Skip to navigation – Site map

Vers une théorie sociologique du manger, compte-rendu de The Practice of Eating d’Alan Warde

Jean Pierre Poulain

Full text

Alan Warde. 2016, The practice of eating. Cambridge : Polity. 220 p.

1L’ambition de ce livre peut se résumer ainsi : la pensée sur l’alimentation, et ses liens à la consommation, à la santé et au développement durable, est « colonisée » par deux approches. D’un côté les théories du choix rationnel se concentrent sur les décisions et, de l’autre, les perspectives culturalistes regardent les choix et les pratiques comme l’expression de « styles culturels ». Avec la « théorie de la pratique », Alan Warde entend saisir le hors champ de ces cadrages dominants et fonder une (nouvelle) théorie du manger. Il considère, de surcroît, que le champ empirique de l’alimentation, par sa complexité, est particulièrement bien adapté au développement d’une théorie à portée générale. The practice of eating se veut à la fois une contribution à la sociologie de l’alimentation et une proposition théorique utile dans d’autres champs de la sociologie, notamment celui de la consommation.

2Professeur de sociologie à l’université de Manchester, Alan Warde est une des principales figures de la sociologie de la consommation et de l’alimentation du monde anglophone. Depuis plusieurs décennies, il parcourt ces territoires ; publiant livres et articles, organisant des évènements scientifiques, animant des réseaux de recherche, mettant en dialogue des univers linguistiques et paradigmatiques différents. Avec cette position de go between, il est devenu un des rares sociologues de l’alimentation à étendre son influence simultanément dans les univers anglophone, francophone et hispanophone. Dans ce livre, convergent et se réorganisent des réflexions à l’œuvre depuis le début de sa carrière. Ainsi marque-t-il un changement de régime de son effort de théorisation et une sorte d’aboutissement. L’homme a du tact et cette pointe d’humour british qui prolonge les réflexions. Jamais il ne jargonne, ni ne cède à la simplification. L’étudiant, l’auditeur, le lecteur auront donc leur part du chemin à faire pour venir à sa rencontre.

3Au public francophone, The practice of eating laisse, en première lecture, une impression un peu contradictoire, à la fois enthousiasmante et déconcertante. Indexée pour une part sur des auteurs français, la pensée semble familière, mais le propos donne parfois l’impression de prendre le contrepied de certaines positions établies. Où situer ce travail sur l’échiquier épistémologique ?

Qu’est-ce que ce livre ?

4Ce livre regroupe et articule des textes publiés entre 2005 et 2014, dont certains ont déjà une vie scientifique importante. L’article « Consumption and theories of practice » (2005) comptait, par exemple en juin 2019, plus de 2400 citations dans Google Scholar. Mais ce document est bien plus qu’un assemblage de textes « fameux », car ceux-ci prennent place, après parfois des réécritures plus ou moins conséquentes, dans une architecture qui les déborde et donne toute sa mesure à plus d’une décennie de travail. Ce faisant, tout en entrant dans la catégorie des livres de « fin de carrière », dont la vertu principale est de donner à voir l’histoire de la contribution d’un auteur, ce livre ajoute quelque chose de plus qu’une simple juxtaposition. C’est un texte nouveau, qui constitue une étape importante dans l’histoire de la pensée sociologique sur l’alimentation.

5The practice of eating s’organise en six parties encadrées d’une introduction et d’une conclusion. La première partie présente l’ambition du livre. Nombreux sont les sociologues à avoir travaillé à lever les obstacles épistémologiques au développement de la pensée sociologique sur l’alimentation, et l’auteur y a lui-même contribué en son temps. C’est à dire à avoir recherché les conditions de son inclusion dans l’espace légitime de la sociologie. Ici, Warde veut faire un pas de côté en se posant moins la question de l’inclusion, que celle des formes de sa théorisation. « Pourquoi des travaux relativement nombreux de sociologie de l’alimentation n’est-il pas sorti une théorie du manger ? » Voilà la question organisatrice du projet, et la réponse, considérant les conditions socio historiques d’émergence de cet objet sociologique, est construite en trois points. (1) Les interpellations des sociologues de l’alimentation, dès lors qu’une certaine reconnaissance leur a été accordée, (c’est à dire plus ou moins à partir de la crise de la vache folle), se sont opérées le plus souvent dans des logiques d’urgence. En situation de crise, les autorités les invitent sur le mode : « aidez-nous à comprendre » ou « à communiquer ? ». Cela laisse peu de place au travail de théorisation et réduit l’espace de problématisation ; ce qui est défini comme « sociologique », l’est par les interpellants eux-mêmes, selon le point de vue des gestionnaires du risque sanitaire et des administrateurs de la santé publique ou des marchés.

