Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S16Produits de terroir et politiques...

Produits de terroir et politiques de la différence

Le cas de l’Ombrie
Local products and politics of difference: the case of Umbria
Cristina Papa

Abstracts

The article shows how local products, loaded with symbolic and identity values, are the mediators par excellence of territorial differences”, because they construct the value of a global object that is implied, such as the territory. The result is a transfer of value from the economic to the political level and vice versa, mediated by the imagination. An example of territorial commodification that is presented in the article is the manifestation called Fior di cacio, centered on the cheese, which is held in Vallo di Nera in the Umbria region (Italy).

Top of page

Full text

  • 1 Le phénomène de « récupération », « d'invention » et de « relance » des traditions locales répandu (...)

1Les produits de terroir ont fait l’objet de nombreux travaux, y compris de la part des anthropologues. Ces travaux ont abordé surtout l’analyse des produits spécifiques, les processus de relance1 et de « patrimonialisation », en soulignant deux tendances : d’un côté l’institutionnalisation de ces produits par les procédures de labellisation et de l’autre leur  « conventionnalisation », c’est-à-dire l’introduction de modèles techniques conventionnels dans les filières des produits du terroir, qui réduisent leur identité plurielle et leur durabilité à partir de leur alignement progressif sur les normes organisationnelles et techniques des filières conventionnelles.

  • 2  Pour explorer les différentes facettes du territoire, ces auteurs dégagent deux perspectives : 1) (...)

2Ici, je voudrais plutôt relier la valorisation des produits du terroir, d’un côté avec les traits du capitalisme moderne - qui accentuent, par rapport au passé, les aspects liés à l’imaginaire du bien vendu - et de l’autre, avec les politiques de la différence qui sont construites par les élus et les populations dans les divers territoires2. J’essaierai de montrer comment, dans cette triangulation, les produits de terroir, chargés de valeurs symboliques et identitaires, constituent des médiateurs par excellence des « différences » territoriales. D’ailleurs, les institutions et certains acteurs locaux tendent à la marchandisation (commodification) plus générale du territoire, en s'appuyant sur des aspects de la culture locale, à travers des productions culturelles matérielles ou immatérielles diverses. L'objectif poursuivi est d'accroître la valeur du territoire dans le cadre d'une compétition entre territoires pour leur classement dans des hiérarchies (Herzfeld 2004) différentes en fonction du contexte.

3La marchandisation de la culture représente une des caractéristiques du « troisième capitalisme » basé sur ce qu’on a appelé tour à tour fiction economy (Carmagnola 2006) économie de l’esthétique (Lipovetsky, Serroy 2013) du symbolique ou encore économie libidinale (Lyotard 1974) dans laquelle l'imaginaire représente la nouvelle forme-marchandise.

4Le territoire dont il sera question se situe dans l’Italie centrale dans la région Ombrie. Il s’agit d'une vallée de l’Apennin central, la vallée de la Nera, qui a connu au cours des dernières décennies, comme beaucoup d’autres régions italiennes de montagne et de l’intérieur, des transformations rapides dues à des phénomènes de dépeuplement et de diminution des activités traditionnelles liées à l’agriculture et à l’élevage. La production artisanale et locale - désormais très réduite - a été remplacée par une production d’images. Les produits de terroir sont issus souvent de la production industrielle ou agroindustrielle, parfois même pas italienne, comme par exemple le jambon. Coldiretti, la plus grande association d’agriculteurs italiens, estime que « trois jambons sur quatre vendus en Italie sont en réalité obtenus à partir de viandes étrangères sans que cela ait été explicitement indiqué sur l’étiquette jusqu’à présent »3. Le règlement4 du jambon de la zone IGP, (Indication Géographique Protégée), ne prescrit pas de mentionner l’origine géographique de la viande avec laquelle le jambon est produit.

5Un grand nombre des bourgs fortifiés et des villages disséminés dans la vallée, regroupés en dix communes et dans lesquels la population se concentrait traditionnellement, se sont dépeuplés (en 150 ans, de 1861 à 2011, la population est passée de 27.000 à 14.000 habitants, avec une densité de 15 habitants au km2). Ceux d’entre eux qui avaient subi un exode plus massif sont aujourd’hui en ruine en raison aussi de trois tremblements de terre qui ont frappé la région en 1979, 1997 et 2016.

  • 5 L’enquête sur la manifestation a été menée dans le village au cours des années 2011, 2012 et 2015 à (...)

