Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S15À part entière : alimentation et ...

À part entière : alimentation et bien-être chez des personnes âgées à Montréal fréquentant des organismes d’aide alimentaire

As a whole person: food and the well-being of seniors participating in organizations providing food-aid in Montreal 
François Régimbal

Abstracts

The literature on food often places emphasis on access to food in terms of quantity and quality. From the perspective of seniors, this article suggests that other dimensions need to be given greater emphasis. By mobilizing the concept of well-being and its five dimensions, the article highlights the material and, above all, the relational dimensions of well-being connected to food, as presented by the people themselves. The analysis, based on an investigation carried out with more than 30 seniors, suggests situating the concept of food security within the framework of a more global conceptualisation of food well-being, thereby enabling a better understanding of the relationship to food in its different dimensions. Such an understanding can also help countering the negative stereotyping of older people.

Top of page

Full text

Introduction

1Le présent article porte sur le bien-être alimentaire de personnes âgées qui fréquentent des organismes en sécurité alimentaire à Montréal. Les organismes sélectionnés adoptent tous une position de rupture avec l’approche de la charité. Cette dernière approche est perçue comme une aide de dernier recours suivant une conception plutôt étroite des besoins des individus. Sont explorés les rapports qu’elles entretiennent avec les activités entourant l’acte de se nourrir au quotidien et ce, à travers leurs propres paroles. Est interrogé notamment le rapport qu’entretiennent ces personnes avec la nourriture dans un contexte où l’âgisme a tendance à les réduire à des « bouches à nourrir » (McAll et al. 2017) et où les organismes qu’elles fréquentent tentent de rompre avec l’approche traditionnelle fondée sur la charité et le don. Jusqu’à quel point ces organismes réussissent-ils à développer une approche « globale » dans leurs rapports avec les personnes âgées, c’est-à-dire, une approche qui respecte les cinq dimensions du bien-être de ces dernières, telles qu’identifiées par McAll et al. (2017) et McAll et al. (2014) : les dimensions matérielle, relationnelle, corporelle, décisionnelle et temporelle ? Dans le présent article, l’accent est mis sur les dimensions matérielles et relationnelles du bien-être.

2L’article se décline en trois sections principales. La première vise à dégager la manière dont les auteurs sélectionnés abordent la stigmatisation des personnes âgées et leur rapport à l’alimentation respectivement. De plus, des auteurs s’intéressant aux habitudes alimentaires, sans que leurs recherches aient porté spécifiquement sur les personnes âgées, sont également présentés afin de mettre en exergue d’autres facteurs que celui de l’âge pour expliquer les habitudes alimentaires, dont les facteurs économiques, culturels et sociaux. En plus de mettre en avant la perspective des personnes âgées quant à leurs habitudes alimentaires, la deuxième section permet de dresser un portrait des considérations méthodologiques ayant guidé la recherche. Étant donné que la recherche s’inscrit dans une perspective compréhensive, l’approche qualitative a été privilégiée à l’aide d’entrevues semi-dirigées. Lors des entretiens, l’alimentation est prétexte à aborder d’autres dimensions de la vie quotidienne des personnes, dont, entre autres sujets, leur situation économique, les rapports sociaux, la solitude et l’ennui. Les motifs pour lesquels les personnes âgées rencontrées fréquentent des organismes qui offrent de l’aide alimentaire sont mis en relief à la fin de cette deuxième section.

3Finalement, dans la discussion, un retour est proposé sur l’idée selon laquelle le « bien-être alimentaire » des personnes âgées relève d’un ensemble de dimensions de leur bien-être dans la vie quotidienne, allant au-delà de l’accès à des aliments en quantité et en qualité, constat qui est enrichi et soutenu par les témoignages des personnes âgées elles-mêmes.

Vieillissement et alimentation

Les stéréotypes et leur remise en question

4Divers stéréotypes circulent à propos des personnes vieillissantes. Selon Fontaine (2007) ces personnes seraient souvent vues comme un fardeau économique, improductives et résistant au changement et ont tendance à être associées à la maladie et à la solitude. Ces stéréotypes font que vieillir est dorénavant perçu négativement, plutôt que faisant partie du déroulement habituel de la vie (Closon et al. 2010 ; Thomas 2010). Ces attitudes peuvent avoir des effets néfastes sur la perception que se fait la personne âgées d’elle-même, certains individus ayant tendance à intérioriser les attitudes négatives (Daems et al. 2010). Le discours dominant à l’égard des personnes âgées est paradoxal : d’un côté, on souhaite qu’ils soient plus autonomes, de l’autre, on en donne une représentation réductrice, en mettant l’accent sur leur fragilité, vulnérabilité et isolement. L’effritement de leur autonomie s'inscrirait dans une trajectoire « inévitable » de déclin, obligeant la société à adapter ses institutions à ce « processus de mise en retrait progressif » (Bickel et al. 2002). Ces auteurs revisitent les travaux de Cumming et al (1961) qui mobilisent la théorie du « désengagement », voulant que le vieillissement implique des processus « normaux » de diminution des interactions avec autrui et ainsi un certain retrait de la vie sociale.

5En opposition à ce type de discours est l’idée que le « désengagement » et le retrait du monde des personnes âgées ne seraient pas des processus inévitables et naturels, mais plutôt socialement construits, reflétant la position sociale, les ressources disponibles et l’état du réseau social (Maddox 1964 ; Hochschild 1975). Aux yeux de ces derniers auteurs, le désengagement peut signifier souffrance et mal-être, mais surtout lorsque l’individu se retrouve dans l'impossibilité de poursuivre des projets qui lui tiennent à cœur. Townsend (1987)  remet aussi en question les explications qui attribuent la cause des problèmes de santé à une mauvaise adaptation des individus au vieillissement, à la retraite ou à la dégénérescence physique. Les problèmes associés aux personnes âgées seraient largement produits par la société (socially manufactured) à travers ses institutions et ses règles.

6C’est en opposition à la théorie du désengagement que Havighust (1961) va développer sa théorie de l’activité accordant une importance à la satisfaction à l’égard de la vie (life satisfaction) et au bien-être psychologique des personnes âgées. Le vieillissement ne devrait pas se réduire, selon lui, à vivre plus longtemps, mais surtout à vivre « mieux », en retirant une plus grande satisfaction de la vie. Lorsqu’une personne âgée assume des responsabilités au quotidien, elle serait plus susceptible de « bien vieillir », de garder un niveau élevé de bien-être, de retarder l’apparition de la maladie et de maintenir un haut niveau d’autonomie fonctionnelle.

