Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S15Précarisation alimentaire et bien...

Précarisation alimentaire et bien-être : réponses et pratiques pour lutter contre l'insécurité alimentaire à Barcelone

Food precarisation and well-being: Responses and practices to address food insecurity in Barcelona
Marta Llobet Estany, Paula Durán Monfort, Claudia Rocío Magaña González, Araceli Muñoz García and Eugenia Piola Simioli

Abstracts

The article addresses the process of precarity and the situation of food insecurity that many people have experienced in Barcelona over the last ten years, in a context of economic crisis. Qualitative research carried out over five years has allowed us to analyze the responses developed in the city from the public, private and tertiary sectors as well as from citizen initiatives in order to transform food insecurity. In this context, diverse experiences and practices have been found, which have different effects on the five dimensions that make up people's well-being: material, corporal, relational, decisional and temporal dimensions (McAll, Fournier & Godrie, 2014). The article analyzes three types of practice : the hegemonic food-aid model as a traditional practice; the new types of practice subject to change within established food-aid circuits; and alternative practices that respond to processes of social and community self-organization.

Top of page

Full text

Cet article est une révision des publications réalisés par les auteures dans : Llobet, Durán, Magaña et Muñoz (2019a, 2019b ; 2020). La recherche a été financée par l’Institut Municipal de Serveis Socials (IMSS) de la Municipalité de Barcelone. Nous remercions Christopher McAll pour la révision linguistique de cet article.

Introduction

  • 1 Cette recherche a été développée dans une perspective comparative avec d’autres villes – Montréal, (...)

1Cet article présente les résultats de la recherche « L’alimentation dans une perspective globale et non réductionniste des besoins », qui est effectuée à Barcelone depuis cinq ans par l’Équipe de recherche sur l’alimentation dans des contextes de vulnérabilité de l’Université de Barcelone.1 L’alimentation est abordée selon la place qu’elle occupe dans la vie des individus (McAll et al., 2015) ainsi que comme un fait social total dans toute sa complexité, suivant Mauss (2009). Une attention particulière est portée à la situation des individus qui souffrent d’une situation de précarisation sociale (Barbier, 2005 ; Britos, 2002) suite à la crise économique qui, depuis 2008, affecte l’Espagne et d’autres pays européens avec différents niveaux d’intensité.

2Nous examinons les conséquences de cette conjoncture économique sur la population, ainsi que les stratégies développées par les familles pour y faire face. Nous analysons les dispositifs d’aide qui ont été introduits dans la ville face à l’insécurité alimentaire, aussi bien par les secteurs public, privé et tertiaire que dans le cadre d’initiatives citoyennes, en regardant de près, de manière critique, les pratiques mises en place et l’impact de celles-ci sur le bien-être des individus. Dans un premier temps, nous prenons en considération la précarisation alimentaire qui s’est produite à Barcelone à la suite de la crise économique de 2008 et ses effets sur les individus. Nous présenterons ensuite la méthodologie utilisée dans la recherche, les pratiques et interventions développées pour faire face à cette précarisation et, enfin, nos constats principaux.

Précarisation alimentaire et dimensions du bien-être

3La concentration de la richesse et l’augmentation des inégalités sociales dans les sociétés actuelles ont exacerbé les problèmes de précarisation et d’exclusion sociale. L’affaiblissement de l’État-providence ainsi que la croissance du chômage et de l’instabilité de l’emploi, ont généré en Espagne – et plus particulièrement à Barcelone – davantage de vulnérabilité et de précarisation (Paugam 2007), surtout depuis la crise économique de 2008. Cet impact n’est pas fragmenté ou unidimensionnel mais, au contraire, porte sur les multiples sphères de la vie sociale (Zurdo et al. 2013).

4De fait, la crise a eu un effet notable sur le travail, le revenu des familles et l’accès au logement, ce dernier domaine ayant la plus grande visibilité. Elle affecte aussi le corps et la santé, la sociabilité, l’autonomie et le rapport au temps. Son impact se fait sentir ainsi sur les cinq dimensions du bien-être identifiées par McAll et al. (2014 : 90) : les dimensions matérielle, relationnelle, corporelle, décisionnelle et temporelle. Selon ces auteurs, «chacune de ces dimensions a sa spécificité, mais elles sont aussi intimement liées voire indissociables. Or, quand l’intervention néglige une de ces dimensions, l’individu n’est pas abordé dans sa "globalité" ou sa pleine humanité ».

5Le contexte de crise modifie ainsi les manières de vivre des personnes les plus affectées par la précarisation (Medina et al. 2015). Ceci a un effet sur les manières de s’alimenter (Gracia 2019 ) et transforme les stratégies quotidiennes (Gracia Arnáiz 2015 ; Díaz-Méndez et al. 2019 : 53). En effet, les personnes affectées changent leur manière d’obtenir, d’élaborer et de consommer des aliments, afin de mieux faire face aux conséquences de la crise (Egbe & Montserrat-Mas. 2014). La perte du pouvoir d’achat répercute négativement sur « le panier » de consommation (Díaz-Méndez, et al. 2018), vu qu’elle limite l’accès des individus à une variété de produits, y compris la viande ou le poisson. La population immigrante doit aussi adapter son univers alimentaire traditionnelle à la société d’accueil dans un contexte d’insuffisance économique. La migration produit une transformation de la culture alimentaire qui implique un processus de déconstruction et de reconstruction constante (Crenn et al. 2010). Certains tabous alimentaires, comme élément de l’identité propre de l’individu, impliquent, dans le cas de la population musulmane, l’obtention de viande halal, en dépit d’un coût plus élevé. L’impossibilité d’acheter de tels aliments entraîne l’achat d’autres à un coût moindre, tels que les produits d’origine végétale, qui sont moins valorisés socialement (Llobet et al. 2017).

6Les individus adoptent, par conséquent, diverses « formes de gestion pour faire face au manque » (Díaz-Méndez et al. 2018 : 98), limitant, par exemple, l’achat d’aliments frais (Medina et al. 2015).

7La préparation des aliments subit aussi des modifications, en limitant, par exemple, les repas à un seul plat qui peut être consommé par tous les membres de la famille. Parallèlement, il y a la revalorisation de la « cuisine des restes » (Casadó & García 2015 : 39) afin d’éviter le gaspillage alimentaire (Montagut & Gascón 2014). Il peut aussi y avoir une diminution du nombre et de la fréquence des repas, affectant la convivialité et générant des tensions au niveau relationnel (Masullo & Dupuy. 2012). L’apport différentiel de nourriture au sein de l’unité familiale répercute pour l’essentiel sur les femmes. Celles-ci, dans leur rôle de responsables de l’alimentation familiale, subissent l’impact dans leur propre corps (Gracia & Casadó 2019), affectant la dimension corporelle de leur bien-être, leur propre consommation étant réduite pour amortir l’impact de la crise sur les plus jeunes (Egbe & Montserrat-Mas 2014).

8Tout ceci montre comment la précarisation alimentaire limite la liberté des individus et diminue leur capacité à prendre des décisions sur leur propre vie (Sen 2000). Elle a notamment des conséquences pour la santé physique et psychologique en termes de malnutrition et d’anxiété, en relation avec la préoccupation constante pour répondre à cette nécessité de base. L’incertitude permanente contribue au stress qui perdure dans le temps (Egbe & Montserrat-Mas 2014) affectant la dimension temporelle du bien-être.

