Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S15Ce que l’ignorance nous apprend

Ce que l’ignorance nous apprend

Trois mécanismes de production de l’ignorance et les moyens de les enrayer dans le domaine de l’alimentation
What ignorance teaches us. Three mechanisms of ignorance production in the field of food studies
Baptiste Godrie and Aude Bandini

Abstracts

This article analyzes the uses and relevance of the concept of ignorance in contemporary food research. We distinguish three mechanisms of production of ignorance : 1) we approach ignorance as an individual psychological spring in situations of cognitive dissonance in the « meat paradox » ; 2) we analyze the manufacture of doubt organized by some actors in the US agri-food industry, trying to influence the scientific debate and the general public's representation of the effects of sugar on health ; 3) we consider ignorance as epistemicide by analyzing the processes that have presided and continue to preside over the disappearance of traditional food knowledge held by Canada's aboriginal peoples. In each case, we point out actions or initiatives to stop these mechanisms of production of ignorance.

Top of page

Full text

Introduction

1Dans l’univers de l’alimentation, la réflexion sur les pratiques et les savoirs des citoyen-ne-s est à replacer dans un contexte de domination de l’industrie agroalimentaire depuis la fin du XXe siècle. L’analyse de cette industrie a été réalisée sous différents angles (Luzi 2009 ; Colás et al. 2018), mais son impact sur les savoirs traditionnels est encore largement à explorer. Ces savoirs, qu’il s’agisse de savoirs agricoles, d’herboristerie ou encore de recettes et traditions culinaires, sont liés à des formes de vie sociale (division du travail social autour de l’alimentation, rapports sociaux dans la vie domestique) qui les rendent possibles autant qu’ils dépendent d’elles pour se préserver, se transmettre et se transformer. Comment ces savoirs sont-ils produits, gérés et diffusés dans les systèmes alimentaires actuels ? Dans quelle mesure ces savoirs ont-ils été menacés, voire détruits, et quelle est leur place dans les initiatives actuelles visant à repenser les systèmes alimentaires locaux ?

2Nous abordons ces enjeux de production, gestion et diffusion des savoirs dans le domaine de l’alimentation en prenant l’ignorance comme angle d’étude. L’ignorance n’a longtemps guère attiré l’attention des chercheur-e-s en sciences humaines et sociales. Si cela est vrai dans le monde anglophone, c’est encore plus le cas dans le monde francophone à l’exception notable des dernières années comme en témoigne, par exemple, la parution du numéro thématique de la revue Raison présente sur la « Culture de l’ignorance » (Girel & Leduc 2017). Si on la mentionne, en général, c’est moins pour en comprendre la nature, les modes d’émergence et d’entretien, que pour dénoncer par-là ce qui constituerait l’opposé ou l’ennemi de la connaissance et de la science. Une des raisons à cela est historique puisque ce que l’on nomme « théorie de la connaissance » ou « épistémologie » est le résultat d’une longue tradition, que l’on peut faire remonter au moins à l’Antiquité, et pour laquelle il importe avant tout d’étudier la connaissance humaine, sa nature et ses conditions de possibilité, pour la distinguer de la simple opinion, du préjugé et de l’erreur. Ce constat se détache également des travaux de l’historien des sciences Proctor qui s’étonne, à la fin du 20e siècle, que l’on ait consacré tant d’attention à la question de la connaissance, alors que celle de l’ignorance, c’est-à-dire non seulement ce que nous ne savons pas, mais les raisons pour lesquelles nous ne le savons pas, et la manière dont nous en arrivons à ne pas le savoir, apparait tout aussi cruciale (Proctor 1995 ; Proctor & Schiebinger 2008). À la fin des années 1990, avec l’émergence du courant dit de l’épistémologie sociale, dans lequel nous nous inscrivons, s’intéressant aux conditions sociales d’émergence des connaissances (Goldman 1999), l’ignorance a cependant commencé à se voir reconnaitre le statut d’objet scientifique légitime, et l’agnotologie – ou science de l’ignorance – à s’imposer comme une discipline à part entière dans les sciences sociales (Gross & McGoey 2015).

3Initialement, ce projet d’article consistait en une revue de la littérature contemporaine des travaux sur l’ignorance dans le champ de l’alimentation ; tâche d’autant plus nécessaire qu’une telle recension n’existe pas à l’heure actuelle dans ce champ d’études. À cette fin, nous avons réalisé une recension de travaux sur l’ignorance dans le domaine de l’alimentation grâce à la base bibliographique en ligne « Science et ignorance » créée par l’UMS3610 CAPHES1, qui relève les travaux de langue française et anglaise sur l’ignorance. Sur la période 2000-2019, à la lecture des titres résumés des travaux recensés, nous avons relevé 26 articles traitant de l’alimentation (en incluant le thème des pesticides et des produits chimiques en lien avec l’agriculture), sur un total de 558 références répertoriées.

  • 2 Les bases de données considérées sont CAIRN, Érudit, Francis, Google Scholar, OpenEdition et SocInd (...)

4Ce premier corpus nous a mis face à des conceptions distinctes et le plus souvent implicites de l’ignorance que nous avons regroupées, après une analyse thématique, en trois catégories que nous illustrons chacune avec un cas d’étude. L’analyse thématique visait à comprendre la manière dont l’ignorance était conceptualisée par les auteur-e-s et à décrire les mécanismes producteurs de l’ignorance tout en portant attention aux interventions susceptibles de la réduire. Une fois ces trois catégories établies, nous avons enrichi ce corpus initial de 35 références obtenues via des recherches complémentaires sur des bases de données francophones et anglophones2.

Ignorance volontaire et dissonances cognitives : le cas du « paradoxe de la viande »

5La première conceptualisation que nous avons distinguée parmi les travaux recensés relève à la fois de l’éthique, de la psychologie morale et de l’épistémologie. Elle met en jeu une figure particulière de l’ignorance, qui est celle du déni ou du refus de savoir. Par contraste avec l’ignorance involontaire, dans laquelle une personne peut se trouver de manière accidentelle par manque d’information (par exemple, ignorer l’âge de la Reine d’Angleterre), il existe des formes d’ignorance qui sont volontaires. L’absence de savoir n’est alors plus un état que l’on subit, mais plutôt le résultat de quelque chose que l’on fait : elle est, à divers degrés, choisie. Dans le langage ordinaire, ceci renvoie à l’ensemble des situations dans lesquelles une personne juge, à tort ou à raison, qu’elle préfère ne pas savoir alors que l’information en question est à portée de main. En ce sens, l’ignorance peut être un état dans lequel nous nous plaçons, nous maintenons, ou dont nous pouvons sortir, en fonction de nos capacités et de nos intérêts. Dans les circonstances où le choix d’ignorer ou de savoir nous incombe, notre responsabilité est alors engagée. Toute la difficulté est de déterminer quelles pourraient être ces circonstances, et le degré de responsabilité ou d’imputabilité individuelles correspondant, attendu que nos dispositions à connaître et à ignorer sont aussi largement le fruit de déterminations à la fois psychologiques et sociales. Le premier cas sur lequel nous allons nous pencher met en évidence qu’il y a au moins certains choix et comportements alimentaires qui, parce qu’ils font intervenir une forme d’ignorance volontaire, peuvent être légitimement questionnés tant du point de vue de leur rationalité que de leur moralité.

