Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S16« La biodiversité cultivée » et l...

« La biodiversité cultivée » et les défis de la patrimonialisation

Le cas de la lentille de Rascino (Italie centrale)
“Cultivated biodiversity" and the challenges of heritage: the case of the Rascino lentil (Central Italy)
Alessandra Broccolini

Abstracts

This essay examines an Italian case of food patrimonialisation, that of the Rascino lentil in the Lazio region of the Central Apennines, as a case study to reflect on the re-signification of marginal places and the new forms of valorisation of agricultural production, of the rural dimension and of local knowledge in relation to communities. We are in a geographical region which in the 1960s and 1970s was heavily depopulated towards the capital (Rome). Here, the field research (observation, participation in the cultivation phases, interviews and sharing of the results), conducted between 2015 and 2017, has permitted us to explore the patrimonialisation process that has taken place over the years, the groups that have been involved and that have been formed, the role played by traditional knowledge and the importance that the emergence of the notion of "cultivated biodiversity" has had in the process.

Top of page

Full text

  • 1 Le centre du monde n'est pas loin de vous, il
    est dans les ruelles, vous attend
    là où vous n'attendez
    (...)

Il centro del mondo è poco lontano da te, è nelle vie secondarie, ti aspetta dove non ti aspetti niente1 (Franco Arminio, Cedi la strada agli alberi, 2017)

Introduction

  • 2 Le travail que je présente ici s’inscrit dans le cadre d'une recherche plus large sur les savoirs t (...)

1Cet essai prend en considération un exemple spécifique italien de patrimonialisation de la « biodiversité cultivée » comme étude de cas pour réfléchir à la re-signification des lieux marginaux et aux formes nouvelles de valorisation de la production agricole, de la dimension rurale et des savoirs locaux en relation aux communautés2. Le cas en question est celui d’une légumineuse « pauvre » - la lentille - une plante qui, par le passé, était à la base, avec le blé, de l’alimentation des paysans. Connue comme la « viande des pauvres », la lentille est revenue aujourd’hui sur le devant de la scène et au centre d’une alimentation saine pour ses propriétés nutritives, un aliment pour lequel on recherche toujours plus de variétés anciennes, antérieures au processus de sélection industrielle qui a donné naissance aux grandes productions des variétés canadiennes ou turques. Nous nous concentrerons en particulier sur une variété locale de lentilles de montagne, connue de nos jours comme « lentille de Rascino » (du nom de la zone géographique où elle est cultivée en Italie centrale, dans le Latium), une variété de lentilles qui jusqu'aux années 60 était produite localement seulement pour la consommation familiale. Il ne s’agit donc pas de la relance d’un produit comme patrimoine, mais d’un véritable processus de patrimonialisation d’une plante qui ouvre une série de questions concernant le rôle que la diversité biologique et génétique des productions alimentaires joue dans les processus de redéfinition identitaire locale, et plus généralement dans la phase que certains appellent « post-agricole » (Padiglione 2014 : 3-5). Il s’agit d’un nouveau contexte de sens qui agite le monde agricole et qui vise la récupération des savoirs et des pratiques agricoles locales pour endiguer l’hégémonie du marché global. Non seulement, donc, la dimension économique d’un produit agricole local, mais aussi le cadre symbolique et social dans lequel ces nouvelles formes d’agriculture, ainsi que les nouveaux et les anciens sujets qui les mettent en œuvre, se développent. Enfin, ne sous-estimons pas la part que la patrimonialisation de la « biodiversité cultivée » peut prendre pour freiner le dépeuplement des petits villages de montagne.

2Fig. 1

Vue du plateau de Rascino

Photo Broccolini 2016

  • 3 Voir : Padiglione Vincenzo, « Biodiversità, etnografia, patrimonio. Una introduzione », Vincenzo Pa (...)

3L’histoire de cette légumineuse locale est une histoire parmi tant d’autres qui en Italie concerne la reprise de pratiques locales de cultures et de réoccupation de lieux que la modernité avait jadis reléguées aux marges de la production et de l’« imagination ». Espaces de vie destinés à succomber par abandon sous les coups de l’hégémonie du marché global, alors que leur histoire récente souligne au contraire le rôle que les savoirs et les pratiques locales jouent aujourd’hui dans la définition des nouvelles identités et dans l’enracinement aux lieux3.

4Le cas de la « lentille de Rascino » nous raconte donc l’histoire d’un produit alimentaire qui d’aliment pauvre, cultivé seulement pour la consommation quotidienne des familles paysannes, est devenu au fil du temps un produit-icône d’un territoire, faisant ainsi naître de véritables producteurs et tout un circuit économique. Mais c’est une histoire qui peut également faire voir le rôle que la « biodiversité cultivée » peut jouer dans la re-signification des lieux et dans la redéfinition des processus identitaires locaux. Nous pouvons aussi y observer la reconstruction d’un lien de mémoire et d’une nouvelle transmission de savoirs entre générations, entre celle des grands-parents paysans et celle des petits-enfants qui jadis désertaient la montagne pour aller s’installer à Rome (la capitale est située à 100 kilomètres). Il s’agit d’un processus qui a non seulement porté à la transmission et à la reconnaissance du travail et du savoir des anciens mais aussi ressoudé le rapport entre les générations, faisant émerger une nouvelle narration autour du village, redonnant une centralité à un lieu auparavant perçu comme marginal. On observe un effet positif sur la communauté locale et peut-être également sur le dépeuplement, effet qui confère à la lentille un statut de dispositif économique et narratif sur lequel refonder le sens d’un lieu capable de produire de la valeur économique, sociale et symbolique.