9La crise affecte ainsi les diverses dimensions du bien-être, soulignant les aspects systémique (Paturel 2017) et complexe de l’alimentation, comme le montre la Figure 1. Il ne s’agit pas seulement de voir l’acte de s’alimenter comme un fait biologique, mais de reconnaître les ruptures qui se produisent sur les plans social et socioculturel, tout en réflétant, au niveau politique, le déni du droit à l’alimentation.

Figure 1 : Impact de la précarisation et conceptions de l’alimentation

Réflexions méthodologiques autour de l’alimentation : du discours individuel au récit collectif

10La méthodologie de recherche utilisée est essentiellement qualitative, déployée dans deux territoires de Barcelone, comme le montre la figure 2. D’un côté, le quartier 1 compte 15 523 habitants et est un des territoires les plus défavorisés du nord-est de la ville; de l’autre, le quartier 2, au centre-ville, compte 40 217 habitants et est un des quartiers «  multi-ethniques » (Agence de Santé publique de Barcelone 2015).

Figure 2 : Territoires de la recherche

Figure 2 : Territoires de la recherche

11De 2015 jusqu’à présent, cette méthodologie s’est traduite en cinq étapes qui sont reflétées dans la figure 3, où on peut observer la ligne du temps, les techniques utilisées et les participants impliqués dans chacune des phases du projet..

Figure 3 : Étapes de la recherche

Figure 3 : Étapes de la recherche

Source. Élaboration propre

12Dans toutes les étapes, nous avons eu la participation de personnes âgées, de familles immigrantes et de familles monoparentales, d’intervenants d’organismes publics, privés et du secteur tertiaire, et d’activistes et de groupes de la société civile, liés aux circuits d’aide alimentaire, suivant en cela les groupes de population privilégiés par McAll et al. 2015 et Berti et al. 2017. Le processus de sélection de l’échantillon a été intentionnel, en fonction des paramètres spécifiques de la recherche, dans le but de trouver l’hétérogénéité et la signification maximales. L’accès aux individus étudiés ainsi qu’aux intervenants a été rendu possible grâce à la collaboration des services sociaux et des différents organismes d’action sociale qui travaillent dans les deux territoires.

13L’équipe de la recherche a développé différentes techniques : initialement individuelles, telles que les entretiens, pour adopter par la suite des techniques de groupe, comme les focus groupes, ou collectives, comme les ateliers ou les espaces de réflexion dans lesquels ont été représentés les groupes de population cités ci-dessus. Quatre thèmes ont traversé les échanges entre les différents acteurs : (1) les effets de la crise sur le bien-être ; (2) les différentes conceptions de l’alimentation et la place que celle-ci occupe dans la vie des individus ; (3) les stratégies que développent les familles pour faire face à l’impact de la précarisation ; et (4) les dispositifs et programmes qui sont développés pour répondre à l’insécurité alimentaire.

  • 2 Abordé plus en profondeur dans Durán, Muñoz, Llobet & Magaña (sous presse).

14Parallèlement à ce processus, nous avons entamé une réflexion sur les manières de produire des connaissances2. En effet, une relecture critique de la méthodologie nous a permis de rejeter les hiérarchies traditionnellement établies entre les chercheurs et les personnes qui vivent la réalité sociale, entre les chercheurs comme sujets et leurs « objets de connaissance ». Nous avons proposé une perspective transformatrice des relations de pouvoir permettant de reconnaitre les expériences, les émotions et les savoirs des individus subissant une situation de précarisation alimentaire (Bellot & Rivard 2013).

15Par ailleurs, l’émergence d’une diversité épistémique réclamait la création d’espaces dans lesquels les divers acteurs vivant le fait alimentaire pouvaient dialoguer, dans une horizontalité n’effaçant pas les différences, pour produire un processus de co-construction de la réalité alimentaire (Anadón & Couture 2007 : 3). Ce tournant méthodologique demandait l’utilisation de formats participatifs dans les dernières étapes de la recherche. Enfin, nous avons insisté sur l’applicabilité de la connaissance produite dans la transformation des inégalités qui font l’objet de l’étude.

Pratiques et interventions diverses en contexte de crise : Est-il possible de faire face à la situation de précarisation alimentaire à Barcelone ?

  • 3 Voir aussi  Llobet, Durán, Magaña & Muñoz (2019b) et Durán, Muñoz, Llobet & Magaña (sous presse_b)

16L’inégalité en matière alimentaire est vue de manière différente par l’académie et les cadres institutionnels. La représentation qui en est faite a tendance à légitimer le type de réponse politique, la pratique ou l’intervention réalisée pour transformer cette situation (º 2019; Dowler 2002:). À partir du travail de terrain, nous avons identifié trois types de pratiques3 que montre la figure 4 : des pratiques traditionnelles, des pratiques nouvelles, et des pratiques alternatives. Pour établir cette classification, nous avons tenu compte des conceptions de l’alimentation qu’envisagent les interventions visant à transformer la situation de précarisation et l’effet de ces pratiques sur les diverses dimensions du bien-être.

Figura 4: Inégalité et alimentation

Figura 4: Inégalité et alimentation

Pratiques «traditionnelles»

17Les pratiques traditionnelles, en tant que porte d’entrée du circuit d’aide alimentaire pour la plus grande partie de la population concernée, constituent un modèle hégémonique représenté, entre autres, par la banque alimentaire. Elles reposent sur la perspective assistancialiste de « demande-réponse » (García Roca 2006) en privilégiant l’accès des individus aux produits alimentaires (Caraher & Furey 2018) et concevant l’alimentation comme une nécessité biologique, indépendamment des autres aspects de la vie des individus (McAll et al. 2015).

18Même si les participants à la recherche reconnaissent l’importance de cette conception de l’alimentation, liée à la dimension corporelle du bien-être et, par conséquent, à la santé physique et mentale, cette perspective, institutionnalisée, peut réduire les individus à des « bouches à nourrir » (Berti et al. 2017 : 47). Ce type de réduction, comme le suggérent ces auteurs, occulte la complexité du fait social total qui est l’alimentation, en lien, entre autres, avec le genre, l’âge, la position sociale et la santé.

19Par exemple, un femme responsable d’une famille monoparentale interviewée dans ce projet considère que l’alimentation est “la base de ce dont le corps a besoin pour se nourrir, pour pouvoir marcher» ; elle parle du «stress» que le manque d’aliments apporte dans le quotidien, que «ça tombe sur la ventre» et que c’est «toute la journée [qu’on doit] regarder comment on va changer notre vie à cause de quelque chose d'aussi fondamental que de manger.» De son côté, un intervenant souligne que pour les familles qui sont dans le besoin, l’alimentation est une «nécessité fondamentale de survie», un «problème de survie pur et dur» contrairement aux familles «normales», pour qui l’alimentation peut être «un luxe, elle peut être conditionnée par de nombreux critères culturels, de mode, de nombreuses choses.»

  • 4 Récit traduit de l’original en catalan.

