valeur ? Certaines sont sauvées à tout prix tandis que d’autres ne le sont simplement pas. De ce terrain et de l’expérience de la quarantaine déshumanisante qu’il imposait à celles et ceux qui y séjournaient, naquit en moi une réflexion sur les zombies (Gomez-Temesio, 2018 ; Gomez-Temesio & Le Marcis, 2017), ou comment une discrimination basée sur la race crée, au cœur même du dispositif humanitaire et des politiques de santé globale au nom desquelles il agit, une classe de laissés-pour-compte. Les zombies, ce sont ceux qui, encore vivants, sont enfermés dans un centre de quarantaine et traités comme déjà morts. Ce sont aussi ceux qui, considérés comme déjà morts, luttent néanmoins pour la vie, pour la reconnaissance politique et sociale de leur existence. Les zombies, ce sont au sens propre les morts-vivants de notre temps. Et les épidémies au cours desquels ils sortent de l’ombre, que ce soit celle du VIH, de la Covid-19 ou d’Ebola, mettent ainsi en lumière les marges de notre monde postcolonial (Gomez-Temesio, 2020). Cette lutte du zombie, son confinement entre la mort biologique et la mort sociale, n’est que rarement articulée avec des mots sur le terrain : elle s’observe, elle se ressent (Gomez-Temesio, 2019). Et durant les premiers mois de cet intense travail de terrain, j’ai vécu une expérience qui m’a permis de poser des mots sur mes premières observations et d’articuler de manière analytique ce dont j’avais été le témoin, lorsque j’ai été moi-même mise en quarantaine. J’ai ainsi pris un jour le chemin du zombie. Mais blanche et occidentale, j’ai été protégée par les mêmes acteurs qui animaient les mécanismes que j’observais alors. Je fais ici le récit de cette expérience. Elle a marqué profondément mon travail de terrain.

Photo 1 - Le Centre de Traitement Ebola de Wonkifong. Guinée, 2015, © Gomez-Temesio

2Le 3 avril 2015, un homme en ambulance arrive aux abords du CTE de Wonkifong. Il est suspecté d’avoir contracté Ebola. Dans ce centre, les malades d’Ebola sont isolés dans l’attente de leur guérison ou de leur mort. En effet, il n’y a que deux façons de pouvoir quitter le centre : une fois guéri, sans plus aucune trace du virus en soi, ou par la morgue.

Photo 2 - Se protéger. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio

3Lorsque le véhicule arrive au centre, il se gare directement en zone rouge vers la salle de tri. Des hommes habillés dans des combinaisons qui évoquent celles des cosmonautes viennent aider l’homme à sortir du véhicule et l’installent dans la salle de tri. Aux médecins, le patient ne fait état d’aucun signe clinique pouvant être relié distinctement à Ebola. L’homme a des aigreurs d’estomac qu’il explique par la prise de piment avec son repas, la veille. Pourtant, dans la salle de tri, la suspicion est de mise au sein du corps médical. Un principe fédère l’ensemble des travailleurs du CTE : les patients mentent constamment car ils ont peur de la mise en quarantaine. Par conséquent, il ne faut pas prendre au sérieux leurs déclarations. Comme l’indique un infirmier, « Ebola est une guerre. Une guerre qu’on ne gagnera pas ici, mais qu’il faut mener dans les communautés ». Au moment du tri, le corps médical procède donc à une enquête qui dépasse le cadre clinique. On y sonde les pensées intimes des patients, pour démêler le vrai du faux. Un individu qui pénètre dans cet espace est ainsi, par défaut, déjà suspect. Face à l’homme, la troupe des soignants entame l’interrogatoire du patient. D’où viens-tu ? Quels sont tes symptômes ? As-tu eu des contacts avec une personne malade ? T’es-tu rendu à un enterrement ? As-tu voyagé ? De loin, l’homme nous répond, intimidé. Cette scénographie, la gaucherie du patient, son envie de bien faire, sa peur apparente, tout cela me rappelle un documentaire de Raymond Depardon, 10e chambre, instants d’audience. On y voit des mères de famille debout devant le juge, humiliées pour un excès de vitesse, des jeunes dealers sollicitant une seconde chance, des prostituées tentant de plaider leur bonne foi. Malgré leurs différents parcours, tous sont préoccupés par une seule et même chose : donner les bonnes réponses aux juges. Mais quelle est la réponse correcte dans une salle de tri pendant une épidémie d’Ebola ? En définitive, ces individus sont pratiquement tous placés en isolement dans le centre.