Fig. 2 

Fig. 2 

Ratissage manuel dans un champ de lentilles

Photo Broccolini 2016

5Le rapport entre diversité génétique et patrimoine concerne l’anthropologie aussi parce que le processus de « mise en valeur » s’applique à une plante qui est patrimonialisée en raison du fait qu’elle est « génétiquement » unique (ou présumée telle) ; « nature », mais en même temps produit de la « culture », parce que fruit de pratiques mises en œuvre sur un territoire spécifique (sélections, échanges, etc.). Dans notre discours, le thème de la diversité génétique est central puisqu’il s’agit d’un dispositif discursif puissant qui devient capable de définir des narrations locales et de donner une nouvelle signification des lieux. Entre « diversité » génétique et culturelle, il existe d’évidentes correspondances entre le plan symbolique et celui des rhétoriques de l’identité, de la même façon qu’entre « homologation » génétique et culturelle. Tant la diversité culturelle que génétique se prêtent en effet à des manipulations identitaires potentiellement discriminatoires et de signes opposés (Stolke 1995 : 1-24). Elle peut être valorisée en tant qu’expression d’« unicité » et dispositif capable de donner une voix aux sujets collectifs dans les politiques actuelles d’identité (Clifford 2000 : 94-112), mais aussi pour discriminer l’ « autre ». La diversité génétique et culturelle, comme l’« homologation » (génétique ou culturelle), peut véhiculer des rhétoriques inclusives (« nous sommes tous des êtres humains »), critiques et antagonistes (contre les impérialismes et le néo-libéralisme) ou pour justifier de nouvelles exclusions.

6Les discours patrimoniaux sur la lentille de Rascino se développent et s’organisent à l’intérieur de ces cadres de signification, entre pureté génétique (unicité de la graine) et hybridation (une population de graines fruit d’échanges et de rencontres) et montrent que, non seulement la nourriture transformée par l’homme, mais aussi le monde végétal lié au travail de l’homme, peuvent être à juste titre rapportés à l’univers symbolique des discours identitaires par le biais de la diversité génétique de la plante.

7Les processus de certification et d’auto-certification de cette diversité génétique jouent, comme nous le verrons, un rôle central dans le processus de patrimonialisation, mais il est aussi important d’explorer l’univers « intime » des pratiques locales liées à la production, aux échanges et aux espaces d’action locale. Il s’agit de pratiques qui ont affaire avec la sphère économique et où nous voyons une synergie intéressante entre la sphère formelle (le respect des normes, la formalisation de la production) et celle de l’action informelle. Cette dernière (échange, réciprocité, etc.) ne se développe pas en dehors ou en opposition au profit et à l’économie de marché, mais appartient plutôt à des formes de relations amicales et à des pratiques de solidarités préexistantes qui servent de base matérielle et sociale à l’activité productive, rendant possible le processus même de patrimonialisation.

La « biodiversité cultivée » entre patrimoine, anthropologie critique et espaces d’action

8La notion de « biodiversité » et en particulier de « biodiversité cultivée » (agrobiodiversité) est entrée dans le langage commun dès le début des années quatre-vingt-dix du vingtième siècle ; c’est en effet la Convention sur la Diversité Biologique, approuvée en 1992 par l’ONU, qui a introduit au niveau mondial la reconnaissance de la diversité biologique et génétique des vivants comme valeur fondamentale. Cela fait déjà vingt-cinq ans que l’idée de « diversité » biologique, en tant que patrimoine de la planète et de l’humanité, a commencé à donner forme à un imaginaire patrimonial mondial et à alimenter des représentations et des projets, institutionnels ou non. En particulier, la Convention a relié la génétique et l’histoire, celle humaine des territoires et des communautés, parce qu’elle a introduit l’idée que cette diversité génétique, même lorsqu’elle est dans l’intérêt de l’agriculture, doit être conservée in situ, c’est-à-dire dans les territoires et les milieux (humains) qui l’ont historiquement produite. Dans cette perspective, elle est liée à la reconnaissance anthropologique de la diversité culturelle, unissant le monde naturel à celui de l’action historique et culturelle de l’homme.

  • 4 La définition de « patrimoine culturel immatériel » se trouve dans la Convention pour la Sauvegarde (...)

9A cette reconnaissance donnée par la Convention s’est ajoutée à l’échelle planétaire un vaste mouvement éthique et politique de réappropriation des pratiques agricoles et de la « biodiversité » qui a mis en réseau les droits des petits agriculteurs (auxquels s’associe la naissance d’un mouvement néo-rurale) (Ploeg van der 2014) avec ceux des communautés indigènes dans la préservation des terres et des espèces vivantes contre l’homologation génétique et les pouvoirs des multinationales des semences. Mais si des agronomes, des généticiens, des agriculteurs et des militants ont développé dans le monde entier de nombreux projets et des actions qui vont dans cette direction (Shiva 1991 ; de Boef 2015), les expériences locales n’ont pas encore été explorées dans une perspective ethnographique. Perspective qui nous permet de voir le lien fort qui existe entre biodiversité cultivée, « patrimoine culturel immatériel »4 et « communautés patrimoniales », lien tissé par les pratiques sociales, les savoirs et savoir-faire traditionnels.

10Les variétés agricoles locales ne peuvent donc pas affronter la concurrence des produits industriels sur le plan strictement économique, mais en vertu du « paradigme patrimonial », elles acquièrent une valeur sur le plan symbolique en tant que production locale liée à des pratiques sociales et à des savoir-faire enracinés. Il est opportun de suivre, comme nous le ferons ici en examinant un cas italien, les parcours de patrimonialisation qui naissent dans ce domaine et identifier leurs liens avec les nouvelles formes de communauté, avec les nouveaux processus top-down et bottom-up, avec les certifications, les auto-certifications, les narrations et les criticités.