6(2) Le second obstacle au développement théorique de la sociologie de l’alimentation tient au caractère pluridisciplinaire de l’objet, qui rend difficile un fort adossement disciplinaire. Le paradoxe est que l’interdisciplinarité est identifiée comme « nécessaire » et « pertinente » par les commanditaires autant que par les autorités scientifiques. Parce que les études sociologiques sur l’alimentation répondent très souvent à des sollicitations et des préoccupations sociales qui s’expriment en termes de santé, de sécurité, de durabilité… elles installent les sociologues de l’alimentation dans un dialogue avec la santé publique, la nutrition, le marketing, l’économie, l’écologie…, disciplines dans lesquelles dominent des visions « faiblement sociologisées » des « logiques » des acteurs. A ce stade, l’usage de la théorie de la pratique permettrait de sortir des « postures de défense » que sont souvent obligés d’adopter les sociologues, de passer à un mode plus descriptif et de faire entendre leur possible contribution, au-delà d’une sociologie « de service » qui tente de répondre à des questions formulées par des non sociologues.

7(3) Le troisième obstacle est l’idée, largement partagée, que la filière alimentaire est structurée de l’amont (la production) vers l’aval (la consommation) et que les consommations résultent de la production. Les populations mangeraient ce que la nature met à leur disposition et, dans les sociétés modernes, ce que les filières sont capables de produire ; vision dominante dans la pensée politique, le monde de la santé publique, le pilotage de la recherche et chez une part importante des acteurs de la chaîne agro-alimentaire elle-même.

8Ces trois points constitueraient des obstacles épistémologiques. Ils expliqueraient le « déficit de théorisation » et certaines « critiques portées » à l’endroit de la sociologie de l’alimentation par certains milieux sociologiques. Pour déployer sa théorie sociologique du manger, il propose donc un renversement de perspective, « partir de l’acte de consommation », et affirme la nécessité d’un ancrage disciplinaire en profondeur.

9La posture générale posée, l’ouvrage déroule l’argumentation. La seconde partie du livre présente les adossements de la théorie de la pratique. Elle distingue les héritages Bourdieusiens (focale sur les pratiques, habitus et incorporation du social) et ce qu’il est convenu d’appeler avec Theodore Schatzki, Karin Knorr-Cetina et Eike von Savigny (2001), le « tournant de la pratique » (Practice Turn). Deux traditions un peu différentes, que l’auteur s’efforce de rendre compatibles et d’articuler. Le lecteur français est ici confronté à des questions de vocabulaire, de traduction et de traditions intellectuelles.

10Clin d’œil à Durkheim, le troisième chapitre est intitulé, « Formes élémentaires du manger ». Nombreux sont les sociologues qui, travaillant à fonder un champ, ont eu la tentation de ce type de titre, « les formes de… ». Lui se plie à l’exercice avec un plaisir évident. Le chapitre commence par une opposition Shalins-Bourdieu, qui pointe les pratiques comme résultant, pour le premier, des styles culturels et, pour le second, des positions sociales. La suite inventorie les multiples règles sociales (quels aliments compatibles avec quels repas ? Au sein d’un même repas, avec quels autres sont-ils compatibles ? Dans quel ordre chronologique doivent-ils apparaître ?…) qui organisent les repas et participent, en s’articulant entre elles, à leur « orchestration ». Le concept d’orchestration met l’accent sur la multitude d’ajustements, de régulations qui se mettent en place en deçà de la délibération consciente des mangeurs, pour rendre possible les événements sociaux que sont les repas. La quatrième partie poursuit l’exploration de cette « orchestration » en repérant des règles sociales à une échelle plus large, depuis les nombreuses coordinations et synchronisations d’emploi du temps et d’activités qui permettent de cuisiner et de manger ensemble, jusqu’aux cadrages nutritionnels qui périodiquement bousculent à travers les politiques publiques les arrière-plans normatifs. Dans le cinquième chapitre, Warde oppose à la grille de lecture, qui voit l’alimentation humaine comme le résultat d’un processus délibératif et décisionnel, une conception de l’action positionnée entre logiques et pratiques inscrites dans des « habitudes » et des « routines ». Enfin, la dernière partie déploie une « théorie de la pratique » appliquée au « eating out », un des terrains de prédilection de l’auteur.

