Skip to navigation – Site map

HomeSpecial Issues: from thematic wor...S17Genre et alimentation à l’épreuve...

Genre et alimentation à l’épreuve de la vie urbaine en Afrique, Amérique Latine et Asie

Gender and foodways in urban life contexts in Africa, Latin America and Asia
Audrey Soula, Olivier Lepiller and Nicolas Bricas

Full text

1Dans la littérature scientifique en sciences humaines et sociales sur l’alimentation, la question du genre n’est abordée que depuis une trentaine d’années, souvent pour souligner la division sexuelle du travail relatif à l’alimentation, un domaine où les femmes portent la plus grande part de la charge physique et mentale, de l’agriculture à la cuisine. Des formes d’exclusion, de discrimination et de domination liées à cette division ont été mises en lumière (Mathieu 1985 ; DeVault 1994 ; McIntosh & Zey 1998 ; Counihan 1999 ; Counihan & Kaplan 2013 ; Brady et al. 2018).

2En 2015, la parution d’un numéro thématique du Journal des anthropologues intitulé “L’alimentation, arme du genre” témoigne d’un effort de synthèse sur cette question dans l’univers académique francophone. Dans l’introduction de ce numéro, Fournier, Jarty, Lapeyre et Touraille (2015), identifient deux autres champs thématiques, plus récemment constitués, qui viennent compléter l’étude des rapports entre genre et alimentation qui s’intéressent aux pratiques de discrimination dans la consommation alimentaire et le champ de celles qui portent sur la construction socialement différenciée, selon le genre et à travers l’alimentation, des corps et des consciences.

3Ces différentes approches ont permis d’établir solidement un fait socioculturel attesté à travers le monde : l’alimentation, en particulier l’alimentation domestique, est un terrain privilégié de construction et de reproduction des modèles normatifs de genre ainsi que des inégalités de traitement qui les accompagnent. Des travaux ont porté sur les intersections entre classe et genre, insistant sur la rigidité des modèles normatifs (Parsons 2015, 2016), ou pointant une certaine plasticité sous contrainte (Cardon 2015). D’autres travaux ont souligné comment les activités alimentaires pouvaient offrir aux femmes des espaces de créativité, d’expressions de leurs compétences et de résistance (Abarca 2006 ; Aviakan & Haber 2005), ou encore de prise de pouvoir (Hassoun & Crenn 2014 ; Robson 2006 ; Schroeder 2006). La lecture critique de la domination masculine peut s’articuler avec une attention portée aux phénomènes de retournement des stigmates et analyser la cuisine comme un espace politique de revendication (Verschuur, Guérin & Guétat-Bernard 2014) et de reconnaissance de nouveaux enjeux politiques (Guérin et al. 2019).

4 Dans la littérature sur les pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie, la question du genre est le plus souvent appréhendée dans cette même perspective critique (Riley & Dodson 2019). Ainsi, par exemple, le rôle-clé des femmes dans la production alimentaire, sa transformation, sa circulation et, plus largement, dans la sécurité alimentaire des ménages et des communautés, a souvent été souligné, révélant leurs capacités d’innovation mais dénonçant aussi leur invisibilité sociale (Bisilliat 1996 ; Guétat-Bernard & Saussey 2017 ; Guétat-Bernard 2017 ; Lourme-Ruiz 2017 ; Gaillard et al. 2019). Cette littérature s’intéresse principalement aux femmes ou aux rôles féminins. La construction des rôles masculins et l’interaction entre rôles féminins et masculins n’y apparaît pas centrale, ce qui rabat de facto la question du genre à celle des femmes.

