Skip to navigation – Site map

HomeVaria, Collection in Progress (S0)Articles VARIALe plaisir alimentaire dans le qu...

Le plaisir alimentaire dans le quotidien des adultes urbains en France

Des rendez-vous à ne pas manquer !
Food pleasure in daily lives of urban adults in France: do not miss your appointment!
Sophie Thiron and Amélie Aubert-Plard

Abstracts

Food pleasure is increasingly considered as an ally for the regulation of eating behaviours, in a context where health and nutritional injunctions remain strong. This article explores the daily relationship to food pleasure among urban eaters in France, by analysing their food routines and micro-activities. Focus groups and ethnographic sessions (home observations and semi-structured interviews) were conducted. The eaters set up “pleasure rituals”, corresponding to ritualised food intakes in a specific place, at a given time and in a precise social context. These “ritualized routines” (Dupuy and Rochedy 2018) allow them to respond to societal pressures on food on a daily basis. They help to balance eating behaviours over the long term, ensuring regular pleasures while making them socially acceptable.

Top of page

Author's notes

Ce travail, basé sur la réalisation d’une expertise, a fait l’objet d’un contrat entre Danone Produits Frais France et l’autoentreprise de Sophie Thiron avant sa thèse. En tant qu’anthropologue, le rôle d’Amélie Aubert-Plard au sein du groupe Danone est, entre autres, de coordonner des projets de recherche en sciences sociales : accompagner les chercheurs et leur assurer un soutien dans leur recherche, à la fois pour le terrain, l’analyse comme la valorisation, ainsi que faciliter le dialogue avec les différentes équipes de Danone qui financent les projets de recherche en question. À ce titre, elle a travaillé avec Sophie Thiron sur ce projet.

Full text

Nous remercions Anne Dupuy pour son expertise et ses conseils sur cette étude. Nous adressons également nos remerciements à Danone Produits Frais France pour le financement de cette étude. Enfin, nous remercions vivement toutes les personnes enquêtées.

Introduction

  • 1 La transition épidémiologique désigne le passage d’une situation où prédominent les maladies transm (...)

1La régulation des comportements alimentaires est devenue un enjeu de santé publique majeur avec la montée des maladies chroniques non transmissible1. L’importance sociale et culturelle accordée au plaisir dans le modèle alimentaire français (Rozin et al. 1999 ; Fischler & Masson 2008 ; Fischler 2011 ; Dupuy & Poulain 2012) entre alors en tension avec la diffusion de normes nutritionnelles. Le plaisir a d’abord été associé à la « tentation », et considéré comme un agent de dérégulation des comportements. Cette manière de voir, influencée par la culture anglo-saxonne, considère que la raison est dominée par le corps et les sens (Dupuy 2013). La médicalisation de l’alimentation (Dubois & Burnier 2012 ; Poulain 2009) aurait ainsi contribué à renforcer l’opposition entre plaisir instantané et santé à long terme dans l’imaginaire des mangeurs (Dupuy 2013). Présenté comme une menace pour la régulation des comportements alimentaires, le plaisir mettrait en péril le contrôle individuel, et ferait obstacle aux campagnes de prévention pour le changement des habitudes alimentaires (Coveney & Bunton 2003 ; Dupuy 2013). Mais face à ce paradigme, une autre vision du plaisir a fait son apparition depuis le début du XXIe siècle. Un plaisir au rôle régulateur et protecteur face aux troubles alimentaires est dorénavant mis en avant, au travers de la convivialité et de la commensalité (Rozin et al. 1999, 2006 ; Fischler & Masson 2008). Le plaisir alimentaire se voit alors présenté comme un levier pour améliorer l’état de santé, et un potentiel allié pour la régulation des comportements (Cornil, Chandon, Touati 2018). Toutefois, il reste fortement moralisé, car il n’est accepté et acceptable socialement que s’il dessert des visées sanitaires (Coveney & Bunton 2003 ; Dupuy 2013).

  • 2 Selon le courant fort de la théorie des pratiques, les pratiques sont antérieures à la réflexion : (...)
  • 3 Les routines sont des actions ou des séries d’actions répétées plusieurs fois dans le temps par un (...)
  • 4 Les habitudes sont des dispositions à l’action, et elles ne requièrent pas de régularité temporelle (...)
  • 5 L’individualisme méthodologique est l’approche la plus couramment utilisée pour étudier les comport (...)

2Dans ce contexte, nous avons souhaité questionner le rapport au plaisir dans le quotidien des mangeurs, à l’échelle des micro-activités2 et des routines3. Nous nous sommes inspirées pour cela de la théorie des pratiques telle que proposée par Alan Warde (2005, 2014, 2016 ; Welch & Warde 2015). Celle-ci prône l’analyse des actions ordinaires du quotidien pour comprendre les phénomènes sociaux. Elle postule que la majorité des actes du quotidien ne sont pas des décisions volontaires du mangeur, mais des routines, des habitudes4, effectuées de manière distraite. Les anciens modèles d’étude de la consommation (et notamment l’individualisme méthodologique5) auraient ainsi exagéré la réflexivité de l’individu, et surestimé les processus de délibération. Nous avons emprunté à Alan Warde l’idée d’étudier les caractéristiques des activités ordinaires de la vie quotidienne et leur répétition. Ce travail s’inscrit ainsi dans une sociologie du quotidien. Nous nous intéressons au « degré zéro de la vie quotidienne » (Javeau 1983), c’est à dire aux rituels domestiques, occupationnels etc., aux situations « banalisées » (Javeau 2011), et aux actions que l’on effectue sans se poser de questions (Kaufmann 1997 ; Certeau, Giard, Mayol 1994). Il s’agit d’effectuer une microsociologie en s’intéressant aux « minuscules situations de tous les jours qui constituent une part essentielle de la trame sociale. » (Maffesoli 1998 : 24). Sous chaque habitude alimentaire effectuée de manière répétitive, et sans que l’on y pense vraiment, « s’empile en fait un montage subtil de gestes, de rites et de codes, de rythmes et de choix, d’usages reçus et de coutumes pratiquées. » (de Certeau, Giard, Mayol 1994 : 240). Le geste le plus banal peut ainsi être tributaire de normes sociales (Javeau 1983). Nous avons souhaité utiliser cette approche pour comprendre comment le plaisir alimentaire était vécu au quotidien. Dans quelles routines et micro-activités le plaisir se manifeste-t-il au quotidien ? Comment la relation quotidienne au plaisir alimentaire est-elle vécue par les mangeurs urbains, au regard des pressions sociales pesant sur les comportements alimentaires ?

3Après avoir détaillé la méthodologie de l’enquête, nous introduirons le concept de « rituels plaisir », mis en place par les mangeurs pour gérer leur rapport quotidien au plaisir alimentaire. Nous reviendrons ensuite sur l’implication sociologique de ces rituels, montrant un plaisir mis au service de l’équilibre des comportements alimentaires sur le long terme, dans un contexte où une forte pression sociale reste de mise.