11Nous sommes en Italie, dans la région du Latium, les Apennins centraux, dans une région géographique qui, lors des années soixante/ soixante-dix du XXe siècle, a subi un important exode rural. Ici, l’enquête ethnographique (observation, participation aux diverse phases de la culture, entretien, partages) menée à partir de 2015 a permis d’explorer, dans l’ordre : le processus de patrimonialisation et les effets que la patrimonialisation a eu sur le territoire, économiquement, socialement et du point de vue identitaire, les groupes qui ont été impliqués au fil du temps, le rôle exercé par les savoirs traditionnels, le rôle joué par les organismes chargés de la certification et la manière dont ces agriculteurs se sont positionnés dans la jungle des certifications. Ce qui est particulièrement important dans le cas en question, c’est le rapport entre la dimension locale et le global, qui s’exprime dans la tension continue entre les savoir-faire locaux, fruits de pratiques locales à long terme et la trame des règlements nationaux et européens. De là l’usage que nous pouvons faire de la notion de « tactique » (pour citer De Certeau 1990), toujours utile pour l’anthropologie ; tactique comme réponse non pas contrastive, mais de négociations avec les obligations imposées par les normes nationales, internationales et mondiales.

12Il est cependant nécessaire à ce point de faire un bref rappel des notions de bases que nous utilisons fréquemment dans cet article et de les situer dans le cadre des processus de certification et de patrimonialisation. En fait, le monde des semences - mais aussi l’agriculture en général, et l’ensemble de la production alimentaire - a été soumis, pendant près d’un siècle, à un processus bureaucratique complexe de certifications de type global. Celles-ci sont liées aux sélections et à la production d’hybrides qui ont accompagnées les différentes phases de l’agriculture industrielle (en particulier de blé), et à la question de la production et de la sécurité alimentaire. Ce processus de certification remonte, en Italie, au début du XXe siècle, et au travail des ingénieurs agronomes comme Nazareno Strampelli, figure de la « révolution verte » des années quarante, qui a présidé, dans les années cinquante, à la fondation de l’Ente Nazionale delle Sementi Elette (l’Institut national des semences nobles). Ce dernier a eu en Italie la tâche de certifier les semences et de transposer progressivement la réglementation européenne.

13Après une phase « anthropocentrique » qui visait à augmenter la production au profit de l’homme, on est passé, à partir des années 70, à la « découverte » de la diversité biologique en tant que patrimoine de l’humanité. Cette découverte s’est inscrite dans le mouvement de mise en valeur du pluralisme et de la diversité, à la fois culturelle et biologique, qui a caractérisé ces dernières décennies ; dans le monde de l’écologie, il a donné naissance au phénomène du néo-ruralisme et à la redécouverte de la dimension locale. C’est ce processus qui a conduit en 1992 à l’adoption de la Convention sur la diversité biologique, qui a été accompagnée d’un grand mouvement de redécouverte de la dimension locale et de l'environnement. En revanche, le concept d’« érosion génétique », qui remonte aux années 60 (il a été introduit en 1967 à la FAO en rapport au concept de ressource génétique), n’a été défini qu’en 2002 par la FAO.

14Au fil du temps, cependant, le monde de la diversité biologique (en particulier la biodiversité cultivée d’intérêt agricole) et les produits locaux / traditionnels sont entrés dans ce même maillage de certification mondiale bureaucratique qui caractérise le monde agricole traditionnel, en Europe par exemple avec les certifications de typicité du produit (les marques AOP-IGP-STG) et de la production biologique, qui sont progressivement entrées dans la législation nationale et régionale. Il existe différentes formes de ce type de certifications, certaines sont institutionnelles (marques européennes), d’autres pas (par exemple Slow Food), mais si elles sont différentes, toutes visent à augmenter le capital symbolique du produit et ne touchent pas directement le domaine de la rentabilité / productivité ni celui de la sécurité alimentaire.

15J’ai fait cette introduction très générale parce que la patrimonialisation (et par conséquent la certification) de la biodiversité agricole et des produits alimentaires locaux est maintenant un phénomène global, auquel les acteurs locaux doivent s’adapter pour en tirer un bénéfice économique, symbolique et identitaire, tout en minimisant les risques de pesanteurs bureaucratique et institutionnelle en utilisant une défense de type tactique.

Le contexte ethnographique et le processus de patrimonialisation de la lentille

16Nous allons maintenant nous pencher sur notre petit coin de monde, ou contexte ethnographique, et nous allons voir ce qu’il s’y passe. Nous sommes dans l’Apennin Central, dans la région du Latium, plus précisément dans la province de Rieti. Une zone de montagne historiquement caractérisée par une économie pastorale et par l’agriculture montagnarde, c’est-à-dire une économie de subsistance où l’on trouve des petits et très petits villages. Ces villages ont connu une dépopulation dramatique au cours des cinquante dernières années. Le village de Fiamignano compte 1200 habitants, avec plus de vingt hameaux d’une cinquantaine d’habitants chacun, situés dans une zone de montagne avec un plateau à 1200 mètres d’altitude, le plateau de Rascino. Il s’agit d’une très belle région, presque intacte (il n'y a pas de réseau téléphonique, pas d’électricité). Dans le passé, l’agriculture était une activité de subsistance ; on y cultivait une variété de blé de montagne (une variété locale appelée Biancola) et les lentilles. Jusqu’aux années 50-60, tant que cette forme d’économie a résisté, le printemps venu, les familles se déplaçaient sur le plateau pour semer, cultiver, travailler dans les champs et amener les moutons en montagne, et restaient là jusqu'à la fin de l’été. Les montagnes étaient donc habitées et les lentilles servaient aux familles pour répondre aux besoins alimentaires ou bien elles étaient utilisées comme marchandise d’échange (contre d’autres biens ou services). Les terres cultivées étaient donc de dimensions très réduites : chaque famille disposait en moyenne d’environ 1000 mètres carrés de terrain de montagne pour les lentilles. Au fil du temps, ce système économique a disparu, les gens ont abandonné ces activités de subsistance pour se consacrer à des tâches différentes, dans le tertiaire (Rome est à 100 kilomètres), mais quelques-uns ont continué à conserver des terrains en montagne, les laissant toutefois en friches. Le village revivait seulement en été, quand beaucoup de personnes revenaient au pays pour les vacances d’été.

17Qu’est-ce qui a rendu possible le retour de cette lentille sur le devant de la scène et sa transformation en ressource économique et élément distinctif de l’identité locale?

