Skip to navigation – Site map

HomeThematic Issues from calls17Les consommateurs des produits ma...

Les consommateurs des produits maraîchers biologiques à Ouagadougou

Consumers of organic market garden products in Ouagadougou
Taladi Narcisse Yonli and Odette Ouédraogo

Abstracts

The use of chemical inputs in conventional agriculture is a practice observed in the vegetables plots of Ouagadougou, Burkina Faso. This situation is at the root of health problems. Awareness of health risks has led to the emergence of organic agriculture, which uses only biopesticides and biofertilizers for the production of fruits and vegetables. It is increasingly requested by consumers despite its weak development. In Ouagadougou, consumers of organic products come from the upper classes constituted by expatriates and middle class Burkinabe. Their preference for organic products is justified by their quality and taste, the preservation of human and animal health and the environment. However, the high cost, the geographical situation and the ignorance of organic markets are obstacles for the consumption of organic products by all social classes.

Top of page

Full text

Introduction

1Au Burkina Faso, la production maraîchère est une activité très dynamique. Ce dynamisme se traduit par un accroissement des superficies cultivées, surtout dans la ville, en réponse à la très forte demande alimentaire. En effet, selon Kêdowidé et al. (2010) et Communes de Ouagadougou et Mani Tese (2020), elles sont passées de 178,78 à 439,1 hectares autour des retenues d’eau. Cette agriculture doit répondre à la demande en produits frais d’une population urbaine croissante. Ainsi, le maraîcher habituel n’hésite pas à recourir aux pesticides et aux engrais chimiques. L’utilisation des intrants chimiques se fait le plus souvent dans l’ignorance des règles d’application et de dosage (Son et al. 2017, Tarnagda et al. 2017). Le plus aggravant selon Dauvergne (2011) est que des pesticides souvent interdits dans les pays européens sont utilisés en Afrique, notamment dans la production maraîchère.

2L’emploi des pesticides en agriculture urbaine est une réalité qui s’observe au quotidien à Ouagadougou. En outre, la forte demande conduit les producteurs à recourir aux eaux usées d’origine domestique ou industrielle pour la production (Soma 2020). Ces pratiques impliquent des conséquences sur le plan sanitaire et environnemental. En effet, Ahouangninou et al. (2011), Dugué et al. (Op.cit.), Bon et al. (2014) et Son et al.(op cit.), ont montré que les pratiques des producteurs avaient des conséquences sur la santé des consommateurs comme des producteurs. La préoccupation de santé a une acuité forte en Afrique, surtout pour les fruits et légumes consommés en ville dont les teneurs en résidus de pesticides chimiques sont souvent très supérieures aux niveaux maximaux réglementaires (Bon et al. 2018). Ainsi, les consommateurs de légumes et de fruits sont fortement exposés et risquent d’être contaminés à court ou long terme (Lehmann 2017). La prise de conscience de certains consommateurs concernant les effets négatifs des intrants chimiques sur la santé les amène à intégrer de plus en plus des produits sains dans leur alimentation.

3C’est ce qui explique l’apparition des nouvelles formes d’agriculture maraîchère regroupant l’Agriculture Biologique (AB) et l’agroécologie (AE) dans la ville de Ouagadougou. Par ce procédé, les agriculteurs urbains ont recours aux biopesticides, aux biofertilisants et aux semences biologiques dans la production. Ils excluent par voie de conséquence les semences améliorées, les pesticides et les engrais chimiques. Au départ, orientée vers l’exportation et la consommation des expatriés, cette agriculture fait actuellement partie intégrante de l’alimentation des citoyens burkinabè.

Contexte de l’étude

4Les pratiques agricoles et alimentaires en Afrique subsaharienne se renouvellent face à une nouvelle demande de certains consommateurs. Ainsi, des formes récentes et marginales d’agriculture, dont l’agriculture biologique, apparaissent (Bendjebbar 2018; Bon et al. 2018). Au Burkina Faso, l’agriculture biologique locale est apparue en 2011 (Martin 2017) avec la création du Conseil National d’Agriculture Biologique (CNABIO). Cet organisme est habilité à certifier les producteurs localement avec la certification Système Participatif de Garantie (SPG) qui atteste de l’origine du produit. Cette certification met en confiance le consommateur. Avec cette certification, il y a une traçabilité des produits biologiques. La certification locale a débuté en 2015. Ainsi, les premières exploitations maraîchères ont été certifiées biologiques à partir de 2016. Du reste, les producteurs biologiques au Burkina Faso sont certifiés par le CNABIO.

  • 2 L’agriculture biologique au Burkina Faso comprend des pratiques agricoles qui excluent l’utilisatio (...)

5L’agriculture biologique2 est une innovation dans le paysage agricole burkinabè. Les superficies cultivées représentent seulement 0.47% de la superficie agricole utilisée (Agence Bio 2020). Cette production biologique est de plus en plus prisée car elle représente un moindre risque pour la santé, une préservation de l’environnement et surtout des revenus élevés pour les producteurs (Bon et al. 2018). Par ailleurs, elle implique des transformations dans les pratiques alimentaires de certains consommateurs.