Méthodologie

4Nous avons cherché à explorer la diversité des routines et des micro-activités liées au plaisir alimentaire dans le quotidien des adultes en France. Pour cela, une enquête qualitative a été menée dans les villes de Paris et Montpellier et leur agglomération respective, au premier semestre 2018. L’étude ayant été restreinte aux mangeurs urbains par le commanditaire, nous souhaitions collecter des données dans deux villes aux caractéristiques différentes (taille, système d’approvisionnement et de distribution alimentaire, climat...), pour avoir une certaine diversité d’espaces urbains étudiés.

  • 6 Ces derniers critères ont été fixés par le commanditaire de l’étude. Il serait pertinent de mener l (...)

5L’échantillon a été construit de sorte à pouvoir questionner la relation au plaisir alimentaire en milieu urbain, chez des adultes actifs, en majorité diplômés d’études supérieures6. Nous avons procédé de plusieurs manières pour le recrutement. Tout d’abord, en partant de nos connaissances pour diffuser l’annonce aux personnes correspondant aux critères de recrutement. Cette première méthode repose sur un processus d’homogamie sociale, et ne nous a pas permis de diversifier assez les profils recrutés. L’échantillon a alors été complété en affichant des annonces dans des commerces de Paris et Montpellier, et en les postant sur des groupes Facebook destinés aux petites annonces dans ces deux villes. Les enquêtés présentent une diversité de statuts familiaux/matrimoniaux et de modes de cohabitation (familles avec enfants, couples sans enfant, colocation, personne seule), et n’ont pas de régime alimentaire particulier ou de pathologie relative à l’alimentation (voir Tableau 1 mis en annexe de cet article).

6La collecte de données s’est effectuée en deux temps :

7-Une phase de groupes de discussion (focus groups), avec 5 groupes (n=23). Chaque discussion a regroupé entre 3 et 5 personnes, et duré environ 2h30. Les groupes de discussion visaient à faire émerger la diversité des pratiques et mettre en lumière les principaux contrastes dans les rapports au plaisir.

  • 7 Issue des visual studies (du nom de la revue), la photo elicitation interview permet d’étudier l’en (...)

8-Une phase de terrain ethnographique, avec 7 personnes (5 volontaires ayant participé aux groupes de discussion, et 2 personnes issues de foyers monoparentaux n’ayant pas pu se rendre disponibles pour les discussions, de sorte à avoir une diversité de profils). Ces sessions individuelles couplaient entretien semi-directif (1h30 de discussion par enquêté) et observation ciblée à domicile. Il était demandé aux enquêtés d’effectuer une « visite guidée » des lieux de stockage et de prise alimentaire du domicile, en y décrivant leurs habitudes. Enfin, un support photographique a été utilisé sur 24 h : il était demandé aux enquêtés de prendre en photo toutes leurs prises alimentaires la veille de l’entretien, du lever au coucher, en rendant visible le lieu et la disposition dans lesquels celles-ci étaient consommées. Ces images étaient ensuite discutées lors de l’entretien, en s’inspirant notamment des méthodes de la photo elicitation interview7. La collecte de données ethnographiques a permis d’ancrer spatialement le discours des enquêtés, d’observer les contraintes matérielles et de comparer avec ce qu’ils déclaraient de leurs routines personnelles.

9Une fois la collecte de données terminée, les données ont été analysées au travers d’une analyse thématique de contenu.

Le concept de « rituel plaisir » et ses quatre éléments

Des structures ritualisées créées par les mangeurs

10Au quotidien, le rapport au plaisir alimentaire semble s’organiser autour de petits rendez-vous riches de sens pour les mangeurs : un petit chocolat avec le café en fin de repas, une glace devant la télé une fois les enfants couchés, un poulet rôti le dimanche midi à la maison … Ils sont caractérisés par la consommation d’un aliment, à un moment, dans un lieu et un contexte social précis.

11Dans le triangle du manger, chaque « rencontre » (pour reprendre le terme de Jean-Pierre Corbeau 1991, 2007 : 1) entre un mangeur, un aliment et une situation, est désignée comme unique. Les trois variables qui forment ces rencontres (mangeur, aliment, situation) varient dans l’espace et dans le temps. Les descriptions que font les mangeurs de ces rendez-vous nous amènent à distinguer trois composantes dans la variable « situation » de Jean-Pierre Corbeau :

12-une composante temporelle : le moment du rendez-vous,

13-une composante spatiale : le lieu du rendez-vous,

14-et une composante sociale : les individus qui entourent ou non le mangeur.

15Il nous semble que ces trois composantes (temporelle, spatiale et sociale) décrivent l’unicité d’une situation.

16Le plaisir dont il est question pendant ces « rendez-vous » résulterait donc d’une interaction du mangeur avec un aliment dans un moment, un lieu et un contexte social particulier (figure 1). Lorsque l’un de ces éléments varie, le tableau change. Le plaisir n’est plus le même, voire n’est plus. Chacune de ces variables est porteuse de sens pour le mangeur, et le plaisir qu’il ressent dépend de la temporalité, de l’espace, des interactions sociales en cours, ainsi que des caractéristiques de l’aliment dans ces circonstances. C’est l’association de ces éléments qui génère un plaisir perçu comme significatif, spécifique et unique par le mangeur.

Figure 1 : Proposition de modèle pour le concept de « rituel plaisir »

17Ces rendez-vous répétés dans le temps prennent la forme de routines telles que définies par Warde (2005, 2014, 2016 ; Welch & Warde 2015). Ils ne sont pas explicités tels quels dans les discours des individus, mais sont généralement décrits comme de petits moments agréables et importants à leurs yeux. Ces « petits évènements » revêtent une charge symbolique et affective, et s’apparentent ainsi à ce que Dupuy et Rochedy (2018) appellent des « routines ritualisées ». Un rituel est une activité répétée à laquelle on donne du sens. Elle se voit conférer une dimension significative, symbolique et/ou émotionnelle particulière (Lalive d’Epinay 1983 ; Kaufmann 1997 ; Lardellier 2005). À ce titre, les rendez-vous décrits ci-dessous sont des rituels du quotidien, aussi appelés « rituels banalisés », ou « micro-rituels » dans la littérature (Javeau 1983, 2011). À force de répétitions, ces micro-gestes deviennent des routines incorporées par le corps (Jousse 1974). Et si ces gestes sont en partie automatisés, ils sont aussi des repères auxquels un certain plaisir est attaché.

18Les mangeurs mettent en place ces rituels selon une stratégie qui leur est propre. Chaque mangeur invente ses routines selon ses valeurs et ses préférences. Toutefois, le processus de leur mise en place n’est pas rationalisé. Dans un contexte où une certaine pression pèse sur la régulation des comportements alimentaires, ces routines sont des stratagèmes inconscients pour éviter au mangeur d’avoir à être trop réflexif sur ses plaisirs alimentaires, et se questionner à chaque prise alimentaire. C’est à la fois un moyen de ne pas avoir à y réfléchir en permanence, tout en s’assurant d’avoir pour autant des plaisirs alimentaires réguliers. En effet, la routinisation permet de diminuer la pression qui pèse sur une activité, pour ne plus avoir à se poser de questions (Kaufmann 1997). Ces rituels permettent aux mangeurs de sortir du processus délibératif quant à quoi, quand, où, et avec qui ils se feront plaisir.

