Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S15Précarisation alimentaire, résist...

Précarisation alimentaire, résistances individuelles et expériences pratiques: regards locaux, régionaux, transnationaux

Marta Llobet Estany, Paula Durán Monfort, Claudia Rocío Magaña González, Araceli Muñoz García and Eugenia Piola Simioli

Full text

Nous remercions Christopher McAll pour la révision linguistique de cette introduction. De la même manière, nous voulons remercier l’important rôle d’éditeur qu’il a eu dans la publication de ce numéro monographique, l’appui qu’il nous a offert pour la coordination tout au long du processus d’élaboration des textes et le leadership qu’il a joué dans le développement de la recherche avec le CREMIS.

  • 1 La démarche et les résultats de cette recherche collective ont été publiés dans la Revue du CREMIS (...)
  • 2 Centre de Recherche de Montréal sur les Inégalités sociales et les discriminations, associé à l’Uni (...)

1Dans ce numéro monographique, nous présentons, au travers des différents articles, les résultats de la recherche intitulée « L’alimentation selon une perspective globale et non réductionniste des besoins » 1, commencée en 2015 et coordonnée par le CREMIS2 de Montréal. Y participent les équipes du CREMIS, de l’École Supérieure de Praxis Sociale de Mulhouse en Alsace, de l’Université de Sienne, de la Fédération des Services sociaux de Bruxelles et de l’École de Travail social de l’Université de Barcelone.

2Une équipe multinationale composée de chercheur.e.s issus de divers contextes géographiques, appartenant à des domaines disciplinaires différents, a développé une construction réflexive au fil des rencontres qu’elle a partagées au cours de la recherche. L’interdisciplinarité et la transnationalité à l’œuvre dans ce processus nous permettent d’envisager la réalité dans sa complexité globale, cette dernière exigeant des formats différents pour pouvoir être repensée (Morin 2001) ainsi que des connaissances multiples et hétérogènes qui permettent d’approfondir la compréhension (Krohn 2017 : 41). Ainsi, cette recherche nous rapproche d’une anthropologie qui rencontre d’autres disciplines des sciences sociales et d’autres savoirs.

3Par ce numéro thématique nous souhaitons établir un dialogue avec la position réflexive développée dans le numéro « Manger pour vivre : l'alimentation en condition de précarité dans les pays "riches" », publié en 2008 par la revue Anthropology of Food. Nous analysons la précarisation alimentaire dans une perspective théorique et empirique à partir de réalités aussi diverses que celles de Montréal, Mulhouse, Sienne, Bruxelles et Barcelone. Cette perspective régionale et transnationale prend comme point de départ les inégalités qui existent dans ces divers contextes en matière d’alimentation.

4Les articles présentés reposent sur trois axes thématiques : (1) la place qu’occupe l’alimentation dans la vie des individus se trouvant dans une situation de précarisation sociale (Barbier 2005 ; Britos 2002) et les effets sur leur bien-être ; (2) les stratégies que développent les personnes affectées ; et (3) la diversité de réponses institutionnelles et autres qui sont élaborées pour y faire face. Les auteur.e.s adoptent une perspective globale et holistique qui traite l’alimentation comme un fait social total (Poulain 2017 ; De Garine 1988), tout en tenant compte des différents cadres socio-culturels, économiques et politiques.

5Ces axes constituent aussi les objectifs de cette recherche internationale, qui a été développée à partir d’une méthodologie qualitative. Celle-ci a permis d’explorer de manière inductive comment le fait alimentaire est vécu par les individus (Given 2008 : xxix). Cette approche méthodologique a permis, par conséquent, l’émergence d’un ensemble de pratiques interprétatives qui, interconnectées entre elles (Denzin & Lincoln 2018 : 43), révèlent la complexité de la réalité sociale (Miles, Huberman & Saldana 2014 : 30). Parallèlement, ces pratiques ont une incidence sur le lien entre les multiples significations subjectives (Miles, Huberman et Saldana 2014 : 30) qui émergent autour de cette activité de la vie quotidienne (De Garine 2016 ; Aguilar 2014) et qui se construisent en fonction de la diversité des expériences vécues (Creswell 2009 : 4). Cette approche nécessite aussi la prise en considération des conditions de vie des individus (Miles, Huberman et Saldana 2014 : 30-31) afin de comprendre comment ceux-ci abordent la vie quotidienne dans un environnement social donné (Yin 2015 : 9).

6Cette méthodologie qualitative a pu être développée à partir de l’utilisation de différentes techniques, principalement des entrevues individuelles et de groupe avec des personnes qui souffrent de précarisation alimentaire, tout spécialement les personnes âgées, les étudiant(e)s, les familles monoparentales et immigrantes et les personnes sans domicile. Parallèlement nous avons échangé avec des professionnel.le.s et activistes travaillant dans le cadre d’institutions et d’organismes des domaines public et privé, ainsi que du tiers secteur, ou qui sont impliqués dans des initiatives citoyennes dans les différentes villes participantes.

7Dans le cadre de cette recherche, nous avons aussi repensé le « faire-recherche » lui-même (Olmos Álcaraz, Cota, Álvarez Veinguer, Sebastiani 2018), ce qui a impliqué le développement d’un processus autoréflexif interrogeant notre propre position en tant que chercheur.e.s impliqué.e.s dans la production de connaissances sur l’alimentation. Aborder les inégalités entourant le fait alimentaire nous a obligé.e.s à interroger les relations asymétriques et dialectiques du processus de recherche lui-même (Dietz 2011 : 12-13) et les stratégies à développer pour ouvrir des brèches dans ces espaces de production de connaissances qui peuvent renforcer les frontières et protéger les hiérarchies existantes (McAll 2017 : 90).

  • 3 Précigout & Techoueyres (2016) indiquent la manière dont la réflexivité sur les conditions de la re (...)

8Cette préoccupation autoréflexive3 a entraîné l’exploration d’autres formats méthodologiques, principalement participatifs (Godrie et al. 2018 ; Amaré & Valran 2017 ; Fontan et al. 2013 ; Bellot & Rivard 2013), permettant de reconnaître le savoir provenant de l’expérience des individus et privilégiant un processus dialogique afin de repenser la précarité alimentaire et les manières de l’affronter collectivement. Ceci a permis de mettre l’accent sur la manière dont se concrétise cette réflexivité, ainsi que sur la nature des connaissances générées dans le cadre de la recherche et sur les actions découlant de ces connaissances qui peuvent avoir une incidence sur le bien-être des individus et sur la situation d’inégalité qu’ils vivent. La dimension éthique est ainsi centrale dans la production des connaissances et dans l’applicabilité de la théorie générée, comme le notent Précigout & Techoueyres (2016) dans le numéro « Les conditions de la recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine de l’alimentation », publié en 2016 par la revue Anthropology of Food.

9Voilà donc quelques-unes des questions soulevées dans ce numéro monographique, qui a pour but de contribuer au débat en cours en anthropologie de l’alimentation sur la précarisation alimentaire et les multiples manières de l’aborder. Les articles présentés abordent cette réalité depuis la complexité des multiples dimensions du fait alimentaire (De Garine 2016). Les inégalités et les pratiques qui sont générées pour y faire face font aussi l’objet d’une perspective critique qui permet de situer les individus qui subissent cette situation au centre de la réflexion-action, afin de comprendre l’effet que les différentes réponses développées ont sur leur bien-être, tout en repensant certaines alternatives qui promeuvent l’autonomie et reconnaissent le droit à l’alimentation et à la dignité des individus. Enfin, nous souhaitons tracer une voie qui relie l’académie à la réalité sociale, promeuve le dialogue et envisage une réflexivité construite depuis la diversité des expériences et la reconnaissance de tous les acteurs.