4Malgré l’incertitude planant sur le statut de ces patients en attente de dépistage, l’emplacement qui leur est réservé se trouve à l’intérieur de la zone rouge. Il jouxte ainsi deux autres tentes où sont placés les patients atteints d’Ebola. Si des mesures sont prises pour protéger le personnel soignant – ils portent des combinaisons de protection –, rien n’est fait en revanche pour protéger les patients les uns des autres. Dans cette tente, les individus attendent les résultats de la réaction de polymérisation en chaîne (PCR) qui est pratiquée à leur arrivée. Cet examen permet de détecter le virus dans le sang d’un individu. C’est une procédure complexe qui requiert plusieurs heures. Pendant ce temps, les individus attendent dans un espace fermé où sont regroupés cinq à dix lits, selon les besoins. Les toilettes sont partagées.

5Revenons à l’homme qui est arrivé ce matin. Plusieurs heures ont passé depuis qu’il a été admis. Ses cris retentissent maintenant dans la zone rouge. Son test vient de revenir. Il est négatif. Mais le soulagement a rapidement cédé à la peur puis à la panique. « Pourquoi est-ce que je ne sors pas ? » Un soignant lui explique la procédure. « Tu dois rester ici deux jours. Pour que le test Ebola soit fiable, il faut le répéter quarante-huit heures après le premier prélèvement de sang. » L’homme insiste. La présence d’un jeune homme entré quelques heures après lui l’inquiète. Son sang a été prélevé beaucoup plus tard. Le résultat ne sera peut-être pas là avant le lendemain matin. « Laissez-moi sortir ! Ce gamin va me contaminer, il dit qu’il a envie de vomir. » Le médecin-chef est alerté : « il nous ment pour sortir, j’ai vu le garçon, il n’a pas vomi. » Un soignant tente de raisonner l’homme avec bienveillance. « Ne t’inquiète pas. Reste sur ton lit et il ne t’arrivera rien. Ebola ne vole pas. » Les patients enfermés dans le CTE n’ont ainsi plus d’autres droits que d’être là, tant que le virus fera corps avec eux. Leur séjour dans cet espace humanitaire n’incarne donc pas un droit à un traitement médical. Il constitue une obligation de quarantaine.

Photo 3 - La tente des patients à l’intérieur de la zone rouge. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio

6À quel danger les individus en attente de dépistage sont-ils exposés ? Est-il possible d’être contaminé sur place ? Cette question provoque l’embarras parmi le personnel soignant. Mais elle ne requiert peut-être pas de formulation à haute voix. Il suffit d’observer la tente réservée aux patients qui attendent d’être dépistés. Au milieu de cet espace d’incertitude et de promiscuité, le personnel circule en combinaison de protection et s’astreint aux mêmes mesures de protection que dans les tentes où sont regroupés les malades atteints d’Ebola. Si le danger est donc bien présent dans les protocoles de biosécurité établis pour le personnel, il est amoindri, voire passé complètement sous silence, pour les patients transférés dans cette zone. Le risque est au mieux évoqué dans les quelques recommandations faites en général à la fin du triage : « ne touchez pas aux autres patients », « essayez de rester dans votre coin ».

Photo 4 - Un soignant pose avec un enfant avant sa sortie de la zone rouge. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio

7Puisqu’Ebola ne connaît pas de traitement, le but d’un CTE est ainsi autant, voire plus, d’isoler que de soigner. Il permet de casser les chaînes de transmission à l’intérieur de la société. Le CTE ne garantit pas la survie d’un patient. Il est conçu pour protéger les personnes qui sont à l’extérieur en isolant le virus. Celles qui attendent les résultats risquent une contamination et sont ainsi sacrifiées pour un objectif qui les dépasse : stopper le virus. Ainsi, le dispositif humanitaire mis en place en Guinée pendant l’épidémie n’avait pas comme objectif ultime de sauver des vies guinéennes, mais visait à contenir le virus en Afrique et à sécuriser les vies qui comptent vraiment : celles des pays du Nord.

8Un jour, une femme a été placée en quarantaine avec sa fille. Cette dernière est décédée rapidement. Lorsque les soignants sont venus prendre le corps, la mère a violemment protesté. Elle voulait nettoyer elle-même le corps de sa fille. Les soignants ont refusé. La femme a menacé le personnel : si quiconque osait approcher le corps de sa fille, elle arracherait la combinaison de protection. Finalement, la mère a accepté la levée du corps uniquement si les personnes chargées de transférer sa fille à la morgue étaient des femmes. Pendant qu’elles manipulaient le corps, la mère a sorti une chaise à l’extérieur de la tente et a fait mine de se désintéresser de la situation. Elle nous a tourné le dos toute la soirée.