« Tous les vendredis, c’est je vais manger soit kebab, soit MacDo, soit pizza, mais du coup, je mangeais pas la semaine ! Donc je l’attendais vraiment ma pizza ou mon MacDo du vendredi soir ! (…) même quand on me disait un midi « viens on va manger à Burger King » je disais « Non, tu déconnes, vendredi il y a Koh Lanta ! » et on me disait « mais tu fais pas régime ! » Bah oui mais c’est mon petit plaisir de l’attendre en fait ! C’est mon petit challenge à moi. » (Femme, 31 ans, vit seule, agent de distribution, Montpellier, regardant systématiquement Koh Lanta en mangeant « fast food »)

Des « cycles du plaisir »

19Des temporalités cycliques propres à chaque mangeur rythment l’organisation des rituels plaisir. Le même rendez-vous se réitère dans le temps, selon un délai plus ou moins long. La durée de ces cycles varie de l’échelle annuelle à celle du repas.

20La première temporalité selon laquelle le rapport au plaisir semble se structurer est annuelle, et est marquée par la saisonnalité de certains produits, par les vacances ou encore les fêtes calendaires.

« - Moi j’adore la tomate, au mois de décembre je déprime parce qu’il y a plus de tomates, et ben oui mais... quand t’arrives à avril et qu’il y a des tomates je suis toute contente ! (Femme, 31 ans, vivant seule, employée, Montpellier),

- Oui c’est ça, après si tu les as toute l’année tu te régales plus… Des cerises, il y en a pas très très longtemps donc hiii ! »  (Femme, 51 ans, 3 enfants, en couple, employée, Montpellier)

21Il existe aussi des variations sur la semaine, avec des différences entre les jours travaillés et non travaillés. Certains enquêtés laissent par exemple les règles s’assouplir d’un point de vue nutritionnel et temporel le week-end : « Non mais c’est très cool le weekend ! On peut manger à 14h, comme on peut manger parfois à 11h15 ! » (Femme, 31 ans, 2 enfants, parent célibataire, Montpellier). L’entrée dans le week-end est souvent marquée par des rituels précis : par exemple un repas particulier le vendredi midi, ou bien un verre entre amis le vendredi soir pour marquer le dernier jour travaillé de la semaine : « En fait, je peux pas manger autre chose à midi que le couscous le vendredi. J’adore ça. Et je le mange avec du lait caillé ou Elben » (Homme, 42 ans, 3 enfants, en couple, profession intermédiaire, Paris).

22« Le vendredi soir je rentre du boulot, le rituel c’est que mes copines arrivent, on boit des bières etc., pouf je vois l’heure, il est 21h, personne n’a mangé dans la maison bon… l’avantage du quartier c’est que je dis « descendez en bas achetez-vous un kebab » (Femme, 43 ans, 2 enfants, en couple, employée, Montpellier).

  • 8 Mary Douglas propose de distinguer les occurrences alimentaires structurées et non structurées : « (...)

23Marquant aussi un cycle hebdomadaire, le repas dominical peut être l’objet d’un rituel plaisir associé à une structuration du repas en trois temps (au sens de Douglas, 19798) : « Le dimanche il y a souvent une petite entrée... euh, en fait on dirait qu’on fait un repas plus… comme s’il y avait quelqu’un à la maison quoi. Ça fait presque l’entrée, le plat, et le dessert, et ça c’était une habitude chez mes parents » (Femme, 51 ans, 3 enfants, en couple, Montpellier). 

24Le rapport au plaisir évolue aussi du matin au soir, selon un cycle journalier qui se superpose aux autres cycles (annuel, hebdomadaire, mensuel…). Le petit déjeuner le matin, le retour de la journée de travail avant de dîner, ou le soir après le coucher des enfants, ont été identifiés comme des moments propices aux rituels plaisir.

25Le principal facteur sociologique qui semble avoir un impact sur la temporalité des rendez-vous plaisir est économique. Bien que la présente étude ait été concentrée sur des familles aux statuts socio-économiques plutôt « aisés », un mangeur avait des moyens financiers plus restreints que les autres. La contrainte financière engendre alors des « cycles mensuels » du plaisir : en début de mois les plaisirs alimentaires sont moins restreints qu’en fin de mois (moins de restauration hors foyer en famille ou d’aliments achetés à la demande des enfants). Une enquête auprès d’une population aux revenus plus modestes présenterait donc probablement d’autres temporalités du plaisir.

26Ainsi, les mangeurs peuvent avoir plusieurs rituels plaisir selon différentes temporalités cycliques qui s’articulent et se superposent les unes aux autres, formant un « calendrier » unique pour chacun. Selon son calendrier de « rendez-vous », le mangeur anticipe les plaisirs à venir, et cette attente lui procure déjà des émotions positives. Certains réfléchissent voire savourent dès le matin leur repas du midi, ou plusieurs semaines en avance les repas de fêtes de fin d’année : « Le matin je me lève, j’ai l’impression que ça sent déjà… mais je languis le repas du midi, parce que je sais que ça va être super bon ! On va être ensemble et voilà quoi ! ça pour moi il y a tout, il y a le plaisir, le bonheur, le repas, tu vas bien manger, enfin… » (Femme, 51 ans, en couple, 3 enfants, employée, Montpellier – à propos du repas du dimanche midi).

Spatialisation des plaisirs alimentaires

27Les discours des personnes enquêtées soulignent une spatialisation de leur plaisir alimentaire au sein du domicile. La table (de hauteur standard) évoque des prises alimentaires structurées (Douglas 1979) pour les enquêtés. Les principales variations que nous avons relevées sont relatives à la composition du foyer. C’est un espace utilisé quotidiennement pour les parents avec enfant(s), avec pour but d’inculquer un modèle alimentaire. À l’inverse, il s’agit plutôt d’un espace de l’extraordinaire pour les jeunes actifs sans enfants, privilégié lorsque l’on veut marquer un repas par sa complexité et le temps investi à sa préparation. De leur côté, la table basse et/ou le canapé sont souvent les espaces du quotidien alimentaire pour les jeunes actifs sans enfant. Au contraire, ces espaces relèvent plutôt de l’exception pour les familles avec enfant(s), et devient le lieu privilégié des rituels plaisir familiaux (plateaux télé, apéritifs hebdomadaires), ou parentaux (petite prise alimentaire sucrée pour les parents une fois les enfants couchés) :

« Moi les petits plateaux télé, j’aimais bien avec les filles, quand j’ai divorcé avant d’être avec mon nouveau compagnon, c’était le samedi soir. Je savais que j’avais fini ma semaine tout ça, et on était… alors je préparais un petit plateau avec... alors pareil, de la charcuterie, des chips… En fait on a l’impression que ce soir-là je tolérais tout ce qu’on tolère pas d’habitude. […]  il y avait tout un rituel avant qui plaisait à tout le monde, et on s’installait sur le canapé et tout le monde piquait… alors des fois on mangeait le fromage et après on repartait avec les rillettes… » (Femme, 51 ans, 3 enfants, en couple, coiffeuse, Montpellier).