6Un exemple de marchandisation territoriale que je voudrais présenter ici et qui me paraît exemplaire par bien des aspects, est la manifestation appelée Fior di cacio, qui se tient dans une des communes de la vallée, Vallo di Nera et qui est centrée sur le fromage5. Une observation préliminaire sert de toile de fond à l’analyse plus spécifique abordée dans cette intervention, à savoir que sont représentées et mises en œuvre, au tout premier chef par les institutions régionales et locales, des stratégies et des pratiques dans lesquelles le territoire, bien intangible par définition, comme théorisé par Weiner (1992), car il est considéré comme patrimoine collectif, est manipulé dans une optique marchande où l’économie du symbolique ou, pourrait-on dire, de l’imaginaire, n’est pas une alternative à l’échange marchand, mais elle en constitue le stade avancé. Cette réflexion avait été anticipée par Bourdieu (1994), lorsqu’il avait théorisé « l’économie des biens symboliques », qu’il avait cependant appliquée uniquement à certains domaines spécifiques, où le marché était caché par le symbolique.

  • 6 Je montre les transformations qui ont modifié le statut de l’huile en Ombrie, qui de produit local (...)

7Cependant, l’exemple de Fior di cacio n'est pas isolé et peut également s'étendre à des produits dont la consistance est très différente tant du point de vue quantitatif que de l’extension territoriale et de la reconnaissance institutionnelle : un exemple particulièrement significatif en Ombrie est celui de l’huile d'olive vierge extra produit par pression d’olives provenant de la région, qui a obtenu le label AOP – Umbria en 1998. L’obtention du label a representé une relance et une patrimonialisation dans le cadre d’une production ininterrompue depuis au moins cinq siècles6 (Papa 2004, 2012). Mais dans la continuité de la production, le label a representé une transformation de l’objet. Née avec une fonction commerciale au niveau européen pour protéger les produits d’origine précisément localisée de la concurrence des produits industriels, le label AOP au fil du temps a assumé, au moins dans certains cas comme celui de l'huile d’olive vierge extra AOP Umbria, une fonction essentiellement patrimoniale, comme en témoigne le fait qu’en Ombrie, le label n’est attribué qu’à 6% environ de la production qui pourrait y prétendre. Sa fonction principale n’est pas de défendre le produit de l’imitation et de la concurrence des produits industriels, mais d’ennoblir un territoire et la communauté régionale à travers la mise en valeur des différences. Dans une concurrence territoriale, le label augmente métonymiquement la valeur du territoire en question dans une hiérarchie des territoires différente en fonction du contexte (local, régional, global). Le label AOP remplit une fonction de production de l’imaginaire qui représente la nouvelle forme-marchandise et qui, étant immatérielle, ne s’applique pas uniquement à l’huile avec le label mais plus généralement à toute l’huile produite en Ombrie et à toute la région.

8Plus en particulier dans le territoire dont il sera question la stratégie de développement adoptée par les institutions pour faire face à la crise de l’agriculture et de l’élevage a consisté à miser sur le tourisme et les produits du terroir. La solution adoptée : la patrimonialisation des ressources culturelles de tout ordre, depuis les biens historiques et artistiques jusqu’au patrimoine immatériel, patrimonialisation favorisée et dans une certaine mesure encouragée, par des travaux généraux de rénovation des bâtiments très respectueux des formes et des matériaux d’origine. Les plus gros villages, ayant bénéficié des travaux de reconstruction d’après-séisme qui ont duré plusieurs années, ont commencé à connaître un renouveau marqué par de nombreux phénomènes divergents et parfois contradictoires. Les normes de reconstruction post-séisme ont assuré la sauvegarde en tant que bien patrimonial de l’organisation urbaine et des façades des bâtiments, de sorte que l’aménagement urbain et architectural d’époque médiévale qui les caractérise est resté inchangé. Parallèlement aux travaux de réhabilitation des bâtiments, ces villages ont été dotés de nouveaux services, comme un réseau de distribution de gaz méthane et de la fibre optique et ils ont bénéficié d’opérations d’assainissement des espaces publics.

9L’habitat groupé correspondait à une agriculture basée sur la petite propriété gérée par des cultivateurs directs et sur l’élevage ovin qui bénéficiait des terrains communaux destinés aux pâturages. Ces deux activités ont connu un déclin rapide au cours du XXème siècle, tandis le paysage conservait sa dimension naturaliste, même s’il est soumis encore aujourd’hui à un effet visible de simplification et d’homogénéisation qui s’accompagne d’une progression des terrains boisés ou incultes comme dans beaucoup d’autres régions d’Europe.

