Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Ecritures alternativesDessiner pour repenser : valorisa...

Ecritures alternatives

Dessiner pour repenser : valorisation d’un projet de recherche-action sur le thème de l’interprétariat en santé mentale

Drawing to reconsider: optimizing an action research project on the theme of linguistic interpreting in the context of mental health
Stéphanie Larchanché et Daria Rostirolla

Résumés

Comment articuler la recherche en anthropologie de la santé avec les pratiques de terrain ? Comment proposer une critique constructive de ces pratiques ? Comment disséminer les résultats de la recherche au-delà des frontières académiques ? Chercheuses anthropologues et professionnelles de santé mentale, nous présentons ici les résultats d’une recherche-action menée dans cinq centres médico-psychologiques (CMP) d’Île-de-France, dont l’objectif était de former les professionnels au travail avec un interprète. À l’aide de dessins humoristiques, nous souhaitons repenser le processus de recherche d’abord pour les auteures elles-mêmes, mais également pour les professionnels qui travaillent en contexte transculturel et auxquels s’adressent ces vignettes, en mettant en lumière de manière bienveillante les points critiques de l’enquête. Le dessin humoristique, réalisé par l’une des auteures, sert ainsi de mécanisme de transmission et de conscientisation. Il permet de traduire de manière créative des observations de terrain, et d’en valoriser les messages-clés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans cet article, les auteures restituent, à l’aide de dessins humoristiques, la genèse et le déroulement d’un projet de recherche-action mené sur l’interprétariat en santé mentale. Ce projet émerge de l’expérience d’un centre médico-psychologique (CMP) non sectorisé, le centre Minkowska, qui accueille depuis presque soixante ans des personnes migrantes et réfugiées. Le Centre Minkowska promeut la « compétence culturelle » dans les pratiques cliniques et sociales. Cette approche, qui s’inscrit au croisement de l’anthropologie de la santé et de la psychiatrie transculturelle (Larchanché, 2020), suggère que le succès de la rencontre entre un professionnel et un patient ou un usager en situation transculturelle réside moins dans l’expertise culturelle du premier par rapport au cadre de références culturelles du second, que dans sa capacité à se décentrer de son propre cadre de références pour accéder et trouver des passerelles avec celui de l’autre. Au-delà, la compétence culturelle implique une prise en compte des déterminants sociaux de la maladie et de la souffrance psychique, ainsi qu’une bonne maîtrise de la communication. Il va de soi que dans le contexte des consultations transculturelles, en l’absence de langue partagée, la communication nécessite l’intervention d’un interprète ou médiateur linguistique et culturel.

2Précisons que nous avons toutes deux une double formation en anthropologie et en psychothérapie (thérapeute analytique pour l’une, psychologue clinicienne pour l’autre), et que nous exerçons au Centre Minkowska. De plus, nous intervenons régulièrement en tant que formatrices auprès de professionnels du secteur médico-social ainsi qu’auprès d’interprètes-médiateurs. Nous portons donc sur notre pratique un regard à la fois décentré et impliqué. Cette double posture de chercheure et d’actrice de terrain nous amène spontanément à développer une méthodologie visant à la fois l’acquisition de connaissances scientifiques et la transformation des pratiques sur le terrain, ce que l’on appelle « recherche-action ». Ainsi, fortes de ce positionnement de terrain, et constatant l’importance de la problématique linguistique dans les obstacles à la prise en charge des patients migrants et réfugiés, nous avons réfléchi à des pistes d’amélioration. Dans ce texte, nous retraçons les étapes d’un projet de recherche-action ayant pour objectif de sensibiliser les professionnels de la santé mentale au travail avec l’interprète. L’idée de recourir au dessin nous est venue en fin de projet, à l’invitation de la revue à contribuer de façon originale à un numéro anniversaire. Daria Rostirolla ayant des compétences en illustration, elle s’est mise à esquisser de manière humoristique une situation clé de la recherche-action. De cette proposition spontanée est né un échange sur la fonction du dessin, à la fois comme outil réflexif pour les auteurs-chercheures sur leur propre projet, comme restitution originale du projet auprès des lecteurs de la revue, et comme outil pédagogique potentiel pour les professionnels destinataires de la recherche. C’est dans le cadre de cette élaboration que d’autres illustrations sont nées, retraçant à la fois la genèse du projet, sa réalisation et ses actions. Le style humoristique des illustrations a une portée à la fois pédagogique et didactique. Tout d’abord, en exagérant les situations rencontrées sur le terrain le recours à la caricature a pour objectif d’ouvrir une fenêtre critique cherchant à interroger le lecteur et à l’amener à établir des liens avec la partie descriptive du texte. L’humour est également utilisé comme ressort bienveillant de décentrement pour tout professionnel qui pourrait se reconnaître dans chaque vignette, et ce afin qu’il prenne mieux conscience de sa posture et de son impact.

