Skip to navigation – Site map

Les Afriques de l’alimentation : environnement et santé au cœur des changements globaux contemporains

Appel à contributions
Chantal Crenn, Isabelle Gobatto, Abdourahmane Ndiaye, Laurence Tibère, Moustapha Seye and Abdou Ka

Editor's notes

Chantal CRENN, MCF-HDR, Université de Bordeaux Montaigne, UMR 5319 Passages

Isabelle GOBATTO, MCF-HDR, Université de Bordeaux, UMR 5319 Passages

Abdourahmane NDIAYE, MCF, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5319 Passages

Laurence TIBERE, MCF-HDR, Université de Toulouse Jean Jaurès, Certop-CNRS CNRS UMR5044

Moustapha SEYE, CR, Université Cheikh Anta Diop De Dakar, Institut Fondamental d'Afrique Noire Ch. A. Diop, LARTES-IFAN

Abdou KA, anthropologue de l'alimentation, Université Assane Seck de Ziguinchor, UMI 3189 Environnement, Santé, Sociétés.

Thinking ecologically about food reminds us that « eating is an agricultural act (enfing) the annual drama of the food economy that begins with planting and birth » (Berry, W. 1992)

A l’heure des changements sociaux et environnementaux globaux (Blanc, Demeulenaere, Feuerhahn 2017), proposer un appel à contributions sur les pratiques et représentations alimentaires et sanitaires au sens large, allant de la graine au bol voire aux sols et aux déchets, en Afrique au XXIème siècle, mettant les consommateurs, les militants, les marchands, les mangeurs, les producteurs, les soignants et les patients au cœur de la réflexion s’est imposé à nous. En effet, le contexte de changements climatiques, de crise de la biodiversité et d’augmentation de la population (que l’on peut qualifier de transformations environnementales), ainsi que des préoccupations de santé, nous amène à nous interroger: comment les individus s’appuient-ils sur l’alimentation pour construire leurs rapports aux autres, humains et non humains, et comment se situent-ils socialement, politiquement, culturellement dans les sociétés urbaines et rurales africaines face aux changements alimentaires contemporains, alors que la conscience (Milne 2013) d’une interdépendance alimentaire tout autant que sanitaire mondiale avec ses limites se répand ?

Sans revenir ici de manière détaillée sur l’histoire des recherches menées dans et à partir des sociétés africaines à propos de l’alimentation (Richards 1939), on peut dire qu’au fil du XXème siècle, « nutrition » et « rentabilité agricole » se sont imposées (Moore & Vaughan 1994). Après moult pérégrinations coloniales, postcoloniales et indépendantistes, où les chercheurs en sciences sociales, français, sénégalais et britanniques (Shipton 1990, Gladwin 1991) notamment, ont oscillé entre désir d’application (éradiquer la faim) (Froment, De Garine et al. 1996) et dénonciation de la domination (Touré 1982) (et donc retrait total (Bessis 1979, Comité Sahel 1975)), les pratiques alimentaires quotidiennes furent enfin abordées comme objet scientifique (Anigbo 1987, de Waal A. 1989). Toutefois, du fait des paradigmes théoriques hégémoniques pendant cette période, dont le structuralisme, et à l’instar de ce qu’observe l’anthropologue britannique Jack Goody (1982), les fonctions surnaturelles, symboliques et rituelles de l’alimentation sont principalement prises en compte, omettant souvent les dimensions historiques et contextuelles (c’est-à-dire la chaîne production/ distribution/ préparation/ consommation). Mais Jack Goody est plus désireux de comprendre comment, au Ghana, se manifestent des cultures culinaires différenciées à cause de la diversité des structures socio-économique que d’analyser en leur sein les parcours individuels des mangeurs. Suivant Mintz, J. Goody met en lien l’alimentation au Ghana (et en Afrique de l’Ouest en général) avec la domination économique du Nord (Touré 1982) tant en termes de pillage des ressources naturelles qu’en termes de marché pour l’écoulement des produits manufacturés, bien avant le très médiatique ouvrage d’Anna Tsing (2017). Stimulante et prédictive réflexion de Jack Goody au regard de la situation environnementale actuelle. Toutefois le fait alimentaire n’y est pas analysé du point de vue des individus. Bien des années plus tard, les recherches, souvent encore inscrites dans le paradigme marxiste, ont coulissé du thème de la sécurisation alimentaire des métropoles africaines (Guyer 1987) à celui des changements ouvrant vers une transition alimentaire, et impliquant la question de l’émergence et du traitement des maladies chroniques. A ce titre, nombre d’épidémiologistes associent l’arrivée du diabète et de l’hypertension à l’occidentalisation des manières de manger. Toutefois, on sait peu de choses sur la manière dont sont vécues au quotidien toutes ces transformations alimentaires et environnementales qui ont des effets directs sur les corps, les imaginaires, les projets de vie, alors qu’abondance et disette se côtoient. In fine Charles Édouard de Suremain (2009) renforce notre constat. Pour lui, le thème de l’alimentation – à l’inverse de celui de la santé – reste au début des années 2000 finalement peu véritablement travaillé selon des points de vue anthropologiques et sociologiques, en particulier en Afrique de l’Ouest.

