Skip to navigation – Site map

La contrainte et l’alimentation comme vecteurs d’autonomisation dans des réseaux agroalimentaires alternatifs

Constraints and food as vectors of autonomization in alternative food networks
Julien Vuilleumier, Jérémie Forney and Marion Fresia

Abstracts

Based on ethnographical research about local contract farming initiatives in Switzerland, such as collectives gathering food producers and consumers around a common project, this article aims to contribute to the reflection about new food utopias, their empirical realities, the transformation of meaning they induce and their modes of regulation. Two elements constitute the essential vectors of recompositions generated by and within these agri-food networks: 1) the constraints related to the terms of the contract which binds consumers to the initiative while strengthening the autonomy of producers with regard to large-scale distribution; 2) food, which quality and value are redefined and which acts as a mediator in the reconfiguration of producers-consumers relationship. We show that the continuation of the participants’ involvement into other, more conventional forms of commercialisation and consumption, supports a positive interpretation of constraints as factors of empowerment, however partial, and the emergence of real-life food utopias.

Top of page

Full text

1Autrefois porteurs d'un grand espoir - celui d'éradiquer la faim - les systèmes agro-alimentaires contemporains font désormais l'objet d'une critique grandissante pour leurs conséquences sanitaires, sociales et environnementales. En même temps, les questions alimentaires cristallisent tous les espoirs et sont perçues comme des leviers fondamentaux d'une transition vers un monde post-productiviste. Agriculture biologique, circuits courts, potagers urbains, permaculture et mouvements de « consom'acteurs », partout dans le monde, des initiatives cherchent à redéfinir les rapports à la production et la consommation et incarnent le désir d'un changement sociétal plus large. Loin d'être de simples récits porteurs d'espoirs, ces food utopias (Stock, Carolan & Rosin, 2015) s'incorporent dans une diversité de pratiques, de réseaux et de dispositifs qui, s'ils ne sont pas toujours aussi nouveaux qu'ils ne paraissent, ont une dimension contestataire, et de plus en plus, transnationale. Comment ces food utopias se manifestent-elles en Suisse ? Quelles formes d'expérimentations sociales recouvrent-elles et à quels niveaux, participent-elles à modifier les pratiques de consommation et de production majoritaires ? A partir du cas de l’agriculture contractuelle de proximité (ACP) en Suisse Romande, cet article propose de contribuer à la réflexion académique sur ces nouvelles utopies agro-alimentaires, les réalités empiriques qu'elles recouvrent et les transformations de sens, mais aussi de modes de régulation, qu'elles opèrent.

  • 1 Le terme d’agriculture contractuelle de proximité a été formalisé et son utilisation généralisée pa (...)

2Dans le contexte helvétique, l’ACP1 se réfère à des collectifs, prenant souvent la forme d'associations de producteurs et de consommateurs liés par un contrat de longue durée et par un objectif partagé de soutien à une agriculture de proximité, respectueuse de l'environnement, et d'une juste rémunération envers les paysans. Dans ce système, les consommateurs s'engagent, en payant un abonnement, à soutenir la production des agriculteurs. Ils reçoivent, en échange, un « panier » de produits alimentaires, sur une base mensuelle ou hebdomadaire, dont la quantité, la qualité et le prix ont été prédéfinis. Inscrits dans l’héritage des expériences pionnières des années 1970-80 alors animées par un souci écologique et contestataire vis-vis de la société de consommation (Jardins de Cocagne à Genève et de la Clef des Champs dans le Jura), ces collectifs de producteurs et de consommateurs connaissent un nouvel engouement depuis les années 2000. Scandales alimentaires, préoccupations sanitaires, dérégulation du marché agricole mais aussi « conventionnalisation » et industrialisation du bio, ont contribué à (re)valoriser des filières de proximité perçues comme plus sûres, écologiques et solidaires. Le nombre d'initiatives d'ACP a ainsi explosé ces quinze dernières années en Romandie passant de 13 en 2003 (Porcher 2010) à 28 en 2016, avec un total d'environ 6 300 membres. Selon le rapport URGENCI 2016 (Volz et al. 2016), 60 initiatives sont par ailleurs dénombrées pour toute la Suisse Une Fédération Romande d’Agriculture contractuelle de proximité (FRACP) s’est également constituée en 2007, marquant l'institutionnalisation croissante de ces collectifs. Les modalités de leur organisation se sont aussi diversifiées : au côté du modèle « historique » des premières initiatives qui intègrent directement la production à une structure coopérative ou associative, s'est également rapidement développé un modèle d'intermédiaire associatif qui relie des consommateurs à des producteurs qui ne sont pas employés par l'ACP, mais qui conservent leur autonomie juridique et économique propre.

3Ainsi, les systèmes ACP ne peuvent plus être considérés comme un phénomène marginal. D'autant plus que sous des appellations variées, et des engagements sensiblement différents, ils se multiplient partout dans le monde et se mettent en réseau : Associations pour une Maintien de l’Agriculture Paysanne en France (AMAP), « community supported agriculture » (CSA) aux Etats-Unis ou au Canada, ou encore « Teikei » au Japon, toutes ces initiatives participent à faire du « panier bio » la figure contemporaine d'une consommation saine, respectueuse des écosystèmes et des paysans. Si ces réseaux alimentaires incarnent des utopies, ce n’est donc pas dans le sens d’un ailleurs qui n'existe pas, mais en tant qu’ensemble de discours, d’intentions et d’expérimentations concrètes (Stock et al. 2015). Leur dimension utopique se situe avant tout dans la « promesse de différence » qu’ils formulent, c’est à dire « la promesse d'une autre modalité d'organisation de la production, des échanges et/ou de la consommation alimentaire, et la promesse des bénéfices associés » (Le Velly 2017 : 24). Quelques soient les modèles, tous construisent cette promesse en termes d'opposition critique à ce qu'ils définissent comme le système « conventionnel », symbolisé par la grande distribution, et dont les effets sur les plans économiques sociaux et environnementaux sont dénoncés.

4Dans cet article, nous proposons tout d’abord de prendre au sérieux cette promesse, c'est-à-dire de « reconnaître l'intention sans présupposer que les modalités de fonctionnement sont radicalement différentes » (Le Velly, 2017 : 24), pour ensuite examiner les transformations concrètes induites par les initiatives liées à l’ACP. A partir du cas suisse, nous tâcherons de répondre à deux grandes interrogations : comment cette promesse s'incarne-t-elle dans une diversité d'expériences en Suisse romande, et dans des réagencements concrets de la relation producteur-consommateur ? Quels en sont les effets sur les pratiques de production et de consommation, et sur les subjectivités des acteurs qui y participent ? Nous mettrons plus particulièrement en avant deux éléments qui constituent des vecteurs essentiels des recompositions observées : le contrat qui traduit et formalise la promesse et les contraintes liées, en renforçant l'autonomie des producteurs par l'engagement de longue durée des consommateurs ; et l'aliment, dont la qualité et la valeur sont redéfinies et qui agit comme un médiateur dans la redéfinition de la relation producteur-consommateur. A travers ces questionnements empiriques, nous chercherons à sortir du débat consistant à savoir si ces réseaux sont vraiment alternatifs ou non, pour saisir ces initiatives comme des assemblages particuliers d'acteurs humains et non humains, qui « ouvrent des espaces dans lesquels des politiques des possibles sont activées » (Harris 2009 : 58, traduction des auteurs). En ce sens, une attention particulière sera portée au processus d’autonomisation induits par la participation à l’ACP. Afin de mieux définir les contours de notre posture, commençons avant tout par rappeler brièvement les termes de ce débat.

Au-delà de l'opposition alternatif vs. conventionnel

5Parallèlement à l'essor des systèmes d'agriculture de proximité dans le monde, s'est développée une riche littérature sur les alternative food networks (AFNs) au croisement entre différents champs de recherche mais largement cristallisée autour d'une controverse : celle de savoir si ces réseaux sont « vraiment » alternatifs ou s’ils ne changent fondamentalement rien, voire font partie intégrante de l'ordre établi appréhendé comme un ordre capitaliste et néolibéral.

