Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S15Se positionner aux côtés des pers...

Se positionner aux côtés des personnes

Des expériences alsaciennes en sécurité alimentaire, entre réduction identitaire et reconnaissance sociale
Siding with people. Alsatian experiences in food security, between identity reduction and social recognition
Cyril Villet and Manuella Ngnafeu

Abstracts

This article is based on researches conducted in Mulhouse, France, between 2015 and 2018 on food insecurity. In order to better understand the relationship to food for vulnerable groups, some sixty semi-directive interviews were conducted with elderly people and single-parent families receiving food aid, supplemented by interviews with actors from organizations in this sector. Analysis of the results shows that food aid, while providing people with concrete responses, particularly material, can sometimes be a source of suffering. Indeed, the process of requesting aid as well as the interactions with food aid actors can be experienced as a process of designation and objectification that tends to reduce people to a role of assisted. In doing so, these processes erode people's resources and capacities. On the contrary, food and food aid practices can be seen as levers for restoring social ties, and they represent a real issue of social recognition for these groups.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Le projet s’est construit avec le CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités social (...)

1Cet article propose de rendre compte de la place qu’occupe l’alimentation dans la vie des publics susceptibles de vivre l’insécurité alimentaire. La recherche qui en est le support, menée de 2015 à 2018 à Mulhouse, ambitionne d’identifier et de décrire les approches et interventions les plus en mesure de répondre de manière globale et non-réductrice à leurs besoins1. Rendre compte des formes de réponses qui permettent de ne pas réduire les individus à de simples consommateurs d’aide alimentaire, afin qu’ils soient accueillis dans leur multidimensionnalité (McAll et al. 2015). Parmi les publics les plus enclins à recourir aux services d’aide alimentaire se retrouvent notamment les familles monoparentales et les personnes âgées. Dans cet article, le choix est fait de considérer simultanément ces deux publics a priori hétérogènes pour mieux mettre en lumière les processus d’homogénéisation réductrice à l’œuvre dans le champ de l’aide alimentaire. La méthodologie est fondée sur la nécessité de considérer la parole des personnes elles-mêmes, la manière dont elles se représentent leur situation, ainsi que la place qu’occupe l’alimentation dans leur vie quotidienne. Les entretiens réalisés (auprès des bénéficiaires d’aide alimentaire et intervenants du secteur) permettent de rendre compte des soutiens et ressources auxquels les personnes ont recours. L’article défend une approche globale visant la consolidation du bien-être en cinq dimensions permettant une lecture plus globale de l’impact de l’insécurité alimentaire dans la vie des personnes. C’est au prisme de cette grille de lecture du bien-être (Fournier, Godrie & McAll 2014) que nous proposons d’apprécier les discours partagés par les personnes. Le bien-être s’y articule autour des 5 dimensions suivantes :

2-matérielle : conditions matérielles de l’existence (logement, revenus, etc.)

3-relationnelle : inscription de la personne dans des réseaux (familiaux, amicaux, professionnels, de voisinage, etc.)

4-corporelle : rapport à son corps, problématiques de santé, limitations fonctionnelles

5-décisionnelle : capacité à faire des choix pour soi-même, « goût de liberté (…) [et] volonté de se faire reconnaître un savoir expérientiel dans la définition de ses besoins. » (ibid. : 55)

6-temporelle : « profondeur temporelle » de la vie, inscription dans une histoire et capacité à se projeter dans un avenir

7Les résultats présentés plus bas, après la présentation du contexte de la recherche ainsi que les éléments de cadrage, montrent que l’aide alimentaire fournie, si elle apporte aux personnes des réponses concrètes, notamment matérielles, peut parfois constituer une source de souffrance. Les parcours de demande d’aide ainsi que les interactions avec les acteurs de l’aide alimentaire peuvent être appréhendés comme un processus d’homogénéisation réductrice dans lequel les personnes se voient assigner un statut d’« assisté » d’une part et leurs singularités sont gommées d’autre part. A l’inverse, l’article montre que les pratiques en aide alimentaire peuvent, en considérant les ressources et capacités des personnes, se penser comme des leviers pour restaurer le lien social, et constituer enfin un véritable enjeu de reconnaissance sociale pour ces publics.

Eléments de cadrage

Le contexte mulhousien

8La recherche s’est déroulée à Mulhouse, commune du Haut-Rhin de 108.999 habitants (recensement INSEE en 2016), ville confrontée ces dernières années à une forte précarisation de sa population. En 2016, elle apparait comme une des villes les plus pauvres de France métropolitaine ; le tiers de sa population est considérée comme pauvre (Mazery 2016). Des études montrent que les revenus des ménages mulhousiens, inférieurs à ceux de l’agglomération mulhousienne, de la région et de la France, ont tendance à stagner, alors que les autres augmentent depuis 2007 (AURM 2015b). Même si l’espérance de vie a progressé rapidement en Alsace depuis 30 ans, la population mulhousienne présente un état de santé plus dégradé que la moyenne régionale (AURM 2015a). A Mulhouse, les mauvais indicateurs socio-sanitaires s’observent à tous les âges, « même dès la période périnatale » (ibid. : 6).

9Par ailleurs, si les choix de consommation des ménages dépendent de leurs préférences, les contraintes budgétaires fortes doivent amener à penser en termes de revenus arbitrables, hors loyers, dépenses énergétiques, assurances (DREES 2018). Les ménages les plus modestes consacrent ainsi à l'alimentation une part de plus en plus restreinte de leurs dépenses de consommation et faire face aux dépenses alimentaires devient de plus en plus difficile (INSEE 2013). En rapport à ces enjeux de fragilisation et de restrictions des dépenses consacrées à l’alimentation, nous avons identifié à Mulhouse deux publics susceptibles d’avoir recours à l’aide alimentaire : les personnes âgées et les personnes responsables de familles monoparentales.