Cependant, et pour ne pas noircir le tableau, force est de constater que – de la fourche au bol – l’alimentation a donné lieu, ces dix dernières années, toutes disciplines confondues, à des travaux qui ont signé un tournant significatif dans ce champ de recherche. (Nukunya 2003, De Suremain & Razy 2008, Ndao 2009, Tuomainen 2009, Crenn et al. 2010, Louveau 2011, Gobatto & Tijou-Traoré 2011a et b, Le Port 2017, Ka 2016, Crenn & Hassoun 2014 (2018), Delavigne 2011, Manoli & Ancey 2014, Bricas et al. 2018, Leport & Tibère 2018, Bonnecase, Soula Yount-André, Lepillier, Bricas 2020). Elles ont toutes permis de mettre en évidence la diversité des situations et des pratiques en dehors des schémas transitionnels ou uniformisants. Ces recherches témoignent non seulement de la diversité des objets abordés mais aussi de l’émancipation des chercheur-e-s vis à vis des paradigmes théoriques évoqués plus haut. Les mangeurs/ses, les professionnels/les, les patient-e-s, les sujets en somme, sont au cœur des recherches elles-mêmes. Comme le note Jean-Pierre Hassoun dans la préface de l’ouvrage Manger en ville, les chercheur-e-s aujourd’hui « se préoccupent d’écrire l’histoire d’un plat, ou de regarder l’évolution de la restauration urbaine dans une capitale africaine » (Hassoun 2020 : 8) et, on ajoutera, plus que de leurs déterminants sociaux et culturels. Les aliments eux-mêmes, comme a pu le montrer de manière stimulante Céline Lesourd (2019) à propos du khat (plantes « amphétamines » de la Corne de l’Afrique expédiée partout dans le monde), deviennent des objets de recherches dont on suit « la vie sociale ».

Pour autant, si les habitant-e-s des sociétés africaines n’ont pas attendu ces dernières années pour saisir de manière intime et concrète les changements environnementaux comme ont pu le montrer les travaux tels ceux de Greta Gaard & Lori Gruen (2003), de Pierre Janin (2010) ou de Véronique Ancey (2014), il manque à ce jour, un état des lieux portant attention, à une échelle très fine et compréhensive, aux manières dont ces changements sont pensés et vécus par les individus, hommes et femmes, mangeurs/mangeuses et tous ceux qui participent aux paysages alimentaires.

Ainsi, les articles attendus ici ne porteront pas seulement sur les actes de produire, cuisiner ou ingérer, comme cela a déjà été fait, mais pourront prendre en compte l’ensemble des personnes composant le foodscape (Dolphijn 2004) et les espaces sociaux alimentaires (Poulain 2002) africains. Aussi serons-nous attentifs également à celui ou celle qui cultive, pêche, transforme l’alimentation, mais aussi restaure, soigne, interpelle face aux menaces perçues, milite, fait de la recherche etc., ceci dans des pays qui continuent à souffrir de l’héritage d’une domination coloniale qui a profondément dégradé leur environnement (Davis 2006).

Entre dépendance aux marchés et préoccupations environnementales : quelles pratiques alimentaires quotidiennes ?

