Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S17« As-tu vu l’homme en train de pé...

« As-tu vu l’homme en train de pétrir le pain ? »

Alimentation, genre et réseaux sociaux en période de confinement au Maroc
Have you seen the man kneading the bread?” Food, gender and social networks during lockdown in Morocco
Hayat Zirari, Audrey Soula and Hajar El Alami

Abstracts

Through a netnographic observation of a mixed gender, male-founded Moroccan Facebook cooking group, this article interrogates the reconfigurations of gendered food norms in the digital space. The lockdown of 2020 has allowed for "arrangements" in the relationship to food and cooking. Many men have taken over the kitchen, a socio-culturally feminine place and task. They have initiated themselves into several culinary activities, including bread kneading. The many images, videos and comments shared on social networks during the lockdown, where some men show themselves in the kitchen and dare to introduce themselves in an activity long considered as a "women's business", thus testify to a gender normative change related to Moroccan culinary activities, as well as to new possibilities of food socialization.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Les Marocaines et Marocains, tous âges confondus entre 16 à 64 ans, passent en moyenne 3 heures et (...)
  • 2 Selon l’« Enquête de collecte des indicateurs TIC auprès des ménages et des individus, au niveau na (...)

1L’augmentation du nombre d’abonnements à Internet dans les foyers marocains et l’essor des smartphones1 ont participé ces dernières années à la multiplication des usages du web2. Celui-ci offre entre autres un nouvel espace d’échange autour de l’alimentation. Certaines franges de la population, notamment des femmes n’ayant pas de travail rémunéré pour la plupart, ont investi les réseaux sociaux (pages Facebook, blogs, chaines Youtube, etc.) dans le but d’occuper leur temps libre en partageant leurs pratiques culinaires, tout en générant parfois des revenus financiers. Cela tend à former un espace visible par tous et toutes tout en participant à la production de normes sociales, dont celle du « bien manger ».

  • 3 Pendant la période de confinement, les Marocaines et Marocains sur « les réseaux sociaux, notamment (...)
  • 4 Dans le cadre de la stratégie visant à freiner la propagation de la Covid, le Maroc a déclaré l’ «  (...)
  • 5 Pour cette contribution, nous avons utilisé le terme de « norme alimentaire » dans l’acception de J (...)

2La période de confinement générée par la crise sanitaire de la Covid 19 n’a fait qu’amplifier ce phénomène. Déjà bien dynamique, l’activité des Marocains et Marocaines sur Internet a explosé pendant la période de confinement3. Mais ce qui surprend le plus, c’est la présence masculine sur cet espace web. Des hommes ont en effet publié de nombreuses photos et vidéos d’eux en train de s’adonner aux travaux domestiques, notamment la cuisine. De même, des femmes ont relayé ce phénomène sur les réseaux sociaux, en publiant des photos et vidéos de leurs maris, fils ou autre membre de la famille de sexe masculin participant au travail alimentaire. Le confinement4 a largement participé à ce phénomène. L’espace public devenu inaccessible, les hommes marocains ont été amenés à être plus présents à l’intérieur de la maison, et de la cuisine, espace et activité traditionnellement considérés comme féminins. Dans cet article, nous proposons d’explorer la production de nouvelles normes alimentaires5 via Internet à travers l’analyse de la présence des hommes en cuisine pendant la période de confinement et des diverses réactions que cela a généré.

3De manière générale, les recherches qui interrogent l’alimentation d’un point de vue du genre sont particulièrement limitées (Fournier et al. 2015) et sont davantage centrées sur les femmes (Diasio & Fidolini 2019). Plusieurs auteurs se sont tout de même intéressés à la question des hommes qui cuisinent dans les médias. Ces hommes y sont présentés comme l’incarnation de l’archétype masculin (Holden 2005), comme les représentants d’une nouvelle classe moyenne anglo-saxonne capable d’exercer un « art de vie quotidienne » conjugué au masculin (Hollows 2002, 2003a), ou encore comme l’expression du passage d’hommes traditionnels qui ne savent pas cuisiner à des hommes modernes et éduqués tout à fait à l’aise avec le travail domestique (Leer 2017). Cependant, les recherches qui interrogent les rapports de genre qui se tissent autour de l’alimentation dans les réseaux sociaux comme nouveaux « espaces de sociabilités » (Dang Nguyen et Lethiais 2016) sont rares, d’autant plus quand il s’agit d’une cuisine domestique, encore aujourd’hui associée à la féminité (Szabo et Koch 2017).

4Pour explorer la question de la transformation des normes alimentaires à travers le prisme du genre, nous avons porté notre attention sur les discours et les représentations sur l’alimentation de femmes et d’hommes au sein du groupe Facebook appelé « Kouzintna » (« Notre cuisine »). Ce groupe a été créé par des hommes en 2017 – ce qui constitue le premier critère de pertinence du choix de notre objet. Il se distingue aussi par sa mixité, une caractéristique que l’on ne trouve pratiquement pas dans les groupes Facebook dédiés à la cuisine - généralement animés par et destinés aux femmes.

5Ainsi, à partir de l’observation de ce groupe virtuel, nous souhaitons étudier les possibilités de changements des pratiques culinaires domestiques sous le prisme du genre. Observe-t-on des positions de renforcement des normes alimentaires genrées marocaines ou sont-elles, au contraire repensées ? Dans de tels cas, comment les personnes participant à Kouzintna s’y prennent-elles ? En quoi ces nouvelles aspirations peuvent-elles nous renseigner sur les transformations des rapports de genre en cours au Maroc ? Finalement, dans quelles mesures Internet permet-il une renégociation des normes alimentaires genrées au Maroc ? Internet serait-il, en ce sens, un nouvel espace de socialisation alimentaire où pourraient être remises en question certaines des habitudes alimentaires marocaines ?

6Dans la première partie, nous montrerons la façon dont les hommes se sont investis en cuisine pendant le confinement, en particulier dans la tâche du pétrissage du pain. Dans la deuxième partie, nous discuterons des résistances sociales, notamment féminines, face à cette tendance. Enfin, dans la dernière partie, nous essaierons de comprendre en quoi cet espace peut donner lieu à une redéfinition des représentations et des pratiques alimentaires genrées marocaines.

Méthodologie d’enquête

  • 6 Netnographie est un mot valise des mots « network » et « ethnographie » qui vient du monde du marke (...)