20Le don de colis alimentaires a tendance à ne toucher que la dimension matérielle du bien-être, sans tenir compte de la dimension décisionnelle, car les individus ne peuvent pas toujours choisir librement les produits qu’ils souhaitent obtenir. Les produits périssables sont aussi parfois périmés, sans garantie de qualité nutritionnelle. Enfin, la disponibilité alimentaire ne reconnaît pas toujours les préférences alimentaires et gastronomiques des personnes (Riches 2011: 768). Pour une des femmes rencontrées, elle pensait se retrouver dans une sorte de «supermarché», mais sur place elle se fait accompagner par une personne qui «vous dit ce que vous pouvez prendre et ce que vous ne pouvez pas prendre». Elle se fait imposer parfois des produits dont elle n’a pas besoin, comme «deux briques de lait [même] si ça se trouve je n’ai pas besoin de lait mais j’ai besoin d’autre chose, mais on me met le lait, et il est périmé.» Du point de vue d’un intervenant, ce type d’imposition de produits non voulus ou non nécessaires, qu’il a vu «très, très souvent» là où il travaille, oblige les personnes à prendre «tout ce qu’on leur donnait, mais ensuite, à partir de là, ils choisissaient ce qu’ils mangeaient et ce qu’ils ne mangeaient pas». Dans l’«imaginaire» c’est comme si on pense que «si tu n’as rien tu dois tout manger, parce que, évidemment, tu n’as rien et c’est déjà bien si tu as quelque chose».4 

21Ce type de don n’implique aucune réciprocité véritable (Mayos 2016), vu que la relation asymétrique entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent réduit le rôle de ces derniers au respect des normes sociales de courtoisie et de gratitude que la société exige des « bons pauvres ». Cet acte de «charité» s’éloigne de la solidarité démocratique fondée sur la reconnaissance des droits sociaux et économiques des citoyens (Riches 2003) et reproduit non seulement la supposée supériorité morale de la personne ou de l’organisme qui effectue le don, mais, en tant que geste de pouvoir, produit l’« humiliation » des individus qui reçoivent (Cary & Roi 2013). Une personne dans un focus groupe composé de familles monoparentales et immigrées parle des conséquences de se retrouver dans une situation où «on a besoin de s’alimenter, de manger quelque chose», mais où «je n’ai même pas de pain. Qu’est-ce que je fais ? ». Elle parle de la «méfiance», du fait «qu’on se sent honteux [...] coupable, impuissant», qu’on se fait «humilier».

  • 5 Ibidem.

22Ce sentiment s’explique dans un contexte hiérarchique où l’individu dans le besoin est vu comme un « sujet déficitaire avec des problèmes » (Gómez-Hernández 2015 : 12). Cette représentation des individus en manque justifie l’existence de professionnel(le)s (McAll 2017), qui ont comme mission de combler ces manques, légitimant, par conséquent, leur propre existence. Un intervenant conteste cette vision des personnes comme étant juste des personnes «nécessiteuses» et qui ne tient pas compte de la «condition économique dans laquelle les a plongées la crise ou des circonstances personnelles ou familiales propres». Il faut regarder ces personnes comme des «citoyens normaux», «égaux aux autres», qui doivent avoir accès à un produit qui est «comestible de la même manière que celui de n’importe quel citoyen ayant des moyens économiques5

  • 6 Récit traduit de l’original en catalan.

23Ce type de mise en catégorie établit ainsi une frontière entre le « nous » et les « autres », positionnant les acteurs de la relation d’aide dans une hiérarchie sociale (Horst et al. 2014) (Rastas 2005) et reconnaissant peu de capacité d’agir aux individus en situation de précarité alimentaire. Ceci renforce le pouvoir de l’« intervenant » sur la « personne intervenue » (Ezpeleta & Gómez-Quintero 2012 : 324), car « le bénéficiaire sent qu’il dépend de la charité et que, en outre, ce sont les autres qui décident des aliments dont il disposera » (Nogués & Cabrera 2017 :14). Ce type de pouvoir se traduit – selon une personne participant à un focus groupe de personnes âgées – par la séparation arbitraire de ceux qui se présentent aux organismes pour avoir de l’aide alimentaire en deux groupes, ceux qui en ont besoin et ceux qui n’en ont pas, «parce qu’ils peuvent aussi dire "bon, ce monsieur en a besoin, cela non, cela si, cela non…" Ils ont ce pouvoir, non ? Et ce n’est pas juste, parce que si vous allez dans un lieu comme celui-là, c’est parce que vous en avez besoin, sinon vous n’y allez pas, n’est-ce pas ?»6 

24Ce type de situation reflète la dépolitisation de l’insécurité alimentaire (Beischer & Corbett 2016) et la présence «muette» d’un État qui ne reconnaît pas les personnes dans le besoin comme des sujets dont les droits ont été violés (Hermida, 2017 : 162),– notamment le droit de tout individu à une alimentation adéquate sur le plan nutritionnel et culturellement adaptée (Riches, 1999). Cette vision augmente le sentiment de faiblesse des individus, faisant en sorte qu’une personne rencontrée dans un des focus groupes se sent «comme un inutile complet, comme un ignorant [...] Pour tous ceux qui sont comme nous, qu’est-ce qu’on fait ? Un droit... mais [...] qui le respecte ? »

25En somme, ce type de pratique traditionnelle peut offrir une réponse à court terme et dans l’urgence, mais présente des difficultés à moyen et long terme (Gómez Garrido et al. 2019 ; Riches, 2011). Une personne qui intervient constate qu’elle ne fait qu’apporter un certain «complément» sous la forme de ressources alimentaires dans une situation où le vrai problème, auquel on «s’arrête de penser», est le «manque de ressources économiques» des personnes. De ce point de vue, Silvasti (2014) affirme que l’apport d’aliments d’urgence n’est pas une solution durable pour faire face à cette réalité, reflètant l’impact négatif sur la dimension temporelle du bien-être de ce type d’aide. La précarisation alimentaire a tendance à être abordée de manière ponctuelle et avec des interventions qui n’ont une incidence que sur un aspect de la vie des individus, mais n’apportent pas de réponses à la situation globale que vivent ces derniers en relation, par exemple, avec le logement ou la santé mentale. L’apport d’aliments dans l’urgence peut entraîner ainsi la récurrence de la demande et le déplacement constant des individus à la recherche d’aide, perpétuant, par conséquent, la situation même d’inégalité à laquelle on prétend répondre.

Pratiques «nouvelles»

26À côté de ces pratiques que nous appelons traditionnelles émergent aussi des pratiques nouvelles dans le contexte de crise qui tentent d’offrir une réponse plus globale. Elles cherchent à améliorer la distribution de l’aide alimentaire, favoriser une plus grande liberté de choix et rendre possible un meilleur accès à une diversité d’aliments.

27Pour ce faire, elles visent à changer le regard professionnel porté sur l’« altérité », en tenant compte du point du vue des individus sur l’alimentation et sur leur propre réalité sociale (Bertrán Vilà 2010) et en reconnaissant l’existence de conceptions diverses des réponses souhaitées (García Roca 2006 ; Garrow & Hasenfeld 2017). Lors de la création d’un espace de réflexion collective au niveau de la ville de Barcelone dans le cadre de ce projet, une personne souligne la nécessité de voir les individus «comme des personnes qui peuvent proposer des solutions à la problématique qu’eux-mêmes vivent» et d’éviter de penser que ce sont juste les institutions qui ont la solution au problème de manque d’aliments.