10Le tremblement de terre de 1979 a constitué un élément de rupture car il a accéléré le dépeuplement de la région de la part des habitants les plus âgés et les plus démunis qui ne sont pas retournés sur place après la reconstruction. La transformation des maisons en a simplifié les fonctions car les parties qui étaient destinées à héberger des activités productives (élevage domestique, caves, dépôts, ateliers d’artisans) ont été transformées en espaces d’habitation. Cette restauration a accéléré un processus, qui été déjà en cours, d’abandon des activités agropastorales traditionnelles et elle a stimulé la reconversion de la population dans des activités du tertiaire : commerce, tourisme, administration publique. Cette dernière s’est dotée, au fil du temps, de nouveaux instruments de gestion : un Parc National, une « Communauté de Montagne » - c’est-à-dire un consortium de communes situées dans des territoires de montagne - et un office du tourisme dont l’action investit ce même territoire. Toutes ces structures ont permis de créer des nouveaux emplois. La manifestation appelée Fior di cacio, se tient dans une des communes de la vallée, Vallo di Nera. Les caractéristiques du village sont celles que nous avons déjà décrites pour toute la vallée, à savoir qu’il est parfaitement restauré mais pratiquement dépourvu d’activités productives, commerciales et touristiques, exception faite pour un hôtel et un petit bar ; où il ne reste plus que deux bergers, qui élèvent un cheptel réduit (environ 300 brebis) et dont un seul produit de petites quantités de fromages qu’il vend directement. Pourtant, depuis 2002, cette manifestation Fior di cacio se déroule chaque année dans le village en juin pendant un des fins de semaine, organisée par la municipalité et une association locale « Proloco ». Le public nombreux, de l’ordre de centaines de personnes, profite du week-end pour se déplacer des villes voisines et occupe les rues généralement désertes du village. Le programme de la manifestation promet aux participants de leur faire déguster les arômes et les saveurs de la tradition fromagère, le long des sentiers de la transhumance ; de leur faire découvrir les secrets de la production du fromage et plus généralement des savoirs et des saveurs d’antan. Un atelier pédagogique est proposé aux enfants : ils peuvent se déguiser en paysans et jouer à manipuler de la pâte à pain, pour apprendre à vivre les « traditions ». On pratique également le jeu d’adresse local dit du ruzzolone. Le vainqueur est celui qui franchit le premier la ligne d’arrivée en faisant rouler dans une rue en pente une meule de fromage à pâte dure de plusieurs kilos. Tous les participants ont droit à une dégustation de fromage servis avec un verre de vin de la région, après le concours de fromages de l’entreprise Grifo latte par un jury d’experts (photo 1).

Photo 1 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2012.

Photo 1 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2012.

Concours de fromages.

Photo de l’auteur

11Mais c’est la foire-exposition qui constitue le clou de la manifestation. Les boutiques ouvertes au cours de ces deux journées proposent des produits fromagers provenant aussi d’autres régions italiennes : fromages sardes, siciliens, romains, toscan mais aussi d’autres produits alimentaires ; une bière artisanale produite par une brasserie d’Italie du Nord, des sauces aux truffes, du miel, de la charcuterie, du pain.

Photo 2 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2012.

Photo 2 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2012.

Boutique Il cacio com’ era (Arezzo, Toscane).

Photo de l’auteur

12Parmi les nombreux exposants qui animent cette foire-exposition, les producteurs de fromage de la Vallée ne constituent qu’une petite partie. Des vingt sociétés présentes originaires de la région et qui produisent du fromage, moins de la moitié sont installées dans la Vallée et une seule dans le village. Le village apparaît donc comme lieu d’élection de la production locale et de la continuité de la tradition, servant de décor à ce produit (le fromage) présenté comme un objet médiatique narrativisé dans sa dimension imaginative. Comme ces données nous indiquent qu’à ce jour, il n’existe pas dans le village de base matérielle justifiant cette image, quel en est le fondement ? Quelle valeur, quel sens a cette kermesse et pourquoi se tient-elle dans ce village précisément ? Que veut-on dire vraiment par le biais de cette manifestation si tous les habitants du lieu, naturellement, mais aussi les étrangers qui ont accès, même partiellement, aux coulisses de la manifestation, savent que le rapport entre réalité et image que l’on déclare exister est totalement fictif ? Si la « tradition » est utilisée dans le marché, qui veut vendre quoi et à qui, étant donné que le fromage n’est en fait pas produit là où se tient la manifestation ? J’essaierai de répondre à ces questions par quelques considérations.

13La première considération est que Fior di cacio n’est pas un événement lié exclusivement au village, mais qu’il relève du contexte plus élargi de la vallée et aussi de la Région dans son ensemble. Ce n’est pas un hasard si l’initiative est financée par la Région de l’Ombrie et par un organisme territorial représentant la vallée : la Communauté de montagne de la Valnerina. En effet, alors que la politique de la Région vise à mettre en valeur les produits de terroir et rattachés à une tradition, aucune autre manifestation régionale n’est axée sur le fromage, alors qu’il en existe d’autres promouvant le jambon, la truffe, le safran, le vin, l’huile d’olive, les lentilles, les oignons, le céleri, le poisson du lac Trasimène, l’épeautre, et qui sont associées à autant de localités de la Région.