11En résumé, The pratice of eating construit la critique de l’alimentation comprise comme résultant d’une « délibération », par la mise en évidence de « l’habituation » et de « l’orchestration » sociale dont sont l’objet les pratiques alimentaires. Des acteurs largement surdéterminés par des conditionnements sociaux et des pratiques, des habitudes, enchâssées dans des routines et des scenarii d’action, dont la mise en œuvre échappe en grande partie aux décisions conscientes et qui s’inscrivent dans des phénomènes de coordination sociale. La force de ce livre est de contribuer à sortir le discours sociologique de la posture critique habituelle sur le mode : « la santé publique ne voit pas ceci ou ne voit pas cela… », pour passer à une attitude descriptive positive qui rend visible ce qui reste dans l’ombre portée des cadrages dominants et fournis des catégories pour penser autrement (Holm 2003).

La théorie de la pratique depuis la sociologie française

12Les difficultés du lecteur habitué des traditions sociologiques francophones commencent dès le titre. L’expression « théorie de la pratique » paraît familière, mais ne renvoie à aucun ensemble théorique organisé. Elles se poursuivent avec les revendications d’héritage. Il y a d’abord l’héritage revendiqué de Pierre Bourdieu - celui de la théorie de la pratique (1972) et de la distinction (1979) - et son articulation avec le courant que les Anglais désignent sous le nom de « Turn of practices » (Schatzki et al. 2001) qui ne semble pas aller de soi. Pour simplifier, cette tradition affiche la volonté de mettre en avant la nature pratique de l’action, en rattachant les activités humaines à un niveau non réfléchi ; et, prenant des distances avec les différentes postures qui au sein des sciences sociales font la promotion d’attitudes réflexives, ramènent les savoir-faire implicites au premier plan de l’analyse. Pour ce courant, les pratiques sociales se caractérisent par trois propriétés : (1) elles sont encadrées par un ensemble de règles, de normes, de prescriptions sur la manière de faire (2), elles sont porteuses de significations, (3) elles s’inscrivent dans des structures de sens qui les débordent et recouvrent les objectifs, les visées de l’action en les inscrivant dans des univers émotionnels jugées acceptables par les acteurs. Une telle position ne réduit donc pas au silence le sens accordé par les acteurs à leurs actions, mais choisit délibérément de partir des pratiques, plus ou moins collectives, et non du sens que leur accordent les acteurs, ni même des justifications qu’ils pourraient produire. Cela consiste à considérer les pratiques, comme des « blocs d’activités », de « compétences » et de sens liés par des routines. Les exemples donnés par Schatzki sont assez divers, puisque la vie sociale « consiste en une grande variété de pratiques, comme la négociation, la cuisine, la banque, les loisirs ou les pratiques politiques, religieuses et éducatives » (Schatzki 2002 : 70). Warde propose notamment de considérer cette intégration sous trois angles principaux : les significations, les procédures et les engagements.

13Les conclusions de ce livre et la figure du mangeur qui en sortent ne sont pas très éloignées de ce que l’on peut lire sous la plume de spécialistes de l’alimentation. Ce qui change est du côté des héritages revendiqués et de certaines justifications théoriques. De ce point de vue, une des qualités, et non des moindres, de ce livre, est de forcer le lecteur à faire retour sur des questions centrales, mais thématisées différemment dans les sociologies de l’alimentation françaises. Ce faisant l’ouvrage invite à un travail épistémologique sur les fondements des approches de l’alimentation par les sciences sociales.