28Ces «nouvelles» pratiques envisagent l’alimentation non seulement comme une nécessité biologique mais aussi comme un acte social et culturel (Contreras & Garcia Arnaiz 2005). L’importance de la dimension symbolique de l’alimentation (Douglas 1973) se reflète dans les expériences des individus interrogés. Par exemple, certains hommes et des femmes partagent, dans un contexte de diaspora, la mémoire des plats de leur enfance et se remémorent un temps passé lié à un univers gastronomique traditionnel et à un monde affectif ayant, dans les mots de De Garine (2016), une importante charge émotionnelle. Une personne immigrée parle de :

«deux souvenirs merveilleux que j’ai d’un petit-déjeuner avec mes parents, qui m’enchantait, le matin, quand mon père allait pêcher, ma mère lavait les poissons et les mettait à frire, et nous déjeunions tous à la maison. On est neuf frères et sœurs et ma mère nous mettait une assiette pour chacun à la maison ; elle faisait du riz le matin et une petite tasse de café. On s’asseyait tous à table et on mangeait le poisson, qu’on appelle ici des daurades et là-bas des chaparritas. C’est vrai que ce sont des souvenirs merveilleux avec mon père, ma mère et mes frères. C’est un souvenir qu’on conserve dans son cœur. Ces petits déjeuners, même très simples, juste un café noir, mais quand ça se passe en famille, c’est le plat le plus exquis qui puisse être. »

  • 7 Ibidem

29Ce type de conception traverse différentes initiatives citoyennes, qui proposent d’élargir le regard biologiste en concevant l’accès à une alimentation saine, nutritive et culturellement acceptable (Pomar & Tendero 2015).  Le problème est d’avoir accès à ces mets et produits traditionnels, un membre d’un focus groupe d’intervenants et de bénévoles se demandant comment les personnes «peuvent-ils adopter des choses qui, en plus, sont très accessibles dans leur pays d’origine et ici non, mais auxquelles ils sont très habitués ? Mais ça, c’est difficile à réaliser». Il n’est pas juste question d’accès aux produits – dans ce cas-ci, des produits traditionnels – cependant, mais aussi de la reconnaissance des capacités des personnes elles-mêmes (García Roca 2004; Cortina 2007), ou, dans les mots d’un membre d’un focus groupe d’intervenants et bénéficiaires, «de la prise de responsabilités et de la capacitation [...] au travers de la formation des individus parce que, évidemment, les gens [...] ce sont eux qui doivent décider, réellement, ce qu’ils mangent, et comment ils le mangent [...] Je crois que c’est un droit, non ?7 ».

30Pour Knezevic et al. (2014), l’écoute des diverses conceptions que les individus ont de l’alimentation renforce leur confiance en eux-mêmes et leurs stratégies pour faire face à la précarisation alimentaire. Or, ceci constitue un élément important pour questionner le discours dominant de l’aide alimentaire et établir un récit alternatif permettant la prise de responsabilité des sujets et favorisant un changement social significatif à moyen et long terme. Cette approche est fondée sur la reconnaissance des individus qui sollicitent l’aide alimentaire et la prise en considération de leur expérience de l’aide dans le quotidien.

  • 8 Pour ce type de pratique, voir Llobet, Durán, Magaña-González & Muñoz (2019_a).

31C’est dans ce contexte que se développent des pratiques telles que la carte-porte-monnaie8, qui vise à favoriser l’autonomie et à rompre avec la stigmatisation en permettant à la personne elle-même de choisir des produits ou des aliments de première nécessité dans un supermarché. Selon une personne participant à un focus groupe d’intervenants et de bénévoles, le système de cartes-porte-monnaie «a beaucoup apporté de la dignité [...] elle est beaucoup plus discrète [...] Tu vas, tu payes, tu achètes [...] Tu choisis toi-même [...] on ne parle plus d’une banque d’aliments où tu dois faire la queue [...] tu rencontres tous tes voisins [...] c’est beaucoup plus digne.» 

32Dans cette perspective, les actions développées visent à avoir un effet plus large sur les différentes dimensions du bien-être, par exemple, sur la dimension matérielle, en favorisant l’accès aux aliments et, sur la dimension décisionnelle, en reconnaissant la capacité de décision des individus quant au choix des aliments. Toutefois, le contrôle social qui est exercé à l’occasion sur les individus de la part des intervenants, dans la justification des frais qu’ils encourent et dans la présentation des tickets d’achats, peut limiter cet objectif de responsabilisation. Par exemple, une personne membre d’une famille immigrée se voit interdire l’achat de certains prodits jugés non nécessaires. Elle doit :

«garder les factures durant toute l’année parce qu’il faut ensuite les présenter. Il faut contrôler parce que s’il y a quelque chose que tu ne peux pas prendre avec ça, il faut le laisser. On ne peut pas prendre des choses comme un appareil ménager, par exemple [...] Oui, si c’est pour les petits enfants, des couches, des serviettes humides. Un jour, j’ai voulu prendre des produits de nettoyage, comme du gel de bain ou du champoing, et ils ne me laissaient pas. Ils m’ont dit que ça, non. Seulement le basique. C’est-à-dire l’alimentation.»

33Une autre personne fait la remarque qu’«au Carrefour, on me disait que je ne pouvais pas acheter du ketchup, que ça n’entrait pas».

34Par conséquent, dans le cadre de ces «nouvelles» pratiques (par rapport aux pratiques «traditionnelles»), la reconnaissance des individus comme sujets producteurs de sens n’empêche pas que se produisent, parfois, des dynamiques impliquant une distribution hiérarchique des positions s’inscrivant dans des relations de pouvoir (Pelegrí 2014). De ce point de vue, Renes et al. (2007) font référence à une « asymétrie spéciale » qui suggére que ce type d’intervention n’est pas parvenu à mettre fin aux hiérarchies. Le contrôle des intervenants sur le « panier » des personnes témoigne de la continuité de cette relation inégale.

Pratiques «alternatives»

35Le questionnement des pratiques traditionnelles et des pratiques nouvelles entraîne le développement de pratiques que nous appelons alternatives. Celles-ci consistent en des initiatives communautaires et d’autogestion qui renforcent l’autonomie, réaffirment les droits sociaux des individus et reconnaissent leurs capacités (Gómez Garrido et al. 2019), non pas dans une vision ponctuelle de l’aide, mais en envisageant des solutions à la fois à court, moyen et à long terme. C’est un changement qui suppose la reconnaissance du sujet comme acteur social capable d’établir son propre discours institutionnel et oppositionnel (García Roca 2006). L’objectif est de faire en sorte que les gens eux-mêmes soient «souverains», selon un des intervenants lors d’un focus groupe, qu’ils puissent «se responsabliser afin qu’ils puissent résoudre le problème» et ainsi «accroître leur propre développement».

  • 9 Les jardins potagers communautaires, par exemple, se présentent comme des initiatives qui surgissen (...)
  • 10 La PAH (Plataforma de afectados por las hipotecas – Plateforme des victimes des emprunts fonciers) (...)