7Cet article est basé en premier lieu sur l’observation des interactions des membres d’un groupe Facebook arabophone durant la période de confinement. Ce groupe Facebook rassemble aujourd’hui plus de 13k membres, dont trois administrateurs et trois administratrices. Dans un premier temps, nous avons réalisé une observation de type netnographique6. Pour cela, nous avons procédé en deux temps :

  • 7 Selon la version électronique de lisan alarab disponible sur « www.lesanarab.com », le mot « akl » (...)
  • 8 La darija, est le nom de l’arabe dialectal, langue vernaculaire principale du pays.

8Une première période d’observation générale sur les réseaux sociaux (Facebook et Youtube notamment), qui a duré deux mois (juin et juillet 2020). Après avoir découvert l’existence du groupe Kouzintna, nous avons rapidement dépouillé le fil des publications de ce groupe en particulier pour dégager une vue d’ensemble sur les productions de discours sur l’alimentation et pour pouvoir repérer les mots et hashtags (métadonnée numérique) les plus récurrents. Parmi ceux-ci, nous avons trouvé les mots makla, et akl7, deux mots qui veulent dire « alimentation » : le premier en darija8 et le deuxième en arabe standard. L’observation se passant pendant la période de l’« état d’urgence sanitaire » au Maroc, le mot hajr qui signifie « confinement » a aussi été évoqué à maintes reprises.

9Dans une seconde phase, nous avons mobilisé des paramètres de filtrage dans le groupe Kouzintna en lançant des recherches successives avec les mots clés cités plus haut pour les années 2019 et 2020 afin de pouvoir comparer les publications avant et pendant le confinement. À noter que notre regard s’est porté à la fois sur les textes de ces publications et les commentaires qui y étaient associés.

10Collecter des données en ligne constitue une démarche qui comporte certains avantages. En effet, Internet est souvent considéré comme un espace où la parole serait plus libre (Cardon 2019) et où l’observation peut se faire de manière clandestine (Bernard 2004), permettant de capter la spontanéité des discours dans les publications et les commentaires associés : « les personnes peuvent se libérer des normes de l’environnement extérieur et peuvent créer une collectivité où de nouvelles normes et rituels sont conçus et où la domination des pouvoirs externes est absente, laissant ainsi place à une contre-culture » (Sayarh 2013 : 228). Cependant, la limite de cette méthode d’observation nous semble résider dans le fait que nous avons recueilli uniquement les informations que les internautes eux-mêmes souhaitaient communiquer sur cet espace. De plus, « une des caractéristiques importantes des plateformes relationnelles du web 2.0 tient dans l’articulation étroite qui existe entre la manière dont les utilisateurs présentent différents traits de leur identité et la visibilité que leur accorde la plateforme » (Cardon 2008 : 93). Cela nous a amenées à compléter ce travail d’observation sur le web par six entretiens compréhensifs avec des membres du groupe Kouzintna. Le recours aux entretiens s’est avéré indispensable pour appréhender le sens qu’accordaient ces internautes à leurs pratiques sur le numérique, et ce qu’ils en disaient. Nous avons interrogé quatre femmes et deux hommes en essayant de faire varier différentes variables dont la profession (un ingénieur, un chef cuisinier, une étudiante, une infirmière, une secrétaire et une responsable qualité), l’âge (entre 25 et 40 ans), l’origine géographique (Nord, Sud et centre du Maroc), l’intensité d’activité sur le groupe (très actifs vs. peu actifs) et le statut dans le groupe (administrateur ou administratrice, auteur ou autrice de publications, commentateur ou commentatrice).

11Par ailleurs, cette analyse s’est également appuyée sur le travail de terrain de plusieurs années sur l’alimentation et le genre dans l’espace urbain marocain d’une de nos autrices (Zirari, a, b, 2020 ; Soula et Zirari, 2022).

La cuisine du confinement

12Dès le début de la période de confinement, l’espace virtuel a rapidement été submergé par de nombreuses publications, blagues, caricatures et vidéos humoristiques et sarcastiques mettant en scène les hommes s’adonnant aux tâches domestiques. Ainsi, des hommes se sont-ils affichés portant des vêtements de femmes et s’activant à différentes tâches ménagères (lessive, ménage, etc.). Au côté de ces mises en scène, plusieurs commentaires mettaient en avant les conflits de couples que le confinement avait exacerbés. Ceux-ci concernaient principalement des discordes autour du partage de l’espace domestique et la difficulté pour les hommes comme pour les femmes à se supporter sous le même toit toute la journée. À ce sujet, une publication anonyme féminine a fait le tour des réseaux sociaux. Celui-ci associé l’homme à « la grande corona » et la Covid à une « petite corona », cette dernière étant considérée comme plus supportable et gérable que la première. Une autre série de publications a également été largement diffusée et commentée. Il s’agissait d’hommes en train de pétrir le pain.

Figure 1 : Capture d’écran d’une vidéo caricaturant un homme en train de faire le pain.

Figure 1 : Capture d’écran d’une vidéo caricaturant un homme en train de faire le pain.

Cette vidéo est une de celles qui a le plus circulé sur Internet pendant le confinement.

Groupe Kouzintna, Facebook, 2020.

La préparation du pain par les hommes

13La période de confinement a obligé les hommes à être plus présents à l’intérieur de la maison, marquant ainsi une grande différence avec la vie d’avant Covid. Ils ont pu assister au travail des femmes en cuisine. Même ceux qui n’entraient que rarement dans la cuisine – cet espace considéré comme féminin – s’y sont introduits, et certains se sont même initiés à la cuisine pendant cette période.

  • 9 L’mssemen (ou l’melloui, ou reghayef) est un type de crêpes marocaines à base de farine et cuites a (...)

14Étant donné que les hommes membres de Kouzintna sont des habitués de la cuisine, le confinement n’a cependant pas beaucoup impacté les différentes publications proposées par ces derniers. Mais, il y eut un aspect de leur investissement en cuisine que les membres hommes ont affiché différemment : la préparation du pain (lkhobz) et des crêpes (lemssemen9) : « c’est la troisième fois que je fais le pain durant ce confinement » nous dit ainsi un homme dans une publication d’avril 2020. En miroir, une phrase est apparue de manière fréquente dans les commentaires de femmes du groupe durant la période de confinement : « As-tu vu l’homme en train de pétrir ? (wache chefti rajel li kay3jen ?) ». L’étonnement suscité par cette pratique a également été évoqué en entretien : « Franchement, ça m’a vraiment fait rire au début. Je n’imaginais jamais voir des hommes en tablier en train de pétrir le pain. Des hommes qui font la vaisselle, qui font une omelette, d’accord, mais le pain !? (rires) » (Entretien 4, femme, secrétaire, 31 ans). Dans leurs expressions, les internautes évoquent donc cela comme s’il s’agissait d’une chose incroyable, nous renseignant ainsi sur cette représentation sexuée assignant le pétrissage et la préparation du pain dans l’espace domestique aux seules mains des femmes.