L’alimentation dans une perspective globale

10Dans ce numéro monographique, l’alimentation est abordée depuis deux versants complémentaires : en tant qu’objet d’étude et comme une fenêtre à travers laquelle on peut voir la réalité d’une société (Fischler 1995, 2010 ; Perinau 2008 ; Poulain 2007). Cette signification est pertinente car, comme le signalent Mintz et DuBois (2002), aborder l’alimentation permet de repenser les phénomènes sociaux, ce qui contribue au développement de la théorie anthropologique et des méthodes de recherche.

11L’alimentation est un acte partagé, car il constitue une conduite quotidienne qui concerne tous les êtres humains (De Garine 2016 ; Aguilar 2014). Elle répond à la satisfaction d’une nécessité primaire. En effet, nous devons tou.te.s ingérer les aliments, les protéines et les nutriments nécessaires à notre survie (Contreras & Gracia 2005). Cependant, « manger » ne constitue pas uniquement un acte biologique. Différents auteurs font référence à la manière dont la culture définit la gamme de ce qui est comestible et les prohibitions alimentaires de certains groupes humains par rapport à d’autres (De Garine 2002 ; Douglas 1973 ; Harris 1998 ; Poulain 2007). C’est dans ce contexte qu’émerge l’importance de la dimension symbolique de l’alimentation, comme le montre Douglas (1973) dans une perspective structuraliste, en reconnaissant comment les aliments sont porteurs de sens pour les individus dans un contexte culturel donné.

  • 4 L’alimentation traverse et recoupe de multiples dimensions des individus, telles que les dimensions (...)

12Les textes présentés reflètent ainsi la multi-dimensionnalité4 du fait alimentaire (Aguirre 2004), donnant à voir la complexité que revêt ce comportement social (De Garine 1988) en lien avec la variable espace-temps. La réalité changeante et en constante évolution (Medina 2010) doit être captée en un moment historique donné pour permettre de comprendre et analyser la dynamique sociale en question, en tenant compte notamment de l’interaction entre les facteurs économiques, politiques et environnementaux (De Garine 1993 ; Fischler 2010 ; Guidonet 2007 ; Medina 2010 ; Mintz & DuBois 2002 ; Perianu 2008).

  • 5 L’édition de ce numéro monographique se produit dans le contexte d’urgence sanitaire du COVID-19 qu (...)

13Dans cette perspective, nous abordons, entre autres, les effets différentiels à long terme de la crise économique de 2008 quant à l’alimentation5 et aux processus de vulnérabilité sociale qu’elle a produits dans divers contextes urbains du Canada et d’Europe. Or, cela met en évidence l’existence d’inégalités inter- et intra-sociétales autour de l’alimentation (Douglas 2014) dans les sociétés faisant partie du « Nord global ». Cela reflète aussi comment la surabondance de la production alimentaire peut coexister avec le maintien et le renforcement des inégalités sociales en termes d’accès à l’alimentation (De Garine 1996, 2001). Les travaux que nous présentons reflètent, de ce point de vue, les contradictions auxquelles sont confrontées les sociétés actuelles (Mayos 2016 ; Poulain & Tibère 2008 ; Contreras 2005), ainsi que la problématique alimentaire occidentale (Delavigne & Montagne 2008) face à une disponibilité alimentaire généralisée qui ne supprime pas les inégalités quant aux consommations (Gra­cia 2014, 2010 ; Maino et al. 2016). De ce point de vue, McAll, dans son article, considère comment il est possible, au travers l’alimentation, soit de reproduire des rapports sociaux inégalitaires soit, au contraire, de « produire de l’égalité », selon les mécanismes qui sont mis en œuvre.

Alimentation, rapports inégalitaires et processus de précarisation

14L’augmentation de l’inégalité sociale est étroitement liée aux transformations récentes du capitalisme orientées vers une plus grande concentration de la richesse accompagnant le progrès technologique, la désindustrialisation (ou le déplacement d’activités industrielles vers d’autres régions du monde) et la financiarisation de l’économie (Bauman 2014). Dans le contexte de cette recherche, les inégalités sociales sont conçues comme étant fondées sur le traitement injuste de certaines populations générant des souffrances et des douleurs humaines évitables (Tortosa 2011).

  • 6 Paturel, Soulard et Vonthon (2019) font référence à la manière dont le concept de précarisation ali (...)
  • 7 Ainsi que l’établissent Paturel, Soulard et Vonthon (2019).

15Dans ce contexte, nous faisons appel, entre autres, à la vision théorique et empirique de la précarisation, comprise comme un processus qui désigne la fragilité de la condition sociale (Bouffertigue 2015 : 2) ou, comme le signale Castel (1999), l’instabilité sociale. Cela fait référence à la « déqualification » selon Paugam (2007) dont souffrent les individus dans les sociétés « post-industrielles ». Il s’agirait, selon ce même auteur, d’un processus dynamique qui prend la forme d’une trajectoire descendante dont l’origine est une situation d’intégration sociale et l’aboutissement, une situation d’exclusion (Poulain & Tibère 2008). Ce type de précarisation se produit pour l’essentiel quand la sécurité6 des individus est menacée par un marché du travail avec un taux de chômage élevé rendant plus difficile l’accès à un premier emploi ou entraînant des conditions de travail précaires (Poulain & Tibère 2008). La précarisation constitue aussi cependant un phénomène complexe qui va bien au-delà de sa dimension économique et affecte les multiples sphères de la vie sociale des individus (Palomino Moral, Grande Gascón & Linares Abad 2014 ; Zurdo & López 2013 : 386). De ce point de vue, Wresinski (1987 : 25)7 a montré comment la précarité implique la perte de sécurité dans de multiples facettes ou aspects de la vie des individus, ce qui limite la possibilité de développer leurs responsabilités et garantir leurs droits.

16Ces trajectoires de précarisation ont, par conséquent, un impact global sur le bien-être des individus et impliquent de nombreuses pertes (Delavigne & Montagne 2008), comme le montre McAll dans son texte. Ainsi que le reflètent les différents articles présentés dans ce numéro, la précarisation affecte la dimension matérielle du bien être, mais aussi la dimension corporelle (en répercutant sur la santé physique et mentale des individus), la dimension relationnelle (avec la croissance des tensions et des ruptures familiales), la dimension décisionnelle (en produisant l’affaiblissement de la capacité à prendre des décisions quant à sa propre vie) et la dimension temporelle (puisqu’elle affecte les routines quotidiennes et les temps de vie) (McAll, Fournier & Godrie 2014). La précarisation aurait ainsi un effet sur toutes les dimensions du bien-être.

17Cette vision est déterminante pour comprendre les processus de précarisation qui s’articulent autour de l’alimentation et fait voir non seulement les effets que ceux-ci peuvent avoir sur la survie des individus, mais aussi en termes de relations avec les personnes de leur entourage, notamment à travers la rupture des fonctions sociales et culturelles du fait alimentaire, comme l’affirme Paturel (2017).