Parcours d’exil, parcours de soins

3Selon les dernières statistiques de l’Institut national de la statistique et des études économiques (2016)1, 38 % des immigrés de la métropole résident en Île-de-France et, parmi eux, la majorité sont des nouveaux arrivants : demandeurs d’asile, déboutés et réfugiés. C’est parmi ces derniers que le problème de la langue se pose le plus souvent. Or, les traumas liés à leurs parcours d’exil et les difficultés administratives et sociales rencontrées dans la société d’accueil engendrent souvent une souffrance psychique. La problématique linguistique ne fait qu’aggraver leur situation, et c’est souvent dans l’urgence que l’orientation vers les services de santé mentale s’opère. Les professionnels du soin font alors face à des situations cliniques graves, pour lesquelles ils n’ont pas d’outil à disposition immédiat, tels que l’interprétariat professionnel.

4En ce qui concerne les immigrés résidant en France depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies, si la problématique de la langue se pose moins fréquemment, la question des représentations de la maladie et de la souffrance peut elle aussi faire obstacle à la communication. Elle peut engendrer des malentendus qui créent de la souffrance psychique ou qui l’aggravent. Elle mène à des impasses dans la prise en charge, et à des errances institutionnelles, les professionnels étant rarement formés à la compétence culturelle et ne trouvant pas de réponses aux demandes incomprises des patients. Enfin, s’il faut se garder de généraliser en faisant l’amalgame entre immigration et précarité, il est cependant utile de souligner que les immigrés sont davantage vulnérables aux difficultés sociales (statut administratif et logement précaires, chômage, discrimination à l’emploi, etc.) qui engendrent elles aussi de la souffrance psychique. Comme décrit par des nombreux auteurs (Kobelinsky, 2010 ; Larchanché, 2020), une fois en France, les personnes migrantes empruntent des trajectoires sociales et sanitaires complexes qui s’ajoutent aux parcours d’exil : le poids de l’implicite, la méconnaissance de la langue, la complexité des institutions (et de leurs acronymes !) constituent les obstacles de parcours qui s’apparentent à des chemins d’escalade en montagne, à « des hauts et des bas » incessants.

Texte de la planche 1 de BD : France, CADA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile), OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), HUDA (Hébergement d'urgence pour demandeurs d'Asile), 115, CMU (Couverture maladie universelle), 115, AME (Aide médicale de l’État), CNDA (Cour nationale du droit d'asile), PASS (Permanence d'accès aux soins de santé), 115, CAF (Caisse d’allocations familiales), DPHRS (Dispositif provisoire d'hébergement des réfugiés statutaires), ASE (Aide sociale à l’enfance), 115, PMI(Protection maternelle et infantile), CMP (Centre médico-psychologique), CMPP (Centre médico-psycho-pédagogique).
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

5Or, pour les professionnels du soin, faute de formation et de moyens, il est souvent difficile d’offrir une prise en charge globale qui tienne compte de l’intrication du social et de la souffrance psychique. Toutes ces problématiques sont traitées quotidiennement au Centre Minkowska. Ce dernier n’étant pas sectorisé, il répond à une demande de prise en charge sur tout le territoire francilien, ce qui lui confère un positionnement privilégié pour observer l’organisation des trajectoires de soin des personnes migrantes et réfugiées vers la santé mentale. Il permet donc également d’observer les dynamiques locales initiées en direction de ces populations, notamment dans la coordination des acteurs du sanitaire, du médico-social et du social.

6Aujourd’hui, le Centre Minkowska fait face à une demande croissante et à des orientations souvent imprécises (la majorité provient de médecins généralistes, d’associations variées et de CMP de secteur). Cette situation met en difficulté les professionnels de l’accueil et de santé, souvent débordés par la charge et la complexité du traitement des orientations. Ce constat de terrain résulte d’obstacles liés à la langue du patient, à l’épineuse confrontation des représentations culturelles entre professionnel et patient, ou encore à des difficultés ou carences institutionnelles.

