Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S16La reconnaissance sans certificat...

La reconnaissance sans certification officielle

Les produits d’origine dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles
Recognition without official certification. The origin of foodstuffs in 17th and 18th century France
Philippe Meyzie

Abstracts

Based on the initial results of ongoing research and various examples (Bayonne ham, Roquefort cheese, gingerbread from Reims, etc.), this article presents a reflection on the way in which foods are distinguished according to a reference to a place. Through analysis of the names used and the territories identified, the aim is to show that there are shared beliefs about the supposed quality of these products without any legal or juridical definition of either the characteristics of the product or the areas of production. Without official certification, the flexible recognition of these foodstuffs by their origin nevertheless facilitates their trade.

Top of page

Full text

  • 1 Une grande partie de ces recherches s’inscrivent dans le cadre du programme Teresma (Produits de te (...)
  • 2 Notre recherche est consacrée aux aliments solides et aux eaux-de-vie-liqueurs. Même s’ils nous ser (...)
  • 3 Selon l’article 1, « quiconque aura, soit apposé, soit fait apparaître par addition, retranchement, (...)
  • 4 Les recherches nourries en partie de ces réflexions théoriques ont largement été menées sur les app (...)
  • 5 Les analyses et les données contenues dans cet article ont été présentées lors du workshop « Locali (...)

1L’année 2019 correspond à une date anniversaire importante dans l’histoire des appellations d’origine avec le centenaire de la loi du 6 mai 1919 qui a posé les bases du système français des appellations que d’autres lois, par la suite, vont peu à peu façonner jusqu’à la création de l’Institut National des Appellations d’Origine en 1935 (Wolikow & Humbert 2015). La loi et les réglementations sont donc en France depuis le XXe siècle au cœur de ce système de reconnaissance de l’origine fondée sur la certification et le contrôle. À travers cette contribution, nous voudrions nous interroger sur la manière dont les produits alimentaires liés à une origine géographique sont distingués dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles, c’est-à-dire dans un contexte réglementaire et économique totalement différent. En s’appuyant sur les premiers résultats d’une recherche en cours1, il s’agit ici finalement de s’intéresser à l’histoire des produits géographiquement identifiés et de réfléchir sur les liens qui peuvent unir un aliment et un lieu, avant le développement de signes officiels de reconnaissance2. À l’époque moderne, il n’existe guère de définition légale de l’origine des produits en dehors des marques de fabrique que l’on peut retrouver principalement dans le textile et très liées au monde des communautés de métiers en ville. En revanche, jambons de Bayonne, prunes de Brignoles, pâtés de Strasbourg ou beurre d’Isigny sont des dénominations largement employées, mais qui ne bénéficient en fait d’aucune protection juridique jusqu’au XIXe siècle. Il faut attendre la loi du 29 juillet 1824 concernant la propriété intellectuelle pour trouver un article sur les fraudes relatives aux altérations des noms sur les produits fabriqués qui interdit l’utilisation d’un nom de lieu si le produit n’en est pas originaire3. En se plaçant donc bien en amont de cet appareil législatif, il est possible de mieux comprendre les enjeux de la reconnaissance de ces produits d’origine et surtout la dimension à la fois économique et culturelle de ce processus (Parasecoli 2017). Ce regard historique permet aussi de mieux saisir la relation complexe entre production et territoire. La valorisation de l’origine des produits est bien une construction qui s’enracine dans le temps ; elle correspond, pour l’époque moderne, à une croyance partagée par les différents acteurs (producteurs, marchands, consommateurs) qui s’étend, pour certains produits, sur de vastes échelles spatiales et sociales. Notre propos sera de montrer qu’il s’agit d’une reconnaissance souple des produits d’origine qui semble finalement bien adaptée à l’économie d’Ancien Régime caractérisée par le fractionnement des marchés et l’influence de la demande. Pour mener à bien cette étude et éviter les pièges d’une histoire anecdotique, qui a longtemps prévalu autour de ces produits, il convient de mobiliser plusieurs outils d’analyse et d’essayer de voir s’ils peuvent s’appliquer à l’époque moderne pour saisir et comprendre la place de ces produits d’origine. La socio-économie, en particulier, fournit à l’historien des pistes de réflexion intéressantes autour des théories de l’économie des conventions développées par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (Boltanski & Thévenot 1991), du marché des singularités analysé par Lucien Karpik (Karpik 2007) ou de l’interaction entre vie sociale et activité économique interrogée par Mark Granovetter (Granovetter 2000)4. Ces différentes grilles d’analyse montrent que les relations entre les acteurs économiques ne se limitent pas à un simple jeu de l’offre et de la demande, mais invitent au contraire à prendre en compte de nombreux facteurs sociaux et culturels. Ces travaux permettent aussi de comprendre que les signes de qualité et les labels sont des dispositifs de jugement qui influencent les choix de consommateurs face à des produits dont il est difficile d’évaluer la qualité substantielle. Dès lors, la référence à l’origine devient une qualité subjective du produit qui détermine le comportement des consommateurs. En partant des premières esquisses de notre recherche5, nous voudrions ici présenter, dans un premier temps, ce champ d’études et ses méthodes, avant de fournir les premiers résultats qui permettent d’identifier et de localiser les produits alimentaires d’origine dans la France moderne.

Qu’est-ce qu’un produit d’origine dans la France moderne ?

  • 6 Archives Bordeaux Métropole, HH 37.