  • 10 Expression d’arabe standard sarcastique qui signifie que quelqu’un est un « gagnant » après un défi (...)

15Les discours associés aux nombreuses photos et vidéos mettant en scène des hommes en cuisine ont été de trois ordres. Des hommes, tout d’abord, se sont mis à préparer le pain comme s’il s’agissait d’une manière de faire passer le temps, de s’amuser. D’autres, se sont lancés le défi de surpasser les femmes dans la réalisation du pain et des crêpes, en se plaçant de fait sur le « terrain » de ces dernières, dans une activité reconnue comme relevant du savoir-faire des femmes : « mon cher frère, tu dois pétrir tout ça jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène... et après tu le laisses reposer un quart d’heure. (…) Je salue particulièrement les hommes qui ont montré de grands talents et ont surpassé les filles (kehrou l fatayates10) » (publication, T. R. Homme, 4 mai 2020). Enfin, des hommes célibataires, par crainte d’attraper la Covid en achetant le pain chez le boulanger, se sont mis à le faire eux-mêmes, en demandant de l’aide auprès des femmes du groupe Kouzintna : « les hommes célibataires n’avaient personne pour faire du pain. Au début du confinement, ils me posaient alors des questions sur les ingrédients de la pâte, sur les alternatives du four et même sur les graines qu’on ajoute pour la décoration finale » (Entretien 6, femme, responsable qualité, 27 ans).

  • 11 D’usage commun, beldi désigne un aliment, un objet ou un produit qui, par ce qualificatif, réfère l (...)

16La confection quotidienne du pain frais fait partie de l’alimentation de base des pays du Maghreb et ce depuis des siècles (Oubahli 2011). Au Maroc, on mange du pain à presque tous les repas. Il « doit tout simplement être là : c'est l'outil qui permet d’attraper les aliments, le vecteur du goût d'un plat, le garant de la satiété physique et est un signe du prendre soin et de l'hospitalité » (Graf 2018 : 244). Dans les imaginaires arabes, sa préparation est associée à la femme qui symbolise le foyer, la mère et même le peuple (Virolle-Souibes 1989). Dans la société marocaine, l’activité culinaire consistant à pétrir le pain à la maison est très largement pratiquée par les femmes et est fortement encadrée par des normes de genre, en suivant la division sexuelle de la préparation alimentaire. Traditionnellement, les femmes contrôlent la transformation et la cuisson alors que les hommes sont responsables de l’approvisionnement des matières premières, le transport des grains au moulin, et la pâte en direction des fours communs (Graf 2016). Jusqu’à une date récente, le pain était préparé à la maison et considéré comme l’une des activités quotidiennes centrales des femmes. Acheter son pain en boulangerie ne rentrait pas dans les habitudes alimentaires familiales. Les changements des modes de vie urbains – marqués notamment par le développement de boulangeries mécanisées et la disparition des structures de cuisson des pains (fours communs) et gâteaux dans les quartiers - ont favorisé le recours à d’autres usages et pratiques culinaires et alimentaires. Cette multiplication des boulangeries a généré une offre de variétés de préparations dites « maisons » (pain, galette, crêpes…) et de pains au levain dit de « tradition », beldi11 ou « dial dar » (« fait-maison ») accompagnant les changements de mode de vie en contexte urbain. Le statut du pain a ainsi connu un changement progressif vers une délégation de sa production aux boulangeries, prenant alors un poids symbolique fort dans les familles qui continuent à lui accorder un rôle d’indicateur de la qualité de ce qui se produit à la maison. En effet, « tous les pains ne sont pas égaux » (Graf 2018 : 244), et le « fait-maison » est un critère qui sert à définir le bon pain (Graf 2018).

  • 12 « D’apparence triviale, invisible tant il est familier, l’acte de pétrir participe en fait de la pu (...)
  • 13 Virolles-Souibes (1990 : 96) cite le passage de Rabah Belamri dans son roman Le soleil sous le tami (...)

17Sa préparation peut être sous-traitée à des tiers : principalement des mères de famille connues de la famille ou du voisinage, exerçant une activité artisanale de vente. Cependant, le pétrissage du pain12, comme la préparation de plusieurs autres recettes à base de céréales (blé, orge, etc.) reste une pratique marquante de l’activité domestique des femmes et de la socialisation des jeunes filles. Celles-ci y sont en effet initiées dès le plus jeune âge, et « la première tâche que devra accomplir une jeune mariée après trois jours de repos sera de pétrir une galette levée » (Virolles-Souibes 1990 : 96)13.

18L’histoire de la pâte levée, du pain et du pétrissage qui l’accompagne est ainsi présente dans la mémoire de plusieurs générations. Les femmes qui présidaient, dans un passé récent, au façonnage du pain, l’ont circonscrit dans le périmètre privilégié du savoir-faire exclusivement féminin. Ne pas maîtriser la confection du pain entraîne un jugement négatif, qui a tendance à s’effacer aujourd’hui, mais qui était auparavant déterminant dans l’appréciation des savoir-faire de la jeune mariée. On comprend alors bien que le fait de voir des hommes pétrir la pâte fait réagir plusieurs femmes sur les réseaux sociaux. Comment les hommes pourraient-ils présider à cette pratique aussi chargée culturellement et symboliquement ?

Le pétrissage du pain : une obligation sociale pour les femmes, une activité récréative pour les hommes

19Pratiquement aucun repas n’étant pris sans pain, les femmes ont été acculées à sa préparation quotidienne pendant le confinement, alors que cette activité pouvait être de temps en temps externalisée : « avant le Covid, on se permettait d’acheter parfois du pain de boulanger quand ma mère avait d’autres tâches à faire, le jour du lavage par exemple. Mais actuellement, avec le corona, on a trop peur. Alors ma mère est obligée de faire du pain chaque jour. Même si elle n’a pas le temps ; elle doit trouver un moment pour le faire » (Entretien 1, femme, infirmière, 28 ans).

  • 14 Expression humoristique égyptienne qui veut dire que quelqu’un prend de l’avance dans un domaine en (...)
  • 15 Batbout (ou chiyar, ou bouchiyar) est un type de pâte levée marocaine dont la préparation se fait a (...)