Photo 5 - La morgue vue de l’extérieur de la zone rouge. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio

9Le lendemain, elle a interpellé les soignants qui se dirigeaient vers la morgue.

« – Vous allez enterrer le corps maintenant ?

– Oui, lui a répondu le soignant.

– Et moi, alors, quand est-ce que je la vois ?

– Toi, tu as eu l’occasion hier. Maintenant, tu ne peux plus. »

10Quelques instants plus tard, le corps de sa fille a été chargé dans l’ambulance garée près de la zone rouge. Six autres cadavres accompagnaient sa fille pour ce dernier trajet. Alors que je passais près de la barrière, je l’ai vue guetter le véhicule. La sentiment de solitude qui se lisait dans son regard m’a causé une peine profonde. Elle m’a interpellée : « Alors, le corps est dans l’ambulance ? [Oui.] Je peux jeter un petit coup d’œil ? »

11Cette formulation naïve m’a déroutée. Le « petit coup d’œil » aurait impliqué la vue de son enfant, emballé dans un sac en plastique, entassé avec d’autres corps. Je pensais que cette femme avait perdu l’esprit, et que ce que nous avions fait à ces corps était impardonnable. La femme fixait toujours le véhicule au loin. Elle s’est avancé et a commencé à ouvrir une porte située à l’entrée de la zone rouge qui permettait à l’ambulance de se garer à côté de la salle de tri. Au lieu de reculer, je me suis avancée à mon tour vers elle. Si ce moment me hante encore, je n’explique toujours pas pourquoi j’ai agi contre tout bon sens. Si ce n’est que cette femme a provoqué en moi une tristesse infinie, et qu’un élan irréfléchi m’a poussé vers elle pour lui venir en aide. Et ainsi, sans m’en rendre compte, j’ai pénétré sans protection aucune dans la zone rouge. Nous sommes restées ainsi, elle et moi, plusieurs minutes. Puis des cris ont retenti. Mes collègues se sont enfin rendus compte de ma bêtise. J’ai alors réalisé avec horreur ce que j’avais fait et suis ressortie immédiatement.

Photo 6 - Entre deux tournées dans la zone rouge, le matériel de protection sèche au soleil après désinfection. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio

12Quelques jours plus tard, je suis tombée malade. Nous venions de commencer un atelier de travail avec le collectif de chercheurs dont je faisais partie. J’ai commencé par m’isoler dans ma chambre. Mais une heure plus tard, j’ai réalisé que j’avais de la fièvre. J’ai appelé un collègue. Nous avons convenu que l’affaire était sérieuse et qu’il fallait que je parte pour être mise en quarantaine rapidement afin d’être testée. J’ai bien évidemment ressenti de l’effroi, mais, je n’étais pas non plus fataliste. Je ne voulais pas que l’on m’enferme avec des gens malades. Je pensais alors au Centre de traitement des soignants (CTS), un centre entièrement dédié aux soignants et aux expatriés, dirigé par l’armée française. Le traitement y était supposé de bien meilleure qualité que celui d’un CTE classique. Mon collègue m’a rassuré : « tu y auras une chambre individuelle pendant que tu attends le résultat de la prise de sang. » Nous avons entamé les démarches pour m’y faire admettre. Nous avons alors appris que je devais me rendre d’abord au CTE de Conakry géré par Médecins sans frontières (MSF). Il fallait que je passe par une séance de tri là-bas afin d’être admise en ma qualité de travailleuse de première ligne par les militaires français. Je m’y suis donc rendue.

13Là-bas, au vu de mes symptômes et du lien épidémiologique, le médecin a déclaré que j’avais très probablement été infectée par Ebola et a demandé au CTS de m’admettre. Pourtant, nous avons essuyé un refus de la part des militaires. Il n’y avait plus d’ambulance disponible et ils ne procèderaient à aucune admission après 20 heures. On ne pouvait pas non plus me laisser repartir du CTE si j’étais malade : je devenais alors un danger pour les autres. Le médecin a tenté de me rassurer : « Je ferai en sorte que l’on désinfecte correctement une place pour toi ce soir. » Je serai cependant logée dans la même tente que les autres personnes en attente de dépistage. Toutes les particules de mon être regrettaient d’avoir accepté de venir en ce lieu. Je m’étais dénoncée et c’était une erreur. J’avais attiré sur moi l’attention des autres : ma liberté de mouvement ne m’appartenait plus. Puis mon téléphone a sonné. C’était une responsable de MSF à la voix chaleureuse et rassurante : « Ne t’inquiète pas, il n’est pas question que tu passes la nuit dans notre CTE. On va déroger à la règle et t’accueillir chez nous. Nous avons des chambres d’isolement où nous allons quand nous sommes malades. C’est réservé à notre personnel, mais nous allons faire une exception. » J’y ai passé une nuit hantée par de mauvais rêves. Je me sentais néanmoins rassurée : j’avais échappé à une quarantaine dangereuse.