28L’utilisation du bar (ou table haute) témoigne aussi de cette spatialisation de l’espace domestique qui varie selon la composition du foyer. Les parents disent préférer y donner à manger aux jeunes enfants, souvent pour des raisons logistiques (simplicité de service et de nettoyage par exemple) ; alors que les jeunes actifs et parents d’enfants plus âgés l’utilisent plutôt pour circonscrire certains moments spécifiques du quotidien alimentaire, en particulier le petit déjeuner ou l’apéritif. Le bar est ainsi associé à des prises alimentaires socialement moins encadrées, et à une certaine liberté de mouvement.

« Enquêtrice : Quand vous picorez là, c’est à table ou pas ? C’est où ?

- H : Non, c’est sur notre bar haut là. (…) on est soit debout, on boit des bières, et on est là… debout, ou mal assis quoi. On est autour du bar comme ça, pour se raconter nos journées, des trucs comme ça. Et limite je me dis des fois c’est plus sympa ce moment-là, que le vrai repas… » (Homme, 26 ans, en colocation, cadre, Paris).

29De cette façon, l’espace domestique est divisé en plusieurs sous-espaces, clairement identifiés par les enquêtés et associés à des plaisirs alimentaires différents. Cette étude s’est concentrée sur l’espace du domicile car il permettait de s’assurer d’avoir une unité d’espace comparable pour tous les enquêtés. Il a aussi été demandé à ces derniers de s’exprimer sur leur rapport au plaisir alimentaire hors du domicile : le restaurant, ou la cantine d’entreprise font référence à des plaisirs différents de ceux du domicile, mais une étude ethnographique sur le rapport au plaisir dans ces espaces permettrait d’approfondir la réflexion.

Entre plaisirs solitaires et plaisirs partagés : le contexte social des rituels plaisir 

30Le contexte social apparaît comme le troisième élément permettant de définir la « situation » unique d’un rituel plaisir. Plaisir et commensalité ont été analysés conjointement dans plusieurs recherches précédentes (Fischler & Masson 2008 ; Fischler 2011), et par conséquent, nous n’avons pas choisi d’orienter notre enquête vers l’approfondissement de ces interactions sociales. Toutefois, la dimension sociale étant omniprésente dans les descriptions des enquêtés, nous ne saurions la passer complètement sous silence. En effet, ils précisent toujours le contexte social qui caractérise chacun de ces rituels, que ce soit seul, en famille, avec des amis, ou entre collègues. Une variation du contexte social génère un plaisir différent pour le mangeur, même s’il s’agit du même lieu, au même moment, avec le même aliment. « Je fais plus souvent du thé quand mon copain est là. Parce que j’aime partager mon thé, avec un autre adulte, où on discute, on rigole et tout. Il va m’arriver de me faire ma théière, mais elle aura pas la même saveur. » (Femme, 31 ans, mère au foyer célibataire, 2 enfants, Montpellier).

31Les rituels plaisirs d’un mangeur résultent donc de l’association unique qu’il établit entre un aliment, un contexte social, temporel et spatial bien identifiés. Après avoir présenté le concept des rituels plaisir et décrit leur structure, nous allons maintenant analyser leur rôle aux yeux des mangeurs.

Les rituels plaisir, de petits rendez-vous au service du ré-enchantement du quotidien

32En France, le plaisir alimentaire reste moralisé (Dupuy 2014). Les rituels plaisir apparaissent comme une réponse aux normes sociales pesant sur les comportements alimentaires. Ils constituent un moyen d’alléger sa vie de tous les jours en s’offrant de petites pauses enchantées, tout en restant dans un cadre socialement acceptable.

Les pressions sociales pesant sur les plaisirs alimentaires

33Les rituels plaisir sont un moyen pour le mangeur de rendre son plaisir alimentaire plus acceptable socialement. Des recherches antérieures renseignent bien sur la moralisation sanitaire du plaisir et de l’alimentation (Régnier & Ferguson 2014 ; Dupuy 2014 ; Dupuy & Poulain 2012). Le plaisir a longtemps été réprimé dans les sociétés judéo-chrétiennes, et sa récente réhabilitation en France prend une forme d’utilitarisme sanitaire, c’est-à-dire que le plaisir n’est socialement accepté et acceptable que s’il dessert des visées de santé (Coveney 2003 ; Dupuy 2014). Il apparaît effectivement que les personnes enquêtées se sentent généralement contraintes dans leurs choix alimentaires. La pression d’autrui porte sur la dimension nutritionnelle (type d’aliment et composition, quantité consommée…), mais aussi sur les dimensions environnementale (origine de l’aliment, mode de production…), éthique (bien-être animal, rétribution équitable), et sociale (manières de manger, comportement adapté aux règles de bienséance…). Les injonctions nutritionnelles enjoignent à ce que le plaisir soit au service de l’équilibre nutritionnel. Cette hypothèse serait à préciser et à valider avec une étude plus large, mais il nous a semblé que la moralisation nutritionnelle du plaisir pesait encore plus sur les femmes de notre échantillon :

« Enquêtrice : Donc vous mangez avec vos collègues ?

- Oui. C’est peut-être ça aussi la contrainte (rires). En vrai c’est sympa mais … on reste dans l’ambiance professionnelle toute la journée quoi. (…) En plus… je suis qu’avec des femmes, on se juge trop ! On se juge beaucoup ! ça regarde, ça fait des petits commentaires sur la gamelle de l’autre… (…) Si j’arrive un midi avec un burger, je pense que tout le monde se moque de moi hein ! (…) mais en tout cas, elles sont vachement sur il faut manger léger, il faut faire attention… voilà. » (Femme, 25 ans, chargée de mission dans une fondation, vit seule sans enfant, Paris).

34La pression serait aussi particulière sur les parents, qui mettent un point d’honneur à se comporter en exemple pour leur enfant. Cela engendre la création de rituels plaisir lorsque ceux-ci sont absents (une sucrerie devant la télé une fois les enfants couchés), ou en leur présence, en leur expliquant que ces plaisirs sont restreints à cet évènement bien spécifique (une pâtisserie en famille, le dimanche midi par exemple).

35La pression sur la dimension environnementale ou écologique autorise le plaisir alimentaire dans le cadre où il respecte la planète, et/ou la biodiversité. La moralisation éthique impose de prendre en compte des questions comme celles du bien-être animal, ou de la rétribution équitable.

« Il faut qu’il y ait du plaisir quand même aussi. Et puis des produits le plus sain possible. Enfin le plus sain, pour nous, mais aussi pour l’environnement quoi. C’est… voilà, donc je dis, des trucs bios qui viennent de 8000 bornes ça me pose un problème. Et puis à travers l’environnement c’est aussi les agriculteurs, les… enfin voilà, qu’il y ait un juste… une rétribution… » (Femme, 40 ans, 2 enfants, vivant séparée du père, sans activité professionnelle, Montpellier).