Populations et résistances individuelles

18Pour faire face à cette situation, les individus développent différentes « stratégies d’affrontement » (Egbe & Monserrat-Mas 2014 : 1705) qui leur permettent de faire face aux limitations que leur impose leur situation, de négocier cette dernière et d’atténuer ses conséquences à court terme (Garthwaite, Collins & Bambra 2015 : 41 ; Feinauer & Ward 2009), ce qui peut changer les comportements alimentaires (Gra­cia 2014, 2010 ; Whiting & Ward 2010).

19Nous abordons ainsi dans ce numéro les nécessités qui surgissent de manière différente et en fonction de divers groupes de population. On y voit aussi comment les personnes âgées, les familles monoparentales, les individus migrants et ceux qui vivent dans la rue à Montréal, Mulhouse ou Barcelone négocient leur rapport à alimentation au fil des différentes phases du processus alimentaire : pour l’obtention des produits, l’élaboration des plats ou le développement de leurs pratiques de consommation. Ce regard transnational permet ainsi d’observer comment la situation de précarisation alimentaire que vivent les populations dans ces contextes différents implique le développement d’actions de micro-résistance de la part des individus dans leur lutte pour la survie au quotidien (Stavrides 2007 : 119 ; Dupéré & Gélineau 2014 : 31).

Les réponses et les pratiques face à la précarisation alimentaire

  • 8 Llobet, M., Durán, P., Magaña, C. R., Muñoz, A. (2019), « (Re)pensando los retos alimentarios desde (...)

20Au travers des expériences présentées dans les différentes villes, il existe une diversité de réponses pour affronter la situation de précarisation alimentaire. Llobet et al. font référence dans leur article à trois types de pratiques, nommées pratiques traditionnelles, nouvelles pratiques et pratiques alternatives, qui émergent du travail de terrain réalisé8. Cette nomenclature reflète la considération différentielle qui existe quant à la précarisation alimentaire dans des contextes sociaux donnés. Elle exprime les diverses manières par lesquelles une société encadre ou définit publiquement un problème et les solutions qu’elle propose pour l’aborder (Pollard & Booth 2019 : 2).

21Le modèle « bénéfico-assistantiel » constitue le modèle dominant de l’aide alimentaire dans différents contextes, comme l’indiquent Pollard et Booth (2019 : 3) et tel que développé dans le texte de Berti et Valzaina. Il caractérise un type de pratique qui, dans une logique caritative (Riches 2003) est impulsée par des institutions pour l’essentiel religieuses (Power et al. 2017 : 463) et consiste en un « don » qui, dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, favorise la redistribution des aliments à l’intention d’individus en situation de précarité alimentaire (Bonzi 2019). Cependant, différents auteurs (Caillavet et al. 2006 ; Cary & Roi 2013 ; Berti et al. 2017) constatent que cette « redistribution » constitue un acte moralisateur qui n’implique pas de réciprocité et peut placer les individus dans une situation humiliante, favoriser une interaction sociale hiérarchique et promouvoir la dépendance alimentaire.

  • 9 Comme cela a été défini au cours du Sommet mondial sur l’Alimentation de 1996 (Caraher & Furey 2018 (...)

22Cette première manière d’aborder les inégalités se rapproche, comme le signalent Berti et Valzaina dans leur article, d’une conception de la pauvreté alimentaire définie comme « l’incapacité d’acquérir ou de consommer des aliments d’une qualité adéquate ou en quantité suffisante d’une manière socialement acceptable, ou l’incertitude que l’on puisse le faire » (Radimer et al. 1990, cité dans Caraher & Furey 2018 : 5). Par ailleurs, cela répond à une logique traditionnelle qui lie la sécurité alimentaire9 (Duboys de Labarre & Crenn 2019) à la possibilité d’accéder aux aliments en quantité et en qualité suffisantes pour satisfaire les nécessités diététiques et les préférences alimentaires (Bonzi 2019 ; Caraher & Furey 2018: 6).

23Cela reflète aussi la vision unidimensionnelle de l’alimentation quand on ne reconnaît que la dimension biologique du fait alimentaire, en fournissant un sac d’aliments tout en niant le pouvoir décisionnel des individus et en réduisant les options qu’ont ces derniers quant aux diverses manières de « manger » et de « ne pas manger ». Cette perspective ne reconnaît pas que l’alimentation est un droit, malgré un discours institutionnel qui peut aller dans le sens contraire mais qui finit par ne pas se réaliser dans la pratique. Or, ce type de pratique peut aboutir à la dépolitisation de la précarisation alimentaire (Riches & Tarasuk 2014 : 49 ; Beischer & Corbett 2016 : 3 ; Caraher & Furey 2018 : 83) et, par conséquent, à la déresponsabilisation de l’État par rapport à son rôle et son obligation de garantir ce droit (Dowler 2002 : 712 ; Silvasti & Riches 2014 : 192 ; Hermida 2017). Enfin, cette perspective peut finir par légitimer l’absence de la précarisation alimentaire comme thème dans la sphère publique, dans l’agenda politique et parmi les priorités de l’action démocratique (Riches 1999 : 203). Parallèlement, elle favorise une compréhension des inégalités qui ne centre le regard ni sur une analyse macro-structurelle, ni sur la position différentielle qu’occupent les individus dans le système social. Au contraire, elle a tendance à leur attribuer la responsabilité individuelle pour l’inégalité dont ils sont les victimes (Dowler 2002 : 710 ; O’Brien 2014 : 115 ; Beagan, Chapman & Power 2018 : 10).

24Ce type d’analyse promeut la compréhension néolibérale des inégalités sociales, selon laquelle les problèmes vécus par les individus auparavant considérés comme relevant de la responsabilité collective et nécessitant l’intervention de l’État social, sont maintenant définies comme autant de « risques » de manques et d’insuffisances individuels, chaque individu ayant la responsabilité de trouver ses propres solutions (Laliberte Rudman 2013, cité dans Beagan, Chapman et Power 2018 : 3). Cette culpabilisation favorise l’étiquetage des individus bénéficiaires de l’aide alimentaire de manière homogénéisante (Elrich & Schawartzman 2015 ; Blum 2002) identifiant les individus ou les groupes de population concernés. François Régimbal met ce processus d’étiquetage en évidence quand il aborde dans son article les stéréotypes attribués aux personnes âgées.

25De ce point de vue, Berti et al. (2017 : 47) font référence à la manière dont ce type de représentation reflète une forme de « réduction identitaire » – comme développé aussi par McAll dans son article – favorisant l’attribution péjorative de l’altérité. Dans ce contexte, la situation de précarisation alimentaire elle-même peut représenter la totalité de ce que sont les personnes (vues comme des « bouches à nourrir ») et faire abstraction des multiples éléments qui composent leur identité. Comme le constate Villet dans son texte – citant Simmel (1998) – les individus subissent ainsi un processus d’objectivation et tendent à être réduits à de simples êtres assistés en s’insérant dans le circuit de l’aide alimentaire, ce qui réduit la reconnaissance de leurs ressources et de leurs capacités (Caraher & Furey 2018).

26Ce type de mise en identité stigmatisante implique par conséquent une relation de pouvoir, de hiérarchie et de contrôle social, en présentant les personnes qui reçoivent l’aide de manière subordonnée à celles qui la donne (Rastas 2005 : 160). De ce point de vue, McAll montre dans son article comment ce processus opère comme un engrenage qui contribue à la perpétuation des rapports sociaux inégalitaires au niveau des relations entre les individus, ainsi qu’à la perpétuation des conditions de vie inégales. La matérialisation de cette représentation et sa concrétisation en politiques et pratiques institutionnelles limitent en plus sa remise en question et, par conséquent, favorisent le fait que les individus intériorisent ces modèles exogènes, comme le mentionnent Damhuis et al. dans leur texte.