6Comme tout autre choix ou délibération relative à nos actions, nos choix alimentaires sont guidés par un certain nombre de valeurs et d’objectifs (le bien, l’utile, le plaisant, etc.), de désirs d’atteindre au moins ces objectifs, et de croyances relatives à ce qui nous paraît être le meilleur moyen d’y parvenir (Davidson 1991). Les valeurs et objectifs que visent l’alimentation sont notoirement diversifiés, a fortiori dans les sociétés occidentales. Au-delà du type d’aliments et de la manière dont on envisage de les consommer, le désir de se conformer à ces valeurs détermine l’importance que l’on attribue à connaître la nature de ce que l’on mange, et avec quel degré de précision. De fait, la succession de plusieurs scandales sanitaires et une préoccupation grandissante concernant les effets dévastateurs de l’agriculture intensive sur l’environnement incitent désormais nombre de consommateurs à exiger des pouvoirs publics comme de l’industrie alimentaire l’accès aux informations concernant la composition des aliments, leur valeur nutritionnelle, leur provenance ou leur mode de production (Nestle 2013). Dans la plupart des pays occidentaux, l’étiquetage des produits emballés est obligatoire, et les principales informations nutritionnelles accessibles au public (Séguy 2010).

7Cependant, le fait que ces éléments soient disponibles et puissent être connus n’implique pas qu’ils doivent l’être, par tout le monde et en toutes circonstances : il est possible de les ignorer, en partie ou en totalité. Les études et revues de littérature récentes révèlent d’ailleurs que si, pour une large majorité, le public affirme être intéressé par la qualité et la composition des aliments et accorder de l’importance au fait que ceux-ci soient adéquatement étiquetés, seule une très faible minorité de personnes consulte, comprend et utilise effectivement ces informations (Grunert & Wills 2007 ; Goyal & Deshmukh 2018). Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce paradoxe, notamment le conflit entre les valeurs qui orientent les comportements individuels relativement aux produits alimentaires : l’attention au prix en lien avec le budget des personnes, les goûts et préférences, l’importance des considérations de santé et de sécurité, la fidélité à certaines habitudes de consommation, l’intérêt porté aux recommandations de santé publique, etc., contribuent tous à des degrés divers à inciter ou non le public à consulter les informations disponibles. Dès lors, on peut considérer que l’on passe de la simple indifférence à l’ignorance active à partir du moment où les connaissances sont reconnues par les personnes comme accessibles, mais non pertinentes au regard de leurs propres intérêts. Cependant, on peut aller encore plus loin, et ignorer volontairement une information à la fois accessible et pertinente compte tenu de nos intérêts tout bien considérés. Autrement dit, on ignore volontairement ce dont on juge pourtant qu’on devrait tenir compte. Tout se passe en effet comme si la personne, de manière proprement irrationnelle, sabotait elle-même son processus d’acquisition de savoir, en allant contre son meilleur jugement épistémique (Davidson 1991).

8On peut trouver une illustration frappante de ce phénomène dans le champ de l’alimentation dans les travaux que Loughnan et al. ont consacrés au « paradoxe de la viande » (Loughnan et al. 2012). Une de leurs études met en évidence que, dans les pays occidentaux, une grande majorité des personnes aiment sincèrement les animaux et considèrent qu’il est moralement condamnable de leur faire du mal et plus encore de les tuer. Cependant, elles n’en aiment pas moins les manger, et estiment qu’une alimentation carnée est moralement permissible. Émotionnellement autant que cognitivement, l’expérience de cette « dissonance » (selon l’expression de Festinger 1957) est vécue comme inconfortable, et ce qu’on peut alors qualifier de « déni » (Zerubavel 2006) est un moyen courant d’en sortir. Nul besoin de se référer à l’étiquette nutritionnelle ou de réaliser des inférences complexes pour savoir que la barquette de viande hachée que l’on s’apprête à acheter contient de l’animal mort. De la même manière, on peut raisonnablement considérer que les personnes qui cherchent à perdre du poids savent pertinemment que les aliments transformés ou frits sont généralement hypercaloriques et que, tout bien considéré, elles devraient s’en abstenir. Ceci ne garantit manifestement qu’elles s’en abstiennent effectivement. Plutôt que d’attribuer exclusivement ce genre de défaillance à un vice de caractère (comme un manque de volonté ou de motivation), des travaux en identifient les origines proprement cognitives : l’ignorance volontaire en général, et le déni en particulier, constitue dans ce cas une condition nécessaire, à défaut d’être suffisante, d’un phénomène comme celui du paradoxe de la viande.

9Les travaux menés en psychologie sociale et, plus précisément, dans le domaine florissant des études sur le végétarisme sont particulièrement instructifs (Ruby 2012). Ils permettent de mettre en évidence que la persistance de l’alimentation carnée chez les personnes qui, dans le même temps, la condamnent sur le plan moral, peut s’expliquer par la mise en jeu d’un certain nombre de stratégies cognitives qui visent à sortir les personnes du malaise qu’engendre la contradiction entre plusieurs de leurs croyances fermement ancrées, et le conflit qui surgit entre certaines de leurs valeurs. Nombre de ces stratégies impliquent une régulation active de ce que qu’elles choisissent de savoir ou de reconnaître, mais aussi de ce qu’elles préfèrent ignorer ou ne pas chercher à savoir. Dans le cas particulier du paradoxe de la viande, on peine à concevoir qu'une personne puisse « oublier » la nature de ce qu’elle a sous les yeux. Cependant, elle peut choisir de concentrer son attention sur certains traits de la situation plutôt que sur d’autres afin de les rendre plus saillants, par exemple en se concentrant sur la satisfaction gustative ou nutritionnelle de la viande plutôt que sur les considérations éthiques attachées aux conditions de l’élevage industriel et à l’environnement. Nos capacités cognitives étant limitées, se concentrer sur certains traits d’une situation donnée exige de faire abstraction des autres. Mais la première attitude peut être délibérément utilisée comme moyen pour obtenir la seconde : c’est la stratégie, déjà dénoncée par Pascal, du divertissement. Faute de pouvoir ignorer totalement une vérité qui nous contrarie (car pour cela, il faudrait choisir ce que l’on ignore, et par conséquent déjà savoir minimalement de quoi il s’agit), ou d’oublier comme par magie une information dont on dispose déjà, on peut choisir d’y penser le moins possible. Et pour cela, rien ne semble plus efficace que de concentrer son attention ailleurs. L’ignorance est ainsi obtenue de manière indirecte, et semble ne pouvoir être que relative : la personne qui cherche à ignorer volontairement quelque chose doit savoir ou au moins soupçonner la vérité (Bandini 2018). Cette stratégie permet d’atténuer la force et la portée des connaissances dont on dispose déjà en les maintenant en arrière-fond ; ou, si on ne fait encore que les soupçonner, d’interrompre le processus d’enquête auquel conduit normalement l’expérience du soupçon.

