Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S15Concrétiser l’ambition démocratiq...

Concrétiser l’ambition démocratique de l’alimentation durable ?

Expérimentations bruxelloises dans l’aide alimentaire
Achieving the democratic ambition of sustainable food? Brussels experiments in food aid
Lotte Damhuis, Alexia Serré and Matthias Rosenzweig

Abstracts

Between 2015 and 2018, actors of the food help sector in Brussels have led a project – named Solenprim – aimed at developing initiatives that favor durable access to qualitative food for people living in poverty. The project started from the finding that sustainable food movements tend not to be accessible for poor people. Solenprim ambitioned to outline possible bridges between actors and practices of the food help sector and those of the food movement. Based on the observations and analyses of these experiments, the article develops the reasons why the food movement fails to fulfill its democratic and inclusive ambitions. These reasons are related on the one hand to the moral injunction to « eat healthy and responsibly ». Those normative horizons tend not to take into account the way poverty may affect the act of eating in its complexity. On the other hand, the initiatives that offer sustainable food have a tendency, despite their inclusive intentions, to reproduce financial and socio-cultural barriers that render these places inaccessible to people living in poverty.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Ce droit, spécifié dans l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 au (...)
  • 2 Le terme d’insécurité alimentaire désigne les difficultés d’accès à l’alimentation et de consommati (...)

1Être à l’abri de la faim et avoir accès à une nourriture suffisante et adéquate pour vivre dignement est un droit reconnu par la Charte internationale des droits de l’Homme1. Théoriquement, cette assise juridique fait de l’accès de tous à l’alimentation une responsabilité étatique. Pourtant, en Belgique, « malgré les obligations internationales, le droit à une alimentation adéquate n’est pas explicitement consacré dans [son] ordre juridique » (Eggen 2015 : 2). Aujourd’hui, les réponses proposées aux situations d’insécurité alimentaire2 reposent sur des dispositifs d’aide alimentaire dont certains sont hérités d’une longue tradition caritative.

2Bien que ces dispositifs permettent de répondre à certains besoins alimentaires, des questionnements traversent les acteurs de ce champ. L’aide alimentaire se voit en effet critiquée à l’aune de nouveaux cadres de pensée, parce qu’elle n’offre pas de perspective allant dans le sens d’une transformation globale du système alimentaire (plus juste et plus durable).

  • 3 « La démocratie alimentaire désigne des processus de gouvernance alimentaire, à l’échelle des terri (...)

3Dans ce contexte, l’ambition de développer une « démocratie alimentaire »3 (Lang 1999 ; Paturel & Ramel 2017), ou de permettre l’accès de tous à une alimentation de qualité, que revendiquent les acteurs qui prônent une transition vers des systèmes alimentaires durables, constitue pour certains acteurs de l’aide alimentaire une opportunité d’explorer de nouvelles pistes d’action pour permettre aux personnes qui fréquentent leurs services de bénéficier d’un meilleur accès à des produits sains et de qualité. C’est précisément dans cette intention que s’est élaborée la recherche-action participative Solenprim, sur laquelle s’appuie le propos développé dans cet article.

4Solenprim, pour Solidarité en primeur(s), est née en 2015 au sein du secteur de l’aide alimentaire, en réponse à un appel à projets visant le développement de systèmes alimentaires durables en Région de Bruxelles-capitale. Son objectif était « de créer, développer et évaluer des initiatives pilotes permettant aux publics les plus précaires d’accéder durablement à une alimentation de qualité, diversifiée, et d’être connectés à des systèmes alimentaires alternatifs qui promeuvent de nouvelles formes de solidarités, de coopérations et d’échanges » (Myaux et al. 2016). Il s’agissait en d’autres termes de travailler à concrétiser, mais à partir d’un point d’ancrage différent, l’ambition inclusive des systèmes alimentaires durables.

5Après avoir mené une réflexion collective sur « ce que bien se nourrir veut dire », les participants au projet de recherche – rassemblant des personnes qui fréquentent des services d’aide alimentaire, des travailleurs sociaux de ces services ainsi que des acteurs de seconde ligne du champ de l’aide alimentaire et des sociologues – ont mis sur pied des dispositifs qui visent à diminuer les prix de consommation, favoriser la culture d’aliments chez soi, avoir accès gratuitement à des ustensiles de cuisine ou de jardinage ou encore cuisiner ensemble. Ces expérimentations ont permis de rendre visibles les mécanismes sociaux qui entravent la concrétisation d’une démocratisation alimentaire, en particulier lorsqu’elle n’est pas pensée à partir des réalités vécues par les personnes en situation de pauvreté et de l’insécurité alimentaire qui en résulte.

  • 4 Cette analyse s’appuie sur 26 entretiens réalisés avec divers acteurs impliqués dans Solenprim ; su (...)

6L’article expose tout d’abord le fonctionnement et les enjeux du système de l’aide alimentaire belge, afin de poser le contexte dans lequel s’est construit Solenprim. Il détaille ensuite les ambitions poursuivies par ce projet, les acteurs qui l’ont porté et les dispositifs concrets qui ont été créés. La troisième partie de l’article s’attarde enfin sur les enseignements que ces expérimentations nous permettent de tirer quant à l’accès des populations en situation de précarité au bien se nourrir.4

7Penser une démocratie alimentaire nécessite de tenir compte de la complexité de « l’acte alimentaire » (Ramel & Boissonnat 2018) et de comprendre comment les situations de précarités ont un impact sur celui-ci.

L’alimentation durable comme opportunité de questionner le système d’aide alimentaire ?

8Une étude récente (Hubert & Vleminckx 2016) a constaté que l’insuffisance et l’instabilité des ressources dont disposent les organisations d’aide alimentaire limitent grandement leur capacité à proposer aux personnes « un service adéquat, que ce soit en matière de qualité de l’accueil, d’offre d’un accompagnement social ou encore de qualité et de diversité des vivres » (ibid. : 4). Ces constats, qui se renouvèlent quotidiennement sur le terrain, amènent des acteurs du secteur désireux de sortir des sentiers battus à réinterroger le sens de leur action.

L’aide alimentaire, garante du droit à l’alimentation ?

  • 5 Notons également l’existence de pratiques d’aide alimentaire moins formalisées, non soutenues par l (...)

9L’aide alimentaire se présente principalement sous trois formes : des colis alimentaires, des repas consommés gratuitement ou à bas prix dans des restaurants sociaux et, enfin, la possibilité d’acheter des produits à des prix inférieurs à ceux du marché, dans des épiceries sociales5. Elle concerne 450 000 personnes chaque année sur l’ensemble de la Belgique, dont 55 000 à Bruxelles (ibid. : 3).

  • 6 Article 11, Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1976, Alinéa (...)
  • 7 Cette définition est issue du rapport présenté en 2001 par Jean Ziegler, Rapporteur spécial sur le (...)

10Si cette offre permet théoriquement de répondre au « droit fondamental qu’a toute personne d’être à l’abri de la faim »6, il ne garantit aucunement le « droit à l’alimentation » entendu comme « droit d’avoir un accès régulier, permanent et libre, soit directement, soit au moyen d’achats monétaires, à une nourriture quantitativement et qualitativement adéquate et suffisante, correspondant aux traditions culturelles du peuple dont est issu le consommateur, et qui assure une vie psychique et physique, individuelle et collective, libre d’angoisse, satisfaisante et digne »7. Certes, l’aide alimentaire reçue peut constituer « pour les populations concernées [un] apport matériel utile qui permet de soulager leurs budgets et de les aider dans leurs stratégies de survie » (Myaux 2019 : 44) ; elle parvient, lorsque certaines conditions sont réunies, à couvrir des besoins liés à la dimension relationnelle de l’acte alimentaire et au plaisir de manger ensemble ; elle offre parfois des espaces d’accueil où les personnes peuvent se poser un instant, être écoutées, voire être accompagnées dans un parcours d’amélioration de leur situation ; mais sur le plan de l’accès à l’alimentation, elle présente des limites.