14Le lendemain matin, une ambulance est venue me chercher pour m’emmener au CTS. À l’arrivée sur la base militaire, le véhicule s’est garé à l’entrée du centre. On m’a escortée à l’intérieur de la zone rouge dans une grande tente. Celle-ci était divisée en petits compartiments de toiles blanches de quelques mètres seulement. Lorsque je suis passée près du premier, j’ai aperçu ce que j’ai cru être une momie sur une table d’auscultation. L’idée m’a traversé qu’on allait m’enfermer avec des morts. Mais cette pensée a été chassée par les médecins qui m’ont demandé d’entrer dans l’une des petites cellules. Je pensais d’abord qu’il s’agissait d’une nouvelle séance de tri. Mais lorsque l’on m’a demandé d’enlever tous mes habits pour revêtir le costume des patients, j’ai réalisé avec anxiété que cette cellule était en réalité ma chambre. On a procédé immédiatement à une prise de sang et ils m’ont laissée seule avec mon nouvel environnement. Une table d’examen médical comme lit, deux seaux pour les besoins et les déchets, aucune fenêtre. La petite cellule était éclairée par un immense néon placé juste au-dessus du lit. Je repensais à la « momie » avec qui je partageais cet espace. Elle n’était pas morte. C’était simplement quelqu’un qui était là depuis plus longtemps que moi. Je me fabriquais une protection avec des draps et restais longtemps prostrée. Un souhait puissant est alors monté en moi : « Faites que le test soit positif ». Sans que sa présence ait été confirmée dans mon corps, le virus avait cependant déjà légitimé mon incarcération. Il avait légitimé le fait que l’on me demande d’enlever mes habits devant des gens pour vêtir le costume officiel des détenus d’Ebola. Je n’avais pas le droit de dormir, de lire, de sortir. J’étais filmée pendant que je faisais mes besoins dans un seau. Si le test était positif, je savais que je serais rapatriée. J’imaginais les conditions meilleures en France. Je ne pouvais imaginer passer quarante-huit heures dans cet espace confiné.

15Le test est revenu négatif une dizaine d’heures plus tard. Bien évidemment, j’ai été soulagée. Avais-je vraiment souhaité être malade ? Cela paraissait fou. Mais j’y repensais souvent par la suite. L’enfermement est une expérience profondément anxiogène et transformatrice. Il signifie, au sens propre, privation : privation de la liberté et de la reconnaissance d’être qui l’on est. Face à cette perte, même provisoire, le futur a peu d’importance. En mon for intérieur, j’avais, même momentanément, préféré une maladie souvent fatale, mais qui me permettrait des conditions de soins acceptables en Europe plutôt qu’une quarantaine inutilement déshumanisante. Je ne voulais pas uniquement rester en vie. Comme le zombie, je voulais être reconnue dans mon existence sociale. Je refusais d’être traitée comme déjà morte.

16Mon séjour au CTS s’est poursuivi. Le dernier jour, la température a grimpé. Je suis restée uniquement vêtue d’un slip toute la journée. Je n’avais pas complètement oublié la caméra qui me filmait, mais je savais que personne ne prêtait attention à ma nudité. Je me souvenais de mes allées et venues dans la zone rouge du CTE de Wonkifong. De nombreux malades y sont nus. Certains parce qu’ils ont chaud, d’autres parce qu’ils saignent ou se sont souillés. Si la nudité choque à la première visite, elle devient complètement banale par la suite. Ceux qui se trouvent de ce côté de la barrière sont considérés par les autres comme des zombies : des corps quittés par la vie sociale, uniquement animés d’un instinct de survie biologique. Au fil des mois, j’ai tissé des liens avec plusieurs patients guéris (Gomez-Temesio, 2018). J’étais rentrée régulièrement en zone rouge quand ils y séjournaient. Si je me souviens clairement d’une multitude de corps nus, éparpillés, par terre ou sur les lits, je ne peux que rarement remettre ces visages connus sur les corps d’alors. Ici encore, au-delà de la survie biologique, ce qui était en jeu dans la relation entre les malades et le dispositif humanitaire, c’était la mort sociale.