10Cette stratégie serait sans doute moins aisée et efficace si elle n’était pas socialement à la fois cultivée, renforcée et validée dans les pays occidentaux. Aux yeux de nombreux scientifiques œuvrant dans le domaine de l’éthique animale, le carnisme constitue en effet non seulement une norme, mais même une idéologie qui met à disposition des individus de pseudo-arguments supposés pouvoir s’imposer comme autant de dogmes : les « Trois Ns de la Justification » que met en jeu l’idée selon laquelle consommer de la viande serait naturel, normal et nécessaire pour les humains (Joy 2010). Le langage lui-même n’est pas neutre et joue un rôle crucial dans l’adoption et l’entretien d’une forme d’ignorance et d’indifférence à l’égard de la nature et du statut moral des produits de boucherie. La manière dont nous parlons des différents animaux, de compagnie, d’élevage ou encore comme nuisibles est à cet égard éloquente. Les animaux domestiques ont très souvent des prénoms, et ce faisant, se voient attribuer une certaine individualité. En revanche, on achète toujours « du » porc, du bœuf, ou du poulet, comme s’il s’agissait d’une substance indifférenciée comparable à la farine. Le langage contribue ainsi à notre confort moral et intellectuel, puisqu’en décrivant de manière différente un même objet, il nous autorise à croire que nous avons affaire à des choses distinctes (Gibert 2015).

11Nombreux sont ainsi les dispositifs sociaux qui non seulement permettent, mais même encouragent les personnes qui mangent de la viande à ignorer avec plus ou moins de complaisance la nature exacte de ce qu’elles mangent. Le caractère volontaire de cet usage de l’ignorance et la responsabilité que l’on peut lui associer sont plus ou moins manifestes. Face à la dissonance cognitive et à l’inconfort intellectuel et émotionnel que suscite l’expérience consciente du paradoxe de la viande, on dispose pourtant bien d’un choix et par conséquent d’une responsabilité individuelle et collective : celui de concéder le temps et les efforts nécessaires pour s’informer davantage ou non, de traiter les informations à notre portée avec autant d’impartialité que possible, de réviser ses croyances, et ré-ordonnancer ses préférences le cas échéant ; et de modifier son comportement en conséquence. Comme nous allons le voir dans la seconde partie, ces stratégies individuelles ont leurs limites, notamment en ce qu’elles peuvent être minées par les détournements scientifiques et le doute produit et alimenté par un ensemble de dispositifs sociaux.

Détournements scientifiques et production du doute : le cas de l’industrie du sucre

12La figure de l’ignorance qui nous intéresse ici mais résulte de la situation de dépendance dans laquelle les personnes se trouvent à l’égard des instances auxquelles, à tort ou à raison, elles accordent leur confiance. Sur le plan strictement conceptuel, la confiance est une attitude qui entretient des liens étroits avec l’ignorance : lorsque l’on ignore quelque chose, il paraît rationnel de s’en remettre aux personnes qui savent, ou du moins qui en savent plus, a fortiori lorsque celles-ci ont le statut de professionnel-le-s ou d’expert-e-s dans leur domaine. Guerrero (2017 : 156) parle en ce sens d’« ignorance asymétrique », situation dans laquelle les parties impliquées ont chacune conscience de cette asymétrie. Il ressort en principe de la responsabilité de l’expert-e de ne pas abuser de la confiance qui lui est accordée. Mais quelle garantie les non-expert-e-s peuvent-ils et elles avoir à cet égard ? Selon Guerrero, un doute peut être justifié, notamment lorsque « les experts en question pourraient avoir ou semblent avoir des intérêts – économiques, professionnels, personnels – qui ne coïncident pas tout à fait avec ceux des non-experts, et où cette divergence constitue au moins une raison de se montrer sceptique à leur égard. » (2017 : 157)

13Dans le cas des industriels de l’agro-alimentaire, qui n’ont pas d’abord pour vocation ni d’éduquer le public ni de protéger la santé des populations, mais de vendre leurs produits, il revient aux autorités de contrôle et de régulation sanitaire de l’État d’assurer que les aliments sont sans danger pour la santé et que les informations délivrées au public par le biais de l’étiquetage et de la publicité sont fiables et intelligibles. On sort alors de la situation d’ignorance asymétrique, dans la mesure où d’autres expert-e-s, qui ne partagent pas les intérêts des industriels, sont alors mandaté-e-s pour effectuer des vérifications. C’est sur le bon fonctionnement de ces mécanismes de contrôle que se fonde indirectement la confiance du public vis-à-vis des fabricants et vendeurs. Or ceux-ci ne sont pas infaillibles. L’industrie agroalimentaire, représentée par de nombreuses associations professionnelles, est en effet l’une des plus puissantes au monde, et investit des sommes considérables dans des activités de lobbying auprès des instances politiques. Outre les risques de conflits d’intérêts non déclarés, ces dernières peuvent être confrontées au problème de devoir se décider lorsque les avis d’experts rendus sont discordants, sachant que ces décisions peuvent avoir des répercussions sur le plan de la santé des individus, de l’économie et de l’emploi. Le doute et la suspension du jugement sont légitimes dans les situations d’incertitudes, notamment lorsque l’on estime que, faute de preuves suffisantes, on ignore si quelque chose est ou non le cas. Mais ils ont un coût important, en retardant, voire en empêchant toute action (Henry 2017). Nestle (2013) décrit ainsi la manière dont les fabricants de sodas, notamment Coca-Cola et PepsiCo, ont combattu pied à pied les efforts législatifs entrepris pour surtaxer leurs produits et en règlementer la publicité, notamment à destination des enfants.

14Dans le domaine de la sécurité alimentaire comme dans tout champ de recherche empirique, il demeure toujours une marge d’incertitude irréductible. Mais le reconnaître semble plus un signe d’humilité intellectuelle que d’une défaillance de la part de celles et ceux qui poursuivent l’objectif d’étendre la connaissance. L’ignorance constitue en ce sens un élément clé de la dynamique des sciences : un point de départ autant qu’un point d’arrivée (Gross 2010). Mais encore faut-il que cette ignorance et cette incertitude ne soient pas artificiellement créées ou entretenues dans le but de faire obstruction à la connaissance, ou à l’émergence d’un consensus permettant de fonder l’action. Or, il ne fait aucun doute qu’une telle stratégie a déjà été utilisée par les industries du tabac (Michaels & Monforton 2005 ; Proctor 2014), du médicament (Sismondo 2018) et des pesticides (Kleinman & Suryanarayana 2015) : toutes ont en commun d’avoir sciemment semé le doute, ou du moins plus de doute que nécessaire, de sorte que toute conclusion et toute décision paraissent hâtives, prématurées ou risquées.

