Skip to navigation – Site map

HomeInformationCalls for PapersAlimentation et genre : Perspecti...

Alimentation et genre : Perspectives contemporaines, études et Recherche

Appel à Contributions
Marzia Mauriello and Gaia Cottino

L’approche genrée de la recherche en alimentation suscite un intérêt croissant dans les sciences humaines et sociales depuis une trentaine d’années. Au début, les recherches étaient sporadiques et, notamment en anthropologie, elles ne traitaient pas spécifiquement de cette question (Douglas 1966, 1972; Zymbalist Rosaldo, Lamphere 1974; Ortner, Whitehead 1981; Goody 1982). Aujourd’hui, le sujet de l’alimentation dans sa relation au genre fait l’objet d’études spécifiques (Weismantel 1989; Adams 1990; Fiddes 1991; Counihan, Kaplan 1998; Counihan 1999). La perspective sans doute la plus connue sur ce thème est celle adoptée par des chercheurs pro-féministes, et examine la hiérarchie des genres dans la production alimentaire, la sélection, le choix, la préparation, la vente et la consommation, dans des lieux et des périodes variées (Murcott 1983; Charles, Kerr 1988; Adams 1990; DeVault 1991; Lupton 1996; Avakian 1997; Counihan, Kaplan 1998; Counihan 1999). Les hiérarchies, ainsi que certains l’ont soutenu, seraient d’ailleurs utilisées en termes d’agentivité par ces acteurs dont le savoir-faire culinaire constitue une ressource vers leur émancipation (hommes ou femmes) et l’acquisition d’un pouvoir économique (Appadurai 1981; Bynum 1987; Avakian 1997; Abarca 2006; Williams-Forson 2006; Cairns et al. 2010; Allen, Sachs 2012; McLean 2013; Parsons 2015). Cela concerne aussi les travaux portant sur l’alimentation et la masculinité (Hollows 2003; Parasecoli 2005; Naguib 2015).

Si la nourriture elle-même est une source extraordinaire de recherche, puisqu’elle reflète les effets immédiats et tangibles de la façon dont évoluent les systèmes socio-culturels, une perspective genrée sur l’alimentation, adaptée et réorganisée, reste ouverte à de nouvelles contributions et analyses. Depuis l’ « explosion » de la cuisine dans le show-business et ses nouvelles célébrités (les chefs-stars ) – qui a certainement entrainé un nombre croissant d’hommes vers la cuisine professionnelle, renouvelant ainsi les relations entre alimentation et masculinité et, dans certains cas, recréant des formes d’exclusion fondées sur le genre – jusqu’à l’émergence de nouveaux styles culinaires et modes d’approvisionnement qui se sont développés en même temps que la transformation des structures géo-sociales et des modes de vie, la recherche a suivi le rythme dynamique de ces phénomènes sociaux. Les thèmes qui mériteraient davantage d’attention, surtout à cause de transformations récentes, sont donc : les nouvelles formes de colonialisme telles que l’aide économique aux Pays tiers qui affecte l’accès genré et les droits de souveraineté concernant les ressources comestibles ainsi que la préparation, l’approvisionnement et la consommation de nourriture dans des contextes autochtones (tabous anciens et nouveaux, paradigmes anciens et nouveaux tels que l’imposition de réglementations diverses en termes d’hygiène et de santé) dans des territoires urbains et ruraux (Cottino 2018; Peveri 2012); le phénomène global de nourritures de rues, un mode alimentaire qui revêt des connotations de genre variées selon le lieu, et sa place plus ou moins « traditionnelle » en fonction des territoires (Tinker 1997, 1998, 1999, 2003; Cardoso et al. 2014; Kaller et al. 2017); la question du poids corporel et sa relation à l’alimentation dans la construction des subjectivités et des relations sociales (Kulick, Meneley 2005; Cottino 2013; Mauriello 2018; Warin, Zivkovic 2019); les relations entre alimentation et les communautés de migrants, particulièrement en lien avec le genre (Abbots 2012, 2016; Gasparetti 2012). Puisque l’alimentation est en perpétuel mouvement, d’autres sujets d’intérêt pourraient être les régimes anciens et nouveaux, comme des formes de résistance à la domination d’autres êtres humains et non-humains (par exemple le véganisme versus le spécisme/ sexisme), qui aujourd’hui croisent la question de la légitimité des sexualités ou des identités genrées différentes en lien avec la question environnementale (éco-féminisme et homosexualité, queer eco-feminism) (Simonsen 2012; Hall 2013).