Les secrétaires du Centre Minkowska débordées

Texte de la planche 2 de BD : Secrétaire 1 : « Oui je vous passe le docteur… », « Oui je vous fais l’attestation toute de suite… », « Avez-vous déjà pris un rendez-vous ? », « Attendez en ligne s’il vous plaît… »
Secrétaire 2 : « Ah, le CMP vous a dit qu’ils ne peuvent pas vous recevoir car vous n’êtes pas francophone ? », « Centre Minkowska bonjour… », « HELP ! », « Oui, vous prenez la 13… ».
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Les professionnels du Centre Minkowska débordés

Texte de la planche 3 de BD : Interlocuteur téléphonique : « Salut ! Tu rentres à quelle heure ce soir ? », Professionnelle 1 : « Bah vers 20 h je dois terminer les certificats médicaux… », Interlocuteur téléphonique : « Mais c’est déjà 22 h… », Professionnelle 1 : « Ah bon ? »
Interlocuteur téléphonique : « Ao, bella ! Tu viens manger avec nous une pizza ? », Professionnelle 2 : « Ah, je dois encore terminer les comptes rendus… Mais vous allez là, où ils font la pizza romana toute fine et croustillante, avec la mozza qui déchire et les fleurs de courgettes ? », Interlocuteur téléphonique : « Oui ! Grave ! », Professionnelle 2 : « Ah… Mais j’ai les comptes rendus. »
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

7En 2009, face à la complexité des orientations, le centre a mis en place un dispositif nommé Mediacor (médiation, accueil et orientation), dont l’objectif est à la fois de traiter les orientations complexes et d’améliorer les délais de prise en charge. Ce dispositif s’appuie sur le travail d’une équipe pluridisciplinaire (psychiatres, psychologues, une travailleuse sociale, une anthropologue médicale, personnels de l’accueil). D’une certaine manière, il agit comme une loupe grossissante sur la place et le rôle joué par le centre dans le système de soins, et sur les obstacles qui jonchent le parcours de soin des personnes en situation de migration. En particulier, il nous a permis de faire une typologie des problématiques rencontrées par les professionnels qui accompagnent ces personnes dans les structures médico-sociales, et de mieux comprendre les représentations qu’ils s’en font. C’est donc à partir de ce dispositif que nous avons pu mesurer l’impact de la barrière de la langue, mais aussi préciser ce qui relève de la « problématique culturelle » dans les obstacles à la prise en charge et/ou au traitement, et ce qui n’en relève pas. En effet, il nous est apparu que l’obstacle dit « culturel » venait légitimer de manière récurrente l’orientation vers la clinique transculturelle, tout en dissimulant les motifs réels sous-jacents de l’orientation : l’obstacle de la langue, l’impossibilité de financer l’interprétariat, une file active déjà trop importante sur le secteur, des situations socio-administratives jugées trop lourdes, etc.

Réunion d’équipe Mediacor (dispositif d’analyse et d’évaluation des orientations de soin que nous recevons)

Texte de la planche 4 de BD : Professionnelle 1 : « Nous avons reçu cette orientation de la part d’un psychologue qui écrit : “23 ans, elle parle malien. C’est tout” », Professionnel 2 : « Il est malin ce psychologue ! », Professionnelle 3 : « Et aussi cette demande de prise en charge. C’est noté : “Merci de prendre en charge le jeune M., migrant, PTSD+++”. Rien d’autre ».
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

8Mais c’est un autre enjeu majeur qui s’est révélé à nous, en tant que professionnelles du Centre Minkowska, alors que l’équipe se trouvait constamment tiraillée entre l’envie d’accepter les prises en charge pour chaque personne migrante en situation de vulnérabilité d’une part (du fait de la problématique linguistique ou de sa précarité administrative notamment), et la crainte de créer un système de soins à deux vitesses qui éloignerait les migrants du droit commun et contribuerait à invisibiliser les obstacles auxquels ils font face – en particulier les discriminations dont ils peuvent faire l’objet.

9Nous avons alors décidé de rechercher des solutions pratiques à cette situation, cette fois à partir de nos compétences de chercheures. La problématique linguistique étant la plus fréquemment invoquée par nos collègues psychologues et psychiatres des CMP comme motif principal d’une orientation vers une structure « spécialisée », c’est sur ce sujet que nous choisissons de porter notre action. En nous appuyant sur les données du Mediacor, il nous a fallu dans un premier temps identifier les motifs de refus de prise en charge pour les patients non francophones. Nous nous sommes particulièrement intéressées aux logiques sous-jacentes du refus à travailler avec un interprète professionnel dans les CMP. Voici donc illustrées quelques résistances de professionnels en santé mentale à travailler avec un interprète.