5Plusieurs auteures et auteurs ont montré comment la vie en ville modifie les formes et modèles matrimoniaux, suivant des trajectoires différenciées selon les pays, et comment le travail salarié ou rémunéré des femmes en ville (souvent dans l’artisanat alimentaire) participe de ces reconfigurations (Antoine et al. 1990 ; Abdoul 2001 ; Adjamagbo et al. 2009 par exemple pour l’Afrique subsaharienne). La ville est aussi le creuset de nouveaux modèles de féminités et de masculinités (y compris dans le rapport au corps et aux idéaux de beauté) qui contribuent à réinterroger les relations de genre (Benedicto 2014). Mais peu de travaux portent sur les liens entre ces évolutions des modèles genrés et celles des représentations et pratiques alimentaires. En particulier, la question des masculinités, jusqu’ici peu abordée dans les recherches conduites dans les pays du Nord (Diasio & Fidolini 2019 ; Greenebaum & Dexter 2018 ; Irvine 2015 ; Julier & Lindenfeld 2005 ; Sobal 2005), apparaît encore plus négligée dans celles conduites dans les Suds.

6Par ailleurs, la plupart des travaux qui y sont conduits concernent le milieu rural, là où l’insécurité alimentaire, à laquelle contribuent les inégalités de genre, est la plus critique. Les changements qui s’opèrent avec la migration vers les villes, massive dans la plupart des Suds depuis plusieurs décennies, ont été étudiés sous l’angle de la réorganisation de la gestion des ménages, notamment du fait de nouvelles activités marchandes que les femmes peuvent entreprendre en ville (Antoine & Nanitemalio 1990 ; Hainard & Verschuur 2001 ; Adjamagbo et al. 2009). Mais ces travaux portent en fait peu sur l’alimentation. On pressent cependant que les activités féminines, notamment au travers de l’artisanat alimentaire qui génère de nouveaux revenus monétaires dans les ménages et permet aux femmes de sortir de l’espace domestique, peuvent transformer les rapports de genre. En ville, la part de l’auto-production alimentaire est plus faible et le recours au marché pour s’approvisionner est dominant ; l’offre de produits transformés industriels ou artisanaux, la restauration populaire et l’alimentation de rue se développent et peuvent alléger les tâches culinaires domestiques ; les médias et la publicité véhiculent des normes culinaires, corporelles et nutritionnelles ; les réseaux numériques deviennent un vecteur important pour communiquer. Si certaines de ces transformations sont également observables dans les espaces ruraux, elles ont d’abord lieu dans les espaces urbains où elles sont de bien plus grande ampleur. Ces changements font-ils évoluer les rapports de genre impliqués dans le choix et l’achat des aliments, leur transformation culinaire, la gestion des stocks ou des déchets ? Si l’on peut faire l’hypothèse de permanences, d’inerties, de résistances aux changements des rapports de genre, on peut aussi penser que ces rapports changent à l’épreuve de la vie en ville.

7 Du point de vue de la justice sociale ou de l’égalité, ces changements sont susceptibles d’être négatifs, positifs ou neutres. C’est du moins ce que suggèrent les articles et résultats d’enquêtes regroupés dans ce numéro spécial d’Anthropology of food. Celui-ci prolonge un symposium international organisé à Paris et en distanciel à l’automne 2020. Intitulé “Urbanisation, genre et alimentation”, ce symposium était le troisième et dernier évènement du cycle de manifestations “Manger dans les villes d’Afrique, Amérique latine et Asie”, dont la première édition a donné lieu à un ouvrage collectif (Soula, Yount-André, Lepiller & Bricas 2020a).

8Si les auteures et auteurs des articles réunis dans ce numéro ont porté leur attention sur les changements dans les rapports et les normes de genre, c’est surtout pour mieux comprendre les tensions qu’ils engendrent entre ce qui change et ce qui ne change pas, ou peu, ce qui se reproduit : comment, et jusqu’à quel point, la vie urbaine remue-t-elle le terreau qui nourrit les identités et rapports structurels de genre au regard des pratiques alimentaires ?

9 Les articles réunis dans ce numéro contribuent à la connaissance des liens entre urbanisation, genre et alimentation dans les Suds. Les lectrices et les lecteurs y trouveront des articles présentant des résultats d’enquêtes originales réalisées dans des contextes nationaux variés (Brésil, Inde, Malaisie, Maroc et Sri Lanka), un article sur la mise en scène de l’Amérique latine dans une série documentaire internationale sur la cuisine et un autre qui discute la littérature et les idées reçues sur le genre et l’alimentation en s’appuyant sur un dialogue fictif.