14Pour ce compte rendu, nous retiendrons les trois obstacles supposés à la théorisation. D’autres questions, comme le lien entre identité et alimentation ou encore l’étendue et la configuration de l’espace de décision auraient pu également donner matière à discussion. Revenons à nos obstacles. Le premier est la place de Bourdieu dans la sociologie de l’alimentation, le second, la question de la pluridisciplinarité et, le troisième, le retournement vers l’aval en l’occurrence vers l’acte de consommation.

Théories & pratique(s) : Bourdieu vu du monde anglo-saxon

15Il y a plus de quinze ans, au cours d’un séminaire du groupe de travail ENCAFE (European Network for Comparative Analysis on Food and Eating), Warde présentait ce qui allait devenir l’article « Consumption and theories of practice » (Warde 2005). Si la perspective d’investir les routines et les allants-de-soi que mobilisent les pratiques alimentaires faisait largement consensus, la référence à la théorie de la pratique de Bourdieu, avec son enracinement structuraliste « daté », avait surpris et quelque peu dérouté la part de l’auditoire familière de la sociologie francophone. En France, l’attention portée à « La distinction » domine. Considéré comme une œuvre majeure, ce livre fait l’exposé de la théorie de l’habitus. « La théorie de la pratique » a un statut moins prestigieux, passé en partie par les pertes et profits du structuralisme ; si les contenus empiriques ethnographiques ont résisté, les analyses semblent un peu marquées par l’esprit du temps.

16Cependant, au-delà du consensus sur l’intérêt de la théorie de l’habitus, (« structure perceptive et interprétative »), une des tentatives les plus réussies d’articulation entre postions sociales, goûts et choix des individus, La distinction, comme sociologie des goûts, a suscité certaines prises de distances. Pour certains, elle a été un obstacle à la sociologisation de la gastronomie qui, réduite aux avatars du processus de distinction, disparaît et se dissout dans les jeux de différentiation (Poulain 2006 ; Zancanaro 2019). Pour d’autres, parfois des proches, derrière l’autonomisation des goûts populaires se profile le risque de glissement populiste (Grignon & Passeron 1989). Dans une revue de littérature qui date d’avant la sortie de ce livre, Sophie Dubuisson-Quellier et Marie Plessz (2013 : 5), pointent une des difficultés de l’assemblage Bourdieu - Schatzki. La « plasticité » que donne à la « théorie des pratiques » (version turn of pratices) « a probablement favorisé sa diffusion dans le contexte anglo‑saxon »,… cependant « elle constitue (…) un frein à sa mobilisation par les chercheurs français du champ de la consommation, plus proches des filiations bourdieusiennes ».

  • 1 Formes de collaboration que François de Singly a minutieusement décrites (Singly 1998).

17Il y a longtemps que l’œuvre de Bourdieu est pour Warde une source d’inspiration. Vue du Royaume-Uni, les querelles et controverses entre gardiens du temple, disciples dissidents ou éconduits, convertis tardifs… dans lesquelles s’entremêlent problématiques scientifiques et histoires de vie… qui résultent à la fois des conditions d’une production scientifique hors norme et des formes de collaboration inhabituelles1, … ces querelles et controverses passent, avec Warde, au second plan. Il échappe à ces jeux de pouvoir et de vassalité qui, dans l’ombre portée du grand homme, saturent le « petit monde » sociologique français. Ainsi offre-t-il un regard apaisé, distancié et positif. Dès lors, il démêle avec subtilité ce qui relève de l’esprit du temps, du tribut payé au structuralisme des années 1970, de ce qui constituait des propositions heuristiques. Dans la conclusion de l’article du Dictionnaire des cultures alimentaires qu’il consacre à Bourdieu - qu’il présente comme « le plus éminent sociologue mondial du dernier quart du XXème siècle »- il écrit : « Malgré toutes ces critiques, la contribution de Pierre Bourdieu pour comprendre la consommation alimentaire dans nos sociétés modernes et les effets de la structure sociale sur le goût a été significative. Son legs intellectuel est encore loin d’être épuisé » (Warde 2018 : 212). Comment l’œuvre de théorisation est-elle influencée par le contexte scientifique et culturel dans lequel se déploie le chercheur ? De ce point de vue, ce livre montre que le fait d’être à la bonne distance des pesanteurs biographiques, lui permet d’oser des combinaisons théoriques, lues comme pertinentes, au moins dans une partie de la communauté scientifique.