Fig. 3

Fig. 3

Préparation des lentilles durant la Sagra de Fiamignano, août 2016

Photo Broccolini

18Pour le comprendre, rappelons tout d’abord qu’en Italie, la plupart des petits villages, même ceux qui ont subi un fort exode rural, possèdent un tissu social très fort, composé d’associations, confréries et Pro Loco (les Pro Loco sont des associations locales diffusées dans toute l’Italie, nées à la fin du XIXe siècle pour opérer dans différents domaines et surtout dans ceux du tourisme et de la culture). La force de ce tissu s’exprime dans les fêtes, qu’elles soient religieuses ou laïques. Sont également très diffusées les « Sagre », c’est-à-dire des formes de convivialité alimentaire qui célèbrent un produit ou des plats qui sont présentés comme traditionnels, mais qui parfois ont été créés de toutes pièces. Cette base sociale - que l’on retrouve dans le petit village dont nous sommes en train de parler - a permis une première phase de lancement d’un produit qui n'avait jamais été cultivé pour être vendu.

19Cela s’est passé en 1972. Cette année-là la Pro Loco du pays de Fiamignano, pour animer la vie sociale du petit village et attirer des touristes, a décidé d’organiser au mois d’août, lorsque l’afflux dans les villages de montagne est au maximum, une « Fête de la lentille », fête alimentaire durant laquelle il était possible de goûter la lentille cuisinée à la mode locale. A cette époque-là, personne ne parlait encore de « biodiversité » et les organisateurs de la fête ne savaient pas que cette lentille était une variété locale à petite graine et qu’elle était cultivée seulement dans cette zone. La fête est née presque comme un jeu. Ils savaient que la lentille était quelque chose que leurs grands-parents et parents avaient cultivée de manière traditionnelle, ils savaient qu’elle avait été abandonnée, mais ils n’avaient pas conscience du fait que cette lentille était une variété locale, ni sélectionnée ni commercialisée, et pratiquement unique. La semence locale a été conservée uniquement par de rares personnes âgées qui, de temps en temps, la semaient pour leur propre consommation. Les organisateurs de la Sagra sont allés donc chercher cette lentille chez un monsieur âgé, dernier paysan qui la détenait encore. La Fête a eu du succès et a attiré de plus en plus de gens des villages alentours qui venaient pour manger cette lentille.

Fig. 4 

Fig. 4 

Vue d’une rue de Fiamignano durant la Sagra de la lentille ; août 2016

photo Broccolini

20Lentement quelque chose a bougé ; le succès de la manifestation a produit une conscience diffuse chez les habitants. Ils ont commencé à voir la valeur de cette lentille, surtout sur le plan identitaire. Un processus de patrimonialisation s’est donc activé. C’est ainsi que très progressivement, quelques paysans ayant de vieux terrains ont recommencé à semer la lentille. Au début, il s’agissait de petites parcelles, 4000-5000 mètres carrés. Ils ont commencé par la cultiver comme leurs grands-parents le faisaient, c’est-à-dire à la main. Et pour ce faire, ils ont dû récupérer les savoirs de leurs grands-parents. Puis quelques-uns d’entre eux ont commencé à devenir producteurs et cette lentille a commencé à être vendue dans les restaurants et dans les épiceries locales, à travers le réseau des contacts personnels. La fête a donc représenté le premier cadre symbolique important pour la lentille. La valeur symbolique de la lentille est née lentement avec la fête. Le passage a donc été de la production domestique à l’abandon puis de l’abandon à la production commerciale. Quelques années après, la production est passée à la phase de la mécanisation pour pouvoir cultiver des terrains plus grands. Et la production a donc augmentée en parallèle à la croissance de la superficie cultivée : de 5000 mètres à deux-trois hectares et puis jusqu’à cinq hectares.

La lentille en tant que « sémiophore »5: valeur économique et symbolique entre certifications, savoirs et manualité

  • 5 J’emprunte le concept de « sémiophore » à Krzysztof Pomian qui le définissait de la manière suivant (...)

21Quels sont les aspects qui nous intéressent dans ce processus ? Dans l’histoire que je viens de raconter, on peut discerner beaucoup d’éléments intéressants. Le premier est le rôle joué par les savoirs traditionnels qui ont été récupérés et adaptés à la modernité. Le deuxième est donné par le rapport entre mécanisation et manualité, qui n’est pas forcément en faveur du premier. Se pose également le problème du genre (gender) parce que, dans le passé, la lentille était insérée dans un monde paysan dans lequel il existait une division des rôles entre hommes et femmes lors des différentes phases de la production. Les femmes nettoyaient le terrain des mauvaises herbes, elles cueillaient et nettoyaient la lentille à la main ; et les hommes préparaient le terrain et semaient. On a cependant assisté à une masculinisation de la production parallèlement à la mécanisation ; en effet, seulement les hommes utilisent les tracteurs, les machines semoirs, les charrues. Les champs sont ainsi devenus masculins. Enfin, dernier aspect intéressant, est le rôle joué par les formes traditionnelles de solidarité (l’échange de travail, de main-d’œuvre, d’outils agricoles sur une base communautaire) qui a permis de faire front aux difficultés d’investissement.

22Mais avant tout, la question importante qui se pose, est le rapport entre valeur symbolique et valeur économique qui sont deux dimensions parallèles. Nous pourrions ici interpeller Bourdieu et la notion de capital symbolique (Bourdieu 1994). Par capital symbolique on entend : la valeur qui est attribuée à la diversité culturelle/ génétique, la valeur biologique/ nutritionnelle (donc la science avec un S majuscule) et la valeur identitaire (la valeur de la localité et des produits locaux). Plus la lentille prend une valeur symbolique, c’est-à-dire plus elle est perçue en termes de qualité et de santé (parce que l’on dit que c’est une lentille absolument « naturelle », qui n’est pas traitée chimiquement) et en termes d’identité (c’est-à-dire que c’est un produit local), plus son prix augmente. Dans ce processus d’acquisition de valeur symbolique, la certification et l’auto-certification ont joué un rôle fondamental, et cela par le biais des différentes stratégies (horizontales ou verticales) déployées pour y accéder.