2La définition la plus simple est de considérer qu’il s’agit d’un produit associé à un territoire à travers une appellation géographique et clairement distingué des autres. Comme nous l’avons déjà souligné, il n’existe néanmoins pas de certification officielle ou de définition légale permettant la reconnaissance facile de tels produits. Quelques marques physiques existent dans de très rares cas pour distinguer les denrées. Pour le vin, par exemple, la taille des barriques peut parfois être un élément d’identification. À l’époque moderne, les Bordelais sont ainsi très attachés à la taille de la barrique bordelaise de 225 litres. Marchands et magistrats se mobilisent d’ailleurs au XVIIIe siècle contre les habitants de Bergerac lorsque ces derniers prétendent utiliser des barriques d’un volume équivalent, ce qui viendrait créer une confusion et une concurrence avec les vins de la sénéchaussée de Bordeaux. En 1779, il est décidé d’apposer « une grosse marque en fer à côté de la bonde des barriques qui portera l’empreinte de la ville de Bergerac, ce qui distinguera les vins du territoire de cette ville de ceux du Crû Bordelais »6. Pour certaines denrées de luxe, il est possible de rencontrer aussi des marques sur les emballages comme les prunes sèches de Brignoles vendues dans des boîtes qui portent les armes de la ville. L’essentiel des marchandises étant vendues en vrac, ces procédés ne peuvent cependant guère se diffuser. Par ailleurs, l’absence de productions homogènes pour ces denrées issues de l’agriculture ne permet pas non plus aux consommateurs d’identifier l’origine du produit par sa nature même.

  • 7 Concile d’Apostole, Bibliothèque Nationale de France, manuscrits français 837, f° 225v°-226r° et fr (...)
  • 8 Savary des Bruslons Jacques, Dictionnaire universel de commerce, Tome 2, 1742

3Pourtant, on observe une valorisation croissante de l’origine des denrées et une identification par une dénomination géographique dans de nombreuses sources à partir de la fin du XVIIe siècle. Il ne s’agit bien évidemment pas d’une nouveauté puisqu’à l’époque antique et au Moyen Âge, certains produits d’origine bénéficiaient déjà d’une forte reconnaissance (André 1981 ; Brun 2003 ; Stouff 1997 ; d’Ambrosi 2017). Au XIIIe siècle, par exemple, le Concile d’Apostole, recueil d’expressions proverbiales, fait ainsi mention des esturgeons de Blaye, des chapons de Loudun ou des perdrix de Nevers7. Cette forme de reconnaissance se diffuse cependant plus largement dans la seconde moitié du XVIIe siècle et concerne un nombre croissant d’aliments. Dans le Dictionnaire universel de commerce de Savary des Bruslons publié dans la première moitié du XVIIIe siècle, 96 denrées sont associées à une origine géographique. Dans plusieurs notices, on retrouve une hiérarchisation des produits selon leur origine et, comme dans cet article consacré au miel de Narbonne, des éléments sont présentés pour en évaluer la qualité de manière empirique : « Le meilleur miel blanc est celui de Narbonne, qu’on tire principalement du petit bourg de Corbière à trois lieues de cette ville. Le véritable Corbière doit être nouveau, épais, grenu, d’un goût doux & piquant, d’une odeur douce & peu aromatique, assez semblable à l’œil au sucre Royal.8 » Il s’agit bien de fournir aux marchands un outil pour distinguer les marchandises les unes des autres et guider leur choix. On retrouve au même moment dans les correspondances commerciales de plus en plus de qualificatifs mentionnant le « vrai » produit, le produit « véritable », etc. Un marché de produits gourmands distingué de celui des aliments ordinaires (céréales, légumes, viandes de boucherie) s’établit au cours du XVIIIe siècle avec pour relais les épiciers, puis à partir des années 1780 les marchands de comestibles (Meyzie 2015). La réputation des produits fondée sur leur origine géographique y joue un rôle important. Même si une large partie de la population n’a pas les moyens financiers d’accéder à bon nombre de ces denrées qui restent des produits rares et chers comme le veau de Pontoise, les volailles de Bresse ou les pâtés de Périgueux, leur identification est en revanche diffusée dans une bonne partie de la société notamment en ville.

  • 9 Voir, par exemple, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, B 59, journal de la dépense o (...)
  • 10 Archives départementales du Lot-et-Garonne, E sup. 3110, pièces justificatives des comptes du consu (...)

4Il faut remarquer par ailleurs que les indications géographiques conservent une grande souplesse tout au long de l’époque moderne, à la fois dans les appellations utilisées et dans les territoires concernés. Le cas du jambon de Bayonne en fournit une bonne illustration. À la fin du XVIe siècle, des jambons sont qualifiés dans les sources de jambon des Basques ou de jambon basque9. On trouve aussi l’éloge du jambon de Lahontan ou du jambon du Béarn. La dénomination de jambon de Bayonne est elle aussi présente dans le même temps10. L’emploi concomitant de ces multiples appellations géographiques et la référence à des lieux différents ne semblent guère poser de problème. Chacun a sans doute conscience que, derrière la dénomination « jambon de Bayonne » qui devient la plus récurrente, les provenances peuvent être variées. Dans un mémoire de 1671 sur la Soule, Froidour, inspecteur des Eaux et Forêts témoigne de la prise en compte de ce décalage entre dénomination du produit et zone effective de production :

  • 11 Bibliothèque municipale de Toulouse, Manuscrit 645, mémoire sur la Soule rédigé vers 1671 par Louis (...)

« Les meilleurs jambons du Royaume après ceux de Lahontan sont ceux de Soulle. Ils sont connus soubs le nom de jambon de Bayonne et il n’est pas mal à propos de remarquer qu’encore que cette ville soit si fameuse et si renommée par ses jambons, neanmoins il ne s’y en fait presque point, mais on y debite ceux qui y sont portez du Labourd et de la Basse-Navare, où il s’en fait quantité, et de la Soule d’où l’on en porte peu, parce qu’elle en est plus esloignée. »11

  • 12 Dulaure Jacques-Antoine, Description des principaux lieux de France, tome 3, Paris, 1789, p. 236.
  • 13 Ces usages et ces habitudes non écrites qui facilitent les échanges sont une forme de norme qui dif (...)
  • 14 Archives privées de la famille de Pontac ; Archives départementales de la Dordogne 2 J 966 ; Biblio (...)