15Des stratégies similaires ont été et sont encore employées par les acteurs privés du secteur alimentaire (Benamouzig & Cortinas Muñoz 2019 ; Horel 2018 ; Nestle 2013 & 2016). Dans les travaux de notre corpus, un cas qui a beaucoup attiré l’attention des universitaires est celui de l’industrie du sucre. Un certain nombre de documents d’archives récemment mis au jour par des chercheur-e-s en santé publique (Kearns et al. 2016 & 2018), en lien avec le débat entourant le projet d’une taxe spécifique sur les boissons sucrées. En l’occurrence, il s’avère que la puissante Sugar Association, par l’intermédiaire de son organe de recherche, la Sugar Research Fundation, a commandité et financé des études dans le but explicite de contester et limiter la validité de celles ayant jusque-là établi une forte corrélation entre la consommation de sucre et les maladies coronariennes ainsi que les caries dentaires ; et parallèlement, des études portant spécifiquement sur le rôle d’autres facteurs que la consommation de sucre dans le développement de ces pathologies, comme la consommation de graisses saturées, le cholestérol, l’IMC, ou encore le statut socio-économique. On retrouve le même modus operandi chez les fabricants de sodas, comme en attestent Serôdio et al. (2018) : en 1978, le vice-président de Coca-Cola fonde le Life Sciences Institute (réunissant universitaires, chercheur-e-s de l’industrie et représentant-e-s des gouvernements), dont les objets de recherches sont soigneusement choisis, par exemple, l’étude des liens entre manque d’activité physique et obésité. Il ne s’agissait pas de démontrer que l’obésité résultaient de plusieurs facteurs – ce qui n’a jamais réellement fait de doute –, mais surtout de suggérer que la consommation de produits riches en sucres ajoutés ne jouait parmi eux qu’un rôle secondaire. Recourir à l’expertise de spécialistes, de préférence d’excellente réputation, mais sur certaines questions plutôt que d’autres permet d’obtenir ce que Girel (2017) nomme avec à propos une « neutralisation » du savoir. Enfin, si on peut considérer que la stratégie des industriels du sucre a fini par tourner court aux États-Unis comme dans la plupart des pays européens, ceux-ci n’ont pas tardé à appliquer les mêmes méthodes pour conquérir d’autres marchés, et en particulier celui de la Chine (Greenhalgh 2019).

16C’est ainsi que l’ignorance, l’incertitude et le doute peuvent être produits et exploités, non pas seulement en dissimulant une partie de l’information, mais en la fragmentant, en la multipliant sans nécessité, en saturant le domaine de recherche d’études parasites, parfois très bien conduites, mais à des fins de diversion. Même si les résultats de cette recherche « à la demande » s’avèrent peu probants, y compris pour leurs commanditaires, ils sont profitables dans la mesure où ils permettent de nourrir l’impression qu’il existe de la controverse là où les véritables experts sont en fait en accord. À nouveau, le consensus entre spécialistes d’un domaine n’exclut nullement que des incertitudes persistent. Les études portant sur les effets à plus ou moins long terme de l’exposition à un certain produit sur la santé ne prétendent d’ailleurs jamais mettre en évidence que des corrélations statistiques. Celles-ci peuvent être plus ou moins robustes. Et le fait que les universitaires, en prenant soin d’exposer leurs données et leur méthodologie, les exposent à la discussion voire à la réfutation par leurs pairs n’implique pas que leurs résultats soient insuffisants ou insatisfaisants. Reconnaître qu’une étude est susceptible d’être révisée ou invalidée, notamment à la lumière de nouvelles données ou de nouvelles interprétations plus convaincantes des données déjà disponibles, ne signifie pas qu’elle le sera effectivement, ou devrait être abordée avec défiance (Ogien 2015) : les résultats peuvent simplement demander à être complétés par d’autres enquêtes. L’ignorance ainsi pointée du doigt vaut alors comme une indication utile de ce qui mériterait d’être connu, en lien avec ce qui l’est déjà et grâce à lui (Hess 2016).

17Par contraste, comme le soulignent Oreskes & Conway (2012), la stratégie des « marchands de doute » consiste, faute de pouvoir réfuter les expert-e-s sur leur terrain, à questionner systématiquement leur crédibilité, et à faire porter l’attention sur les limites empiriques ou méthodologiques de leurs travaux plutôt que sur leurs résultats positifs ou robustes. Il s’agit ici d’un usage pervers de la méthode scientifique, des principes de modestie et de prudence qui accompagnent toute démarche intellectuelle honnête et qui se sait pertinemment faillible. Aussi solides soient les études, et quel que soit l’état de l’art sur la question (mais en particulier quand un consensus semble se dégager), l’industrie contre-attaque en semant le doute et contribue à retarder la mise en œuvre de politiques de santé publique au motif, en apparence parfaitement légitime, qu’on n’en sait pas encore assez (Goldberg & Vandenberg 2019).

18Cette stratégie parvient également à renverser la charge de la preuve en dénonçant, essentiellement à destination du grand public, une science partisane, conduite par des chercheur.e.s « biaisé.e.s » contre l’industrie. Ce faisant, elle retourne les outils de la pensée critique contre la crédibilité des expert-e-s dont elle n’a pas les faveurs. Cope & Allison (2010) ont ainsi introduit le terme de « white hat bias », qu’on pourrait traduire par « biais de la belle-âme ». Ce biais conduirait certains scientifiques à offrir un traitement partial et trompeur des informations et des données probantes à leur disposition, motivés en cela par l’impression de servir de nobles causes, et de dénoncer des aspects de la pratique industrielle qui suscitent leur indignation. L’un de leurs terrains d’enquête privilégiés est celui de la recherche sur la consommation de boissons sucrées à titre de facteur de risque de l’obésité chez les enfants et les adolescents. Selon Cope & Allison, les études suggérant qu’il n’y a pas de corrélation significative entre consommation de sodas et obésité ont systématiquement tendance à être moins rapportées, ou à être plus souvent mal interprétées que celles qui suggèrent le contraire par les chercheur-e-s non-financé-e-s par l’industrie. Ces dernier-e-s auraient également fortement tendance à ne soumettre pour publication, parmi leurs études, que celles dont ils et elles jugent que les résultats sont statistiquement significatifs (car alors ils ont plus de chances d’être effectivement publiés), alors que les chercheur-e-s financé-e-s par l’industrie n’opèreraient pas, ou nettement moins, ce genre de sélection. Enfin, les instituts universitaires auraient plus souvent tendance que l’industrie à publiciser des résultats, dont l’application clinique en santé humaine demeure en réalité très lointaine, auprès du grand public par voie de presse. Il en résulterait la diabolisation systématique de certains aliments, en l’occurrence les boissons sucrées, et la promotion sans frein de certains autres (comme les fruits et légumes) ou de certaines mesures d’ordre social (comme la construction de trottoir et de voies piétonnières), dont le caractère excessif serait l’expression d’une forme de zèle plutôt que d’une réflexion dépassionnée et contre quoi il faudrait mettre en garde à la fois les clinicien-ne-s, les médias, les responsables de santé publique, ainsi que le public. Cette étude de Cope & Allison n’a pas manqué de susciter une importante polémique, et l’existence d’un tel « biais de la belle-âme », qui caractériserait les travaux des scientifiques indépendants et les disposerait à prendre parti contre la recherche financée ou tout simplement favorable aux intérêts de l’industrie du sucre au nom d’une supposée supériorité morale et d’une plus grande responsabilité sociale est fortement contestée (Litman et al. 2018).