17Quarante-huit après ma première prise de sang, un second prélèvement a été réalisé. Quelques heures plus tard, le médecin-chef m’a appelé au téléphone. C’était une bonne nouvelle. J’allais sortir. Deux infirmières sont venues me chercher pour me conduire à la traditionnelle douche chlorée qui marque la sortie de la quarantaine. Je me souviens d’une puissante montée d’adrénaline au moment de quitter la tente. L’infirmière tentait de me calmer : « Fais doucement, nous devons encore te donner des consignes. » Je me rappelle lui avoir répondu comme si j’étais droguée : « Je m’en fous, je m’en fous, on y va. »

18La douche se trouvait à la limite de la zone rouge. Lorsque je suis arrivée, de nombreux militaires étaient de l’autre côté de la barrière qui séparait les tentes des patients du reste de la base militaire. Ces personnes venaient assister à ma sortie. J’ai commencé à enlever mes habits lorsqu’un militaire a sorti son téléphone portable pour me prendre en photo. L’infirmière qui m’accompagnait l’a interpellé énergiquement pour lui dire d’arrêter. Je suis finalement entrée dans la cabine et me suis lavée avec une solution chlorée. Puis on m’a donné de nouveaux habits et je suis sortie. Le médecin-chef est venu vers moi et m’a embrassée en déclarant : « c’est la bise de rigueur pour les sorties. » D’autres soignants m’entouraient. Tout le monde me souriait. On m’a offert à boire. Le type au téléphone portable s’est joint à nous. Pas pour s’excuser, mais pour prendre une nouvelle photo. « C’est quand même sympa une sortie, il faut garder un souvenir. » La mienne allait donc agrandir ce catalogue virtuel, dispersé dans des dizaines, voire des centaines de téléphones portables. Les sorties sont systématiquement photographiées par les soignants. Le patient, réhabilité, garde finalement le stigmate de son ancien statut.

19Ainsi, l’épisode s’est achevé. Je suis retournée à MSF quelques jours plus tard pour les remercier. Je n’avais jamais eu le virus en moi. Ils m’avaient donc véritablement évité un risque de contamination. Ceux qui ont pris cette décision ont eu une démarche profondément humaine, solidaire et courageuse envers une inconnue. Ils ont passé outre les lois de leur organisation pour me venir en aide. Je ne pourrai jamais assez les remercier : c’est peut-être grâce à eux que j’écris aujourd’hui ces lignes, que je mène une vie normale, que j’ai eu la chance de donner naissance à deux enfants dans les années qui ont suivi cette quarantaine. Mais qu’en est-il des autres ?

  • 2 Après leur sortie, je n’ai plus revu ces enfants et j’ignore s’ils ont été contaminés. Cependant, d (...)

20Une après-midi d’avril au CTE de Wonkifong, un père est arrivé avec ses trois enfants malades. Il n’y avait pas de lien épidémiologique connu dans l’entourage. Le paludisme était le scénario le plus probable. Mais, dans le doute, les médecins ont décidé de placer les enfants dans la zone rouge. Le père a été prié de partir. Alors que la presse internationale faisait état, chaque jour, des « réticences des populations », cet homme a obéi aux ordres des médecins et a quitté ses trois enfants apeurés, sans même protester. Le lendemain, tous les tests sanguins sont revenus négatifs, tandis que celui du paludisme, lui, était positif. Cependant, un nouveau malade était arrivé et avait été transféré dans la même tente que les enfants. On n’a pas dérogé à la règle : les enfants sont restés en quarantaine quarante-huit heures de plus avec lui alors qu’il était très mal en point. Son test s’est avéré positif à Ebola par la suite. Les trois enfants n’ont pas eu ma chance : personne ne leur a offert un traitement de faveur. Ils ont partagé leur espace de vie plusieurs heures durant avec une personne extrêmement contagieuse2.