27La stigmatisation qui fait partie des interventions des dispositifs et des réponses en aide alimentaire (Dupéré & Gélineau 2014) contribue à l’assimilation de la demande d’aide à un échec personnel, influencée par le préjugé qui prévaut dans les sociétés capitalistes contemporaines attribuant le succès matériel et social au mérite individuel. L’estime de l’autre et de soi est ainsi établie sur la base de la capacité des individus à être indépendants et autonomes (Caplan 2016 : 7-8).

28Ce contexte favorise en plus des processus d’auto-stigmatisation (Goffman 1983 cit. par Jenkins 2000 : 8) qui limitent la capacité de développer une perspective critique et promeuvent l’adaptation acritique au système. Cette auto-identification (Jenkins 2000 : 8) a un effet important sur le bien-être et produit chez les individus qui sollicitent l’aide alimentaire des émotions négatives qui, associées à la culpabilisation, produisent un sentiment de honte et une forte souffrance (Shildrick & MacDonald 2013 : 301 ; Stotz et al. 2015) – les deux augmentant avec la visibilité de la situation de précarisation dans la sphère publique.

29Cette manière d’aborder la précarisation alimentaire entraîne par conséquent des mécanismes qui légitiment la production de l’ignorance (Tuana 2006 ; Sullivan & Tuana 2007) dans le cadre du circuit d’aide – comme le signalent Godrie et Bandini dans leur article – en favorisant la naturalisation des processus de catégorisation stigmatisante et l’intériorisation de ces relations de pouvoir de la part des individus. Alcoff (2007 : 39) fait référence au fait que l’ignorance constitue une pratique épistémique substantive structurelle qui entraîne la construction d’identités et de situations sociales épistémiquement défavorables.

30Dans cette perspective, seule la connaissance des experts est considérée comme appropriée pour analyser et proposer des solutions à la situation de précarisation alimentaire que vit la population (McAll et al. 2015 : 32 ; Chambers 1995). Ainsi se produit un processus de déqualification des savoirs (Godrie 2017 : 102) possédés par les individus en rapport avec l’alimentation et une invisibilisation des formes d’organisation que développent les familles pour y faire face. Cette déqualification reflète et renforce la construction sociale de l’indifférence par rapport à la précarisation (Caplan 2017 : 22) et à la manière dont les individus vivent cette situation. Par ailleurs, elle reproduit des relations de domination dans le cadre de ce type de réponse, en même temps qu’elle limite l’autonomie des individus et perpétue la dépendance institutionnelle, reproduisant ainsi les inégalités que l’aide alimentaire tente, supposément, de traiter. L’influence fonctionnaliste, affirme Morán Carrillo (2006), se reflète dans la prédominance de politiques sociales et de pratiques qui institutionnalisent les processus d’exclusion sociale.

31Il y a, cependant, de nouvelles actions, comme l’indiquent Llobet et al. dans leur article, qui peuvent offrir une réponse plus globale à la situation de précarisation alimentaire que vivent les individus. Ce type de réponse élargit la conception de l’alimentation, en considérant non seulement la perspective biologique mais aussi les composantes sociales et culturelles du fait alimentaire. Ces actions tiennent compte, en effet, de l’impact que le processus de précarisation produit chez les individus autour de l’acte de manger et, en reconnaissant l’importance des liens sociaux et culturels, ne se centrent pas uniquement sur la provision des protéines et des nutriments dont l’organisme a besoin (Paturel 2017).

32Dans cette perspective, il faut développer une vision plus intégrale ayant une incidence sur le pouvoir décisionnel des individus et reconnaissant leurs particularités quant à l’alimentation. Toutefois, le contrôle social qu’exercent, parfois, les professionnel.le.s sur les individus dans le cadre de leur pratique (Cary & Roy 2013) et la proposition de solutions conjoncturelles à une situation structurelle (O’Brien 2014 : 116) ne favorisent ni l’autonomie des personnes ni la transformation d’une situation marquée par l’inégalité.

33Le changement de paradigme dans le domaine de l’aide alimentaire, comme le proposent Damhuis et al., se produit par le biais de « réponses alternatives ou innovatrices » (Silvasti 2014). Il s’agit d’une pluralité d’initiatives à Barcelone, Montréal, Mulhouse, Bruxelles ou Sienne qui, comme le montrent les articles, sont promues dans une perspective de justice sociale (Levkoe 2006 ; Beischer & Corbett 2016 : 5-6) qui rompt avec la conception caritative de l’aide alimentaire.

34Dans ce contexte, les pratiques sont fondées sur la reconnaissance de la dignité et du pouvoir décisionnel des sujets et se mettent en place selon une conception holistique qui reconnaît la complexité de l’alimentation (Booth et al. 2018 : 14). Elles comprennent des initiatives communautaires et des pratiques d’autogestion qui, loin des réponses proposant des solutions à court terme et dans l’urgence, permettent d’envisager, dans une perspective structurelle et structurante, une pratique qui tient compte de tous les éléments du système alimentaire (Jacobson 2007 : 38).

35La politisation de l’alimentation dans le cadre de ce type de pratique convertit ainsi la démocratie alimentaire, comme le suggèrent Damhuis et al. (citant Paturel & Ramel (2017), en une question centrale nécessitant la reconnaissance des individus en tant que protagonistes de leur propre alimentation (Chiffoleau et al. 2017). De ce point de vue, McAll explique comment on peut considérer l’individu dans sa totalité et comment la reconnaissance des multiples éléments composant son identité peuvent constituer un catalyseur pour le changement social. Une telle reconnaissance peut permettre le développement de relations basées sur l’autonomie et le bien-être, en tenant compte du fait que le contraire – la réduction identitaire – constitue un mécanisme central dans la reproduction des inégalités sociales dans la vie quotidienne.

36Cette perspective requiert, par conséquent, que l’action face à la précarisation alimentaire soit fondée sur la reconnaissance de la voix des citoyens impliqués, de leurs stratégies et des multiples significations qu’ils élaborent sur leur propre réalité. Ce processus implique que les sujets eux-mêmes participent à la construction de nouveaux cadres d’interprétation de la précarisation alimentaire (Serrano, Parajuá & Zurdo 2013) avec la reconnaissance de leur expérience et la valorisation de leur pouvoir décisionnel (Booth et al. 2018 : 15). Il doit ainsi contrer l’image négative qui est projetée sur les individus subissant la précarisation et sollicitant l’aide alimentaire, pour mettre l’accent sur leur capacité à participer à des processus d’innovation sociale et de créativité (Caraher & Furey 2018 : 96-97). Cette question est centrale, comme le souligne McAll (en citant Chambers 1995) pour que l’action sur la pauvreté soit aussi une action pour le bien-être.

37Dans ce contexte se tissent de nouvelles formes de solidarité qui non seulement promeuvent l’émancipation alimentaire, comme le suggèrent Heck et Socquet-Juglard dans leur texte, mais aussi favorisent la responsabilisation des individus à travers la participation à des espaces collectifs (Levkoe 2006 : 97) ou à des initiatives communautaires ou associatives. Il s’agit alors de reconnaître et de renforcer les réponses organisationnelles que développent les communautés locales elles-mêmes fondées sur la participation sociale active, comme le proposent Leclerq et al. dans leur article. Ce type d’espace permet ainsi un processus de réflexion fondée sur l’expérience partagée de précarisation alimentaire et donnant lieu à une prise de conscience concernant ce problème vécu collectivement tout en contribuant à la recherche conjointe de solutions. La collectivisation des initiatives favorise la cohésion du groupe et le développement d’une perspective critique sur les inégalités et sur les stratégies que développent les sociétés et les gouvernements pour y faire face.