20Plusieurs de nos interlocutrices nous ont affirmé que cette tâche s’était ajoutée à leur quotidien sans que cela ne soulève la moindre interrogation au sein de leur entourage. A contrario, quand les hommes se sont mis à pétrir la pâte, à préparer le pain ou/et les crêpes, cette activité a été perçue comme une valeur ajoutée, un sujet d’admiration et a fait le tour des réseaux sociaux : « je suis venue vous informer que mon frère et votre ami H.K. révise sans vous (biyezakir min warakom14), et il a pétri du batbout15 qui s’est levé. Et voici le résultat final. Le fait que le batbout s’est levé indique qu’il l’a réussi. Il est parfait (nadi). Merci (rires) » (publication, Z.K. femme, 9 mai).

21Les femmes se sont donc sentis obligées de préparer le pain pour toute la famille alors que les hommes l’ont fait par curiosité, par défi ou simplement pour s’amuser. Comme d’autres auteurs l’ont montré, l’activité domestique, qui plus est la cuisine, relève davantage du choix personnel pour les hommes, une option qu’ils peuvent faire ou délaisser à leur guise, tandis qu’il s’agit d’une obligation sociale pour les femmes (Szabo 2012 ; Hollows 2003b ; Szabo et Koch 2017). Les hommes sont plus à même de considérer la cuisine comme un loisir que les femmes parce qu'ils ont plus de flexibilité quant au moment et à la manière de cuisiner, et que leur identité est moins investie dans l'alimentation et les soins aux autres (Aarseth et Olsen 2008 ; Cairns et al. 2010 ; Hollows 2003a ; Julier 2002). En ce sens, Bourdieu nous rappelle que : « les mêmes tâches peuvent être nobles et difficiles, quand elles sont réalisées par des hommes, ou insignifiantes et imperceptibles, faciles et futiles, quand elles sont accomplies par des femmes ; comme le rappelle la différence qui sépare le cuisinier de la cuisinière, le couturier de la couturière, il suffit que les hommes s’emparent de tâches réputées féminines et les accomplissent hors de la sphère privée pour qu’elles se trouvent par-là ennoblies et transfigurées » (Bourdieu 1998 : 86).

22En janvier 2019, un homme a ainsi déclenché un débat sur Kouzintna en publiant la question suivante : « mais pourquoi la cuisine des hommes est-elle plus délicieuse (bnina) que celles des femmes ? ». Cette question a suscité 95 commentaires dont 5 écrits par des hommes. Les réactions vont à peu près toutes dans le même sens : « Parce que les hommes cuisinent seulement de temps en temps et même rarement, ou lorsqu’ils se retrouvent dans l’obligation de le faire, et ils prennent alors tout leur temps pour se concentrer sur cette tâche. C’est ainsi que le plat devient bon, contrairement aux femmes, pour qui la cuisine devient rapidement une routine ennuyeuse et cherchent donc à ce que ce soit le plus rapide possible » (homme, janvier 2019) ; « C’est vrai mais je ne sais pas pourquoi. Sûrement parce qu’ils cuisinent pour le plaisir et non pas par contrainte » (femme, janvier 2019) ; « parce qu’ils cuisinent dans la bonne humeur, avec patience et passion (chaghaf) » (femme, janvier, 2019) ; « parce que vous, les hommes, vous n’entrez dans la cuisine que très rarement, contrairement à nous. On en a marre » (femme, janvier 2019).

23Ainsi, en s’affichant sur les réseaux sociaux, les hommes déplacent cette activité culinaire de l’espace privé et fermé qu’est la cuisine à l’espace public et ouvert qu’est Internet. Cette activité, longtemps exercée en silence et en grandes quantités par les femmes s’affiche désormais sur la toile. Ce faisant, ces hommes se mettent aussi à parler un langage domestique, ou plutôt leur langage devient domestique (Naguib 2015). Ils n’appartiennent plus seulement à l’espace « du dehors », mais pénètrent l’espace du foyer, c’est-à-dire l’espace « du dedans ». Néanmoins, la majorité de ces hommes s’adonnent à l’activité culinaire principalement pour se divertir ou pour leur consommation individuelle, tandis qu’elle représente encore une obligation sociale pour les femmes, qui les contraint à un travail quotidien pour l’ensemble de la famille.

Résistances sociales et redéfinition de la masculinité

24La visibilité d’hommes qui cuisinent à l’intérieur de leurs maisons, auprès de leurs femmes et de leurs enfants, devant leurs voisins et amis, est un signe fort de changement social dans les rapports de genre. Mais comme tout changement, cela ne se fait pas sans mouvements de résistance. Une des femmes membre de Kouzintna témoigne de sa fierté de voir son mari préparer un tajine aux sardines et exprime son enthousiasme en partageant la vidéo de sa préparation sur sa chaine Youtube. Cette publication a cependant suscité plusieurs réactions de ses amies. Elle nous explique : « j’ai dernièrement partagé la vidéo de mon mari sur Youtube mais mes amies ont commencé à me faire des remarques, par exemple : tu as du pouvoir sur lui (hakma fih), ou bien, tu l’as même fait entrer dans la cuisine (dekheltih htal kouzina)) » (Entretien 6, femme, responsable qualité, 27 ans). Ces deux expressions utilisées par les amies de cette femme sont révélatrices des perceptions traditionnelles des rapports hommes-femmes constituant l’« ordre sexué » (Sénac-Slawinski 2007). C’est un ordre essentialisé suivant lequel les femmes et les hommes ne tiennent pas le même pouvoir et rôles dans le couple.

  • 16 Dans « Masculin-féminin. La pensée de la différence », Françoise Héritier définit la « valence diff (...)

25Pour certaines femmes, la pratique de la cuisine domestique par les hommes marocains serait considérée comme synonyme d’un désordre dans « la hiérarchie masculin-féminin16», voir d’une régression de l’époux. Dans plusieurs publications et commentaires, le mari qui cuisine est appelé « l’homme de sa femme » (rajel mrato) : une expression qui, comme les deux précédentes, signifie l’état d’un homme dénué de pouvoir, incapable d’avoir son mot à dire au sein de son foyer.

26En cela, ces femmes expriment leur perplexité face à ces initiatives, ce renversement des pouvoirs et des rôles associés qui perturberait les relations de genre en touchant à un savoir-faire clé de l’activité des femmes. Cette attitude interpelle les stéréotypes portés par ces femmes à l’égard des rôles des hommes dans le champ domestique. Le fait que des hommes pétrissent la pâte serait un indicateur de leur soumission au pouvoir de leurs femmes ; ces femmes ne croyant pas en la possibilité d’un changement dont les hommes seraient les instigateurs. La pratique des activités culinaires domestiques par des hommes s’entrechoque en fait avec des représentations traditionnelles figées de la masculinité.