Tous ces éléments doivent être considérés selon une perspective théorique qui prend en compte comment et jusqu’à quel point des contextes différents produisent des effets différents sur la perception de l’alimentation ainsi que les relations entre alimentation, nutrition et la construction de subjectivités. Puisque les histoires de régimes sont des histoires contextuelles tissées par une large variété d’acteurs, la relation alimentation/ genre peut être structurée selon une perspective qui inclut et comprend la dimension du Soi en relation aux autres, à la fois dans un sens matériel et symbolique. Des cas tels que les désordres alimentaires sont des exemples de la façon dont la relation à l’alimentation est conditionnée par une série de facteurs, et d’acteurs, et inclue une perception du corps soumise à des processus historiques, géographiques et socio-culturels d’une large portée.

Ce numéro spécial fait appel à des contributions qui traitent le sujet de l’alimentation et du genre par le biais des complexités indiquées ci-dessus, mais aussi selon d’autres angles qui seraient tout aussi pertinents. Les sujets traités peuvent inclure - mais ne sont pas limités- aux exemples suivants :

Alimentation et image/ normes corporelles genrées

Alimentation et maternité (allaitement au sein, entre nature et culture…)

Alimentation et masculinité (un monde masculin de « chefs », les super-aliments)

Alimentation et espaces genrés

Alimentation, genre et nouveaux styles de consommation (contextes urbains et ruraux)

Alimentation et familles (toutes sortes)

Alimentation de rues et genre

Alimentation, genre et migration

Queer vegan et éco-feminisme végan

Régimes et diètes

Désordres alimentaires

Insécurité alimentaire et inégalités de genres

Nouvelles formes de colonialismes et nouvelles pratiques alimentaires autochtones dans une perspective de genres

Souveraineté alimentaire et genre

Savoirs alimentaires indigènes et genres

Calendrier

Les résumés (max. 12 lignes; max. 10 mots-clés) devront être en anglais, et envoyés pour le 15 October 2020 à Marzia Mauriello marziamauriello@gmail.com , Gaia Cottino g.cottino@aur.edu et Anne Dupuy anne.dupuy@univ-tlse2.fr .

Les articles terminés, en anglais ou en français (max. 8000 mots incluant notes et bibliographie) seront attendus avant le 31 Janvier 2020.

Publication prévue: 2è semestre 2021.

Merci de vous conformer aux règles éditoriales de la revue : https://journals.openedition.org/aof/6899

Bibliography

ABARCA M.E. 2006. Voices in the kitchen: Views of food and the world from working-class Mexican and Mexican American women (Rio Grande/Río Bravo: Borderlands Culture and Traditions). College Station: Texas A&M University Press.

ABBOTS E.J. 2012. “In the absence of men? Gender, migration and domestic labour in the Southern Ecuadorean Andes”. Journal of Latin American Studies: 71-96.

ABBOTS E.J. (2016). “Approaches to food and migration: rootedness, being and belonging”, in Klein J., Watson J. (ed.) The handbook of food and anthropology: 115-132. London: Bloomsbury.

ADAMS C. J. 1990. The Sexual Politics of Meat: A vegetarian Critical Theory. London: Continuum.

ALLEN P., SACHS C. 2012. “Women and Food Chains: the Gendered Politics of Food”, in Counihan C., Wlliams-Forson, P. (ed.) Taking Food Public. Redefining Foodways in a Changing World: 23-40. New York: Routledge.

APPADURAI A. 1981. “Gastro‐politics in Hindu South Asia”. American ethnologist, 8(3): 494-511.

AVAKIAN A. V. 2005. Through the kitchen window: Women explore the intimate meanings of food and cooking. Oxford: Berg Publishers.

BYNUM, C. W. 1987. “Religious women in the later Middle Ages”. in Raitt J., McGinn B., Meyendorff J. (ed.) Christian Spirituality: High Middle Ages and Reformation, 2 :121-139. New York: Crossroad.

CAIRNS K., JOHNSTON J., BAUMANN S. 2010. “Caring about food: Doing gender in the foodie kitchen”. Gender & society, 24(5): 591-615.

CARDOSO R. D. C. V., COMPANION M., MARRAS S. R. 2014 (ed.). Street food: Culture, economy, health and governance. London & New York: Routledge.

CHARLES N., KERR M. 1988. Women, food, and families. Manchester: Manchester University Press.

COTTINO G. 2013). Il peso del corpo: un'analisi antropologica dell'obesità a Tonga. Milano: Edizioni Unicopli.

COTTINO G. 2018. ““Men are interested only in root crops”. Food security gendered policies in the Kingdom of Tonga”. Antropologia, 5(1 NS): 41-57.