Profil du collègue numéro 1 : le bricoleur

Texte de la planche 5 de BD : Collègue n°1 le psychiatre : « Moi avec les familles migrantes je n’ai pas besoin de l’interprète. Il y a Google Translate, regardez ! », Famille heureuse de rencontrer le psychiatre, Le psychiatre cherche la traduction sur internet de « Tristesse, pleurer, enfant, mal, désespéré », Psychiatre : « Mmmh donc… L’enfant est triste et il pleure. Non, c’est madame qui est triste car l’enfant est… Enfin bon bref, quelqu’un, ici, est désespéré et ça fait mal. Sûrement », Famille frustrée.
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Profil du collègue numéro 2 : le voyageur expert

Texte de la planche 6 de BD : Collègue n°2 la psychanalyste en cabinet libéral : « Moi j’ai habité en Chine, je baragouine un peu de chinois… Ni hao tout le monde ! Pas besoin de l’interprète chez moi, je comprends la musique de ce que les patients disent. »
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Texte de la planche 7 de BD : Collègue n°2 la psychiatre : « Mon mari est sénégalais, moi je joue le djembé, je comprends très bien la culture des patients africains, je fais toute seule en consultation. »
Autre collègue n°2 le psychologue : « Et moi je prends chaque jour la ligne 1, je parle un peu de japonais, keita shida kudasai !  », Les utilisateurs du métro ligne 1 de Paris reconnaîtront sûrement l’annonce sonore qui invite à prêter attention à la marche, Patient perplexe.
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Profil du collègue numéro 3 : le dinosaure frileux au changement

Texte de la planche 8 de BD : CMPP - Centre médico-psycho-pédagogique
Collègue n°3 le pédopsychiatre : « Changer le setting, c’est dangereux ! », Autre collègue n°3 l’orthophoniste : « Crunch crunch ».
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Profil du collègue numéro 4 : le « syndrome du lapin blanc d’Alice »

Texte de la planche 9 de BD : Tarification
Collègue n°4 le psychologue : « Moi je ne peux pas perdre du temps ! Avec les interprètes en consultation je pose une question simple et… ça prend 10 minutes. »
Autre collègue n°4 le psychiatre : « Je suis en retaaaaaard ! », Driiiiin ! Tic-tac tic-tac, T2A [tarification à l’activité].
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

10Les difficultés à comprendre les enjeux de la langue, à se décentrer de ses représentations de l’autre, à accepter un tiers dans une relation de soin construite comme étant duelle, ou à comprendre la complexité du travail de l’interprète agissent toutes comme un frein au recours à l’interprétariat. Malgré les conventions existantes et les dernières directives promulguées par les instances gouvernementales (article 90, loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 ; Haute autorité de santé, 2017), les structures justifient souvent le faible recours à l’interprétariat par un budget restreint.

11Nous avons ainsi retrouvé les résistances décrites dans la littérature, notamment illustrées à travers le triangle « confiance-contrôle-pouvoir » (Brisset et al., 2013). En ce qui concerne les professionnels, l’alliance avec l’interprète est nécessaire mais elle peut être vécue comme une perte d’intimité avec le patient. La notion de confiance, elle, questionne le lien d’appartenance entre interprète et patient, qui peut faire douter le professionnel de la neutralité de l’interprète. La problématique du contrôle fait référence à « la capacité qu’a le professionnel à orienter la dynamique de la consultation, en vérifiant l’exactitude et la validité des échanges » (Brisset et al., 2013 : 136). En présence de l’interprète, le professionnel peut avoir peur de perdre le contrôle de la consultation et ainsi déployer des stratégies pour le maintenir, en interrompant brutalement l’échange par exemple, ou en décidant simplement de ne plus recourir à l’interprétariat. Enfin, la question du pouvoir fait référence aux dimensions extérieures à la consultation, c’est-à-dire les éléments relatifs aux contraintes institutionnelles comme la courte durée des consultations et les temps de pause accordés aux interprètes. Si elles ne sont pas travaillées, ces questions liées à la confiance, au contrôle et au pouvoir réduisent la qualité de la collaboration entre professionnels et interprètes. Par ailleurs, elles continuent de nourrir un sentiment de méfiance et de malaise de la part des professionnels de la santé mentale à l’égard des interprètes, ce qui finit par pénaliser les patients eux-mêmes lorsqu’ils se trouvent privés de l’intervention de l’interprète, ou lorsqu’ils subissent des délais de prise en charge découlant de cette problématique linguistique. Les constats mentionnés plus haut ont donc révélé un besoin, pour les professionnels des structures qui nous orientent les patients non francophones, de sensibilisation et de formation à la compétence culturelle et au travail avec un interprète professionnel. L’équipe du pôle enseignement et recherche du Centre Minkowska, sous la conduite de Stéphanie Larchanché, a alors eu l’idée de s’appuyer sur ces constats de terrain pour proposer une recherche-action à la Fondation de France, qui a financé le projet « Améliorer la prise en charge en santé mentale des patients non francophones ».