38Ce type de réponse à la précarisation alimentaire s’oppose à l’auto-responsabilisation des individus quant à la situation d’inégalité qu’ils vivent (Beagan, Chapman et Power 2018 : 3) et met l’accent sur le rôle que doit jouer l’État et la responsabilité que détiennent les pouvoirs publics pour garantir le droit à l’alimentation. Cela constitue en soi une forme de résistance aux discours stigmatisants, comme le signalent ces mêmes auteurs, résistance qui rend visible la précarisation et l’accès inégal à l’alimentation (Beischer & Corbett 2016 : 5-6), et qui contribue à de nouvelles formes de citoyenneté (Paturel & Bricas 2019 : 3) qui s’acquièrent par la participation à ces initiatives.

39Les alliances entre les acteurs de terrain et les acteurs de la recherche pour faire à face à la précarisation alimentaire sont un autre exemple de pratiques alternatives. Des initiatives telles que le « Système alimentaire pour tous » à Montréal ou « Solemprim » à Bruxelles soulignent l’importance de ce type d’alliance entre la recherche et l’action citoyenne pour construire des espaces « horizontaux » permettant la développement conjoint de solutions. Ces alliances visent à établir une collaboration entre les individus en tant qu’acteurs sociaux qui réfléchissent sur leur vie quotidienne et les chercheur.e.s qui, à travers leur activité méta-quotidienne, s’engagent dans ce que Giddens (1995 : 310) appelle « la double herméneutique », c’est-à-dire un processus englobant cette double compréhension de la réalité (Dietz 2011 : 13-14; Dietz & Mateos Cortés 2010). Il y a ici un dialogue entre la connaissance scientifique et le savoir expérientiel des populations concernées qui permet de construire un processus de réflexion collective au service de la transformation sociale (Schensul, Berg et Williamson 2008 : 103). Cette perspective défend la démocratisation du savoir et l’applicabilité de la recherche pour renforcer le pouvoir d’agir des individus (Techoueyres 2018).

40Cela nous mène à mettre l’accent sur le rôle que nous avons en tant que chercheur.e.s et sur le rôle de l’Université pour promouvoir des recherches reconnaissant la diversité des représentations, des discours et des savoirs existant autour de l’alimentation. Nous en appelons à la responsabilité sociale qu’ont les équipes en milieu académique et les institutions qui les accueillent et qui sont consacrées au développement de leur pratique professionnelle (Carvallo 2019).

41Cette position se situe dans la lignée d’une anthropologie engagée aux côtés des individus et qui s’engage dans la production de connaissances sur la précarisation alimentaire mettant en valeur la résistance quotidienne et la mobilisation politique des populations appauvries (Morgen & Maskovsky 2003 : 332). Parallèlement, elle questionne les inégalités sociales elles-mêmes, appelle à repenser les structures dominantes et à aborder les problèmes sociaux avec les individus affectés, en générant le changement social et revendiquant la reconnaissance de l’alimentation comme un droit qui doit être garanti (Caraher & Furey 2018 ; Riches 2011 : 774 ; Low & Merry 2010 : 214).

Top of page

Bibliography

AGUILAR PIÑA P. 2014. «Cultura y alimentación. Aspectos fundamentales para una visión comprensiva de la alimentación humana», Anales de Antropología, 48-I : 11-31.

AGUIRRE P. 2004. Ricos flacos y gordos pobres: la alimentación en crisis. Buenos Aires, Argentina : Capital intelectual. 

ALCOFF L.M. 2007. “Epistemologies of Ignorance: Three Types”, in S. Sullivan & N. Tuana (éds.) Race and epistemologies of ignorance. Albany: State University of New York Press.

AMARÉ S. & VALRAN M. 2017.  « Les recherches-actions participatives : un dispositif participatif illusoire ou porteur de transformation sociale? », Vie sociale  20 : 149-162.

BARBIER J. 2005. « La précarité, une catégorie française à l'épreuve de la comparaison internationale », Revue française de sociologie 46(2) : 351-371.

BAUMAN Z. 2014. ¿La riqueza de unos pocos nos beneficia a todos?. Barccelona : Editorial Paidós.

BEAGAN B.L., CHAPMAN G.E., POWER E. 2018. “The visible and invisible occupations of food provisioning in low income families”, Journal of Occupational Science 25(1) : 100-111.

BEISCHER A.S. & CORBETT J. 2016. Food justice as a response to hunger on our Canadian foodscapes: How a community-gleaning project is addressing depoliticized food insecurity through a food justice praxis“, Justice spatiale - Spatial justice, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR LAVUE 7218, Laboratoire Mosaïques, Food justice and agriculture 9, consulté le 1 Mars 2020 : [http://www.jssj.org/article/la-justice-alimentaire-comme-reponse-a-la-faim-dans-les-paysages-alimentaires-canadiens/].

BELLOT C. & RIVARD J. 2013. « La reconnaissance : un enjeu au cœur de la recherche participative », Nouvelles pratiques sociales 25 (2) : 105-124. 

BERTI F., DURAN P., FOURNIER A., LLOBET M., MAGAÑA C.R., MAZAEFF Ch., MCALL C., MYAUX D., NGNAFEU M., PEÑAFIEL M., REGIMBAL F., RONDEAU S.O., SERRE A., SOUCISSE F. & VILLET, C. (Collectif en sécurité alimentaire du Réseau des villes et régions laboratoires du CREMIS) 2017. « Pour une approche globale et solidaire en sécurité alimentaire », Revue du CREMIS 10(1) : 44-51 : [http://www.cremis.ca/pour-une-approche-globale-et-solidaire-en-securite-alimentaire].

BLUM A. 2002. “Resistance to identity categorization in France“, in D. Kertzer & D. Arel (éds.) Census and identity: The politics of race, ethnicity, and language in national censuses: 121-147. Cambridge : Cambridge University Press.

BONZI, B. 2019. « Dilemme de l’aide alimentaire et conflits de normes », Socio-anthropologie 39, consulté le 20 novembre 2019 : [http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/5248].

BOOTH S., POLLARD C., COVENEY J. & GOODWIN-SMITH I. 2018. “Sustainable” Rather Than “Subsistence” Food Assistance Solutions to Food Insecurity: South Australian Recipients’ Perspectives on Traditional and Social Enterprise Models“, International Journal of Environmental Research and Public Health 15(10) : 2086.

BOUFFERTIGUE P. 2015. « Précarité : de quoi parle-t-on ? », in Séminaire international TRAMED, Les problématiques du travail dans l'espace euro-méditerranéen en crise : précarité et jeunes générations, Université Federico II, Naples, 21-22 Octobre 2015 : [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01215834].

BRITOS S. 2002. «La alimentación en tiempos de crisis. Intervenciones sociales en relación con los precios de alimentos», Arch. argent. pediatr 100(5) : 402-411.

CAILLAVET F., DARMON N., LHUISSIER A & RÉGNIER F. 2004. « L’alimentation des populations défavorisées en France. Synthèse des travaux dans les domaines économique, sociologique et nutritionnel », Les travaux de l’Observatoires 2005-2006 : 279-322.