Pratiques et représentations des changements environnementaux à partir des mondes alimentaires ordinaires des individus seront au centre des propositions d’articles (marchés, restaurants, gargotes etc.) La ville n’étant pas le seul lieu où ces changements globaux doivent être interrogés, les articles ayant pour cadre les mondes ruraux africains seront aussi les bienvenus. De même que ceux relatant la quotidienneté des ONG, des Institutions internationales ou associations locales en charge des questions alimentaires et environnementales. Ils permettront de saisir la fabrique des normes du point de vue non, pas des logiques institutionnelles, mais des biographies individuelles, des relations intimes vécues (Muller 2012).

Ventre vide, ventre « trop » plein : quand manger est un problème

De plus, ce numéro d’AoFood souhaite s’écarter de l’analyse des changements alimentaires considérés avant tout sous l’angle de la « transition » sanitaire ou du traditionalisme, ce qui ne nous apprend plus grand chose des multiples situations quotidiennes aujourd’hui éprouvées par les individus, en particulier autour des maladies chroniques non transmissibles liées à l’alimentation – diabète, hypertension, obésité… En la matière, beaucoup d’aspects restent à documenter et à analyser, s’agissant en particulier des reconfigurations d’expériences personnelles (Gobatto 2018) et de savoirs (ethnosciences, biomédecine) relatifs à ces maladies qui se déploient en lien avec les pratiques alimentaires, tant chez les professionnels de santé qu’au sein des familles.

Des cabas …des voyages… des idées et des marchandises entre les Afriques et le reste du monde : entre « bien-être », consommation et écologisme…

Considérant, à l’instar d’Achille Membe (2010) ou de Michel Agier (2013), qu’aujourd’hui le décentrement est fondamental dans les recherches en sciences sociales contemporaines concernant l’Afrique, ce numéro d’AoFood sera particulièrement sensible aux propositions d’articles qui permettent de saisir, à partir du continent africain lui-même, comment s’inventent, voyagent de nouvelles pratiques de consommation, de manger, de produire, de se soigner, de contester, de se sentir « bien », à partir d’une multiplicité de références locales et/ou venues de l’extérieur.

L’équipe de chercheurs qui coordonnent ce numéro, venant eux-mêmes d’horizons sociaux et géographiques divers et surtout d’Afrique de l’Ouest, témoigne d’ailleurs du souci de multiplier les points de vue en termes de genre, d’âge et d’appartenance nationale. Ainsi, sera-t-il attendu que les méthodes d’enquête de terrain soient particulièrement exposées ainsi que la posture réflexive des chercheurs quant à l’évolution des paradigmes théoriques de la thématisation alimentation-environnement-santé.

Suivant les trois points précédents, la revue AoFood invite les contributeurs à proposer des articles sur l’alimentation en Afrique, loin des idées reçues sur le traditionalisme versus l’occidentalisation, la faim, la malnutrition versus la surnutrition ou encore l’arriération agricole, qui ne permettent pas de saisir comment les populations africaines aujourd’hui inventent de nouvelles formes d’alimentation et conjointement de nouveaux rapports à l’environnement et à la santé.

Ce numéro d’Anthropology of Food souhaite faire le point sur toutes ces questions. Par exemple :

Comment les mangeurs, agriculteurs, pêcheurs, commerçants, les industriels de l’agro-alimentaires, perçoivent-ils leur quotidienneté alimentaire, leur place dans le changement du paysage alimentaire global ?

Face aux changements globaux, comment les transformations écologiques et sociales influent-elles sur les pratiques alimentaires quotidiennes ? Assiste-t-on à des affirmations politiques et identitaires (contestation de l’accaparement des terres, des mers, quête de justice environnementale, écoféminisme …) ?

Peut-on déceler les germes d’une souveraineté dans les formulations des enjeux alimentaires et environnementaux et dans les revendications des actions des consommateurs/trices, des producteurs/trices ?

Qui est à la l’initiative des mouvements de luttes liés aux différentes formes d’accaparement et de spoliation des ressources, de pollution et de dégradation de l’environnement ? Quelles sont leurs biographies ?

Entre les préoccupations sociales de plus en plus tournées vers le corps et la santé, et le désir de souveraineté alimentaire, quelles sont les pratiques et les imaginaires ? Peut-on aussi parler de quête de « bien-être » ?

Du point de vue de la santé par l’alimentation : voit-on émerger de nouvelles expertises comme celles de diététiciens, de nutritionnistes, de guérisseurs ? Quels sont les modes de production et de circulation des savoirs et des aliments en lien avec la santé ?