Les personnes âgées et familles monoparentales : des publics fragiles

10Sans être nécessairement pauvres financièrement, les personnes seules retraitées et les familles monoparentales subissent des privations importantes et feraient « l’expérience d’une forme d’invisibilité sociétale » (ONPES 2016 : 8). Pour les premières, le passage à la retraite et la perte du conjoint engendrent généralement une diminution des revenus. A Mulhouse cependant, les personnes âgées sont identifiées dans le contrat local de santé (CLS) comme un public particulièrement fragile, sujet d’une importante mortalité prématurée, causée par la forte prévalence de certaines pathologies. Mulhouse et les deux départements alsaciens doivent ainsi « faire face au vieillissement des populations et à leur mauvais état de santé », leur niveau de dépendance est plus élevé que la moyenne nationale (VDM 2015) ; ils perçoivent l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et vivent en établissement spécialisé plus fréquemment.

11Enfin, si en France « le pauvre est plus souvent une mère élevant seule ses enfants » (ONPES 2012 : 3), les comportements alimentaires des familles en insécurité alimentaire semblent particulièrement méconnus, que ce soient leurs habitudes d’achats ou leurs comportements de privation (Marquis 2012).

Cadrage théorique

12La précarité, plus qu’un état, est une épreuve (Paugam 2011) dans laquelle se négocie, se façonne l’identité de ceux qui en sont l’objet (Demazière 2007). Les démarches de demande d’aide au contact des organisations et intervenants sociaux constituent dans ce sens autant de scènes identitaires où il s’agit de « se raconter mais aussi de rendre des comptes » (ibid. : 88). Dans ce cadre, il s’agit pour les bénéficiaires de mettre en jeu « leur vie même en tant que récit » (Fassin 2000 : 956). Ceux qui formulent ces demandes ressentent souvent de la honte (De Gaulejac 2011) et sont soumis au discrédit (Paugam 1991).

13Par conséquent, au-delà des conditions matérielles qui impactent le quotidien des personnes, se centrer sur la précarité nécessite de considérer les représentations, notamment celles que les personnes se font d’elles-mêmes, qu’elles construisent dans leurs interactions avec les autres. Celles-ci « se situent dans le registre de la dévalorisation, dans le sentiment d’être en dehors » (ONPES 2016 : 151). Faire le choix d’étudier l’insécurité alimentaire consiste à prêter attention, au-delà des questions de qualité/quantité des denrées alimentaires et de leur accessibilité (Bricas 2012), au caractère socialement acceptable du mode d’approvisionnement (Radimer et al. 1992). Si les pratiques alimentaires sont au fondement de l’identité (Corbeau & Poulain 2002 ; Poulain 2013) dans le sens où elle renvoie chacun à son histoire personnelle et familiale (Régnier 2006), elles apparaissent également « au cœur du problème de la pauvreté » (Delavigne & Montagne 2008).

14Dans cette optique, recourir à l’aide alimentaire peut être une source de souffrance et être vécu comme potentiellement stigmatisant (Goffman 1963 ; Kleinman & Hall-Clifford, 2009). Les démarches nécessaires pour bénéficier de l’aide alimentaire peuvent être considérées comme participant d’un processus d’objectivation (Simmel 1998) auquel l’individu doit se conformer. Plusieurs postures seraient dès lors possible : la conformité implique que la personne accepte l’aide telle qu’elle est donnée ; le conflit implique qu’elle soit en capacité de débattre des règles associées alors que la disparition correspond au choix d’un individu de se soustraire au processus d’aide (ONPES 2016). Cette disparition, dans laquelle on peut en partie reconnaitre les pratiques de non-recours (Warin 2010) est alors assimilée à une invisibilité problématique, notion qui insiste sur l’importance de la reconnaissance sociale et permet de montrer comment les situations de pauvreté et d’exclusion sont le résultat des relations sociales (ONPES 2016). Sans aller jusqu’à la disparition, le risque est grand que les pratiques d’aide alimentaires rendent invisibles certains pans de la problématique de l’insécurité alimentaire. Ainsi, les personnes qui bénéficient de l’aide alimentaire courent le risque d’être réduites à un trait connoté négativement. La personne dans sa globalité risque de disparaître derrière ce trait, avec son histoire, son identité et ses capacités (McAll et al. 2015). La question qui se pose dès lors est celle de la connaissance de cette problématique et son corollaire : comment mieux arrimer les dispositifs, leurs modalités mêmes, à ce que les gens disent et vivent réellement ?

Méthodologie

15Afin de ne pas projeter sur les personnes nos propres catégories du bien-être, il nous a semblé important de nous mettre à l’écoute des personnes elles-mêmes afin de recueillir leurs propres opinions. La carte de l’aide alimentaire à Mulhouse (voir ci-dessous figure 1), point de départ de notre enquête, distingue des services d’aide alimentaire qui sont proposés par des centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) et d’autres qui sont ouverts à tout habitant de la ville. A Mulhouse, depuis juin 2015, une sectorisation de l’aide alimentaire et une mise en réseau des quatre épiceries sociales du territoire tentent de voir le jour. Concrètement, la domiciliation de la personne implique l’orientation vers une épicerie solidaire de son secteur (gérées par Caritas, la Croix-Rouge ou le Secours populaire français). Au-delà de ces épiceries, 14 points de distribution sont répartis sur les différents quartiers et gérés parfois par d’autres associations caritatives (Conférence St-Vincent de Paul, Restos du cœur, etc.).

Figure 1 : Carte des secteurs épiceries solidaires et localisation des points de distribution d’aide alimentaire à Mulhouse

Figure 1 : Carte des secteurs épiceries solidaires et localisation des points de distribution d’aide alimentaire à Mulhouse