10Les deux premiers articles de ce numéro spécial présentent les résultats d’enquêtes réalisées au début de la crise sanitaire du COVID-19. Les chercheuses impliquées ont su mettre à profit ce contexte de restrictions d’interactions sociales pour les faire jouer comme un révélateur de transformations des rapports de genre autour de la cuisine domestique.

11A partir d’une analyse des communications postées sur un groupe Facebook autour de la cuisine regroupant des femmes et des hommes, Hayat Zirari, Audrey Soula et Hajar El Alami ont porté leurs regards sur les conditions d’émergence de nouvelles formes de masculinités à travers l’alimentation, notamment la fabrication domestique du pain, pendant la période de confinement en 2020 au Maroc. Cette contribution constitue un témoignage novateur sur la manière dont de nouvelles identités masculines sont devenues valorisables au sein d’une classe sociale marocaine urbaine, aisée et instruite, dans laquelle de nombreuses femmes occupent un emploi salarié. Elle montre aussi les résistances de certaines femmes à l’entrée des hommes dans la cuisine, tout en soulignant les différences de regards portés sur le travail culinaire des femmes et des hommes : quand, pour les premières, il s’agit d’une activité obligée dont la bonne performance va de soi, l’implication des seconds possède un caractère récréatif et relève d’un choix personnel gratifiable de jugements positifs. Au final, si l’émergence de nouveaux arrangements entre hommes et femmes autour de la cuisine est attestée, les auteures invitent à continuer d’instruire la question d’un changement pérenne dans la répartition genrée des rôles culinaires.

12Basé sur une enquête netnographique, l’article d’Elise Mognard et Anindita Dasgupta montre que la période de confinement, au mois de mars 2020 en Malaisie, a conduit à des renégociations de la division du travail domestique, tout en confrontant plus fortement les femmes de la classe moyenne supérieure à des injonctions contradictoires quant à l'organisation sociale des repas. Le confinement a entraîné un transfert physique de l’activité professionnelle rémunérée de ces femmes au sein de leur espace domestique. Les responsabilités liées à ce travail sont devenues plus tangibles pour les autres membres du foyer, de même que les difficultés d’articulation entre travail rémunéré et travail domestique non rémunéré, dans une métropole où, hors confinement, une part importante des repas est habituellement prise hors foyer. L’analyse des communications de ces femmes sur les réseaux sociaux témoignent à la fois de l’accroissement de leurs vulnérabilités dans cette période, des tensions résultant de cette situation, de formes de solidarités féminines et de modes de résistances, ancrés dans les pratiques quotidiennes, aux injonctions institutionnelles qui promeuvent l’emploi salarié des femmes aussi bien que la bonne tenue de leur rôle de mère de famille.

13Le troisième article du numéro s’intéresse à la cuisine comme activité professionnelle et aux significations qui lui sont associées. Ana Rosa D. Santos et Carina J. Mansey ont analysé les épisodes de la série documentaire de Netflix Chef’s Table consacrés à de célèbres chefs sud-américains, parmi lesquels quatre hommes et une femme. Les auteures soulignent la reproduction des stéréotypes de genre autour du culinaire. La dimension experte, professionnelle et scientifique de la cuisine, associée à la masculinité, est nettement distinguée de sa dimension domestique, traditionnelle et privée, associée à la féminité. Seul l’épisode autour de la cheffe relie ces deux aspects. De plus, les qualités maternantes de cette cheffe sont décrites avec insistance, tandis que les chefs masculins se voient affublés de stéréotypes appliqués aux latino-américains. Ils sont présentés comme intrépides et capables de tirer le meilleur parti culinaire d’une nature pourvoyeuse de ressources, tandis que la ville, lieu d’exercice de leur métier, est le lieu de la création et de la consommation. Les stéréotypes de genre se doublent ainsi de stéréotypes relatifs au centre et à la périphérie, et plus largement au Nord et au Sud globaux.