  • 8 Ces produits sont fournis par le Fond Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD) qui a pour objectif « (...)

11Comme opérateurs du droit à l’alimentation pour les plus démunis, ses dispositifs actuels posent question sur divers aspects à une partie des acteurs qui les mettent en œuvre. Le premier aspect, qui interroge l’universalité du droit à l’alimentation, concerne la conditionnalité des aides proposées, puisque les demandeurs sont en effet tenus de répondre à des critères d’accès (lieu de résidence, âge, situation de logement, nationalité et / ou bien sûr le critère financier, généralement prédominant). Le second porte sur la logique compensatoire et palliative dont l’aide alimentaire est emblématique : l’augmentation du nombre de demandes d’aide peut être lue comme le symptôme d’une augmentation de la précarité et d’une dégradation des conditions de vie d’une proportion toujours plus grande de la population. Enfin, l’offre de produits proposée pose également question : pour bon nombre d’organismes d’aide alimentaire, les invendus de la grande distribution et les produits fournis par l’autorité publique8 sont les principales, voire uniques, sources d’approvisionnement (Rousseau & Damhuis 2019 : 179). La faible qualité et la provenance des denrées distribuées sont alors questionnées au regard des enjeux sanitaires et écologiques plus généralement associés aux critiques contemporaines concernant nos systèmes alimentaires.

12Plus globalement, avec le développement récent de filières de récupération des surplus et des invendus spécifiquement pensées pour écouler la surproduction et régler la problématique de la faim en offrant cette surproduction aux organismes d’aide alimentaire, le système actuel normalise l’idée et les pratiques selon lesquelles les denrées destinées aux pauvres ne doivent pas nécessairement leur permettre le choix de leur nourriture. Sous couvert de contribuer à réduire le gaspillage et d’être économiquement rentable, une telle réponse justifie, voire renforce, un système inégalitaire en matière d’accès à l’alimentation.

Changer de paradigme pour renouveler les pratiques ?

  • 9 Nous nous adossons à la qualification de « mouvement » utilisée par Lagasse (2017a) pour désigner l (...)

13Aujourd’hui, le mouvement9 qui milite pour une transition vers des systèmes alimentaires durables défend la nécessité de concevoir l’accès à l’alimentation comme un enjeu de démocratie. Ce paradigme invite à penser le droit à l’alimentation de façon élargie, au-delà de la garantie d’un accès à une alimentation de qualité répondant aux critères explicités plus haut. Le concept de « démocratie alimentaire » (Lang op. cit. ; Paturel & Ramel op. cit.) permet à la fois de soulever les enjeux de justice et de citoyenneté. Il se décline notamment en une meilleure prise en compte de la parole des citoyens à propos de leurs besoins et de leurs choix alimentaires, y compris ceux qui sont aujourd’hui les plus éloignés des arènes de délibération publique (Paturel & Ramel ibid.).

14La Région de Bruxelles-capitale a mis la transition vers un système alimentaire durable à son agenda politique depuis le début des années 2000, puis a adopté, en 2015, la Stratégie GoodFood, visant à encourager et fédérer les initiatives qui permettent, à Bruxelles, de « bien manger » et de « mieux produire ». Cette politique publique, programmée pour cinq ans (2016-2020), se décline en sept axes stratégiques, dont celui d’« accompagner la relocalisation et la transition d'une offre durable pour tous »10.

  • 11 [www.cocreate.brussels].
  • 12 Notons que cet intitulé a rapidement évolué pour intégrer une dimension de justice : « (…) le quali (...)

15Le soutien public aux initiatives en alimentation durable s’est également traduit, en 2015, par un appel à projets lancé par l’Institut bruxellois pour la Recherche et l’Innovation11, visant à développer des actions expérimentales « pour des systèmes alimentaires durables en Région de Bruxelles-Capitale » (selon l’intitulé de l’appel)12. Il s’agissait là d’une opportunité pour certains acteurs du monde de l’aide alimentaire de poser la question de l’accès à l’alimentation de qualité de tous, et de mettre au travail l’enjeu démocratique des systèmes alimentaires, en prenant pour point de départ les expériences alimentaires des personnes directement concernées, et en tenant compte de ce que (bien) manger veut dire quand on est en situation de précarité.

  • 13 Cette façon de faire est assez peu répandue dans les associations du secteur de l’aide alimentaire. (...)

16Financé dans le cadre de cet appel à projet, Solenprim s’est ainsi élaboré dans un double objectif : celui de créer des ponts avec des projets d’alimentation durable pour voir en quoi ces rapprochements pouvaient permettre d’identifier de nouvelles réponses aux situations d’insécurité alimentaire, et celui de mobiliser une méthodologie participative qui permette aux bénéficiaires d’être davantage impliqués dans la conception et la mise en œuvre de ces réponses alternatives13.

Solenprim - un projet de recherche-action participative

  • 14 Cet adjectif qualifie une démarche de recherche dans laquelle, pour répondre au questionnement qu’i (...)
  • 15 La référence à la recherche participative est mobilisée ici pour indiquer une méthodologie qui mobi (...)

17À rebours de démarches de recherches classiques dites extractives14, Solenprim s’est inscrit dans les repères et les exigences de la recherche participative15. Les partenaires et participants du projet ont des affiliations professionnelles et organisationnelles variées et occupent des rôles différents au sein du projet. Ces places sont reconnues comme légitimes et pertinentes, dans la mesure où elles permettent de croiser des regards, des connaissances et des expériences multiples et complémentaires.

18Si la responsabilité de la documentation et de l’analyse des expérimentations a été portée par les sociologues du projet, l’ensemble des personnes et organisations impliquées (exposé ci-après) a participé – à des échelles et selon des formats variés – à la production de données et aux réflexions à propos du projet en cours.

Genèse du projet

  • 16 La CAA, animée par la Fédération des services sociaux, est un lieu d’échange d’informations et de p (...)

En 2015, la Concertation aide alimentaire (CAA)16 annonçait à ses membres qu’elle cherchait des partenaires intéressés à l’idée de s’associer au projet Solenprim en cours de montage. Quatre organismes – deux centres sociaux associatifs et deux Centres publics d’action sociale (CPAS) – répondirent présents. La perspective d’identifier et de tester une autre réponse concrète au problème de l’insécurité alimentaire faisait en effet écho aux préoccupations et constats de terrain : « [Une] question qui revient, [c’est] : Quid de l'après aide alimentaire ? Sachant que l'aide alimentaire va être limitée dans le temps, on se demande : que peut-on faire pour qu'après cette aide, [les personnes] puissent trouver d'autres alternatives. » (coordinateur au sein d’un CPAS partenaire du projet, entretien du 03/08/2016)

19Ces organismes avaient auparavant déjà engagé des démarches révélatrices du type de questionnements qu’ils nourrissaient.

20La Porte verte – une association implantée dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean – qui comprend notamment un restaurant social et un centre de distribution de colis alimentaires, avait réalisé plus d’un an avant le lancement de Solenprim une enquête auprès des bénéficiaires de son service de distribution de colis : « [Il s’agissait de] les interroger à la sortie, en prenant en compte leur profil social, les conditions dans lesquelles ils vivent (…). Les questions posées portaient sur les produits qui les intéressent [dans les colis], ceux qu'il faudrait ajouter et ceux qu'il faudrait abandonner » (Coordinateur de l’association, entretien du 14/07/2018). Cette enquête avait souligné la méconnaissance par certains bénéficiaires des usages possibles de certains produits distribués.