16Dans une première phase de l’enquête, des professionnels et bénévoles des associations d’aide alimentaire non-affiliées aux CHRS ont été rencontrés ainsi que dans des organismes qui orientent les personnes (service social de la ville de Mulhouse, pôles gérontologiques du conseil départemental, maison de l’autonomie ou encore caisse de retraite pour les personnes âgées). Ces interlocuteurs clés nous ont permis de nous familiariser avec la « philosophie » et les modalités de fonctionnement des associations d’une part et de recruter par la suite les interviewés. Au final, nous avons pu mener 30 entretiens avec des responsables de familles monoparentales et 34 avec des personnes âgées. Les mères sont très majoritaires dans le premier public (27 contre 3 pères seulement), leurs âges varient de 23 à 64 ans. Dans l’échantillon des personnes âgées, les femmes restent majoritaires (25 contre 9 hommes) et leurs âges vont de 60 à 84 ans. Ces bénéficiaires résident en grande partie dans les quartiers prioritaires de la ville de Mulhouse répartis principalement sur trois des quatre secteurs définis par la ville, ce qui veut dire que les discours recueillis renvoient à une diversité importante d’associations d’aide alimentaire. Les entrevues ont été réalisées de juin 2015 à septembre 2018, exclusivement auprès de personnes dont les aides alimentaires obtenues ne sont pas conditionnées au fait d’être hébergé par une association. Nous avons rencontré la plupart d’entre elles à leur domicile, les autres dans les locaux des organismes qu’elles fréquentent. La grille d’entretien utilisée auprès des bénéficiaires de l’aide alimentaire a été construite en évitant « le glissement vers le général » (McAll et al. 1994 : 4) ; l’objectif étant de permettre à la personne de livrer des informations concrètes sur ses pratiques alimentaires au quotidien, les entretiens ont été menés en demandant à la personne de raconter sa journée d’hier sur le plan de l’alimentation. Ceci a permis d’aborder les différentes dimensions de l’alimentation, la manière dont les gens s’approvisionnent et comment ses réalités sont vécues au regard des cinq dimensions du bien-être (matérielle, relationnelle, corporelle, décisionnelle et temporelle).

17Ces rencontres avec les bénéficiaires ont été complétées par la réalisation d’observations directes et participantes dans les associations dispensant de l’aide alimentaire (atelier-cuisine dans une épicerie sociale et solidaire par exemple) et la réalisation d’entretiens avec des interlocuteurs clés (bénévoles, intervenants sociaux et responsables d’organisations). Des éléments précieux ont par ailleurs été collectés par la participation à différentes réunions et l’analyse de documents institutionnels en lien avec des projets locaux (Projet Alimentaire Territorial, conseil de l’aide alimentaire de la ville de Mulhouse).

Résultats 

Les personnes âgées : comment conserver le goût pour l’alimentation ?

18Le premier enjeu qui ressort des entretiens avec les personnes âgées est celui de l’isolement, et ses conséquences directes sur l’alimentation. Pour une des personnes rencontrées : « l’envie de cuisiner est partie depuis que je suis seule. (...). Je n'ai plus faim comme dans le temps parce que si je n’ai personne, qu'est-ce que vous voulez que je fasse ». La solitude est ressentie par plusieurs d’entre elles et pour y remédier, certaines personnes ont recours à certaines astuces ; une personne nous confie : « je mets la photo de mon petit-fils sur la table et je lui dis : tu manges avec mamie aujourd’hui ! ». Face à l’isolement, certaines personnes ressentent de la mélancolie, et notamment pendant les repas, cela par manque de convivialité, comme indiqué par une diététicienne d’une caisse de retraite : « quand on est seul, on a un appétit moindre, plus on est nombreux à table plus on mange. La convivialité est un facteur d’appétit ». Cette professionnelle reconnaît les risques auxquels sont exposées les personnes seules : « Les personnes seules, c’est une population qui se fragilise, clairement… il y a la notion de plaisir de manger qui disparait et ça tôt ou tard ça devient dangereux… ».

19Cependant, si la solitude génère chez certaines personnes de la souffrance, chez d’autres elle peut être supportée, voire souhaitée : « Je suis seule mais j’aime bien un peu de solitude, ça ne me dérange pas ». Alors que l’état de santé des personnes rencontrées peut fragiliser leur capacité à s’approvisionner, les soutiens dont elles peuvent bénéficier dans leur entourage apparaissent essentiels. Pour beaucoup, la famille constitue un rempart à cette difficulté. Le plus souvent, il s’agit des enfants ou de la fratrie qui permettent de s’approvisionner plus facilement. Cependant, ces derniers peuvent être éloignés et difficilement sollicitables. Parfois, les histoires familiales ont mis les relations à l’épreuve et certaines personnes, même en grande difficulté, appréhendent les contacts avec la famille. Une personne raconte que le père de ses petits-enfants « ne veut plus de contacts avec nous » ; une autre, que son fils l’a « dépouillé de tout ce qu’[elle avait] ». Dans ce type de situation, le voisinage ou les relations amicales peuvent prendre le relais et fournir une aide non négligeable d’un point de vue matériel, ils deviennent alors une source de réconfort pour des personnes isolées ou en difficultés financières : « ma copine, des fois, elle me régale [...] comme j'aime bien les pâtes chinoises avec les fruits de mer, elle en fait mais alors là, l'enfer. Elle m'appelle, " ne mange pas ce soir, j'ai une surprise. " Mais je sais ce que c’est sa surprise, c'est drôlement bon ! ». Dans d’autres cas, cependant, cette ressource n’est pas présente, les voisins « ne se disent pas un mot » : « J'ai passé l'été où il faisait tellement chaud, où je suis même plus allée faire les commissions, j'étais seule, je marchais avec une canne, j'avais pas d'aide. Entre voisins de toute manière on se dit pas un mot ». Dans ce contexte, l’aide alimentaire peut être conçue comme une opportunité de rompre l’isolement dans lequel les personnes se trouvent plongées. Parfois, la fréquentation d’une association semble donner du sens au quotidien. Elle est l’occasion de faire des rencontres, de se rendre utile et de trouver une place dans un groupe :

20« Je suis venue ici, ça date d'une dizaine d'années. J'aurais du mal à ne plus venir parce que c'est mon jour de sortie, où je rencontre des gens, j'écoute leurs problèmes. J'avais aidé dans le temps un monsieur pour un logement, aussi dans les papiers. Si je peux aider… C'est là qu'on se rend compte qu'il y a des gens qui ont beaucoup de difficultés. Oui ça m'aide beaucoup. Je me lève mieux le matin, moi il me faut ça pour vivre. »

21Cependant, pour plusieurs personnes interviewées, la demande d’aide alimentaire dans les associations n’a rien d’évident. Selon une professionnelle, « il y a des personnes âgées, on sait qu’elles ne mangent pas et elles ne demanderont pas d’aide. Elles vont manger du pain quelque chose comme ça, parce qu’il y a le regard de l’autre ». De plus, ce type de demande d’aide a d’autant moins de chances d’être formulée dans une association où le taux de renouvellement des intervenants (turn-over) est important ; quand les personnes ont tissé des liens stables et fidèles et que l’assistant de service social change, elles hésitent à s’investir dans une autre relation : « on nous a changé nos assistantes, c'était plus celle que j'avais pendant longtemps, la relation a changé aussi ».