6Une première vague de travaux sur les AFNs, dans le courant des années 90, s'est caractérisée par une certaine idéalisation de ces réseaux voire célébration quelque peu naïve du localisme dont elles se revendiquent (e.g. Kloppenburg et al. 1996) : ces initiatives y sont appréhendées avant tout dans leur capacité à se constituer en contre-mouvement à l'agriculture conventionnelle, industrialisée et globalisée, (Le Velly, 2017 : 18) et à consolider des systèmes agro-alimentaires ré-encastrés dans un espace localisé via la réduction des intermédiaires. Cette littérature s'est marquée par une faible distanciation vis-à-vis de la notion émique de « local », que certains chercheurs qualifieront par la suite de « localisme non-réflexif » (unreflexive localism) ou de « localisme normatif » (normative localism) (Dupuis & Goodman, 2005).

7L'engouement des premières études pour les AFNs a de fait très vite laissé place à des perspectives plus critiques cherchant à nuancer leur caractère alternatif. Celles-ci ont souligné à quel point les frontières entre ce qui relèverait de l'alternatif ou du conventionnel sont, dans les pratiques, beaucoup plus floues. Non seulement les producteurs comme les consommateurs passent sans cesse d'une sphère à l'autre, mais en plus les AFNs ne sont pas exempts de logiques de production industrielle, d'emploi précaire et de concurrence des prix liés à l'ouverture des marchés. Les pratiques peuvent progressivement évoluer vers plus de « conventionnalisation » (Buck et al. 1997), comme par exemple dans les cas de l'agriculture biologique ou du commerce équitable. A une échelle plus théorique, plusieurs auteurs ont aussi souligné la dimension socialement construite, contingente et relative de la localité, et contesté l'idée d'une supériorité intrinsèque du local (Born & Purcell 2006). La valorisation systématique du local tend à masquer les questions de justice sociale que soulèverait la relocalisation de la production à l'échelle globale, et véhicule, selon certains, un caractère défensif et de repli sur soi (Dupuis & Goodman 2005). Un troisième registre de critiques, plus radicales encore, a même avancé que les AFNs contribueraient à reproduire l'ordre capitaliste et néo-libéral : d'une part en faisant peser sur les consommateurs-citoyens et non plus sur l'Etat la responsabilité de soutenir les petits paysans ; de l'autre, en faisant reposer leur action sur des formes de subjectivités néo-libérales valorisant l'autonomie et la responsabilité individuelles (Guthman 2008).

8Le débat s'est ainsi polarisé autour du couple alternatif vs. conventionnel souvent réifié, avec un questionnement autour du degré de pureté ou de perversion des alternatives par rapport à un système agro-alimentaire industrialisé, perçu comme un tout homogène. On peut ici avancer qu'une lecture en termes de structures et d’économie politique, focalisée sur les rapports aux moyens de production, aux ressources environnementales et à l'échange économique, a largement favorisé la construction de cette vision dichotomique. A titre d’exemple Kloppenburg et al. (1996) opposent ainsi un système alimentaire global dans une économie de marché (global food system in a market economy) à une alimentation locale dans une économie morale (foodshed in a moral economy). Bien que l’aspect problématique de cette représentation dualiste ait été amplement discutée (Le Velly 2017 :16-25), de nombreux travaux se sont construits en référence à ces deux modèles généraux idéalisés, que ce soit pour montrer comment l’alternativité constituait des poches de résistances autonomes aux logiques capitalistes, ou pour pointer du doigt l’inadéquation de certaines de ses matérialisations avec les idéaux d’origine. Si l’on rejoint ici la critique formulée par Gibson-Graham (2006), l’approche structuraliste a ainsi participé à contenir les alternatives alimentaires dans un rôle marginal de critique d’un système dominant capitaliste, tout en confirmant indirectement l'inéluctabilité de ce dernier et sa capacité à « corrompre » toute émergence de différence.

9En parallèle, une autre approche des mouvements alternatifs s’est fait une place grandissante dans le débat scientifique. Partant du vécu des acteurs investis dans ces initiatives et du sens qu'ils donnent à leur engagement, elle repositionne la question du politique au-delà ou en-deçà des structures économiques. Ses représentants ont fait le choix d’étudier les transformations sociales qui s’y produisent, au niveau des micro-politiques quotidiennes, des subjectivités, etc. Ils s'inscrivent dans des sources d’inspiration théorique diverses, tels que la théorie des conventions et la théorie de l’acteur-réseau, marquées par un certain retour du sujet, non pas dans sa version essentialisée, naïve ou enchantée, mais dans sa capacité à interagir de manière plus ou moins réflexive avec le contexte socio-historique dont il est en même temps le produit (Pleyers & Rebughini 2017). Le travail du sociologue américain Michael Carolan sur la notion des politiques alimentaires incorporées (embodied food politics) (Carolan 2011) illustre bien ces approches qui placent le rôle des rapports au monde et à la nature, des affects ou des requalifications de sens ou d'usages au cœur de la réflexion. Ces travaux ouvrent la porte à des lectures plus nuancées du changement dans les systèmes alimentaires en dépassant l’idée que celui-ci ne s'exprimerait que dans des formes de ruptures radicales avec les modèles dominants de production et de consommation : il peut aussi s'opérer de manière moins visible, via des luttes morales continuelles au sein de la sphère marchande (Balsiger 2016), dans des subtiles requalifications de sens et de conventions (Rosin & Campbell, 2009), ou encore dans des micro-réagencements institutionnels ou des circulations de nouvelles manières de faire au sein de réseaux d'acteurs qui transcendent bien souvent les frontières entre les sphères dites conventionnelles et alternatives (Dubuisson-Quellier 2009). Selon ces perspectives, le changement se produit aussi via des processus de subjectivation, définis comme la capacité du sujet à se penser comme apte à transformer l'ordre établi à travers ses propres choix, engagements et pratiques quotidiennes (Pleyers 2017).

10Dans cet article, nous souhaitons interroger les effets de l'agriculture contractuelle de proximité (ACP) en Suisse sur les pratiques de consommation et production, en combinant les approches structuralistes, avec celles plus centrées sur les acteurs et les processus de subjectivation. Comme Le Velly (2017), nous considérons qu'un questionnement autour des transformations induites par les ACP doit rester central à l'analyse, mais tout en sortant d'un cadrage qui n'appréhenderait ces changements qu'en termes d'alternativité ou de « conventionnalisation ». Nous partons en effet du constat que l'agriculture contractuelle de proximité ne se situe pas « contre » ou « en dehors » des systèmes agro-alimentaires dominants, mais qu'elle entretient une relation dialectique de différentiation/intégration vis-à-vis de ces-derniers. La vision d'un modèle alternatif autonome ou extérieur au système agro-alimentaire industrialisé et globalisé, tout comme celle d'un modèle économique néo-libéral pur, immoral et désencastré ne résistent pas, en effet, à l'analyse empirique. Elle ne permet pas d'appréhender la pluralité des projets moraux, des arrangements institutionnels et des logiques économiques qui traversent les systèmes agro-alimentaires contemporains, et plus largement la diversité des institutions de l'économie de marché. Ainsi, tout en reconnaissant l'imbrication de ces réseaux dits alternatifs dans une économie capitaliste globalisée, nous ferons le choix interprétatif de « rechercher la différence plutôt que la dominance » (Gibson-Graham 1996, traduction des auteurs). Dans cette perspective, il nous semble pertinent de mobiliser la littérature sur les notions d’autonomie et d’autonomisation dans les systèmes agricoles et alimentaires. Centrale dans les littératures touchant à l’agriculture familiale (Mooney 1988 ; Stock & Forney 2014), aux mouvements paysans (Van der Ploeg 2008) et de la souveraineté alimentaire (Trauger 2015), ainsi qu’aux pratiques de coopération dans l’agriculture (Stock et al. 2014 ; Lucas & Gasselin 2018), ces notions sont, de façon surprenante, largement absentes de la littérature sur les réseaux alimentaires alternatifs. S’inspirant des travaux de Gibson-Graham (2006) et de Chatterton (2005), Wilson (2013) fait exception en proposant la notion d’espace alimentaire autonome (« autonomous food spaces »). Dans cette approche, l’autonomie est comprise à la fois comme processus affirmation d’un soi (subjectivité) et comme un processus de réorganisation des relations sociales, économiques et politiques, dont l’issue est toujours partielle et incertaine.

11Cette notion nous a paru être particulièrement pertinente pour analyser nos données. Nous verrons en effet comment elle nous permet de penser ces initiatives à la fois comme une tentative de construire des systèmes agro-alimentaires qui libèrent partiellement ses participants des contraintes liées à l’organisation dominante des marchés, tout en promouvant une réflexion critique chez leurs membres et une volonté de différence.