5Des remarques similaires se retrouvent toujours à la fin du XVIIIe siècle. En 1789, Jacques-Antoine Dulaure note ainsi dans son guide à l’intention des voyageurs que la plupart des jambons proviennent du Béarn, mais que l’appellation jambon de Bayonne est devenue alors la plus courante : « ce sont les jambons connus sous le nom de jambons de Bayonne, à cause qu’il s’en fait dans cette ville plusieurs embarquements, & dont la propre dénomination devroit être jambons de Béarn. »12 Aucune norme appuyée sur des règles de droit n’existe donc dans la manière de désigner ces denrées dont la réputation est bien établie13. Il n’y a pas non plus de définition figée sur la nature du produit ou son mode de fabrication, ce qui différencie très nettement ces usages des Appellations d’Origine et des Appellations d’Origine Contrôlée que nous connaissons aujourd’hui et qui réglementent beaucoup plus le marché. De même, l’origine de la matière première importe généralement assez peu. Pour les jambons de Bayonne, nous avons ainsi pu rencontrer plusieurs recettes manuscrites sur la manière de les préparer14. Dans certains cas, le jambon est simplement salé et fumé, dans d’autres il peut même être cuit. Les herbes utilisées pour le parfumer sont aussi très diverses. Cette absence de standardisation caractéristique de l’économie préindustrielle induit une forte valorisation des savoir-faire. Le savoir-faire est perçu comme le fondement principal de la qualité et du lien à l’origine ce qui implique que les territoires de transformation et de commercialisation sont les plus couramment associés à ces denrées renommées comme nous le verrons un peu plus loin. Contrairement à ce que nous pouvons parfois trouver aujourd’hui autour de la notion de « produits de terroir », il n’y a alors guère de naturalisation du lien au territoire à travers l’idée d’un sol ou d’un climat unique qui expliquerait tout et serait le facteur déterminant de la qualité. Des jambons « à la façon de Bayonne » sont d’ailleurs vendus à Paris ou à Bordeaux ; ces produits y sont considérés comme des denrées de choix car un savoir-faire estimé est reproduit, même si évidemment on ne peut ignorer l’opportunité commerciale que peut représenter la référence au produit d’origine réputé.

6Cette tentative de cerner les produits d’origine dans la France moderne révèle qu’il s’agit donc principalement d’une distinction commerciale qui s’appuie sur des savoir-faire associés à des lieux (on retrouve ici les « usages locaux, loyaux et constants » des premières lois du XXe siècle sur les appellations d’origine). Elle répond aussi vraisemblablement à une demande de consommateurs-connaisseurs qui veulent s’approvisionner en produits distingués. Ces localisations souples à la fois dans la dénomination et les espaces concernés occupent une place grandissante qui résulte largement de la circulation croissante des denrées et l’élargissement de la gamme des produits disponibles. Mais, pour saisir plus en avant l’emploi de la référence au lieu comme signe de qualité et gage de confiance, l’historien ne peut donc pas s’appuyer sur des signes de reconnaissance officiels. Il doit alors construire ses propres outils de mesure de l’identification.

La mesure de l’identification

  • 15 Furetière Antoine, Dictionnaire universel, Paris, 1690.

7Comment l’historien peut-il parvenir à repérer les produits d’origine distingués durant cette période où aucune loi ne vient différencier ces produits par un label ou une appellation contrôlée ? Nous avons tenté d’élaborer une méthode empirique dont nous voudrions ici présenter les grands traits. La notion de réputation nous est apparue comme la référence la mieux adaptée à l’économie et la société d’Ancien Régime pour saisir ce phénomène. Dans la définition du Dictionnaire Universel d’Antoine Furetière, voici l’un des sens qui est proposé du mot réputation : « Bonne ou mauvaise opinion que les hommes ont des choses, ou des personnes. […] Les vins de Champagne, les melons de Langeais, les jambons de Mayence, se sont mis en grande réputation, on en a grand débit ».15 Dans une société d’ordre profondément marquée par la question du rang et de la préséance (Cosanday 2016), l’évaluation faite par les autres revêt une importance toute particulière qui se traduit également dans la hiérarchisation des marchandises. Dès lors, il est assez courant de rencontrer dans les dictionnaires de commerce, les guides de voyage ou les archives des marchands, l’évocation de ces denrées « réputées », « renommées », « de grande réputation », « jugées les meilleures », etc. Ce sont des jugements, non explicités généralement mais récurrents, qui consistent à différencier des produits alimentaires en leur attribuant une qualité supérieure. Bien souvent, cette qualification du produit est associée à une appellation géographique qui le distingue des autres. Dans l’article « fromage » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, la réputation fondée sur l’origine sert clairement à différencier les productions :

  • 16 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Tome 7, Paris, 1757, (...)

Plusieurs cantons du Royaume fournissent d’excellens [fromages]. Le fromage de Rocquefort est sans contredit le premier fromage de l’Europe ; celui de Brie, celui de Sassenage, celui de Marolles, ne le cèdent en rien aux meilleurs fromages des pays étrangers ; celui des montagnes de Lorraine, de Franche-Comté, et des contrées voisines, imite parfaitement celui de Gruyère ; le fromage d’Auvergne est aussi bon que le meilleur fromage d’Hollande16.

8Nous avons constitué au fil de nos recherches un corpus ouvert rassemblant toutes les mentions de produits alimentaires désignés par une origine géographique comme signe de qualité. À ce jour, nous avons pu collecter 4407 mentions à partir de 253 sources différentes.

  • 17 Les soupers de la cour ou l’art de travailler toutes sortes d’alimens pour servir les meilleures ta (...)

9Notre démarche a consisté à rechercher cette association produit, origine et qualité dans le plus grand nombre de champs possibles (sociaux, culturels, économiques) et donc, pour se faire, de rassembler une grande diversité de sources. Notre hypothèse de départ est en effet que la force de ces réputations et de la reconnaissance de ces denrées par leur origine découle de leur utilisation dans différents domaines, ce qui en fait peu à peu une référence partagée, une convention admise par les différents acteurs. Nous sommes donc partis, dans un premier temps, du champ qui semblait le plus évident pour saisir ces aliments réputés, c’est-à-dire de la littérature culinaire et gastronomique. La référence à l’origine apparaît de plus en plus usitée dans les livres de cuisine du XVIIe au XVIIIe siècle. Dans les Soupers de la Cour de Menon publié en 1755, par exemple, les produits d’origine sont bien représentés comme en témoigne le tableau suivant17.