14Le quatrième article nous mène dans la capitale sri lankaise, Colombo. Nipesh Palat Narayanan y retrace la trajectoire sociale d'un plat traditionnel à base de riz, de curry et de condiments appelé bath packet. Ce plat fait l’objet d’une marchandisation récente en ville. A partir de quatre cas d’étude – deux vendeurs et deux vendeuses de bath packets – l’auteur montre comment cette commodity possède une identité fondamentalement genrée, liée au care féminin. Cette identité genrée demeure quel que soit le genre du vendeur ou du producteur, tout en étant différemment interprétée par ces derniers. Dans sa version marchandisée, le bath packet devient l’emblème d’une urbanité synonyme de hors-foyer, par opposition à l’espace domestique. L’analyse des différentes manières de produire et de commercialiser ce plat permet à l’auteur d’identifier plusieurs manières de concevoir et de vivre l’espace urbain selon les classes et les genres.

15La question du passage d’aliments de la sphère domestique – le plus souvent associée au monde féminin – à la sphère marchande se retrouve dans le cinquième article de ce numéro. Hélène Guétat-Bernard et Brigitte Sebastia y rendent compte de l’utilisation culinaire, dans la ville de Pondichéry, des kīrai, ces légumes feuilles qui peuvent être d’origine sauvage ou cultivée. Les auteures soulignent la valorisation et la redécouverte récentes, par les classes moyennes urbaines, de ces aliments mineurs et négligés par les politiques publiques, sous l’effet de la diffusion des normes nutritionnelles et des préoccupations sanitaires et environnementales. Cette revalorisation réhabilite des savoirs et des compétences culinaires traditionnellement portés par les femmes cultivatrices et cuisinières. Ces savoirs et compétences associent le soin de la santé humaine au soin de la santé de la terre et de l’environnement. De ce fait, ils représentent un bien commun auquel la marchandisation des kīrai fait courir un risque : que le rôle des femmes dans la transmission et l’entretien de ce trésor ne soit pas reconnu à sa juste valeur économique et sociale.

16Dans le sixième article, Livia Barbosa, Diego Silva et Veranise Dubeux livrent une analyse du rapport au végétarisme chez des femmes brésiliennes se désignant comme féministes, issues de la classe moyenne et supérieure et vivant dans des centres urbains du Sud et du Sud-est du Brésil. L’étude du discours des enquêtées, parmi lesquelles des végétariennes et des non végétariennes, permet de relier l’adhésion au végétarisme à l’histoire du mouvement féministe, en particulier à l’émergence de la pensée éco-féministe. Ainsi, les enquêtées les plus jeunes considèrent le végétarisme comme une exigence morale indissociable de leur féminisme, en établissant un parallèle systémique entre oppression des femmes, exploitation des animaux et dégradation de l’environnement. Cependant, elles ne condamnent pas la non adhésion des féministes, souvent plus âgées, n’ayant pas fait le choix du végétarisme, en considérant que cela relève d’un choix personnel, qui doit être moralement relativisé.

17Les auteurs du septième article ont choisi de donner un tour original à leur état de l’art sur les questions de genre et d’alimentation : celui d’un dialogue fictif entre « Elle » et « Lui », occasion de discuter des idées reçues sur la base des connaissances actuelles. Vulca Fidolini et Tristan Fournier y soulignent la permanence des inégalités de genre dans la division du travail alimentaire, en dépit des évolutions qui redistribuent les cartes, tout particulièrement dans l’espace urbain (industrialisation de l’alimentation, prêt-à-manger, accès aux biens d’équipement domestique, développement des services de restauration et du hors-domicile, etc.). Les auteurs soulignent le développement récent de nouvelles masculinités, moins virilistes et plus égalitaires, mais qui ne remettent pas toujours en cause le caractère systémique des inégalités de genre. Ils invitent à approfondir les recherches sur la construction des masculinités à travers l’alimentation et au-delà, dans une approche intersectionnelle. Ainsi par exemple, les études sont rares qui croisent genre, alimentation, classe, rapport à la santé et à l’âge, en particulier chez les hommes.