Vieillisement et rapports aux aliments

7C’est à la lumière de ces différents regards portés sur les personnes âgées que certains auteurs abordent la question de leur rapport à l’alimentation. Ce rapport peut être vu, entre autres, sous l’angle de l’accès aux aliments, de leur valeur nutritionnellle en lien avec les besoins physiologiques et l’état de santé, et de la place occupée par l’alimentation dans le maintien et le développement des relations sociales.

8L’accès aux aliments dits « sains » peut être plus difficile pour les personnes âgées étant donné que les entreprises de distribution alimentaire n’ont pas tendance à tenir compte de leurs limitations physiques. Par exemple, Mercille et al. (2012) ont étudié les habitudes des Montréalais de 65 ans et plus selon l’offre alimentaire disponible dans différents quartiers de la ville, et constatent que la non prise en compte des particularités physiologiques des personnes âgées rend plus difficile la consommation d’aliments nécessaires à leur maintien en bonne santé, comparativement aux individus plus mobiles. La capacité de faire son ravitaillement et de préparer les repas peut aussi être affectée par les changements physiologiques et sociaux, tels que les maladies chroniques, le déclin cognitif, la réduction des réseaux sociaux et la précarisation économique qui accompagnent souvent le vieillissement (Payette et al. 2005). Ces changements peuvent avoir des effets négatifs sur la sécurité alimentaire et l’état nutritionnel de ces personnes.

9Les travaux de Cardon (2008) portant sur l’alimentation des personnes âgées en France vont dans le même sens, en suggèrant que les transformations physiologiques et psychologiques liées au processus de vieillissement sont susceptibles de mener à un état de dénutrition provoqué par « des carences nutritionnelles importantes, un affaiblissement physique et psychique, aggravant l'état de santé et accélérant le vieillissement » (Cardon 2008 : 1). En plus du vieillissement du corps, la dimension économique est un facteur important à considérer dans la compréhension des causes de la dénutrition. En effet, aux yeux de Raynaud-Simon (2009), les personnes âgées dénutries ont, la plupart du temps, des revenus plus faibles que les personnes mieux nourries.

10La perte de l’autonomie physique due au vieillissement conduirait aussi à la dépendance culinaire ou la délégation à d’autres des responsabilités en matière d’alimentation. Ce type de délégation peut conduire à une baisse de la diversité alimentaire, surtout quand les responabilités sont déléguées à un membre de la parenté, la personne en question étant moins disposée à tenir compte des recommandations alimentaires (Cardon et al. 2009). L'environnement alimentaire immédiat de l’individu âgé peut ainsi avoir un impact sur ses habitudes alimentaires. Mercille et al. (2012) identifient des effets positifs et négatifs du voisinage sur les habitudes alimentaires des personnes âgées, les tirant soit vers le haut (buoys), soit vers le bas (pressors) (2012 : 2027). Selon eux, un voisinage qui tire vers le haut (« bouée ») constitue un environnement alimentaire « sain » ayant des effets positifs sur la consommation alimentaire de l'ensemble de la population concernée, mais plus encore chez les personnes à mobilité réduite et les personnes âgées. Au contraire, un voisinage qui tire vers la bas (« boulet ») est un environnement alimentaire médiocre lié à l’insécurité alimentaire, surtout chez les personnes âgées ayant peu de moyens de transport à leur disposition. 

11Selon ces mêmes auteurs, les habitudes alimentaires « malsaines » seraient moins liées à un problème d’accès à des bons aliments qu’à l’accès facilité à des aliments dits « malsains », en raison, par exemple, d’une proportion élevée de restaurants de type fast food. Ce constat vient confirmer l’effet du « choix alimentaire concurrentiel » (competing food choice) qui renvoie au fait que devant un choix alimentaire, les individus préfèreraient la nourriture à faible valeur nutritive (Briefel et al. 2009).

12Pourtant, selon Gojard et al. (2002), qui ont considéré les effets sur l’alimentation du lieu de résidence des personnes âgées françaises, le régime alimentaire de ces dernières est davantage composé de produits non transformés – fruits, légumes, viande, produits laitiers, pain –, que celui du reste de la population. Cette population serait habituée à consommer davantage de produits bruts et moins transformés, à l’exception des boîtes de conserve, se démarquant des plus jeunes par une plus grande consommation de produits frais et une fréquentation plus faible des restaurants parce que cuisinant davantage à la maison. Toutefois, plus ces personnes âgées avancent en âge, moins elles cuisinent et moins grande est la diversité des aliments consommés en raison de modifications physiologiques (perte d'appétit, moindre sensibilité gustative, problèmes de mastication).

13Cependant cette même population âgée n’est pas homogène, et des variations sont observables selon certaines caractéristiques, dont la région. Par exemple, il y aurait une plus faible diversité alimentaire parmi les populations du Nord et de l'Est de la France, « ces disparités régionales » s'expliquant par de « multiples facteurs tels que des facteurs sociaux (composition sociale différente selon les régions), des facteurs culturels (traditions culinaires) et des facteurs agricoles (zones de production) » (Gojard et al. 2002 : 2).

14Selon Cardon (2007), les habitudes d’approvisionnement sont également associées à la situation géographique des personnes âgées. Celles qui habitent en milieu urbain fréquenteraient davantage les commerces de proximité, dont les petits marchés de quartier et les boutiques spécialisées, que les personnes qui habitent un village ou en milieu rural. Les lieux d’approvisionnement ont ainsi une incidence sur les habitudes de consommation. Selon cet auteur, fréquenter ces commerces de proximité mènerait à une alimentation composée essentiellement de produits frais, alors que fréquenter les supermarchés et les hypermarchés mènerait plutôt à une alimentation composée d'un mélange de produits frais et de plats préparés et/ou plats surgelés.

15Une autre dimension abordée dans les écrits sur ce sujet concerne les relations sociales. Par exemple, Gojard et al. (2002) relèvent que la mort du conjoint ou de la conjointe peut faire naître un sentiment de solitude ayant pour effet une simplification des repas, voire, parfois, la suppression de certains repas. Au contraire, la vie en couple ou la cohabitation peut favoriser une alimentation diversifiée. Par ailleurs, étant donné leur moins bonne maîtrise des compétences culinaires, les hommes seuls, et plus encore les veufs, ont une alimentation moins variée que les femmes vivant seules. Ces résultats mettent l'accent sur l’influence de la composition du ménage sur les habitudes alimentaires. Vivre en couple ou en cohabitation favoriserait la préparation culinaire et la prise de repas en commun, ainsi que l’entraide quant à l'approvisionnement alimentaire.

  • 1 Les auteurs s’intéressent exclusivement aux couples hétérosexuels.