36Les pressions sociales commanderaient de respecter les normes sociales en vigueur, dont par exemple la commensalité, importante dans la culture française (Fischler & Masson 2008 ; Fischler 2011). « Enfin c’est vrai que pour moi c’est important… enfin moi j’ai beaucoup de culpabilité à manger seul, et à manger sans… sans précaution quoi, et « mâlement » quoi, enfin sans faire attention. (Homme, 46 ans, en couple, Paris).

37La moralisation du plaisir n’est donc aujourd’hui pas seulement nutritionnelle, mais accentuée par l’articulation de ces différentes pressions sociétales entre elles.

La ritualisation comme support de régulation des comportements alimentaires

38Dans ce contexte, où le plaisir n’est accepté que s’il reste maîtrisé, les rituels plaisir font office de petites structures permettant de cadrer spatialement, temporellement et socialement les plaisirs alimentaires. La forme ritualisée de ces rendez-vous, presque cérémonielle, leur confère une place particulière dans le quotidien du mangeur. Ces micro-rituels ont pour fonction de réguler les comportements. La ritualisation, même des plus petits actes quotidiens, garantit un ordre (Javeau 2011) : « Avec le grand c’est la fin de semaine, je lui laisse prendre un verre de sirop ou de limonade, moi je vais me prendre un peu de bière ou un martini, et je sors un peu les gâteaux apéros à ce moment-là… j’essaie de faire que ce soit à des moments particuliers, sinon je suis très gourmande. » (Femme, 40 ans, 2 enfants, vivant séparée du père, sans activité professionnelle, Montpellier).

39À l’instar du verbatim précédent, certains plaisirs deviennent alors autorisés car ils sont circonscrits à ces micro-rituels ; et dès lors, ils ne sont plus considérés comme aléatoires ou soumis à la spontanéité émotionnelle et à l’impulsivité, qui les rendraient inacceptables. Le fait d’avoir un « calendrier de rendez-vous » plus ou moins défini permettrait de contrer les frustrations, d’anticiper les plaisirs alimentaires à venir, tout en les encadrant afin d’éviter les excès.

  • 9 Nous comprenons l’emploi du terme de « passions » par Maffesoli comme une sorte d’effervescence du (...)
  • 10 Maffesoli s’inscrit ici dans un courant reliant ritualisation, expression et contrôle des émotions (...)

40Pour Maffesoli (1982), les transgressions ritualisées permettant l’expression des passions9 sont essentielles pour le maintien de la société à long terme. Exprimer ses passions sous la forme de rituels transgressifs est aussi une manière de contrôler ces dernières, et de les stabiliser10. Cette analyse renforce notre idée selon laquelle la ritualisation du plaisir alimentaire serait une manière d’équilibrer son comportement alimentaire sur le long terme, dans un contexte où la prévention des maladies chroniques liées à l’alimentation fait peser une certaine pression sur les comportements. Les rituels plaisir seraient donc une stratégie mise en place par les mangeurs pour s’autoriser des moments de grâce, tout en évitant la culpabilisation que le plaisir pourrait susciter. De manière ambivalente, ils se présentent comme un moyen pour le mangeur de s’extraire aux pressions sociales, alors que ce sont finalement de nouvelles structures permettant d’encadrer le rapport au plaisir sur le long terme, conformément aux contraintes morales pesant sur les comportements alimentaires. Dans ce contexte, le plaisir reste ainsi structuré, moralisé et soumis à une forme d’utilitarisme sanitaire (Coveney 2003 ; Dupuy 2014).

Disséminer du plaisir dans son quotidien

41Au-delà de la régulation des comportements alimentaires, les rituels plaisir apparaissent comme une manière d’alléger le quotidien. Ils constituent un moyen de se soustraire à toutes les questions, les inquiétudes et le stress engendrés par les pressions sociétales. Michel de Certeau, Luce Giard et Pierre Mayol rappellent que « le quotidien, c’est ce qui nous est donné chaque jour (ou nous vient en partage), ce qui nous presse chaque jour, et même nous opprime, car il y a une oppression du présent. Chaque matin, ce que nous reprenons en charge, au réveil, c’est le poids de la vie, la difficulté de vivre, ou de vivre dans telle ou telle condition, avec telle fatigue, tel désir. » (1994 : 11)

42Nous avons relevé trois mécanismes permettant de se soustraire à ce poids : la transgression, la réappropriation, et l’évasion. Les rituels plaisir permettent : de pimenter sa vie de tous les jours en ayant le sentiment de s’offrir un moment pour soi en transgressant certaines normes, de se réapproprier son alimentation voire son quotidien, et d’avoir le sentiment d’arrêter le temps pour un instant.

43Les rituels plaisir constituent des transgressions encadrées des règles nutritionnelles (exemple du Nutella et du chocolat ci-dessous) ou sociales (le fait d’adorer avoir des habitudes « de vieille fille » à 25 ans) : « Le Nutella bio et le chocolat, je trouve qu’il y a un plaisir un peu coupable ! C’est ce qui est agréable aussi, alors que je trouve qu’il y a moins ça dans le yaourt. C’est moins… grave, c’est moins un plaisir parce que c’est moins grave. »  (Femmes, 26 ans, habitant seule, cadre, Paris).

« Ma compote le soir. Quand je suis toute seule. Mon dessert. Parfois je vais me mettre dans mon lit en pyjama, je regarde un truc et je mange ma compote. Et je bois ma petite tisane (…) J’ai l’impression de m’accorder un petit plaisir en fait ! Un petit plaisir un peu coupable, genre « haha, je prends ma compote dans mon lit ! ». J’ai l’impression d’être une vieille quand je raconte des trucs comme ça… Mais j’ai l’impression de me faire un petit kiff tu vois ! (…) Je me dis « oh on est bien sous sa petite couette » avec ma tisane en train de mater Friends… et genre je suis toute seule aussi tu vois, alors je me dis « ooh il y a personne » (…) « ooh je peux vraiment faire ce que je veux ! » (Femme, 25 ans, habitant seule, cadre, Paris).

44De plus, les sociologues de l’alimentation expliquent qu’avec l’allongement des filières alimentaires, la difficulté à identifier et à maîtriser son alimentation génère de l’angoisse pour le mangeur (Fischler 1990 ; Poulain 2002). Ils mettent aussi en avant la « cacophonie » à laquelle sont soumis les mangeurs : parmi les multiples discours sur l’alimentation, les mangeurs ne savent plus qui écouter, ce qui engendre une forte demande normative (Fischler 1990 ; Kaufmann 2005). Dans ce contexte, les rituels sont « une boussole pour s’orienter dans un monde de plus en plus confus et s’y faire une place. » (Horstmann 2012 : 133). La routinisation étant une façon d’éloigner l’anxiété (Javeau 1983, 2006), les rituels plaisir peuvent apparaître comme un moyen de se réapproprier son alimentation, un moyen de remettre de l’ordre dans le chaos, et d’avoir un schéma à suivre en termes de comportement. La ritualisation permet d’arrêter certains choix face à l’anxiété générée par le contexte sociétal.