19Quoique de manière indirecte, Cope & Allison nient que l’on puisse dresser un parallèle entre les méthodes mises en place par l’industrie du sucre et celle du tabac dans la seconde moitié du 20e siècle. Il semble pourtant frappant du point de vue de la production et de l’entretien de l’ignorance au nom de la préservation d’intérêts commerciaux. On peut sans doute se montrer sensible aux critiques de Johns & Oppenheimer (2018), et se garder de recourir à la rhétorique populiste de la conspiration et de la diabolisation de l’industrie. Il est en ce sens important que les études produites par les sciences humaines puissent elles-mêmes faire l’objet de débats, d’évaluations, de révisions, et que les chercheur.e.s se soumettent ici comme ailleurs à déclarer leurs éventuels liens d’intérêts avec des organismes de financement privés. Dans le domaine de l’alimentation, on ne saurait trop insister sur le travail de vérification indépendant qui met au jour, et à destination des autorités scientifiques et politiques, le manque de transparence qui entoure les relations entre industrie agroalimentaire et institutions publiques et privées de recherche. À titre d’exemple, Serôdio et al. (2018) ont mis en évidence qu’entre 2008 et 2016, et en dépit de son engagement explicite en faveur de plus de transparence concernant ses relations avec le monde de la recherche, l’entreprise Coca-Cola n’a reconnu le financement que de moins de 5% des scientifiques qui déclarent avoir bénéficié de fonds alloués par elle. La plupart des travaux concernés portaient sur le domaine de la nutrition, et plus précisément, sur l’influence prépondérante de l’activité physique, plutôt que du régime alimentaire, sur le développement de l’obésité. Les auteurs concluent que le montant exact des sommes octroyées et le nombre des équipes de recherches subventionnées par cette entreprise demeurent encore inconnus. Nous trouvons là une autre figure de l’ignorance, qui n’a elle non plus rien d’accidentel et demeure activement entretenue par ceux et celles qui détiennent l’information et n’entendent pas la voir publicisée, sous couvert de confidentialité et de droit des affaires (Roberts 2015).

Épistemicide : le cas des savoirs traditionnels autochtones au Canada

  • 3 L’expression « peuples autochtones » désigne les Premières Nations, les Inuits et les Métis, tels q (...)

20Nous distinguons, enfin, conceptualisation de l’ignorance au croisement des liens entre colonisation, alimentation et savoirs traditionnels en prenant l’exemple des peuples autochtones du Canada.3 La colonisation désigne ici l’arrivée de colons européens en Amérique du Nord et la mise en place d’une société structurée par des rapports coloniaux, dont certains sont encore en place aujourd’hui, avec un impact direct sur les communautés autochtones, leur état de santé et les savoirs en alimentation qu’elles détiennent (Roy 2002 ; Milburn 2004 ; Turner & Turner 2008 ; MacDonald & Steenbeek 2015).

21Turner & Turner (2008) se sont en particulier intéressés aux savoirs botaniques détenus par des peuples autochtones en Colombie-Britannique. Ils constatent que ces savoirs traditionnels, englobant la connaissance des plantes, de leurs vertus diététiques, ainsi que des savoirs de gestion de la faune, de préparation de la nourriture et des rituels de consommation, ont progressivement disparu au cours des 150 dernières années. Cette disparition s’est accélérée au cours des 60 dernières années en raison à cause d’une rupture entre la génération des grands-parents et celle de leurs petits-enfants.

22Les rapports de pouvoirs coloniaux qui structurent la société canadienne permettent de comprendre cette situation. L’administration coloniale a promulgué des lois qui interdisaient des cérémonies et rites culturels curatifs de célébration ou de partage symbolique qui reposaient, entre autres, sur la préparation et la consommation de nourriture, comme le potlatch et le pow-wow. Ces cérémonies étaient des rouages essentiels à la transmission et au partage des savoirs botaniques à l’intérieur des communautés autochtones et entre peuples autochtones. La promulgation de ces lois coloniales, qui a eu pour effet d’éroder les solidarités, l’identité et la capacité d’autodétermination des Autochtones, s’est accompagnée d’une appropriation massive des terres par les colons européens. Turner & Turner rappellent qu’au milieu du 19e siècle, dans la région de Vancouver, les terres ont été réclamées, entre autres par la Compagnie de la Baie d’Hudson, pour les transformer en pâturage, détruisant ainsi les champs de camas. Ce dernier était vu par les colons comme de la mauvaise herbe alors qu’il s’agit d’une plante présentant de nombreuses vertus nutritives. Elle composait, avec d’autres, une partie importante de l’alimentation des peuples autochtones de cette région. Sur l’île de Vancouver, les colons européens ont également remplacé les variétés locales qu’ils méconnaissaient par des variétés importées comme la pomme de terre. L’illusion de supériorité des colons européens en matière de savoirs agricoles, et qui les a conduits à ignorer les savoirs locaux, se doublait ainsi du préjugé selon lequel les autochtones n’étaient que des chasseurs cueilleurs dépourvus de connaissances agricoles et botaniques.

23Le retrait des terres a accentué la déstructuration des communautés autochtones locales en obligeant leurs membres à trouver un travail salarié et à se déplacer dans les fermes aux alentours. Ceci a réduit les possibilités de transmission intergénérationnelle des savoirs, en accentuant l’implantation de plantes importées au détriment des plantes indigènes, en limitant la capacité de se procurer de la nourriture de manière autonome par la chasse et la récolte, et en créant une dépendance à l’argent pour acheter des denrées alimentaires. Il en a résulté non seulement un changement drastique des modes d’alimentation des peuples autochtones qui a nui à leur souveraineté alimentaire et, au moins indirectement, au développement d’une insécurité alimentaire chronique (MacDonald & Steenbeek 2015). Les peuples autochtones sont en effet plus susceptibles de se retrouver en situation d’insécurité alimentaire que le reste de la population canadienne, avec des taux de 27% chez les Inuits, 22% chez les Premières Nations et 15% chez les Métis en comparaison de 7% pour le reste de la population (Statistiques Canada 2013 : 3).

24Ces processus ont été accentués par le système éducatif, sous la responsabilité des communautés religieuses, qui a servi de véhicule au dénigrement et à l’effacement des savoirs traditionnels et des cultures locales. À partir de 1880, et ce jusqu’en 1980, les enfants autochtones ont été retirés de la garde de leurs parents et envoyés dans des écoles résidentielles et pensionnats où ils recevaient une éducation occidentale et religieuse, et apprenaient à mépriser leur propre culture. L’interdiction de parler les langues locales a limité les possibilités de partage des savoirs en alimentation qui étaient essentiellement transmis oralement (Turner & Turner 2008). De plus, les enfants étaient soumis à un régime alimentaire occidental composé d’aliments tels que les pommes de terre, le porridge, le sucre raffiné, le pain et les légumes du jardin, ce qui a ancré le goût de ces aliments chez plusieurs générations d’enfants au détriment des régimes alimentaires traditionnels moins salés et sucrés. Après la Deuxième Guerre mondiale, les migrations des réserves vers les villes se sont accentuées avec, en parallèle, l’arrivée dans les réserves de produits transformés et de la malbouffe, favorisant un régime alimentaire riche en sucres, sel et carbohydrates, et faibles en certaines vitamines, fibres et nutriments (MacDonald & Steenbeek 2015).

  • 4 Obésité et diabète de type II ne se recoupent pas totalement : sur 10 personnes avec obésité, 8 ont (...)