6L’écoulement de la production biologique se fait à travers les circuits courts de commercialisation. Ils sont innovants et se développent depuis quelques années au Burkina Faso comme au Kenya (Tankam 2017).

7L’intrusion des produits biologiques dans le système alimentaire des citadins burkinabè suscite les questions suivantes : Qui sont les nouveaux consommateurs ou demandeurs de produits biologiques et agroécologiques ? Quelles sont les motivations qui expliquent leur adhésion à consommer les produits biologiques ?

8Dans les lignes qui suivent, nous présentons tout d’abord les techniques de collecte de données et la zone d’étude. Ensuite, nous analysons le processus d’introduction des nouveaux produits dans l’AB et l’AE. Enfin, nous identifions les consommateurs des produits biologiques dans la ville de Ouagadougou afin de saisir leurs motivations.

Méthodes et sites d’étude

9Dans le cadre de cette étude relative à l’identification des nouveaux consommateurs « responsables », la méthode mixte a été utilisée. Elle croise les outils de collecte qualitative et quantitative à travers les approches géographique et socio-anthropologique. Les données collectées associent les entretiens, l’observation participante et les enquêtes de terrain. La réalisation de la cartographie a concerné les sites et les marchés agroécologiques et biologiques qui ont été géolocalisés. Quant aux enquêtes de terrain, elles ont été menées dans la ville de Ouagadougou auprès des consommateurs de produits biologiques auxquels un questionnaire a été administré. Les entretiens ont eu lieu auprès des acteurs intervenant dans la production biologique et agroécologique ainsi que les responsables d’ONG et les structures étatiques œuvrant à sa promotion.

  • 3 C’est une plateforme libre et open source en ligne qui permet de générer des questionnaires. Cet ou (...)

10Les données quantitatives ont été collectées dans les marchés biologiques situés dans la commune urbaine de Ouagadougou. Le questionnaire a été conçu sur la plateforme en ligne kobotoolbox3. Au total, 43 consommateurs ont répondu au questionnaire. L’échantillon constitué représente tous les consommateurs que nous avons pu rencontrer lors des enquêtes sur les marchés biologiques. Ces données ont ensuite été exportées sur Excel pour une exploitation quantitative matérialisée par des graphiques et /ou figures.

11Quant aux entretiens, ils ont concerné cinq (05) personnes responsables d’associations de producteurs biologiques et dix personnes (10) non-consommateurs de produits biologiques. Des observations y ont été associées pour connaître les méthodes de production, les spéculations produites et la nature des intrants utilisés. Les entretiens ont été enregistrés sur un dictaphone, transcrits et analysés selon leur contenu.

12Toutefois, des difficultés ont été rencontrées lors de cette collecte. Les heures d’ouverture et de fermeture ainsi que les jours de marché ont constitué une limite à l’étude. En effet, le marché se déroule sur des temps courts dans des lieux surtout fréquentés par des expatriés. Cela explique le nombre limité de la population burkinabè dans notre échantillon.

Le terrain d’étude (la ville de Ouagadougou, choix des sites)

  • 4 Cette période constitue d’ailleurs le moment propice pour pratiquer l’agriculture urbaine à Ouagado (...)

13L’étude s’est réalisée à Ouagadougou, capitale politique du Burkina Faso, de décembre 2020 à janvier 20214. Située au cœur de la province du Kadiogo, Ouagadougou est une agglomération urbaine qui s’étend sur une superficie de 518 km² (INSD, 2009). Elle est limitée au Nord par les communes rurales de Pabré et de Loumbila, à l’Est par celle de Saaba, au Sud par celles de Koubri et de Komsilga et enfin à l’Ouest par la commune rurale de Tanghin-Dassouri. Administrativement, avec la loi 065-2009/AN du 21 décembre 2009 dont l’entrée en vigueur est intervenue après les élections municipales de 2012, la ville est subdivisée en douze (12) arrondissements et 55 secteurs.

  • 5 Les résultats du RGPH 2019 ne sont pas définitifs. Ce ne sont que des résultats provisoires rendus (...)

14Ce nouveau découpage se justifie par la croissance rapide et fulgurante de la population de la capitale Burkinabè. En effet, d’après le recensement général de la population et de l’Habitat (RGPH), la population de la ville de Ouagadougou est passée de 709 736 habitants en 1996 à 2 453 4965 habitants. Elle concentre donc un grand nombre potentiel de consommateurs. Les plus grands consommateurs de produits frais sont les populations des centres urbains. En plus de cela, il faut souligner que le milieu urbain au Burkina Faso est le creuset d’un melting-pot social et économique, avec une grande diversité des provenances (Héron 2016). Cette mixité fait qu’on y retrouve une population avec des niveaux de vie différents, ainsi que des quartiers caractérisés par des niveaux de vie également différenciés (Boyer et Delaunay 2009). Cette mixité et ces niveaux de vie différenciés sont favorables à la consommation des fruits et légumes.