Tableau 1

Les produits d’origine dans Les Soupers de la cour

truffes de l'Agenois

pâté d'Amiens

poularde d'Anjou

asperges de Belleville

chapon de Blansac (Blanzac)

hareng de Boulogne

saucisson de Boulogne

chapon de Bruges

gâteau de Compiègne

cuisses d'oie de Gascogne

truffes de Gascogne

macaroni d'Italie

chapon du Mans

truffes du Limousin

poularde du Maine

jambon de Mayence

café de Moka

veau de Montargis

bœuf de Normandie

poularde de Normandie

truffes du Périgord

pâté de Périgueux

veau de Pontoise

thon de Provence

confiture de poires de Reims

andouille de Rouen

caneton de Rouen

gelée de pommes de Rouen

veau de Rouen

alose de la Seine

cardes de Tours

beurre de Vanvres (Vanves)

  • 18 Nous avons recensé dans les 8 années de publication de l’Almanach des gourmands, 139 denrées d’orig (...)
  • 19 La Roche (von) Sophie, Journal d’un voyage à travers la France, 1785, Les Éditions de l’Entre-deux- (...)
  • 20 Lavallée Joseph, Voyage dans les départements de la France, Paris, 1792.

10Les traités de cuisine du XVIIe siècle ne faisaient mention que de quelques denrées : un demi-siècle plus tard, la diffusion de cette référence à l’origine est ici bien manifeste. Les premiers écrivains gastronomes au début du XIXe siècle relaient aussi largement par la suite la réputation de ces denrées qui se sont multipliées au cours du siècle précédent (Ory 1998). Les écrits de Grimod de La Reynière, par exemple, mettent largement à l’honneur ces produits clairement identifiés alors : poularde de Bresse, fromage de Roquefort, marrons de Lyon, huîtres de Marennes, etc (Meyzie 2015 : 247)18. Nous avons parallèlement choisi de rechercher ce genre de référence dans les récits et les guides de voyage qui, à l’occasion de la description d’une province ou d’une ville, évoquent parfois les productions locales les plus réputées. Ainsi, de passage à Bar-Le-Duc en 1785, la voyageuse allemande Sophie von La Roche note « On y fait d’excellent vin, on pêche la truite, et l’on vend des groseilles confitures » ; à Tours, elle indique que « les noix, les amandes et les prunes de cette province sont très recherchées car elles sont d’un goût excellent » ; à Angoulême, elle rappelle que la ville « est réputée pour ses pâtés de perdreaux »19. À la fin du XVIIIe siècle, dans son Voyage dans les départements de la France, Joseph Lavallée présente à Meaux les fromages de Brie « connus de toute l’Europe par leur délicatesse », les volailles « célèbres » de Bresse ou les poires d’Auch « qu’on vante avec raison »20. Les annotions de ce type sont finalement assez fréquentes dans la littérature de voyage et font écho avec ce que l’on peut retrouver dans d’autres sources où l’identification de l’origine est parfois associée à la promotion des marchandises.

  • 21 Archives de la ville de Paris, D5B6/1736, livre-journal de Louis-Jacques Houdry, épicier, 1766-1769

11Pour saisir ces réputations dans le champ économique, nous avons également intégré à notre corpus des documents relatifs au monde du commerce, aussi bien des sources imprimées (dictionnaires de commerce, annonces commerciales) que des archives manuscrites (livres de comptes et correspondances de marchands grossistes ou détaillants). Si l’emploi d’une référence à l’origine géographique pour désigner un produit dans un dictionnaire de commerce destiné à des négociants témoigne surtout d’une norme commerciale diffusée auprès des élites du commerce, l’usage de cette appellation géographique à l’intérieur de la comptabilité journalière d’un épicier, d’un hôtelier ou d’un marchand de volailles atteste d’une plus large appropriation de cette forme de reconnaissance. Le livre de comptes de l’épicier parisien Louis-Jacques Houdry, par exemple, fait mention de plusieurs denrées d’origine21.

Tableau 2

Les denrées d’origine dans le livre de comptes de Louis-Jacques Houdry (1766-1769)

Parmesan

Brignoles

raisins de Corinthe

fromage de Hollande

marrons de Lyon

café de la Martinique

café Moka

miel de Narbonne

sucre d'Orléans

riz du Piémont

Roquefort

gelée de pommes de Rouen

pruneaux de Tours

  • 22 Archives Nationales, 4 AP 301-302, Mémoire de la dépense faite pour la maison de Mgr l’archevêque d (...)

12Les correspondances et les livres de comptes de marchands, d’épiciers, de confiseurs ou de marchands de fromages nous ont donc permis de saisir l’usage commercial de cette référence à l’origine comme signe distinctif. Ces appellations peuvent aussi être repérées dans des sources fiscales relatives aux taxes prélevées sur les marchandises. Les péages intérieurs ou les tarifs du Maximum sous la Révolution distinguent clairement certaines denrées selon leur origine, première forme finalement d’officialisation de ce mode d’identification à travers la mise en place de ces nomenclatures (Margairaz 2004). Enfin, nous avons ajouté à notre corpus un troisième ensemble important constitué des livres de dépenses de bouche qui permettent de relier réputation et consommation. Si ces comptabilités privées concernent essentiellement le monde des élites et, en particulier de la noblesse et du haut-clergé, elles éclairent tout de même sur la manière dont ces produits sont reconnus par leur origine du côté des consommateurs. Dans les dépenses alimentaires de Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse, par exemple, plusieurs denrées réputées sont présentes à plusieurs reprises22.

Tableau 3

Les denrées d’origines dans les dépenses de Loménie de Brienne (1763-1770)

Gruyère

parmesan

Truffes

dindes aux truffes d'Angoulême

huîtres de Bordeaux

poularde de Bresse

Brie

beurre de Campan

macaroni d’Italie

semoule d'Italie

vermichel d'Italie

café de Moka

fromage de Neuchâtel

veau de Pontoise

huile de Provence

dindes aux truffes du Quercy

Sassenage

ortolans de Toulouse

pruneaux de Tours

cervelats de Troyes

lard de Troyes

  • 23 L’espace de diffusion constitue une donnée essentielle dans la mesure des réputations ; (Chauvin, 2 (...)