27Le fait que des hommes s’investissent dans cette activité chargée de symbole consacre pourtant un début de changement dans leur rapport sexué à l’alimentation et dans leur rapport à la masculinité :

« Je vois que, dernièrement, dans ce groupe, Kouzintna, certains hommes partagent de la cuisine et c’est une très bonne chose qui n’existait pas avant au Maroc. L’homme n’entrait jamais en cuisine. Le jour où la femme allait au hammam ou si elle avait du linge à faire par exemple, les enfants ne mangeaient que du thé et du pain (khobz w’atay) ou ils restaient affamés. Ils savaient que leur père n’allait pas cuisiner. Par contre, chez la jeunesse, maintenant, même quand d’habitude c’est la femme qui cuisine, on voit l’homme qui adore cuisiner lui aussi (li kayaâchek tahowa yteyeb). Des jours, il lui dit “ ne fais rien, c’est moi qui fais à manger, je veux cuisiner, c’est moi qui vais cuisiner pour vous aujourd’hui, c’est moi qui vais vous faire... ”. Je ne sais pas, d’ici deux ans peut-être, nous pouvons atteindre un… On cesse de voir dans l’homme, s’il entre en cuisine, des moqueries comme l’ancienne génération. L’homme était… c’est-à-dire qu’il ne devait pas apparaître (ybane) à la cuisine ni même faire le service (ytessekher). Il devait être cet homme qui apporte de l’argent, qui fait les courses (li yetekeda) et c’est lui qui devait avoir du pouvoir dans les affaires (houwa li yetehekem felmasaîle). Et qu’elle, apporte (tass) tout jusqu’à lui. Non il n’y a plus ça ! (mabkach dakchi) » (entretien 3, homme, chef cuisinier, la quarantaine).

28À l’instar de cet homme, d’autres vont également à l’encontre des représentations dominantes et se retrouvent en distanciation par rapport aux normes sociales véhiculées notamment par la génération de leurs mères qui perpétuent encore aujourd’hui l’idée de l’essentialité du travail domestique en tant qu’attribut du féminin. Il s’agit là pour nous de la manifestation d’un nouveau type de masculinités qui s’assument dans les activités qu’ils choisissent au-delà de leur statut de « masculinité hégémonique » (Connell 2014). Ils s’ouvrent à l’idée d’investir les cuisines plutôt que de rester de simples consommateurs. Nous rejoignons alors Connell pour dire que les masculinités se construisent de manière inventive et processuelle. En augmentant leur participation à la sphère alimentaire domestique, ces hommes façonnent, d’une certaine manière, de nouvelles identités masculines valorisables au sein d’une classe sociale marocaine aisée et éduquée.

Des normes de genre bousculées à l’ère d’Internet et des possibilités de nouvelles socialisations alimentaires

29Durant la période du confinement, certains hommes ont partagé sur la toile leur prise de conscience par rapport au travail domestique éreintant que les femmes assument depuis toujours : « avant, je préférais rester au coin de la rue avec les copains, plutôt que de me faire à manger. Maintenant tout cela a changé. Aujourd’hui, plus je cuisine des plats difficiles comme le couscous, rfissa et le pain, plus je revois et je repense à tout le poids (hemel) qui était sur le dos de ma mère quand nous étions enfants » (Entretien 3, homme, la quarantaine).

30On voit donc apparaître des discours portant des signes de changements intéressants et qui montrent l’intérêt d’une frange de la population masculine pour les pratiques culinaires, et la compréhension des efforts quotidiens que celles-ci demandent. L’assignation à domicile provoquée par le confinement a clairement favorisé l’appréhension du point de vue des femmes par certains hommes Car, si l’alimentation peut être source de plaisir, elle est aussi un travail de tous les jours, et fait appel à de nombreux savoirs et savoir-faire.

  • 17 La traduction littérale est : « c’est mauvais à raconter ».

31A ce propos, certains hommes expriment leurs regrets de ne pas savoir cuisiner, à l’instar de cet homme qui interpelle les membres du groupe Kouzintna : « La bouffe de la rue m’a épuisé. Donnez-moi de bonnes recettes qui soient simples parce que je ne sais pas cuisiner ! C’est une honte (khayba tal taâwida17) » (publication, homme, décembre, 2019). La compétence culinaire quotidienne (Hollows 2002) commence ainsi à bousculer sensiblement les frontières entre le masculin et le féminin. Lors d’un entretien, une des administratrices du groupe Kouzintna, responsable qualité et animatrice de cuisine nous a exprimé son étonnement en voyant la dynamique masculine des publications durant le confinement : « jdida âlya » (« c’est nouveau pour moi »). Elle nous dit être vraiment surprise quand elle reçoit des messages d’hommes lui demandant des conseils et astuces pour la réalisation de certains plats et qu’en même temps, elle-même peut se retrouver à demander des conseils auprès d’autres hommes.

32Sur les réseaux sociaux, des hommes sont aujourd’hui capables de parler cuisine et/ou de préparer à manger sans un sentiment de stigmatisation. Ils osent s’introduire dans une activité longtemps considérée comme une « affaire de femmes » (sou9 nssa).

Figure 2 : Un homme s’affichant en train de pétrir le pain

Figure 2 : Un homme s’affichant en train de pétrir le pain

Cette bague, typiquement masculine dans la société marocaine, indique qu’il s’agit d’une main d’homme.

Groupe Kouzintna, Facebook, 2020.

33Lors d’un entretien, une de nos interlocutrices nous dit par exemple à propos d’un membre de Kouzintna : « Cet homme a l’audace (joraâ) de porter le tablier et de rentrer dans la cuisine. C’est une personnalité forte (chakhssiya kwiya) ! » (Entretien 1, femme, infirmière, 28 ans). À travers une étude sur les couples français hétérosexuels, Angèle Fouquet a montré que les hommes qui cuisinent à la maison sont généralement plus diplômés que la moyenne, de revenu confortable, ont connu la vie indépendante et estudiantine et s’écartent de la norme avec un désir de distanciation par rapports aux normes genrées. Toutefois, cela n’est pas suffisant pour parler d’un renversement des rôles au sein du foyer (Fouquet 2019). D’après notre étude aussi, la charge mentale liée à l’alimentation de la famille affecte surtout les femmes qui déploient alors différentes stratégies pour adapter cette gestion quotidienne aux emplois du temps professionnels et familiaux (Zirari 2020a).