18Avec le même parti pris que celui du premier symposium international “Manger en ville” et de l’ouvrage qui en avait été tiré, le troisième symposium et le présent numéro qui en est issu privilégient des points de vue de chercheuses et chercheurs des Suds pour parler de leurs situations (Soula, Yount-André, Lepiller & Bricas 2020b)1. Pour le Cirad et la Chaire Unesco Alimentations du Monde qui en étaient les organisateurs, il s’agissait de contribuer à construire un réseau international de recherche en sciences sociales sur l’alimentation où puissent s’exprimer des chercheures et chercheurs souvent peu visibles, compte tenu de leur moindre connexion aux réseaux académiques dominés par les points de vue et les équipes des Nords. Comme d’autres chercheuses et chercheurs l’avaient mis en évidence dans le premier ouvrage “Manger en ville”, l’urbanisation est vue comme un processus de reconfiguration qui n’est ni seulement celui de la permanence ou de la rupture avec les représentations et les pratiques rurales ou “traditionnelles”, ni seulement celui de l’adoption de modèles occidentaux importés de pays dominants. L’urbanisation renvoie à la fois à ces phénomènes mais aussi à des innovations propres aux différents contextes des Suds, où s’inventent de nouveaux rapports sociaux et en particulier des rapports de genre. Deux phénomènes particulièrement prononcés en ville contribuent à ces reconfigurations : d’une part, la marchandisation des activités alimentaires permet aux femmes une valorisation économique de leurs activités autrefois essentiellement domestiques. Elles transforment des produits agricoles et cuisinent à la fois pour leur famille et pour vendre. Mais ces activités sont aussi investies par des hommes, redessinant leur division genrée. Inversement, des activités économiques traditionnellement réalisées par des hommes le sont parfois de plus en plus par des femmes, à l’instar des métiers de boucherie à Niamey (Boubacar Akali 2020). D’autre part, la pénétration du numérique dans l’alimentation, avec la commande par internet et l’usage des réseaux sociaux numériques pour échanger des informations, rend plus poreuse la frontière entre l’espace domestique de l’intimité, généralement associé au féminin féminin, et l’espace extérieur plus marqué par les sociabilités masculines. Le numérique contribue à faire entrer les hommes dans les cuisines et à faire sortir les femmes dans l’espace public urbain.

19Au-delà d’une focalisation sur la question des femmes dans l’alimentation, plusieurs de ces contributions abordent celle des rapports entre hommes et femmes, celle des nouvelles masculinités qui s’inventent en ville, et finissent implicitement par interroger les modèles de la famille. De la même façon que la promotion de “l’agriculture familiale” pose le problème du travail agricole féminin souvent contraignant et invisibilisé au sein de la boîte noire qu’est la famille ou le ménage, la promotion du “fait maison”, du retour à la cuisine face aux risques des produits industriels, posent le problème de la surcharge mentale et physique que ce mot d’ordre entraîne pour les femmes. La ville, espace de relatifs anonymat et liberté, permet d’inventer de nouveaux modèles familiaux : le célibat y est plus fréquent, le foyer ne se construit plus seulement autour du feu de la cuisine, la cuisine elle-même sortant de l’espace domestique.

Top of page

Bibliography

ABARCA M. E. 2006. Voices in the kitchen: Views of Food and the World from working class Mexican and Mexican American Women, Texas AM University Press : College Station.

ABDOUL M. 2001. « Les rapports sociaux hommes-femmes à travers les activités économiques féminines et la gestion du cadre de vie ». In Hainard F. & Verschuur C. (Eds.) Femmes dans les crises urbaines. Karthala : Paris. pp. 169-202

ADJAMAGBO A., ANTOINE P., BEGUY D. & DIAL F.B. 2009. « Comment les femmes concilient-elles mariage et travail à Dakar et à Lomé ? » In Amadou Sanni M., Klissou P., Marcoux R. & Tabutin D. (Eds.) Villes du Sud. Dynamiques, diversités et enjeux démographiques et sociaux. Éditions des archives contemporaines-AUF : Paris. pp. 103-123.