16D’ailleurs, pour Cardon, la majorité des femmes chercheraient à continuer de cuisiner, même si elles ne peuvent plus tout faire et elles développeraient des stratégies d’adaptation, dont la transformation de l’espace physique de la cuisine, ou encore des stratégies mobilisant leur entourage. Par contre, pour ce qui est des hommes, leur situation se caractériserait souvent par la dépendance alimentaire, puisque la plupart d’entre eux n’ont pas développé suffisamment leurs compétences alimentaires, ayant eu tendance à déléguer ces tâches à leur compagne1. Des constats similaires peuvent être faits dans les cas où un des deux conjoints connaît une grande perte d’autonomie et où l’on assiste à une réorganisation des habitudes alimentaires, qui varierait selon le genre de la personne prenant en charge cette responsabilité. Selon Cardon (2008) « lorsque le mari est atteint d'incapacités physiques ou psychiques, la conjointe continuerait à préparer les repas et chercherait à maintenir le régime alimentaire du couple ainsi que la diversité alimentaire » (Cardon 2008 : 3).

17En somme, ces auteurs suggèrent que les habitudes alimentaires des personnes âgées se retrouvent à l’intersection de plusieurs dimensions de la vie quotidienne, affectées par leurs capacités physiologiques, mais aussi et surtout par les relations sociales dans lesquelles elles sont impliquées. Ainsi, ces travaux suggèrent que l’acte de s’alimenter est à la frontière de phénomènes sociaux complexes et de choix individuels.

La commensalité, la solitude et les habitudes alimentaires

18D’autres contributions dans la littérature sur l’alimentation ne portent pas sur les personnes âgées comme telles, mais soulignent d’autres facteurs hormis l’âge qui sont à même d’expliquer certains comportements alimentaires, relevant, par exemple, de dimensions économiques, culturelles et sociales. Par exemple, Poulain (2017) suggère que la notion d’un « repas acceptable » est située géographiquement, socialement et historiquement. Ce qui est considéré comme acceptable dans un cas ne l’est pas nécessairment dans un autre. Il rejoint ainsi les propos de Bourdieu (1979) pour qui le « bon » et le « mauvais » ou le « raffiné » et le « vulgaire » en matière de « goût » sont dans les faits différenciés par les habitus de classe. Déjà en 1912, Halbwachs dégage plusieurs facteurs sociaux propres à expliquer les habitudes alimentaires des individus, dont la profession, la taille des familles et le revenu. Poulain (2017) souligne aussi que les transformations sociales et économiques qui ont infléchi le mode de vie des individus – en ce qui concerne, par exemple, l’urbanisation et l’intégration des femmes au marché du travail – ont également un pouvoir d’inflexion sur leurs habitudes alimentaires. Les personnes âgées interviewées seraient nécessairement soumises à ce même processus de « distinction ».

19Cependant selon Fischler (1979), alors que le choix alimentaire a été pendant longtemps encadré par de telles contraintes de groupe et des traditions culinaires, l’individu « atomisé » des sociétés modernes est davantage laissé à lui-même. Parallèlement à cette atomisation, les discours sur l’alimentation comme autant de prescriptions s’imposant aux « mangeurs-consommateurs » se multiplient. Ayant oublié les connaissances ancestrales alimentaires, l’individu serait perdu dans ce bruit d’informations contradictoires : « c'est dans la brèche de l'anomie que prolifèrent les pressions multiples et contradictoires qui s'exercent sur le mangeur moderne : publicité, mass médias, suggestions et prescriptions diverses, et surtout, de plus en plus, avertissements médicaux. La « liberté » anomique est aussi un tiraillement anxieux, et cette anxiété surdétermine à son tour les conduites alimentaires. » (Fischler 1979 : 206). L’angoisse alimentaire et le fait de ne pas savoir quoi manger refléteraient la baisse des contraintes sociales pesant sur l’individu, ce qu’il nomme la « gastro-anomie ». Les personnes âgées seraient ainsi susceptibles de vivre cette même angoisse, en plus de certaines angoisses liées au viellissement.

20À ce titre, en France (Argoud, 2016), la solitude au grand âge est perçue comme un problème social. La multiplication des possibilités de rencontre est récemment apparue en France au sein du secteur médico-social comme une manière de lutter contre cette solitude (Guérin 2018). Dans ce contexte, le repas représente un outil d’intervention atténuant le sentiment de solitude puisque favorisant la création de liens sociaux (Dupré-Lévesque 2001). En effet, dans plusieurs écrits, le repas est présenté comme un moment de convivialité, de plaisir et de bien-être (la commensalité) contrastant avec le fait de manger seul (Sobal 2000; Fischler 2011). La table, avec ses rituels interactionnels, est présentée comme la mise en scène d’une organisation sociale assurant la complexité humaine (Ellul 1988). Latreille et Ouelette (2008) vont dans le même sens lorsqu’ils suggèrent que le repas est un acte catalyseur de la vie sociale garantissant la perpétuation du lien social. Non seulement le permet-elle, mais le repas est également perçu comme ayant la capacité d’organiser les échanges. Comme l’indique Guérin (2018), on voit dans le repas collectif une manière de rompre avec le sentiment de solitude et de l’exclusion sociale. Par exemple, en situation d’isolement, caractéristique des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, « le repas collectif fonctionne alors comme un dispositif de sociabilité de dernier recours afin que les résidents réinterprètent leur présence en centre, non comme isolement et le moment de fin de vie, mais au contraire comme l’opportunité de tisser de nouveaux liens » (Guérin 2018, p.108). Mais qu’en est-il de la commensalité des personnes âgées vivant seules ?

21La commensalité n’est pas le seul facteur explicatif des habitudes alimentaires. Aux yeux de Corbeau (1997), les transformations dans les habitudes alimentaires collectives en France proviennent de la distance entre les impératifs sociaux (la « socialité ») et les libertés individuelles (« sociabilité »). La « socialité » renvoie à l’ensemble des contraintes sociales qui encadrent les habitudes alimentaires des individus, alors que la « sociabilité » fait référence aux marges de liberté qu’ils prennent. Du côté de l’Angleterre, Warde (1997) met en lumière des tendances alimentaires qui traversent le XXe siècle qu’il situe sur l’axe de l’intégration (« individualisation » et « communautarisation ») et sur l’axe de la régulation (« informalisation » et « stylisation »). Une réflexion similaire est proposée par Riopel (2005), sur les habitudes alimentaires des Québécois. Il dégage quatre tendances, le développement d’un goût pour les aliments du terroir, une volonté de privilégier des aliments jugés « bons » pour la santé, l’émergence du marché de la nourriture biologique, locale et équitable, mais aussi l’omniprésence de la restauration rapide. On peut penser que l’apparente contradiction entre la dernière et les trois premières tendances n’est que le reflet des dynamiques sociales inégalitaires (à la Bourdieu) à l’œuvre, auxquelles les personnes âgées n’échappent pas, ou encore d’une complémtentarité, un individu passant d’une tendance à l’autre.