Plus subjectivement, à quoi aspirent les mangeurs, producteurs, consommateurs, militants, les patients dans leurs modes de vie alimentaires actuels alors qu’ils sont pris dans diverses injonctions normatives ? Comment innovent-ils ? Comment résistent-ils ?

Comment, quand la faim occupe encore les esprits et les ventres, les questions environnementales sont-elles vécues et concrètement abordées ?

Comment le religieux s’empare-t-il de ces questions des changements globaux (environnementaux) et avec quels impacts sur les pratiques alimentaires des croyants ?

Comment les transformations dans les environnements, les systèmes de valeurs, éclairent-elles la notion - en construction et en questionnement - de « transition alimentaire » ?

Les propositions de contributions (titre et résumé entre 4000 à 6000 signes, références bibliographiques incluses) sont attendues pour le 30 juin 2020. Elles devront préciser la nature des données et la forme de l’enquête, ethnographique, sociologique, géographique, linguistique ou historiographique, ainsi qu’un premier questionnement qui pourra évoluer durant l’écriture de l’article. Les questions de méthodologie peuvent être aussi au cœur de cette problématisation. Les propositions, comme les articles, peuvent être rédigés aussi bien en français qu’en anglais ou en espagnol.

Elles doivent être envoyées aux coordinateurs du dossier : Chantal.Crenn@iut.u-bordeaux-montaigne.frisabelle.gobatto@u-bordeaux.fr, Abdourahmane.Ndiaye@iut.u-bordeaux-montaigne.fr, laurencetibere@aol.comasska18@hotmail.com, moustapha7.seye@ucad.edu.sn

La sélection des propositions sera transmise aux auteur-e-s à la fin du mois de juillet 2020.

Les textes définitifs présentés devront se conformer aux spécifications détaillées dans le Guide aux auteurs d’AoFood (https://journals.openedition.org/aof/6899) et contenir entre 6000 et 8000 mots maximum, espaces, notes et bibliographie incluses) ; ils devront être envoyés avant le 31 décembre 2020. La publication de ce numéro est prévue pour Juillet 2021.

Bibliography

AGIER M. 2013. La condition cosmopolite, l’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire. Paris : La Découverte.

ANIGBO O.A.C. 1987. Commensality and human relationship among the Igbo: an ethnographic study of Ibagwa Aka, Igboeze L.G.A. Anambra State, Nigeria, Nsukka, Nigeria: University of Nigeria Press.

BERRY W.1992. “The pleasure of eating” in D.W. Curtin & L.M. Heldke (eds), Cooking, Eating, Thinking : Transformative philosophies of food, Bloomington, Indianapolis: IUP Press.

BESSIS S. 1979. L’arme alimentaire, François Maspéro : Paris.

BENDECH M.A., CHAULIAC M., MALVY D. 1998, « Alimentation de rue, mutations urbaines et différenciations sociales à Bamako (Mali), Sciences sociales et santé. Volume 16, n°2 : 33-59.

BLANC G., DEMELEUNAERE P., E. FEUERHAHN W. 2017. Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes. Paris : Publications de la Sorbonne.

BONNECASE V. 2016. « Le goût du riz. Une valeur sensorielle et politique au Burkina Faso », Genèses, n° 104, p. 7-29. 

BRICAS N., TCHAMDA C., MOUTON F. 2016. L'Afrique à la conquête de son marché alimentaire intérieur. Enseignements de dix ans d’enquêtes auprès des ménages d’Afrique de l’Ouest, du Cameroun et du Tchad. Paris, AFD, collection « Études de l’AFD », no 12

CERTEAU (de) M. D., GIARD L., MAYOL P. 1994. L'Invention du quotidien. Paris : Coll. Essais Folio.

COMITE SAHEL. 1975. Qui se nourrit de la famine en Afrique ? Paris : François Maspéro.

CRENN C. & HASSOUN JP. 2018. “The four ages of the fast food in Dakar”, Ethnologie Française, https://www.cairn-int.info/article-E_ETHN_141_0059--the-four-ages-of-fast-food-in-dakar.htm 

CRENN C., DELAVIGNE A.E., TECHOUEYRES I. 2010. «”Migrants’ food habits when returning home (in Bamako, Mali, and Dakar, Senegal)”, Anthropology of food [Online], 7 | December 2010, Online since 25 June 2011, connection on 23 March 2020. URL : http://journals.openedition.org/aof/6629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.6629.