12Le projet s’est organisé en plusieurs temps. Il a d’abord fallu identifier les structures intéressées. À partir des données du Mediacor, nous avons sélectionné plusieurs structures nous orientant régulièrement des patients, puis nous sommes allées leur présenter le projet. Nous avons rencontré à cette occasion des équipes divisées sur le sujet de l’interprétariat en santé mentale, et certaines résistances à se laisser observer, à changer les habitudes de travail. Une fois les structures identifiées, chaque équipe a choisi deux suivis avec patients non francophones, lesquels bénéficieraient d’un interprétariat à la fréquence d’une séance par mois pendant dix-huit mois.

13Le projet a ainsi permis d’accompagner, pendant deux ans, cinq CMP recevant des patients de toutes origines, de former leurs professionnels à la compétence culturelle et au travail avec interprète, et de fournir des interprètes par le biais d’un financement de la recherche2. L’objectif était de mesurer l’impact de la formation et de la mise à disposition d’interprètes sur le travail des professionnels et sur l’efficacité et la qualité de la prise en charge des patients, afin de pouvoir – preuves à l’appui – sensibiliser les tutelles à l’intérêt de financer l’interprétariat dans les lieux de soins et de former les équipes à la compétence culturelle. Notre projet a donc démarré avec une phase exploratoire durant laquelle des entretiens semi-structurés ont été menés auprès des professionnels chargés des suivis des interprètes et des patients, ainsi que de leur entourage (les parents dans le cas des suivis en centres médico-psycho-pédagogiques). Il s’est achevé avec une phase d’évaluation sur la base d’entretiens semi-structurés avec les mêmes personnes. Il avait été envisagé que la formation sur la compétence culturelle et le travail avec l’interprète soit proposée à ces dernières, sur une session unique. Finalement, devant l’intérêt suscité, une formation a été proposée pour chaque structure. Au-delà du contenu théorique, chaque formation offrait un espace de supervision, de jeux de rôles et de discussion, sécurisant pour les professionnels. La durée de formation était de trois jours, étalés sur trois semaines, pour un total de dix-huit heures de formation (six heures par jour) : un jour sur l’anthropologie médicale clinique et la compétence culturelle en santé mentale, un jour sur la communication interculturelle et l’interprétariat en santé mentale, et un dernier jour consacré à l’analyse de situations et à des jeux de rôles.

Formation et partage d’expériences des professionnels

Texte de la planche 10 de BD : Professionnelle 1 : « Je ne connaissais pas cette pratique ! », Professionnel 2 : « Moi non plus ! »
Professionnel 3 : « Ça m’est arrivé de… », Professionnel 4 : « Ah, bonne idée ! »
Professionnelle 5 : « Je ne savais pas que dans ce pays la fonction du psychologue n’existe pas », Professionnels 6 et 7 : « Confronter nos expériences et difficultés ça fait du bien », Professionnel 7 : « Je me sens moins seul ».
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Texte de la planche 11 de BD : Professionnelle 1 : « Je me rends compte que travailler avec un interprète, cela ne s’improvise pas », Professionnel 2 : « Je suis content de m’entraîner avec des collègues à partir des situations qui m’ont posé des difficultés », Professionnel 3 : « On s’amuse et on apprend en même temps, on est à l’aise entre collègues ! »
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

14L’objectif central de cette recherche-action était en effet de permettre aux professionnels d’acquérir de nouvelles pratiques et d’intégrer de nouveaux savoirs en les confrontant à leurs propres pratiques de terrain. Pour ce faire, il s’agissait de créer « un espace de formation sécurisant » (Brisset et al., 2013) au sein duquel les identités professionnelles peuvent s’adapter à une activité nouvelle et complexe. Cet espace de confiance doit permettre de dépasser les craintes de ne plus maîtriser la communication et de ne pas parvenir à établir le bon diagnostic. À l’issue des formations, les professionnels des CMP avaient une nouvelle compréhension du rôle joué par l’interprète. L’un d’entre eux soulignait que l’expérience d’un jeu de rôle lui avait fait prendre conscience de l’intérêt de ce rôle et de sa complexité, s’exclamant : « mais combien de cerveaux ces personnes ont-elles ?! » De ce fait, ils incluaient l’interprète dans la prise en charge, lui accordant davantage de légitimité pendant le temps de consultation, en prenant soin de la présenter par exemple, ou en leur aménageant un espace d’accueil autre que la salle d’attente.