21Au Centre social protestant (CSP) – seconde association de la région bruxelloise impliquée dans Solenprim –, un dispositif jugé particulièrement innovant pour le secteur était en place depuis 2014 et suscitait l’intérêt : un groupe d’achats en commun (GAC), rassemblant une quarantaine de ménages, avait été mis sur pied par un assistant social, pour, selon ses termes, « donner [aux bénéficiaires] une alternative aux épiceries sociales et à l'aide alimentaire [classique] » (entretien du 19/07/2016). En se joignant à Solenprim, ce travailleur souhaitait associer le GAC à une réflexion plus large, soutenir son développement et interroger les conditions d’autonomie éventuelle du groupe (vis-à-vis de l’association).

22Quant aux deux Centres publics d’action sociale (CPAS), ils étaient impliqués dans des réflexions concernant les activités d’aide alimentaire développées dans leurs institutions respectives. Avec son pôle alimentation, le CPAS de Berchem-Sainte-Agathe organisait déjà en 2016, en sus des distributions de colis alimentaires, des ateliers cuisine et des ateliers thématiques. Il disposait par ailleurs d’une épicerie sociale, d’un four à pain communautaire et d’un terrain disponible pour y créer un potager. Le coordinateur de ce pôle expliquait son souhait d’être « à la pointe et de faire de l'aide alimentaire 2.0 ; c'est-à-dire d'aller vraiment de l'avant et de correspondre le plus possible à la réalité et aux besoins de [ses] usagers » (entretien du 03/08/2016). À Ixelles, une autre commune bruxelloise, l’ambition prioritaire de l’époque était de mettre en place une épicerie sociale offrant une large gamme de produits frais et sains. Le partenaire ixellois l’expliquait ainsi : « En montant notre projet d’épicerie, on voulait avoir cette attention par rapport à l'alimentation saine ; qu'on ne propose pas que des produits moins chers, mais qu'on soit dans une dynamique plus large. […] Et du coup, le projet Solenprim répondait à ces réflexions qu'on avait » (entretien du 03/08/2016).

L’intérêt de ces organismes pour Solenprim émanait donc conjointement de leur volonté d’interroger leurs pratiques, d’explorer de nouvelles pistes d’actions, de réfléchir aux enjeux liés à l’approvisionnement du secteur, et de le faire en bénéficiant de l’appui d’un porteur de projet, la Fédération des services sociaux, détenteur d’une expertise sur l’aide alimentaire et ses enjeux.

Phasage de la recherche et processus mis en place

23En privilégiant une démarche expérimentale, le partenariat Solenprim a voulu observer ce qui se passe lorsque différentes personnes – principalement des bénéficiaires de l’aide alimentaire, des travailleurs sociaux, des acteurs de seconde ligne et des sociologues – se mettent ensemble pour repenser la question de l’accès à une alimentation de qualité. Au total, ce sont environ 160 personnes qui ont été impliquées, de près ou de loin, dans le projet.

24Son ossature a été pensée de façon linéaire, avec un phasage en cinq étapes, impliquant systématiquement l’ensemble des acteurs du projet : faire un diagnostic collectif ; s’inspirer auprès d’initiatives alternatives existantes en matière d’alimentation ; dessiner au sein de chaque organisme d’aide alimentaire partenaire les contours d’un projet à expérimenter ; implémenter les projets esquissés et, à travers eux, mettre au travail une ou plusieurs dimensions liées à l’acte alimentaire ; évaluer les projets développés.

25Dans les premiers mois de la recherche-action, chaque partenaire de terrain s’est attelé (avec l’appui du porteur de projet) à mobiliser des bénéficiaires en les invitant à contribuer à un travail de diagnostic des freins qui pèsent sur les personnes en situation de précarité en matière d’accès à l’alimentation. Dans les deux CPAS et au Centre social protestant, des groupes d’usagers déjà constitués autour d’activités collectives ont été sollicités. À la Porte verte, les bénéficiaires ont été abordés dans les files d’attente des permanences sociales qui permettent d’accéder aux distributions de colis alimentaires, et pendant les moments de repas dans le restaurant social. Des bénéficiaires des quatre organismes, mais aussi des membres des équipes de travailleurs sociaux, ont ainsi pris part à différentes séances de travail organisées localement. Ils ont ensuite été invités à participer à des séances délocalisées pour leur permettre de croiser leurs analyses.

26Dans les deux CPAS, les personnes ont ensuite été mobilisées pour travailler à l’échelle locale au développement de projets concrets. Elles ont multiplié en 2017 et 2018 les rencontres dans ce but. Au CPAS d’Ixelles, ce processus a conduit à la mise en place d’une grainothèque par des membres du comité culturel qui existait depuis quelques années déjà au sein de l’institution. Il s’agit d’un service d’échanges de graines – de légumes, plantes aromatiques, fruits ou fleurs – à planter chez soi ou dans des espaces potagers communautaires. À Berchem-Sainte-Agathe, des personnes qui fréquentaient les services culturels ou d’aide alimentaire du CPAS ont constitué un comité citoyen. Ce dernier a créé un service de prêt d’ustensiles de cuisine et de jardinage venu compléter l’offre existante en matière d’aide alimentaire.

27À la Porte verte, les démarches visant à constituer un groupe de bénéficiaires suffisamment stable pour co-construire un projet n’ont pas abouti, mais des ateliers cuisine ont été mis en place. Ils ont peu à peu évolué d’une forme plus classique d’apprentissage de recettes et d’information sur la façon de cuisiner certains produits (des colis alimentaires) vers une co-construction des contenus de ces ateliers à partir des savoirs et des idées des participants.

  • 17 En effet, fin 2016, suite au départ du salarié qui accompagnait le groupe, le CSP a estimé qu’il n’ (...)

28Au Centre social protestant (CSP), le groupe d’achats en commun était déjà en fonctionnement avant que la recherche-action ne commence. Ce n’est donc pas la mise sur pied du dispositif qui a occupé le groupe pendant le projet Solenprim mais l’enjeu de son autonomisation17.

  • 18 Pour une analyse des enjeux relatifs à la participation des publics de l’aide alimentaire dans Sole (...)

29Au-delà des changements concrets dans les organisations participantes et des nouveaux dispositifs liés à l’alimentation que les participants ont mis sur pied, ce projet a permis d’une part, de documenter ce que participer veut dire et implique pour des personnes généralement éloignées des espaces de prise de décision. D’autre part, cette démarche a rendu possible la description et la compréhension des mécanismes par lesquels les situations de précarité influent sur les consommations alimentaires et des aspects plus particulièrement impactés par la précarité. La suite de l’article approfondit plus spécifiquement ces derniers résultats18. Elle montre notamment les points aveugles du mouvement vers une alimentation durable dans son combat pour une démocratie alimentaire. À rebours d’une considération essentialisante des modes de consommation alimentaire, le projet Solenprim a en effet permis de confronter les discours et les pratiques de certains espaces alimentaires durables à l’expérience des personnes qui en sont les plus éloignées.

L’horizon normatif de l’alimentation durable en question

Ce que bien se nourrir veut dire en situation de pauvreté

  • 19 Pour un aperçu du dispositif déployé pour réaliser le diagnostic de ce que bien se nourrir veut dir (...)