Des montréalais âgés et leur rapport à l’alimentation

22Selon Stanley et al. (2003), peu de travaux réalisés dans le domaine du vieillissement s’intéressent à la perspective des personnes âgées elles-mêmes. C’est cet angle mort soulevé par ces auteurs que je cherche à éclairer en mettant en avant la parole des personnes âgées quant à leurs habitudes alimentaires. Qu’est-ce qu’elles en disent ? Comment expliquent-elles ces habitudes ? Résultent-elles de contraintes ? Jusqu’à quel point se considèrent-elles autonomes d’un point de vue alimentaire ? Le point de départ du présent article est ainsi la volonté de mettre en valeur la réflexivité des personnes rencontrées quant à leurs habitudes alimentaires, les faisant passer d’objets à sujets.

  • 2 Les informateurs clés sont tous des organisateurs et organisatrices communautaires du centre intégr (...)

23Pour répondre à ces questions, nous avons effectué une recherche à Montréal auprès de personnes âgées fréquentant des organismes qui leur apporent une aide alimentaire, et donc pour la plupart vivant dans une situation de précarité économique. La recherche a été effectuée en trois temps. Dans un premier temps, sept informateurs clés intervenant dans le centre et le sud-ouest de la ville, spécialisés en sécurité alimentaire, nous ont indiqué le nom d’organismes actifs auprès des personnes âgées. Nous avons ensuite réalisé des entrevues avec 10 intervenants de 9 des organismes identifiés, ainsi qu’avec 33 personnes fréquentant l’un ou l’autre de ces organismes. Sur ces personnes, âgées entre 55 et 95 ans, 22 sont des femmes et 11 sont des hommes, la majorité d’entre elles étant à la retraite et vivant seules. Toutes les entrevues ont été retranscrites et analysées à l’aide du logiciel NVivo, avec une attention portée aux préoccupations et aux mots des personnes âgées elles-mêmes par rapport à leur expérience alimentaire. Dans ce qui suit, ces témoignages sont abordés d’abord par rapport aux liens entre l’alimentation et les relations sociales telles que vécues par les personnes interrogées, et ensuite par rapport à leurs conditions matérielles de vie, ces deux dimensions étant centrales selon leur point de vue.2

  • 3 Toutes les citations de cette section ont été sélectionnées parmi les 33 entrevues réalisées et ret (...)

24Plusieurs des personnes âgées rencontrées considèrent qu’aborder leur rapport à l’alimentation dans le cadre d’un entretien représente un accès privilégié à une partie de leur intimité. « C’est personnel, comme question »3, comme le soulignait une des personnes. Discuter de leur rapport à l’alimentation les a amenées à parler d’autres aspects de leur vie dont, par exemple, leur dépendance aux drogues ou aux médicaments, leur solitude, leurs souvenirs, leur relation de couple et d’autres liens familiaux. Chaque personne rencontrée a développé un rapport particulier à son alimentation, reflétant un parcours de vie unique et différent des autres. Toutefois, malgré ces différences, il a été possible de dégager dans leurs récits des points de convergence. Deux sujets principaux sont mis en exergue, les relations sociales et la précarité économique.

Alimentation, relations sociales et solitude

25Spontanément, les personnes rencontrées associent souvent leurs habitudes alimentaires à leur besoin d’être « avec du monde » et de ne pas se retrouver seule. Par exemple, une personne qui vit dans un HLM parle de sa difficulté à s’adapter à l’isolement associé à son intégration dans un nouveau milieu de vie, et présente le repas collectif dans un contexte festif, la fête nationale du Québec, comme un moment important pour se retrouver entre amis et « briser la glace ». Dans le même sens, une autre personne raconte « ne pas avoir le tour de voir du monde », même des membres de sa famille ou des amis, mais qu’avec un repas comme « prétexte », elle y parvient. L’enjeu est de maintenir vivantes certaines relations sociales à travers le don de nourriture, comme dans le cas d’une personne qui fréquente une cuisine collective et donne des portions de ce qui a été cuisiné à un ami. Selon elle, le « don », de nourriture, apparaît comme central à l’existence d’une relation sociale qu’elle juge importante, comme une manière de prendre soin de la personne, et plus largement, de la relation.

26C’est dans ce même esprit qu’une personne raconte comment sa fille et son gendre lui préparent la majorité de ses repas dans le quotidien. Selon elle, sa fille lui raconte comment son mari « en fait bien trop, on est juste deux ». Mais il dit : « c’est pour ta mère ». Puis il prépare tout ça, de « la soupe, de la lasagne, toutes sortes d’affaires, du pâté chinois… bien des légumes ». Dans certains cas, c’est moins le don de nourriture que les personnes mentionnent, que le partage des responsabilités dans la préparation de la nourriture. Un homme échange avec son frère certains aliments provenant des banques alimentaires, selon leurs préférences, tout en partageant la responsabilité de la préparation des repas : « Je lui donne à manger, il me donne ce que lui il ne se sert pas dans son épicerie. […] On fait une cuisine collective […] C’est au gré de ce qu’on a dans le tiroir à légumes. […] En fin de semaine je suis allé lui porter des plats ».

27Pour certaines personnes l’absence de relations sociales en lien avec leurs habitudes alimentaires donne lieu à un sentiment de solitude. Même si ces personnes ne sont pas complètement isolées ou exclues du reste du monde, elles donnent une place importante à la souffrance liée à la solitude. La solitude ressentie et vécue peut avoir un effet significatif sur leurs habitudes alimentaires. Une personne qui s’approvisionne à l’occasion d’aliments invendus provenant d’un restaurant « trouve ça bien pratique parce que [...] la nourriture, l’alimentation ne m’a pas intéressée pendant très longtemps parce que, bon, cuisiner seule c’est un peu plate, euh, des fois je cuisinais puis j’arrivais pour manger ce que j’avais fait, puis j’avais plus le goût de [manger] de ça ».

28Un tel désintérêt alimentaire à l’égard des différentes facettes de l’alimentation revient régulièrement dans les propos des personnes âgées. Plusieurs développent des stratégies afin de briser la solitude. Par exemple, une personne va dans les restaurants pour voir des gens et parler avec les serveuses. Selon elle, le fait de vivre seule « fait partie aussi du portrait, de dire j’ai besoin de sortir, des fois je vais même manger au restaurant pour voir des gens ou parler avec la serveuse, ou rencontrer des gens, parce que la solitude vient jouer un rôle aussi dans le choix de l’alimentation, soit à la maison ou à l’extérieur ».