Une promesse de différence : les modèles et trajectoires différenciées de trois initiatives

12Notre recherche s'est inscrite dans le cadre d'un programme national de recherche interdisciplinaire (PNR) du Fonds national suisse de la recherche visant à promouvoir une « alimentation saine et une production alimentaire durable en Suisse »2. L’enquête de terrain a été réalisée par Julien Vuillemier et les analyses sont issues d’une réflexion collective des trois auteurs. La portée politique de ce programme a largement orienté notre questionnement de recherche, centré sur le "potentiel de transformation" des ACP. Notre enquête s’est basée sur le suivi ethnographique de trois associations pendant près de quatre ans (2012 – 2016), comprenant une analyse de la documentation officielle des initiatives, l'observation participante de réunions, de travaux dans les champs ou de distribution de paniers de légumes ; des entretiens semi-directifs avec les membres des comités, producteurs et consommateurs (N=20), et finalement un suivi longitudinal de 15 consommateurs sur une durée de 18 à 24 mois incluant un entretien initial, une autoévaluation par un budget alimentaire, puis un entretien final sur la base de budget réalisé.

13Dans cette partie, nous présentons nos trois cas d'études, dans l'optique de donner à voir la diversité des histoires, des engagements et des trajectoires que recouvre l'agriculture contractuelle de proximité en Suisse romande et la promesse de différence qu'elle incarne.

Rage de Vert : jardiner pour créer des liens et du débat

  • 3 Entretien avec T., fondateur de Rage de Vert, Neuchâtel, 24.04.2014, sauf mention contraire, les ex (...)
  • 4 Citation de D., jardinier de Rage de Vert, lors d’une intervention auprès d’une association d’étudi (...)

14« On voulait changer de vie et jardiner, simplement jardiner et nourrir du monde, c’était un truc tout simple. »3. C’est ainsi que T. raconte les débuts de Rage de Vert. Tout est alors à faire pour T. et son collègue A. qui se lancent dans le maraîchage biologique après une brève expérience sur une ferme de la région. T est biologiste de formation, A. est photographe, ensemble ils mobilisent des amis et connaissances pour fonder l’association Rage de Vert. Dans l'héritage des expériences pionnières des années 70-80, ils incarnent la figure-type du néo-paysan qui s'engage dans un métier agricole sans avoir d'ancrage familial direct dans les milieux paysans ou de formation initiale dans le domaine (Rouvière 2015). Leur premier défi, celui qui marquera cette initiative, est de trouver un terrain cultivable. T. explique : « Au début, on voulait par forcément se retrouver en ville, on cherchait une ferme ou de la terre disponible mais on n’a pas trouvé. On s’est alors orienté vers les possibilités qu’il y avait à Neuchâtel, et là on a pu obtenir un terrain en prêt de la ville, puis ensuite un autre d’une entreprise. » Ainsi, Rage de Vert commence son activité, à savoir la mise en culture de terrains en friche dans la ville de Neuchâtel dès 2010. En 2011, l'association livre ses premiers paniers à une centaine de membres. Les bases de son fonctionnement sont alors déjà en place : le caractère urbain est prépondérant, le travail bénévole des membres est indispensable, la distribution hebdomadaire permet un moment d’échange entre jardiniers et membres, les collaborations avec d’autres acteurs commencent et permettent l'obtention d'une parcelle de plus pour les cultures de légumes d’hiver. Toutefois, les incertitudes demeurent : « Avec les premiers paniers, j’avais presque honte, c’était deux, trois légumes rabougris… vraiment il n’y avait pas grand-chose et pourtant les abonnés l’acceptaient, ils croyaient quand même à notre projet. » raconte T. Rage de Vert s’est ensuite progressivement professionnalisée : le comité a renforcé son rôle, et le système de gestion s’est perfectionné avec l’introduction d’outils en ligne pour la gestion des membres, des livraison et du travail bénévole dès 2015. En 2014, l’engagement d’un nouveau jardinier D. a aussi permis de développer des activités pédagogiques avec la mise en place de modules spécifiques pour les écoles. « Pour moi, le jardinage est un prétexte, un prétexte très important mais un prétexte pour que les gens se rencontrent, collaborent »4. Cette consolidation a aussi vu, l’accroissement des membres d’une centaine en 2011 à près de 180 en 2017 suite à un travail important de promotion. Depuis son démarrage, Rage de Vert a toujours fait face à une incertitude quant aux terrains cultivés, les deux parcelles en prêt pouvant être retirées d’année en année. En 2015, l’association apprend que l’un des terrains va être construit et qu’il est urgent de trouver une alternative. Elle trouve alors la possibilité de louer dans la durée des terres maraîchères à une fondation active dans l’insertion socio-professionnelle. Toutefois, ces terrains se trouvent à plus d’une dizaine de kilomètres de Neuchâtel. Cela suscite un vif débat, notamment sur la possibilité de transférer les activités pédagogiques en zone périphérique et celle de préserver le caractère urbain de la démarche. A l’automne, le comité vote pour le déplacement qui s’organise durant l’hiver 2015 – 2016, ouvrant ainsi une nouvelle page de l'histoire de Rage de Vert. Le point principal de distribution reste toutefois en ville.

15Cette brève trajectoire souligne les difficultés, notamment foncières, que Rage de Vert a connues pour pérenniser son projet et rester fidèle à ses idéaux de départ, notamment tels que formulés dans ses statuts et sa charte. La promesse de différence formulée ici s’ancre dans une production dite solidaire et respectueuse de l’environnement, mais qui cherche aussi à promouvoir l'utilisation d'espaces urbains en friche, la mobilité douce et le lien social. Si la dimension urbaine n'a pas pu entièrement être préservée, l'association continue à cultiver le lien social avec divers publics. Les jardiniers sont en contact chaque semaine avec les membres-consommateurs lors de la distribution des paniers et des travaux agricoles. L'adhésion à l'association RAVE suppose en effet pour les consommateurs de s'engager à travailler bénévolement deux jours par an auprès des producteurs. Ceci représente à la fois une aide bénévole significative et un moyen de créer du collectif au-delà des rencontres hebdomadaires. De plus, RAVE continue à développer des activités sociales annexes, telles que des visites pédagogiques de son exploitation ou la participation à des programmes d'insertion pour requérants d'asile ou chômeurs de longue durée, qui sont appréhendées comme des manières de créer du lien autour d'enjeux socio-environnementaux plus larges.

Les Jardins d’Ouchy : soutenir les fermes à taille humaine

  • 5 Les PER représentent le standard environnemental selon la politique agricole fédérale qui est condi (...)
  • 6 Entretien avec S., membre des Jardin d’Ouchy, 06.01.2016, Lausanne

