Skip to navigation – Site map

Pascal Regniez : Au pays de la vigne et du vin, la Géorgie 

Boris Petric

Full text

Pascal Regniez. 2016. Au pays de la vigne et du vin, la Géorgie. Paris : éditions des Indes Savantes. Préface de Jean-Robert Pitte

1 Pascal Regniez nous propose un ouvrage très dense revenant sur l’histoire de l’implantation du vin en Géorgie à différentes époques. Il s’appuie sur un corpus varié allant de sources archéologiques à des récits de voyageurs occidentaux du XIXème siècle ayant décrit les pratiques viticoles et les coutumes locales liées à la culture du vin dans ce pays souvent considéré comme le berceau de cette culture. Il souligne que la présence de la viticulture dans cette région remonterait à plus de 8 000 ans selon des sources archéologiques.

2 La viticulture s’est développée essentiellement sous forme de pergola et dans des exploitations en polyculture. Le vin a la particularité d’y être vinifié en jarre (kvevris), puis transporté dans des outres et souvent consommé dans des cornes. L’arrivée de nombreux colons russes au cours du XVIIIème siècle dans le Caucase s’est traduite par le développement d’une viticulture dite basse notamment dans l’une des régions les plus riches de Géorgie : la Kakhétie. Les Russes cherchent alors à rationnaliser la viticulture en dépit des multiples résistances rencontrées, notamment en ce qui concerne la généralisation de l’usage des tonneaux pour la conservation et le transport du vin. Le choix de passer au tonneau et d’abandonner les jarres est d’ailleurs une question particulièrement intéressante dans le rapport des Géorgiens avec les marchands russes.

3 L’auteur décrit très longuement les techniques locales liées à la conservation du vin dans des jarres et la manière très singulière d’enterrer celles-ci. Le marani est un endroit très particulier de la maison où les jarres sont alignées et enfouies dans le sol. L’auteur évoque aussi l’ensemble des outils, comme les fouloirs et les techniques de conservation du vin. Un chapitre est consacré aux objets et techniques de conservation et de consommation qui vont des bols en céramique aux cruches et cornes d’animaux. Une partie de la production est également distillée pour faire une eau de vie.

4 L’auteur consacre ensuite plusieurs chapitres à l’usage culturel du vin dans la société géorgienne qui se retrouve dans l’importance de la communion et du partage à travers des banquets placés sous l’autorité d’un chef (tamada). Il rappelle ainsi que le vin est au centre de tout un ensemble de croyances magico-religieuses. Le repas géorgien s’impose comme un vecteur de communication où apparaissent des enjeux de transmission et de hiérarchie sociale très nette entre le statut social des convives et entre les hommes et les femmes. Il est étroitement associé à la pratique des chants polyphoniques. L’importance de l’église orthodoxe dans la vie sociale n’est pas à négliger, mais la consommation du vin s’inscrit dans un ensemble de croyances magico-religieuses qu’il ne faudrait pas réduire à la présence du christianisme et de l’orthodoxie en Géorgie. On peut regretter que l’auteur donne parfois une vision un peu a-historique de la culture du vin dans ce pays, qui a été marquée par des influences très différentes selon les époques. Il ne consacre malheureusement pas le moindre chapitre au XXème siècle et à l’époque soviétique qui a débouché sur une industrialisation du vin assez néfaste pour ce vignoble, en plein renouveau depuis l’indépendance.

5 L’ouvrage s’achève enfin par une ouverture sur le futur du vin dans la Géorgie actuelle. Cette partie aurait pu faire l’objet d’un développement plus important. L’auteur y aborde notamment la persistance de certaines pratiques qui fondent aujourd’hui la construction d’une nouvelle notoriété des vins dans un pays qui cherche à s’émanciper de l’ancien grand frère russe. L’auteur évoque en particulier l’engouement pour les vins nature. Les vignerons s’éloignent des excès de l’industrialisation soviétique et cherchent désormais à produire des vins artisanaux en limitant des entrants tels que les sulfites. Les vignerons dialoguent désormais avec de nombreux vignerons européens qui s’efforcent pareillement de développer ce style de vin. Le système des kvervis, ces jarres géantes, a perduré malgré la soviétisation du vin et il participe grandement aujourd’hui de la spécificité des vins géorgiens. La Géorgie cherche de cette manière à renouer avec de nombreuses pratiques plus artisanales et à s’éloigner du modèle industriel propre à l’époque soviétique afin de réorienter l’exportation de ses vins vers de nouveaux marchés qui lui permettraient de se défaire d’une sorte de tutelle infligée par la Fédération de Russie. N’oublions pas que cette dernière vise à boycotter périodiquement leurs vins pour sanctionner les Géorgiens dans leur velléité de sortir d’une dépendance à l’égard de l’ancien grand frère russe.

Top of page

References

Electronic reference

Boris Petric, « Pascal Regniez : Au pays de la vigne et du vin, la Géorgie  », Anthropology of food [Online], Book reviews, summer 2019, Online since 25 June 2019, connection on 21 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/aof/10235

Top of page

About the author

Boris Petric

CNRS, Centre Norbert Elias, UMR 8562, boris.petric@univ-amu.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page