Retournement de perspective

18Le retournement proposé consiste à s’affranchir de la vision d’une filière alimentaire pilotée par l’amont, par la production, en basculant le regard vers la consommation. En première lecture, cette proposition surprend tant cet argument est constitutif de l’émergence de l’étude de l’alimentation par les sciences sociales. Dans le monde anglo-saxon, il peut être mis au crédit de Mary Douglas (1972, 1984) qui fait du repas la porte d’entrée. Ann Murcott (1983), Mennell, Murcott & Van Otterloo (1992), Alex McIntosh (1996) contribuent à fonder un territoire. Alan Beardsworth et Teresa Keil (1990), faisant un retour sur les conditions d’émergence, voient même dans ce regard depuis l’aval l’une de ses causes principales. Dans le monde francophone, Léo Moulin (1967) fait figure de pionnier. Dès la fin des années 1970, nombreux sont les sociologues et anthropologues, de courants théoriques différents, qui ont fait le choix d’opérer un retournement de perspective vers l’aval (de Garine 1979 ; Fischler 1979 ; Hubert 1984 ; Grignon 1980 ; Herpin 1980 ; Lambert 1985 ; Poulain 1985 ; Corbeau 1997) en prenant soin de distinguer « consommateur » au sen économique (celui qui achète) et « mangeur », qui consomme au sens alimentaire. Entre consommation économique et consommation alimentaire, une série d’étapes (cuisiner, concevoir le repas et partager les repas) ajoutent interactions et sources de différenciation sociales. Cuisine, prendre les repas, sont des événements sociaux. Ce qui a débouché sur une « sociologie des mangeurs » (Fischler 1990 ; Lambert 1984 ; Corbeau 1992 ; Corbeau & Poulain 2002, Hubert et al. 2007). La figure du « mangeur » s’oppose à celle du « consommateur », développant une approche en termes de calculs de coûts/ intérêts dominante dans l’économie, les sciences de la nutrition et la santé publique. Ce courant prend soin de se distinguer de l’approche économique où domine la question de la rationalité en finalité en introduisant rationalité en valeur de routinisation (Corbeau & Poulain 2002 ; Asher 2005).

19Concernant la vision descendante, la filière du manger de Corbeau opère une rupture en plaçant au centre de l’arène les mangeurs entourés des acteurs concernés par l’alimentation (Corbeau 1992). Même la sociologie rurale se démarque de la lecture en filière descendante dominante durant la seconde moitié du vingtième siècle, prenant acte du déclin démographique de la catégorie professionnelle des paysans (Mendras 1967) et la transformation du monde rural en connexion avec les territoires et les marchés (Hervieu et Viard 2001 ; Hervieu & Purseigle 2013).

20Warde propose en fait un double mouvement : le premier sur les pratiques alimentaires et le second vers les champs sociologiques qui regardent la consommation. Depuis une bonne vingtaine d’année, elle a contribué à légitimer le regard de la sociologie sur les activités marchandes, à produire une métathéorie du marketing et à transformer la compréhension du « client » ou du « consommateur » (Callon 1998 ; Cochoy 1999 et 2002 ; Dubuisson Quellier 1999 ; Steiner et Vatin 2009). Avec le développement de la sociologie économique, l’approche par la consommation peut être aujourd’hui perçue comme une voie de « sociologisation de la question ». Ces alliances et connexions entre champs sont pertinentes, mais portent aussi un risque de perte de lisibilité. C’est pourquoi Warde affiche l’ambition de poser l’alimentation non comme un lieu d’indexation, mais comme un espace empirique susceptible de déployer, en connexion avec la sociologie économique, une théorisation à portée générale.

La centration disciplinaire

21La centration disciplinaire a pour but d’échapper à la dispersion et à la « superficialité » qui découlent de l’approche pluridisciplinaire. Cependant de par son caractère complexe, l’alimentation est aussi confrontée à des risques de dispersion au sein de la sociologie elle-même. Dans de nombreux champs de cette discipline, elle peut aisément devenir un lieu d’indexation et se dissoudre dans des problématiques qui la débordent. C’est le paradoxe de l’invisibilité de cet objet, à la fois partout présent, mais jamais au centre de la focale, avant que ne se fondent des sociologies de l’alimentation (Poulain 2002). Faire d’un ancrage disciplinaire fort un préalable au dialogue interdisciplinaire est une position largement partagée, il peut même être vu comme une condition de sa réussite.