16En 2007, à Lausanne, l’association des Jardins du Flon est lancée et les premiers paniers livrés à la fin de l’été. A ce moment un quotidien titre : « La Gauche vend des salades à Chauderon » (24Heures, 10.08.2007). C’est ainsi que la première initiative ACP lausannoise est perçue en raison du fort engagement d’une personnalité politique de gauche, de syndicats, notamment Uniterre, syndicat paysan, et de partis politiques de gauche. En s’associant avec trois producteurs de la région, cette initiative connaît un succès rapide et important. Bientôt, les Jardins du Flon affichent complet et, sous la demande forte des consommateurs, une deuxième association voit le jour dans un autre quartier lausannois : les Jardins d’Ouchy. Reprenant et adaptant le modèle des Jardins du Flon, celle-ci se base avant tout sur les principes de soutien à la paysannerie familiale et de proximité entre producteurs et consommateurs. En plus de la ferme de la productrice initiale, gérée par son fils, un deuxième agriculteur du même village s’est associé à la démarche. La production est définie comme suivant au moins les normes de la production intégrée selon les Prestations Ecologiques Requises de la politique agricole fédérale (PER)5 ce qui n’exclut pas la production biologique, mais ne l’intègre pas comme condition. De fait, les deux producteurs inclus dans la démarche respectent les normes PER et non bio. Tous deux proviennent de l’agglomération lausannoise, ils ne fournissent qu’une part de leur production maraîchère aux paniers et ont d’autres activités agricoles (notamment la production de fruits pour des grossistes) et d’autres filières de vente, en particulier pour la grande distribution. Dès la première livraison, en septembre 2009, le système a été mis en place d’une manière simple : la coordination de la production et de la livraison est assurée par les deux producteurs qui définissent le contenu du panier. Ils assurent à tour de rôle une présence lors de la distribution qui a lieu chaque jeudi dans une Maison de quartier. Les Jardins d’Ouchy ont connu une croissance rapide avec un nombre de membres initial élevé de près de 140 ménages et est passé à près de 200 au bout d’une année et demi. Depuis 2013, elle fait face à une diminution de ses membres pour arriver à environ 170 en 2017. Une des préoccupations centrales de F. la coordinatrice est de faire participer les membres aux activités de l’association, au-delà du paiement d’une cotisation annuelle. Bien que leur participation active soit limitée, le soutien aux « agriculteurs locaux » apparaît donc comme le cœur de la promesse de différence des Jardins d’Ouchy. Il ressort comme une motivation centrale pour les consommateurs. Comme le mentionne S. : « (…) Je sais que les prix sont justes, et qu’ils [les producteurs] peuvent vivre de ce qu’ils nous vendent. De l’autre côté, en les connaissant, je peux comprendre ce qu’ils vivent et ça renforce ma conviction que ça va dans la bonne direction. »6. Dans sa « vision », l’association met aussi en évidence sa volonté de « préserver la profession agricole en permettant le maintien de fermes à taille humaine ». Cela fait écho à la dynamique politique et syndicale qui reste fortement présente dans les discours officiels des Jardins d’Ouchy. Les enjeux de préservation de l'environnement ou de promotion d'une agriculture 100% biologique, ou celui de sensibiliser un public plus large à ces questions, apparaissent ici comme secondaires, de même que celui de créer un sens d'appartenance à un collectif.

Notre Panier Bio : promouvoir le bio et la souveraineté alimentaire

  • 7 Extrait de discussion avec M., coordinatrice de Notre Panier Bio, à la suite d’un comité, 04.06.201 (...)
  • 8 Extrait de notes d’observation lors d’un comité de Notre Panier Bio, 02.03.2016

17Biologique et certifié avant tout, c’est le mot d’ordre pour les agriculteurs de Notre Panier Bio dans le canton de Fribourg. A l'origine de cette initiative, créée en fin 2006, se trouve un groupe issu de l’association des agriculteurs biologiques fribourgeois et de consommateurs intéressés piloté par un ingénieur agronome G., qui deviendra le secrétaire de l’association pendant 5 ans. Le modèle choisi par Notre Panier Bio est associatif, il a été inspiré par « l’Affaire Tournerêve » de Genève et adapté au contexte fribourgeois. Si G. était l’initiateur du projet, un maraîcher bio, U. y a également joué un rôle prépondérant. Dès le départ et jusqu’à présent, il s’est notamment occupé de la logistique et de l’administration par le moyen de sa propre entreprise. Les premiers paniers sont livrés en début 2007, avec 11 producteurs associés et une cinquantaine de membres. La particularité de Notre Panier Bio est de proposer des paniers dans différents points de distribution (une quarantaine en 2017) situés dans tout le canton, mais aussi de regrouper de nombreux producteurs, près de 24 en 2017. Comme l’indique M. la coordinatrice actuelle : « Nous voulons aussi rendre le bio accessible à un grand nombre, des gens qui n’ont pas accès à des magasins bio ou aux marchés et en même temps, nous proposons aux petits producteurs de se faire connaître largement, ce qu’ils ne pourraient pas faire autrement. »7. Le modèle, avec une livraison de paniers mensuels et une grande diversité de produits (y compris transformés, laitiers, céréaliers et carnés), permet un complément à la vente directe que la grande majorité des producteurs pratique par ailleurs. Ainsi, aucun des producteurs n’écoule la majorité de sa production par ce système. L’importance du réseau de producteurs impliqué a permis à l'association de connaître une croissance rapide de 400 membres une année après sa fondation, à près de 650 ménages en 2018. Toutefois, l’association doit effectuer un travail important pour construire la relation entre les producteurs et les membres, qui reste plus imaginée qu'incarnée dans des rencontres physiques du fait de la structure de distribution. L'association travaille également continuellement à produire la « qualité » de ses produits, qu'elle définit en termes de critères écologiques et gustatifs. Le comité a ainsi mis en place un suivi de qualité pour les livraisons : « On doit proposer des produits impeccables à nos membres, oui bien sûr, ce n’est pas calibré comme dans les supermarchés mais ça doit être de qualité, c’est comme ça qu’on peut prouver que le bio, c’est du sérieux. »8

18La promesse de différence formulée par Notre Panier Bio tient donc dans l’offre de produits biologiques, qui constitue ici un argument central et constamment mis en évidence. Toutefois, dans les discours officiels et ce, dès la fondation, les aspects de solidarité envers les producteurs suisses et la souveraineté alimentaire sont aussi présents, comme en témoigne un extrait de sa charte : « Solidaire et équitable, le système contractuel renforce l’indépendance des exploitations agricoles et favorise la vente et la consommation directes. »

Diversification des engagements et interdépendances plus grande avec les filières conventionnelles

19Nos trois études de cas s’inscrivent dans la « deuxième vague » des collectifs de producteurs-consommateurs apparus au début des années 2000, dans un contexte de revalorisation des filières courtes, sur fond de crises sanitaires, sociales et écologiques. Elles attestent de la multiplication et de la diversification des modèles et des types d'engagements portés par ces collectifs.

20Par rapport au modèle historique d'une unité de production directement intégrée dans une structure coopérative ou associative et ici incarné par Rage de Vert, on constate, en particulier, la multiplication de modèles d'intermédiaires associatifs (Jardins d'Ouchy, Notre Panier Bio). Ces intermédiaires regroupent non pas des néo-paysans, mais des producteurs déjà bien établis qui voient dans ces initiatives l'occasion de diversifier leurs structures agricoles et leurs débouchés, tout en consolidant, pour certains, des choix éthiques ou politiques spécifiques. Il est également intéressant de noter le rôle plus actif des consommateurs qui peuvent, dans certains cas, être à l'origine de la création d'une initiative, (Jardins d'Ouchy) ou bien jouer un rôle central dans la mise en réseau d'agriculteurs (Notre Panier Bio), mais qui sont, ensuite, plus difficiles à mobiliser en dehors des comités. De manière générale, la participation des membres aux activités proposées par les trois associations telles que visites de fermes, ateliers ou conférences reste en effet limitée. Cela reflète des degrés variés d’engagement parmi les consommateurs, et ceci même dans le cas de Rage de Vert où ces derniers doivent contractuellement effectuer des demi-journées de travail. Ainsi, la proximité avec les consommateurs est bien plus construite, médiatisée et imaginée que physique ou traduite par des interactions concrètes. Dans tous les cas, il est frappant de constater à quel point la figure du « producteur du coin » est investie d'attentes et de confiance: il devient à lui seul le garant de pratiques agricoles respectueuses de l'homme et de la nature, les pratiques abusives étant, pour leur part, renvoyées à un ailleurs lointain ou désincarné.

21D'autre part, il apparaît que les types de « promesses de différence » portées par ces initiatives se diversifient également : quête de lien social, recherche de prix équitables dans un contexte de marché dérégulé, préservation d'une agriculture suisse et à taille humaine, défense de l'environnement, souveraineté alimentaire ou quête d'aliments « sains » et de « qualité ». Les registres évoqués sont nombreux, et s'entremêlent souvent. Il en résulte une certaine euphémisation, ou peut-être dilution, des postures plus ouvertement contestataires et militantes des premières initiatives qui plaçaient les revendications écologistes, anticonsuméristes et anticapitalistes plus au centre de leurs discours. Le dénominateur commun aujourd'hui semble avant tout se situer dans la volonté de soutenir une agriculture à taille humaine, proche des populations, rémunérée de manière juste et offrant des produits respectueux de la santé et de l'environnement. L'approche apparaît plus pragmatique tout en maintenant un discours critique et une contestation du modèle agroalimentaire industriel. Ce pragmatisme apparaît plus clairement dans les pratiques des acteurs, qui se caractérisent par un entremêlement fort avec les filières plus conventionnelles, en particulier pour Notre Panier Bio et Les Jardins d’Ouchy dont les membres traversent sans cesse les frontières. Dans ces deux cas, les producteurs sont impliqués dans différentes filières allant de la vente directe à la livraison à des grossistes et à la collaboration avec les acteurs dominants de la grande distribution. Ils ne livrent qu’une part minoritaire de leur production aux ACP tout en retirant une reconnaissance importante. Ces assemblages ou selon le terme utilisé par Filippini & al. 2016, cette hybridation entre filières dites conventionnelles et celles dites alternatives est une caractéristique importante à relever dans certaines variantes du modèle ACP. De même, les membres-consommateurs des trois ACP pratiquent-ils un approvisionnement multimodal auquel la grande distribution reste intégrée, les ACP ne leur fournissant qu'une part modeste de leur alimentation. Ces constats montrent que les frontières entre les sphères dites alternatives ou conventionnelles sont largement perméables et que les premières restent en partie dépendantes des deuxièmes ou du moins ne s'en émancipent pas complètement.