45Identifier ce que l’on mange prend alors une importance particulière, et l’importance d’un ancrage géographique ou affectif ressort assez fortement dans les discours : « Un Mister Freeze il y a pas longtemps, à la vanille […] c’est des trucs de chez moi, des Antilles, c’est des petits, il y a tous les goûts, coco… voilà. » (Femme, 38 ans, 2 enfants, en couple, Paris, à propos de son dernier moment de plaisir alimentaire).

« Maman m’a fait un bon couscous aaah… ah oui quand Mama fait un couscous c’est aaah… en plus elle fait la grosse assiette et tout, à moins d’arriver à le faire avec ses mains, traditionnellement, j’adore. Je pense que c’est un des plats les plus bons qui existent au monde. Mais elle peut faire n’importe quoi hein. La dernière fois elle nous a fait des pâtes, et bizarrement, tout ce que ma mère fait, ça n’a pas le même goût que le reste ! Les plats de maman sont spéciaux… » (Femme, 31 ans, 2 enfants, parent célibataire, Montpellier).

46Enfin, les rituels plaisir semblent être une forme de réponse à l’accélération du quotidien. Rosa (2010) décrit la société contemporaine comme soumise à la « dictature du temps », et à une accélération sociale de plus en plus forte (accélération technologique, accélération du rythme de vie et accélération du changement social). Fischler évoque la « compression du temps alimentaire » (Fischler 1990 : 209), et face à cela le plaisir est avancé pour ses « effets protecteurs contre les maux de la vie moderne » (Dupuy 2014 : 269). Produire de la routine, et prendre le temps de se concentrer sur le plaisir ressenti donne l’impression d’avoir une prise sur l’écoulement du temps (Lalive d’Epinay 1983). Dans les rituels plaisir, cette dynamique se retrouve dans le plaisir pris dans des attitudes de lâcher prise, dans un souhait d’évasion, dans des moments dits « hors du temps » :

« J’aime bien le soir, je prends mon dessert tout le temps… c’est rare que je le prenne avec le grand, et… voilà tranquille quoi. [...] Quand je me l’autorise c’est vraiment une fois que le grand est couché et qu’il n’est pas trop tard. Mais ça c’est que le soir, mais pas en journée non. [...] C’est vraiment LE plaisir, donc c’est après la vaisselle, après avoir nettoyé, et souvent en étant toute seule. […] Et c’est allié au plaisir d’être tranquille. Je souffle. Oui, il y a cette notion là aussi dedans. Je me fais plaisir à moi, et laissez-moi tranquille.  C’est un moment rien que pour moi. » (Femme, 40 ans, 2 enfants, vivant séparée du père, sans activité professionnelle, Montpellier).

47Le rituel plaisir arrête le temps qui passe pour un instant. Les rituels du quotidien se posent en marqueur temporel (Javeau 2011). Javeau rappelle que l’« une des expériences les plus douloureuses que peut faire tout un chacun est celle du temps qui passe. » (Javeau 2011 : 96) ; et les rituels plaisir sont une manière de s’ancrer dans le moment présent, et d’en affirmer une sorte de jouissance. La ritualisation est « la manière la plus accessible aux êtres humains de prétendre maîtriser le temps qui s’écoule » (Javeau 2011 : 75-76). Les rituels plaisir sont alors un moyen de vivre pleinement l’intensité de l’instant, de s’extraire du temps quotidien qui défile.

« Pour chacun d’entre nous, les rites, ce sont aussi des petits moments réguliers et institués, qui scandent le rythme des jours, des mois et des saisons, petites pierres blanches qui deviennent des rendez-vous privilégiés avec soi-même ou ses proches : son « café-croissant-journal » quotidien au bar du coin, le marché du samedi matin, les « raclettes d’après le ski » ou « l’apéro » des soirs d’été… Parenthèses de plaisir, instants privilégiés durant lesquels on se pose pour savourer, en suspendant le temps qui passe, et en célébrant le moment et ceux qui le partagent, en le rendant plus beau ». Moments banals en apparence. Mais pourrait-on alors s’en passer à bon escient ? à cette évocation, tous avouent de concert qu’on « ne les raterait pour rien au monde ». » (Lardellier 2005 : 8).

Conclusion

48Cette étude socio-anthropologique montre que dans le contexte français, le plaisir alimentaire est présent dans le quotidien des mangeurs au travers de routines ritualisées. Bien que ces structures ne soient pas présentées explicitement par les personnes enquêtées, la description de quatre éléments constitutifs (lieu, moment, contexte social, aliment) est systématique et répétitive pendant les entretiens et les observations. Ces rituels semblent être vécus comme une manière d’échapper temporairement aux pressions sociétales pesant au quotidien sur les pratiques alimentaires. Ils constituent finalement un cadre contribuant à rendre le plaisir acceptable, dans un contexte où les injonctions sur la régulation des comportements alimentaires sont très présentes. En dehors de ces rituels structurés, les mangeurs relatent aussi des plaisirs alimentaires non cadrés, et ceux-ci semblent engendrer bien plus de culpabilité. Ces rituels plaisir permettent au mangeur de préserver de petits espaces quotidiens dans lesquels il se fait plaisir tout en répondant aux attentes morales de la société. Leur rôle est comparable à celui des madeleines de Proust évoquées par J.-P. Corbeau : « Multiples « madeleines » qui nous ressourcent ou nous reconstruisent lorsque nous nous sentons fragilisés par la vie citadine, par la solitude, par l’éloignement des proches ou du pays. » (2008 : 6).

49Cette étude reste exploratoire, et il serait profitable d’approfondir l’influence des variables sociologiques sur le rapport au plaisir : en incluant des profils socio-économiques plus divers, avec un échantillon plus grand afin de mieux pouvoir appréhender les différences de pressions pesant sur les différents profils, et notamment les différences de genre, ou encore effectuer une comparaison avec les espaces non urbains. Nous soulignons aussi que dans ce travail, le lien avec l’origine culturelle manque. La taille de notre échantillon ne nous permet pas de tirer de conclusions, mais le rôle essentiel de la culture dans le rapport au plaisir a déjà été mis en lumière (Fischler & Masson 2008 ; Dupuy 2013). Ainsi, étudier les formes de rituels plaisir en réponse aux pressions sociétales en fonction de l’origine culturelle serait une autre piste intéressante à suivre.