15De manière plus radicale, les professionnels comprenaient également que les interprètes pouvaient aller au-delà de la traduction mot à mot, et servir de véritables médiateurs entre les mondes de représentations du professionnel et du patient. Cette nouvelle perception du rôle de l’interprète avait changé la nature des échanges et de l’exploration psychothérapeutique.

Retour d’expérience des professionnels du soin formés au travail avec l’interprète

Texte de la planche 12 de BD : Professionnel 1 : « Enfin après 6 ans de prise en charge nous avons eu accès à la parole de la mère ! Incroyable ! Magnifique ! »
Professionnelle 2 : « Ah, effectivement avec l’aide de l’interprète j’ai compris ce que je n’avais pas compris. Je pensais que, comme le patient souriait, il ne souffrait pas vraiment… »
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Texte de la planche 13 de BD : Professionnelle1 : « Grâce à la formation j’ai compris que la traduction mot à mot, n’existe pas dans le soin. D’ailleurs il y a beaucoup de mots français qui n’ont pas forcément d’équivalent dans d’autres langues… schizophrénie, antidépresseurs… frappadingue, baguette par exemple. »
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

16Le fait que la formation soit proposée à l’équipe entière a également été déterminant, dans le sens où cela a permis de mobiliser chaque institution dans son ensemble, renforçant la cohésion et créant un engagement commun autour de l’amélioration de la qualité des prises en charge par le biais de l’interprétariat professionnel. Cette mobilisation est plus difficile à opérer lorsque les professionnels se forment individuellement. Au regard de l’enthousiasme exprimé par les institutions participantes, et dans l’objectif de transformer cette expérience en plaidoyer, un colloque a été organisé le 8 avril 2019 au ministère des Solidarités et de la Santé (Centre Minkowska, 2019).

17À l’occasion de ce colloque, les professionnels ayant participé au projet ont pu témoigner de l’impact de cette recherche-action sur les consultations cliniques avec les patients non francophones. Avec près d’un an de recul, voici les principaux constats qui ont pu être dressés. Le premier est que tous les CMP impliqués ont continué à faire appel aux interprètes et que, pour la moitié d’entre eux, le recours à l’interprétariat a doublé. La familiarisation au travail avec interprète à travers la formation et l’expérience d’une collaboration sur le terrain durant dix-huit mois a progressivement fait disparaître toute méfiance à l’égard de l’interprète, et a ainsi permis aux professionnels de s’autoriser à prendre en charge les patients non francophones, avant de décider de les orienter vers des structures spécialisées telles que le Centre Minkowska.

18Le second constat est l’importance de préparer à l’avance l’intervention de l’interprète pour la garantir – ce qui implique un briefing et un debriefing pour optimiser cette collaboration. Un interprète qui se sent légitimé par le professionnel dans sa posture sera lui aussi davantage en confiance pour intervenir, et la collaboration sera d’autant plus fructueuse qu’il mettra au service du professionnel ses compétences à la fois d’interprète et de médiateur. Cette recherche vient donc confirmer qu’une confiance mutuelle atténue les conflits de pouvoir et les mécanismes de contrôle, pour garantir une prise en charge optimale (Atger et al., 2020).

19Enfin, dans la relation de soin elle-même, le recours à l’interprète permet au patient d’accéder à un cadre d’approche – la psychiatrie ou la psychologie – dont les fondements culturels lui échappent autant qu’ils peuvent échapper au professionnel lui-même. Plus qu’un outil de travail incontournable dans la prise en charge des patients non francophones, le recours à l’interprétariat dans les institutions de droit commun soulève un enjeu plus large : celui d’une éthique du soin et de l’hospitalité qui s’applique à tous, dans une société mondialisée où la diversité linguistique et culturelle ne devrait pas constituer un frein à la prise en charge. Il y aurait beaucoup à dire sur les facteurs politiques, sociaux et économiques qui influencent notre jugement moral vis-à-vis des individus non francophones en situation de migration, et en santé mentale en particulier (Larchanché, 2020). Notre expérience au Centre Minkowska nous alerte aujourd’hui sur le risque qu’il y a à opérer un tri entre ceux qui méritent notre attention et nos soins, et ceux qui en seraient moins légitimes. Face à ce risque, le recours à l’interprétariat dans les institutions de droit commun nous semble constituer un impératif éthique fort, afin d’éviter un système à deux vitesses qui continue de creuser davantage les inégalités de soins.