CAPLAN P. 2016. “Big society or broken society?: Food banks in the UK“, Anthropology Today 32(1) : 5-9.

CAPLAN P. 2017. “Winwin?: Food poverty, food aid and food surplus in the UK today“, Anthropology Today 33(3) : 17-22.

CARAHER M. & FUREY S. 2018. The Economics of Emergency Food Aid Provision. A Financial, Social and Cultural Perspective. Basingstoke, UK : Palgrave Pivot.

CARY P. & ROI CR. 2013. « L'assistance entre charité et soupçon. Sur la distribution alimentaire dans une petite ville du Nord de la France », Revue du MAUSS 41(1) : 327-346, consulté le 20 Janvier 2019 : [https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2013-1-page-327.htm].

CARVALLO, S. 2019. « L’éthique de la recherche entre réglementation et réflexivité », Revue d'anthropologie des connaissances 13(2): 299-326, consulté le 20 novembre 2020 :[https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2019-2-page-299.htm].

CASTEL, R. 1999. La metamorfosis de la cuestión social. Una crónica del salariado. Buenos Aires, Editorial Paidós.

CHAMBERS R. 1995. “Poverty and Livelihoods: whose reality counts?“, Environment and Urbanization 7(1) : 173-203.

CHIFFOLEAU Y., PATUREL D., BIÉNABE E., MILLET-AMRANI S. & AKERMANN G. 2017. « La construction sociale de la démocratie alimentaire : quels enjeux pour la recherche ? », GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque “Les expérimentations démocratiques aujourd'hui. Convergences, fragmentations, portées politiques”, Saint-Denis, 26-28 janvier 2017, consulté le 10 Septembre 2020 : [https://www.participation-et-democratie.fr/la-construction-sociale-de-la-democratie-alimentaire-quels-enjeux-pour-la-recherche].

CONTRERAS J. 2005. «La modernidad alimentaria. Entre la sobreabundancia y la inseguridad», Revista Internacional de Sociología 63 (40).

CONTRERAS J. & GRACIA M. 2007. «Alimentación y cultura. Perspectivas antropológicas», Investigaciones Sociales 11(19) : 387-392. 

CONTRERAS HERNÁNDEZ J. & GRACIA ARNÁIZ M. 2005. Alimentación y cultura. Perspectivas antropológicas. Barcelone : Ariel.

CRESWELL J.W. 2009. Research design: Qualitative, quantitative, and mixed methods approaches. Los Angeles, CA : SAGE Publications.

DE GARINE I. 2016. Antropología de la alimentación. Guadalajara: Universidad de Guadalajara.

DE GARINE I. 2001. “Views about food prejudice and stereotypes, in Social science information40(3) : 487-507.

DE GARINE I. 1996. “Food and the status quest in five African cultures“, in P. Wilson Wiessner, P. Wiessner & W. Schiefenhövel (eds.) Food and the status quest: An interdisciplinary perspective. Providence : Berghahn Books.

DE GARINE I. 1993. “Coping strategies in case of hunger of the most vulnerable groups among the Massa and Mussey of Northern Cameroon“, GeoJournal 30 : 159-166.

DE GARINE I. 1988. « Anthropologie de l’alimentation et pluridisciplinarité », Ecologie humaine, vol. VI, n. 2 : 21-40.

DE GARINE I. & DE GARINE V. 1998. «Antropología de la alimentación: entre naturaleza y cultura», in Alimentación y Cultura. Actas del Congreso Internacional Vol. 1: 13-34. 

DELAVIGNE A-E. & MONTAGNE  K. 2008. « De la honte d’avoir faim dans un pays riche », Anthropology of food 6 : [http://journals.openedition.org/aof/4243]

DENZIN N.K. & LINCOLN Y.S. 2018. The Sage handbook of qualitative research (5a ed.). Thousand Oaks, CA : SAGE Publications.

DIETZ G. 2011. «Hacia una etnografía doblemente reflexiva : una propuesta desde la antropología de la interculturalidad», AIBR. Revista de Antropología Iberoamericana, vol. 6, núm. 1, enero-abril 2011, 3-26.

DIETZ G. & MATEOS CORTÉS L S. 2010. «La etnografía reflexiva en el acompañamiento de procesos de interculturalidad educativa : un ejemplo veracruzano», Cuicuilco n. 48 enero-junio 2010, 107-131.

DOUGLAS M. 2014. Food in the social order. London : Routledge. 

DOUGLAS M. 1973. Pureza y peligro: un análisis de los conceptos de contaminación y tabú. Madrid : Siglo Veintiuno.

DOWLER E. 2002. “Food and Poverty in Britain: Rights and Responsibilities“, Social Policy & Administration 36(6) : 698–717.

DUBOYS DE LABARRE M. & CRENN C. 2019. « De quoi la sécurisation alimentaire des «démunis» est-elle le nom? », Socio-anthropologie 39, consulté le 29 Novembre 2020 : [lhttp://journals.openedition.org/socio- anthropologie/5289 ]

DUHART F. 2002. «Comedo ergo sum. Reflexiones sobre la identidad cultural alimentaria», Gazeta de Antropología 18.  : [https://digibug.ugr.es/bitstream/handle/10481/7403/G18_15Frederic_Duhart.pdf?sequence=10&isAllowed=y]

DUPÉRÉ S. & GÉLINEAU L. 2014. Vers une autonomie alimentaire pour tous : Agir et Vivre Ensemble le Changement. Rapport scientifique conçu à l’intention des décideurs, gestionnaires et intervenants, FRQSC, Programme Actions concertées. Québec : Fonds de recherche Société et Culture.

EGBE M. & MONTSERRAT-MAS M. 2014. «Hacer frente a la precarización alimentaria en la provincia de Tarragona; estrategias, fronteras y diálogos», Actas del XIII Congreso de Antropología de la FAAEE : 1698-1722. Tarragone : Université de Rovira i Virgili.

ELRICK, J. & SCHWARTZMAN, L F. 2015. “From statistical category to social category: organized politics and official categorizations of ‘persons with a migration background’ in Germany“, Ethnic and Racial Studies vol. 38, n. 9: 1539–1556.

FISCHLER C. 2010. «Gastro-nomía y gastro-anomía. Sabiduría del cuerpo y crisis biocultural de la alimentación moderna», Gazeta de Antropología 26(1) : [https://digibug.ugr.es/bitstream/handle/10481/6789/G26_09Claude_Fischler.pdf?sequence=10&isAllowed=y]

FISCHLER C. 1995. El (h)omnívoro. El gusto, la cocina y el cuerpo. Barcelona : Editorial Anagrama.

FONTAN J-M., LONGTIN D. & RENÉ J-F. 2013. « La recherche participative à l’aune de la mobilisation citoyenne : une innovation sociale de rupture ou de continuité? » Nouvelles pratiques sociales 25(2) : 125-140.

GARTHWAITE K.A., COLLINS P.J., BAMBRA C. 2015. Food for thought: An ethnographic study of negotiating ill health and food insecurity in a UK foodbank“, Social Science & Medicine 132 : 38–44.

GIDDENS A. 1995. La constitución de la sociedad. Bases para la teoría de la estructuración. Buenos Aires, Amorrortu editores.

GIVEN L.M. (Ed.). 2008. The Sage encyclopedia of qualitative research methods. Thousand Oaks, CA : SAGE Publications.

GODRIE B., OUELLET G., BASTIEN R. et al. 2018. « Participation citoyenne et recherches participatives dans le champ des inégalités sociales », Nouvelles pratiques sociales 30(1).