Photo 7 - La vie en quarantaine. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio

21L’homme du début de mon récit, ces trois enfants et moi-même avons été enfermés au nom des mêmes procédures de biosécurité. Suspectés d’être des porteurs du virus, nous avons été isolés. Cette quarantaine nous a été imposée, et momentanément, nous n’avons plus eu d’autres droits, pas d’autres choix, que de nous cantonner à ce nouveau rôle, celui d’un corps contaminé. Nous avons fait l’expérience qu’une fois le doute installé, l’individu ne fait plus qu’un avec Ebola. Il est réduit à un objet toxique qu’il faut extraire de la société. Mais au-delà de ces similitudes de condition, nous n’avons pas été enfermés de la même manière. Mon histoire a rapidement fait le tour de la communauté des expatriés de Conakry. Tout le monde trouvait normal le geste exceptionnel de MSF. Il était impensable qu’on m’ait laissé risquer une contamination aussi bêtement. Ma vie – même pour ceux qui ne me connaissaient pas – avait donc une valeur élevée : une valeur profonde et sacrée. Cela paraissait aller de soi. Mais qu’en était-il alors de la valeur de la vie de ce premier patient et de celles de ces trois enfants ? Parce qu’ils étaient noirs et guinéens et parce que j’étais blanche et étrangère, j’ai eu droit à un traitement de faveur. Au cœur de la médecine humanitaire, quand certaines vies sont sauvées à n’importe quel prix, d’autres ne le sont simplement pas.

Ce texte s’appuie sur une recherche qui a bénéficié du financement du fonds européen Horizon 2020 projet 66092 REACTION ainsi que de celui de l’ERC State Formation Through the Local Production of Property and Citizenship (Ares (2015)2785650 – ERC-2014-AdG – 662770-Local State). En 2015, j’ai ébauché une première version de mes souvenirs de quarantaine à l’appel de Frédéric Le Marcis et Vinh-Kim Nguyen que je remercie chaleureusement ici. Je salue enfin Médecins sans frontières et ceux qui y travaillent. Je n’ai pas oublié ce que je leur dois : la vie, probablement.

Haut de page

Bibliographie

FASSIN, D., 2007. « Humanitarianism as a Politics of Life », Public Culture, 19, 3 : 499-520.

FASSIN D., 2018. La Vie. Mode d’emploi critique. Paris, Le Seuil.

GOMEZ-TEMESIO V., 2018. « Outliving Death : Ebola, Zombies, and the Politics of Saving Lives », American Anthropologist, 120, 4 : 738-751.

GOMEZ-TEMESIO V., 2019. « Feeling Like a Caiman : Bodily Experiences of Corruption », Critique of Anthropology, 39, 2 : 172-187.

GOMEZ-TEMESIO V., 2020. « Lives That Matter and Others That Don’t : Thoughts from Europe about this New Pandemic », [en ligne], www.americananthropologist.org/2020/07/02/lives-that-matter-and-others-that-dont-thoughts-from-europe-about-this-new-pandemic/ (page consultée le 6/11/2020).

GOMEZ-TEMESIO V. et LE MARCIS F., 2017. « La mise en camp de la Guinée. Ebola et l’expérience postcoloniale », L’Homme, 222 : 57-90.

LACHENAL G., LEFÈVE C. et NGUYEN V.-K. (dir.), 2014. La Médecine du tri. Histoire, éthique, anthropologie. Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Mon enquête de terrain a été réalisée dans le cadre du volet de sciences sociales du programme de recherche REACTION coordonné par Frédéric Le Marcis, Vinh-Kim Nguyen et Sylvain Faye. Mon enquête s’est déroulée dans le CTE de Wonkifong de février à septembre 2015. Je poursuis depuis lors mes recherches en Guinée.

2 Après leur sortie, je n’ai plus revu ces enfants et j’ignore s’ils ont été contaminés. Cependant, des contaminations de ce type ont eu lieu à Wonkifong durant mon terrain.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo 1 - Le Centre de Traitement Ebola de Wonkifong. Guinée, 2015, © Gomez-Temesio
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Photo 2 - Se protéger. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7828/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Photo 3 - La tente des patients à l’intérieur de la zone rouge. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7828/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Photo 4 - Un soignant pose avec un enfant avant sa sortie de la zone rouge. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7828/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Photo 5 - La morgue vue de l’extérieur de la zone rouge. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7828/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Photo 6 - Entre deux tournées dans la zone rouge, le matériel de protection sèche au soleil après désinfection. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7828/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Photo 7 - La vie en quarantaine. Guinée, 2015, ©Gomez-Temesio
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7828/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Veronica Gomez-Temesio, « Aux confins de la quarantaine : les zombies de notre monde »Anthropologie & Santé [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/7828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.7828

Haut de page

Auteur

Veronica Gomez-Temesio

Université de Copenhague (Danemark), vgt@ifro.ku.dk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search