13Notre analyse de la réputation de ces produits d’origine et notre évaluation de leur reconnaissance se sont au final appuyées sur le croisement de ces différents champs auquel nous avons aussi tenté d’associer une variation des espaces concernés. En effet, l’échelle de diffusion de ces appellations d’origine mérite d’être interrogée23. Leur reconnaissance est-elle seulement locale, parisienne, nationale, voire même, dans certains cas, internationale ? Les sources réunies concernant donc aussi bien Paris, Versailles que Lyon, Bordeaux, Troyes, Dijon, ou Besançon que des échantillons étrangers à Bruxelles, Londres et Parme. En définitive, nous avons pu constituer jusqu’à présent un corpus de 253 sources différentes que l’on peut distribuer de la manière suivante :

14Même si cet ensemble ne forme qu’un échantillon, il fournit un seuil documentaire suffisant pour évaluer la reconnaissance de ces produits d’origine et analyser leurs localisations au cours de la période. Nous avons pu repérer plus de 1000 dénominations géographiques différentes dont bon nombre ne sont que des mentions isolées, mais plus d’une centaine d’entre elles sont apparues de manière régulière dans nos sources, permettant ainsi de repérer les produits géographiquement identifiés.

Esquisses des premiers résultats

15Sur ce travail en cours, nous ne pouvons pour l’instant qu’apporter des résultats partiels, provisoires et incomplets, mais qui permettent tout de même d’ores et déjà d’esquisser quelques tendances intéressantes pour mieux comprendre le lien entre produit, origine et qualité. Il apparait, en premier lieu, que certaines denrées bénéficient déjà d’une reconnaissance bien établie et clairement associée à une origine géographique précise et stable. Si cet usage existe au XVIIe siècle, il se diffuse au cours du siècle des Lumières et prend de l’importance à partir des années 1750, concernant alors un plus grand nombre de produits. Sur l’ensemble de la période (1680-1830), plusieurs d’entre eux se distinguent par la récurrence significative de leur mention au sein de notre corpus.

Tableau 4

Les 25 produits les plus mentionnés (N : 253)

Produits

Nombre de mentions

Gruyère

102

Roquefort

92

jambon de Bayonne

85

Brignoles

74

Parmesan

73

fromage de Brie

54

miel de Narbonne

53

pruneaux de Tours

46

huile d'Aix

43

fromage de Hollande

42

marrons de Lyon

40

eau-de-vie d'Hendaye

39

jambon de Mayence

38

pâté de Périgueux

36

fromage de Sassenage

35

café de Moka

34

Cognac

32

Marolles (maroilles)

32

fromage d'Auvergne

29

pâté d'Amiens

29

fromage de Neufchâtel

28

truffes du Périgord

27

caneton de Rouen

26

dragées de Verdun

25

gelée de pommes de Rouen

25

16Cette liste cache néanmoins des liens de nature différente des produits à l’origine et des reconnaissances socialement variables. Le fromage de Gruyère, les prunes de Brignoles et le parmesan, par exemple, sont avant tout des dénominations commerciales qui vont au-delà de la réalité de l’origine géographique d’une production dans le village suisse de Gruyère ou le village provençal de Brignoles. L’appellation a pris le pas ici sur la localisation. La dénomination désigne finalement avant tout un type de produit jugé supérieur et conforme à certaines caractéristiques bien identifiées. Dans d’autres cas, comme le fromage de Roquefort, l’huile d’Aix, le fromage de Brie ou les pruneaux de Tours, l’origine est plus clairement perçue et considérée comme une plus-value qualitative associée à une localisation géographique qui lui confère une qualité propre. En outre, si certains sont des produits d’origine largement reconnus et peuvent être consommés par les catégories intermédiaires (artisans, boutiquiers, professions libérales) comme le roquefort, le maroilles ou les marrons de Lyon, d’autres demeurent réservés aux élites comme les pâtés de Périgueux, le fromage de Neufchâtel ou les canetons de Rouen. Leur notoriété peut cependant dépasser ces clivages sociaux et le peuple, même s’il ne les consomme pas, peut en connaitre la renommée. Il convient enfin de remarquer que l’identification de ces denrées par leur origine s’observe également, pour certains d’entre eux (jambon de Bayonne, pâtés de Périgueux, roquefort, prunes de Brignoles) sur les marchés étrangers où, par exemple, nous avons pu trouver leur présence dans des annonces et des archives de marchands à Londres, Dublin ou Bruxelles. La force de leur reconnaissance et leurs réputations passent donc à la fois par leur pénétration dans la société et dans leur présence, même en faible quantité, à l’échelle internationale.

17Des premiers résultats de cette recherche se dégagent également un certain nombre de caractéristiques sur la nature de ces denrées associées à des lieux. Les productions agricoles brutes, c’est-à-dire n’ayant subi aucune transformation, sont extrêmement rares (peu de légumes, par exemple). Même parmi les fruits, ce sont les fruits séchés comme les prunes de Brignoles ou les pruneaux de Tours qui sont les plus renommés. Rares sont donc les produits frais à figurer dans notre étude. Le principal constat que l’on peut faire est que la localisation et la reconnaissance concernent principalement des denrées de conserve ou de semi-conserve à l’instar des salaisons, des fromages, des confiseries, des poissons séchés ou des liqueurs. Les savoir-faire sont essentiels dans la valorisation de l’origine. Si on observe l’ensemble des mentions de ces produits d’origine dans notre corpus, ces caractéristiques concernent un bon nombre d’entre eux avec, en premier lieu, les fromages.