34Sur Kouzintna, plusieurs femmes osent ainsi prendre la parole pour dire leurs envies de changement des normes genrées. Cet échange entre un homme et plusieurs femmes nous éclaire à ce propos. Un homme demande : « J’ai une question pour vous les filles. Pourquoi la femme marocaine de ce millénaire n’innove pas dans la préparation du pain ? ». Plusieurs femmes ont ainsi répondu : « ben, vas-y toi ! Fais-toi plaisir et pétris les différents types de pains qui te plairont ! Et fais ainsi plaisir à ta femme ! », ou « pourquoi cette question est-elle seulement dirigée vers les femmes ? Est-ce parce que la préparation du pain ne concerne que les femmes ? », ou bien encore : « peut-être parce que les femmes sont obligées de sortir travailler pour aider leurs maris à subvenir aux besoins de la famille ; mais aussi parce qu’elles ont sur le dos toutes les tâches ménagères et l’éducation des enfants pendant que leurs époux sont assis et naviguent sur Facebook pour demander “pourquoi la femme marocaine n’innove pas” » (publications, mars 2019).

35Dans Kouzintna, les femmes, aussi bien que les hommes, sont impliqués dans la production de nouvelles normes alimentaires. En analysant les discours sur la cuisine familiale des hommes et des garçons dans la culture populaire et les médias, les divers auteurs de l’ouvrage collectif de Szabo et Koch intitulé « Food, Masculinities and Home », montrent également comment les nouveaux discours médiatiques participent à l’éducation culinaire des enfants et influencent la construction de nouvelles pratiques alimentaires ainsi que de nouvelles manières de concevoir les identités de genre relatives à l’activité culinaire (Szabo et Koch 2017). En ce sens, Internet permet, dans une certaine mesure, de favoriser et d’accélérer le processus déjà à l’œuvre dans la société marocaine de renégociation des constructions de masculinité et de féminité. En effet, « les qualités prêtées à Internet – dont son caractère anonyme, démocratique et “expressif” – sont considérées comme propices à l’expression d’une pluralité de normes, de pratiques et d’identités sexués » (Bergström et Pasquier 2019 : 2). Kouzintna peut ainsi être perçu comme un espace dans lequel sont transgressées certaines constructions sociales genrées, tout en amorçant de nouvelles possibilités de socialisation alimentaire. Véritable lieu de partage, où les débats permettent une appropriation collective de l’information, Internet rend possible la socialisation entre pairs en dehors du contexte familial.

Conclusion 

36Kouzintna est une communauté de mangeuses et de mangeurs qui partagent un intérêt singulier. Leur slogan « notre cuisine nous réunit » résume un nouveau type de lien social qui regroupe des femmes et des hommes – et c’est ce qui en fait sa particularité – autour de l’alimentation.

37La visibilité choisie et assumée d’hommes dans ce groupe est à mettre en lien avec l’émergence de « nouvelles masculinités domestiques » (Szabo et Koch 2017). Ces dernières permettant de repenser et d’actualiser les rapports d’ordinaire inégalitaires et hiérarchiques entre les hommes et les femmes, en relation avec la socialisation et la construction historique des identités sexuées.

38L’analyse des discours et des pratiques alimentaires sur Internet, en particulier la préparation du pain, abordé d’un point de vue du genre, nous permet d’affirmer l’investissement de l’espace domestique culinaire par certains hommes dans le contexte de confinement de la crise sanitaire. Certaines femmes, en partageant les photos de leurs frères, leurs époux ou leurs fils s’initiant à cette « activité de femmes », expriment, elles aussi, leur adhésion à ce mouvement. Pourtant, ces hommes, en s’introduisant dans les cuisines, ont touché à une tâche chargée de sens et liée symboliquement et depuis très longtemps dans les imaginaires arabes au sexe féminin (Virolles-Souibes 1989).

39Ce mouvement sur les réseaux sociaux traduit une réalité sociale mais rencontre parfois des résistances sociales notamment de la part des femmes. Ces résistances sont souvent l’illustration de désaccords entre les générations. Toutefois, cette nouvelle tendance de partage de contenu culinaire sur le web par les hommes contribue à une possible « socialisation inversée » (Ward 1974). Par ce processus, une génération jeune et connectée montre des signes d’émancipation et essaie de les « normaliser » aux yeux des générations précédentes dont les représentations sont encore marquées par la division sexuelle du travail domestique.

40Cette nouvelle socialisation alimentaire sur Internet vient donc bousculer les habitudes et les représentations alimentaires ainsi que les normes qui les encadrent. Ce phénomène crée ainsi une porosité de la frontière entre le masculin et le féminin et une redéfinition de la masculinité.

41Ce travail de terrain combinant observation netnographique et entretiens classiques nous montre donc que l’espace numérique peut être un lieu de changement normatif. Cette exposition au collectif de l’expérience culinaire masculine au sein du groupe Kouzintna peut s’apparenter à une certaine forme de réflexivité critique à l’égard du partage de rôles sexués de genre. Cependant, même si nos résultats confirment la possibilité d’un mouvement d’émancipation sur Internet dans lequel les hommes s’ouvrent à l’idée de participer à la cuisine, nous nous devons de rester prudentes face à cette nouvelle dynamique. La cuisine peut être source de plaisir, de créativité, de commensalité et de partage quand elle est investie de manière épisodique par les hommes et les femmes. Cependant, ce même plaisir est vécu différemment par les hommes que par les femmes, en partie parce que l’on attend toujours de ces dernières qu'elles prennent soin des autres contrairement aux hommes qui restent moins confrontés aux normes du genre (Cairns et al. 2010). De plus, le caractère obligatoire et quotidien de l’activité culinaire, nécessitant de mobiliser un effort permanent de prévision, planification et préparation, explique toute la charge mentale qu’elle tend à générer chez les femmes, qui n’y trouvent alors plus aucun plaisir.

42Ces changements à l’œuvre ne sont alors pas suffisants pour défaire « l’ordre alimentaire genré » (Fournier et al. 2015) ou effacer les logiques sous-jacentes à la hiérarchie entre les sexes qui perdure et caractérise les rapports sociaux entre hommes et femmes dans la société marocaine. L’analyse des discours et pratiques, observés via les réseaux sociaux numériques, permet plutôt de souligner l’émergence d’arrangements entre les sexes, à partir de rapprochements pratiques autour d’une activité commune.  Reste à se demander dans quelle mesure ces adaptations pourraient-elles préfigurer un changement pérenne dans le rapport entre les hommes et les femmes face aux activités culinaires.