GODRIE B. 2017. « Rapports égalitaires dans la production des savoirs scientifiques. L’exemple des recherches participatives en santé mentale », Vie sociale 2017/4 (20) : 99-116.

GRACIA-ARNAIZ M. 2014. «Comer en tiempos de "crisis": nuevos contextos alimentarios y de salud en España», Salud Pública de México 56(6): 648-653.

GRACIA-ARNAIZ M. 2010. «Alimentación y cultura en España: una aproximación desde la antropología social», in Physis: Revista de Saúde Coletiva20 : 357-386. 

GUIDONET A. 2007. La antropología de la alimentación. Barcelona : editorial UOC.

HARRIS M. 1998. Good to eat: Riddles of food and culture. Waveland Press.

JACOBSON M. 2007. “Food Matters“, Journal of Community Practice 15(3) : 37-55.

JENKINS R. 2000. “Categorization: Identity, Social Process and Epistemology“, Current Sociology 48(3) : 7-25.

KROHN W. 2017.  “Interdisciplinary Cases and Disciplinary Knowledge: Epistemic Challenges of Interdisciplinary Research“, in R. Frodeman, J. Thompson Klein & R. Pacheco (éds.) The Oxford Handbook of Interdisciplinarity (2nd edition). Oxford : Oxford University Press.

LEVKOE C.Z. 2006. “Learning democracy through food justice movements“, Agriculture and Human Values 23: 89-98.

LOW S.M. & MERRY S.E. 2010. “Engaged Anthropology: Diversity and Dilemmas“, Current Anthropology 51(2) : S203-S226. 

MAINO F., LODI RIZZINI C. & BANDERA L. 2016. Povertà alimentare in Italia: le risposte del secondo welfare. Bologna : Il Mulino.

MAYOS G. 2016. «Vunerabilidad, precarización y cambio social. Del capitalismo nofordista al postfordista», in F. Bertini Pasquot & M. F. Salcedo (éds.) Law and Vulnerabilitiy : 90-122. Pumpulha : CAPES, FAPEMIG, UFMG.

MCALL C. 2017. « Des brèches dans le mur : inégalités sociales, sociologie et savoirs d’expérience », Sociologie et sociétés 49 (1) : 89-117.

MCALL C., FOURNIER A., & GODRIE B. 2014. « Vivre et survivre à domicile : le bien-être en cinq dimensions », Revue du CREMIS 7(2) : 4-8.

MCALL C., VAN DE VELDE C., CHAREST R., DUPÉRÉ S., RONCAROLO F., MCCLURE G., RÉGIMBAL F., LUPIEN PL., MAZAEFF C., VILLET C., NGNAFEU M., LLOBET M., DURAN MONFORT P. & BERTI F. 2015. «Inégalités sociales et insécurité́ alimentaire : Réduction identitaire et approche globale», Revue du CREMIS 2(8) : 28-34 : [http://www.cremis.ca/inegalites-sociales-et-insecurite-alimentaire-reduction-identitaire-et-approche-globale].

MCLAUGHIN H. 2009. “What’s in a Name: ‘Client’, ‘Patient’, ‘Customer’, ‘Consumer’, ‘Expert by Experience’, ‘Service User’- What’s Next? “, British Journal of Social Work 39 : 1101–1117.

MEDINA F.X. (Ed.). 2010. Reflexions sobre les alimentacions contemporànies: de les biotecnologies als productes ecològics (Vol. 169). Barcelona : Editorial UOC.

MILES M.B., HUBERMAN A.M. & SALDANA J. 2014. Qualitative data analysis: A methods sourcebook (3ª ed.). Thousand Oaks, CA : SAGE Publications.

MINTZ S. & DU BOIS C. 2002. “The anthropology of food and eating“, Annual Review of Anthropology 31(1) : 99-119.

MORÁN CARRILLO J.M. 2006. Epistemología, Ciencia y paradigma en Trabajo social. Sevilla : Aconcagua Libros.

MORGEN S. & MASKOVSKY J. 2003. The anthropology of welfare “reform”: New perspectives on US urban poverty in the post-welfare era, Annual review of anthropology 32(1) : 315-338.

MORIN E. 2001. Introducción al Pensamiento Complejo (5ª edición). Barcelona : Gedisa Editorial.

O’BRIEN M. 2014. Privatizing the right to food: Aotearoa/New Zealand“, in G. Riches & T. Silvasti (éds.) First World Hunger Revisited :102-116. London : Palgrave Macmillan.

OLMOS ÁLCARAZ A., COTA A., ÁLVAREZ VEINGUER A.& SEBASTIANI L. 2018. «Etnografía con los movimientos de lucha por el derecho a la vivienda en el sur de Europa: retos metodológicos en la investigación colaborativa para la acción social», Universitas humanística 86 : 139-166.

PALOMINO MORAL P., GRANDE GASCÓN M.L. & LINARES ABAD M. 2014. «La salud y sus determinantes sociales. Desigualdades y exclusión en la sociedad del siglo XXI», Revista Internacional de Sociología (RIS) 72(1) : 71-91.

PATUREL D. 2017. « Insécurité alimentaire et précarité alimentaire », États Généraux de l’Alimentation, Atelier 12, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, FRA., Oct. 2017.

PATUREL D. 2016. « Aide alimentaire et accès à l’alimentation au tamis de l’expérimentation sociale », Anthropology of food 10. : [http://journals.openedition.org/aof/7986]

PATUREL D. & BRICAS N. 2019. « Pour une réforme de nos solidarités alimentaires », So What?, Chaire Unesco alimentations du monde 9.

PATUREL D., SOULARD C-T. & VONTHRON S. 2019. « Diagnostiquer la précarité́ alimentaire à une échelle locale », So What?, Chaire Unesco alimentations du monde 10.

PATUREL D. & RAMEL M. 2017. « Éthique du care et démocratie alimentaire. Les enjeux du droit à une alimentation durable », Revue Française Éthique Appliquée 4(2) : 49-60.

PAUGAM S. 2007. Las formas elementales de la pobreza. Madrid : Alianza Editorial.

PERIANU C. 2008. « Précarité alimentaire, austérité. Manger pendant la dernière décennie communiste en Roumanie », Anthropology of food 6 : [http://journals.openedition.org/aof/4513]

POLLARD C. & BOOTH S. 2019. “Food Insecurity and Hunger in Rich Countries — It Is Time for Action against Inequality“, Int. J. Environ. Res. Public Health 16(10) : 1804.

POULAIN J-P. 2017. «Socio-anthropologie du « fait alimentaire » ou food Studies. Les deux chemins d’une thématisation scientifique », L'Année sociologique 2017/1 (67) : 23-46.

POULAIN J.P. 2007. «Los patrimonios gastronómicos y sus valorizaciones turísticas», in J. Tresserras & F.X. Medina (eds.) Patrimonio gastronómico y turismo cultural en el mediterraneo. Barcelona : Ibetur.

POULAIN J.P. & TIBÈRE L. 2008. « Alimentation et précarité. Considérer la pluralité des situations », Anthropology of food 6.

POWER M., DOHERTY B., SMALL N., TEASDALE S. & PICKETT K.E. 2017. All in it together? Community food aid in a multi-ethnic context“, Journal of Social Policy 46(3) : 447-471.

PRÉCIGOUT F. & TECHOUEYRES I. 2016. « Introduction. Les conditions de la recherche », Anthropology of food 10 : [http://journals.openedition.org/aof/8130]

RASTAS, A. 2005. “Racializing categorization among young people in Finland“. Young, 13(2): 147-166.