Graphique 2

La nature des produits d’origine (n : 4401)

18Par leur capacité à se conserver, toutes ces denrées offrent l’avantage de pouvoir voyager et donc d’être commercialisées sur des marchés plus lointains. Le besoin d’identification de la marchandise augmente à partir du moment où la distance entre le territoire de production et le consommateur s’accroît (Dedeire & Giraudel 2007). Une production locale devient donc un produit d’origine avec l’emploi d’une appellation géographique reconnue quand elle entre dans des circuits commerciaux destinés à des acheteurs éloignés et, pour cela, il faut qu’elle puisse se conserver et être facilement transportée.

19Les origines géographiques révèlent enfin une nette prépondérance des villes dans les dénominations employées. L’identification géographique correspond avant tout à une localisation urbaine liée à la provenance de ces denrées et surtout à leur entrée dans les circuits de commercialisation à grande échelle. La carte suivante permet d’avoir un aperçu des territoires concernés par ces appellations d’origine les plus couramment employées.

Carte 1 : La localisation des produits d’origine (1680-1830)

Carte 1 : La localisation des produits d’origine (1680-1830)

20La plupart des grandes places commerciales (Lyon, Marseille, Lyon, Orléans) sont associées à des denrées renommées. Il en est de même pour des villes de moindre importance comme Bayonne ou Narbonne, mais qui, grâce à leur fonction portuaire, représentent des espaces importants de circulations marchandes. La plupart des villes qui apparaissent sur cette carte sont situées sur les principaux axes de communication du royaume (ports, fleuves, routes royales). La localisation de ces produits distingués des autres répond donc avant tout à des logiques commerciales ; elle met en lumière les territoires insérés au XVIIIe siècle dans une économie de l’échange. Les produits d’origine apparaissent ainsi bien plus comme le fruit des circulations marchandes que celui de l’isolement. Cette carte amène aussi à constater que l’appellation s’appuie le plus souvent sur un lieu et non pas sur une aire. Seuls quelques noms de provinces apparaissent fréquemment (Normandie, Provence, Périgord). Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que la référence à ces anciennes provinces continue à être employée après la Révolution et la création des départements, signe d’un attachement sans doute à ces repères spatiaux et à la force de l’usage de ces appellations dans les pratiques commerciales.

21Est-ce que la répartition de ces denrées d’origine reconnues à l’intérieur du royaume répond à la même logique économique que les dénominations employées ? Certaines localisations semblent directement dues à la proximité du grand marché parisien ou à un approvisionnement de celui-ci facilité par des axes de transport majeurs comme la Seine. Les produits de Normandie, les volailles du Mans, le fromage de Brie ou les charcuteries de Troyes bénéficient de cette situation avantageuse. Mais, pour d’autres, au contraire, on observe une localisation plutôt périphérique dans des provinces éloignées de la capitale. La France méridionale, de Bayonne à la Provence, représente des contrées éloignées qui fournissent des denrées que l’on ne peut trouver dans les environs de Paris. L’huile d’olive, les agrumes ou les figues correspondent donc à une forme d’exotisme recherché des consommateurs parisiens et qui explique, en partie, pourquoi ces territoires sont souvent perçus comme des pays de cocagne (Csergo 1998). La valorisation de l’origine est donc étroitement liée à Paris et à la perception des territoires par les consommateurs parisiens fortunés. La renommée de produits italiens comme le parmesan et le saucisson de Bologne s’inscrit aussi dans cet attrait pour les espaces méditerranéens au siècle des Lumières illustré notamment par la vogue du Grand Tour (Bertrand 2008). Les différences de fiscalité (notamment sur le sel avec la gabelle) et l’existence de péages d’une province à l’autre mériteraient sans doute d’être prises en compte également pour mieux comprendre la répartition complexe de ces produits d’origine. À partir de ces premières données, comme on le voit, bien des pistes restent donc encore à explorer pour arriver à déterminer pourquoi une production se voit associée à un lieu donné dont la référence devient généralement, aux yeux des consommateurs, un signe de qualité.

Conclusions

22Les premières analyses des données collectées permettent de souligner quelques points au terme de cette présentation d’un travail qui reste encore à développer et à approfondir. En premier lieu, la reconnaissance de produits alimentaires par leur origine géographique est un usage qui se répand en France de la fin du XVIIe siècle aux premières décennies du XIXe siècle. La récurrence de leurs mentions dans des sources aussi variées que les livres de cuisine, les correspondances des marchands, les récits de voyage ou les tarifs de péages attestent de sa diffusion. Plus de denrées sont concernées et cette forme d’identification semble être partagée dans la société au-delà des élites sociales. Pour les consommateurs-connaisseurs, certains produits d’origine apparaissent comme des marchandises distinguées ; leur localisation est jugée comme un signe de qualité. Des appellations telles jambon de Bayonne, fromage de Roquefort, prunes de Brignoles ou truffes du Périgord correspondant alors à des conventions partagées entre les acteurs économiques (tous sont d’accord pour dire que ces denrées sont de plus grande qualité) qui créent de la confiance et facilitent sans doute la circulation commerciale de ces marchandises. Dans une économie de l’échange et de l’incertitude pour reprendre l’expression de Jean-Yves Grenier (Grenier 1996), la réputation de ces productions localisées, résultat d’une convergence entre sphère marchande et valeur sociale que nous avons simplement esquissée ici, offre une garantie suffisante au XVIIIe siècle sans qu’il y ait besoin de recourir à une définition légale.

  • 24 On peut penser ici aux fraudes sur le commerce des huiles ; (Boulanger, 1982).

23Le développement de la concurrence, de la fraude et de la contrefaçon dès le XVIIIe siècle24 et plus nettement encore au siècle suivant va conduire à établir par la loi ce lien du produit à l’origine (Stanziani 2004). La certification officielle devient alors de plus en plus nécessaire pour éviter les concurrences déloyales notamment avec l’essor du commerce international. Au XIXe siècle, la justice est amenée à intervenir de plus en plus sur des contentieux concernant l’origine des produits alimentaires, mais aussi pour protéger les marques. La mise en place des appellations d’origine en France au début du XXe siècle ne représente donc pas en soi le début d’une nouvelle ère, mais plutôt, à nos yeux, le produit d’un processus qui s’inscrit dans la durée. D’ailleurs, parmi les appellations d’origine contrôlées, le fromage de Roquefort est la première appellation d’origine non viticole dès 1925 à obtenir une reconnaissance officielle et nous avons pu voir qu’il figurait déjà au XVIIIe siècle parmi les produits d’origine les plus réputés en France et en Europe (Vabre 2015). Dès lors, la relation du produit à son territoire d’origine s’avère beaucoup plus normalisée et s’inscrit dans une économie industrielle où la qualité des aliments doit être définie de manière précise dans une logique de standardisation et de lutte contre la contrefaçon (Bruegel, Nicoud & Barlösius 2010).