36Ces pratiques9 s’éloignent, par conséquent, de la conception traditionnelle de l’aide en tant qu’acte de charité et considèrent l’insécurité alimentaire comme un thème politique qui doit avoir sa place dans le débat public et l’action démocratique (Riches 1999; Riches 2011). En favorisant le «pouvoir d’agir des individus» – selon un membre d’un focus groupe d’intervenants et bénévoles – on peut «faire en sorte que ceux-ci sachent qu’ils constituent un sujet politique […] qu’ils peuvent changer les choses [qu’il y ait] des possibilités qu’ils s’organisent, qu’ils génèrent un quelconque type de réseau». Cet intervenant pense notamment à la Plateforme des victimes des emprunts fonciers (la PAH)10 dans le domaine du logement, quand les gens ont pu «lutter politiquement pour […] changer des lois. Alors je crois que c’est ce qu’il faut [...] que les individus se rendent compte que c’est un droit et qu’ils peuvent le revendiquer

  • 11 Ibidem

37La reconnaissance de la dignité des personnes dans le domaine de l’alimentation (Paturel & Bricas 2019), implique de modifier les relations de pouvoir existantes, mais aussi de remettre en question l’inégalité plus globalement, qui, dans le mots d’un des intervenants, peut «anéantir les gens [...] les détruire en tant qu’individus, parce qu’elle les laissent nus [...] sans travail [...] sans logement, [...] sans électricité, [...] sans nourriture [...] Il faut changer le modèle et être plus humains… travailler pour être plus dignes».11 

38Ce troisième type de pratique «alternative» correspond, par conséquent, au développement d’initiatives qui abordent l’insécurité alimentaire dans une perspective communautaire et sociale. Cela peut donner lieu, par exemple, à la création d’ateliers dans lesquels les individus eux-mêmes décident de ce qu’ils veulent cuisiner, élaborent des recettes, obtiennent les aliments, les cuisinent collectivement et, finalement, les répartissent parmi les participants. De telles pratiques peuvent faciliter le rapprochement des individus qui vivent des situations similaires, entraînant compréhension mutuelle et de nouvelles solidarités. Un intervenant remarque que ce type d’atelier peut créer des liens d’amitié, en se souvenant d’une participante qui a insisté qu’une autre prenne une plus grande part de la nourriture préparée parce qu «tu as trois enfants et je n’en ai qu’un» et d’une fille d’origine africaine qui «était très seule, elle ne connaissait personne dans le quartier» et qui s’est faite une amie par le biais de l’atelier..

39En voyant les inégalités en matière alimentaire comme une responsabilité collective et en considérant de manière globale le système alimentaire dans ces aspects économiques, politiques et environnementaux (Jacobson 2007; Kaiser et al. 2015), l’alimentation peut se construire de manière holistique en tenant compte des cinq dimensions du bien-être identifiées dans ce texte. Les initiatives de ce type se proposent non seulement d’humaniser l’expérience des individus, comme le reflètent les ateliers de cuisine collective, mais aussi de reconnaître l’autonomisation (Booth et al. 2018). Un intervenant parle de «l’alimentation de l’âme”, de l’aliment comme «l’essence de l’unité familiale et culturelle. Quand ça c’est rompu, parce que tout le reste est aussi rompu, se rompt une partie de l’âme, et nourrir l’âme à nouveau est très difficile». D’où l’importance d’une «activité communautaire» qui tient compte de la «fragilité« de cette population et des liens entre les différents problèmes qu’elle vit.

40De ce point de vue, une pratique alternative avec ses fondements critiques, est un processus de co-construction mis en place avec les individus (Healy 2001). Selon García Roca, (2007 :207) « L’important n’est pas ce que nous pouvons pour eux, mais plutôt qu’est-ce que nous sommes disposés à faire vis-à-vis d’eux, avec eux et en collaboration avec eux : sans eux aucun problème n’a de solution ». Pour un intervenant, «l’important c’est que nous puissions penser ensemble avec tous et toutes, si le système fonctionne», pour «proposer des alternatives» face à un système dans lequel «nous sommes depuis longtemps».

41Les trois types de pratique présentés ici, les pratiques traditionnelles, nouvelles et alternatives, sont déployés dans les deux territoires de Barcelone dans lesquels nous avons mené la recherche. Cependant, certaines initiatives – telles que les jardins potagers communautaires – ne sont pas uniquement liées aux quartiers mais présentes au niveau de la ville dans son ensemble et même hors de la zone métropolitaine, pour l’essentiel en raison de la disponibilité de terrains cultivables. Même si les pratiques traditionnelles constituent toujours la porte d’entrée au circuit d’aide alimentaire et apportent une réponse immédiate aux besoins que présentent les individus, elles ne considèrent l’individu ni dans sa globalité, ni dans les différentes dimensions de son bien-être. Or, ces deux éléments sont centraux dans les pratiques alternatives, comprenant le système alimentaire dans sa globalité et insistant sur l’autonomie et le respect de la dignité des personnes. Ces pratiques peuvent cependant être peu accessibles à la population, car souvent, pour y accéder, les individus ciblés sont déjà passés par les pratiques traditionnelles et les nouvelles pratiques.

Conclusion

42Cet article met en évidence la pluralité de représentations, de discours et d’expériences qui existent autour de l’alimentation comme fait social total (Mauss 2009) lié à l’inégalité que vivent de nombreux individus du fait de la crise économique depuis 2008. Partager les récits formulés au fil de la recherche entre les individus concernés, les intervenants et les bénévoles a permis de repenser la démarche de recherche elle-même, passant d’une méthode conventionnelle à une méthode participative (Greenwood 2000). Celle-ci met au centre les expériences subjectives des individus en situation de précarité alimentaire (Bellot & Rivard 2013) et permet de repenser les objectifs pour qu’ils répondent aux « intérêts et attentes [de] tous les protagonistes » (Techoueyres 2018 : 36).

43Les entretiens individuels, de même que les focus groupes, ont permis de faire apparaître les trois types de pratiques que nous avons identifiées, traditonnelles, nouvelles et alternatives, toutes les trois présentes à Barcelone. Le premier type de pratique traditionnelle, centré sur l’accès aux aliments, répond (jusqu’à un certain point) aux dimensions matérielle et corporelle du bien-être des sujets dans une situation d’urgence, mais présente des limites quant à la reconnaissance de l’autonomie en étant fondé sur le don. Ce don est, à son tour, lié à une conception moralisatrice qui tient les individus responsables de leur propre situation, favorisant leur humiliation et affaiblissant la reconnaissance de leurs droits. Dans le cadre de ces pratiques, les intervenants insistent sur le caractère fragmenté de la prise en compte des situations et sur la nature partielle des aides fournies, ce qui pousse les individus au déplacement permanent à la recherche de diverses ressources.

44La critique de ce type de pratique favorise l’émergence de ce que nous appelons des « pratiques nouvelles » qui, dans une contexte de crise, posent un regard plus holistique sur les individus, tout en reconnaissant l’interrelation des différentes sphères qui composent leur vie et l’effet plus large sur leur bien-être. Cependant, si ce type de réponse reconnaît certaines particularités alimentaires et favorise la liberté de choix, cette conception demeure limitée par le contrôle qu’exercent les intervenants à travers la carte-porte-monnaie, comme le soulignent autant les sujets de l’aide que les intervenants rencontrés.

45Le troisième type de pratique «alternative» est fondé sur la mobilisation citoyenne et répond à la nécessaire transformation du système d’aide alimentaire hégémonique, qui continue à être fondé, en dépit des modifications introduites par les pratiques «nouvelles», sur un modèle ayant de fortes connotations caritatives et bénéfico-assistancielles. Ces pratiques alternatives tiennent compte du vécu global de la précarisation et conçoit cette réalité comme pouvant être transformée pour garantir le droit à l’autogestion.

46Comme exemple de ce dernier type de pratique, les ateliers de cuisine collective, dans lesquels les participants négocient collectivement et relient ensemble toutes les parties du processus alimentaire — l’obtention, l’élaboration et la consommation des aliments —, montrent comment leur effet peut être significatif dans toutes les dimensions du bien-être. Dans ce contexte, le fait alimentaire se complexifie et s’articule avec le pouvoir décisionnel, l’autonomie, la dignité et le droit à l’alimentation reconnu à tous les individus. 