22Une dernière observation qui découle de nos trois cas est le profil sociologique relativement homogène de leurs membres consommateurs. Si les modèles ACP se sont multipliés et diversifiés au cours du temps, ils n'ont toujours pas réussi, en revanche, à atteindre une large diversité de catégories sociales, leurs membres étant majoritairement des personnes ayant un niveau d’éducation plus élevé que la moyenne (mais pas nécessairement un revenu supérieur à la moyenne). Ainsi, chez Rage de Vert, nous avons pu établir que près de 80% des membres ont une formation tertiaire (universitaire ou haute école) alors que la moyenne de la population suisse se situe à 41% en 2016 (OFS 2017). Leur âge se situe majoritairement dans la trentaine (54% entre 30 et 39 ans) et les ménages membres possèdent un revenu se situant dans la moyenne nationale. Les membres de Notre Panier Bio présentent un profil semblable. De plus, les initiateurs et une partie des membres des comités des trois initiatives présentent un profil sociologique relativement similaire. Ce constat corrobore ce qui a été observé dans d'autres pays (Paranthoën 2013, Jaffe & Gertler 2006), laissant penser que ces collectifs seraient, à l'heure actuelle, principalement un phénomène de « classe » (Brusadelli et al., 2016).

23Quant aux producteurs, ils sont majoritairement des agriculteurs professionnels issus de familles agricoles, sauf dans le cas de Rage de Vert où ils ont une trajectoire de néo-paysans avec, pour certains, également une formation tertiaire. Leur degré d'engagement est variable suivant qu'ils soient entièrement salariés par l'initiative (cas de Rage de Vert) ou que celle-ci ne représente qu'un débouché parmi d'autres pour leurs produits (Notre Panier Bio et les Jardins d'Ouchy). Mais même dans ce dernier-cas, les producteurs s'impliquent dans les comités aux côtés de membres consommateurs.

Au centre, le contrat et l'engagement de longue durée des consommateurs

24Au-delà de la diversification des modèles institutionnels que portent les systèmes ACP de la deuxième vague, tous définissent et matérialisent la relation entre producteurs et consommateurs d'une manière semblable : par le biais d'un contrat de longue durée, qui engage les consommateurs auprès d'un ou plusieurs producteurs sur une année au minimum. Dans cette partie, nous décrivons plus précisément quelle forme spécifique prend ce contrat, et quels en sont, surtout, les effets sur les pratiques de production et de consommation des membres des ACP.

25Dans l’appellation même « agriculture contractuelle de proximité », le contrat est un élément distinctif de ce type de collectifs, comme en témoigne la charte de la FRACP : « L’agriculture contractuelle de proximité lie par contrat des consommateur-trice-s et un/des producteur-trice-s d’une région définie pour un approvisionnement de produits alimentaires. Ce contrat définit la qualité, la quantité, le mode de production, les prix et les modalités de livraison des produits. »9

26Le contrat présente ici des caractéristiques spécifiques qui divergent des formes d’approvisionnement alimentaire les plus courantes. Premièrement, il exige des consommateurs qu'ils s'engagent à s'approvisionner auprès du collectif sur une longue durée. Dans les trois cas, le contrat dure ainsi douze mois et est reconductible (tacitement) pour la même durée. Cela peut impliquer un prépaiement, complet ou partiel, du montant annuel de la transaction. Deuxièmement, l'importance donnée aux critères socio-environnementaux se traduit soit par le respect des normes de l’agriculture biologique, soit par l'établissement d'une charte édictant des critères spécifiques et un engagement à rémunérer les producteurs de manière juste. Troisièmement, les prix sont négociés dans un cadre associatif lors des assemblées générales. En principe, ils sont proposés par les producteurs et acceptés par les consommateurs, moyennant quelques explications ou négociations. Quatrièmement, la participation à l’association en tant que membre est obligatoire dans les trois cas. Pour obtenir un panier, il est nécessaire d’adhérer à l’association et de payer les cotisations. Ce principe vise à assurer le même statut aux producteurs et aux consommateurs au sein de l’association, afin qu’ils aient une part similaire dans la prise de décision. Enfin, certains contrats incluent la nécessité, pour les membres consommateurs, de fournir un travail bénévole. Dans le cas de Rage de Vert, le contrat inclut par exemple deux demi-jours de bénévolat par année pour chaque membre. C’est une base essentielle du fonctionnement de cette ACP aussi bien pour l’organisation du travail et l’apport de ressources que pour impliquer les membres dans la constitution d’un collectif. Dans les deux autres cas, cela ne fait pas partie du contrat, mais le bénévolat reste une ressource essentielle pour la gestion de l’association et de son comité.

27Au premier abord, le contrat semble clairement favoriser les producteurs. Ces derniers gagnent en effet en sécurité sur les plans économiques par des prix qu'ils considèrent comme équitables, par un certain partage des risques avec les consommateurs. De plus la durée de l’engagement permet la planification des récoltes sur une saison par un plan de culture spécifique et le prépaiement assure une certaine sécurité, à la fois pour des investissements de base mais aussi face aux risques climatiques ou autres affectant la production.

28Le système ACP facilite ainsi le démarrage d'une activité agricole pour des néo-paysans, en offrant un minimum de garantie d'écoulement de la production, tandis qu'il permet à des paysans déjà établis de diversifier leurs débouchés et de s'autonomiser en partie des filières de la grande distribution. De plus, il ressort de nos entretiens que les producteurs retirent de leur participation à une ACP un sentiment de revalorisation de leur métier et d'une meilleure reconnaissance de sa pénibilité et de ses difficultés socio-économiques. Ces collectifs, en créant un sentiment d'appartenance à un réseau, offrent aussi un potentiel d’engagement politique plus grand en faveur de l’agriculture paysanne, très apprécié des producteurs. Enfin, le fait que les consommateurs apprécient et commentent régulièrement les qualités de leurs produits procurent aux producteurs une grande satisfaction. Ces contacts avec les consommateurs, même s’ils restent ponctuels sont un élément fondamental de la motivation des producteurs à participer, comme le souligne C. producteur des Jardins d’Ouchy :

  • 10 Extrait de discussion avec C. producteur des Jardins d’Ouchy lors d’une distribution de paniers le (...)

« Si on n’avait pas les discussions avec les membres quand on participe à la distribution, ça ne vaudrait pas la peine. Tu sais, ils te posent des questions qui te paraissent un peu basiques. Mais c’est tellement important de répondre, et d’expliquer ce qu’on fait, comment on fait. Après, ils te remercient de leur avoir donné quelque chose. C’est vraiment ce qui me motive quand je me dis que c’est quand même du boulot de préparer tout ce marché et de venir ici en ville. » 10

29Ainsi, la participation à l’ACP contribue à une autonomisation des producteurs sur plusieurs plans, en écartant certaines difficultés ou obstacles rencontrées sur les marchés dominants, en rendant possibles d’autres formes d’agriculture (notamment dans le cadre de Rage de Vert) et en permettant de nouvelles identifications positives. Cela dit, la rencontre avec les consommateurs et la participation à une ACP impliquent également de nouvelles obligations pour les producteurs, comme la livraison et la distribution, mais également la participation à une structure associative qui suppose de développer des nouvelles compétences de gestion associative ou de gestion des bénévoles, d'organisation d'événements ou de visites à la ferme, etc. Tout cela demande du temps et de l'engagement, qui peuvent, sur le long terme, peser sur le producteur surtout lorsque l'ACP n'est pas sa seule filière de commercialisation.

  • 11 Entretien avec E. membre de Rage de Vert, 21.11.2015, Neuchâtel.