22D’autre part, dans certains dispositifs, l’obligation de participer à certains ateliers, en contrepartie de l’aide apportée, est parfois mal vécue : « On doit faire un atelier, il est obligatoire… C’est une punition, comme à l’école… » voire comme dénuée de sens : « Comment gérer 800€ quand on vit en famille ? Doit-on apprendre à gérer un tel montant ? (...) un tel montant ne se gère pas ! ». En ce qui concerne la nature des denrées délivrées et les conditions mêmes dans lesquelles celles-ci ont été données, il peut exister un décalage important entre les souhaits de la personne et les modalités de cette aide mise en place par les bénévoles : « Regardez ce qu'on m'a donné, (...) c'était moisi et ça je considère que c'est pas des aliments. Des pâtes ou du lait auraient été beaucoup mieux… du café j'en bois déjà pas, des gâteaux j'en mange pas. Et je n'y vais plus parce que j'ai eu honte ». Ici, la qualité des aliments fournis, le sentiment de honte et l’attitude perçue de la bénévole se conjuguent pour rendre ce type d’aide difficile à accepter. Une autre personne confirme « ne pas vouloir » ce type d’aide, « je préfère manger un bout de fromage et du pain. J'ai déjà honte de ma situation ». Enfin, comme l’ajoute une dernière, de toute manière « les vieux de ma génération n’osent pas demander de l’aide ».

  • 2 Sur ce public en particulier, voir César (2008)

23Les personnes âgées ne semblent pas être celles qui sollicitent en priorité l’aide alimentaire auprès des collectivités ou des associations mulhousiennes. Les différents gestionnaires ou bénévoles rencontrés reconnaissent rencontrer ce public mais de manière relativement limitée, comparé aux familles monoparentales (voire personnes étrangères ou déboutés du droit d’asile2). Cela dit, le bien-être relationnel semble particulièrement important pour ces personnes qui viennent chercher du réconfort et de l’écoute auprès des professionnels et bénévoles. Au-delà de l’aide alimentaire classique, délivrée dans les associations ou par les collectivités sous différentes formes (colis, épiceries solidaires, bons alimentaires), et des formes de soutien que les personnes trouvent dans leurs propres réseaux (familiaux et amicaux), elles délèguent parfois leur alimentation à des tiers. Dans ce cas, c’est l’autonomie de la personne qui peut être mise à mal, surtout chez les personnes qui reconnaissent prendre (ou qui prenaient) du plaisir à cuisiner et qui sont en capacité de se faire à manger pour elle-même. Malgré la volonté de préserver cette marge de liberté le plus longtemps possible, le portage de repas peut représenter un « contact humain » bienvenu : « Voilà, on n'est pas seul. A midi il y a le repas qui vient, on discute un peu, vite fait parce qu'ils ont la tournée à faire, mais on a un contact humain ». Certes, les temps de passage des porteurs de repas restent court mais les associations essaient de penser ces pratiques dans une approche globale comme allant au-delà de la seule question alimentaire. Il s’agit d’un repas à apporter à une personne, mais la dimension relationnelle semble prise en compte dans la formation même des intervenants comme l’explique ce responsable de service d’aide à domicile : « Être porteur ce n’est pas aussi simple qu’on pense, au départ, il faut qu’il ait la base de la connaissance de la personne âgée, il faut qu’il apprécie la personne âgée ». Une professionnelle insiste sur la vigilance nécessaire pour répondre aux désirs des personnes en termes d’alimentation :

24« quand le gestionnaire de cas a démarré on a demandé à la personne : qu’est-ce que vous aimez manger ? On y va au moment des repas et puis on constate que la dame ne voulait pas forcément manger [...] En parlant, on a appris qu’elle venait d’une famille très pauvre et qu’elle n’avait jamais mangé de viande (...) et les repas qu’on lui apportait à son domicile étaient à base de viande ! »

25Une approche globale, d’autant plus avec les publics spécifiques de notre enquête, semble requise pour comprendre les difficultés qu’ils rencontrent mais également pour mettre en place des actions adaptées aux personnes, qui seules permettront un mieux-être. Cette approche justifie une attention particulière à l’accueil des personnes, la manière d’entrer en relation avec elles et le diagnostic de leur situation et alimentation.

Les familles monoparentales : satisfaire les besoins des enfants sans perdre la face

26Plusieurs entretiens avec les responsables de familles monoparentales donnent à voir des situations de survie et une forme d’incertitude omniprésente au quotidien. Les personnes consacrent souvent une grande partie de leurs revenus aux remboursements des différentes dettes accumulées. Les liens sociaux se trouvent impactés par cette précarité, l’absence de diplômes et les niveaux scolaires peu élevés rendent par ailleurs l’accès à l’emploi difficile. Les emplois à temps partiel non choisis sont par ailleurs majoritaires chez les personnes rencontrées. Le quotidien de ses familles est dense ; du fait de leur situation de monoparentalité et de leur isolement social, les mères doivent prendre en charge les parcours scolaires de leurs enfants, se présenter aux différents rendez-vous avec les services sociaux et lieux de délivrance de l’aide alimentaire, à des moments qui leur sont imposés, ce qui peut représenter un frein immédiat dans leurs recherches d’emploi.