47Ce type de réponse met en question la prétendue neutralité qui régissait auparavant l’analyse des problèmes sociaux, comme le reflète le premier type de pratique. Le rôle de l’intervenant dans ce contexte se centre sur la critique d’un système générateur d’inégalités, dans une perspective structurelle qui défend le changement social et la lutte pour la démocratie alimentaire. C’est aussi ce que reflète l’expérience des jardins potagers communautaires mais, malheureusement, leur développement demeure limité et de caractère discrétionnaire, dans la mesure où il n’est pas garanti qu’ils puissent être mis sur pied pour tous les individus qui se trouvent en situation de précarisation alimentaire. 

48Par ce texte, nous souhaitons avoir montré les opportunités, les limites et les défis des pratiques destinées aux individus en situation de précarité alimentaire dans la ville de Barcelone. Or, cette réalité dynamique s’aggrave dans le contexte actuel d’urgence sanitaire du COVD-19, et demande d’être repensée. Une réflexion doit être menée conjointement avec tous les acteurs si nous voulons construire des solutions fondées sur la responsabilité collective, tout en transformant les hiérarchies qui limitent l’accès égal de toutes les personnes à une alimentation permettant la dignité, ainsi que la reconnaissance de leurs savoirs et de leur capacité d’autodétermination dans une optique d’autonomie alimentaire.

49Les dernières étapes de la recherche ont été orientées dans cette direction afin de créer des espaces de dialogue permettant d’échanger les expériences des individus, des intervenants, des bénévoles et des chercheurs. Ceci nous a amenés vers l’étape dans laquelle nous nous retrouvons actuellement, à la demande des participants eux-mêmes, c’est-à-dire, le développement d’un groupe de réflexion-action dans chaque territoire pour entamer un processus autonome qui puisse réduire les inégalités alimentaires et renforcer la capacité d’action des divers organismes d’entraide alimentaire.

Top of page

Bibliography

AGENCIA DE SALUD PÚBLICA DE BARCELONA 2015. « La Salut a Barcelona 2015 » Barcelone, ASPB, consulté le 10 Mars 2020 : [https://www.aspb.cat/wp-content/uploads/2016/11/Informe-Salut-2015.pdf].

ANADÓN, M. & COUTURE C. 2007. « Présentation : La recherche participative, une préoccupation toujours vivace », in M. Anadón (dir.) La recherche participative. Multiples regards: 3-7. Quebec : Presses de l’Université du Québec.

BARBIER J. 2005. « La précarité́, une catégorie française à l'épreuve de la comparaison internationale », Revue Française de Sociologie 46(2) : 351-371.

BEISCHER AS. & CORBETT J. 2016. « Food justice as a response to hunger on our Canadian foodscapes: How a community-gleaning project is addressing depoliticized food insecurity through a food justice praxis », Justice spatiale - Spatial justice, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR LAVUE 7218, Laboratoire Mosaïques, Food justice and agriculture 9, consulté le 1 Mars 2020 : [http://www.jssj.org/article/la-justice-alimentaire-comme-reponse-a-la-faim-dans-les-paysages-alimentaires-canadiens/].

BELLOT C. & RIVARD J. 2013. « La reconnaissance: un enjeu au coeur de la recherche participative », Nouvelles Pratiques Sociales 25 (2) : 105-124. 

BERTI F., DURAN P., FOURNIER A., LLOBET M., MAGAÑA C.R., MAZAEFF Ch., MCALL C., MYAUX D., NGNAFEU M., PEÑAFIEL M., REGIMBAL F., RONDEAU S.O., SERRE A., SOUCISSE F. & VILLET, C. (Collectif en sécurité alimentaire du Réseau des villes et régions laboratoires du CREMIS) 2017. « Pour une approche globale et solidaire en sécurité alimentaire », Revue du CREMIS 10(1) : 44-51.

BERTRÁN VILÀ, M. 2010. « Acercamiento antropológico de la alimentación y salud en México », Physis 20 [2] : 387-411.

BOOTH S., POLLARD C., COVENEY J. & GOODWIN-SMITH I. 2018. « “Sustainable” Rather Than “Subsistence” Food Assistance Solutions to Food Insecurity: South Australian Recipients’ Perspectives on Traditional and Social Enterprise Models », International Journal of Environmental Research and Public Health 15(10): 2086.

BRITOS S. 2002. « La alimentación en tiempos de crisis. Intervenciones sociales en relación con los precios de alimentos », Arch. argent. pediatr 100(5): 402-411.

CARAHER M. & FUREY S. 2018. The Economics of Emergency Food Aid Provision. A Financial, Social and Cultural Perspective. Basingstoke, UK : Palgrave Pivot.

CARY P. & ROI CR. 2013. « L'assistance entre charité et soupçon. Sur la distribution alimentaire dans une petite ville du Nord de la France », Revue du MAUSS 41(1): 327-346, consulté le 20 Janvier 2019 : [https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2013-1-page-327.htm].

CASADÓ L. & GARCÍA M. 2015. « Realidades y alternativas de consumo alimentario frente a la “crisis” » a Actas del IV Congreso Internacional ODELA. Otras Maneras de comer. Elecciones/convicciones/restricciones: 26-43, Barcelona, Universitat de Barcelona.

CONTRERAS HERNÁNDEZ J. & GRACIA ARNÁIZ M. 2005. Alimentación y cultura. Perspectivas antropológicas. Barcelona : Ariel.

CORTINA A. 2007. « Ethica cordis », Isegoría 37 : 113-126.

CRENN CH., HASSOUN J. P. & MEDINA X. 2010. « Introduction: Repenser et réimaginer l’acte alimentaire en situations de migration », Anthropology of food [En ligne], 7 | December 2010, mis en ligne le 25 décembre 2010, consulté le 12 décembre 2020. URL: http://journals.openedition.org/aof/6672; DOI: https://doi.org/10.4000/aof.6672

DE GARINE I. 2016. Antropología de la alimentación. Guadalajara: Universidad de Guadalajara.

DÍAZ MÉNDEZ C., GARCÍA ESPEJO I. & GARCÍA OTERO S. 2019. « Contextos de privación y crisis en España », in M. Llobet, P. Durán, C.R. Magaña & A. Muñoz (coords.) (Re)pensando los retos alimentarios desde las ciencias sociales: 41-55. Barcelona : Editorial UOC.

DÍAZ MÉNDEZ C., GARCÍA ESPEJO I. & GARCÍA OTERO S. 2018. « Discursos sobre la escasez: estrategias de gestión de la privación alimentaria en tiempos de crisis ». Empiria 40 : 85-105.

DOUGLAS, M. 1973. Pureza y peligro. Un análisis de los conceptos de contaminación y tabú. Madrid : Editorial Siglo XXI.

DOWLER E. 2002. « Food and Poverty in Britain: Rights and Responsibilities », Social Policy & Administration 36(6) : 698-717.

DURÁN P., MUÑOZ A., LLOBET M. & MAGAÑA C.R. (sous presse_a) « Pauvreté alimentaire à Barcelone et injustices épistémiques : L’utilité sociale de la recherche et l’usage de méthodologies participatives », in B. Godrie & M. Dos Santos (éds.) Injustices épistémiques: Comment les comprendre ? Comment les réduire ? Québec: Éditions Science et Bien commun.