29Parfois la solitude amène une des personnes à s’enfermer dans sa chambre et à attendre que le temps s’écoule, attendre le coucher du soleil pour enfin s’endormir et peut-être oublier qu’elle est seule : « j'aime le soleil, mais pas l'action autour du soleil. Que les gens ils sont actifs, les gens, les couples sortent, ça reflète encore plus ma solitude. Ça c'est vraiment pénible, tu sais [...] Ça me pèse dessus [...] Ça fait que moi, j’aime mieux être chez nous des fois dans mon lit, puis que ça passe ».

30Le sentiment de solitude peut même être présent si la personne cohabite avec un membre de sa famille. Par exemple, une dame qui habite avec son fils raconte souhaiter partager un repas avec lui. Même si elle lui avait fait part à plusieurs reprises de son souhait, voire de son besoin, de partager un repas en sa compagnie, il préfèrerait manger seul dans sa chambre à regarder la télévision. Depuis leur déménagement « il [son fils] mange moins avec moi, il mange tout le temps dans sa chambre, puis il regarde la télévision. […] j’aimerais ça des fois manger avec quelqu’un [rire], tu sais, à la table. […] Oh oui, il le sait. Oui mais, il dit, moi ma télévision… ».

31La solitude affecte le rapport à l’alimentation de plusieurs personnes. Par exemple, pour une d’entre elles, la solitude l’a amenée à manger toujours les mêmes aliments. À ses yeux, parce qu’il vit seul, il s’est « habitué de toujours manger la même chose toute ma vie, deux toasts puis du beurre de peanut. […] Des habitudes de vieux garçon. Je vis seul […] j’avais rien dans le frigidaire ».

32Enfin, selon plusieurs personnes, parler, échanger, se raconter ou écouter les autres est nécessaire à leur bien-être, puisque nécessaire pour avoir envie de manger. Une personne dit seulement avoir envie de manger quand elle est avec les autres : « si je peux descendre en bas, pouvoir parler avec le monde : ça m’aide beaucoup. Parce que je ne suis pas tellement une grosse parleuse, mais des fois juste écouter qu’est-ce que l’autre va dire, c’est tout. J’écoute, attentivement, ça fait que ça m’aide. Puis ça passe le temps ». En d’autres termes, malgré, en certains cas, un réfrigérateur rempli de nourriture, la souffrance liée à la solitude peut faire obstacle à l’envie de manger.

33En somme, plusieurs personnes associent la solitude à un mal-être ayant des effets négatifs sur plusieurs autres dimensions de leur vie quotidienne, notamment l’alimentation. À la solitude vient se greffer l’ennui et la présence d’un sentiment négatif de ne plus avoir sa place au sein même de la collectivité. Par exemple, pour l’une d’entre elles, un des éléments déclencheurs de ce mélange d’ennui et de sentiment d’inutilité est la fin du travail rémunéré. Pour elle, lorsque « tu es à la retraite, tout ton réseau social, il faut qu’il soit rebâti ». C’est comme s’il s’agit de deux mondes différents : « Les gens que tu connaissais au travail, eux autres ils sont dans un autre monde, le monde des travailleurs puis le monde des retraités c’est complètement différent ». Elle ne peut plus appeler ses « anciens compagnons de travail » sans avoir le sentiment de les « déranger ». Donc, elle ne les appelle plus : « il faut que tu te bâtisses un nouveau réseau social parce que […] les gens qui travaillent, ils ont juste leurs fins de semaine pour faire ce qu’ils ont à faire. Tandis que nous autres… Moi, le lundi ou le vendredi ou le dimanche, c’est la même affaire pour moi, je suis à la retraite moi, j’ai tout le temps. »

34Selon elle, même lorsqu’elle a tenté de maintenir vivantes certaines relations, une fois la période de travail rémunéré terminée, elle a réalisé que c’est le travail, avec ses tâches et ses responsabilités communes qui donne sens à ces relations. En fait, en plus de s’ennuyer, puisque n’ayant rien à faire, elle se retrouve isolée : « on s’éloigne avec le temps, si on n’alimente pas ça, si ce n’est pas bien entretenu, bien tu sais ça se distance, comme on dit […] ce n’est pas la relation comme de dire on partage tous les jours en mangeant, on travaille ensemble, ton bureau est là, t’as de la misère avec un client, tu viens m’en parler ou tu sais, on échange à ce niveau-là. Ça, c’est plus là. Donc c’est aussi un deuil à ce point de vue là. »

35Ainsi, la fin du travail rémunéré peut constituer un bouleversement faisant entrer les personnes dans un autre monde, un monde sans « compagnons ». Alors que plusieurs disent avoir été quelqu’un pendant toute leur vie professionnelle, détenant une fonction, des responsabilités, fréquentant des amis qui leur reconnaissaient des compétences, lors de l’arrêt du travail rémunéré, tout serait parti : absence de structure du quotidien, perte du réseau social, perte de revenu et dans certains cas, perte de sens : « J’en ai déjà fait beaucoup plus que ça [...] quand je travaillais, mais depuis que je ne travaille pas, je dirais que j’ai perdu la motivation à me faire de la bouffe, tout seul. »

Précarité économique

36Plusieurs personnes rencontrées ont parlé de l’impact sur leur alimentation de la précarité économique. Par exemple, une personne s’est retrouvée dans l’obligation d’arrêter de manger du poisson, aliment qui a pendant longtemps fait partie de son régime alimentaire. Plus jeune, elle « mangeait de la truite, puis de la grise, de la petite truite rouge, du brochet […] Ça fait que j’ai été comblée au niveau des saveurs. On mangeait du poisson. Là, c’est vraiment vraiment difficile, ce n’est pas abordable. » Pour certaines personnes, c’est la privation comme telle qui caractérise la précarité économique, alors que pour d’autres, c’est plutôt l’absence de variété alimentaire.