CRENN C. & HASSOUN J-P. 2015. « Extraversion et/ou « localisation » du paysage alimentaire dakarois. Une analyse anthropologique par les marges. » in G. Boetsch, E. Macia, L. Gueye, Y. Jaffre (ed.), Santé et sociétés en Afrique de l’Ouest. Paris : CNRS Editions, 103-137.

CRENN C., KA A., LEPORT J. 2015. « Entre brousse, ville et cadre de la globalisation : les paysages alimentaires du Sénégal », in G. Boetsch, E. Macia, L. Gueye, Y. Jaffré, Santé et Société en Afrique de l'Ouest, CNRS Éditions : 171-202.

DAVIS M. 2006 [2001]. Génocides tropicaux, catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement. Paris : La Découverte.

DE SUREMAIN C-E. 2009. « Anthropologie de l'alimentation et de la nutrition » in L. Atlani-Duault & L. Vidal (ed.) Anthropologie de l'aide humanitaire et du développement : des pratiques aux savoirs, des savoirs aux pratiques. Paris : Armand Colin: 175-202.

De SUREMAIN C-E. & RAZY E. 2008. « Qui ne dîne pas ne dort pas ! ». De l’insécurité à l’incertitude alimentaire à Bamako (Mali), in P. Janin, C. Arditi, E. Fouilleux, I. Crouzel, A. Marie (ed.) La lutte contre l’insécurité alimentaire au Mali. Dispositifs, discours, représentations et mises en scène : Rapport de fin d’Action Concertée Incitative collective (CIRAD/IEDES-Université de Paris I/IRD) de l’ANR « Acteurs stratégiques, cadres normatifs de l’action et régulations des politiques alimentaires au Sahel » NPP21 (2004-2008). 2008. ird-0052259, pp153-168.

DELAVIGNE A-E. 2011. « La ‘bonne’ viande aujourd’hui à Bamako : le marché de la viande, entre deux conceptions de la qualité », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 97-117.

De WAAL A. 1989. Famine that Kills: Darfur, Sudan, 1984–1985. Oxford: Clarendon.

DIOP M-C. 2004. Gouverner le Sénégal - Entre ajustement structurel et développement durable, Paris : Karthala.

DOLPHIJN R. 2004. Foodscapes Towards Deleuzian ethics of consumption. Delft : Eburon.

FROMENT A., de GARINE I., BINAM BIKOI C., LOUNG J-F. 1996. Bien manger et bien vivre: Anthropologie alimentaire et développement en Afrique Intertropicale: du biologique au social. Paris: L’Harmattan Orstom.

GAARD G. & GRUEN L. 2003. “Ecofeminism: toward global justice and planetary health”, in A. Light & H. Rolston (eds) Environmental Ethics. An Anthology, IIIè ed., Oxford: Blackwell : 281-284.

GLADWIN CH. 1991. Structural Adjustment and African Women Farmers. Gainesville: Univ. Fla. Press

GOBATTO I. & TIJOU-TRAORE A. 2011a. « D’un savoir à l’autre, la lutte contre le diabète au Mali », Le Mook Autrement, série « Questions sociétales », Apprendre et transmettre pp. 77-85

GOBATTO I. & TIJOU-TRAORE A. 2011b.  « Apprendre à « savoir y faire » avec le diabète au Mali, La « fabrique » locale de savoirs et de rôles professionnels et profanes », Revue Anthropologie des connaissances, 3, Vol. 5 : 509-532.

GOBATTO I. 2018. « Conclusion », Emulations n° 27 : 113-121.

GOODY J. 1982. Cooking, Cuisine and Class: a Study in Comparative Sociology. Cambridge, UK: Cambridge Univ. Press

GUYER J. 1987. Feeding African Cities: Studies in Regional Social History. Bloomington: Ind. Univ. Press.

HASSOUN J-P. 2020. « Préface » in A. Soula, C. Yount-Andre, O. Lepiller, N. Bricas (ed.) Manger en ville. Regards socio-anthropologiques d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie, Versailles : Editions Quae

JACKSON P. 2013. “Ecology” in P. Jackson & the CONANX group (eds.) Food Words, essays in culinary culture, London: Bloomsbury: 72-73

JANIN P. 2010. Surveiller et nourrir. La politique de la faim. Paris : Karthala, Politique Africaine, n° 119.