30S’intéresser aux pratiques alimentaires nécessite de les aborder au-delà de la dimension nutritive. Deux moments du projet ont permis de construire ce constat. D’une part, un exercice collectif de définition de ce que bien se nourrir veut dire et d’identification des barrières que l’on peut rencontrer pour bien manger a mis en exergue la complexité de l’acte alimentaire19. Loin de se limiter aux contenus qualitatif et quantitatif de l’assiette, bien se nourrir, c’est aussi, aux yeux des personnes, pouvoir manger avec des amis ou des proches. C’est avoir les ressources, les informations pertinentes, le matériel adéquat et le temps pour cuisiner. C’est pouvoir accéder à une alimentation qui corresponde à des spécificités sur le plan de la santé. Bien se nourrir est également lié à des facteurs de goût, qui peuvent notamment varier selon les cultures et les habitudes. Comme le souligne Ramel & Boissonnat (op. cit.), la nourriture est un support de construction identitaire et l’expression d’habitudes culturelles d’un pays. « Lors des repas s’opèrent des mécanismes d’individualisation, de socialisation et d’identification culturelle » (Id. : 56). Enfin, les participants ont également souligné les enjeux politiques liés aux façons de s’alimenter, en pointant notamment la question des conditions de production et de commercialisation de certains aliments. Le discours sur l’alimentation éthique a en effet pris une place importante et tend à se normaliser, « malgré les inégalités structurelles qui rendent difficile l’accès à des groupes marginalisés à une alimentation équilibrée, saine, savoureuse et variée » (Johnston et al. 2012 : 4). Autour et au travers de l’alimentation viennent donc se concentrer une multitude d’enjeux qui peuvent être mis à mal en situation de pauvreté.

31McAll et al. (2015) ont montré les liens qui existent entre l’alimentation et différentes dimensions associées au bien-être. Cette grille de lecture fait écho à l’exercice collectif mené par les participants autour de l’acte alimentaire en situation de pauvreté. La dimension matérielle du bien-être en est la première illustration. Bien se nourrir demande des ressources financières et matérielles qui font défaut. C’est une des fonctions premières que remplit l’aide alimentaire en fournissant gratuitement ou à bas prix des aliments ou des repas. La dimension relationnelle du bien-être est également mise à mal en situation de pauvreté, lorsque le lien social qui se tisse autour des pratiques alimentaires est fragilisé, faute de pouvoir inviter chez soi ou dans des situations d’isolement. « Partager avec les autres, c’est très important […]. Quand je suis seule, je sais cuisiner, mais je n’arrive pas à manger, je n’ai pas d’appétit » (bénéficiaire d’un CPAS, réunion du 16/06/2017). Citons encore la dimension décisionnelle du bien-être, qui renvoie à la possibilité d’opérer des choix dans son alimentation (pour des raisons culturelles, de goûts ou de régimes alimentaires spécifiques). Vivre en situation de pauvreté influe inévitablement sur la palette de choix quant aux pratiques alimentaires, entre autre parce que l’environnement dans lequel on vit peut être plus ou moins riche en offre de ressources ou en produits alimentaires. Notons que le système actuel d’aide alimentaire ne répond pas non plus à cet enjeu du choix lié à l’alimentation.

32La phase de construction des dispositifs concrets développés au sein de chaque organisation a été un second moment qui a permis de mettre en lumière la complexité de l’acte alimentaire, et l’incidence qu’ont sur lui les situations de pauvreté. En partant des dimensions de l’acte alimentaire qui importent aux personnes, les projets locaux développés par les participants montrent à quel point la question de l’accès à l’alimentation de qualité dépasse, tout en l’incluant, l’enjeu de la satisfaction d’un besoin biologique et vital.

33Les analyses montrent que la dimension financière a représenté une préoccupation principale pour les participants, qui tenaient prioritairement à maintenir les services créés gratuits et accessibles aux personnes en situation de précarité, notamment au sein de la grainothèque ou du service de prêt d’ustensiles, même s’il a été envisagé de pouvoir – par la suite – les ouvrir à d’autres habitants des quartiers. Le groupe d’achat collectif visait avant tout à avoir accès à des produits de consommation à prix réduits, et l’atelier cuisine à pouvoir bénéficier d’un repas gratuit, à consommer avec les participants.

34Mais d’autres dimensions de l’acte alimentaire ont été valorisées et travaillées. La dimension sociale était notamment centrale, ainsi que la sécurité que peut offrir l’entre-soi ou l’ancrage dans l’organisme d’aide sociale fréquenté. Pour ces publics, « l’accès à l'alimentation de qualité n'est pas une fin en soi mais reste davantage prétexte à retrouver du mieux-être, de la convivialité et du lien social, au-delà du simple fait de mieux se nourrir » (Noel & Darrot 2016 : 21).

35L’acte alimentaire est donc complexe en général (Régnier et al. 2009) et ses dimensions plurielles mises à mal de façon spécifique en situation de pauvreté. « [Les pratiques alimentaires] sont à la fois le reflet et la source de nombreuses inégalités sociales, qu’il s’agisse de ressources économiques, d’apparence ou encore de santé » (De Saint Pol 2017 : 11).

  • 20 Cette lecture se rapproche de la pensée anglo-saxonne inspirée de Giddens (1994). Sans pouvoir affi (...)

36Or, les mouvements de transition vers des systèmes alimentaires durables participent d’une mouvance globale qui présente l’acte alimentaire selon un paradigme qui tend à simplifier l’acte alimentaire, en l’associant principalement à des questions de responsabilités individuelles et collectives20. Un individu informé et sensibilisé aux vertus de l’alimentation durable devrait, selon cette grille de lecture, pouvoir réaffirmer et concrétiser des choix alimentaires plus adaptés. Ce paradigme se décline plus particulièrement autour de deux normes : celle, d’une part, qui invite à articuler son alimentation à des questions de santé ; celle, d’autre part, qui insiste sur les conséquences politiques de nos pratiques alimentaires.

Manger sain et responsable

37Aujourd’hui, l’alimentation est particulièrement associée à des enjeux sanitaires. Cette norme, qu’Adamiec (2017) désigne par le concept d’« orthorexie » – au sens de « manger droit » – consiste à faire de l’association entre ce que l’on mange et notre état de santé l’objet d’une attention particulière. Si cette articulation ne date pas d’aujourd’hui, elle a pris une importance croissante. Cela se marque notamment par l’extension des pratiques de régimes alimentaires aux mangeurs sains, alors qu’elles se justifiaient auparavant davantage par les besoins spécifiques du corps malade. « Un nouveau regard se crée qui consiste à considérer que la meilleure garantie de la santé tient à la nature des mets consommés » (Ibid. : 50). Il devient donc difficile d’échapper aux messages prônant le manger sain et de ne pas considérer l’alimentation dans son incidence sur l’état de santé.

38Sur le terrain, on voit que la sensibilisation aux bienfaits des pratiques d’alimentation durable sur la santé est une porte d’entrée répandue pour favoriser des changements d’habitudes et de modes de vie. L’attention mise sur l’accès des pauvres à une alimentation de qualité s’inscrit également dans ce souci sanitaire. Dans l’action sociale, diverses initiatives tentent ainsi de favoriser la participation à des ateliers cuisine, des potagers ou à d’autres activités liées au manger sain. Solenprim confirme toutefois que, si ces espaces permettent à certains d’apprendre des pratiques nouvelles en matière d’alimentation saine et durable, de nombreuses personnes en savent déjà beaucoup sur la question. « Je me suis très vite rendu compte que les participants aux ateliers en savent parfois plus que nous. Le sucre, le gras, les pesticides… Quand on leur parle des pesticides, ils nous rappellent que dans leur potager, au pays, là au moins, ils étaient sûrs que tout était bio ! » (Coordinateur, séance de co-évaluation, le 22/11/18). Le manque de connaissances ou d’intérêt quant aux pratiques alimentaires durables ou saines ne peut donc suffire à expliquer les pratiques alimentaires jugées problématiques.