30De plus, ces effets bénéfiques du contrat sur le soutien aux producteurs sont en partie rendus possibles par le report de certaines contraintes sur les consommateurs. La notion de contrainte, bien qu'elle ne soit pas utilisée par les acteurs eux-mêmes, nous permet ici de thématiser certaines dimensions de l’engagement impliquant nécessairement une adaptation de la part des consommateurs et qui a priori pourrait être compris comme une limite à leur autonomisation. Adhérer à une ACP suppose en effet pour ces derniers de renoncer au moins partiellement à la plus grande liberté de choix et de prix dont ils bénéficient dans le cadre de la grande distribution. L’engagement à long terme, associé au prépaiement des produits, suppose de fournir un certain effort économique, même si le paiement peut être fait en plusieurs tranches. De plus, les ACP n'ont pas toujours suffisamment de flexibilité pour suspendre l'abonnement, ce qui induit de devoir payer pour son panier même en cas d'absence (vacances, etc.). Ensuite, la composition du panier est prédéfinie et imposée : le consommateur doit s'adapter à l'offre d'un seul ou de quelques producteurs, qui varie elle-même suivant la saisonnalité, les conditions météorologiques ou d’autres aléas. Le rythme de livraison, hebdomadaire ou mensuel, ainsi que la quantité sont aussi réglés à l’avance et collectivement par le contrat. Enfin, les consommateurs doivent aller chercher leur panier dans un lieu précis et à un horaire défini, et sont parfois aussi mis à contribution pour constituer leur propre lot. Dans certains cas, comme Rage de Vert ils doivent finalement fournir une contribution en main d'œuvre, en participant aux travaux agricoles à hauteur de deux demi-journées par années au minimum. Toutefois, les membres-consommateurs interrogés attribuent à ces contraintes une signification le plus souvent positive : elles sont présentées comme étant à la fois choisies et assumées et mêmes valorisées. Certes, ils renoncent à une certaine forme de liberté individuelle, mais ils indiquent le faire pour mieux concrétiser un engagement dans des modes de consommation orientés avant tout vers un désir de préservation de l'environnement, de soutien aux paysans suisses, ou vers une quête de produits sains pour la santé ou présentant des qualités gustatives nouvelles. Le contrat permettrait ainsi l’affirmation de ces choix et surtout leur maintien sur la durée, sans avoir à répéter l’effort d’engagement à chaque acte de consommation. Face à la complexité des enjeux de durabilité en matière d’alimentation qui articulent notamment transports, modes de production agricole, transformation et conservation, ou encore rapports nord-sud, l’acte de consommation nécessite toute une série de traductions et de processus de délégation du choix. S’engager dans une ACP, c’est donc faire le choix, sur une relativement longue durée, d’une délégation radicale de ces arbitrages à un petit collectif de proximité. Comme l’expliquent certains membres, cela simplifie la vie, en imposant un rythme et une simplification bienvenue des choix : « Dans les paniers, il y a ce qu'il y a, c'est comme ça, point barre. Ça nous remet un peu en arrière de ce que faisaient nos prédécesseurs, la nature, elle te donne ce qu'elle te donne et tu fais avec, tu limites ton choix, tu te contentes de ce que tu as ». 11

31Ainsi, en s'imposant eux-mêmes des contraintes, certains membres-consommateurs cherchent, comme les producteurs, à s'autonomiser en partie des filières d'approvisionnement plus conventionnelles. Ils le font en déléguant leurs choix à un collectif d'ACP en qui ils placent leur confiance. Reformulé dans les termes de l’autonomisation, ces consommateurs exercent une autonomie critique et valorisent leur nouvelle liberté d’agir selon des principes peu compatibles avec d’autres types d’organisation des marchés.

32Toutefois, tous les membres-consommateurs ne tiennent pas leur engagement dans la longue durée : il existe un roulement relativement significatif de 10% à 15% par année au sein des trois initiatives d'ACP étudiées. Au-delà de changements pratiques (déménagements, etc.), une part des consommateurs finit en effet par éprouver une certaine lassitude face à ce mode d'approvisionnement, que ce soit du fait du manque de diversité de l'offre de produits (en particulier en hiver), ou du manque de flexibilité dans les modalités de distribution.

33Au final, le fait que ces initiatives ne constituent pas l'unique source de « lien alimentaire » dans lesquels les producteurs et les consommateurs sont insérés semble favoriser une expérience globalement positive. C'est bien parce que l’ACP s'articule à d'autres formes de commercialisation (du côté des producteurs, à l'exception de ceux de Rage de Vert) ou d'approvisionnement (pour les membres consommateurs) que les participants apprécient et valorisent les logiques d'autonomisation qu'elles permettent de mettre en place, et investissent d'un sens positif les contraintes qui en découlent.

L’aliment au cœur de la promesse et de la transformation

34L’aliment est au cœur des ACP et des rapports qu’elles constituent entre producteurs et consommateurs. La nourriture implique un rapport existentiel et identitaire différent d’autres marchandises que l’anthropologie de l’alimentation a largement documenté (Poulain & Corbeau, 2001). Ainsi, la « promesse de différence » faite par les ACP concerne, en premier lieu, l’aliment lui-même, dans ses différentes qualités qui sont à la fois physiques, nutritives, gustatives et sociales. Ensuite, elle engage l’ensemble des relations sociales et environnementales impliquées dans sa production, sa distribution et sa consommation. On peut formuler l’hypothèse que, si les consommateurs – ou ici plus précisément, les mangeurs – sont prêts à s’investir différemment et à accepter certaines contraintes inhabituelles, c’est avant tout en raison de ce caractère pluriel de l’aliment, qui cristallise ces multiples relations et dimensions. C'est en partie ce qui fait qu'ils sont prêts à développer des investissements personnels sur les plans économiques (prix), temporels (préparation et consommation) et d'acquisition de nouvelles connaissances. S. des Jardins d’Ouchy, montre bien, dans ses propos, comment le soutien économique aux paysans passe aussi par la reconnaissance de certaines qualités physiques de l’aliment :

  • 12 Entretien avec S., membre des Jardin d’Ouchy, 06.01.2016, Lausanne.

« Un aspect dont je n’ai pas parlé et qui me semble très très important, c'est les prix de solidarité avec les agriculteurs, c'est de partager les risques et les chances qu'ils ont avec le temps, avec tous les aléas de la nature. Et ça je trouve très beau aussi à transmettre aux enfants. Pour moi même aussi, ça me fait sentir bien. Avec le supermarché, ça passe un peu par le prix mais pas beaucoup mais là voir que le légume est un peu plus sec, moins croquant, il a pas plu, il n'y a pas d'eau, c'est comme ça et je le comprends et l’accepte. »12

  • 13 Entretien avec F., membre de Notre Panier Bio, 08.05.2015, Marly.

35L'engagement dans un collectif ACP permet aussi d’associer une certaine approche critique de la consommation à l'acquisition de nouvelles compétences pratiques et de connaissances alimentaires, liées à la nécessité de s'adapter au rythme des saisons et de cuisiner des aliments ou variétés de légumes parfois inconnus jusque-là. Ce développement s’établit en relation avec les contraintes propres à l’ACP, comme la limitation du choix et une certaine monotonie de l’approvisionnement : « Oui, bon j'ai découvert que l'hiver, c'est les légumes racine. J'ai découvert des légumes que je n'avais jamais cuisinés, des goûts que je n'avais jamais cuisinés, c'était intéressant voilà de retrouver des légumes que je ne connaissais pas, que je n'aurais pas acheté. (…) Bon cette année, on a eu pas mal de panais, j'ai fait de la soupe au panais, après du gratin au panais et maintenant j'ai de la glace au panais. »13

  • 14 Entretien avec E. membre de Rage de Vert, 21.11.2015, Neuchâtel.