27Les interactions avec les intervenants sociaux constituent une épreuve ; dans les démarches qu’elles engagent pour trouver de l’aide alimentaire, elles doivent constamment prouver leur statut de « bon pauvre » et justifier leurs demandes : « J'ai rencontré une assistante sociale qui a été très désagréable parce que mon compagnon est handicapé, elle pensait que j'avais pas la nécessité d'avoir un colis alimentaire ». D’autres personnes rencontrées vont dans ce sens : « je trouve ça quand même honteux qu'on soit obligé de passer par des assistantes sociales qui nous fassent des petits billets et qu'on soit obligé d'aller pleurer pour pouvoir manger ». Une autre exprime qu’« il faut la faire la démarche d'y aller, parce qu'ils vous épargnent pas honnêtement », avant d’ajouter : « on m'a dit que je dois aller travailler. J'ai dit " ah bon ! je veux bien mais à mon âge, je fais quoi ? " ». Les nombreuses démarches à réaliser et les interactions avec les intervenants sociaux génèrent du stress. Nous avons pu percevoir combien il est attendu de leur part d’être considérées comme méritantes : « L’assistante sociale m'a dit " quand on est pauvre on n'a pas de télé " ». Les demandeurs doivent tenir le rôle attendu s’ils veulent obtenir l’aide demandée.

28Certaines personnes en grande difficulté préfèreront ne pas recourir à leurs droits plutôt que de se soumettre à des échanges jugés dégradant : « j'aime pas aller dans un bureau pour pleurer… ». Une personne s’étant rendu compte par elle-même qu’elle avait droit à une aide conclut à ce sujet : « elle a pas su me le dire, alors je fais les papiers moi-même. J'ai pas besoin d'aller voir une assistante sociale ! ». Une autre confie : « Pour les bons alimentaires, l'assistante sociale m'a dit ça marche pas comme ça, on peut pas vous faire ça ! J'ai dit tant pis, je vais plus jamais les voir ». A l’inverse, certaines personnes ont fini par s’habituer aux contraintes et désagréments de la demande d’aide alimentaire : « j'suis passé par l'assistante sociale… Tout ça a été fait en bonne et due forme... Dans les règles de l'art [sourire] Ah ouais, moi vous savez le social, ça fait des années que j'y suis et ça ne me dérange plus... ». Si faire une demande d’aide alimentaire, au-delà de quelques exceptions, représente une épreuve pour ces familles, la présence des enfants apparaît comme ce qui va permettre de franchir le cap : « quand je peux vraiment pas faire autrement, je vais demander aux services sociaux. C'est pas quelque chose que j'aime faire, (...) mais je me dis " bon t'as des enfants" ». Pour les interviewés, donner à manger à ses enfants est une priorité (« Je suis la mère… comment dire… nourricière ») qui justifie souvent le fait de se priver. Pour un père, c’est « d’abord les enfants, après moi », il ajoute : « ce soir, j’ai pas mangé ». Les enfants, « faut aussi qu’ils mangent bien, correctement, c’est pas parce que moi je me prive que je dois les priver… » assure une mère.

29Pour ces familles, l’alimentation est un sujet d’autant plus sensible qu’il s’agit pour elles de gérer la tension entre des moyens réduits et les exigences des enfants, sans « perdre la face ». Une mère raconte : « les enfants me disent " mais qu’est-ce qui se passe y a rien ? " Je ne le fais pas voir mais bon, par moment tout est vide… mais j’essaie toujours de pas dire les problèmes. ». Si une mère reconnait, dans ce contexte, ne pas rencontrer de problème avec son enfant : « Je suis contente qu'il mange, il dit pas " je mange toujours la même chose ", c'est ça qui est bien. Il comprend vraiment la misère », la plupart semblent se heurter à quelques contrariétés : « des fois c’est pas évident, parce que si je ramène 3 fois la même chose, les enfants vont dire " encore ça " ou " encore des pâtes " ». L’alimentation au quotidien semble dans ce contexte parfois déstructurée : « il mange comme il veut, ce qu'il a envie ». Cette mère tente d’expliquer en affirmant que « les enfants sont assez spéciaux. N’importe qui mange à n’importe quelle heure ». Au bout du compte, cette tension permanente liée à l’alimentation finit par amener certaines familles à relâcher la pression, le plaisir devient alors central dans les discours : « Ce qui va me faire envie et j'espère qui fera envie à mes enfants ». De temps en temps nous livre cette mère « y a des petits extras, (...) on va au Mac Do ou par exemple le kebab avec une boisson ».

30En écho à ces discours, l’enquête de terrain nous a permis de faire émerger des facteurs qui impactent les dimensions décisionnelle et matérielle participant au bien-être des personnes : des produits frais peu nombreux et variés ; un choix limité dans les produits de consommation de première nécessité et les produits « plaisir » ; des dates limites de consommation très courtes. Le maintien du choix reste un facteur important, il permet de maintenir une certaine dignité et responsabilité, même si la personne doit payer une partie du produit (dans les épiceries sociales notamment). Une personne rencontrée a même avoué regretter participer à travers l’aide alimentaire à un système productiviste qu’elle rejette en confiant avoir « une responsabilité sur notre façon de consommer mais à tous les niveaux, autant vis-à-vis de notre corps que vis-à-vis finalement du marché et de l'économie… ». Il ajoute « ça m'embête de faire marcher malgré ma volonté des choses sur lesquelles je crache et que je hais. Malheureusement c'est comme ça ».

31Ainsi les personnes rencontrées vivent une forme de monotonie alimentaire ; la préparation de leurs menus est fortement contrainte, l’espace culinaire s’en trouve fortement réduit et laisse peu de place à des découvertes ou explorations. L’absence de diversité dans les aliments préparés par les familles et plus généralement le fait de « subir son alimentation » viennent finalement impacter les dimensions corporelle, décisionnelle voire même intellectuelle du bien-être. Les modes d’approvisionnement des familles sont fortement dictés par le souci de dépenser le moins possible. Les lieux d’achats s’inscrivent tous dans une forme de cartographie du discount dans laquelle s’exerce une mémoire des prix et des offres de réduction. Les personnes développent des qualités de discernement, les trajets d’approvisionnement sont conditionnés par le prix des denrées et des opportunités à saisir. À cet égard, être constamment à la recherche des prix les plus bas et avoir recours à l’aide alimentaire le cas échéant peut ressembler à une occupation à plein temps. La préparation et le « fait maison » participe de ces stratégies de réduction des coûts : « quand je fais des gâteaux, je fais 2 kg de farine, j’ai plein de gâteaux, je remplis une boîte. Et ça les enfants mangent, ça dure longtemps ». Faire des stocks, congeler les denrées permet de poursuivre les mêmes objectifs : « je fais des stocks, c’est malheureux, mais c’est comme ça… comme si demain il va y avoir la guerre ».