39La recherche-action a montré que l’accès au bien manger dépend davantage des ressources matérielles et financières, des situations de vie et de santé, des lieux et des rythmes de vie, que du fait d’être informé et sensibilisé aux dimensions sanitaires de l’alimentation. L’accès à une alimentation saine est davantage entravé pour une question de prix que de volonté. De ce fait, au lieu d’avoir une incidence positive sur les actes alimentaires des pauvres, les campagnes de sensibilisation autour de l’alimentation saine peuvent être ressenties comme particulièrement infantilisantes et culpabilisantes. « Et en normant les comportements alimentaires, [ces messages] contribuent à entretenir un préjugé sociétal d’une mauvaise alimentation des plus pauvres, créant alors de l’exclusion » (Ramel & Boissonnat op. cit. : 59). La préoccupation pour l’alimentation dite saine doit donc plutôt être examinée à l’aune des conditions concrètes qui permettent (ou non) de la mettre en œuvre au quotidien.

40À côté de cet horizon normatif de l’alimentation-santé, les acteurs de l’alimentation durable défendent également l’idée de faire de nos pratiques alimentaires des actes politiques (Lagasse 2017a). Consommer, c’est faire un choix citoyen de cautionner ou non le système agro-industriel dominant. Dans cette perspective, manger bio, local, de saison, ce n’est pas seulement prendre soin de soi et de sa santé, c’est aussi prendre soin de la planète et du vivre-ensemble.

  • 21 L’éthique de choix se comprend en lien à l’idéal d’autonomie comme horizon normatif aujourd’hui dom (...)

41Un citoyen informé sur les méfaits du système agro-industriel et les désastres sanitaires qu’il occasionne sera considéré capable de faire des choix en conscience à propos de ce qu’il met dans son frigo et dans son assiette. Cette « éthique du choix »21 s’inscrit dans un paradigme qui fait le pari que si chaque citoyen change ses habitudes en matière de consommation alimentaire, l’agrégation de ces efforts permettra de changer le système actuel. Le changement passe donc avant tout par un rapport à soi responsabilisé, « le portefeuille remplaçant alors le bulletin de vote, et le consom’acteur le citoyen » (Lagasse ibid. : 5).

42Les participants impliqués dans Solenprim posent eux-mêmes un regard critique sur les modes de consommation aujourd’hui dominants, qu’ils estiment conditionnés par l’offre surabondante de produits de masse. Un bénéficiaire de l’aide alimentaire le souligne en ces termes : « Certains dépensent de l’argent parce qu’ils sont poussés à acheter, à consommer. Et en même temps, s’ils ne consomment pas comme tout le monde, ils ont l’impression de ne plus faire partie de la société » (diagnostic transversal, 09/05/2016).

43Solenprim a en effet permis de constater que les personnes en situation de précarité ne sont pas indifférentes aux conséquences politiques de leurs pratiques alimentaires, mais que les conditions permettant un positionnement en actes sur ce sujet sont inégalement réparties. Leurs analyses ont souligné que la diversité de l’offre, l’accessibilité financière des denrées, la pluralité d’enseignes commerciales et de points de vente ainsi que l’omniprésence de la publicité les conduisent – effectivement – à acheter les produits de la grande distribution, en dépit de leur moindre qualité nutritionnelle ou de leur impact environnemental.

44Le paradigme du colibri, selon lequel la possibilité du changement se situe dans l’addition des choix individuels responsables, ne tient que peu compte de la conflictualité des rapports sociaux et de la diversité des situations socioéconomiques et des statuts sociaux (Lagasse 2017b). Il ignore par exemple que l’alimentation sert de variable d’ajustement dans les budgets des personnes vivant des situations de pauvreté.

Les espaces alimentaires durables à l’épreuve du regard des personnes en situation d’insécurité alimentaire

  • 22 Les achats réalisés par ces groupes peuvent être qualifiés de « collectifs » ou « communs » (dans l (...)
  • 23 Notons toutefois que des initiatives alternatives en matière de sécurité alimentaire proviennent ég (...)

45La volonté de ne pas oublier « les pauvres » dans la transition alimentaire est bien présente chez les acteurs qui portent ces mouvements alternatifs (Deverre & Lamine op. cit.). Cette volonté rejoint une tendance plus générale : « créer des socialités interculturelles, interclassistes et diversifiées, en plus d’être aujourd’hui une recommandation systématique de tous les appels à projets, est devenu le motif récurrent de toutes les luttes associatives » (Marion 2017 : 2). Elle se concrétise notamment par l’ouverture d’espaces existants – des groupes d’achats solidaires, des commerces coopératifs, des potagers urbains, certains ateliers cuisine et autres – à différents types de publics. Pourtant, leur faible mixité sociale continue à être constatée. Les alternatives alimentaires touchent ainsi principalement des personnes issues de la classe moyenne et à haut capital scolaire et culturel (Dubuisson-Quellier 2009 ; Lefin & Boulanger 2010). Une étude belge a par exemple montré que sur un échantillon de 90 adhérents à des groupes d’achats (GAC, GAS & GASAP)22, 76% étaient cadres ou employés contre 1% d’ouvriers ; 78% avaient un travail contre 4% de personnes sans emploi (Lefin & Boulanger op. cit.)23.

46Dans le cadre du projet Solenprim, des bénéficiaires de l’aide alimentaire sont allés s’inspirer auprès d’initiatives en alimentation durable, parmi lesquelles un potager urbain, un compost collectif, une grainothèque, une coopérative biologique, une cantine de quartier, un système d’échange local (SEL) ou encore un réseau d’échanges de savoirs. L’observation de ces visites et les discussions qui leur ont succédé ont permis de comprendre pourquoi ces projets peinent à inclure certains publics, en particulier les personnes en situation de pauvreté.

47Celles-ci évoquent des freins à fréquenter et / ou à s’approvisionner dans ces espaces. Les coûts financiers sont un premier facteur (aussi bas qu’ils puissent paraître aux yeux des gestionnaires et animateurs des espaces alternatifs), ainsi que le manque d’accès à l’information. Mais au-delà des prix, ces espaces se heurtent à des barrières plus sociologiques qu’économiques lorsqu’ils tentent de s’ouvrir à une diversité de milieux sociaux (Mundler 2013) : ils offrent « une image d’adhérents à fort capital social et culturel » (Noel & Darrot op. cit. : 22) auxquels les personnes moins aisées ne s’identifient pas. Les participants évoquent notamment les divergences d’intérêt pour les activités proposées et disent ne pas se reconnaître dans ces espaces, se sentir différents des personnes qui les fréquentent, sans nécessairement toujours pouvoir mettre des mots précis sur ces ressentis. C’est que « les narratives, discours et pratiques de ces réseaux alimentaires alternatifs incluent peu les représentations et significations culturelles de l’alimentation d’autres groupes sociaux, en particulier des plus défavorisés » (Lagasse 2017b : 3). Enfin, l’intériorisation du stigmate (Goffman 1975 [1963]) de bénéficiaires d’un Centre public d’action social (CPAS) les poussent parfois à préférer l’entre soi qui leur était justement possible dans le projet Solenprim. « Je pense que les personnes s’autocensurent aussi […]. Quand on est au CPAS, on n’est pas toujours à l’aise d’aller dans ce genre d’endroit » (bénéficiaire d’un CPAS, réunion du 21/11/2017).

  • 24 La spécificité de son histoire coloniale colore (au propre comme au figuré) ainsi différemment le r (...)