50Pour conclure, alors que dans le langage courant le terme de « routine » revêt une connotation plutôt péjorative, ces rituels plaisir, utilisés comme moyen pour bien vivre le quotidien, invitent à repenser l’utilisation du terme de « routine ». Ils font l’apologie de l’instant présent, et peuvent alors être lus comme une critique de la modernité tardive (Rosa 2010) ou postmodernité (Javeau 2011). Inventer ou réinventer des rituels routinisés peut apparaître comme un moyen de résistance à l’accélération sociale. La routine, bien loin de n’être qu’une simple répétition dénuée de significations, est porteuse de significations sociétales. Les rites de table mettent en scène le rythme de la vie quotidienne, le dramatisent. Ils sont une « résistance à l’érosion du temps, du quotidien, et de leurs vicissitudes » (Lardellier 2005 : 60). En somme, « Nos « nouveaux rites » sont aussi de plus en plus éclectiques ; ils expriment des valeurs nouvelles et différentes, voire une vision du monde réenchantée. » (Lardellier 2005 : 207-208). Ils invitent par exemple à ouvrir une réflexion sur notre rapport au temps, et aux stratégies mises en place dans nos pratiques quotidiennes pour avoir une prise sur ce temps qui défile.

Sexe

Année de
naissance

Niveau de
diplôme

Activité professionnelle

Agglomération

Composition du foyer

Pays de naissance

F

1980

Bac +3

Assistante commerciale

Montpellier

En couple,

2 enfants

France

F

1977

Bac +3

Gouvernante

Montpellier

En couple,

1 enfant

Brésil

F

1984

Bac +5

Mère au foyer

Montpellier

En couple,

2 enfants

France

F

1984

Bac +8

Chercheuse

Montpellier

Colocation

France

F

1974

Bac +5

Ingénieure de recherche

Montpellier

En couple,

1 enfant

France

F

1992

Bac +5

Ressources humaines

Paris

Seule

Serbie

H

1972

Bac +5

Consultant dans un cabinet de conseil en santé

Paris

En couple sans enfant

France

F

1992

Bac +5

Chargée de mission au sein d'une Fondation

Paris

Seule

France (Paris)

F

1993

Bac +5

Étudiante

Paris

Colocation

France (Toulouse)

H

1990

Bac +3

Agent SNCF

Paris

En couple sans enfant

France (Marseille)

H

1991

Bac +5

Informaticien

Paris

Seul

Maroc (Kenitra)

H

1987

Bac +8

Consultant dans le secteur des transports et de l'énergie

Paris

En couple sans enfant

France

H

1991

Bac +5

Consultant dans un cabinet de conseil sur la concertation citoyenne

Paris

Seul

France (Paris)

H

1991

Bac +5

Responsable de Fonds Européens dans le secteur public

Paris

Colocation

France

H

1992

Bac +5

Conducteur de travaux

Paris

Colocation

France (Marseille)

F

1993

Bac + 4

Étudiante

Paris

En couple sans enfant

Hongrie

F

1992

Bac +5

Cheffe de projet dans l'innovation sociale

Paris

Colocation

France (Lille)

H

1976

Bac +5

Professeur de langue

Paris

En couple,

3 enfants

France (Paris)

F

1980

Bac +3

Technicienne de laboratoire

Paris

En couple,

2 enfants et enceinte

France (Antilles)

F

1992

Bac +5

Professeur d'EPS

Paris

Colocation

France (Toulouse)

F

1966

CAP

Coiffeuse

Montpellier

En couple,

3 enfants

France

F

1974

Bac +2

Employée dans le secteur public

Montpellier

En couple,

2 enfants

France

F

1987

Bac

Mère au foyer 

Montpellier

Célibataire,

2 enfants

Maroc

F

1987

Bac

Employée dans le secteur de la grande distribution

Montpellier

Célibataire

France

F

1978

Bac

Mère au foyer

Montpellier

Séparée,

2 enfants

France

Top of page

Bibliography

CERTEAU (de) M., GIARD L. & MAYOL P. 1994 (1e éd. 1980) - L’invention du quotidien. 2. Habiter, cuisiner. Collection « Folio/essais », Paris : Edition Gallimard.

CORBEAU J.-P. 1991. Formes de la convivialité et de l’ordinaire alimentaire dans les villes et les campagnes du centre de la France depuis 1918 à travers les normes et les manières de table. Contribution à une sociologie de l’imitation. Essai de reconstruction utopique des formes de jeux du manger. Thèse de doctorat en sociologie. Paris : Université Paris VII.

CORBEAU J.-P. 2007. « Pour une approche plurielle de notre alimentation », Cholé-doc. 104.

CORBEAU J.-P. (ed.) 2008. « Nourrir de plaisir, régression, transgression, transmission », régulation ? Les Cahiers de l’Ocha. 13.

CORNIL Y., CHANDON P. & TOUATI N. 2018. « Plaisir épicurien, plaisir viscéral et préférence de tailles de portions alimentaires », Cahiers de nutrition et de diététique. 53 : 77—85.

COVENEY J. & BUNTON R. 2003. “In pursuit of the study of pleasure: implications for health research and practice”, An Interdisciplinary Journal for the Social Study of Health, Illness and Medicine. 7 (2) : 161–179.

Douglas M. 1979. « Les structures du culinaire », in C. Fischler (dir.) Communications, "La nourriture. Pour une anthropologie bio-culturelle de l’alimentation". 31 : 145-170.

DUBOIS L. & BURNIER D. 2012. « Médicalisation de l’alimentation », in J.-P. Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires : 831 – 836. Paris : Presses Universitaires de France. 

DUPUY A. 2013. Plaisirs alimentaires, Socialisation des enfants et des adolescents. Collection « Tables des hommes ». Rennes & Tours: Presses universitaires François-Rabelais de Tours.

DUPUY A. 2014. « Thématisation du plaisir alimentaire et visées utilitaristes », Sociologie et sociétés, 46 (2) : 253–275.

DUPUY A. & POULAIN J.-P. 2012. « Le plaisir alimentaire », in J.-P. Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires : 1027 – 1039. Paris : Presses Universitaires de France. 

DUPUY A. & ROCHEDY A. 2018. « Socialisations alimentaires et pratiques rituelles durant la petite enfance », Anthropology of food, consulté le 11 mars 2018 : [http://journals.openedition.org/aof/8253]

FISCHLER C. 1990. L’Homnivore. Paris : Odile Jacob.

FISCHLER C. 2011. “Commensality, Society, and Culture”, Social Science Information. 50 (3-4) : 528-548.

FISCHLER C. & MASSON E. 2008. Manger. Français, Européens et Américains face à l’alimentation. Paris : Odile Jacob.

HORSTMANN A. 2012. « Échanges de gestuelles religieuses dans l’espace rituel », Anthropologie et Sociétés. 36 (3) : 117-136.

JAVEAU C. 1983. « Les symboles de la banalisation », Cahiers internationaux de sociologie. 75 : 343-353.

JAVEAU C. 2006. « Routines quotidiennes et moments fatidiques », Cahiers internationaux de sociologie. 2 (121) : 227 – 238.

JAVEAU C. 2011. Sociologie de la vie quotidienne. Coll. Que sais-je. Paris : Presses Universitaires de France.

JOUSSE M. 1974. L’Anthropologie du Geste. Paris : Éditions Gallimard.

KAUFMANN J.-C. 1997, 2011. Le cœur à l’ouvrage. Théorie de l’action ménagère. Éditions Nathan, collection Pocket. Paris : 1e éd. 1997, Présente éd. : 2011.