22Avant d’approfondir l’analyse des enjeux de cette « centration », il convient de rappeler le rôle décisif de la réflexion sur l’organisation des disciplines dans l’histoire de la thématisation de l’alimentation, en France (Poulain et Corbeau 2012) et le fait que les premières thèses se sont réalisées à la fois dans le sillage d’Edgar Morin, en sociologie et en ethnologie, et de Georges Condominas (1980). Il convient également de le faire en gardant à l’esprit que la sociologie française est, depuis ses origines, marquée par une double tradition : celle du « fait social » incarnée par Durkheim, qui inscrit l’objet dans un strict espace épistémologique de causalité (« la cause d’un fait social est à rechercher dans un autre fait social ») et celle du « fait social total », représentée par Mauss, et qui assume le fait que certains objets, dont l’alimentation, débordent cette définition et qui considère comme relevant du projet sociologique l’analyse des connexions avec les espace disciplinaires environnants. Si l’on ajoute à cela le caractère multi-paradigmatique de la sociologie, la question de l’ancrage disciplinaire se complexifie.

23Une typologie des approches sociologiques de l’alimentation est possible dans un espace en tension entre deux continuums : le premier allant de la centration sur le « fait social » à l’ouverture pluridisciplinaire et le second de la focale mise sur les changements d’un côté ou sur les permanences de l’autre. De cet « espace épistémologique » ressortent plusieurs approches. On peut se poser dans le périmètre défini par les problématiques d’inégalités, de genres, de hiérarchie, de classes sociales… (Aymard, Grignon et Sabban 1993) ; Gojard, Lhuissier, Régnier 2006 ; Cardon, Depecker et Plessz 2019) ou élargir le champ en instaurant des dialogues avec les disciplines connexes (Saint Pol 2017 ; Fischler 1990 ; Ward, Coveney et Henderson 2010 ; Germov & Williams 2008 ; Dupuy 2013 ; Fournier, 2016, Fournier & Poulain 2016 ; Tibère 2016). La mise au pluriel de notre titre « Sociologies de l’alimentation » prend acte de l’irréductibilité des postures, en même temps que de leur complémentarité (Poulain 2002).

24Ancrage disciplinaire donc, mais sur quelle(s) tradition(s), sur quel(s) paradigme(s) sur quelle(s) problématique(s). Warde propose une connexion avec le champ de la sociologie économique, avec l’ambition de ne pas laisser l’alimentation disparaître derrière les questions de marché mais de faire la démonstration que cet objet est de nature à permettre une théorisation plus forte, y compris des questions consommation.

Vers une théorie du manger ?

25Warde soutient l’idée que les pratiques alimentaires doivent être moins conçues comme résultant de processus décisionnels, que comme des compétences banales, routinières et incorporées. Il adosse sa perspective au concept d’habitus et met l’accent sur l’incorporation des influences sociales et ses capacités à produire des pratiques sociales. Il souligne le fait que nos comportements alimentaires sont le plus souvent irréfléchis, non pensés et habituels. Il en tire la conclusion que l’alimentation humaine ne peut pas être pensée comme le résultat de choix conscients. Cette perspective invite à regarder les routines, les pratiques incorporées, les temporalités, les habitus… comme à la fois des principaux déterminants et des leviers d’action. Ce faisant, Warde contribue à extraire l’alimentation des fictions qui hypertrophient la décision, et à sociologiser l’approche de l’alimentation. Mais peut-on d’un trait de plume rayer tout espace de décision ? Si de nombreux éléments échappent à tout processus de décision, celui-ci n’est jamais nul. Sans décision comment penser les mouvements sociaux qui traversent l’alimentation contemporaine ? Les stratégies de boycott ? Les conversions au végétarisme (Lamine 2008) ou alimentations particulières (Fischler 2006) ? 