48La littérature souligne en effet que les systèmes alimentaires alternatifs n’échappent pas à un certain élitisme social. Ils peuvent donc être potentiellement générateurs d’exclusion et d’inégalités (Hochedez & Le Gall 2016). Des travaux de recherche aux États-Unis montrent à quel point les alternatives prônées par le food movement se caractérisent par leur « blancheur » (Guthman 2008). « Malgré une forte volonté de créer et d’investir des espaces alimentaires plus équitables, le food movement omet souvent de lutter contre les inégalités de race, de classe et de genre existantes, et peut même contribuer à les renforcer (Clancy 1994 ; Freidberg 2003) » (Slocum et al. 2016). Si ces enjeux intersectionnels se posent de façon particulière aux États-Unis24, un parallèle peut être fait avec cette idée que les récits portés par certains ne sont peut-être pas opérants ou signifiants pour d’autres.

49L’observation de séances de travail qui ont mis en présence des acteurs de l’alimentation durable et ceux du champ de l’aide alimentaire a révélé leur relative méconnaissance réciproque : « En général, ce monde de l’alimentation durable ne connaît pas le monde de l’aide alimentaire. De cette méconnaissance découle un certain nombre de représentations » (Chargée de projet, réunion partenariale, 27/09/16) ; « Ce que je trouvais intéressant […] c’est que j’ai rencontré des bénéficiaires de l’aide alimentaire et ça m’a permis d’avoir enfin une idée de ce qu’ils vivent » (Évaluation par les participants, séance de diagnostic, 24/10/16).

50S’ils se sont en partie nourris des expériences mises en œuvre par des acteurs de l’alimentation durable, les participants à Solenprim n’ont pas fait le choix de rejoindre un dispositif alimentaire durable déjà en activité. Ils ont préféré développer leurs propres projets (énoncés plus haut). Ces projets présentent des similitudes avec des alternatives aujourd’hui bien connues – comme les groupes d’achats solidaires de l’agriculture paysanne (GASAP), les systèmes d’échange locaux (SEL), les ateliers cuisines – tout en s’en différenciant sur des aspects significatifs liés aux situations d’insécurité alimentaire de leurs membres.

51La recherche montre en effet qu’au-delà de ce qui leur est commun (une activité telle qu’acheter en commun, cuisiner, organiser un service d’échange ; des valeurs d’autogestion et de convivialité), ce qui distingue les projets développés dans Solenprim des initiatives dites durables n’est pas anecdotique et s’avère très opérant. Le groupe d’achat collectif par exemple, contrairement à un GASAP, ne vise aucunement à soutenir un système alternatif de production agricole. Il ne permet pas aujourd’hui d’avoir accès à des aliments bio mais à des produits matériels (fournitures scolaires, produits d’hygiène) moins chers. Les gains financiers réalisés peuvent être investis dans de la nourriture plus qualitative, mais pas obligatoirement. Le service de prêt d’ustensiles de cuisine et de jardinage nouvellement mis en place intègre bien, de son côté, une préoccupation politique et environnementale (puisqu’il se positionne contre les logiques de surconsommation), mais il reste avant tout présenté par ses membres comme un moyen de « favoriser l’accès à du matériel pour des personnes qui ne peuvent pas se payer toutes ces choses-là » (Membre du Solidair’prêt, co-évaluation transversale, 18/12/18).

52Sous d’apparentes similitudes avec les alternatives qui se revendiquent durables, les intentions et les objectifs prioritairement visés par les participants à Solenprim s’en éloignent. On ne développe pas les mêmes projets et solutions lorsque les cadrages de la réalité (Goffman 1991) diffèrent. La reconnaissance de la multitude de cadrages possibles sur les enjeux alimentaires paraît dès lors une piste à privilégier.

Conclusion

53Le projet Solenprim s’est en partie construit sur l’hypothèse que le modèle de la transition alimentaire, tel qu’il est aujourd’hui porté par de nombreux acteurs, représente un horizon pertinent pour réduire les inégalités d’accès à l’alimentation que les dispositifs d’aide alimentaire tentent, à la mesure des moyens dont ils disposent, de compenser. Les résultats de la recherche-action montrent que le système alternatif est au contraire potentiellement excluant et qu’il ne peut être pensé comme un nouveau système qui supplanterait le modèle dominant.

54La mise en œuvre de dispositifs visant le croisement des pratiques et des récits des acteurs des champs de l’aide alimentaire et de l’alimentation durable permet malgré tout de souligner quelques perspectives pour avancer sur le chemin de la démocratie alimentaire. Elles s’articulent autour de trois enjeux plus spécifiques.

55Le premier a trait à l’ambition de mixité sociale que poursuivent les espaces offrant un accès à l’alimentation durable. On a vu en effet que les valeurs et les intentions qui guident l’action peuvent différer lorsqu’on part de ce qui importe aux personnes pour construire avec elles des solutions adaptées aux difficultés qu’elles rencontrent en matière d’accès à l’alimentation. On a constaté aussi, que rester dans l’entre soi peut être une condition de participation souhaitée par les personnes. Face à ce double constat, on peut questionner la pertinence de l’objectif de mixité sociale, autant que les motivations qui poussent à en faire un idéal. En effet, lorsqu’il s’agit d’enjoindre les populations les plus précarisées à se conformer à un idéal-type – celui du consom’acteur – pensé à partir des seules ressources et capitaux de ses concepteurs, le risque est de « refuser aux populations […] les plus fragilisées une liberté et une autonomie quant au choix de leurs valeurs propres » (Marion op. cit. : 3) et de reproduire les inégalités que l’on tente pourtant de réduire.

56Par ailleurs, la prise en compte de l’expérience des personnes en situation de précarité permet de constater que la démocratie alimentaire n’est pas qu’affaire de participation citoyenne ou de consommation responsable. Le paradigme du colibri peut conduire, s’il monopolise les débats politiques en matière de transition alimentaire, à maintenir une forme de malentendu quant aux échelles d’intervention (nécessairement multiples) à viser pour rendre accessible, à toutes et tous, une alimentation de qualité. Ces échelles se situent à la fois du côté de l’offre alimentaire – et de ses différentes dimensions (territoriales, sociales, culturelles) – et du côté des politiques de lutte contre la pauvreté et la précarité. Travailler des pistes d’accès plus durable à l’alimentation dans le paradigme de l’agrégation des efforts individuels peut conduire paradoxalement (si ces pistes réussissent) à renforcer l’idée méritocratique selon laquelle s’en sortir est à la portée de tous, même des plus démunis. Par un curieux mécanisme, on risque de contribuer de la sorte à cautionner des logiques économiques et politiques productrices des inégalités à l’origine de la nécessité d’une aide alimentaire.

57Le troisième enjeu, enfin, se rapporte à l’embarras rencontré quand des initiatives portées par un mouvement pourtant soucieux de l’inclusion de tous peinent à atteindre les personnes en insécurité alimentaire. Ce nœud ne se situe sans doute pas tant dans les valeurs qui prônent le manger sain ou responsable en tant que telles, que dans le mouvement qui consiste à en faire les critères à l’aune desquels on évalue les (bonnes et mauvaises) pratiques alimentaires. Pour avancer vers une démocratie alimentaire, c’est donc davantage à une prise en compte de la complexité des enjeux alimentaires plutôt qu’à leur normalisation, qu’il paraît pertinent de s’atteler.

Top of page

Bibliography

Abjean A. 2014. « Focus – L’aide alimentaire, symptôme d’une radicalisation de la pauvreté ? », Informations sociales 182(2) : 76-79.

Adamiec C. 2017. Manger sain n’est pas si sain. Raisonner l’alimentation-santé. Vanves : Hachette Pratique.

COUTELLEC L. 2015. « Pour une philosophie politique des sciences impliquées. Valeurs, finalités, pratiques », Écologie & Politique 51 : 15-25.