ANTOINE P. & NANITELAMIO J. 1990. « Nouveaux statuts féminins et urbanisation en Afrique ». Genus, XLVI (3-4) : 17-30.

AVAKIAN A-V. & HABER B. (Eds) (2005). From Betty Crocker to feminist food studies: critical perspectives on women and food. Amherst : University of Massachusetts Press.

BARNDT D. (2008) (2nd ed.). Tangle routes. Women, work, and globalization on the tomato trail. United States: Rowman & Littlefield.

BENEDICTO B. 2014. Under Bright Lights. Gay Manila and the Global Scene. Minneapolis : University of Minnesota Press.

BISILLIAT J. (Dir.) 1996. Femmes du Sud, chefs de famille. Paris : Karthala.

BOUBAKAR AKALI H. 2020. « Hommes et femmes dans la transformation de la viande à Niamey. Une activité traditionnellement masculine contestée par les femmes », Symposium Manger en ville 3, Genre et alimentation à l’épreuve de la vie urbaine en dans les villes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, Paris, 30 sept.-1er oct. 2020, https://www.mangerenville.org/content/download/4255/31984/version/1/file/Communication+Haoua.pdf

BRADY J., PARKER B., BELYEA S. & POWER E. 2018. “Filling our plate: A spotlight on feminist food studies”. Canadian Food Studies/ La Revue canadienne des études sur l'alimentation, 5 (1) : 1-7.

CAIRNS K. & JOHNSTON J., 2015. Food and Feminity. London : Bloomsbury.

CARDON P. 2015. « Cuisine et dépendance. Femmes et hommes face au vieillissement et au handicap ». Journal des anthropologues, 140-141: 115-131.

COUNIHAN C. 1999. The anthropology of food and body: Gender, meaning, and power. New York: Psychology Press.

COUNIHAN C. M. & KAPLAN S. L. 2013. Food and gender: Identity and power. Oxon : Routledge.

DEVAULT M. L. 1994. Feeding the family: The social organization of caring as gendered work. Chicago : University of Chicago Press.

CRENN C. & HASSOUN J.-P. 2014. « Dakar. Les quatre âges du fast food ». Ethnologie française, 44(1) : 59-72.

DIASIO N. & FIDOLINI V. 2019. « Garder le cap. Corps, masculinité et pratiques alimentaires à l’âge critique ». Ethnologie française, 176(4) : 75167.

FOURNIER T., JARTY J., LAPEYRE N., TOURAILLE P. (Eds.) 2015. « L’alimentation, arme du genre ». Journal des anthropologues, 140-141 : 19-49.

GAILLARD C., MARTIN S., BOSC P. M., EL-ATI J., DOP M. C., TRABELSI T., AMIOT-CARLIN M. J., DURY S. 2018. « Explorer les liens entre agriculture et sécurité alimentaire : une enquête auprès des femmes du gouvernorat de Sidi-Bouzid en Tunisie ». Cahiers Agricultures, 27(1) :15501, 9 p.

GUERIN I., HILLENKAMP I. & VERSCHUUR C., « L’économie solidaire sous le prisme du genre : une analyse critique et possibiliste », Revue française de socioéconomie, 22, 2019, p. 105-122. ISNN 2804-3833. Manuscrit auteur en libre accès : https://hal.ird.fr/ird-02303236

GUETAT-BERNARD H. & SAUSSEY M. (Eds.) 2017. Genre et savoirs : pratiques et innovations rurales au Sud. Montpellier : IRD Éditions.

GUETAT-BERNARD H. 2017. Développement rural et rapports de genre : mobilité et argent au Cameroun. Rennes: Presses universitaires de Rennes.

GREENEBOAUM J. & DEXTER B. 2018. “Vegan men and hybrid masculinity”, Journal of Gender Studies , 27: 637648.