26Si ces idées ne sont pas tout à fait neuves, ce livre leur donne un supplément de légitimité en tirant des fils entre des traditions aux contours parfois assez étanches. Son grand mérite est de montrer, moins avec des arguments critiques que de façon « positive » et systématique, le caractère en grande partie impensé des pratiques alimentaires et de rappeler les complexes assemblages, routines, scenarii qui fonctionnent dans « l’allant de soi »… Pour cela, ce livre fera date.

Top of page

Bibliography

ASCHER F. 2005. Le mangeur hypermoderne. Paris: Odile Jacob.

AYMARD M., GRIGNON C. & SABBAN F. 1993. Le temps de manger : alimentation, emploi du temps et rythmes sociaux. Paris : Inra-Quae.

BEARDSWORTH A. & KEIL T. 1990. “Putting the Menu on the Agenda”. Sociology, 24(1) : 139-151.

BOURDIEU P. 1972. Esquisse d’une théorie de la pratique : Précédé de trois études d’ethnologie kabyle. Paris : Seuil.

BOURDIEU P. 1979. La distinction. Paris : Minuit.

CALLON M. 1998. “An essay on framing and overflowing: economic externalities revisited by sociology”. The Sociological Review. 461 sup : 244-269.

CARDON P., DEPECKER T. & PLESSZ M. 2019. Sociologie de l'alimentation. Paris : Colin.

COCHOY F. 1999.  « De l’embarras du choix au conditionnement du marché. Vers une socio-économie de la décision ». Cahiers internationaux de sociologie. 106 : 145-173.

COCHOY F. 2002. « Une petite histoire du client, ou la progressive normalisation du marché et de l’organisation ». Sociologie du travail. 44 (3) : 357-380.

CONDOMINAS G., 1980, L’espace social à propos de l’Asie du Sud-Est. Paris : Flammarion.

CORBEAU JP. & POULAIN JP. 2002. Penser l’alimentation. Toulouse : Privat.

CORBEAU JP. 1992. « Rituels alimentaires et mutations sociales ». Cahiers internationaux de sociologie : 101-120.

DUBUISSON-QUELLIER S. & PLESSZ M. « La théorie des pratiques », Sociologie [en ligne], N°4, Vol.4 2013, mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 28 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2030 .

DUBUISSON-QUELLIER S. 1999. « Le prestataire, le client et le consommateur : Sociologie d'une relation marchande ». Revue française de sociologie : 671-688.

DUPUY A. 2013. Plaisirs alimentaires. Socialisation des enfants et des adolescents. Tours : PUR & Presses universitaires François-Rabelais.

FISCHLER C. 1979. « Gastro-nomie et gastro-anomie, Sagesse du corps et crise bio-culturelle de l’alimentation moderne », Communications. 31 : 189-210.

FISCHLER C. 1990. L’Homnivore. Paris : O.Jacob.

FISCHLER C. 2013. Alimentations particulières (Les): Mangerons-nous encore ensemble demain ? Paris : O. Jacob.

FOURNIER T. & POULAIN JP. 2017. « La génomique nutritionnelle:(re) penser les liens alimentation-santé à l’articulation des sciences sociales, biomédicales et de la vie ». Natures Sciences Sociétés. Vol. 25, no 2, p. 111-121.

FOURNIER T. 2012. « Suivre ou s'écarter de la prescription diététique ». Sciences sociales et santé. Vol. 30, no 2, p. 35-60.

GARINE I. (de) 1979. « Culture et nutrition ». Communications, 31 (1) : 70-92.

GERMOV J. WILLIAMS. L. 2008. A sociology of food & nutrition: the social appetite. Oxford : Oxford University Press, USA.

GOJARD S., LHUISSIER A. & REGNIER F. 2006. Sociologie de l’alimentation. Paris : La Découverte.

GRIGNON C. & PASSERON J. C. 1989. Le savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris : Le Seuil.

GRIGNON C. 1980. « Consommations alimentaires et styles de vie: contribution à l'étude du goût populaire ». Revue française de sociologie. 21-4 : 531-569.

HERPIN N. 1980. « Comportements alimentaires et contraintes sur les emplois du temps », Revue française de sociologie. 29 : 599-621.