Damhuis L., Myaux D., Rosenzweig M., Rousseau C. & serré A. 2019. « Le portfolio Solidarité en primeur(s) », Rapport final de recherche-action participative, consulté le 13 Novembre 2019 : [https://solenprim.com/rapport-final-portfolio-solenprim/].

De Saint Pol T. 2017. « Les évolutions de l’alimentation et de sa sociologie au regard des inégalités sociales », L’année sociologique 67(1) : 11-22.

Deverre C. & Lamine C. 2010. « Les systèmes agroalimentaires alternatifs. Une revue de travaux anglophones en sciences sociales », Économie rurale 317 : 57-73.

Dubuisson-Quellier S. 2009. La consommation engagée. Paris : Sciences Po.

Ehrenberg A. 2005. « Agir de soi-même », Esprit juillet : 200-209.

EGGEN M. 2015. « Le droit à une alimentation adéquate en Belgique », note d’analyse FIAN Belgium, Novembre, consulté le 13 Novembre 2019 : [https://www.fian.be/IMG/pdf/note_droit_alimentation_belgique_web.pdf].

GIDDENS A. 1994. Les conséquences de la modernité. Paris : L’Harmattan.

Goffman E. 1975 [1963]. Stigmate, les usages sociaux des handicaps. Paris : Minuit.

Goffman E. 1991. Les cadres de l’expérience. Paris : Minuit.

Guthman J. 2008. « If They Only Knew : Color Blindness and Universalism in California Alternative Food Institutions », The Professional Geographer 60(3) : 387-397.

Hochedez C. & Le Gall J. 2016. « Justice alimentaire et agriculture », Justice spatiale | spatial justice 9, consulté le 13 Novembre 2019 : [https://www.jssj.org/article/justice-alimentaire-et-agriculture/].

Hubert H.-O. & Vleminckx J. 2016. « L’aide alimentaire à Bruxelles. Le regard des bénéficiaires », Les cahiers de la recherch’action 6.

JOHNSTON J., RODNEY A. & SZABO M. 2012. « Les gens bien mangent bien : comprendre le répertoire culturel de l’alimentation éthique », IdeAx 3, consulté le 30 Septembre 2016 : [http://ideas.revues.org/475].

Lagasse E. 2017a. « Mouvement pour une alimentation responsable et solidaire : une démocratie renouvelée ? » [Communication], Colloque Le développement revisité. Regards croisés : intergénérationnels, interdisciplinaires et interrégionaux, Louvain-la-Neuve.

Lagasse E. 2017b. Réseaux alimentaires alternatifs : élitisme ou émancipation ? [Analyse], Entraide & Fraternité asbl.

Lang T. 1999. « Food policy for the 21st century : can it be both radical and reasonable ? », in M. Koc et al. (éds.) For Hunger-proof Cities : Sustainable Urban Food Systems : 216-224. International Development Research Centre : Ottawa.

LEFIN A.-L. & BOULANGER P.-M. 2010. « Enquêtes sur les systèmes alimentaires locaux. Aperçu des résultats », [Rapport] Institut pour un développement durable : 1-31.

Marion N. 2017. « Toute mixité est-elle bonne à prendre ? », [Analyse d’éducation permanente] Action et recherche culturelles asbl, consulté le 13 Novembre 2019 : [https://arc-culture.be/blog/publications/toute-mixite-est-elle-bonne-a-prendre/].

McALL C., VAN DE VELDE C., CHAREST R., RONCAROLO F., McCLURE G., DUPÉRÉ S. & BERTI F. 2015. « Inégalités sociales et insécurité alimentaire. Réduction identitaire et approche globale », Revue du CREMIS 8(2) : 28-34.

Mol A. 2009. Ce que soigner veut dire. Repenser le libre choix du patient. Paris : Presses des Mines.

Mundler P. 2013. « Le prix des paniers est-il un frein à l’ouverture sociale des AMAP ? Une analyse des prix dans sept AMAP de la Région Rhône-Alpes », Économie rurale 336 : 3-19.

Myaux D. (dir.) 2019. Aide alimentaire. Les protections sociales en jeu. Bruxelles : L’Harmattan.

Myaux D., Serré A., Hubert H.-O. & VLEMINCKX J. 2016. « Recherche-action participative et accès à l’alimentation durable : Des terrains bruxellois au sol fécond », Revue du CREMIS 9(1) : 11-18.

Noel J. & Darrot C. 2016. « Des systèmes alimentaires relocalisés plus durables : vers un accès à une alimentation de qualité pour tous », Contribution au RIODD. École des Mines de Saint-Étienne Juillet : ‌hal-01349972, consulté le 13 Novembre 2019 : [https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01349972/document].

PATUREL D. 2014. « La recherche participative comme enjeu pour la recherche en travail social », Le Sociographe HS7 : 103-124.

Paturel D. & Ramel M. 2017. « Éthique du care et démocratie alimentaire : les enjeux du droit à une alimentation durable », Revue française d'éthique appliquée 4(2) : 49-60.

RAMEL M. & BOISSONNAT H. 2018. « Nourrir ou se nourrir. Renouveler le sens que l’on porte à l’acte alimentaire pour renouveler nos pratiques face à la précarité alimentaire », Forum 153(1) : 53-61.

Régnier F., Lhuissier A. & Gojard S. 2009. Sociologie de l’alimentation. Paris : La Découverte.

Rousseau C. & Damhuis L. 2019. « Accès à une alimentation de qualité pour tous : promesses et limites de l’alimentation durable », in D. Myaux (dir.) op. cit.

Serré A. & Myaux D. 2018. « Les pauvres ne prêtent aucune attention à leur alimentation », in Le Forum – Bruxelles contre les inégalités : Pauvrophobie. Petite encyclopédie des idées reçues sur la pauvreté : 153-155. Waterloo : Luc Pire.

SLOCUM R., CADIEUX K. & BLUMBERG R. 2016. « Solidarité, espace et “ race ” : vers des géographies de la justice alimentaire », Justice spatiale | spatial justice 9, consulté le 13 Novembre 2019 : [https://www.jssj.org/article/solidarite-espace-et-race-vers-des-geographies-de-la-justice-alimentaire/].

Vankeerberghen A. & Hermesse J. (dir.). 2020. Transitions pour une alimentation juste et durable à Bruxelles. Contributions de recherches en co-création. Bruxelles : L’Harmattan.

WILMSEN C. 2006. « Extraction, empowerment, and relationships in the practice of participatory research », consulté le 30 Juin 2020 : [https://nature.berkeley.edu/community_forestry/Workshops/2007/Extraction%20empowerment%20and%20relationships%20unlinked.pdf].

Top of page

Notes

1 Ce droit, spécifié dans l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 au titre du droit à un niveau de vie suffisant, est devenu juridiquement contraignant depuis l’entrée en application, en 1976, du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Ces bases juridiques internationales ont été prolongées en 2004 dans des directives volontaires sur le droit à l’alimentation adoptées par les pays membres de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture).

2 Le terme d’insécurité alimentaire désigne les difficultés d’accès à l’alimentation et de consommation alimentaire conséquentes à une situation de pauvreté. La sécurité alimentaire (food security) concerne l’accès à la nourriture et non la sureté sanitaire (food safety).

3 « La démocratie alimentaire désigne des processus de gouvernance alimentaire, à l’échelle des territoires de vie, au sein desquels des collectifs de citoyens décident de leurs choix d’alimentation et mettent en place les filières adaptées à leurs choix » (Paturel & Ramel 2017 : 56).

4 Cette analyse s’appuie sur 26 entretiens réalisés avec divers acteurs impliqués dans Solenprim ; sur les notes d’observation produites lors de différentes sessions de travail tout au long de la recherche et des séances de co-évaluation du projet.