23Que s’est-il donc passé ? Tout simplement lors des quinze dernières années, trois facteurs importants sont intervenus : l’activation d’un processus de certification, d’un autre d’auto-certification et la construction d’un cadre narratif.

24Il est tout d’abord important de considérer les choix qui ont été faits par les premiers producteurs de lentille en matière de certification, si le mouvement a été piloté d’en-haut ou s’il est venu d’en-bas. Comment ces producteurs, qui ont été les agents d’un processus de changement, ont-ils pris position ? Le processus de certification a suivi différents chemins, à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté. Quand je parle de certification en général, je ne me réfère pas seulement aux certifications européennes ou à Slow Food, mais aussi aux autres formes de reconnaissance qui ont un effet sur le plan symbolique comme garantie d’un produit. Tout d’abord, nous avons assisté au refus des certifications européennes, nos acteurs / agents préférant suivre des voies plus négociables au niveau local / régional. Ce refus des certifications européennes s’explique par le fait qu’il s'agit de très petits producteurs qui sont conscients de ne pas avoir la force de pouvoir garantir la structure et l’organisation nécessaire pour maintenir « la marque », donc un bureau, un secrétariat, etc. Il ne s’agit pas d’un refus de principe, mais de nécessité.

25La première étape de la certification ayant un impact sur l’identité locale provient du monde de la science. En l’an 2000, une agence régionale, l’ARSIAL (Agence Régionale pour le Développement et l’innovation de l’Agriculture du Latium) a réalisé un programme pour la protection de la biodiversité cultivée dans la région et, en 2010, a effectué l’analyse génétique (du germoplasme) de cette lentille. Et pour la première fois, cette lentille a été certifiée comme lentille autochtone, une lentille qui n’appartenait pas aux variétés sélectionnées et commerciales. L’Agence Régionale a donc inscrit cette variété dans le Registre Régional des espèces végétales à risque d’érosion génétique. Et l’inscription dans le registre a signifié le versement d'une contribution économique aux villageois qui cultivaient cette lentille.

26Le processus de certification a été lancé et suivi par la Pro Loco locale ; en effet, c’est cette association qui a demandé l’analyse génétique du germoplasme. Dans un deuxième temps, en 2011, le Ministère de l'Agriculture (le MIPAAF) a commandité une importante étude qui a produit une « Carte » des sols du plateau de Rascino afin d’évaluer leur aptitude à la culture de la lentille. L’étude a estimé la superficie sur le haut plateau où la lentille est cultivable à 320 hectares environ. Il a y eu ensuite un troisième moment de certification, en 2014, venant de la part de l’association Slow Food, qui est une organisation de certification certes très puissante, mais qui n’en est pas pour autant institutionnelle. Elle a créé un Presidio Slow Food (sentinelle Slow Food) sur cette lentille en apposant une marque Slow Food, qui implique le respect de certaines règles : le produit doit être « biologique », il existe des contrôles sur la qualité, le respect de la semence autochtone et l’interdiction d’utiliser des graines industrielles. Mais ce processus aussi a été activé par le bas, c’est-à-dire les producteurs. Cette reconnaissance ultérieure (Slow Food) a ajouté de la valeur sur le plan symbolique, ce qui a entraîné une nouvelle croissance de la demande de cette lentille de la part, par exemple, des grands restaurants, la participation à des émissions télévisées et à tous les événements, nationaux et internationaux, organisés par Slow Food.

  • 6 Si par exemple, je prends un hectare d’un paysan qui ne travaille pas son terrain et que je le trav (...)

27À ce moment-là cependant, un autre facteur est intervenu, celui de l’auto-certification, qui nous intéresse le plus parce qu’il s’agit là d’un processus qui est né, et qui s’est entièrement développé, à l'intérieur de la communauté. L’auto-certification est un phénomène important parce qu’elle signifie un pas en avant en matière d’organisation dans la communauté villageoise. Dans notre cas, nous avons affaire à une auto-certification partagée ou construite de concert. J’utilise ainsi le terme auto-certification au sens large, pour désigner les initiatives locales qui ont patrimonialisé le produit et qui en ont garanti la valeur. En effet la reconnaissance de la part de Slow Food est advenue parallèlement à la constitution d'une association locale de producteurs. En 2014, un groupe de producteurs de lentilles à Fiamignano a décidé de constituer une association ayant un statut juridique, nommée « Producteurs de la Lentille de Rascino » et pourvue d’un logo. Initialement les gens qui cultivaient la lentille ne voulaient pas adhérer parce qu’ils craignaient de perdre leur autonomie, mais peu à peu ils l’ont fait, au nombre de trente, parce qu’ils ont commencé à en voir les avantages. Il s’agit évidemment de petits et très petits producteurs ; en moyenne chacun d’eux travaille des parcelles de terrain qui vont de 2 à 5 hectares chacune. Ce sont de vieilles propriétés de famille ou des terrains qui ont été rachetés à d'autres paysans quand ces terrains n’étaient pas chers parce qu’en friche. Il existe aussi un autre type de pratique informelle, à savoir qu’une personne travaille le terrain laissé inculte par son propriétaire sans payer de location, mais au moment de la récolte il donne au propriétaire la quantité de graines qui a été semée6.

  • 7 En effet un kilo de lentille commerciale coûte beaucoup moins cher, environ cinq fois moins.

28Cette nouvelle association a élaboré un cahier des charges pour garantir que soit utilisée la graine originaire et pas des graines commerciales ; mais c’est un cahier des charges assez vague qui laisse aux producteurs la liberté de commercialiser le produit par des canaux privés et insiste surtout sur le contrôle réciproque. Par exemple, pendant les semis pour éviter les fraudes, il existe un contrôle réciproque pour vérifier que les graines utilisées sont « originales »7. Nous avons donc ici affaire à un contrôle horizontal, social et communautaire, qui fonctionne comme forme de certification.