Top of page

Bibliography

AARSETH H. & OLSEN B. M. 2008. «Food and masculinity in dual-career couples», Journal of Gender Studies, 17 (4) : 277-287. 

BERGSTRÖM M. & PASQUIER D. 2019. « Genre & Internet. Sous Les imaginaires, Les usages ordinaires », RESET [En ligne], n° 8.

BERNARD Y. 2004. « La netnographie : une nouvelle méthode d’enquête qualitative basée sur les communautés virtuelles de consommation », Décisions Marketing, 36 : 49-62.

BOURDIEU P. 1998. La domination masculine. Paris : Seuil.

CAIRNS K., JOHNSTON J. & BAUMANN S. 2010, « Caring about food », Gender & Society, 24 (5) : 591-615. 

CARDON D. 2008. « Le design de la visibilité : Un essai de cartographie du web 2.0 » Réseaux, 152 (6): 93-137.

CARDON D. 2019. Culture numérique. Paris : Presses de Sciences Po.

CONNELL R. 2014. Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris : Amsterdam.

DANG NGUYEN, G. & LETHIAIS, V. 2016. « Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité. Le cas de Facebook », Réseaux, 195 (1) : 165-195.

DIASIO N. & FIDOLINI V. 2019. « Garder le cap. Corps, masculinité et pratiques alimentaires à l’âge critique », Ethnologie française, dossier thématique « L’optimisation de soi », 176 (4) : 751-767.

FOUQUET A. 2019. « Quand les hommes cuisinent au quotidien. Vers la “masculinisation” d’une pratique domestique », Terrains et Travaux, 35 (2) : 161-182.

FOURNIER T. JARTY J. LAPEYRE N. & TOURAILLE P. 2015. « L’alimentation, arme du genre », Journal des anthropologues, 140-141 : 19-49.

GRAF K. 2016. “Beldi matters: Negotiating proper food in urban Moroccan food consumption and preparation”, In: Bergeaud-Blackler, Florence and Fischer, Johan and Lever, John, (eds.), Halal Matters: Islam, Politics and Markets in Global Perspective. Abingdon; New York: Routledge: 72-90.

GRAF K. 2018. “Cereal Citizens: Crafting Bread and Belonging in Urbanising Morocco”, Paideuma, (64) : 244-277.

HÉRITIER F. 1996 (1981). Masculin, Féminin. La pensée de la différence. Paris : Odile Jacob.

HOLLOWS, J. 2002. « The Bachelor Dinner: Masculinity, Class and Cooking in Playboy, 1953–61 », Continuum: Journal of Media and Cultural Studies, 16 (2) : 143–55.

HOLLOWS J. 2003a. « Oliver’s twist: Leisure, labour and domestic masculinity in The naked chef», International Journal of Cultural Studies, 6 (2) : 229-48.

HOLLOWS J. 2003b. « Feeling like a domestic goddess. Postfeminism and cooking », Cultural Studies, 6 (2): 179-202.

HOLDEN, T.J.M. 2005. « The overcooked and the underdone: masculinities in japan food programming », Food and Foodway, 13 (162): 39-65.

JULIER A. & LINDENFELD L. 2005. «Mapping men onto the menu: Masculinities and food». Food and Foodways, 13 (1-2) : 1-16.

LEER J. 2017. « If you want to, you can do it! »: Home cooking and masculinity makeover in Le Chef contre-attaque », in Szabo M & Koch S. 2017. Food, Masculinities, and Home. Interdisciplinary Perspectives, Londres, Bloomsbury Publish: 182-196.

NAGUIB N. 2015. Nurturing masculinities: Men, food and family in contemporary Egypt. Austin, Texas University Press.

OUBAHLI M. 2011. La main et le pétrin. Alimentation céréalière et pratiques culinaires en Occident musulman au Moyen Âge, Casablanca : Fondation du Roi Abdul‐Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, 1(8).

SAYARH N. 2013. « La netnographie : mise en application d'une méthode d'investigation des communautés virtuelles représentant un intérêt pour l'étude des sujets sensibles », Recherches Qualitatives, 32 (2): 227-251.

SOULA A. & ZIRARI H. 2022, à paraître. « Le goût des origines. De quelques représentations du “bien manger” en milieu urbain marocain ». Anthropology of food.

SZABO M. 2012. « Foodwork or Foodplay? Men’s Domestic Cooking, Privilege and Leisure », Sociology, 47 (4) : 623-638.

SZABO M. & KOCH S. 2017. Food, Masculinities, and Home. Interdisciplinary Perspectives, Londres, Bloomsbury Publish.

VIROLLES-SOUIBES M. 1989. « Pétrir la pâte, malaxer du sens. Exemples kabyles ». Techniques et Culture, 13 : 73-100.

WARD S. 1974. « Consumer Socialization », Journal of Consumer Research, 1 (2) : 1-14.

ZIRARI H. 2020a. « (S’en) sortir de la cuisine ! Reconfigurations des rapports de genre et pratiques alimentaires à Casablanca », in Soula, A., Yount-André C., Lepiller O., Bricas N. (ed.). Manger en ville : regards socio-anthropologiques d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Versailles : Quæ: 33-45.

ZIRARI H. 2020b. « Entre alimentation (makla) et nutrition (taghdia). Arbitrages et réinvention au quotidien des pratiques alimentaires en contexte urbain », Hesperis-tamuda, 55 (4). Dossier spécial : Partie III: 359 -385.

Top of page

Notes

1 Les Marocaines et Marocains, tous âges confondus entre 16 à 64 ans, passent en moyenne 3 heures et 31 minutes quotidiennes sur Internet via leur appareil mobile (Agence Nationale de réglementation et de télécommunication, « Enquête de collecte des indicateurs des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) auprès des ménages et des individus au niveau national au titre de l’année 2018 », 2019, https://www.anrt.ma/indicateurs/etudes-et-enquetes/enquete-annuelle-marche-des-tic (consulté le 14/12/20)

2 Selon l’« Enquête de collecte des indicateurs TIC auprès des ménages et des individus, au niveau national au titre de l’année 2018 », les réseaux sociaux continuent de progresser au Maroc (Agence nationale de réglementation des télécommunications au Maroc, ANRT).