32Pour pallier les difficultés rencontrées, au-delà de l’aide alimentaire, les personnes rencontrées mettent donc en place diverses stratégies parmi lesquelles la cantine scolaire ou encore une certaine gestion de l’alimentation au quotidien. Outre ces stratégies, des familles développent des pratiques plus informelles ; dans certains quartiers mulhousiens, des habitants ont mis en œuvre un réseau d’échanges réciproques de services et de produits alimentaires. Une femme, par exemple, dit ne pas manger du porc, « mais je le prends pour échanger avec la voisine du dessus qui me donnera des pâtes ou des boîtes de conserve ». Ces réseaux de solidarité entre bénéficiaires de l’aide alimentaire participent ainsi de l’amélioration du quotidien : « Je prends soin d’une personne âgée qui me véhicule quand j’ai besoin de faire des courses ». Une autre femme raconte la manière dont ils ont mis sur pied, avec des voisins, un système d’achats groupés et mutualisés leur permettant d’obtenir des prix bas pour l’achat de viandes auprès d’un boucher. Au-delà de la dimension matérielle, ces pratiques renvoient à la dimension relationnelle du bien-être ; les réponses développées par les personnes participent à la restauration du lien social et à leur propre réhabilitation. Ces personnes démontrent aussi leur capacité à s’auto-organiser, à mobiliser les ressources dans leur environnement pour trouver des solutions et répondre à leurs propres besoins alimentaires.

Discussion : entre réduction identitaire et reconnaissance sociale

33Nous avons fait état des résultats de notre recherche portant sur deux publics, les familles monoparentales et les personnes âgées. Ces résultats nous ont permis de mettre en évidence l’impact de l’alimentation dans leur quotidien, surtout quand elle n’est pas conforme aux attentes et besoins des personnes concernées. Considérer simultanément ces deux publics sociologiquement différents et aux rapports à l’alimentation singuliers, nous a aidé à appréhender les parcours de précarisation et de demande d’aide alimentaire comme un processus d’homogénéisation réductrice, d’effacement des singularités. Les discours et représentations recueillis tout au long de la recherche renvoient certes à des publics différents, tant par leur âge, leur statut, la composition de la famille etc. Cependant, les difficultés rencontrées par les bénéficiaires de l’aide alimentaire se recoupent en grande partie, on attend d’elles dans leur parcours de demande d’aide d’adopter certains comportements et attitudes. Elles sont parfois perçues comme des bouches à nourrir, leur alimentation est réduite à sa fonction et perd son pouvoir de signification (Barthes 1961). Ce processus ignore leurs ressources propres et restreint leur capacité à bâtir leur propre vie. Dans ce contexte, notre approche souligne la nécessité d’être aux côtés des publics et milite pour une meilleure reconnaissance sociétale du phénomène.

Être aux côtés des publics

34La recherche menée durant trois années sur le territoire mulhousien nous a permis de rendre compte de différentes formes d’insécurité liées notamment aux conditions économiques, qui se cristallisent sur l’accès à l’alimentation, les modes alimentaires et la qualité des aliments. Nous avons pu mesurer combien cette incertitude permanente quant aux ressources des familles monoparentales et personnes âgées, les empêchant de se projeter à moyen ou long terme, devient centrale dans leur existence et pèse lourdement dans leur rapport aux institutions. Comment, en tant que mères de famille, ne pas tout sacrifier aux besoins des enfants, ne pas tenir la posture attendue du « bon bénéficiaire » auprès des intervenants sociaux ? Enfin comment, pour les personnes âgées isolées ne pas cesser de s’alimenter et conserver un goût pour l’alimentation ?

35Une somme de questionnements est apparue au fur et à mesure de la recherche, qui nous donnent à penser des réponses plus globales, moins réductrices que celles communément mises en place sur le territoire. Les propos recueillis suggèrent que la perception de l’offre par les bénéficiaires est plus complexe que les « distributeurs » ne l’imaginent. Dans certaines épiceries sociales, des bénévoles accompagnent les personnes pour les guider dans leurs achats. Si la démarche est pensée de manière éducative afin de favoriser la consommation de fruits et légumes frais et restreindre l’accès à certains produits ne répondant pas aux critères d’une alimentation saine, celle-ci est jugée infantilisante du côté des bénéficiaires. En ce sens nos résultats montrent la nécessité dans toute démarche d’aide de se situer aux côtés des personnes, de mieux comprendre leur quotidien et de considérer le vécu, les ressentis des personnes. Les travaux de l’ONPES confirment cet élément et appellent également à « mettre davantage l’accent sur les mesures subjectives de la pauvreté » (ONPES 2016 : 131).

36D’autre part, notre article montre que les parcours dans lesquels se situent les bénéficiaires d’aide alimentaire et les interactions qu’ils entretiennent avec les intervenants des associations font courir le risque permanent d’une réduction identitaire. Dans ce contexte, « apprendre à être soi lorsqu’on est un assisté social » constitue un vrai défi (Messu 2008), que ce soit pour les personnes âgées ou les familles monoparentales. Ce défi implique de la part des personnes des véritables stratégies, qui se déploient au sein de leurs réseaux familiaux, amicaux ou de voisinage. Ces stratégies s’inscrivent dans un processus de lutte pour la reconnaissance sociale (Honneth 2004a ; 2004b) motivé par l’ « acquisition » d’une valeur sociale visible et reconnue positivement (participation à un réseau d’entraide, soutien à un membre de la famille ou un ami, etc.). Dans cette optique, les cinq dimensions du bien-être (matérielle, relationnelle, corporelle, décisionnelle, et temporelle) constituent autant de dimensions transférables à tout type de pratiques professionnelles, mais aussi aux pratiques des militants et bénévoles qui accueillent et accompagnent des personnes vivant l’insécurité alimentaire. Les résultats de la recherche confortent cette grille de lecture, celle-ci permet en effet de poser un regard plus fin à la fois sur les effets de l’alimentation sur le bien-être des personnes ainsi que sur les pratiques d’aide alimentaire (Berti et al. 2017). Elle peut contribuer in fine à arrimer les dispositifs aux problématiques réellement rencontrées par les personnes. Comment les professionnels de l’intervention sociale, les militants et bénévoles, prennent-ils en compte au quotidien, ces dimensions pour ne pas réduire les personnes concernées à leurs manques ? Comment resituer les problématiques de ces publics dans des dimensions plus globales ? Il nous semble nécessaire dès lors de se positionner auprès des personnes concernées, changer de place et de paradigme par rapport à la vision classique de l’action sociale, afin de soutenir les dynamiques existantes, dans une volonté de croisement des pratiques et expériences du vécu.