29Tout ceci s’accompagne d’un processus de construction narrative qui a défini un cadre de sens autour de cette lentille. Une sorte de mythologie a été construite localement : un livre, des documentaires, l’invention d’événements, un discours autour de la lentille ont été créés (Adriani 2015).

30Les effets de la patrimonialisation sur le territoire ont été assez visibles. La naissance de ce produit typique n’a pas conduit à ce jour à un repeuplement mais il a freiné le dépeuplement du pays. Une trentaine de familles de petits producteurs se consacre à sa culture et il a revitalisé ou a fait naître ex nihilo, chez de nombreux habitants, la pratique de la production de la lentille pour leur consommation domestique. Il y a des gens qui ont fait le choix de revenir vivre à Fiamignano et ils ont commencé à y cultiver la lentille pour leur consommation domestique. Actuellement sont cultivés environ 100/150 hectares (avec les rotations et les jachères) pour une production totale d’environ 300 quintaux de lentille par an. Mais le territoire offre encore un potentiel, pour un type de culture non intensive ou totalement naturelle.

31Ce qui est à mon avis important dans ce passage de la lentille d’alimentation de subsistance pour les familles à « produit » commercial (et ensuite de nouveau à aliment local), est le fait qu’il s’est développé dans un cadre patrimonial qui a mis en valeur les aspects symboliques de la légumineuse. La lentille de Rascino est cultivée sans aucun fertilisant ; elle est donc proche de la « nature », mais elle est surtout l’expression d’une unicité génétique qui, par extension, est devenue l’unicité d’un territoire sur le plan identitaire et donc « patrimoine cultural », anthropologique, lié à des pratiques de la montagne et à la vie des bergers et des paysans.

  • 8 Pomian donne la définition suivante de l’objet sémiophore : « un objet visible, investi de signific (...)

32C’est pourquoi on peut à juste titre parler d’objet « sémiophore », selon la définition de Pomian, c’est-à-dire d’un objet qui accomplit un passage vers une nouvelle signification8. La lentille, exemple de « biodiversité », a en effet transité vers une patrimonialisation en termes culturels et symboliques (une nouvelle signification), qui a eu des retombées positives en termes commerciaux. Cependant, contrairement à la définition donnée par Pomian - qui réfléchit sur les « sémiophores » surtout dans une perspective muséale, les présentant comme des objets hors de leur contexte et sortis du cycle de la « nature » - dans le cas d’un aliment exemple de « biodiversité », le passage dans la sphère du « patrimoine » et ses nouvelles valeurs d’identité, salubrité et unicité (qui lui permettent d’être vendu au triple du prix par rapport au produit industriel), se concrétise à l’intérieur du cycle de la nature et non pas en dehors de celui-ci. La valeur et la signification de la lentille de Rascino, comme de toute la sphère de la biodiversité cultivée, réside dans le fait de n’être pas hors contexte. Sort qui en revanche a échu aux objets du monde paysan qui ont été muséifiés et sont donc devenus patrimoine en-dehors de la campagne (Padiglione 2018 : 7ss). Dans cette perspective, contrairement à la récupération mémorielle du monde agricole mise en œuvre par les musées du monde paysan dont l’Italie est particulièrement riche, la biodiversité cultivée met en valeur le souvenir à l’intérieur d’une nouvelle pratique du monde agricole.

Tactique et réciprocité : la tension entre dimension locale et dimension globale

33Nous avons illustré un cas de patrimonialisation et de certification d’un produit agro-alimentaire, et le rapport entre capital symbolique et capital économique. Je voudrais maintenant terminer par une réflexion sur un dernier point, à mon avis important, qui est représenté par la tension entre la dimension locale et la dimension des normes, entre le savoir-faire local de la petite production et les contraintes imposées par les normes nationales et européennes. Ce deuxième aspect est lié aux questions critiques soulevées en introduction et à la compénétration entre sphère formelle et sphère informelle dans la production de la lentille.

34Ces producteurs de lentilles doivent en effet se faufiler avec beaucoup d’attention entre les mailles étroites des réglementations nationales, qui sont évidemment pensées pour les grands producteurs. Les informateurs disent explicitement que si les producteurs voulaient respecter toutes les règles relatives aux aspects fiscaux ou à l’hygiène, un kilo de lentilles coûterait 150 euros. Premier problème, celui des locaux appropriés où conserver les lentilles qui ne respectent presque jamais les normes. Le deuxième problème est celui des moyens autorisés pour le transport des lentilles. Mais surtout la question la plus importante est liée au thème de la réciprocité dans le cadre de l’activité agro-pastorale en montagne ; c’est le problème de l’échange des machines agricoles qui est actuellement fondamental dans la réciprocité locale pour beaucoup de producteurs.

  • 9 La « socceta » (ou « soccida ») était un contrat agraire pouvant varier selon les biens à dispositi (...)

35Par le passé, quand le travail n’était pas mécanisé et qu’il existait une culture agro-pastorale, les agriculteurs s’unissaient fréquemment pour rendre possible l’activité (par un contrat verbal), mettant en commun animaux, pâturages et main d’œuvre, selon des formes certes variables mais toujours liées à la parole donnée et à la connaissance réciproque basée sur les relations personnelles. Il s’agit de la « socceta » (la société)9. Aujourd’hui ces formes de contrats n’existent plus, mais un substrat de réciprocité a été conservé entre paysans. Cet échange de bons procédés s’applique maintenant aux machines agricoles et aux prestations de travail ; on assiste donc, dans un circuit informel, à l’échange de machines, d’outils, de pièces de rechange et de main d’œuvre pendant les différentes phases de la culture de la lentille. Toutefois, selon les règlementations en vigueur, l’échange des machines est prohibé. Il est interdit, mais il existe et s’exprime comme une solidarité traditionnelle entre amis. Le troc est interdit par les normes, mais le troc existe par contre traditionnellement sous la forme d’échanges d’outils et d’autres services, par exemple travailler dans le champ d’un ami sans rétribution en argent et sans forme d’assurance d’aucun type. Les tracteurs, les herses et les autres outils sont prêtés, bien que cela soit interdit. De là, la nécessité de s’adapter, d’agir tactiquement pour pouvoir survivre, et l’importance d’un « espace d’action » tactique qui rend possible le produit économique mais aussi son sens identitaire.