  • 25 Les prunes de Brignoles font cependant aujourd’hui l’objet de tentatives de relance ; (Acovitsioti- (...)

24Les premiers résultats de cette étude de la reconnaissance des produits d’origine en France aux XVIIe et XVIIIe siècles montrent enfin que leur notoriété n’est pas toujours pérenne. Si certains comme le jambon de Bayonne ou le fromage de Brie nous sont encore aujourd’hui parfaitement connus, d’autres sont un peu oubliés comme la gelée de pommes de Rouen, l’eau-de-vie d’Hendaye ou les prunes de Brignoles25. Ce constat pose la question de l’enracinement dans le temps qui doit être pris en compte au même titre que l’ancrage spatial pour comprendre la réalité de ces productions localisées aujourd’hui. Ces produits disparus ou limités aujourd’hui à des productions confidentielles représentent assurément un gisement intéressant pour des processus de relance économique, de développement touristique et de valorisation patrimoniale (Marache & Meyzie 2018).

Top of page

Bibliography

ACOVITSIOTI-HAMEAU A. 2013. « La prune de Brignoles (Var) : l’emprise identitaire d’une saveur mal connue », in Harismendy Patrick, Andrieux Jean-Yves (ed..), L’assiette du touriste. Une quête de l’authentique, Rennes-Tours, Presses Universitaires François Rabelais/Presses Universitaires de Rennes : 39-55

ALLAIRE G., BOYER R. 1995. La grande transformation de l’agriculture. Lectures conventionnalistes et régulationnistes, Paris, Inra-Econimica.

ANDRE J. 1981. L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, Les Belles Lettres. 

BERTRAND G. 2008. Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle – début XIXe siècle, Rome, Collection de l'École française de Rome, 398.

BOLTANSKI L. & THEVENOT L. 1991. De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOULANGER P. 1982. « Aspects du commerce des huiles. De la tromperie sur la marchandise au XVIIIe siècle ou le commerce interlope des huiles du Levant à Marseille de 1784 à 1790 », Provence Historique, tome 32, Fascicule 130 : 409-430.

BRUEGEL M., NICOUD M. & BARLOSIUS E. 2010. Le choix des aliments. Informations et pratiques alimentaires de la fin du Moyen Âge à nos jours, Rennes-Tours, Presses Universitaires François Rabelais/Presses Universitaires de Rennes.

BRUN J-P. 2003. Le vin et l’huile dans la Méditerranée antique. Viticulture, oléiculture et procédés de fabrication, Paris, Errance.

CHAUVIN P-M. 2013. « La sociologie des réputations. Une définition en cinq questions », Communications, n°93 : 131-145.

COSANDAY F. 2016. Le rang. Préséances et hiérarchies dans la France d'Ancien Régime. Paris, Gallimard, Collection Bibliothèque des histoires.

CSERGO J. 1998. « Tables provençales au XVIIe siècle. Spécialités locales et régionalisme alimentaire », in G. Garrier (ed) Boire et Manger au XVIIe siècle au temps de la marquise de Sévigné, Actes du IIe symposium « Vin et Histoire », Université du Vin, Suze-La-Rousse : : 111-136.

DEDEIRE M. & GIRAUDEL J-L. 2007. « La distance cognitive avec le territoire d’origine du produit alimentaire. Une mesure par les réseaux de neurones (Kohonen) », Economie rurale, n°301 : 36-54.

GRANOVETTER M. 2000. Le marché autrement. Les réseaux dans l’économie, Paris, Desclée de Brouwer.

GRENIER J-Y. 1996., L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel.

KARPIK L. 2007. L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

LACOUR L. 1904. Des fausses indications de provenance, Paris, Rousseau éditeur.

LAURIOUX B., 2002. Manger au Moyen Âge, Paris, Hachette.

LEMERCIER C. 2003. « La Chambre de commerce de Paris, acteur indispensable de la construction des normes économiques (première moitié du XIXe siècle) », Genèses, n°50 : 50-70.

MARGAIRAZ D. 2004. « Nomenclatures et classification dans le dispositif du Maximum général de 1793-1794 », dans Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques, Actes et communications 21, INRA : 98-118.

MEYZIE P. 2015. « La construction de la renommée des produits des terroirs. Acteurs et enjeux d’un marché de la gourmandise en France » (XVIIe-début XIXe siècle) », French Historical Studies, vol. 38, n°2 : 225-251.

ORY P. 1998. Le discours gastronomique français des origines à nos jours, Paris, Gallimard.

PARASECOLI F. 2017. Knowing where it comes from. Labeling Traditionnal Foods to Compete in a Global Market, Iowa City, University of Iowa Press.

PILLEBOUE J. 1999. « Les produits agro-alimentaires de qualité. Remarques sur leurs liens au territoire », Sud- Ouest européen. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 6 : 69-83.

QUELLIER F. 2003. Des fruits et des hommes, l’arboriculture fruitière en Île de France (vers 1600-vers1800), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

STANZIANI A. 2004. « A l’origine des appellations d’origine contrôlée. Economie et droit des marques collectives en France au XIXe siècle », dans Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques, Actes et communications 21, INRA : 165-194.

STANZIANI A. 2005. Histoire de la qualité alimentaire, XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil.

STOUFF L. 1997. La table provençale. Boire et manger en Provence à la fin du Moyen Âge, Avignon, Éditions A. Barthélémy.

TILLOI d’AMBROSI. 2017. L’Empire romain par le menu, Paris, Arkhê éditions.