14S’appuyant sur la compétition entre territoires au sein même de la Région - et on pourrait dire la même chose de la compétition entre régions et entre Etats de l’Union européenne -chaque territoire a cherché à s’identifier avec un produit spécifique ou avec un emblème d’un autre genre, une fête, un produit artisanal qui devient « objet postindustriel » (Deleuze) - dynamique bien connue dans les processus de labellisation européens - en y gagnant en visibilité, en notoriété et en accroissant les flux touristiques. Comme on peut bien le voir dans ce cas, l’identification territoire-produit ne doit pas être ramenée essentiellement ou uniquement à la matérialité de la localisation de la production, mais aussi à d’autres facteurs relevant de la compétition économique et politique plus générale. Si l’on s’en tient au contexte de la vallée, il faut remarquer que seulement cinq communes sur dix s’identifient à un produit alimentaire du terroir : Norcia (Nursie) et la truffe, Preci et le jambon, Cascia et le safran, Monteleone di Spoleto et l’épeautre, Vallo di Nera et le fromage. Tandis que pour deux communes, Preci et Monteleone di Spoleto, les manifestations organisées sont strictement liées à une concentration de la production, pour les trois autres le processus d’identification s’est produit de façon plus complexe et en fonction de facteurs qui tiennent du politique et du relationnel. À Norcia, chef-lieu de la vallée, dont il fait fonction de centre de services, la première foire exposition de la truffe s’est tenue en 1951, en concomitance avec l’affirmation du parti qui a gouverné l’Italie pendant 40 ans, la Démocratie chrétienne, dont la ville constituait l’un des fiefs. Un leader politique local, maire de Norcia à l’époque, fut également parlementaire pendant onze législatures et plusieurs fois membre du gouvernement. C’est grâce à son influence au plan national que se concentra sur cette petite ville de montagne une attention à laquelle elle n’aurait certainement pas pu aspirer en d’autres circonstances.

15Dans le cas de Vallo di Nera, la situation est en partie analogue mais aussi plus complexe. L’idée de la manifestation est née à l’occasion du retour périodique dans le village d’un commerçant spécialisé en fromages et vivant à Rome, mais originaire du lieu et venu suivre les travaux de rénovation de sa maison de famille. Avec un associé, il avait géré pendant plusieurs années le nouvel hôtel du village appartenant à la mairie : baptisé Cacio re (Le fromage roi), il basait sa promotion sur les fromages. La manifestation bénéficiait de ses compétences et dans le même temps fonctionnait en synergie avec les activités du restaurant. Mais si dans la conception et le lancement de la manifestation, le retour de ressources humaines émigrées a eu une très grande importance, c’est dans d’autres directions qu’il faut chercher sa continuité et son développement. La commune de Vallo di Nera, dont la population n’atteint pas les 450 habitants, est nettement plus petite que Norcia et n’a jamais joué dans l’histoire de rôle particulièrement important ni au plan commercial, ni dans celui des services ou de la production. Elle a cependant été administrée depuis 1990 et pendant environ quinze ans par une jeune maire qui a occupé des fonctions de premier plan dans le cadre du groupement de communes, qui a été présidente de la Communauté de montagne et aussi candidate au Parlement italien. Son influence politique s’est exercée dans le but de faire jouer au village, dont elle était l’administratrice, un rôle qui allait bien au-delà de son importance objective et en même temps cette importance croissante a augmenté son influence politique. Elle a œuvré afin d’en construire l’image à partir d’initiatives à caractère promotionnel, de participations à des émissions de télévision au niveau national, d’initiatives politiques, d’écriture des livres portants sur les traditions de son village.

16Très significative a été la grande manifestation politique nationale qui a été organisée à Vallo di Nera en 2002 avec le futur Ministre de la culture, Francesco Rutelli, pour la présentation d’un projet de loi de son parti, qui prévoyait le soutien des activités économiques locales et des services (grâce à différents moyens) dans le but d’arrêter le dépeuplement des petites communes. En même temps, le village est devenu membre de l’association « I borghi più belli d’Italia » (Les plus beaux bourgs d’Italie). Une autre initiative d’un grand impact sur le plan régional a été la proposition d’inscription dans la liste Unesco des paysages culturels de toute la Vallée Valnerina, dont la commune Vallo di Nera était le chef de file. Dans cette proposition, les traditions gastronomiques locales, avec le paysage bâti, constituaient l’axe central. Peu importe que ces propositions n’aient pas abouti : elles ont été utilisées, avec les émissions télévisées auxquelles Mme le Maire avait participé, a faire sortir de l’anonymat l’élue avec le territoire qu’elle administrait. Elles ont servi également à légitimer son éphémère ascension politique à l’intérieur de la Région Ombrie. Evidemment, le soutien à son affirmation personnelle et la visibilité qu’elle a acquis - parallèlement à son village - n’auraient pas pu se réaliser si son parti d’appartenance n’était pas aussi le parti qui gouvernait la Région Ombrie (photo 3).