KA A. 2016. « Manger à Widou Thiengoly (Nord-Sénégal): de l'abondance remémorée à la dépendance au marché ». Thèse, Sénégal.

LENTZ C. 1999. Changing Food Habits: Case Studies from Africa, South America and Europe. Amsterdam: HarwoodAcad.

LEPORT J. 2017. Dynamiques de changement des modèles alimentaires : le cas du poisson à Dakar. Thèse de sociologie. Sous la direction de J-P. Poulain et N. Bricas, Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, 2017. NNT : 2017TOU20017.

LESOURD C. 2019. Puissance khat. Vie politique d'une plante stimulante. Paris : PUF.

LOUVEAU F. 2011. « L'écologisme d'un mouvement religieux japonais au Sénégal. De la guérison à la gestion de l'environnement par Sukyo Mahikari », Cahiers d'études africaines, vol. 204, n° 4, 2011, p. 739-768.

MANOLI C. & ANCEY V. 2013. « Effets ambigus de la mobilité des jeunes pasteurs : entre la sécurisation des conditions de vie pastorales et l'émancipation individuelle au Ferlo, Sénégal » in G. Azoulay, V. Ancey, D. Dormoy, C. Crenn, A. Mangu, A. Thomahausen (ed.) Mobilités et migrations : Figures et enjeux contemporains. Pluralité des regards et des disciplines. Paris : L'Harmattan, p. 185-201. (Presses universitaires de Sceaux).

MILNE R. 2013. « Science » in P. Jackson & the CONANX group (eds.) Food Words, essays in culinary culture, London: Bloomsbury: 183-193.

MBEMBE A. 2010. Sortir de la grande nuit. Essai sur l'Afrique décolonisée. Paris : La Découverte, coll. « cahiers libres » EAN : 9782707166708.

MOORE H. & VAUGHAN M. 1994. Cutting Down Trees: Gender, Nutrition, and Agricultural Change in the Northern Province of Zambia, 1890–1990. Portsmouth : NH: Heinemann.

MÜLLER B. 2012. « Comment rendre le monde gouvernable sans le gouverner : les organisations internationales analysées par les anthropologues », Critique internationale, vol. 54, no. 1 : 9-18.

NDAO M. 2009. Le ravitaillement de Dakar de 1914 à 1945, Paris : L'Harmattan.

NDIAYE A. 2020 (à paraître). « Transition sociale-écologique et circuits courts alimentaires de proximité : entre gouvernementalisation et engagement citoyen » in C. Bouisset & S. Vaucelle (ed.), Transitions et reconfigurations des spatialités, Versailles : Éditions Quae, collection Ecopolis, 16 p.

NUKUNYA G.K. 2003. Traditions and Change in Ghana: an introduction to sociology. Ghana Universities Press. Oxford, UK: African Books collective.

PELLETIER P. 1993. L’imposture écologique, Montpellier: GIP Reclus.

POULAIN J-P, 2002, Sociologies de l'alimentation, Paris : PUF.

RICHARDS A. I. 1939. Land, labour and diet in northern Rhodesia. An economic study of the Bemba tribe, London: Oxford University Press.

SHIPTON P. 1990. “African famines and food security: anthropological perspectives” Annu. Rev. Anthropol. 19:353–94.

SOULA A., YOUNT-ANDRE C., LEPILLER O., BRICAS N. (ed.) 2020. Manger en ville. Regards socio-anthropologiques d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Versailles : Editions Quae.

TIBERE L. & LEPORT J. 2018. « Ceebujën » in J-P. Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires, Paris : PUF : 278-282.

TOURE A. 1982. La civilisation quotidienne en Côte d’Ivoire : procès d’Occidentalisation. Paris : Karthala.

TSING A. 2017. Le champignon de la fin du monde ; Sur les possibilités de vivre dans les ruines, du capitalisme. Paris : La Découverte.

TUOMAINEN H. M. 2009. “Ethnic identity, (post)colonialism and foodways: Ghanaians in London. Food, Culture and Society: an International Journal of Multidisciplinary Research, 12: 525-554. DOI: 10.2752/175174409X456773

WALKER I. 2012. “Ntsambu, the foul smell of home: food, commensality and identity in the Comoros and the diaspora”. Food and Foodways: Explorations in the History and Culture of Human Nourishment, 20: 187-210.

Top of page