DURÁN P., MUÑOZ A., LLOBET M. & MAGAÑA C.R. (sous presse_b). « Alimentación y desigualdad en Barcelona: itinerarios de precarización y respuestas ante la crisis » in M. Gracia & L. Casadó (coord.) (In)seguridad alimentaria en contextos de precarización: privaciones, recursos y estrategias de subsistencia. Revista de Antropología social, Madrid: Universidad Complutense de Madrid.

EGBE M. & MONTSERRAT-MAS M. 2014. « Hacer frente a la precarización alimentaria en la provincia de Tarragona; estrategias, fronteras y diálogos », Actas del XIII Congreso de Antropología de la FAAEE : 1698-1722. Tarragona : Universitat Rovira i Virgili.

EZPELETA N. & GÓMEZ-QUINTERO JD. 2012. « De la pobreza a la exclusión : un camino por los discursos teóricos y las prácticas sociales en el contexto de la crisis económica actual », in Aragón en un mundo en crisis : cultura y ciudadanía, Jornadas Aragonesas de Sociología: 05-336. Zaragoza : Universidad de Zaragoza.

GARCÍA ROCA J. 2007. « La revancha del sujeto », Documentación social 145 : 37-52.

GARCÍA ROCA J. 2006. « Relatos, metáforas y dilemas para transformar las exclusiones », in F. Vidal Fernandez (dir.) V Informe FUHEM de políticas sociales: La exclusión social y el estado del bienestar en España: 9-27. Madrid : FUHEM.

GARCÍA ROCA J. 2004. « La condición humana y los relatos de vida », Iglesia viva: revista de pensamiento cristiano 220 : 9-24.

GARROW E. E. & HASENFELD Y. 2017. « The Epistemological Challenges of Social Work Intervention Research », Research on Social Work Practice 27(4) : 494-502.

GÓMEZ GARRIDO M., CARBONERO GAMUNDÍ M.A. & VILADRICH A. 2019. « The role of grassroots food banks in building political solidarity with vulnerable people », European Societies 21(5) : 753-773.

GÓMEZ-HERNÁNDEZ E. 2015. « Trabajo Social Decolonial », XXI Seminario Latinoamericano de Escuelas de Trabajo Social, La formación profesional en Trabajo Social: Avances y tensiones en el contexto de América Latina y el Caribe. A 50 años del Movimiento de reconceptualización. México, consulté le 20 Décembre 2019 : [http://www.fts.uner.edu.ar/secretarias/academica/catedras_en_linea/tfoi/2017/Trabajo%20Social%20decolonial%20Esperanza%20Gomez-Hernandez%20%20octubre%202015%20(1).pdf].

GRACIA, M. & CASADÓ, L. 2019. « Obesidad como epítome de la precarización: prácticas alimentarias y cuerpos precarios en Cataluña », in M. Llobet, P. Durán, C.R. Magaña & A. Muñoz (coords.) (Re)pensando los retos alimentarios desde las ciencias sociales: 107-124. Barcelona : Editorial UOC.

GRACIA ARNÁIZ, M. 2019. « Itinerarios alimentarios en contextos de precarización: otras formas de comer, otras formas de vivir », in M.L.M Bosi, S.D. Prado; A. Amparo-Santos, (comps.) Cidade, corpo e alimentação: aproximações interdisciplinares, consulté le 17 de noviembre de 2020: [https://doi.org/10.7476/9786556300108.0013]

GRACIA ARNÁIZ, M. 2015. « Comer en tiempo de crisis: Nuevos contextos alimentarios y de salud en España », Revista Arxiu d'Etnografia de Catalunya 15 : 155-159.

GREENWOOD D. 2000. « De la observación a la investigación-acción participativa: una visión crítica de las prácticas antropológicas », Revista de Antropología Social 9 : 27-49

HEALY, K. 2001. Trabajo social : perspectivas contemporáneas. Madrid: Ediciones Morata, s.l.

HERMIDA M. E. 2017. « El Estado, el poder y la política en los estudios poscoloniales y el enfoque descolonial. Aportes para el Trabajo social», in M. E. Hermida & P. Meschini (comps.), Trabajo social y descolonialidad. Epistemologías insurgentes para la intervención en lo social : 155-199. Rosario : Eudem.

HORST H.V., PASCUCCI S. & BOL W. 2014. « The “dark side” of food banks? Exploring emotional responses of food bank receivers in the Netherlands », British Food Journal 116(9) : 1506-1520.

JACOBSON M. 2007. « Food Matters », Journal of Community Practice 15(3) : 37-55.

KAISER M L., HIMMELHEBER S., MILLER S. & HAYWARD R.A. 2015. « Cultivators of Change: Food Justice in Social Work Education », Social Work Education 34(5) : 544-557.

KNEZEVIC I., HUNTER H., WATT C., WILLIAMS P. & ANDERSON B. 2014. « Food insecurity and participation », Critical Discourse Studies 11(2): 230-245.

LLOBET M., DURÁN P., MAGAÑA C.R. & MUÑOZ A. 2019. « Respuestas, prácticas y formas de intervención en Trabajo social: (Re)pensando entre todos los actores la ayuda alimentaria en Barcelona » in E. Sobremonte de Mendicuti & A. Rodríguez Berrio (éds.) El Trabajo social en un mundo en transformación. ¿Distintas realidades o nuevos relatos para la intervención? Tome I: 317-352. Valencia : Editorial Tirant Lo Blanc.

LLOBET M., DURÁN P., MAGAÑA C.R. & MUÑOZ A. 2019a. « Introducción » in M. Llobet, P. Durán, C.R. Magaña & A. Muñoz (coords.) (Re)pensando los retos alimentarios desde las ciencias sociales: 23-40. Barcelona : Editorial UOC.

LLOBET M., DURÁN P., MAGAÑA C.R. & MUÑOZ A. 2019b. « Alimentación y crisis en Barcelona : precarización, estrategias de afrontamiento y sus respuestas » in M. Llobet, P. Durán, C.R. Magaña & A. Muñoz (coords.) (Re)pensando los retos alimentarios desde las ciencias sociales: 77-105. Barcelona : Editorial UOC.

LLOBET M., DURÁN P., & MAGAÑA C.R. 2017. La seguretat alimentària a Barcelona des d’un enfocament global i no reduccionista de les necessitats. Informe Ajuntament de Barcelona. Barcelona : Universitat de Barcelona.

MASULLO, A. & DUPUY, A. 2012. « Représentations et stratégies alimentaires des personnes en situation de précarité ». Lettre scientifique nº 4. Fonds Français pour l’alimentation et la santé.

MAUSS M. 2009. Ensayo sobre el don. Forma y función del intercambio en las sociedades arcaicas. Madrid : Katz Editores.

MAYOS G. 2016. « Vunerabilidad, precarización y cambio social. Del capitalismo nofordista al postfordista », in F. Bertini Pasquot & M. F. Salcedo (éds.) Law and Vulnerabilitiy: 90-122. Pumpulha : CAPES, FAPEMIG, UFMG.

MCALL C. 2017. « Des brèches dans le mur: inégalités sociales, sociologie et savoirs d’expérience », Sociologie et sociétés 49 (1) : 89-117.

MCALL C., VAN DE VELDE C., CHAREST R., DUPÉRÉ S., RONCAROLO F., MCCLURE G., RÉGIMBAL F., LUPIEN PL., MAZAEFF C., VILLET C., NGNAFEU M., LLOBET M., DURAN MONFORT P. & BERTI F. 2015. « Inégalités sociales et insécurité́ alimentaire: Réduction identitaire et approche globale », Revue du CREMIS 2(8) : 28-34.