COUNIHAN C., KAPLAN S.L. (ed.) 1998. Food and Gender. Identity and Power. London & New York: Routledge.

COUNIHAN C. 1999. The anthropology of food and body: Gender, meaning, and power. London & New York: Routledge.

DEVAULT M. L. 1991. Feeding the family: The social organization of caring as gendered work. Chicago: University of Chicago Press.

DOUGLAS M. 1966. Purity and Danger: an analysis of concepts of pollution and taboo. London & New York: Routledge & Keagan Paul.

DOUGLAS M. 1972. “Deciphering a meal”. Daedalus, Vol. 101, No. 1, Myth, Symbol, and Culture (Winter, 1972): 61-81. Published by The MIT Press on behalf of American Academy of Arts & Sciences; Stable URL: http://www.jstor.org/stable/20024058 .

FIDDES N. 2004. Meat: A natural symbol. London & New York: Routledge.

GASPARETTI F. 2012. “Eating tie bou jenn in Turin: Negotiating differences and building community among Senegalese migrants in Italy”. Food and Foodways, 20 (3-4): 257-278.

GOODY J., GOODY J. R. 1982. Cooking, cuisine and class: a study in comparative sociology. Cambridge: Cambridge University Press.

HALL L.R. 2013. “The Queer Vegetarian. Understanding alimentary activism”, in Gaard G., Estok S. C., Oppermann, S. (ed.). International Perspectives in Feminist Ecocriticism: 166-183. London & New York: Routledge.

HOLLOWS J. 2003. “Oliver's twist: Leisure, labour and domestic masculinity in The Naked Chef”. International Journal of Cultural Studies, 6(2): 229-248.

KALLER M., KEAR J., MARKUS (ed.) 2017. Delicious migration. Street Food in a globalized world. Rockville: Global South.

KULICK D., MENELEY A. 2005. Fat: The anthropology of an obsession. New York: Jeremy P. Tarcher/Penguin.

LUPTON D. 1996. Food, the Body and the Self. London, Thousand Oaks, New Delhi: Sage.

MAURIELLO M. 2018. « La nuova abbondanza. Pratiche alimentari, donne e famiglie nella Napoli contemporanea » in Cipolla C., Corposanto C. (ed.). Le culture del cibo. Elementi di sociologia della condivisione alimentare: . 23-42. Milano: Franco Angeli.

MCLEAN A. 2013. “The Intersection of Gender and Food Studies”, in Albala K. (ed.), Routledge International Handbook of Food Studies: 250-264. London & New York: Routledge.

MURCOTT A. 1983 (ed). The sociology of food and eating. Aldershot, Hants: Gower.

NAGUIB N. 2015. Nurturing Masculinities: Men, Food, and Family in Contemporary Egypt. Austin: University of Texas Press.

PARASECOLI F. 2005. “Feeding hard bodies: Food and masculinities in men's fitness magazines”. Food and Foodways, 13(1-2): 17-37.

PARSONS J. M. 2015. Gender, class and food: families, bodies and health. London: Palgrave Macmillan.

PEVERI V. 2012. L'albero delle donne: etnografia nelle piantagioni e cucine d'Etiopia. Bologna: I libri di Emil.

ORTNER S. B., WHITEHEAD H. (ed.). 1981. Sexual meanings: The cultural construction of gender and sexuality. Cmbridge: CUP Archive.

ROSALDO M.Z., LAMPHERE L. 1974. Woman, culture, and society. Stanford: Stanford University Press.

SIMONSEN R. R. 2012. “A queer vegan manifesto”, Journal for Critical Animal Studies. 10(3): 51-81.

TINKER I. 1997. Street foods. Urban food and employment in developing countries. New York, Oxford: Oxford University Press.

TINKER I. 1998. “Feeding the megacities”. Urban Age, 5(3): 4-7.

TINKER I. 1999. “Street foods into the 21st Century”, Agricultural and Human Values 16: 327-333.

TINKER I. 2003. “Street foods: Traditional Microenterprise in a Modernizing World”, International Journal of Politics, Culture and Society. 16 (3): 331-349.

WARIN M., ZIVKOVIC T. 2019. Fatness, obesity, and disadvantage in the Australian suburbs: unpalatable politics. London: Palgrave Macmillan.

WEISMANTEL M. J. 1989. Food, gender, and poverty in the Ecuadorian Andes. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.

WILLIAMS-FORSON P. A. 2006. Building houses out of chicken legs: Black women, food, and power. Chapel Hill: University of North Carolina Press.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search