Vers une reconnaissance sociétale de l’insécurité alimentaire

37A Mulhouse, si l’on s’en tient à la seule carte de l’aide alimentaire produite par la mairie, il existe presque une vingtaine de lieux où l’aide alimentaire est délivrée, mais cette carte sous-estime largement les initiatives moins institutionnelles existantes, mises en œuvre notamment par des citoyens dans le cadre de collectifs plus ou moins structurés. Au final, l’aide alimentaire fait intervenir un nombre important d’acteurs et d’organisations, allant de l’État aux collectivités locales en passant par les associations et autres collectifs. Si bien qu’il existe une distribution et une répartition des compétences pas toujours claires, ni pour les acteurs (professionnels ou bénévoles) ni pour les bénéficiaires. Ces derniers, une fois leurs résistances levées et engagés dans le processus de demande d’aide, ont régulièrement rapporté dans les entretiens les difficultés à comprendre le fonctionnement du circuit de l’aide alimentaire ainsi que des démarches administratives nécessaires à l’instruction de leur situation.

38Si l’alimentation peut apparaitre comme le parent pauvre de l’action sociale (comparée aux actions menées en faveur du logement ou de la santé), la recherche, la documentation et la formation à cette problématique apparaissent également peu développées. Il y aurait un enjeu à éduquer le regard des acteurs du champ social, à mettre en œuvre une « pédagogie de la reconnaissance », à intégrer cela dans le socle de base des connaissances et des valeurs à transmettre dans nos systèmes de formation (ONPES 2016). Dans le cas de l’aide alimentaire, cela signifie mieux prendre en compte et en considération les savoirs et connaissances détenus par les bénéficiaires, professionnels et gestionnaires dans les organismes et affiner la compréhension des phénomènes sociaux. La présente recherche a permis cependant de considérer la dimension sociétale de l’insécurité alimentaire. En effet, l’invisibilité problématique dont nous parlions ne se résume pas à ces phénomènes individuels qui seraient le résultat de la méconnaissance des dispositifs ou encore du défaut d’informations quant à ces aides. Les différentes formes de non-recours (Warin 2010) n’épuisent pas ce phénomène. La recherche montre en effet que l’insécurité alimentaire souffre d’un défaut de visibilité aux niveaux public et politique (Barel 1982 ; ONPES 2016).

Perspectives

  • 3 Son objectif est de mettre en place un accès direct au logement avec un accompagnement social adapt (...)
  • 4 Démarche mise en œuvre par une ONG, qui met à disposition une somme d’argent à une population ciblé (...)

39Notre recherche a permis d’identifier, sur le territoire mulhousien et du sud-Alsace, une forme d’ « effervescence » autour de la thématique de l’alimentation qui ne se cantonne pas au secteur social mais concerne notamment le champ de l’économie sociale et solidaire, de l’agriculture et de la transition écologique. Les personnes rencontrées mentionnent des initiatives nouvelles, parfois citoyennes, qui se développent au-delà des organisations et institutions classiques et qui visent à favoriser une alimentation saine tout en répondant à des problématiques de justice sociale et de développement durable. On peut dès lors se demander comment relier les structures d’aide alimentaire classiques aux expériences plus innovantes existantes sur le territoire en matière d’alimentation, tels que les jardins partagés, l’épicerie participative, les groupements d’achat dans les quartiers. Le soutien et l’accompagnement offerts à ces projets soulèvent aussi des enjeux, non pas seulement d’un point de vue financier, mais en termes d’outils et compétences nécessaires à leur émergence et développement (gestion, modèles économiques, structuration juridique…). Nos résultats suggèrent aussi l’intérêt de passer d’une logique d’aide alimentaire vers un droit à l’alimentation, à l’instar de ce qui se fait dans le logement avec le programme « Housing First3 » ou encore dans d’autres pays au niveau de l’action sociale avec les dispositifs « Give Directly4 ». Ces approches nécessitent de sortir d’une logique de conditionnalité de l’aide et de considérer les aides comme systématiques, comme portes d’entrée à un accompagnement social plus durable et plus efficace.

40Enfin, nous pouvons signaler l’existence depuis 2018 d’un Projet alimentaire territorial (PAT) à Mulhouse et dans le sud du Haut-Rhin initié conjointement par une fondation privée et la communauté d’agglomération, projet qui réunit aujourd’hui une trentaine d’acteurs institutionnels des mondes de l’alimentation, de l’agriculture, de la recherche/innovation et des collectivités territoriales. Prévus dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 (article 39), les PAT « sont élaborés de manière concertée avec l'ensemble des acteurs d'un territoire et répondent à l'objectif de structuration de l'économie agricole et de mise en œuvre d'un système alimentaire territorial. » Ils participent à la consolidation de filières territorialisées et au développement de la consommation de produits issus de circuits courts, en particulier relevant de la production biologique. Afin de croiser les objectifs d’une alimentation saine et de justice sociale, il nous apparait souhaitable de soutenir l’intégration dans la démarche d’une part des acteurs et collectifs citoyens du secteur social et de l’aide alimentaire et d’autre part des bénéficiaires et citoyens eux-mêmes.

Top of page

Bibliography

AURM. 2015a. « La santé à Mulhouse et dans ses quartiers. L’impact des inégalités sociales sur la santé des mulhousiens », AURM/ORS, étude mai 2015.

AURM. 2015b. « Pauvreté, inégalités sociales et territoriales : quelles réponses politiques locales ? », AURM, étude mai 2015.