HERVIEU B. & PURSEIGLE F. 2013. Sociologie des mondes agricoles. Paris : Colin.

HERVIEU B. & VIARD J. 2001.L’archipel paysan. La Tour d’Aigues : L’Aube.

HOLM L. 2003. “Blaming the consumer: On the free choice of consumer and the decline in food quality in Denmark”, Critical Public Health. Vol.13, n°2 : 139-154.

HUBERT A., DE LABARRE M., PASQUET P., MARTINEZ C.P., ROUSSELOT-PAILLEY A. 2007. « Conduites (ou pratiques) alimentaires et nutrition ». L’homme et sa diversité : Perspectives en enjeux de l’anthropologie biologique. Paris : CNRS.

LAMINE C. 2008. Les intermittents du bio : pour une sociologie pragmatique des choix alimentaires émergents. Paris : Quae.

LEPILLER O. & POULAIN JP. 2015. « 50 ans de dialogue entre sciences humaines et sociales et sciences de la nutrition ». Cahiers de Nutrition et de Diététique50(6) : 6S75-6S84.

MCINTOSH W.A. 2013. “The sociology of food”. In Routledge International Handbook of Food Studies. London : Routledge.

MENDRARS H. 1992 (1967). La fin des paysans. Arles: Actes Sud.

MENNELL S., MURCOTT A. & Van OTTERLOO A. H. 1992. The sociology of food: eating, diet, and culture. London : Sage Publications.

MOULIN L. 1975. L’Europe à table, introduction à une psychosociologie des pratiques alimentaires. Bruxelles : Elsevier Séquoia.

MURCOTT A. (ed) 1983. The sociology of food and eating: essays on the sociological significance of food. Aldershot : Gower.

POULAIN JP. & CORBEAU JP. 2012. "Thématisation de l'alimentation dans les sciences humaines sociales", in JP. Poulain (ed) 2012. Dictionnaire des cultures alimentaires. Paris : PUF : 1329-1336.

POULAIN JP. 2002. Sociologies de l’alimentation. Paris : PUF.

POULAIN JP. 2006. « Gastronomie française, gastronomies françaises », in D. Goldstein, K. Merkle (ed): Cultures culinaires d’Europe: identité, diversité et dialogue. Strasbourg : Conseil de l’Europe : 161-174.

SAINT POL T. (de) 2017. « Les évolutions de l’alimentation et de sa sociologie au regard des inégalités sociales ». L'Année sociologique. 67(1) : 11-22.

SCHATZKI T., CETINA K. & Von SAVIGNY E. 2001. The Practice Turn in Contemporary Theory. London: Routledge.

SINGLY F. (de) 1998. « Bourdieu : nom propre d’une entreprise collective ». Le Magazine Littéraire. N°369 : 39-44.

STEINER P. & VATIN F. 2009. Traité de sociologie économique. Paris : PUF.

TIBÈRE L. 2016. “Food as a factor of collective identity: The case of creolisation”, French Cultural Studies, 27(1).

WARD P., COVENEY J. & HENDERSON J. 2010. “A sociology of food and eating: Why now?” Journal of Sociology. 46(4): 347-351.

WARDE A. 2018. « Bourdieu », in JP.Poulain (ed), Dictionnaire des cultures alimentaires. Paris : PUF.

WARDE A. 2005. “Consumption and theories of practice”. Journal of consumer culture. 5(2) : 131-153.

ZANCANARO F. 2019. La créativité culinaire. Les trois étoiles du guide Michelin. Tours: PUR.

Top of page

Notes

1 Formes de collaboration que François de Singly a minutieusement décrites (Singly 1998).

Top of page

References

Electronic reference

Jean Pierre Poulain, « Vers une théorie sociologique du manger, compte-rendu de The Practice of Eating d’Alan Warde », Anthropology of food [Online], Book-reviews: winter 2019-20, Online since 25 November 2019, connection on 13 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/aof/10430

Top of page

About the author

Jean Pierre Poulain

ISTHIA, Université Toulouse (France), CERTOP UMR-CNRS 5044 ; Chair of “Food Studies: Food, Cultures and Health”, Taylor¹s University (Malaysia), poulain@univ-tlse2.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page