Le soin comme lieu d’humanisme et d’hospitalité

Texte de la planche 14 de BD : « L’homme est fait pour rechercher l’humain » 
Eugène Minkowski (1885-1972)
Françoise Minkowska (1882-1950)
Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés

Haut de page

Bibliographie

ATGER I., KHOUAS D. et LARCHANCHÉ S., 2020. « (Se) Faire confiance : les enjeux d’une collaboration et d’une transformation du cadre clinique en pédopsychiatrie », Les cahiers de Rhizome, 75-76 : 90-98.

BRISSET C., LEANZA Y. et LAFOREST K., 2013. « Language interpretation », In KEITH K. D. (ed.), The Encyclopedia of Cross-Cultural Psychology. Hoboken, John Wiley & Sons : 806-808.

CENTRE MINKOWSKA., 2019. « Retour sur le colloque “Faut-il avoir peur de l’interprétariat en santé mentale ?” » [en ligne] http://www.minkowska.com/actu/retour-sur-le-colloque-faut-il-avoir-peur-de-l%E2%80%99interpr%C3%A9tariat-en-sant%C3%A9-mentale (page consultée le 28/10/2020).

HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ, 2017. « Interprétariat dans le domaine de la santé - Référentiel de compétences, formation et bonnes pratiques » [en ligne] https://www.has-sante.fr/jcms/c_2746031/fr/interpretariat-linguistique-dans-le-domaine-de-la-sante (page consultée le 28/10/2020).

KOBELINSKY C., 2010. L’accueil des demandeurs d’asile : Une ethnographie de l’attente. Paris, Les Éditions du Cygne.

LARCHANCHE S., 2020. Cultural Anxieties: Managing Migrant Suffering in France. New Brunswick, Rutgers University Press.

Haut de page

Notes

1 https://www.insee.fr/fr/statistiques/3136640, page consultée le 13 novembre 2020.