36Ces connaissances circulent et se partagent également au sein du collectif composé des producteurs, des consommateurs et de l’association elle-même. A titre d’exemple, les trois initiatives fournissent à leurs membres des recettes de cuisines ou des informations quant à la conservation des aliments. Cette dimension collective permet ainsi d’accompagner le processus d’apprentissage des consommateurs, de découverte de nouveaux goûts, d’une esthétique différente ou de nouvelles informations sur les conditions de production des aliments. Ce processus d’apprentissage prend parfois aussi une dimension pédagogique et éducative au sein des familles de membres : « Ce qui me plaisait dans cette histoire, c'était de montrer à mes enfants, à l'époque tous les deux petits, comment on cultive la nourriture. Parce que moi, je n’ai pas de maison, je n’ai pas de jardin et il me semblait important de leur transmettre ce savoir-faire. Donc à la base, c'était plutôt pour eux et puis pour nous, c'était plutôt secondaire. Ma motivation première, c'était plutôt de montrer à mes enfants comment naissent les légumes. »14

37Au cœur de ces connaissances, l’aliment est bien plus qu’un support abstrait : chaque légume appelle ses questions propres et les réponses sont toujours ancrées dans des pratiques spécifiques. Cette dynamique d’apprentissage et de réflexivité, certes portée par des individus au profil bien spécifique, peut aussi susciter d’autres formes d’engagement plus politiques. Durant notre recherche, les collectifs étudiés se sont par exemple mobilisés pour défendre l’inscription du concept de Souveraineté Alimentaire dans le droit suisse (Vuilleumier 2017). Il s’agissait d’une étape de politisation explicite de ces initiatives qui ont alors réalisé un potentiel de mobilisation, jusqu’ici demeuré latent. Cet exemple montre qu'une réflexion politique incorporée dans des pratiques de consommation à une échelle individuelle peut basculer, à certains moments, vers des formes de mobilisations politiques plus classiques et institutionnalisées. Ce basculement est toutefois loin d’être systématique. Les trois associations que nous avons suivies concentraient en effet l'essentiel de leurs efforts dans leur propre fonctionnement et non dans l’engagement public.

Conclusion : vers une autonomisation par l’engagement collectif

38En ancrant les rapports entre producteurs et consommateurs dans un contrat de longue durée tourné vers le soutien à des exploitations à taille humaine, de modes de production respectueux de l’environnement de la saisonnalité, les réseaux d’ACP recomposent la question de l’autonomie dans les pratiques alimentaires de leurs membres. Pour les membres producteurs, l'engagement dans un collectif permet d'entamer ou de consolider un processus de diversification et d'émancipation de certaines dépendances liées au fonctionnement des marchés dominants, notamment en matière de fixation des prix et de définition de la qualité des produits. Certes, la plupart de ces aspects sont négociés au sein des associations, et le producteur doit se soumettre aux principes organisateurs du collectif. Toutefois, les rapports de pouvoir y sont de toute autre nature qu'avec la grande distribution et bien plus favorables aux producteurs. L’autonomisation du producteur se trouve ainsi au cœur du projet de l’ACP, à l’instar de mouvements similaires ailleurs dans le monde (AMAP, CSA…) où le projet de soutien à une agriculture à petite échelle, émancipée de ses rapports à l'industrie agro-alimentaire globalisée est également explicite. Cette autonomisation se passe par une réorganisation partielle des relations économiques, mais aussi à l’échelle des subjectivités politiques

39Face à cette autonomisation du membre-producteur, l’engagement sur le long terme, la réduction de la liberté de choix des produits, et le mode de livraison/collecte que suppose cette réorganisation proposée par le modèle ACP apparaissent en revanche comme un cadre contraignant pour le membre-consommateur et comme une perte d’autonomie en comparaison aux modes de consommations dominants. Du moins, c’est l’impression produite si la question de l’autonomie est réduite à son aspect de liberté de choix individuel. Or cette conception individualiste de l’autonomie est contredite à la fois dans les discours et les pratiques liées à l’ACP. Si ces initiatives cherchent à s'émanciper, au moins en partie, des filières de la grande distribution, elles ne le font pas en y opposant une indépendance individualiste. Au contraire, elles mettent en place des formes d’autonomisation collective qui passe par des formes d’interdépendances choisies au sein de collectifs restreints. Cette approche de l’autonomie renvoie ici à l’interprétation des processus d’autonomisation liés aux pratiques de coopération dans les milieux agricoles plus classiques (Stock et al. 2014 ; Emery 2015 ; Forney & Häberli 2016). Ces travaux proposent une définition de l’autonomie qui inclut la collaboration et l’interdépendance, dans une symétrie relative des rapports de pouvoir. Ainsi, les membres-consommateurs des initiatives ACP mettent en évidence, dans leurs récits, des avantages que nous pouvons qualifier de gain en autonomie par rapport aux contraintes posées par la grande distribution. L'engagement dans un collectif facilite, selon eux, une consommation plus proche des idéaux de durabilité ou de solidarité recherchés et nourris par une réflexion critique et politique. C'est donc ici le renoncement consenti à certaines libertés de choix de consommation qui produit paradoxalement un sentiment d’autonomisation. Certes, ce renoncement est rendu plus aisé dans un contexte structurel d'abondance qui permet aux acteurs de continuer à avoir un mode de consommation multimodal par ailleurs, et de sortir à tout moment d’une initiative d’ACP. Ainsi, nous avons vu qu’à l'instar d'autres pratiques de consommation dites éthiques (Lamine 2008), les ACP ne fournissent qu’une part modeste de l’alimentation aux consommateurs, dont l'approvisionnement continue d'être intriqué dans les filières de la grande distribution et, pour deux de nos études de cas, les producteurs restent encore partiellement liés à la grande distribution pour écouler leurs marchandises. De plus, ces initiatives montrent de claires limites notamment par rapport à leur capacité à toucher une diversité plus grande de classes sociales, et par rapport à leur possible généralisation. Toutefois, ces nuances importantes n’invalident pas l’argument de l’autonomisation. Elles soulignent simplement le caractère partiel de cette autonomisation qui ne se construit pas dans un rapport antagonique complet entre deux totalités – alternatif et conventionnel – mais dans l’entremêlement et la coévolution de pratiques économiques diverses, parfois contradictoires, mais toujours connectées.

40Le transfert de certaines contraintes des membres producteurs aux membres-consommateurs pourrait alternativement être interprété comme un report sur l’individu-consommateur de la responsabilité de soutenir un système agricole socialement et écologiquement plus juste, suivant une logique de gouvernance de type néolibéral (Guthman 2008). Dans cette perspective, ces réseaux contribueraient ainsi à déplacer le débat sur l'avenir des systèmes agro-alimentaires de la cité au marché et à renforcer une dépolitisation de l’économie et de sa gouvernance. En d’autres termes, ils participeraient en fait à la reproduction des fondements du système qu’ils pensent transformer. Ce type de critique a notamment permis de considérer sous un angle nouveau le développement de labels à grande échelle, liés à la production biologique ou au commerce équitable. Toutefois, son ancrage dans des représentations duales opposant les binômes marché-action individuelle et politique-action collective pose problème, en particulier dans le cas des ACP. Certes, la responsabilité du choix initial de l’engagement revient bien au consommateur individuel. Toutefois, en redéfinissant fondamentalement l’acte de consommation dans ses modalités, notamment par l'abonnement de longue durée et la restriction des choix des produits, le sujet que construit l’ACP s’éloigne des principes d’individualisation et de libre-choix, associés généralement au néolibéralisme. Ensuite, la constitution d’un collectif autour de l’engagement dans l’ACP crée en soi de nouveaux lieux de politisation par la pratique, dépassant l’acte individuel de consommation. Ces nouveaux lieux d’engagement ont par ailleurs l’originalité de rassembler producteurs et consommateurs, dans un paysage associatif alimentaire très sectorialisé.

41Ainsi, ce qui est produit par la participation aux ACP relève d’un processus d’expérimentation par des propositions concrètes orientées vers d’autres futurs alimentaires possibles. Les systèmes ACP participent par là même à maintenir, consolider voire développer des filières de production et de distribution diversifiées, tout en se constituant, en même temps, en lieux potentiels de mobilisation et de contestation plus large de l'industrie agro-alimentaire. Le mouvement des ACP peut donc bien être appréhendé comme une « utopie alimentaire » au sens de Stock et al. (2015). Loin d'être une expérience aboutie, il dessine une intention, et expérimente d'autres rapports à l'alimentation, et d'autres manières d'agencer le rapport entre producteurs et consommateurs, en constituant des espaces d’autonomisation alimentaire partielle. Il incarne une « quête », qui certes semble ne toucher que certaines catégories sociales, mais qui se globalise, se met en réseau et touche désormais de nombreux pays, bien au-delà de l'Europe, de l'Amérique du Nord ou du Japon (Shi et al. 2011).