IRVINE B. 2015. “Vegetarian Masculinities: How discourses of normative masculinity are challenged and (re)produced through food consumption”, The New Birmingham Review, 1(2): 33-63.

JULIER A. & LINDENFELD L. 2005. “Mapping men onto the menu: masculinities and food”. Food and Foodways, 13(1-2): 1–16.

LOURME-RUIZ A. 2017. Les femmes, au cœur des liens entre production agricole et diversité de la consommation alimentaire au Burkina Faso. Thèse de doctorat en économie sous la direction de S. Dury et M. Benoit-Cattin. Montpellier SupAgro.

MATHIEU N. C. 1985. « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes, et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie ». In Mathieu N. C. L’arraisonnement des femmes : essais en anthropologie des sexes. Cahiers de l’Homme. pp. 169-245.

MCINTOSH A. & ZEY M. 1998. “Women as Gatekeepers of Food Consumption: a Sociological Critique”, in Counihan C. M. & Kaplan S. L. (eds.) Food and Gender. Identity and Power. Amsterdam: Harwood Academic Publishers : 125-144.

NARAYAN U. 1995. “Eating cultures: incorporation, identity and Indian food”. Social identities. Journal for the study of race, nation and culture, 1 : 63-86)

PARSONS J. M. 2016. “When convenience is inconvenient: ‘healthy’ family foodways and the persistent intersectionalities of gender and class”. Journal of Gender Studies 25(4): 38297.

PARSONS J.M. 2015. Gender, Class and Food: families, bodies and health. Palgrave MacMillan: Basingstoke.

RAVACHE S. 2003. « Mœurs alimentaires sexuées dans le monde rural et urbain », Ruralia [en ligne], n° 12-13.

RILEY L. & DODSON B. 2019. The Interface Between Urbanization, Gender and Food in the Global South – HCP Discussion Paper No. 36, Waterloo and Cape Town.

ROBSON E. 2006. “The “Kitchen” as Women’s Space in Rural Hausaland, Northern Nigeria”. Gender, Place & Culture, 13(6), 669–676.

SCHROEDER K. 2006. “A Feminist Examination of Community Kitchens in Peru and Bolivia”. Gender, Place & Culture: A Journal of Feminist Geography, 13(6): 663-668.

SOBAL J. 2005. “Men, Meat, and Marriage: Models of Masculinity”, Food and Foodways, 13: 135158.

SOULA A., YOUNT-ANDRE C., LEPILLER O. & BRICAS N. (Eds.) 2020a. Manger en ville. Regards socio-anthropologiques d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Versailles : Quae.

SOULA A., YOUNT-ANDRE C., LEPILLER O. & BRICAS N., 2020b. « Conclusion : Quels enseignements pour étudier les transformations de l’alimentation urbaine? » In A. Soula, C. Yount-André, O. Lepiller, & N. Bricas (Éds.) Manger en ville. Regards socio-anthropologiques d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie, Versailles : Quae:165-170.

Top of page

References

Electronic reference

Audrey Soula, Olivier Lepiller and Nicolas Bricas, « Genre et alimentation à l’épreuve de la vie urbaine en Afrique, Amérique Latine et Asie », Anthropology of food [Online], S17 | 2022, Online since , connection on 12 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/aof/13740 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.13740

Top of page

About the authors

Audrey Soula

anthropologue, Cirad, UMR MoISA, 34398 Montpellier, France ; MoISA, Univ Montpellier, Ciheam-IAMM, Cirad, INRAE, Institut Agro Montpellier, IRD, Montpellier, France.

By this author

Olivier Lepiller

sociologue, Cirad, UMR MoISA, 34398 Montpellier, France ; MoISA, Univ Montpellier, Ciheam-IAMM, Cirad, INRAE, Institut Agro Montpellier, IRD, Montpellier, France.

Nicolas Bricas

socio-économiste, Cirad, UMR MoISA, 34398 Montpellier, France ; MoISA, Univ Montpellier, Ciheam-IAMM, Cirad, INRAE, Institut Agro Montpellier, IRD, Montpellier, France

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search