25Ces transformations provoquent une « spirale descendante de la perte » (Turner & Turner 2008) des savoirs traditionnels en alimentation et s’accompagnent d’impacts négatifs sur la santé des personnes qui les vivent. La prévalence de maladies, dites « maladies occidentales » auparavant inconnues ou rares chez les peuples autochtones comme le diabète de type II, l’obésité4 et les maladies cardiovasculaires a explosé (Milburn 2004 ; Turner & Turner 2008 ; Mundel & Chapman 2010 ; Roy 2002 & 2005 ; MacDonald & Steenbeek 2015 ; Turin et al. 2016). Roy a particulièrement étudié le cas du diabète de type II. En 1995, la prévalence de ce diabète était de 37,4% des membres de la communauté des Premières Nations d’Optciwan âgés de 45 à 64 ans, contre 3,6% dans la population québécoise, et de 57,5% chez les plus de 65 ans contre 7,2% dans le reste de la population québécoise (Roy, Fecteau & CSSSAPNQL 2005 : 5). De tels cas de diabète étaient rares ou inobservés dans ces communautés deux décennies avant.

26Depuis plus de 20 ans, d’autres travaux renouvèlent ces constats en lien avec les changements de régime alimentaire des communautés autochtones :

« Canada's Aboriginal people (…) have rates of diabetes some three times the national average and higher rates of other chronic diseases. (…) Sandy Lake First Nation, an Ojibwa-Cree community in northern Ontario, has a diabetes rate of 26 percent, the third highest rate in the world and some four to five times the national average. » (Milburn 2004 : 414) ou encore « Aboriginal people noticed the impact of dietary changes on their general health (…). Furthermore, life expectancy was overall reduced (…) due to their adaptation of European lifestyles and foods. » (MacDonald & Steenbeck 2015 : 36)

27Selon Milburn (2004), les problèmes d’obésité et de diabète de type II sont accrus par l’interaction entre les gènes et les changements alimentaires. Les populations autochtones ont développé au fil des siècles des mécanismes pour stocker rapidement de l’énergie, ce qui leur a permis de survivre à des périodes de famine ou de pénurie alimentaire, notamment durant l’hiver. De plus, le mode de vie nomade nécessitait de grandes quantités d’énergie, ce qui n’a plus été le cas lors de leur sédentarisation forcée. D’autres explications pointent le stress psychosocial favorisant l’accroissement du niveau de glycémie chez les diabétiques et les non-diabétiques, les difficultés d’accès aux services sociaux et de santé, le non-respect des traitements et les conditions générales de pauvreté dans les communautés autochtones.

28Le sociologue portugais Santos a introduit le terme d’« épistémicide » en référence à l’expansion coloniale européenne qui a subalternisé, criminalisé, voire éliminé des formes de connaissances et des pratiques sociales des peuples colonisés (Santos 1994). Santos met également en lumière la manière dont la construction des connaissances scientifiques occidentales repose sur la création d’une ligne de fracture entre, d’une part, savoir et ignorance et, d’autre part, modernité et primitivité, produisant ainsi une invisibilisation systématique des savoirs des colonisés (Santos 2014). Si l’on suit Roy, les actions traditionnelles en matière de santé, et notamment de santé publique auprès des peuples autochtones du Canada, ont eu tendance à reproduire les rapports coloniaux en présupposant leur incompétence en matière d’alimentation et en les tenant pour principaux responsables de leur santé. S’appuyant sur l’exemple du diabète, il constate que plusieurs programmes d’intervention associent le taux de prévalence du diabète et le mauvais contrôle de la maladie « à un manque de connaissances ou à de l’incompréhension de la part de la population » (Roy, Fecteau & CSSSPNQL 2005 : 8).

29Suivant ce constat, plusieurs auteur-e-s soulignent la nécessité de développer des interventions s’inscrivant dans une perspective décoloniale. Une des pistes de réflexion ouverte en ce sens concerne la redécouverte et la réappropriation des savoirs autochtones traditionnels : « Recovery of Indigenous knowledge as a decolonization strategy for the solving of contemporary issues facing Indigenous communities. Decolonization ultimately requires the overturning of the colonial structure, but that must be initiated by the colonized. » (Grey & Patel 2004 : 362) Dans cette perspective décoloniale, les savoirs en alimentation ne sont pas seulement des connaissances techniques, par exemple, sur les vertus nutritives des plantes ; ils sont aussi des vecteurs de solidarité intergénérationnelle au sein des peuples autochtones et porteurs de conceptions du monde ancestrales, comme le rapportent Grey & Patel : « Even traditional Indigenous food storage techniques can be traced to a discourse between humans, spirits, plants, and animals (…). » (2004 : 437) Un autre trait de l’approche décoloniale est de favoriser la réappropriation et l’application des savoirs autochtones en alimentation au bénéfice des personnes qui les détiennent ou les détenaient (Grey & Patel 2004 ; Shava 2005).

30Turner et al. évoquent la réintroduction, en Colombie-Britannique, de la culture, la récolte, la préparation et la consommation du camas dans un double objectif d’amélioration de la santé des peuples autochtones et de renversement des impacts négatifs du colonialisme. Malgré tout, il ne s’agit pas, selon eux, de retourner à des façons de faire d’avant la colonisation, mais plutôt de se réapproprier certaines traditions à la lumière des réalités contemporaines vécues par les peuples autochtones. Cela peut passer par des nouvelles recettes pour apprêter des aliments traditionnels afin de plaire aux gouts des jeunes générations tout en suscitant leur intérêt pour la récolte et les cérémonies entourant leur consommation (Turner et al. 2013). D’autres initiatives, comme une intervention de santé publique s’appuyant sur un projet de jardin et de cuisine communautaires à Vancouver à destination des autochtones vivant en milieu urbain, poursuivent des objectifs similaires (Mundel & Chapman 2010).

31Le développement et la généralisation de telles interventions, avec d’autres changements, semblent contribuer à l’amélioration de la santé des peuples autochtones. Concernant le diabète de type II, il y a une légère amélioration toutes communautés autochtones confondues au cours des années 2000 même si les différences demeurent marquées dans certains cas : pour les personnes âgées de plus de 45 ans, 19% des personnes des Premières Nations étaient diabétiques en 2010, contre 11% pour le reste de la population canadienne. Il n’y aurait plus de différence statistique de la prévalence du diabète chez les Inuits par rapport au reste de la population : mais il faut tenir compte du plus faible accès aux soins de santé, et donc au diagnostic, ainsi que d’une espérance de vie de 10 ans inférieure au reste de la population (Statistique Canada 2013 : 7). Également, l’essentiel des projets se fait dans un contexte scolaire alors que l’école a précisément été un des rouages centraux de l’épistémicide décrit précédemment (Godlewska, Moore & Bednasek 2010). Cela implique donc de repenser les différents contenus du curriculum scolaire et le rôle que joue l’école comme vecteur de relations de pouvoir coloniales. Ces enjeux sont particulièrement bien illustrés, en dehors du Canada, par Shava qui présente un programme d’éducation aux plantes sauvages en milieu scolaire au Zimbabwe visant à remédier au déclin de l’usage des plantes sauvages par les communautés autochtones. La mise en œuvre de ce programme permettrait de transformer l’école occidentale en tant que lieu d’enseignement de savoirs abstraits, déconnectés de la vie quotidienne, en lieu favorisant les interfaces avec l’environnement naturel, ce qui rejoint la conception autochtone de l’apprentissage en situation (Shava 2005). Également, ce programme semble avoir permis de lutter contre les préjugés intériorisés par les membres des communautés autochtones envers les aliments traditionnels qu’ils associaient eux-mêmes à un mode de vie primitif et à la pauvreté.