VABRE S. 2015. Le sacre du roquefort. L’émergence d’une industrie agroalimentaire. Fin XVIIIe siècle-1925, collection « Tables des hommes », Rennes-Tours, Presses Universitaires de Rennes-Presses Universitaire François Rabelais.

VALCESCHINI E. 2011. « La valorisation économique des terroirs sur les marchés alimentaires », in C. Delfosse (ed) La mode du terroir et les produits alimentaires, Paris, Les Indes savantes : 347-354.

WOLIKOW S. & HUMBERT F. (ed.) 2015. Une histoire des vins et des produits AOC. L’INAO, de 1935 à nos jours, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon.

Top of page

Notes

1 Une grande partie de ces recherches s’inscrivent dans le cadre du programme Teresma (Produits de terroir, espaces et marchés, hier et aujourd’hui) coordonné par Corinne Marache et Philippe Meyzie, https://teresma.hypotheses.org/

2 Notre recherche est consacrée aux aliments solides et aux eaux-de-vie-liqueurs. Même s’ils nous serviront de point de comparaison, nous avons volontairement choisi d’en exclure les vins qui relèvent d’autres circuits commerciaux et qui ont été déjà plus largement étudiés.

3 Selon l’article 1, « quiconque aura, soit apposé, soit fait apparaître par addition, retranchement, ou par une altération quelconque, sur des objets fabriqués, le nom d’un fabricant autre que celui qui en est l’auteur, ou la raison commerciale d’une fabrique autre que celle où lesdits objets auront été fabriqués, ou enfin le nom d’un lieu autre que celui de la fabrication sera puni des peines portées en l’article 423 du code pénal. Tout marchand, commissionnaire ou débitant quelconque sera passible des effets de la poursuite, lorsqu’il aura sciemment exposé en vente ou mis en circulation les objets des noms supposés ou altérés », (Lacour 1904).

4 Les recherches nourries en partie de ces réflexions théoriques ont largement été menées sur les appellations d’origine actuelles ; voir notamment (Allaire, Boyer 1995) ; (Pilleboue 1999) ; (Valceschini 2011).

5 Les analyses et les données contenues dans cet article ont été présentées lors du workshop « Localiser les productions agricoles : entre relance économique et reconnaissance patrimoniale » organisé par Philippe Pesteil à l’Université de Corse en juin 2017.

6 Archives Bordeaux Métropole, HH 37.

7 Concile d’Apostole, Bibliothèque Nationale de France, manuscrits français 837, f° 225v°-226r° et français 19 152, f° 71, cité par Laurioux Bruno, Manger au Moyen Âge, Paris, Hachette, 2002, p. 89, note 25.

8 Savary des Bruslons Jacques, Dictionnaire universel de commerce, Tome 2, 1742

9 Voir, par exemple, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, B 59, journal de la dépense ordinaire de Mr de Navarre, septembre 1581 ; E 1998, traité des fournitures de vivres pour la maison de la reine de Navarre.

10 Archives départementales du Lot-et-Garonne, E sup. 3110, pièces justificatives des comptes du consulat de Nérac, année 1628 ; Archives départementales de la Gironde, H 664, dépenses pour les repas des religieux et des bénéficiers de Saint-Michel pendant les Rogations de 1645.

11 Bibliothèque municipale de Toulouse, Manuscrit 645, mémoire sur la Soule rédigé vers 1671 par Louis de Froidour, inspecteur des Eaux et Forêts, cité dans Bulletin trimestriel de la Société des Sciences, Lettres et Arts et d’études régionales de Bayonne, juillet-décembre 1928, p. 224

12 Dulaure Jacques-Antoine, Description des principaux lieux de France, tome 3, Paris, 1789, p. 236.

13 Ces usages et ces habitudes non écrites qui facilitent les échanges sont une forme de norme qui différent des certifications officielles ; (Lemercier 2003)

14 Archives privées de la famille de Pontac ; Archives départementales de la Dordogne 2 J 966 ; Bibliothèque municipale de Bordeaux, Ms 2853/3, Journal de Gratien de Raymond, 1703-1709.

15 Furetière Antoine, Dictionnaire universel, Paris, 1690.

16 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Tome 7, Paris, 1757, p. 334-334.

17 Les soupers de la cour ou l’art de travailler toutes sortes d’alimens pour servir les meilleures tables suivant les quatre Saisons, 4 volumes Paris, 1755.

18 Nous avons recensé dans les 8 années de publication de l’Almanach des gourmands, 139 denrées d’origine différentes.

19 La Roche (von) Sophie, Journal d’un voyage à travers la France, 1785, Les Éditions de l’Entre-deux-Mers, Saint-Quentin de Baron, 2012, p. 49, 183 et 191.

20 Lavallée Joseph, Voyage dans les départements de la France, Paris, 1792.

21 Archives de la ville de Paris, D5B6/1736, livre-journal de Louis-Jacques Houdry, épicier, 1766-1769.

22 Archives Nationales, 4 AP 301-302, Mémoire de la dépense faite pour la maison de Mgr l’archevêque de Toulouse.

23 L’espace de diffusion constitue une donnée essentielle dans la mesure des réputations ; (Chauvin, 2013).

24 On peut penser ici aux fraudes sur le commerce des huiles ; (Boulanger, 1982).

25 Les prunes de Brignoles font cependant aujourd’hui l’objet de tentatives de relance ; (Acovitsioti-Hameau 2013).

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11864/img-1.png
File image/png, 69k
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11864/img-2.png
File image/png, 55k
Title Carte 1 : La localisation des produits d’origine (1680-1830)
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/11864/img-3.jpg
File image/jpeg, 202k
Top of page

References

Electronic reference

Philippe Meyzie, « La reconnaissance sans certification officielle », Anthropology of food [Online], S16 | 2021, Online since 30 November 2021, connection on 19 January 2022. URL : http://journals.openedition.org/aof/11864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.11864

Top of page

About the author

Philippe Meyzie

historien, Université Bordeaux Montaigne/ CEMMC, philippe.meyzie-bordeaux-montaigne.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search