Photo 3 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2015

Photo 3 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2015

Inauguration de l'évènement par Mme. la Maire et la Présidente de la Région Ombrie.

Photo de l’auteur

17Cette circularité entre des niveaux (local, supra local) et des champs d’action différents (économique, politique) n’est pas nouvelle mais elle mériterait d’être analysée plus en profondeur dans des contextes contemporains.

18Dans le cadre de cette compétition, Vallo di Nera peut désormais s’approprier de fait, avec le soutien de la Région, l’emblème de « patrie » du fromage (indépendamment de la production locale réelle).

19L’événement « Fior di cacio » peut être compris, donc, seulement comme une des pratiques délibérées visant à la marchandisation non pas d’un seul produit (comme on pourrait l’imaginer si on le considérait d’une façon isolée) mais de tout un territoire, conçu comme lieu d’intégration de ressources humaines, de compétences, d’infrastructures, de services, y compris de traits culturels locaux à proposer sur la scène régionale et nationale. Le succès de la marchandisation s’identifie avec la quantité de ressources économiques, surtout publiques, que le territoire parvient à attirer : par exemple le financement pour la construction de l’hôtel « Cacio Re », à travers les subventions destinées à l’accueil des pèlerins pour le Jubilé ; ou encore l’argent pour la restauration d’un lieu de la commune (destiné à la vente de produits de terroir) qui a été obtenu avec un financement Leader. Le gain est aussi le prestige de ceux qui l’administrent, où la valeur d’un leadership s’identifie avec les processus de valorisation qu’elle est parvenue à activer pour son territoire.

20La deuxième considération concerne la stratégie globale et les instruments avec lesquels l’image du territoire est construite pendant l’événement « Fior di cacio ». Un de ces outils de gestion que je voudrais examiner ici est le GAL (Groupement d’action locale).

21La source principale de la construction de l’image territoriale est constituée par le gouvernement local, à travers des agences spécialisées, créées par les institutions publiques dans le but de gérer la stratégie de développement territorial en reliant l’offre à la demande potentielle (touristes, entreprises, institutions intéressées à s’installer dans un contexte donné…). Un rôle très important au sein de ces agences est joué par les GAL qui réunissent tous les acteurs potentiels d’un territoire donné (syndicats, associations d’entrepreneurs, entreprises, communes…) avec la finalité d’activer une politique « concertée », surtout du point de vue de l’utilisation des financements européens. A l’origine, dans les années 1990 il s’agissait des programmes Leader, aujourd’hui les GAL gèrent l’axe 4 des programmes de développement rural financés par l’Union Européenne pour la période 2014-2020. L’objectif déclaré est de déclencher des processus de développement coordonnés entre différents acteurs/sujets dans des territoires ruraux bien définis au niveau sous-régional (en Région Ombrie il existe 4 GAL pour 4 territoires différents). Ces organismes, qui auraient dû réunir des sujets/partenaires publiques et privés, dans une réalité faible du point de vue entrepreneuriale - comme dans le cas de la Région Ombrie - sont gérés de fait par les institutions publiques qui en font un instrument de médiation entre des intérêts divers et des outils de distribution « lotie » des financements destinés à des projets qui sont soutenus/portés par les mêmes institutions/acteurs publiques qui en font partie. Le programme 2014-2020 du GAL « Valle Umbra e Sibillini » qui s’intitule Due valli : un territorio, pour une somme totale de financement public d’environ 8 millions d’euros prévoit 2 millions de cette somme destinés au fonctionnement de la structure. Les 6 millions qui restent sont distribués à des projets dans des domaines qui doivent « privilégier les actions immatérielles dans le but de créer autours des productions de terroir/typiques de la région des parcours idéels qui puissent impulser le développement, en intégrant l’économie, le tourisme et la culture des différentes zones ».  (p. 48)

  • 7 Voici quelques titres de projets : Encourager la culture du respect de l'environnement et promouvoi (...)

22La lecture de chaque projet - que je ne peux pas faire ici - montre qu’ils sont tous destinés à des opérations de connaissance de la culture locale - de l’artisanat à l’archéologie -, à des opérations de restructuration, ludiques, destinées au tourisme et au temps libre, pédagogiques et de marketing (vidéos, brochures publicitaires ou d’information)7. Pour faire face à la crise de l’agriculture, les subventions de l’UE aux productions ont constitué une aide fondamentale et en même temps à côté de cela le recours à la représentation et à l’imaginaire pour garder en vie des activités de production réduites, voire désormais inexistantes. Des outils de marketing territorial de nature diverse ont été utilisées, de la communication jusqu’aux modes d’aménagement et aux formes de présentation des atouts du territoire à ses potentiels acheteurs/ bénéficiaires et aux investisseurs (Caroli 2006). La stratégie publique globale, au moins dans ce genre d’interventions, ne concerne pas le soutien à la production et l’élimination des obstacles pour renforcer le système productif, mais la valorisation du tourisme et des systèmes de communication et de présentation qui mettent en scène la désirabilité du territoire.