Pour une approche multidisciplinaire de l’ignorance

32L’analyse réalisée dans cet article s’accompagne de difficultés méthodologiques inhérentes à toute tentative de rendre compte de ce dont on ne sait pas, des raisons pour lesquelles on ne le sait pas et ce qu’on pourrait savoir. Parmi ces difficultés, nous avons buté sur une de celles déjà relevées par Girel (2017), à savoir que l’ignorance est parfois l’effet d’une multiplicité de causes culturelles, historique, politique, etc., et elle est parfois l’effet d’une intention. Le terme de « production » de l’ignorance est donc éminemment ambigu, car il peut renvoyer à un mécanisme aveugle comme à une stratégie organisée. Sans trancher entièrement ce débat, nous plaidons pour une approche complexe de l’ignorance s’appuyant sur une approche multidisciplinaire empruntant à des disciplines comme l’histoire, l’anthropologie, la médecine, la sociologie, la philosophie et la psychologie, comme nous avons essayé de le faire dans cet article.

33Dissonance cognitive, fabrication du doute et épistémicide : les trois mécanismes de production de l’ignorance analysés dans cet article témoignent d’une société structurée par des rapports sociaux inégalitaires et des idéologies spécistes, capitalistes et coloniales qui contribuent à les maintenir. Pour autant, chacun des cas dessine également des pistes d’action ou des initiatives portées par des individus, des collectifs et des institutions de manière d’enrayer ces mécanismes.

34La troisième conceptualisation de l’ignorance comme épistémicide est la moins développée dans les travaux actuels recensés. Pourtant, la compréhension de ses mécanismes revêt une actualité importante en lien avec la place des savoirs traditionnels au-delà même des seuls savoirs traditionnels autochtones. On assiste actuellement, dans les Suds autant qu’en Occident, à un large mouvement de revalorisation des savoirs paysans, par exemple, pour faire contrepoids au pouvoir des multinationales de l’alimentation et au système agricole productiviste. Il semble ici important de distinguer l’usage politique de ces savoirs de leur rôle actuel dans le développement ou la redécouverte de pratiques alimentaires émancipées de l’industrie agroalimentaire et du productivisme. Dans la perspective politique, ces savoirs traditionnels peuvent servir d’instruments de luttes culturelles, voire identitaires qui peuvent conduire aussi bien au développement et à la revalorisation de cultures méprisées qu’à des revendications passéistes menant à un repli sur soi (reconstruire un « avant » contre les bouleversements apportés par l’ère moderne). Mais il ne faut pas non plus négliger que la redécouverte de ces savoirs traditionnels, et leur adaptation à notre époque, puissent contribuer au développement de pratiques locales et au tissage de solidarités locales et intergénérationnelles.

Top of page

Bibliography

ALTIERI M. A. 2009. « Agroecology, Small Farms, and Food Sovereignty », Monthly Review 1er juillet, consulté le 7 Juillet 2019 : [http://monthlyreview.org/2009/07/01/agroecology-small-farms-and-food-sovereignty/].

ANDERSON M.K. 2005. Tending the wild : Native American knowledge and the management of California’s natural resources. Berkeley : University of California Press.

BANDINI A. 2018. « L’aveuglement volontaire », Revue philosophique 3 : 391-406.

BENAMOUZIG D.CORTINAS MUÑOZ J. 2019. « Les stratégies politiques des entreprises en santé publique : le cas de l’agroalimentaire en France », Revue française des affaires sociales 3 : 189-208.

CAVERNI J.-P., FABRE J.-M. & GONZALEZ (ed.) 1990. Cognitive Biases. New York : Elsevier.

COLÁS A., EDWARDS J., LEVI J. & ZUBAIDA S. 2018. Food, Politics and Society. Social Theory and Modern Food System. Oakland : University of California Press.

COPE M. & ALLISON D. 2010. « White Hat Bias : Examples of its Presence in Obesity Research and a Call for Renewed Commitment to Faithfulness in Research Reporting », International Journal of Obesity 34(1) : 83-84.

DAVIDSON D. 1991. Paradoxes de l’irrationalité, tr. Pascal Engel. Paris : Éditions de l’Éclat.

FESTINGER L. 1957. A cognitive Dissonance Theory. Stanford : Stanford Theory.

GOYAL R. & DESHMUKH N. 2018. « Food Label Reading : Read Before you Eat », Journal of Education and Health Promotion 7 : 56.

GIBERT M. 2015. Voir son steak comme un animal mort. Lux éditeur : Montréal.

GIREL M. & LEDUC M. (éd.) 2017. « Culture de l’ignorance », numéro thématique de la revue Raison présente 204 (4).

GIREL M. 2017. Sciences et territoires de l’ignorance. Versailles : éditions Quae.

GOLDBERG R. & VANDENBERG L. 2019. « Distract, delay, disrupt examples of manufactured doubt from five industries », Review of Environmental Health 34(4) : 349-363.

GODLEWSKA A., MOORE J. & DREW BEDNASEK C. 2010. « Cultivating ignorance of Aboriginal realities », The Canadian Geographer 54(4) : 417–440.

GOLDMAN A. 1999. Knowledge in a Social World. Oxford : Oxford Univeristy Press.

GREENHALGH S. 2019. « Soda Industry Influence on Obesity Science and Policy in China », Journal of Public Health Policy 40 : 5-16.

GREY S. & PATEL R. 2015. « Food Sovereignty as Decolonization : Some Contributions From Indigenous Movements to Food System and Development Politics », Agriculture and Human Values 32(2) : 431-444.

GROSS M. 2010. Ignorance and Surprise : Science, Society and Ecological Design. Cambridge : MIT Press.

GROSS M. & McGOEY L. (éd.) 2015. Routledge International Handbook of Ignorance Studies. London : Routledge.

GRUNERT K. & WILLS J. 2007. « A Review of European Research on Consumer Response to Nutrition Information on Food Labels », Journal of Public Health 15 : 385-399.

GUERRERO A. A. 2017. « Living with Ignorance in a World of Experts » in R. PEELS (éd.) Perspectives on Ignorance from Moral and Social Philosophy : 156-185. London : Routledge.

HENRY E. 2017. Ignorance scientifique et inaction publique. Paris : Presses de Sciences Po.

HESS D. 2016. Undone Science : Social Movements, Mobilized Publics, and Industrial Transitions. Cambridge : MIT Press.

HOREL S. 2018. Lobbytomie. Comment les lobbies empoisonnent nos vies et la démocratie. Paris : La découverte.

JOHNS D. M. & OPPENHEIMER G. M. 2018. « Was There Ever Really a ‘Sugar Conspiracy’ ? », Science 359(6377) : 747-750.

JOY M. 2010. Why We Love Dogs, Eat Pigs, and Wear Cows : An Introduction to Carnism. San Francisco : Conari Press.

KEARNS C., SCHMIDT L. & GLANTZ S. 2016. « Sugar Industry and Coronary Heart Disease Research : A Historical Analysis of Internal Industry Documents », JAMA Internal Medicine 176(11) : 1680-1685.