Top of page

Bibliography

Balsiger P. 2016 Moral Struggles in Markets: The Fight against Battery Cages and the Rise of Cage-Free Eggs in Switzerland.” European Journal of Sociology/ Archives Européennes de Sociologie 57.3 419-450.

BORN B. & PURCELL M. 2006. “Avoiding the local trap: Scale and food systems in planning research”. Journal of planning education and research, vol. 26, no 2, p. 195-207.

BUCK D., GETZ C. & GUTHMAN J. 1997. “From Farm to Table: The Organic Vegetable Commodity Chain of Northern California.” Sociologia Ruralis 37:3-20.

BRUSADELLI N., LEMAY M. & Martell Y. 2016. « L’espace contemporain des «alternatives». » Savoir/Agir 4 (2016): 13-20.

CAROLAN M. S. 2011. Embodied food politics. Ashgate Publishing, Ltd.

CHATTERTON P. 2005. Making autonomous geographies: Argentina’s popular uprising and the ‘Movimiento de Trabajadores Desocupados’ (Unemployed Workers Movement). Geoforum 36: 545-561.

Dubuisson-Quellier S. 2009. La consommation engagée. Paris : Les Presses de Sciences Po.

DuPuis M. & Goodman D. 2005. "Should we go “home” to eat? Toward a reflexive politics of localism." Journal of Rural Studies 21: 359-371.

EmeryS. B. 2015. “Independence and individualism: conflated values in farmer cooperation ?. Agriculture and human values, 32(1), 47-61.

Filippini R., Marraccini E., Houdart M., Bonari E., Lardon S. 2016. “Food production for the city: hybridization of farmers’ strategies between alternative and conventional food chains”. Agroecology and Sustainable Food Systems, 40

FORNEY J. & HÄBERLI I. “Introducing ‘seeds of change’ into the food system? Localisation strategies in the Swiss dairy industry. Sociologia Ruralis, 2016, vol. 56, no 2, p. 135-156.

Gibson-Graham J.K. 2006. A post capitalist politics. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Guthman J., 2008. Neoliberalism and the making of food politics in California. Geoforum 39, 1171e1183.

Harris E. 2009. “Neoliberal Subjectivities or a Politics of the Possible? Reading for Difference in Alternative Food Networks.” Area, vol. 41, no. 1, pp. 55–63.

Jaffe J., Gertler M., 2006, “Victual vicissitudes: consumer deskilling and the (gendered) transformation of food systems”, Agriculture and human values, 23, pp. 143-162.

Kloppenburg, J. Jr, Hendrickson, J., & Stevenson, G. 1996. Coming in to the foodshed”. Agriculture and human values, 13(3), 33-42.

MOONEY P. 1988. My Own Boss? Class, Rationality, and the Family Farm. Boulder and London: Westview Press.

LAMINE Claire. 2008. Les intermittents du bio : pour une sociologie pragmatique des choix alimentaires émergents. Paris : Editions de la Maison des Sciences de l'Homme.

Le Velly, R. 2017. Sociologie des systèmes alimentaires alternatifs. Une promesse de différence, Paris, Presses des Mines, 200 p

LUCAS V. & GASSELIN, P. 2018.

PARANTHOËN J-B. 2013. « Processus de distinction d’une petite-bourgeoisie rurale. Le cas d’une « association pour le maintien de l’agriculture paysanne » (AMAP) », Agone, vol. 51, no. 2, pp. 117-130.

PORCHER N. 2010. « L’agriculture contractuelle de proximité́ en Suisse romande. Montpellier ». Thèse de Master of Science du Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes. (Non publié).

PLEYERS G. (dir.). 2011. La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable. Paris : DDB

Poulain J-P. & Corbeau J-P. 2001. Penser l'alimentation. Entre imaginaire et rationalité. Toulouse : Privat. 206 p.

ROSIN C. & CAMPBELL, Hugh. 2009. “Beyond bifurcation: Examining the conventions of organic agriculture in New Zealand”. Journal of rural studies, vol. 25, no 1, p. 35-47.

ROUVIÈRE C. 2015. Retourner à la terre. L'utopie néo-rurale en Ardèche depuis les années 1960. PU Rennes.

SHI Y., CHENG C., LEI P. et al. 2011Safe food, green food, good food: Chinese Community Supported Agriculture and the rising middle class”. International Journal of Agricultural Sustainability, vol. 9, no 4, p. 551-558.

STOCK P. V., FORNEY J. 2014. “Farmer autonomy and the farming self”. Journal of Rural Studies 36: 160-171.

Stock P. V., Forney J., Emery S. B., & Wittman H. 2014. “Neoliberal natures on the farm: farmer autonomy and cooperation in comparative perspective”. Journal of Rural Studies, 36, 411-422.

Stock P. V., Carolan M., Rosin C. 2015. Food utopias: reimagining citizenship, ethics and community, Routledge: London

TRAUGER A. (éd.) 2015. Food Sovereignty in International Context: Discourse, politics and practice of place, Routledge Studies in Food, Society and the Environment, 248. Abington / New York: Routledge.

VOLZ, P., WECKENBROCK, P., NICOLAS, C., JOCELYN, P., & DEZSÉNY, Z. 2016. Overview of community supported agriculture in Europe. Urgenci. http://urgenci.net/wp-content/uploads/2016/05/Overview-of-Community-Supported-Agriculture-in-Europe-F.pdf (consulté le 08.08.2019).

VAN DER PLOEG J. D. 2008. The New Peasantries. Struggles for autonomy and sustainability in an era of Empire and globalisation. London: Earthscan.

VUILLEUMIER J. 2017. “The involvement of community supported agriculture networks in a Swiss popular initiative for food sovereignty”. In Public Policies for Food Sovereignty. Routledge. pp. 103-118.

WILSON A. D. 2013. “Beyond Alternative: Exploring the Potential for Autonomous Food Spaces”. Antipode 45: 719-737.

Top of page

Notes

1 Le terme d’agriculture contractuelle de proximité a été formalisé et son utilisation généralisée par la fondation de la Fédération romande d’agriculture contractuelle de proximité en 2017. Par une charte, la fédération a défini ce système et les principes de bases communs à différentes initiatives déjà en place et marquées par une diversité importante.

2 http://www.pnr69.ch .

3 Entretien avec T., fondateur de Rage de Vert, Neuchâtel, 24.04.2014, sauf mention contraire, les extraits utilisés dans ce paragraphe sont issus du même entretien.

4 Citation de D., jardinier de Rage de Vert, lors d’une intervention auprès d’une association d’étudiants à Neuchâtel, 25.04.2015.

5 Les PER représentent le standard environnemental selon la politique agricole fédérale qui est condition à l’accession au système des paiements directs.

6 Entretien avec S., membre des Jardin d’Ouchy, 06.01.2016, Lausanne

7 Extrait de discussion avec M., coordinatrice de Notre Panier Bio, à la suite d’un comité, 04.06.2014, Grangeneuve.

8 Extrait de notes d’observation lors d’un comité de Notre Panier Bio, 02.03.2016

9 Charte de la FRACP, p. 1 (disponible sur le site de la fédération : https://www.fracp.ch/accueil/charte/ - consulté le 07.06.2018).

10 Extrait de discussion avec C. producteur des Jardins d’Ouchy lors d’une distribution de paniers le 12.06.2016 à Lausanne.

11 Entretien avec E. membre de Rage de Vert, 21.11.2015, Neuchâtel.

12 Entretien avec S., membre des Jardin d’Ouchy, 06.01.2016, Lausanne.

13 Entretien avec F., membre de Notre Panier Bio, 08.05.2015, Marly.

14 Entretien avec E. membre de Rage de Vert, 21.11.2015, Neuchâtel.

Top of page

References

Electronic reference

Julien Vuilleumier, Jérémie Forney and Marion Fresia, « La contrainte et l’alimentation comme vecteurs d’autonomisation dans des réseaux agroalimentaires alternatifs », Anthropology of food [Online], Articles VARIA, Online since 01 July 2020, connection on 07 July 2020. URL : http://journals.openedition.org/aof/10501

Top of page

About the authors

Julien Vuilleumier

ethnologie, Université de Neuchâtel Institut d’ethnologie, julien.vuilleumier@unine.ch

Jérémie Forney

ethnologie, Université de Neuchâtel Institut d’ethnologie, jeremie.forney@unine.ch

Marion Fresia

ethnologie, Université de Neuchâtel Institut d’ethnologie, marion.fresia@unine.ch

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page