23Nous sommes face à des formes de « culturalisation » de l’offre, liées aux expériences produites aussi dans la « rencontre touristique » et surement favorisées par les technologies numériques qui accentuent la valeur du produit dans sa dimension immatérielle. La manifestation « Fior di Cacio » - qui utilise elle aussi les financements dont j’ai parlé - doit être située dans ce cadre, dans son rôle de « communicateur » des caractéristiques et des potentialités du lieu où elle se déroule, le village et, à travers une métonymie, la Vallée et la Région dans leur ensemble. En outre, ce grand événement transfère son image, perçue par les participants, au lieu même où il se déroule, en le caractérisant car il se répète chaque année dans le même village.

24La troisième considération est que si la production fromagère artisanale a considérablement baissé en concomitance avec la diminution de l’élevage et les processus que j’ai abordé, elle a été supplantée par une production à caractère industriel. La société « Grifo Latte », installée à Norcia, après avoir racheté l’une après l’autre les différentes laiteries disséminées dans la région, a, de fait, monopolisé la production industrielle locale, devenant le principal centre de collecte du lait de toute la zone.

25Elle aspire cependant à gagner ses lettres de noblesse en se réclamant de la tradition et elle vise à se caractériser comme la productrice de fromages à tradition locale, produits aussi bien avec du lait de vache qu’avec du lait de brebis : ricotta, pecorino, caciotta (petit fromage), dont certains se voient attribuer un nom évoquant les productions traditionnelles locales : la ricotta salée, le fromage à la truffe, les ricottas traditionnelles de Norcia, le Brancaleone. Aussi les fromages soumis au concours pendant la manifestation sont produits seulement par Grifo latte.

26L’identification du territoire avec la tradition pastorale finit donc par se transmettre aussi à la seule entreprise à caractère industriel qui y soit installée.

27La quatrième considération est que la valeur de la manifestation Fior di cacio va bien au-delà de ses simples contenus et qu’il faut la rattacher à son caractère événementiel et à son identification avec un territoire.

Photo 4 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2015.

Photo 4 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2015.

Les rues du village parcourues par les visiteurs.

Photo de l’auteur

28En tant qu’événement, elle est en mesure d’attirer sur place un grand nombre de gens en quête d’évasion, (photo 4) de mobiliser des perceptions et des pratiques à caractère esthétique et ludique, comme des musiques et des danses folkloriques (photo 5) autour de pratiques mercantiles et donc de trouver des échos dans des nombreux programmes distractifs qui sont présents dans les médias.

Photo 5: Vallo di Nera, Fior di cacio, 2011.

Photo 5: Vallo di Nera, Fior di cacio, 2011.

Représentation d’un groupe folklorique.

Photo de l’auteur

29Elle est donc exemplaire de cette économie de l’imaginaire dont il était question au début. Le but de l’événement est aussi de faire jouer les sentiments de fierté et d’appartenance locale en impliquant la collectivité dans l’opération de marchandisation.

30Dans notre cas l’imaginaire accroit la valeur d’un bien spécifique et en même temps construit la valeur d’un objet global qui est sous-entendu, comme le territoire, ou qui est non-dit comme le prestige des leaders locaux. Le résultat est un transfert de la valeur du plan économique au plan politique et vice-versa, dont l’imaginaire constitue le médiateur.

31En conclusion, on peut dire que même les territoires les plus marginaux n’échappent pas à la labellisation, qui représente un trait marquant du nouveau capitalisme globalisé. Bien au contraire, et on peut le voir avec la manifestation Fior di cacio, l’objectif poursuivi est d’accroître la valeur du territoire dans une compétition au niveau de la Région et globale à travers la marchandisation de la culture et la production de l’imaginaire. Un marketing, joué sur les caractères imaginaires de la marchandise, dans ce cas le fromage, qui s’adresse surtout aux touristes. En effet Fior di cacio n’est pas un évènement lié exclusivement au village, mais il relève du contexte plus élargi de la Région dans son ensemble. Il utilise des financements régionaux et européens pour la valorisation du tourisme à travers la mise en scène de la désirabilité du territoire dans sa dimension immatérielle et la mobilisation des perceptions et des pratiques à caractère esthétique et ludique, autour de pratiques mercantiles. L’imaginaire pastoral, en l’absence quasi totale d’activité pastorale et de production artisanale de fromage, finit donc pour se transmettre à la seule entreprise à caractère industriel installée dans la zone. Elle est donc exemplaire de cette économie de l’imaginaire dont il était question au début. Dans notre cas l’imaginaire accroit la valeur d’un bien spécifique, comme le fromage produit au niveau local, et en même temps construit la valeur d’un objet global qui est sous-entendu, comme le territoire, ou qui est non-dit comme le prestige des leaders locaux. Le résultat est un transfert de la valeur du plan économique au plan politique et vice-versa, dont l’imaginaire constitue le médiateur.