KEARNS C. E., SCHMIDT L. A, GLANTZ S. A. & APOLLONIO D. E. 2018. « The sugar industry’s influence on policy », Science 360(6388) : 501.

KEARNS C. E., GLANTZ S. A. & APOLLONIO D. E. 2019. « In defense of sugar : a critical analysis of rhetorical strategies used in The Sugar Association’s award-winning 1976 public relations campaign », BMJ Public Health 19 : 1150.

KLEINMAN D. & SURYANARAYANA S. 2015. « Ignorance and industry : Agrichemicals and honey bee deaths », in M. GROSS & L. McGOEY (éd.) Routledge International Handbook of Ignorance Studies : 186-191. London : Routledge.

LOUGHNAN S., BRATANOVA B. & PUVIA E. 2012. « The Meat Paradox : How Are We Able to Love Animals and Love Eating Animals », In-Mind Italia I : 2240-2454.

LUZI J. 2009. « Une histoire de l'industrialisation de l'agroalimentaire : Commentaires sur Le marché de la faim et Le monde selon Monsanto », Écologie & politique 38(1) : 43-56.

MacDONALD C. & STEENBEEK A. 2015. « The Impact of Colonization and Western Assimilation on Health and Wellbeing of Canadian Aboriginal People », International journal of regional and local history 10(1) : 32–46.

MERRITT D. J. & OPPENHEIMER G. M. 2018. « Was There Ever Really a “Sugar Conspiracy” ? », Science 359(6377) : 747-750.

MICHAELS D. & MONFORTON C. 2005. « Manufacturing Uncertainty : Contested Science and the Protection of the Public’s Health and Environment », American Journal of Public Health 95(S1) : S39-48.

MILBURN M. P. 2004. « Indigenous Nutrition : Using Traditional Food Knowledge to Solve Contemporary Health Problems », American Indian Quarterly 28(3/4) : 411-434.

MUNDEL E. & CHAPMAN G. E. 2010. « A decolonizing approach to health promotion in Canada : the case of the Urban Aboriginal Community Kitchen Garden Project », Health Promotion International 25(2) : 166–173.

NESTLE M. 2013. Food Politics : How the Food Industry Influences Nutrition and Health. Berkeley : University of California Press.

NESTLE M. 2016. « Food Industry Funding of Nutrition Research : The Relevance of History for Current Debates », JAMA internal medicine 176(11) : 1685–1686.

OGIEN A. 2015. « Doubt, ignorance and trust : On the unwarranted fears raised by the doubt-mongers », in M. GROSS & L. McGOEY (éd.) Routledge International Handbook of Ignorance Studies, London : Routledge.

ORESKES N. & CONWAY M. 2012. Les marchands de doute : ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique, trad. J. Treiner, Paris : Le Pommier.

PROCTOR R. N. 1995. Cancer Wars. How Politics Shapes What We Know and Don’t Know about Cancer. New York : Basic Books.

PROCTOR R. N. & SCHIEBINGER L. (ed.) 2008. Agnotology. The Making and Unmaking of Ignorance. Stanford : Stanford University Press.

PROCTOR R. N. 2014. Golden Holocaust – La conspiration des industriels du tabac, préface et édition par Mathias Girel. Paris : Les Équateurs.

ROBERTS J. 2015. « Organizational ignorance » in M. GROSS & L. McGOEY (éd.) Routledge International Handbook of Ignorance Studies : . London : Routledge.

ROY B. 2002. Sang sucré, pouvoirs codés, médecine amère. Sainte-Foy : Presses de l'Université Laval.

ROY B. & FECTEAU K. avec la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (2005). Paroles et pouvoir de femmes des Premières Nations. Manuel pour une prise de parole sur la vie, la santé… le diabète. Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval.

RUBY M. B. 2012. « Vegetarianism. A Blossoming Field of Study », Appetite 58 :141-150.

SANTOS B. de Sousa. 1994. Pela Mão de Alice : O Social e o Político na Pós-Modernidade. Porto : Afrontamento.

SANTOS B. de Sousa. 2014. Epistemologies of the South : Justice Against Epistemicide. Boulder : Paradigm Publisher.

SÉGUY L. 2010. « La genèse de l’étiquetage nutritionnel dans le droit européen », Sciences de la société 80 : 28-43.

SERÔDIO P., McKEE M. & STUCKLER D. 2018. « Coca-Cola – a model of transparency in research partnerships ? A network analysis of Coca-Cola’s research funding (2008-2016) », Public Health Nutrition 21(9) : 1594-1607.

SHAVA S. 2005. « Research on Indigenous Knowledge and its Application : A Case of Wild Food Plants of Zimbabwe », Southern African Journal of Environmental Education 22 : 73-86.

SISMONDO S. (2018). Gost-Managed Medicine. Toronto : Mattering Press.

STATISTICS CANADA. 2013. Health at a Glance. Select health indicators of First Nations people living off reserve, Métis and Inuit, Health Statistics Division January, no.82-624-X ISSN 1925-6493.

TURIN T. C., SAAD N., JUN M. et al. 2016. « Lifetime risk of diabetes among First Nations and non – First Nations people », CMAJ 188(16) : 1147-1153.

TURNER N. J. & TURNER K. L. 2008. « “Where our woman used to get food” : cumulative effects and loss of ethnobotanical knowledge and practice ; case study from coastal British Columbia », Botany 86 : 103-115.

TURNER N. J., BERKES F., STEPHENSON J. & DICK J. 2013. « Blundering Intruders : Extraneous Impacts on Two Indigenous Food Systems », Human Ecology 41 : 563-574.

WAZIYATAWIN A. W. 2004. « Introduction : Indigenous Knowledge Recovery Is Indigenous Empowerment», American Indian Quarterly 28(3/4) : 359-372.

ZERUBAVEL E. 2006. The Elephant in the Room. New York : Oxford University Press.

Top of page

Notes

1 [https://bibbase.org/show?bib=http%3A%2F%2Fbibbase.org%2Fzotero-group%2Fscience_et_ignorance/1340424].

2 Les bases de données considérées sont CAIRN, Érudit, Francis, Google Scholar, OpenEdition et SocIndex, à partir de l’année 2000, avec les mots-clés suivants : food/alimentation, sugar / sucre, meat / viande, silencing, doubt / production du doute, invisibilization / invisibilisation, ignorance / ignorance, loss / perte, cognitive dissonance / dissonance cognitive.

3 L’expression « peuples autochtones » désigne les Premières Nations, les Inuits et les Métis, tels que définis par l’article 35(2) de la Loi constitutionnelle de 1982.

4 Obésité et diabète de type II ne se recoupent pas totalement : sur 10 personnes avec obésité, 8 ont un diabète de type II.

Top of page

References

Electronic reference

Baptiste Godrie and Aude Bandini, « Ce que l’ignorance nous apprend », Anthropology of food [Online], S15 | 2020, Online since 20 January 2021, connection on 09 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/aof/11300 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.11300

Top of page

About the authors

Baptiste Godrie

sociologue, CREMIS et Université de Montréal, baptiste.godrie@umontreal.ca

Aude Bandini

philosophe, Université de Montréal, aude.bandini@umontreal.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search