37Par exemple, une personne explique que la précarité économique a des effets tangibles sur le type d’aliments qu’elle consomme, faisant en sorte qu’elle mange « quasiment juste du riz frit régulier. » Une autre mange parfois des croustilles en tant que repas, lui permettait de répondre à son besoin de satiété. Elle peut manger « un gros sac en une journée. Même je me suis nourrie à ça assez longtemps parce que ça ne coûte pas cher, puis ça bourre. » Une autre se dit vexée par le discours omniprésent sur les saines habitudes de vie. À ses yeux, ce n’est pas le manque de connaissances qui explique ses mauvaises habitudes alimentaires, mais l’incapacité économique d’acheter des aliments sains. La colère est vive chez une personne lorsqu’elle aborde la place de la nourriture à la télévision. En fait, elle a de la difficulté à concevoir que les diffuseurs publics investissent autant d’argent et de temps dans la diffusion d’émissions dont le thème principal est une alimentation ne s’adressant qu’aux mieux nantis. En une seule soirée, un diffuseur public peut présenter « deux émissions de suite culinaires […] il n’y a pas d’autres choses à traiter dans la vie que de la bouffe ? ».

38En somme ces personnes suggèrent que plusieurs dimensions sociales et économiques expliquent leurs habitudes alimentaires dans le quotidien. Leurs paroles mettent en relief l’importance des relations sociales en lien avec la solitude et l’ennui, ainsi que leur situation économique. Dans la prochaine section, l’accent est mis sur leur fréquentation des organismes en lien avec l’aide alimentaire.

La fréquentation des organismes

39Plusieurs motifs ont été évoqués par les personnes âgées pour expliquer leur fréquentation d’organismes sélectionnés : la disponibilité de nourriture à faible coût, le développement de liens sociaux avec d’autres participants, les activités offertes, le fait d’être reconnue comme une personne à part entière, la prise de responsabilités et la facilitation de l’organisation de leur temps. Plusieurs associent ces différents motifs les uns aux autres. Par exemple, une personne indique que sa participation tient à sa volonté de briser l’isolement, de faire des activités et d’assumer des responsabilités. Elle indique fréquenter l’organisme pour « enlever la solitude. Voir du monde. Puis les activités. Comme je suis responsable de [la pétanque]. […] J’ai commencé l’an dernier, responsable […] Puis moi c’est : avoir du plaisir. Pas de la compétition. Avoir du fun, ainsi de suite, s’amuser. » Il ressort du propos d’une autre personne que les différents besoins auxquels elle tente de répondre sont tous aussi importants les uns que les autres. Pour elle, l’organisme est « bien social, c’est pour rencontrer des gens. Puis moi je fais beaucoup d’entertainment, puis on se connaît toutes, puis ça, une grosse partie des gens, ils viennent aussi pour le social là tu sais, ils ne viennent pas juste pour manger. »

40Traiter les personnes qui fréquentent ces organismes d’aide alimentaire comme des personnes à part entière permet de répondre à plusieurs besoins simultanément, et non seulement celui d’un meilleur accès à des aliments, comme le besoin de créer des liens ou de se désennuyer, voire de jouer un rôle auprès de sa communauté et d’avoir des responsabilités. Ainsi, selon les propos d’une de nos interlocutrices, faire du bénévolat apporte « un bien-être intérieur, beaucoup, parce que je donne et je reçois, et puis comme je disais, j’adore aider, donner, me rendre utile. Pour moi je suis sur la terre pour ça, pour aider mes frères et sœurs comme on dit. Ça fait que je fais mon possible, mais ça ne me force pas, c’est naturel en moi d’aimer le monde. » Pour cette personne, recevoir de l’aide alimentaire est plus acceptable dans la mesure où on lui permet de redonner, par exemple, à travers la possibilité d’assumer des responsabilités.

41Pour les personnes âgées rencontrées, l’atteinte d’un bien-être en lien avec l’alimentation passe ainsi, en plus de la nourriture à faible coût, par la possibilité de rencontrer d’autres personnes, de tisser des liens et de briser la solitude. Dans certains cas, l’accès aux aliments semble même secondaire. Une fréquente un organisme « d’abord et avant tout [pour] des activités qui pouvaient être intéressantes, et puis j’ai vu aussi qu’on pouvait manger le midi à prix raisonnable. Ça fait que ça s’est rejoint aussi, ça s’est joint avec les activités que je viens faire et aussi de rencontrer des gens. » En somme, beaucoup ont souligné l’importance des rencontres avec autrui et de la participation aux activités pour expliquer leur présence dans ces des pratiques d’aide alimentaire.

Discussion : Bien-être alimentaire et approche globale

42Les récits des personnes âgées rencontrées font état de parcours diversifiés. Leurs paroles révèlent une grande variabilité quant à leurs compétences alimentaires, leur rapport à la solitude, leur état de santé, au plaisir ou au non-plaisir qu’elles entretiennent avec la nourriture ou encore à l’intérêt qu’elles portent à la qualité des aliments consommés quotidiennement.

43De plus, lors de groupes de discussion autour des résultats préliminaires de la recherche, auxquels ont participé plus de trente personnes âgées, la plupart ont rejeté l’identité de personnes âgées elle-même. Selon elles, les « personnes âgées » ce sont les « autres ». Ce constat invite à ne pas présenter cette population sous une seule étiquette. Malgré des parcours diversifiés, elles partagent néanmoins certains besoins communs : avoir accès à des repas à faible coût, développer ou maintenir des relations sociales, être reconnues comme des personnes à part entière et enfin participer, afin de se désennuyer, à diverses activités. Leur satisfaction à l’égard des organismes d’aide alimentaire en rutpre quant à l’approche de charité tient au fait qu’ils interviennent sur plusieurs dimensions à la fois, notamment sur les dimensions relationnelles et matérielles. C’est suivant ce constat que je mobilise le concept de « bien-être alimentaire » outrepassant celui de « sécurité alimentaire » confiné habituellement aux dimensions nutritionnelles et matérielles.

  • 4 Sur ce sujet, nous vous invitons à lire l’article de Chrisotpher McAll : (Bringing equality down to (...)

44Bien qu’influencé par les écrits de Berthoud (1976), Townsend (1987) et Fournier (2011), ce sont les travaux de McAll et al. (2014) qui ont servi de socle pour penser ici le bien-être alimentaire. En fait, leurs réflexions suggèrent que le bien-être comporte plusieurs dimensions (corporelle, matérielle, relationnelle, décisionnelle et temporelle) dont il est nécessaire de tenir compte.4 Suivant leur raisonnement, un problème dans l’une de ces dimensions est susceptible de mettre en péril le bien-être global.