Top of page

Bibliography

ALPHANDERY P. & BERGUES M. 2004. (ed), Territoires en question : pratiques des lieux, usages d’un mot, Ethnologie française, 34 (1) : 5-12.

ANDERSON B.1996. L’imaginaire national, Paris, La Découverte. BOYER V. & STOLL E. 2017. « Territoires et identités : une construction patrimoniale », Autrepart, 4 (84) : 3-11

BÉRARD L. & MARCHENAY P. 2004. Les produits de terroir. Entre cultures et règlements, Paris : CNRS Editions.

BOISSEVAIN J. (ed.) 1992. Revitalizing European rituals, London, New York, Routledge.

BOURDIEU P. 1994. Raisons pratiques, Paris : Seuil.

BROMBERGER Ch. (ed.). 2004. De la châtaigne au Carnaval. Relances de traditions dans l’Europe contemporaine, Die : Éditions A Die.

CARMAGNOLA F. 2006. Il consumo delle immagini. Estetica e beni simbolici nella fiction economy, Milano : Bruno Mondadori.

CAROLI M.G. 2006. Il marketing territoriale Strategie per la competitività sostenibile del territorio, Milano : Angeli.

FAURE M. « Un produit agricole “affiné” en objet culturel. Le fromage Beaufort dans les Alpes du Nord », Terrain, 33 : 81-92.

HERZFELD M. 2004. The body impolitic: artisan and artifice in the global hierarchy of value, Chicago: The University of Chicago Press.

HOBSBOWM E. & RANGER T. 1983. The invention of tradition, Cambridge: Cambridge University Press.

JOLIVET M.-J. & LÉNA Ph. 2000. (ed.) « Des territoires aux identités », Autrepart, 14 : 5-16.

LAFERTÉ G. & RENAHY N. 2003. « Campagnes de tous nos désirs d’ethnologues », L’Homme, 166/2 : 225-234.

LENCLUD G. 1987. « La tradition n’est plus ce qu’elle était », Terrain, 9, oct. : 110-123.

LIPOVETSKY G. & SERROY J. 2013. L’esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste, Paris : Gallimard.

LOMPECH M. & RICARD D. 2018. « Tresser du fromage à Zazrivà (Slovaquie). De la tradition d’élevage ovin à l’artisanat fromager », Ethnologie française, 48 : 729-742

LYOTARD J.-F. 1974. Economie libidinale, Paris : Editions de Minuit.

PAPA C., 2004. « Les produits de terroir comme oxymorons. Le cas de l'huile d’olive extra en Ombrie », in Ch. Bromberger et al. (ed.), De la châtaigne au Carnaval, Die : Éditions A Die.

PAPA C. 2012, « Une huile AOP en Ombrie » in L. Bonnaud & N. Joly (ed.). L’alimentation sous contrôle : tracer, auditer, conseiller, Dijon/Versailles : Educagri Editions / Quae Editions : 140-154.

PESTEIL Ph. 2006. « Questions de gout et de couleurs : les variantes agroalimentaires en Corse à l’épreuve de la certification », Journal des anthropologues, 106-107 : 15-41.

POUILLON J. 1975. Tradition : transmission ou reconstruction », in J. Pouillon : Fétiche sans fétichisme, Paris : Maspero :155-173.

ZIZEK S. 2006. How to read Lacan, London: Granta Books.

WEINER A. 1992. Inalienable possessions The paradox of keeping-while giving, Berkeley, Los Angeles, Oxford: University of California Press.

Top of page

Notes

1 Le phénomène de « récupération », « d'invention » et de « relance » des traditions locales répandu au niveau global a fait l’objet de nombreuses études. Entre autres on peut voir : Pouillon J. 1975. Tradition: transmission ou reconstruction, in J. Pouillon, Fétiche sans fétichisme, Paris : Maspero : 155-173 ; Hobsbawm E. Ranger T. 1983. The invention of tradition, Cambridge: Cambridge University Press; Lenclud G. 1987. « La tradition n’est plus ce qu’elle était », Terrain, 9 : 110-123 ; Boissevain J. (ed). 1992. Revitalizing european rituals, Londres, New York : Routledge ; Anderson B. 1996. L’imaginaire national, Paris : La Découverte. Parmi les publications anthropologiques sur les produits de terroir d’un point de vue général en France, on peut voir entre autre : Bromberger Ch. et al. (ed.). 2004. De la châtaigne au Carnaval. Relances de traditions dans l’Europe contemporaine, Die : Éditions A Die ; Bérard L. Marchenay P. 2004. Les produits de terroir. Entre cultures et règlements, Paris : CNRS Editions ; Pesteil Ph. 2006. « Questions de gout et de couleurs : les variantes agroalimentaires en Corse à l’épreuve de la certification », Journal des anthropologues, 106-107 : 15-41; Laferté G., Renahy N. 2003. « Campagnes de tous nos désirs d’ethnologues », L’Homme, 66, (2) : 225-234. A propos des fromages : Faure M. 1999. « Un produit agricole “affiné” en objet culturel. Le fromage Beaufort dans les Alpes du Nord », Terrain, 33 : 81-92.