KAUFMANN J.-C. 2005, 2011. Casseroles, amour et crises. Ce que cuisiner veut dire. Éditions Pluriel. Paris : 1e éd (Armand Colin) 2005, Présente éd : 2011.

LALIVE D’EPINAY C. 1983. « La vie quotidienne : essai de construction d’un concept sociologique et anthropologique », Cahiers Internationaux de Sociologie. 74 : 13-38.

LARDELLIER P. 2005. Les nouveaux rites. Du mariage gay aux Oscars. Paris: Éditions Belin ; collection Nouveaux Mondes.

MAFFESOLI M. 1982. L’ombre de Dionysos. Contribution à une sociologie de l’orgie. CNRS éditions.

MAFFESOLI M. 1998 (1e éd. 1979). La conquête du présent. Pour une sociologie de la vie quotidienne. Collection « sociologie du quotidien ». Paris : Desclée de Brouwer.

OMRAN A. R. 1971. “The epidemiologic transition. A theory of the epidemiology of population change”, The Milbank Memorial Fund Quaterly. 49 : 509-38.

POULAIN J.-P. 2002. Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques. Paris : Privat.

POULAIN J.-P. 2009. Sociologie de l’obésité. Paris : Presses Universitaires de France.

REGNIER F. & FERGUSON P. P. 2014. « Présentation : Manger – négocier le plaisir et la nécessité », Sociologie et sociétés. 46 (2) : 5 – 15.

ROSA H. 2010. Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive. Paris : La Découverte.

ROZIN P., FISCHLER C., IMADA S., SARUBIN A. & WRZESNIEWSKI A. 1999. “Attitudes to Food and the Role of Food in Life in the USA, Japan, Flemish, Belgium and France : Possible Implications for the Diet-health Debate”, Appetite. 33 : 163-180.

ROZIN, P., FISCHLER C., SHIELD C. & MASSON E. 2006. “Attitudes towards Large Numbers of Choices in the Food Domains : A Cross-Cultural Study of Five Countries in Europe and the USA”, Appetite. 46-3 : 304-308.

SCHATZKI T., KNORR CETINA K. & SAVIGNY E. 2001. The Practice Turn in Contemporary Theory. London : Routledge.

SHOVE E., PANTZAR M. & WATSON M. 2012. The Dynamics of Social Practice. London : Sage.

WARDE A. 2005. “Consumption and theories of practice”, Journal of Consumer Culture. 5 (2) : 131-153.

WARDE A., 2014. “After taste : culture, consumption and theories of practice”, Journal of Consumer Culture. 14 (3) : 279 – 303.

WARDE A. 2016. The practice of eating. Cambridge : Polity Press.

WELCH D. & WARDE A. 2015. “Theories of Practice and Sustainable Consumption”, in L. Reisch and J. Thøgersen (ed.) Handbook of Research on Sustainable Consumption. 84-100. Cheltenham : Edward Elgar Publishing.

Top of page

Annex

Tableau 1 : Données socio-démographiques de l’échantillon (n=25)

Top of page

Notes

1 La transition épidémiologique désigne le passage d’une situation où prédominent les maladies transmissibles à une situation où prédominent les maladies chroniques, non transmissibles (les prévalences d’obésité, de maladies métaboliques et cardiovasculaires augmentent ; Omran 1971).

2 Selon le courant fort de la théorie des pratiques, les pratiques sont antérieures à la réflexion : les habitudes et les routines sont à la base de l’action (Schatzki et al. 2001 ; Shove et al. 2012). Ce que nous appelons ici les « micro-activités » correspond aux petits actes quotidiens effectués de manière routinière, non réflexive, et qui composent une pratique. Ce sont les différentes étapes, les différents gestes qui constituent la pratique.

3 Les routines sont des actions ou des séries d’actions répétées plusieurs fois dans le temps par un même individu (Warde 2016).

4 Les habitudes sont des dispositions à l’action, et elles ne requièrent pas de régularité temporelle contrairement aux routines (Warde 2016 : 126). Elles ne sont pas uniquement individuelles, mais sont impliquées dans les orientations collectives.

5 L’individualisme méthodologique est l’approche la plus couramment utilisée pour étudier les comportements et la consommation depuis les années 70. Les décisions individuelles sont analysées en se concentrant sur la dimension symbolique de la consommation, qui est vue comme un moyen d’exprimer son identité, de communiquer et d’établir des relations. Cette approche théorique se base sur un modèle d’individu réflexif, qui prend des décisions de manière autonome, libre et volontaire. Elle reconnaît que les décisions dépendent du contexte (environnement, normes, caractéristiques sociodémographiques), mais les choix individuels restent au centre de l’analyse (Warde 2005, 2014).

6 Ces derniers critères ont été fixés par le commanditaire de l’étude. Il serait pertinent de mener la même étude en zone non urbaine, et avec des populations aux profils socio-économiques différents, afin de compléter les résultats présentés ci-après.

7 Issue des visual studies (du nom de la revue), la photo elicitation interview permet d’étudier l’environnement quotidien depuis le regard des enquêtés. Elle trouve son origine dans l’anthropologie visuelle des années 1960, notamment avec les travaux de John Collier, anthropologue et photographe. La méthode se base sur un support photographique, discuté lors de l’entretien. Il est postulé que les images peuvent provoquer des réactions chez l’enquêté qui n’auraient pas pu être explicitées autrement. Les images présentées peuvent être déjà existantes, avoir été réalisées par l’enquêteur, ou par l’enquêté. Dans notre étude, les images ont été produites par l’enquêté.

8 Mary Douglas propose de distinguer les occurrences alimentaires structurées et non structurées : « Une occurrence structurée est un événement social organisé selon des règles prescrivant le temps, le lieu et la succession des actions qui le composent. Si on consomme des aliments dans le cadre d’une occurrence structurée, alors on a affaire à un repas. Ce dernier se distingue du snack en ceci : le snack est une occurrence alimentaire non structurée au cours de laquelle peuvent être servis un ou plusieurs aliments, il n’est pas imposé de succession stricte. » (Douglas 1979 : 153).

9 Nous comprenons l’emploi du terme de « passions » par Maffesoli comme une sorte d’effervescence du plaisir ponctuelle, dans une dynamique opposée à la moralisation et à la rationalisation des comportements.

10 Maffesoli s’inscrit ici dans un courant reliant ritualisation, expression et contrôle des émotions s’inspirant notamment des travaux de Durkheim (voir Les formes élémentaires de la vie religieuse : le système totémique en Australie. 1912).

Top of page

References

Electronic reference

Sophie Thiron and Amélie Aubert-Plard, « Le plaisir alimentaire dans le quotidien des adultes urbains en France », Anthropology of food [Online], Articles VARIA, Online since 17 October 2021, connection on 28 November 2021. URL : http://journals.openedition.org/aof/11928

Top of page

About the authors

Sophie Thiron

Doctorante en sociologie, Université de Toulouse ; sophie.thiron@gmail.com

Amélie Aubert-Plard

Docteure en anthropologie, Université de Paris Nanterre. aubert.amelie@hotmail.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search