5 Notons également l’existence de pratiques d’aide alimentaire moins formalisées, non soutenues par l’Etat. Elles reposent sur les réseaux familiaux et sociaux des personnes (Abjean 2014) ou sur diverses initiatives citoyennes (aide aux migrants, aux personnes isolées en région rurale, etc.).

6 Article 11, Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1976, Alinéa 2.

7 Cette définition est issue du rapport présenté en 2001 par Jean Ziegler, Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, devant la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies (E/CN.4/2001/53, par. 14.)

8 Ces produits sont fournis par le Fond Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD) qui a pour objectif « [l]’atténuation des formes les plus graves de pauvreté » (Règlement relatif au FEAD 2014). Ce fond dote les États membres d’une enveloppe budgétaire dont ils peuvent décider de l’affectation. En Belgique, elle est allouée à l’achat de denrées « distribuées gratuitement et exclusivement aux plus démunis » (id.). 

9 Nous nous adossons à la qualification de « mouvement » utilisée par Lagasse (2017a) pour désigner l’ensemble diversifié des acteurs, des pratiques et des « espaces d’expérience » (Pleyers 2014 ; cité par Lagasse id.) qui ont pour finalité de promouvoir une alimentation plus saine, respectueuse de l’environnement et des producteurs.

10 [https://www.goodfood.brussels].

11 [www.cocreate.brussels].

12 Notons que cet intitulé a rapidement évolué pour intégrer une dimension de justice : « (…) le qualificatif « justes » fut accolé, et ceci afin de rajouter la notion d’équité (accès à une alimentation durable pour tous) à celle déjà présente de durabilité (environnementale, économique, sociétale…). Cette évolution est significative d’une tendance généralement observée à penser la transition alimentaire sous un focus environnemental en laissant souvent dans l’ombre la dimension de justice sociale » (Vankeerberghen & Hermesse 2020 : 31). L’usage de la formule « systèmes alimentaires justes et durables (SAJED) » a dès lors été privilégiée dans toutes les communications liées au programme. Elle tend plus globalement à se généraliser pour qualifier les initiatives de transition alimentaire en Région de Bruxelles-capitale.

13 Cette façon de faire est assez peu répandue dans les associations du secteur de l’aide alimentaire. Le projet a ainsi également produit des résultats quant aux conditions de réalisation et aux implications d’une approche participative dans l’aide alimentaire (Voir Damhuis et al. 2019).

14 Cet adjectif qualifie une démarche de recherche dans laquelle, pour répondre au questionnement qu’il a soulevé, le chercheur recueille les données qu’il estime pertinentes et propose, à partir de là, sa propre interprétation. Les approches plus participatives tendent à s’éloigner de telles démarches, postulant qu’elles concourent à entretenir une domination des populations les plus précaires. Sans entrer dans le débat, notons toutefois que “[des tendances à l’empowerment et à l’extraction peuvent être présentes simultanément dans tout type de recherche, indépendamment du degré de participation des membres d’une communauté dans la prise de décisions au sein de la recherche] » (Traduction des autrices - « elements of empowerment and extraction may occur simultaneously in every type of research no matter how engaged community members are in making decisions about the research » (Wilmsen 2007 : 8).

15 La référence à la recherche participative est mobilisée ici pour indiquer une méthodologie qui mobilise « des acteurs et des savoirs multiples, insérés dans des systèmes sociaux dont la dynamique s’exprime à la fois dans des temps et des espaces différents et différenciés » (Paturel 2014 : 104) et une épistémologie qui considère (toutes) les sciences comme étant « impliquées » (Coutellec 2015), en ce sens qu’elles « remettent au cœur de la politique des savoirs et de leur transmission-appropriation, la question des valeurs, de l’engagement, de la responsabilité et de la participation, tout en maintenant l’exigence propre aux sciences d’une recherche de la vérité dans la confrontation au réel » (Ibid. : 19).

16 La CAA, animée par la Fédération des services sociaux, est un lieu d’échange d’informations et de pratiques, de formation, de développement de projets qui rassemble les organisations actives dans l’aide alimentaire en région bruxelloise et en Wallonie.

17 En effet, fin 2016, suite au départ du salarié qui accompagnait le groupe, le CSP a estimé qu’il n’avait plus les moyens de poursuivre ce projet : les membres ont été invités à anticiper leur nouveau mode d’existence. Le partenariat Solenprim a alors proposé d’engager un nouveau travailleur social pour accompagner le groupe dans la définition de ses nouvelles modalités de fonctionnement.

18 Pour une analyse des enjeux relatifs à la participation des publics de l’aide alimentaire dans Solenprim, voir Damhuis et al. (2019, op. cit.).

19 Pour un aperçu du dispositif déployé pour réaliser le diagnostic de ce que bien se nourrir veut dire, voir [https://solenprimcom.files.wordpress.com/2019/04/19013-solenprim4-outil-diagnostic-collectif_04.pdf].

20 Cette lecture se rapproche de la pensée anglo-saxonne inspirée de Giddens (1994). Sans pouvoir affirmer que les initiatives bruxelloises s’inscrivent toutes dans ce paradigme, on peut souligner que leurs objectifs et contextes d’émergence diffèrent historiquement de celles nées ailleurs, notamment en Amérique du Nord. Comme le soulignent Deverre & Lamine (2010), ces dernières se sont davantage inscrites dans une perspective de sécurité alimentaire à l’échelle des communautés, de droit à la nourriture et du renforcement de la démocratie. Tandis qu’en Europe, elles se sont surtout développées dans l’objectif de rapprocher les producteurs des consommateurs (en Angleterre), de proposer un contre-modèle suite aux crises de sûreté alimentaire (notamment en France), ou dans un objectif de promotion de la gastronomie locale et de slow food (notamment en France et en Italie).

21 L’éthique de choix se comprend en lien à l’idéal d’autonomie comme horizon normatif aujourd’hui dominant, en particulier dans le référentiel de l’action politique (voir Ehrenberg 2005 ; Mol 2009).

22 Les achats réalisés par ces groupes peuvent être qualifiés de « collectifs » ou « communs » (dans les GAC), « solidaires » (dans les GAS) ou encore de « solidaires de l’agriculture paysanne » (dans les GASAP).

23 Notons toutefois que des initiatives alternatives en matière de sécurité alimentaire proviennent également d’associations ou de collectifs qui s’adressent à – et / ou sont portés directement par - des personnes en situation de précarité. Rappelons par ailleurs l’existence historique, dans certaines villes et certains quartiers industriels belges de potagers ouvriers (devenu des potagers familiaux) ou de potagers collectifs. Voir notamment : [https://lechainonmanquant.be/analyses/potagers.html].

24 La spécificité de son histoire coloniale colore (au propre comme au figuré) ainsi différemment le récit du « retour à la terre », valorisé par les acteurs du food movement mais douloureux pour les descendants d’une lignée d’esclaves noir-américains (Guthman op. cit.).

Top of page

References

Electronic reference

Lotte Damhuis, Alexia Serré and Matthias Rosenzweig, « Concrétiser l’ambition démocratique de l’alimentation durable ? », Anthropology of food [Online], S15 | 2020, Online since 30 December 2020, connection on 09 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/aof/11372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.11372

Top of page

About the authors

Lotte Damhuis

sociologue, Cellule recherch’action de la Fédération des Services Sociaux, lotte.damhuis@fdss.be

Alexia Serré

sociologue, Cellule recherch’action de la Fédération des Services Sociaux, alexia.serre@fdss.be

Matthias Rosenzweig

sociologue, Cellule recherch’action de la Fédération des Services Sociaux, matthias.rosenzweig@fdss.be

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search