MCALL C., FOURNIER A. & GODRIE B. 2014. « Vivre et survivre à domicile : le bien-être en cinq dimensions », Revue du CREMIS 7(2) : 4-8.

MEDINA X., AGUILAR A. & FORNONS D. 2015. « Alimentación, cultura y economía. Los efectos de la crisis socioeconómica en la alimentación en Cataluña (España) ». Sociedade e Cultura, 1(18) : 55-64.

MONTAGUT X. & GASCÓN J. 2014. Alimentos desperdiciados: un análisis del derroche alimentario desde la soberanía alimentaria. Barcelona : Icaria.

NOGUÉS L. & CABRERA P. 2017. « En España hay hambre : el derecho a la nutrición », Cuadernos de Trabajo Social 30(1) : 11-16.

PATUREL D. & BRICAS N. 2019. «Pour une réforme de nos solidarités alimentaires», So What?, Chaire Unesco alimentations du monde 9.

PATUREL D. 2017. « Insécurité alimentaire et précarité alimentaire », États Généraux de l’Alimentation, Atelier 12, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, FRA.

PAUGAM S. 2007. Las formas elementales de la pobreza. Madrid : Alianza Editorial.

PELEGRÍ X. 2004. « El poder en el trabajo social: una aproximación desde Foucault », Cuadernos de Trabajo Social 17: 21-43.

POLLARD C. & BOOTH S. 2019. « Food Insecurity and Hunger in Rich Countries. It Is Time for Action against Inequality », Int. J. Environ. Res. Public Health 16(10): 1804.

POMAR A. & TENDERO G. 2015. Ja volem el pa sencer. Respostes a la pobresa alimentària en clau de sobirania alimentària. Barcelona: ASAC.

RASTAS A. 2005. « Racializing categorization among young people in Finland », Young 13(2) : 147-166.

RENES V., FUENTES P., RUIZ E. & JARÁIZ G. 2007. « Realidad, pensamiento e intervención social », Documentación Social 145 : 11-36.

RICHES G. 2011. « Thinking and acting outside the charitable food box: hunger and the right to food in rich societies », Development in Practice 4-5(21) : 768-775. DOI: 10.1080/09614524.2011.561295.

RICHES G. 2003. « The Human Right to Food : Engaging the Debate about Globalization, Employment and the Quality of Life », Paper for FAO Right to Food, consulté le 20 Septembre 2019 : [http://www.fao.org/eims/secretariat/right_to_food/showDocument.asp?doc_id=213064&main=false&name=Riches%20The%20Human%20Right%20to%20Food.doc].

RICHES G. 1999. « Advancing the human right to food in Canada: Social policy and the politics of hunger, welfare, and food security », Agriculture and Human Values 16(2) : 203-211.

SEN A. 2000. Desarrollo y libertad. Buenos Aires : Grupo Planeta. 

SILVASTI T. 2014. « Participatory alternatives for charity food delivery? Finnish development in an international comparison », in A.-L. Matthies & L. Uggerhøj (éds.) Participation, Marginalization and Welfare Services: Concepts, Politics and Practices Across European Countries: 183-197. Farnhamn : Ashgate.

TECHOUEYRES I. 2018. « Réflexions à partir de la recherche interventionnelle ECOALES-Uniterres : accès à une alimentation en circuit court de proximité dans l'aide alimentaire », Forum 153(1) : 35-43.

ZURDO A. & LÓPEZ DE LA NIETA M. 2013. « Estrategias e imágenes sobre la crisis en el espacio social de la “nueva pobreza”. Representaciones sociales y atribuciones causales », Cuadernos de relacio­nes laborales 31(2) : 383-433.

Top of page

Notes

1 Cette recherche a été développée dans une perspective comparative avec d’autres villes – Montréal, Mulhouse, Sienne et Bruxelles – et elle est fondée sur la collaboration entre le CREMIS (Centre de Recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations), associé à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal, qui coordonne le projet, l’Université de Sienne, l’École supérieure de Praxis sociale de Mulhouse et la Fédération des services sociaux de Bruxelles.

2 Abordé plus en profondeur dans Durán, Muñoz, Llobet & Magaña (sous presse).

3 Voir aussi  Llobet, Durán, Magaña & Muñoz (2019b) et Durán, Muñoz, Llobet & Magaña (sous presse_b)

4 Récit traduit de l’original en catalan.

5 Ibidem.

6 Récit traduit de l’original en catalan.

7 Ibidem

8 Pour ce type de pratique, voir Llobet, Durán, Magaña-González & Muñoz (2019_a).

9 Les jardins potagers communautaires, par exemple, se présentent comme des initiatives qui surgissent de l’auto-organisation de la communauté en marge des administrations et des projets des organismes sociaux. Ce sont des initiatives qui viennent de la base et qui ne sont pas liées à l’Administration publique. Ce sont des projets ayant un fond politique et social visant à obtenir une transformation sociale, car il s’agit d’espaces horizontaux dans lesquels les décisions sont prises en assemblée. Ils ne sont pas dirigés par des professionnels du secteur de l’intervention sociale, mais par des militants, ou des bénévoles, plus ou moins impliqués dans le projet et qui participent en égalité de conditions avec les autres participants.

10 La PAH (Plataforma de afectados por las hipotecas – Plateforme des victimes des emprunts fonciers) est un mouvement de propriétaires et de locataires qui, suite à la crise économique de 2008, ne peuvent pas rembourser leurs emprunts ou payer leur loyer. Ils se sont organisés pour arrêter les expulsions, négocier avec les banques des loyers sociaux et faire pression sur les pouvoirs publics pour défendre le droit au logement.

11 Ibidem

Top of page

List of illustrations

URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11112/img-2.png
File image/png, 52k
Title Figure 2 : Territoires de la recherche
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11112/img-3.jpg
File image/jpeg, 46k
Title Figure 3 : Étapes de la recherche
Credits Source. Élaboration propre
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11112/img-4.png
File image/png, 225k
Title Figura 4: Inégalité et alimentation
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11112/img-5.png
File image/png, 771k
Top of page

References

Electronic reference

Marta Llobet Estany, Paula Durán Monfort, Claudia Rocío Magaña González, Araceli Muñoz García and Eugenia Piola Simioli, « Précarisation alimentaire et bien-être : réponses et pratiques pour lutter contre l'insécurité alimentaire à Barcelone », Anthropology of food [Online], S15 | 2020, Online since 30 December 2020, connection on 09 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/aof/11112 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.11112

Top of page

About the authors

Marta Llobet Estany

Sociologue et travailleuse sociale, Université de Barcelone, UFR de Travail social, Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables, mllobet@ub.edu

By this author

Paula Durán Monfort

Anthropologue et travailleuse sociale, Université de Barcelone, UFR de Travail social, Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables, paula.duran@ub.edu

By this author

Claudia Rocío Magaña González

Anthropologue sociale, Université de Barcelone, UFR de Travail social, Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables et Observatoire de l’alimentation ODELA, claudia.magana@ub.edu

By this author

Araceli Muñoz García

Anthropologue et sociologue, Université de Barcelone, UFR de Travail social, Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables, aracelimunoz67@ub.edu

By this author

Eugenia Piola Simioli

Sociologue, Université de Barcelone, UFR de Travail social, Équipe de recherche sur l'alimentation dans des contextes vulnérables, eugeniapiola@ub.edu

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search