36Nous pouvons donc dire que la re-signification symbolique de la lentille comme « patrimoine culturel » advient parallèlement au fait qu’elle devient un produit économiquement important pour le village. Elle a en effet acquis un sens identitaire parce qu’elle produit aussi un capital économique pour les gens du pays. Il s’agit cependant d’un capital économique qui, pour se concrétiser, a besoin d’un « capital social », parce qu’en l’absence des réseaux informels de type communautaire entre les petits producteurs, il n’aurait pu se développer. On voit ainsi à l’œuvre l’interaction entre la sphère formelle (représentée par les processus de certification, de la constitution d’associations, par le fait de passer entre les mailles des règlements) et la sphère informelle (échanges d’outils, de main d’œuvre) nécessaire pour la survie même de l’activité productive.

De la « viande des pauvres » à capital symbolique

37Le proverbe local qui nous informe que « Finché il Re ciancica carne, brigante non s’appaga de lenticchie » (Tant que le Roi mangera de la viande, le brigand n’en finira jamais de manger des lentilles), souligne et confirme le statut « social » que la lentille possédait auparavant dans l’alimentation des milieux populaires et confirme la distinction sociale que l’on peut lire dans les choix alimentaires. Au fond, il nous dit que les riches continueront à être riches et les pauvres continueront à être pauvres (la lentille comme « viande des pauvres » ainsi qu’on la définissait). Pline raconte en effet que 800 tonnes de cette légumineuse ont été utilisées au Ier siècle apr. J.-C. pour stabiliser l’obélisque égyptien, qui se trouve encore aujourd’hui sur la Piazza S. Pietro (Adriani 2015 : 21), lors de son transport en bateau vers l’Italie. Un autre proverbe nous confirme cela : Fra cici, facioli e lenticchie, li meglio legumi so’ le sargicce! (Entre pois chiches, haricots et lentilles, ce qu’il y a de meilleur, ce sont les saucisses). Il évoque une époque où la supériorité de la viande sur les légumineuses était sans conteste. Aujourd’hui, toutefois, la relation entre viande et végétaux semble s’inverser (bien que les deux catégories restent toujours opposées, n’en déplaise à Lévi-Strauss) et avec l’essor des régimes végétariens, de l’alimentation biologique et des produits du territoire, un kilo de lentilles « avec la valeur ajoutée » peut arriver à coûter plus qu’un kilo de saucisses ou de viande, devenant ainsi la nouvelle « viande des Rois ».

38L’histoire du haut-plateau de Rascino, de Fiamignano et de sa lentille a contribué à ce processus d’inversion « structurelle » et nous raconte un processus de patrimonialisation et de réappropriation d’un produit qui, d’élément de subsistance, somme toute marginal et familial, est devenu non seulement symbole identitaire mais aussi une ressource économique, capable de redéfinir le sens d’un lieu jusqu’à présent vécu par ses habitants comme marginal et en dépeuplement progressif, mais aujourd’hui capable d’imaginer de façon positive son rapport avec le passé. Un processus de longue durée, commencé il y a quarante-cinq ans et encore vivant, qui a vu la présence de plusieurs acteurs sociaux internes et externes à la communauté et de différentes phases de certifications et d’auto-certification, provenant parfois des institutions et d’autres fois de la communauté. Mais le succès actuel de la reprise de la culture de cette légumineuse, qui a déterminé la naissance d’un nouveau sujet collectif que sont les producteurs, a été rendu possible par l’existence d’un « capital social » local, d’un réseau de relations et de pratiques de solidarités plus anciennes, comme par exemple le vieux modèle représenté par la « socceta » locale dont nous avons parlé. C’est tout cela qui a permis la mise en œuvre des choix intimes de solidarité nécessaires pour soutenir les coûts et les risques de la production par rapport au respect des règlements.

39Il est donc utile de suivre, avec une approche ethnographique, le cas de Rascino pour comprendre si celui-ci peut représenter un modèle pour d’autres exemples de « biodiversité cultivée » et en analyser les différentes phases de patrimonialisation qui ont consisté en divers processus de certification externe et institutionnelle, d’auto-certification, de construction d’espaces de narration, de pratiques sociales et de moments rituels.

Top of page

Bibliography

A + U 2013-2014, «Saperci fare» Antropologia Museale. 34/36(12) : 146-148.

ARMINIO F. 2017. Cedi la strada agli alberi. Poesie d’amore e di terra, Milano: Chiarelettere

ADRIANI S. 2015, La lenticchia di Rascino, Storia e tradizione di un ecotipo, Rieti : Tipografia Artigiana.

BOEF W. S. (de) et alii (eds.) 2015. Community Biodiversity Management. Promoting Resilience and the Conservation of Plant Genetic Resources, London and New York : Routledge.

BOURDIEU P. 1994, Raisons pratiques sur la théorie de l'action, Paris : Le Seuil.

de CERTEAU M. 1990, L'invention du quotidien. Paris : Collection Folio essais, Gallimard.

CLIFFORD J. 2000, “Taking Identity Politics seriously. The Contradictory, Stony Ground...”, in P. Gilroy, L. Grossberg & A. McRobbie A., (ed.), Without Guarantees : Essays in Honour of Stuart Hall : 94-112, London : Verso Press.

PADIGLIONE V. 2007, « Scagno da renne. Praticare uguaglianza lavorando insieme », Fabio Dei (ed.) Religioni e Società, Culture del dono. 58 : 45-55.

PADIGLIONE V. 2018, « Biodiversità, etnografia, patrimonio. Una introduzione » in V. Padiglione (ed.), Saperci fare. Capitale culturale e biodiversità agraria nel Lazio : 15-27, Roma : ARSIAL.