RICHES G. 2011. “Thinking and acting outside the charitable food box: hunger and the right to food in rich societies“, Development in Practice, 4-5(21): 768-775.

RICHES G. 2003. “The Human Right to Food : Engaging the Debate about Globalization, Employment and the Quality of Life“, Paper for FAO Right to Food, consulté le 20 Septembre 2019 : [http://www.fao.org/eims/secretariat/right_to_food/showDocument.asp?doc_id=213064&main=false&name=Riches%20The%20Human%20Right%20to%20Food.doc].

RICHES G. 1999. Advancing the human right to food in Canada : Social policy and the politics of hunger, welfare, and food securityAgriculture and Human Values 16(2) : 203-211.

RICHES G. & TARASUK V. 2014. Canada: Thirty years of food charity and public policy neglect“, in G. Riches & T. Silvasti (éds.) First World Hunger Revisited : 42-56. London: Palgrave Macmillan.

SCHENSUL J., BERG M.J. & WILLIAMSON K.M. 2008. “Challenging Hegemonies: Advancing Collaboration in Community-Based Participatory Action Research“, Collaborative Anthropologies 1 : 102-137. 

SERRANO A., PARAJUÁ D. & ZURDO Á. 2013. «Marcos interpretativos de lo social en la vivencia de la "nueva pobreza"», Cuadernos de relaciones laborales 31(2) : 337-382.

SHILDRICK T. & MACDONALD R. 2013. “Poverty Talk: How People Experiencing Poverty Deny Their Poverty and Why They Blame ‘The Poor’“, The Sociological Review 61(2) : 285-303. 

SILVASTI T. 2014. “Participatory alternatives for charity food delivery ? Finnish development in an international comparison“, in A.-L. Matthies & L. Uggerhøj (éds.) Participation, Marginalization and Welfare Services : Concepts, Politics and Practices Across European Countries : 183-197. Farnhamn : Ashgate.

SILVASTI T. & RICHES G. 2014. Hunger and food charity in rich societies: what hope for the right to food? “, in G. Riches & T. Silvasti (éds.) First World Hunger Revisited : 191-208. London : Palgrave Macmillan.

SIMMEL G. 1998. Les pauvres. Paris: PUF.

STAVRIDES, S. 2007. «Espacialidades de emancipación y la « ciudad de umbrales », Bajo el volcán, 7(11) : 117-124,

STOTZ, S.; ELBERT, T.; MÜLLER, V.; SCHAUER. M. 2015. The relationship between trauma, shame, and guilt: findings from a community-based study of refugee minors in Germany. European Journal of Psychotraumatology, 6: 25863.

SULLIVAN S. & TUANA N. 2007. “Introduction. Race and epistemologies of ignorance“, in S. Sullivan & N. Tuana (éds.) Race and epistemologies of ignorance. Albany : State University of New York Press.

TECHOUEYRES I. 2018. « Réflexions à partir de la recherche interventionnelle ECOALES-Uniterres : accès à une alimentation en circuit court de proximité dans l'aide alimentaire », Forum 153(1) : 35-43.

TORTOSA J.M. 2011. Maldesarrollo y malvivir. Pobreza y violencia a escala mundial. Quito : Editorial Abya-Yala.

TUANA N. 2006. “The speculum of ignorance: The women's health movement and epistemologies of ignorance“. Hypatia 21(3) : 1-19.

WHITING E. & WARD C. 2010. “Food provisioning strategies, food insecurity, and stress in an economically vulnerable community: the Northern Cheyenne case“, Agric Hum Values 27 : 489-504.

WRESINSKI J. 1987. « Grande pauvreté et précarité économique et sociale. Rapport présenté au nom du Conseil économique et social », Journal officiel de la République française, séances des 10 et 11 février 1987.

YIN R.K. 2015. Qualitative research from start to finish (2nd ed.). New York : Guilford publications.

ZURDO A. & LÓPEZ DE LA NIETA M. 2013. «Estrategias e imágenes sobre la crisis en el espacio social de la “nueva pobreza”. Representaciones sociales y atribuciones causales», Cuadernos de relacio­nes laborales 31(2) : 383-433.

Top of page

Notes

1 La démarche et les résultats de cette recherche collective ont été publiés dans la Revue du CREMIS (Berti et al., 2017 ; McAll et al., 2015).

2 Centre de Recherche de Montréal sur les Inégalités sociales et les discriminations, associé à l’Université de Montréal et l’Université du Québec à Montréal.

3 Précigout & Techoueyres (2016) indiquent la manière dont la réflexivité sur les conditions de la recherche n’a pas été largement abordée dans le domaine de l’alimentation, comme ils le notent dans l’introduction du numéro monographique « Les conditions de la recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine de l’alimentation ».

4 L’alimentation traverse et recoupe de multiples dimensions des individus, telles que les dimensions biologique, psychologique, culturelle, sociale, économique, politique, technologique, politique, etc. (Aguirre 2004).

5 L’édition de ce numéro monographique se produit dans le contexte d’urgence sanitaire du COVID-19 qui affecte de manière globale tous les pays. La recherche présentée reflète en partie l’impact différentiel à long terme de la crise économique de 2008 sur le bien-être des individus et sur les processus de précarisation sociale que vivent de nombreuses familles. Toutefois, nous voulons aussi faire référence à la manière dont cette pandémie génère un contexte de vulnérabilité sociale, aggravé par la crise antérieure, qui affecte de manière importante l’alimentation, comme le reflète l’augmentation de l’aide alimentaire.

6 Paturel, Soulard et Vonthon (2019) font référence à la manière dont le concept de précarisation alimentaire s’est imposé en France à partir du travail que des auteurs tels que Paugam (2007) et Wresinski (1987) ont réalisé sur ce même concept. Poulain et Tibère (2008) soulignent la contribution de Paugam (2007) et font aussi référence à la contribution que Castel (1999) a faite pour le développement de ce concept et la compréhension de cette réalité sociale.

7 Ainsi que l’établissent Paturel, Soulard et Vonthon (2019).

8 Llobet, M., Durán, P., Magaña, C. R., Muñoz, A. (2019), « (Re)pensando los retos alimentarios desde las ciencias sociales: contextos de precarización, respuestas y actuaciones ». Barcelone, Editorial UOC.

9 Comme cela a été défini au cours du Sommet mondial sur l’Alimentation de 1996 (Caraher & Furey 2018: 6).

Top of page

References

Electronic reference

Marta Llobet Estany, Paula Durán Monfort, Claudia Rocío Magaña González, Araceli Muñoz García and Eugenia Piola Simioli, « Précarisation alimentaire, résistances individuelles et expériences pratiques: regards locaux, régionaux, transnationaux », Anthropology of food [Online], S15 | 2020, Online since 30 December 2020, connection on 09 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/aof/10931 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.10931

Top of page

About the authors

Marta Llobet Estany

Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables Université de Barcelone ; mllobet@ub.edu

By this author

Paula Durán Monfort

Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables Université de Barcelone ; paula.duran@ub.edu

By this author

Claudia Rocío Magaña González

Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables Université de Barcelone ; claudia.magana@ub.edu

By this author

Araceli Muñoz García

Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables Université de Barcelone ; aracelimunoz67@ub.edu

By this author

Eugenia Piola Simioli

Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables Université de Barcelone ; eugeniapiola@ub.edu

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search