45En ce sens, les données de la recherche suggèrent que pour mieux comprendre les besoins alimentaires des personnes âgées, il est nécessaire au préalable de mieux saisir le rapport dans toute sa globalité qu’elles entretiennent avec l’alimentation. C’est suivant ce regard que l’objectif de la recherche a été de porter une attention particulière à leur quotidien alimentaire selon leur propre perspective. Ces témoignages soulignent les liens entre leurs habitudes alimentaires et plusieurs dimensions de leur vie quotidienne, notamment leurs relations sociales présentes et passées, leur situation économique, leur état de santé et la souffrance quotidienne qu’elles ressentent quant à la solitude non choisie et à l’ennui. Les entrevues réalisées viennent confirmer les conclusions de plusieurs auteurs présentés, au sujet des habitudes alimentaires des personnes âgées, notamment ceux de Mercille et al. (2012) au sujet de l’environnement alimentaire, de Payette et al. (2005) soulignant la précarité économique et la réduction des réseaux, les transformations physiologiques chez Cardon (2008) et les effets positifs liés à la commensalité mis en exergue entre autres par Guérin (2018), Sobal (2000) et Fischler (2011). Cependant, l’originalité de l’article repose sur la mise en valeur de la perspective de personnes âgées elles-mêmes, qui, de leur côté, font état des liens entre plusieurs dimensions de leur expérience à l’égard de l’alimentation, une perspective qui est peu présente dans la littérature, à tout le moins au Québec.

46En somme, lorsque les personnes interviewées réfléchissent à leurs habitudes alimentaires, elles le font en abordant un ensemble de dimensions de leur vie quotidienne jalonnant les transformations vécues tout au long de leur vie. Cette propension à aborder plusieurs dimensions et périodes de leur existence, lorsqu’elles réfléchissent à leurs habitudes alimentaires, renforce l’idée que l’alimentation est une activité qui a structuré et qui structure toujours leur vie quotidienne. Il est ainsi essentiel de tenir compte des autres dimensions de leur vie courante pour comprendre les habitudes alimentaires. C’est ainsi que certaines dimensions qui reviennent chaque jour semblent nécessaires à l’atteinte d’un « bien-être » global avec l’alimentation au centre. Ce constat invite à interroger l’approche à la Maslow qui propose une hiérarchie entre les différents besoins. Par exemple, comme l’a fait remarquer une des personnes interviewées, son bien-être en lien avec l’alimentation est indissociable de son bien-être relationnel : « Moi j’ai trouvé ça bon parce que je me dis, si je ne feel pas une journée, quand même que j’aurais de la bouffe dans mon frigidaire… si je peux descendre en bas, pouvoir parler avec le monde, ça ça m’aide beaucoup. » Selon elle, l’appétit, ou la sensation de faim, n’est ressenti qu’à partir du moment où elle a satisfait son besoin relationnel. Ainsi, le bien-être alimentaire n’est pas qu’une affaire de « bouffe », elle est aussi, et parfois surtout, une affaire de relations sociales.

47L’approfondissement de l’importance des relations sociales, au-delà de la commensalité, représente un apport de la recherche à une littérature qui cherche à mieux comprendre les habitudes alimentaires, en l’occurrence celle des personnes âgées. Les habitudes alimentaires de ces personnes sont influencées par les relations sociales qu’elles entretiennent au quotidien. En effet, l’isolement et l’ennui ressortent des entretiens comme des éléments explicatifs du désintérêt de plusieurs personnes âgées pour l’alimentation. Ainsi, en plus du vieillissement du corps, la prise de la retraite, entraîne dans son sillon un effritement du réseau social et est à l’origine d’un nouveau rapport à l’alimentation, marqué par le désintérêt.

48Une autre dimension qui se dégage des récits des personnes âgées quant à leurs habitudes alimentaires est celle concernant leur situation économique. Par exemple, la retraite constitue, comme pour les dimensions de la solitude et de l’ennui, un moment faisant basculer plusieurs d’entre elles dans la précarité économique. Cette nouvelle précarité oblige certains à changer leurs habitudes alimentaires et dans certains cas, les amène à privilégier les aliments capables de combler leur faim, plutôt que ceux répondant au plaisir de manger ou garants d’une alimentation dite saine et équilibrée.

49C’est d’ailleurs, entre autres, la combinaison d’un mal-être relationnel et économique qui a conduit la majorité des personnes âgées rencontrées à fréquenter un organisme d’aide alimentaire qui tourne le dos à la charité. Alors que les organismes fondés sur la charité répondent principalement au besoin d’accès aux aliments, laissant dans l’ombre le besoin relationnel, les personnes âgées rencontrées disent avoir fait le choix de fréquenter des organismes qui répondent à plusieurs besoins à la fois. Elles font le choix de fréquenter des organismes répondant à un ensemble de besoins, dont celui de favoriser leur accès à des aliments sains à faible coût, mais aussi et surtout celui de tisser des liens avec autrui, celui de se désennuyer, et celui d’être reconnu comme une personne à part entière.

50Développer des pratiques qui tendent vers un plus grand « bien-être alimentaire » nécessite de penser l’alimentation dans toutes ses dimensions, le présent article mettant l’accent sur les dimensions matérielles et relationnelles du bien-être. Enfin, le sentiment de solitude et d’ennui formulé par plusieurs personnes soulève l’enjeu épineux de la place faite aux personnes âgées dans notre société. Ainsi, agir pour un plus grand bien-être alimentaire nécessite de penser les rapports sociaux dans leur ensemble.

Top of page

Bibliography

ARGOUT D. 2016. « L’isolement des personnes âgées. De l’émergence à la construction d’un problème public », Gérontologie et société vol. 38, no 149 : 25-40.

BERTHOUD R. 1976. The Disadvantages of Inequality: A Study of Social Deprivation, A PEP Report, Londres : MacDonald and Janes.

BICKEL J.-F. & CAVALLI S. 2002. « De l’exclusion dans les dernières étapes du parcours de vie », Gérontologie et Société 102 : 25-40.

BOURDIEU P. 1979. La distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Les Éditions de Minuit.

BRIEFEL R. R., CREPINSEK M. K., CABILI C. et al. 2009. School food environments and practices affect dietary behaviors of US public school childrenJournal of the American Dietetic Association, vol. 109, no 2, p. S91-S107.

CARDON P. 2009. « Retraite et alimentation : les effets de la mobilité », Recherches familiales 6 : 105-115.

CARDON P. 2008. « Vieillissement et alimentation : les effets de la prise en charge à domicile », INRA Sciences sociales 2 : 1-4.

CARDON P. 2007. « Vieillissement et délégation alimentaire aux aides à domicile : entre subordination, complémentarité et substitution », Cahiers d'économie et de sociologie rurales 82-83 : 139-166.

CARDON P. & GOJARD S. 2009. « Les personnes âgées face à la dépendance culinaire : entre délégation et remplacement », Retraite et société 56 : 169-193.

CLOSON M-C., GOBERT M. & JEANMART 2010. « L’ancrage social de la personne âgée en milieu urbain », in S. Carbonnelle (éd.) Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l’avancée en âge. Paris : Seli Arslan.

