Skip to navigation – Site map

J. Csergo: La gastronomie est-elle une marchandise culturelle comme les autres ?

Marion Demossier

Full text

Julia Csergo. 2016. La gastronomie est-elle une marchandise culturelle comme les autres? La gastronomie française à l’UNESCO : Histoire et Enjeux. Chartres, Menu Fretin. 313 p. ISBN 9791096339037.

1L’ouvrage de l’historienne Julia Csergo consacré à la gastronomie française, et en particulier au processus qui a mené à l’inscription en 2010 du repas gastronomique des Français à l’UNESCO, était très attendu et il ne déçoit guère. Bien au contraire, la distance géographique et temporelle que l’historienne a souhaité prendre permet un véritable travail critique, bien familier aux anthropologues qui naviguent souvent entre temps et espace pour asseoir leur réflexion.

2S’appuyant sur son expérience en tant que responsable scientifique de la candidature au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, Julia Csergo nous propose une série de réflexions autour du sens de cette inscription et ce qu’elle a apporté ou non à la France, aux professionnels de sa gastronomie, producteurs, transformateurs, artisans et cuisiniers. Son argument est de montrer dans quelle mesure l’occasion a été manquée pour l’État français de prendre avantage de ce nouvel instrument de la gouvernance patrimoniale mondiale qu’est le patrimoine immatériel ou convention PCI 2003, et d’en mesurer ses retombées tant sur le plan économique qu’en matière de développement durable et de gestion des territoires.

3Trois thèmes se dégagent de l’argumentaire : la tentative d’enraciner et d’établir historiquement cette notion de gastronomie en attachant le patrimoine immatériel au patrimoine matériel qui aurait pu être défini à travers les produits et savoir-faire du champ alimentaire (chapitres 3 à 9) ; le rendez-vous manqué de la France à une ambition mondiale de gouvernance alimentaire et gastronomique (chapitres 10 à 23) et, enfin, un retour sur les conditions de cette patrimonialisation et ses limites politiques pour conclure plus largement sur l’avenir.

4Selon Julia Csergo, la question de la définition de la notion de patrimoine gastronomique s’est trouvée marquée par la plus totale confusion sur le plan des contenus ainsi que des orientations. Forts d’un passé historique glorieux, les acteurs de ce nouveau champ patrimonial - des institutions aux chefs en passant par les personnalités politiques et académiques - se sont trouvés incapables de formuler une réflexion commune articulée autour des conventions définies par le PCI. C’est sur la base de ce constat que l’historienne développe des propositions de réflexion sur les fondements des valeurs culturelles portées par le patrimoine immatériel suivies par une approche systémique qui permettrait d’envisager l’avenir (fig.2 p. 96 et fig. 3 p 99). Dans ce travail de réflexion, elle regrette d’ailleurs l’absence d’une référence aux produits alimentaires qui aurait pu ancrer concrètement la Convention dans une ambition plus identitaire et territoriale. L’absence de consensus et de vision commune ainsi que les enjeux politiques et personnels qui ont entouré le dossier ont, selon l’auteur, détourné la mise en place d’un véritable outil de gouvernance des territoires et d’une valorisation économique qui aurait bénéficié à tous.

5Dans le débat qui entoure la question du patrimoine immatériel, un certain embarras marque l’engagement français. Selon Csergo, ouvrir la porte de la diversité laisse supposer une reconnaissance des communautés et particularismes, conception qui porte atteinte à une idée républicaine du patrimoine déjà malmenée. De plus, la notion de patrimoine immatériel reste aux yeux des spécialistes une perplexité administrative (p. 181), vaste source d’anxiété pour les bureaucrates. Enfin, cette complexité s’est trouvée largement instrumentalisée par différents groupes d’intérêts aux enjeux divers mais aussi plus ou moins honorables. L’analyse de l’historienne s’attarde donc sur la question de vide juridique entourant le PCI et permettant certaines réappropriations peu convenues.

6Cette analyse critique contribue de façon importante à la discussion autour du patrimoine culinaire et ses enjeux plus larges. Il aurait été intéressant cependant de pousser une réflexion critique autour de cette notion de gastronomie française qui, pour certains, relève davantage des mythologies que d’une véritable réalité sociologique. Cette remarque ne diminue en rien la valeur de cet ouvrage de référence qui, au-delà de l’histoire, intéressera certainement de nombreuses autres disciplines. Une traduction en anglais serait la bienvenue.

Top of page

References

Electronic reference

Marion Demossier, « J. Csergo: La gastronomie est-elle une marchandise culturelle comme les autres ? », Anthropology of food [Online], Book-reviews: winter 2019-20, Online since 20 December 2019, connection on 24 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/aof/10442

Top of page

About the author

Marion Demossier

Université de Southampton (UK) ; M.Demossier@soton.ac.uk

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page