3 Pendant la période de confinement, les Marocaines et Marocains sur « les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, ont publié 167.705 blogs (soit 81% de plus que les 30 précédents jours) et 4,5 millions de commentaires (86% de plus) sur Facebook. De même, ils ont publié 313.871 tweets et retweets sur Twitter dans la même période (soit 80% de plus que les 30 précédents jours ». (Rapport de gestion de l'état d'urgence sanitaire au Maroc, CEDHD, Juillet 2020 : 133).

4 Dans le cadre de la stratégie visant à freiner la propagation de la Covid, le Maroc a déclaré l’ « état d’urgence sanitaire », à partir du 20 mars 2020. En tête des mesures adoptées lors de cette période, figure le confinement, pendant lequel il y eut une restriction de la circulation et l’obligation de se munir d’un justificatif administratif attestant de l’urgence du déplacement. L’espace public est ainsi devenu inaccessible. Les écoles, les mosquées, les cafés et les restaurants ont été fermés. Seuls les services vitaux sont restés ouverts (hôpitaux, police, nettoyage, supermarchés et marchés de vente des produits de première nécessité). L’allègement de ces mesures s’est opéré de manière graduelle en suivant la situation épidémiologique des zones géographiques du pays avec le maintien de l’ « état d’urgence sanitaire ».

5 Pour cette contribution, nous avons utilisé le terme de « norme alimentaire » dans l’acception de Jean-Pierre Poulain : les normes alimentaires sont l’« ensemble de conventions relatives à la composition structurelle des prises alimentaires – repas et hors repas – et aux conditions et contextes de leur consommation » (Poulain 2002 : 66).

6 Netnographie est un mot valise des mots « network » et « ethnographie » qui vient du monde du marketing. Selon Yohan Bernard, « la netnographie est une méthode d’enquête qualitative qui utilise Internet comme source de données en s’appuyant sur les communautés virtuelles de consommation. Elle analyse essentiellement – mais pas uniquement – les actes communicationnels des membres d’une communauté virtuelle de consommation en cherchant à leur donner sens » (Bernard 2004 : 4).

7 Selon la version électronique de lisan alarab disponible sur « www.lesanarab.com », le mot « akl » signifie la nourriture qu’on mange (consulté le 11.12.2020).

8 La darija, est le nom de l’arabe dialectal, langue vernaculaire principale du pays.

9 L’mssemen (ou l’melloui, ou reghayef) est un type de crêpes marocaines à base de farine et cuites avec de l’huile. Son mode de préparation est complexe. Il faut d’abord mélanger la farine, le sel, la levure et l’eau. Il faut ensuite, bien pétrir la pâte, et la laisser reposer (30 mn à 2 heures selon les recettes) ; et, enfin, couper la pâte en petites boules qu’on nappe par la suite avec une fine couche d’huile et qu’on laisse reposer une seconde fois. L’avant dernière étape consiste à étaler les boules de pâte, les huiler et les plier en forme de rectangles pour les cuire dans une poêle huilée.

10 Expression d’arabe standard sarcastique qui signifie que quelqu’un est un « gagnant » après un défi ou dans un domaine.

11 D’usage commun, beldi désigne un aliment, un objet ou un produit qui, par ce qualificatif, réfère littéralement au « pays », et par extension, au local, à l’origine, à la « tradition », à ce qui serait « authentique ».

12 « D’apparence triviale, invisible tant il est familier, l’acte de pétrir participe en fait de la puissante trame qui réassure les identités sociales et affectives. Il est associé au foyer, à la mère, aussi au « peuple », enfin au corps : celui de l’effort produit, celui de la force restaurée » (Virolles-Souibes 1989 : 74).

13 Virolles-Souibes (1990 : 96) cite le passage de Rabah Belamri dans son roman Le soleil sous le tamis : « après le petit déjeuner, ma mère chauffait de l’eau, tirait de la semoule et commençait à pétrir la galette dans un immense plat de bois qu’elle coinçait entre ses jambes écartées. Mes petites sœurs l’entouraient et recevaient chacune une boule de pâte de la grosseur d’une noix qu’elles se mettaient à malaxer, à l’instar de la mère, sur le large bord du plat, pour finir enfin par modeler une galette miniature qui serait cuite avec les autres. Un jeu auquel je ne pouvais pas m’adonner en tant que garçon » (Le soleil sous le tamis, 1982 : 163).

14 Expression humoristique égyptienne qui veut dire que quelqu’un prend de l’avance dans un domaine en cachette.

15 Batbout (ou chiyar, ou bouchiyar) est un type de pâte levée marocaine dont la préparation se fait avec un mélange léger de farine, d’eau et de levain. Sa cuisson est réussie (dans une poêle) lorsque ce pain est levé en galettes vides à l’intérieur.

16 Dans « Masculin-féminin. La pensée de la différence », Françoise Héritier définit la « valence différentielle des sexes » qui est « un rapport conceptuel orienté, sinon toujours hiérarchique entre le masculin et le féminin, traduisible en termes de poids, de temporalité (antérieur, postérieur) de valeur » (Héritier 1981 : 24).

17 La traduction littérale est : « c’est mauvais à raconter ».

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Capture d’écran d’une vidéo caricaturant un homme en train de faire le pain.
Caption Cette vidéo est une de celles qui a le plus circulé sur Internet pendant le confinement.
Credits Groupe Kouzintna, Facebook, 2020.
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13054/img-1.jpg
File image/jpeg, 77k
Title Figure 2 : Un homme s’affichant en train de pétrir le pain
Caption Cette bague, typiquement masculine dans la société marocaine, indique qu’il s’agit d’une main d’homme.
Credits Groupe Kouzintna, Facebook, 2020.
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13054/img-2.jpg
File image/jpeg, 47k
Top of page

References

Electronic reference

Hayat Zirari, Audrey Soula and Hajar El Alami, « « As-tu vu l’homme en train de pétrir le pain ? » », Anthropology of food [Online], S17 | 2022, Online since , connection on 12 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/aof/13054 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.13054

Top of page

About the authors

Hayat Zirari

anthropologue, Université Hassan II, Casablanca, Maroc, hzirari@gmail.com

Audrey Soula

anthropologue, Cirad, UMR MoISA, 34398 Montpellier, France ; MoISA, Univ Montpellier, Ciheam-IAMM, Cirad, INRAE, Institut Agro Montpellier, IRD, Montpellier, France.

By this author

Hajar El Alami

titulaire d’un master “Institutions et organisations sociales”, Université Hassan II, Casablanca, Maroc, elalamihajar@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search