2 Les interprètes impliqués travaillent tous auprès d’ISM Interprétariat (www.ism-interpretariat.fr), association d’interprètes professionnels de service public avec laquelle le centre Minkowska travaille en partenariat.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Texte de la planche 1 de BD : France, CADA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile), OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), HUDA (Hébergement d'urgence pour demandeurs d'Asile), 115, CMU (Couverture maladie universelle), 115, AME (Aide médicale de l’État), CNDA (Cour nationale du droit d'asile), PASS (Permanence d'accès aux soins de santé), 115, CAF (Caisse d’allocations familiales), DPHRS (Dispositif provisoire d'hébergement des réfugiés statutaires), ASE (Aide sociale à l’enfance), 115, PMI (Protection maternelle et infantile), CMP (Centre médico-psychologique), CMPP (Centre médico-psycho-pédagogique).Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Texte de la planche 2 de BD : Secrétaire 1 : « Oui je vous passe le docteur… », « Oui je vous fais l’attestation toute de suite… », « Avez-vous déjà pris un rendez-vous ? », « Attendez en ligne s’il vous plaît… »Secrétaire 2 : « Ah, le CMP vous a dit qu’ils ne peuvent pas vous recevoir car vous n’êtes pas francophone ? », « Centre Minkowska bonjour… », « HELP ! », « Oui, vous prenez la 13… ».Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende Texte de la planche 3 de BD : Interlocuteur téléphonique : « Salut ! Tu rentres à quelle heure ce soir ? », Professionnelle 1 : « Bah vers 20 h je dois terminer les certificats médicaux… », Interlocuteur téléphonique : « Mais c’est déjà 22 h… », Professionnelle 1 : « Ah bon ? »Interlocuteur téléphonique : « Ao, bella ! Tu viens manger avec nous une pizza ? », Professionnelle 2 : « Ah, je dois encore terminer les comptes rendus… Mais vous allez là, où ils font la pizza romana toute fine et croustillante, avec la mozza qui déchire et les fleurs de courgettes ? », Interlocuteur téléphonique : « Oui ! Grave ! », Professionnelle 2 : « Ah… Mais j’ai les comptes rendus. »Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Texte de la planche 4 de BD : Professionnelle 1 : « Nous avons reçu cette orientation de la part d’un psychologue qui écrit : “23 ans, elle parle malien. C’est tout” », Professionnel 2 : « Il est malin ce psychologue ! », Professionnelle 3 : « Et aussi cette demande de prise en charge. C’est noté : “Merci de prendre en charge le jeune M., migrant, PTSD+++”. Rien d’autre ».Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Légende Texte de la planche 5 de BD : Collègue n°1 le psychiatre : « Moi avec les familles migrantes je n’ai pas besoin de l’interprète. Il y a Google Translate, regardez ! », Famille heureuse de rencontrer le psychiatre, Le psychiatre cherche la traduction sur internet de « Tristesse, pleurer, enfant, mal, désespéré », Psychiatre : « Mmmh donc… L’enfant est triste et il pleure. Non, c’est madame qui est triste car l’enfant est… Enfin bon bref, quelqu’un, ici, est désespéré et ça fait mal. Sûrement », Famille frustrée.Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Texte de la planche 6 de BD : Collègue n°2 la psychanalyste en cabinet libéral : « Moi j’ai habité en Chine, je baragouine un peu de chinois… Ni hao tout le monde ! Pas besoin de l’interprète chez moi, je comprends la musique de ce que les patients disent. »Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Texte de la planche 7 de BD : Collègue n°2 la psychiatre : « Mon mari est sénégalais, moi je joue le djembé, je comprends très bien la culture des patients africains, je fais toute seule en consultation. »Autre collègue n°2 le psychologue : « Et moi je prends chaque jour la ligne 1, je parle un peu de japonais, keita shida kudasai !  », Les utilisateurs du métro ligne 1 de Paris reconnaîtront sûrement l’annonce sonore qui invite à prêter attention à la marche, Patient perplexe.Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Texte de la planche 8 de BD : CMPP - Centre médico-psycho-pédagogiqueCollègue n°3 le pédopsychiatre : « Changer le setting, c’est dangereux ! », Autre collègue n°3 l’orthophoniste : « Crunch crunch ».Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Texte de la planche 9 de BD : TarificationCollègue n°4 le psychologue : « Moi je ne peux pas perdre du temps ! Avec les interprètes en consultation je pose une question simple et… ça prend 10 minutes. »Autre collègue n°4 le psychiatre : « Je suis en retaaaaaard ! », Driiiiin ! Tic-tac tic-tac, T2A [tarification à l’activité].Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Texte de la planche 10 de BD : Professionnelle 1 : « Je ne connaissais pas cette pratique ! », Professionnel 2 : « Moi non plus ! »Professionnel 3 : « Ça m’est arrivé de… », Professionnel 4 : « Ah, bonne idée ! »Professionnelle 5 : « Je ne savais pas que dans ce pays la fonction du psychologue n’existe pas », Professionnels 6 et 7 : « Confronter nos expériences et difficultés ça fait du bien », Professionnel 7 : « Je me sens moins seul ».Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Texte de la planche 11 de BD : Professionnelle 1 : « Je me rends compte que travailler avec un interprète, cela ne s’improvise pas », Professionnel 2 : « Je suis content de m’entraîner avec des collègues à partir des situations qui m’ont posé des difficultés », Professionnel 3 : « On s’amuse et on apprend en même temps, on est à l’aise entre collègues ! »Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Texte de la planche 12 de BD : Professionnel 1 : « Enfin après 6 ans de prise en charge nous avons eu accès à la parole de la mère ! Incroyable ! Magnifique ! »Professionnelle 2 : « Ah, effectivement avec l’aide de l’interprète j’ai compris ce que je n’avais pas compris. Je pensais que, comme le patient souriait, il ne souffrait pas vraiment… »Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Texte de la planche 13 de BD : Professionnelle1 : « Grâce à la formation j’ai compris que la traduction mot à mot, n’existe pas dans le soin. D’ailleurs il y a beaucoup de mots français qui n’ont pas forcément d’équivalent dans d’autres langues… schizophrénie, antidépresseurs… frappadingue, baguette par exemple. »Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Texte de la planche 14 de BD : « L’homme est fait pour rechercher l’humain » Eugène Minkowski (1885-1972)Françoise Minkowska (1882-1950)Daria Rostirolla, 2020, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/7907/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Larchanché et Daria Rostirolla, « Dessiner pour repenser : valorisation d’un projet de recherche-action sur le thème de l’interprétariat en santé mentale »Anthropologie & Santé [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/7907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.7907

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Larchanché

Centre Minkowska, 12 rue Jacquemont 75017 Paris (France), larchanche@minkowska.com

Daria Rostirolla

Centre Minkowska, 12 rue Jacquemont 75017 Paris (France), rostirolla.daria@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo SESSTIM
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo EuroPub
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search