PADIGLIONE V. 2014, « Il post-agricolo e l’antropologia », Antropologia Museale. 34/36 (12) : 3-5.

PLOEG J. D. (van der) 2014, Les paysans du XXIe siècle. Mouvements de repaysanisation dans l’Europe d’aujourd’hui, Paris : Éditions Charles Léopold Mayer.

POMIAN K. 1999, Sur l’Histoire, Paris : Gallimard, 1999 ; (ed. it. « Storia culturale, storia dei semiofori », in D. PARBUONO, F. SBARDELLA (ed.) 2017, Costruzione di patrimoni. Le parole degli oggetti e delle convenzioni : 235-258, Bologna : Patron ed.).

POMIAN K. 1987, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris, Venise : XVIe-XVIIe siècles, Paris : Gallimard (ed. it. Collezionisti, amatori e curiosi. Parigi-Venezia XVI-XVIII secolo, Milano : Il Saggiatore, 2007).

STOLKE V. 1995, « Talking Culture. New Boundaries, New Rethorics of Exclusion in Europe », Current Anthropology. 36(1) : 1-24.

SHIVA, V. (dir.) 1991, Biodiversity: Social and Ecological Perspectives, London, Zed Books, Penang, World (ed. it. Campi di battaglia: biodiversità e agricoltura industriale, Milano : Ambiente, 2001).

Top of page

Notes

1 Le centre du monde n'est pas loin de vous, il
est dans les ruelles, vous attend
là où vous n'attendez rien. Franco Arminio, Cedi la strada agli alberi. Poesie d’amore e di terra, 2017.

2 Le travail que je présente ici s’inscrit dans le cadre d'une recherche plus large sur les savoirs traditionnels en relation à la biodiversité cultivée qu’un groupe d’anthropologues de l’Università Sapienza de Rome (coordonné par Vincenzo Padiglione) est en train de mener dans la région du Latium, à la demande de l’ARSIAL (Agence Régionale pour le développement et l'innovation de l’agriculture du Latium), dans le cadre d’un programme qui traite de la protection des variétés végétales à risque d’érosion génétique (A+U 2013-2014), “Saperci Fare”, Antropologia Museale, 34-36(12) : 146-148 (A + U = ARSIAL + Università Sapienza). Je remercie mes amis du village de Fiamignano, en particulier Settimio Adriani, Pietro Calderini, Riccardo Giuliani et Simona Rossetti, Pasquale Benedetti, Ruggero di Giampasquale et Antonio di Paolantonio, pour m’avoir non seulement inspiré cet article mais aussi pour leur hospitalité et leur aide.

3 Voir : Padiglione Vincenzo, « Biodiversità, etnografia, patrimonio. Una introduzione », Vincenzo Padiglione (ed.) 2018, Saperci fare. Capitale culturale e biodiversità agraria nel Lazio, Roma : ARSIAL : 7ss.

4 La définition de « patrimoine culturel immatériel » se trouve dans la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel immatériel (UNESCO, 2003).

5 J’emprunte le concept de « sémiophore » à Krzysztof Pomian qui le définissait de la manière suivante : « un objet visible investi d’une signification » (Pomian 1999 ; 1987).

6 Si par exemple, je prends un hectare d’un paysan qui ne travaille pas son terrain et que je le travaille, il faudra environ, pour un hectare, 80-90 kilos de graines de lentilles ; à la fin de la récolte, je donnerai au propriétaire du terrain 90 kilos des lentilles récoltées.

7 En effet un kilo de lentille commerciale coûte beaucoup moins cher, environ cinq fois moins.

8 Pomian donne la définition suivante de l’objet sémiophore : « un objet visible, investi de significations » ; (Pomian 1999 [2017 : 201]).

9 La « socceta » (ou « soccida ») était un contrat agraire pouvant varier selon les biens à disposition, concernant l’élevage du bétail, une forme de collaboration entre qui avait du bétail et qui le conduisait. Il pouvait lier un propriétaire et un ou plusieurs pasteurs ; ou bien les deux parties apportaient le bétail, mais un seul le conduisait ; ou bien le contrat pouvait être passé entre le propriétaire du pâturage et le propriétaire du bétail, etc. Une forme analogue à la socceta entre bergers, encore une fois informelle, existe toujours aujourd’hui dans la zone dont nous parlons et concerne la culture du blé et des lentilles. Elle consiste en la concession d’un terrain à un paysan par le propriétaire sans paiement de loyer en argent, mais avec restitution de la quantité de graines semées. Dans ce cas aussi, n’existant pas de paiement anticipé en argent, il s’agit d’une forme de participation à la production de type informelle et fondée sur la parole, un accord informel qui présume un fort lien communautaire et la connaissance réciproque ; cf. Padiglione 2007 : 45-55.

.

Top of page

List of illustrations

Caption Vue du plateau de Rascino
Credits Photo Broccolini 2016
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/12064/img-1.jpg
File image/jpeg, 964k
Title Fig. 2 
Caption Ratissage manuel dans un champ de lentilles
Credits Photo Broccolini 2016
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/12064/img-2.jpg
File image/jpeg, 4.9M
Title Fig. 3
Caption Préparation des lentilles durant la Sagra de Fiamignano, août 2016
Credits Photo Broccolini
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/12064/img-3.jpg
File image/jpeg, 5.1M
Title Fig. 4 
Caption Vue d’une rue de Fiamignano durant la Sagra de la lentille ; août 2016
Credits photo Broccolini
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/12064/img-4.jpg
File image/jpeg, 4.7M
Top of page

References

Electronic reference

Alessandra Broccolini, « « La biodiversité cultivée » et les défis de la patrimonialisation », Anthropology of food [Online], S16 | 2021, Online since 30 November 2021, connection on 19 January 2022. URL : http://journals.openedition.org/aof/12064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.12064

Top of page

About the author

Alessandra Broccolini

anthropologue, Sapienza Université de Rome, alessandra.broccolini@uniroma1.it

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search