CORBEAU J.-P. 1997. « Socialité, sociabilité… sauce toujours », Cultures, Nourriture, Internationale de l’imaginaire 7 : 69-81.

CUMMING E. & HENRY W. C. 1961. Growing Old: The Process of Disengagement. New York : Basic Books.

DAEMS A. & NIJS G. 2010. « L’expérience des déplacements quotidiens à mesure de l’avancée en âge », in S. Carbonnelle (éd.) Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l’avancée en âge. Paris : Seli Arslan.

DUPRÉ-LÉVESQUE D. 2000. « La vie en maison de retraite, une sociabilité particulière ? », Face à face, consulté le 10 septembre 2020.<https://journals.openedition.org/faceaface/555 >

ELLUL, J. 1988. Le bluff technologique. Paris : Hachette.

FISCHLER C. 2011. “Commensality, society and culture”, Social Science information, 50(3-4): 528-548.

FISCHLER C. 1979. « Gastro-nomie et gastro-anomie, Sagesse du corps et crise bioculturelle de l’alimentation moderne », Communications 31 : 189-210.

FONTAINE R. 2007. Psychologie du vieillissement. Paris : Dunod. 

FOURNIER A. 2011. « Se sentir vivant ». Le regard d’aînés et d’auxiliaires familiaux et sociaux sur le soutien à domicile en contexte d’inégalités sociales, Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal. [En ligne] :  https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/4910/Fournier_Aude_2011_these.pdf?sequence=2&isAllowed=y , consulté le 6 août 2020.

GOJARD S. & LHUISSIER A. 2002. « Monotonie ou diversité de l'alimentation : les effets du vieillissement », INRA Sciences sociales 5(2) : 1-4.

GUÉRIN L. 2018. « Façonner les émotions en Ehpad : Du rôle dédié au repas dans la lutte contre la solitude des personnes âgées », Sociologie et Sociétés, vol. 50, no 1 : 91-111.

HALBWACHS M. 1912. La classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherche sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines. Paris : Alcan ; rééd. Gordon and Breach (1970).

HAVIGHURST R. J. 1961. “Successful aging”, The Gerontologist 1 : 8-13.

HOCHSCHILD A. R. 1975. “Disengagement theory: A critique and proposal”, American Sociological Review 40(5) : 553-569.

LATREILLE M. et OUELETTE F. 2008. Le repas familial. Recension d’écrits, Montréal, Centre – Urbanisation Culture Société, Institut national de la recherche, consulté le 10 septembre 2020. <http://www.ucs.inrs.ca/pdf/LeRepasFamilial.pdf>

MADDOX G. L. 1964. “Disengagement theory: A critical evaluation”, The Gerontologist 4 : 80-82.

MERCILLE G., RICHARD L., GAUVIN L., KESTENS Y., SHATENSTEIN B., DANIEL M. & PAYETTE H. A. 2012. “Association between residential food environment and dietary patterns in urban-dwelling older adults: Results from the VoisiNuage study”, Public Health Nutrition 15(11) : 2026-2039.

McALL C. et al. 2017. « Pour une approche globale et solidaire en sécurité alimentaire », Revue du CREMIS 10(1) : 44-51.

McALL C., FOURNIER A. & GODRIE B. 2014. « Vivre et survivre à domicile : le bien-être en cinq dimensions », Revue du CREMIS 7(2) : 4-8.

PAYETTE H. & SHATENSTEIN G. 2005. “Determinants of healthy eating in community dwelling elderly people”, Can J Public Health 9 : 27-31.

POULAIN J.P. 2017. Sociologie de l’alimentation. Paris : PUF.

RAYNAUD-SIMON A. 2009. « Dénutrition de la personne âgée : épidémiologie et conséquences », in X. Hébuterne, E. Alix, A. Raynaud-Simon & B. Vellas (éd.) Traité de nutrition de la personne âgée. Nourrir l’homme malade. Paris : Éditions Springer.

RIOPEL O. 2005. Comment mange-t-on au Québec ?, mémoire présenté à la faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de maîtrise en sociologie, Département de sociologie faculté des arts et sciences, Université de Montréal. Montréal.

SIMMEL G. 1910. « Soziologie der Mahlzeit », Der Zeitgeist, Beiblatt zum Berliner Tageblatt 41 : 1-2.

SOBAL J. 2000. “Sociability and meal: facilitation, commensality, and interaction”, dans Meiselman, H. (dir.), Dimensions of the Meal: The science, culture, business, and art of eating. Gaithersburg: Aspen Publishers.

STANLEY M. & CHEEK J. 2003. “Well-being and older people: A review of the literature”, Canadian Journal of occupational therapy 70(1) : 51-59.

STEEL C. 2008. Ville affamée. Paris : Rue de l’Échiquier.

THOMAS H. 2010. « Les vieillards en démocratie: des citoyens palliatifs », in S. Carbonnelle (éd.), Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l’avancée en âge. Paris : Seli Arslan.

TOWNSEND P. 1987. “Deprivation”. Journal of Social Policy 16(2) : 25-146.

WARDE A. 1997. Consumption, Food and Taste. Londres : Sage.

YEH M. C., MATSUMORI B., OBENCHAIN J. et al. 2010. Validity of a competing food choice construct regarding fruit and vegetable consumption among urban college freshmen”, Journal of Nutrition Education and Behavior, vol. 42, no 5, p. 321-327.

Top of page

Notes

1 Les auteurs s’intéressent exclusivement aux couples hétérosexuels.

2 Les informateurs clés sont tous des organisateurs et organisatrices communautaires du centre intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Les organismes identifiés sont situés dans les quartiers Plateau-Mont-Royal, Centre-Sud et Pointe St-Charles à Montréal. Les personnes âgées rencontrées ont été informées du projet par les responsables des organismes qu’elles fréquentent et se sont portées volontaires pour les entrevues.

3 Toutes les citations de cette section ont été sélectionnées parmi les 33 entrevues réalisées et retranscrites auprès de personnes âgées.

4 Sur ce sujet, nous vous invitons à lire l’article de Chrisotpher McAll : (Bringing equality down to earth: food, identity reduction, and the five dimensions of well-being) publié dans ce numéro de la revue.

Top of page

References

Electronic reference

François Régimbal, « À part entière : alimentation et bien-être chez des personnes âgées à Montréal fréquentant des organismes d’aide alimentaire », Anthropology of food [Online], S15 | 2020, Online since 30 December 2020, connection on 09 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/aof/11037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.11037

Top of page

About the author

François Régimbal

Professeur de sociologie au Cégep du Vieux Montréal et Chercheur CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations), fregimbal@cvm.qc.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search