BAREL Y. 1982. La marginalité sociale. Paris : PUF.

BARTHES R. 1961. « Pour une psycho-sociologie de l'alimentation contemporaine », Annales. Economies, sociétés, civilisations. 5 : 977-986.

BERTI F. et al. 2017. « Pour une approche globale et solidaire en sécurité alimentaire », Revue du Cremis. 10(1) : 44-51.

BRICAS N. 2012. « Sécurité alimentaire », in J.-P. Poulain (éd.) Dictionnaire des cultures alimentaires. Paris : PUF.

BURELLIER F. 2015. « Se construire au-delà des contraintes. Le travail identitaire dans les organisations », 24ème conférence de l’AIMS. Paris.

CÉSAR C. 2008. « Dépendre de la distribution d’aide alimentaire caritative », Anthropology of food, consulté le 23 Octobre 2019 : [http://journals.openedition.org/aof/5073].

CORBEAU J.-P. & POULAIN J.-P. 2002. Penser l'alimentation. Entre imaginaire et rationalité. Toulouse : Privat.

DELAVIGNE A.E. & MONTAGNE K. 2008 « De la honte d’avoir faim dans un pays riche », Anthropology of food, consulté le 04 octobre 2020 : [http://journals.openedition.org/aof/4243].

DEMAZIÈRE D. 2007. « Réduire la dissonance identitaire dans les interactions avec autrui. Peut-on être chômeur et militant à la fois ? », Négociations. 8(2) : 73-89.

DREES 2018. « Dépenses pré-engagées : quel poids dans le budget des ménages ? », Les Dossiers de la DREES 25.

FASSIN D. 2000. « La supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d’aide d’urgence », Annales. Histoire, Sciences sociales. 55 (5) : 953-981.

FOURNIER A., GODRIE B. & McALL C. 2014. « Vivre et survivre à domicile : le bien-être en cinq dimensions », Revue du CREMIS. 7(2) : 4-8.

GAULEJAC V. D. 2011 Les sources de la honte. Paris : Points.

GOFFMAN E. 1963, Stigma: Notes on the Management of Spoiled Identity. New York : Touchstone Book.

HONNETH A. 2004a. « La théorie de la reconnaissance : une esquisse », Revue du MAUSS. 23 : 133-136.

HONNETH A. 2004b. « Visibilité et invisibilité. Sur l’épistémologie de la “reconnaissance” », Revue du MAUSS. 23 : 137-151.

INSEE 2013. « Les comportements de consommation en 2011 », INSEE Première 1458, juillet 2013.

KLEINMAN A. & HALL-CLIFFORD R. 2009, « Stigma: A Social, Cultural and Moral Process », Journal of Epidemiology and Community Health. Vol. 63, no 6 : 418 419.

McALL C., MONTGOMERY C. & TREMBLAY L. 1994. « Utilisation du langage et des langues au travail », Terminogramme. 74 : 1-7.

McALL C. et al. 2015. « Inégalités sociales et insécurité alimentaire : Réduction identitaire et approche globale », Revue du Cremis. 8(2) : 28-34.

MARQUIS M. 2012. « Familles (comportements alimentaires des) », in J.-P. Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires : 563-568. Paris : PUF.

MAZERY V. 2016. « Pauvreté et types de ménages : une typologie des intercommunalités », Compas études. 19.

MESSU M. 2008. « Apprendre à être soi lorsqu'on est un assisté social », Education et sociétés. 22 : 97-111.

ONPES. 2012. Rapport du gouvernement sur la pauvreté en France, Décembre 2012 : [http://www.onpes.gouv.fr/rapport-du-gouvernement-sur-la.html].

ONPES. 2016. « L'invisibilité sociale : une responsabilité collective », Le rapport de l'ONPES 2016.

PAUGAM S. 2011. « Les nouvelles formes de précarité. Regards croisés entre la philosophie et la sociologie », Sociologie. 2(4) : 417-431.

PAUGAM S. 1991. La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté. Paris : PUF.

POULAIN J.-P. 2013 (2002). Sociologies de l'alimentation. Les mangeurs et l'espace social alimentaire. Paris : PUF (Quadrige).

RADIMER K.-L., OLSON C.-M., GREENE J.-C., CAMPBELL C.-C. & HABICHT J.-P. 1992. « Understanding hunger and developing indicators to assess it in women and children », Journal of Nutrition Education. 24 : 36-45.

RÉGNIER F., LHUISSER A. & GOJARD A. 2006. Sociologie de l'alimentation. Paris : La découverte (Repères).

SIMMEL G. 1998 (1907). Les Pauvres. Paris : PUF.

VILLE DE MULHOUSE. 2015. Contrat local de santé 2015-2020.

WARIN P. 2010. « Le non-recours, définitions et typologies », Odenore, Working papers/Documents de travail, Juin 2010.

Top of page

Notes

1 Le projet s’est construit avec le CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales) au sein du réseau des « villes-laboratoires » constitué de Montréal, Bruxelles, Sienne, Barcelone et Mulhouse.

2 Sur ce public en particulier, voir César (2008)

3 Son objectif est de mettre en place un accès direct au logement avec un accompagnement social adapté aux besoins des personnes plutôt que d’agir dans une logique d’urgence à travers l’hébergement des personnes sans-abris.

4 Démarche mise en œuvre par une ONG, qui met à disposition une somme d’argent à une population ciblée caractérisée par son exposition à la pauvreté.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Carte des secteurs épiceries solidaires et localisation des points de distribution d’aide alimentaire à Mulhouse
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11230/img-1.jpg
File image/jpeg, 162k
Top of page

References

Electronic reference

Cyril Villet and Manuella Ngnafeu, « Se positionner aux côtés des personnes », Anthropology of food [Online], S15 | 2020, Online since 30 December 2020, connection on 09 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/aof/11230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.11230

Top of page

About the authors

Cyril Villet

Ecole supérieure de praxis sociale/Université de Haute-Alsace, EA 7317, Centre de Recherche en Gestion des Organisations (CREGO), c.villet@praxis.alsace

Manuella Ngnafeu

Ecole supérieure de praxis sociale

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search