2  Pour explorer les différentes facettes du territoire, ces auteurs dégagent deux perspectives : 1) la première est institutionnelle et concerne la façon dont les cadres liés à l’action publique et à la représentation politique se territorialisent ; 2) la seconde est celle de la particularisation et de l’appropriation du territoire par les populations, ou, pour le dire en d’autres termes, du rapport à l’espace des populations sous l’angle de l’identification, du sentiment d’appartenance et des liens affectifs. Parmi les publications en langue française Alphandery P., Bergues M. [2004], (dir) « Territoires en question : pratiques des lieux, usages d’un mot », Ethnologie française, vol. 34, no 1 : 5-12; Jolivet M.-J., Léna Ph. (ed.) [2000], « Des territoires aux identités », Autrepart, no 14 : 5-16. Boyer V., Stoll E, Territoires et identités : une construction patrimoniale, Autrepart 2017/4 n.84 : 3-11.

3 https://www.coldiretti.it/consumi/in-vigore-letichetta-made-in-italy-per-i-salumi, 13/11/2020

4 Le règlement de production de l’indication géographique protégée « Jambon de Norcia » prescrit seulement le lieu de préparation du jambon ; à l’article 2 : « La préparation du "Prosciutto di Norcia" doit avoir lieu dans la zone traditionnellement adaptée y compris les municipalités de Norcia, Preci, Cascia, Monteleone di Spoleto, Poggiodomo, dans le territoires situés à une altitude de plus de 500 mètres ».

5 L’enquête sur la manifestation a été menée dans le village au cours des années 2011, 2012 et 2015 à travers l’observation participante et des colloques informels.

6 Je montre les transformations qui ont modifié le statut de l’huile en Ombrie, qui de produit local destiné essentiellement au consommateur du lieu, est devenue un produit de « terroir », destiné essentiellement à des consommateurs provenant d'autres régions et pays.

7 Voici quelques titres de projets : Encourager la culture du respect de l'environnement et promouvoir les échanges culturels entre différentes régions et pays; Promouvoir le développement du tourisme durable ; Créer un itinéraire qui implique au moins vingt tavernes de goût ; Encourager la connexion entre les territoires et les entreprises des 5 GAL d’Ombrie afin de renforcer et de promouvoir la région de manière unifiée, grâce à l’affirmation "Umbria Let You Surprise" ; Encourager la connaissance et la diffusion de la culture de l’olive et de l’huile d’olive; Promouvoir l'échange d'expériences et la collaboration dans différents pays ; Encourager les actions intégrées visant à promouvoir les zones rurales ; Culture baroque ; Promouvoir la connaissance, la mise en valeur et la promotion du territoire à travers des échanges culturels.

Top of page

List of illustrations

Title Photo 1 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2012.
Caption Concours de fromages.
Credits Photo de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11818/img-1.jpg
File image/jpeg, 564k
Title Photo 2 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2012.
Caption Boutique Il cacio com’ era (Arezzo, Toscane).
Credits Photo de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11818/img-2.jpg
File image/jpeg, 860k
Title Photo 3 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2015
Caption Inauguration de l'évènement par Mme. la Maire et la Présidente de la Région Ombrie.
Credits Photo de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11818/img-3.jpg
File image/jpeg, 708k
Title Photo 4 : Vallo di Nera, Fior di cacio, 2015.
Caption Les rues du village parcourues par les visiteurs.
Credits Photo de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11818/img-4.jpg
File image/jpeg, 388k
Title Photo 5: Vallo di Nera, Fior di cacio, 2011.
Caption Représentation d’un groupe folklorique.
Credits Photo de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11818/img-5.jpg
File image/jpeg, 780k
Top of page

References

Electronic reference

Cristina Papa, « Produits de terroir et politiques de la différence », Anthropology of food [Online], S16 | 2021, Online since 30 November 2021, connection on 19 January 2022. URL : http://journals.openedition.org/aof/11818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.11818

Top of page

About the author

Cristina Papa

Professeure d’anthropologie, Université de Pérouse, cristina.papa@unipg.it

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search