15Si à Ouagadougou les sites maraîchers conventionnels (carte1) sont légion, la ville ne dispose que de six (06) sites agricoles maraîchers biologiques. Toutefois quelques communes environnantes notamment Loumbila, Koubri, Komsilga, Pabré et Saaba en disposent également. L’existence de sites de production de fruits et légumes biologiques induit qu’il existe des potentiels consommateurs.

Carte 1 : Sites maraîchers de la ville de Ouagadougou

Carte 1 : Sites maraîchers de la ville de Ouagadougou

Résultats de la recherche et discussion

Un développement récent et embryonnaire des zones de production et des marchés biologiques

Les sites de productions biologiques localisés à la périphérie de la ville

16Les zones de production biologiques sont toutes situées à la périphérie de la ville (carte 1). Cela se justifie par la difficulté d’accéder à la terre au centre-ville pour les activités agricoles. Ce qui a conduit les producteurs à aller de plus en plus à la périphérie pour acquérir des parcelles agricoles. En effet, le centre de la ville est déjà occupé par la production maraîchère conventionnelle pratiquée autour des barrages et autres zones humides. À cela s’ajoute aussi le manque d’espace cultivé dans la ville grignotée par l’urbanisation.

  • 6 Ce sont des installations qui permettent de capter les eaux souterraines pour l’irrigation
  • 7 Ces superficies ont été identifiées sur Google Earth.

17Contrairement à l’agriculture conventionnelle qui se pratique là où il y a la présence d’un point d’eau quel que soit sa nature, les eaux utilisées en agriculture biologique à Ouagadougou sont différentes. Cette forme d’agriculture recourt aux eaux des forages6 pour l’arrosage de sa production. Ce qui justifie la faiblesse des zones d’agriculture biologique. Nous avons recensé six zones (06) dans la ville de Ouagadougou avec des superficies cultivées réduites. Elles varient de 0,14 à 2,64 hectares7 dans les périphéries nouvellement loties. Les producteurs biologiques sont dans la plupart des cas propriétaires de leur exploitation. Le coût d’achat, les aménagements (forages, grillages) expliqueraient le faible engouement des producteurs. Toutefois, on observe une dynamique dans les communes rurales avec le développement des exploitations biologiques. Elles sont localisées dans les communes distantes de moins de 50 km de Ouagadougou.

  • 8 Il s’agit de l’appellation locale des pesticides.

18Les produits biologiques sont cultivés avec des biopesticides et du compost. Ainsi lors de nos entretiens, un producteur explique : « nous produisons nous-mêmes nos biopesticides. Ils sont fabriqués à base des feuilles, des écorces ou d’autres produits locaux ». Une autre renchérit : « ici nous ne mettons pas de « médicaments 8» comme les clients viennent sur le site, ils verront un jour les emballages vides des pesticides ». L’utilisation des intrants biologiques rend le travail pénible. Cela pourrait être une des raisons de son faible développement.

19Pour une population de plus de deux millions d’habitants, donc un nombre de consommateurs potentiellement important, il est cependant primordial de garantir la présence du produit partout dans la ville, dans les différents circuits de distribution, entraînant la création des marchés biologiques.

Les marchés biologiques récents dans la ville de Ouagadougou

  • 9 Ce mot signifie argent de condiment en dioula, l’une des langues nationales du Burkina. C’est une e (...)

20Au Burkina Faso, précisément à Ouagadougou, il existe deux types de marchés. Tout d’abord les marchés conventionnels où sont vendus, dans la majorité des cas, les fruits et les légumes produits avec les intrants chimiques. Ces marchés se tiennent quotidiennement. Ils sont accessibles à toutes les couches de la population quels que soient leurs revenus, même ceux qui ont un petit nassongo9. Parallèlement à ces marchés conventionnels se développent des marchés exclusivement biologiques (carte 2) pour la commercialisation des fruits et légumes issus de cette production. Ces marchés se tiennent deux fois par semaine, notamment les samedis et les dimanches. Les horaires sont de 10 heures à 13 heures ou de 10 heures à 14 heures. Ces horaires et les jours des marchés découragent certains consommateurs, comme le souligne G.L : « souvent je veux acheter les produits biologiques, mais quand je pense à la distance, je suis découragé. De plus, les samedis, je ne veux pas venir au centre-ville ». Par ailleurs, la plupart de ces marchés sont situés dans les quartiers où le niveau de vie est élevé. Ces quartiers sont surtout des lieux de résidence des expatriés et des burkinabés aisés. Ils sont donc éloignés de certains quartiers périphériques. Ainsi, la localisation géographique des marchés et les jours de vente constituent une contrainte d’accessibilité, surtout pour les consommateurs localisés dans les périphéries de la ville. Ce qui explique le faible engouement pour ce marché. Ils sont davantage fréquentés par les consommateurs dont les résidences sont situées à proximité.

21La création des marchés à Ouagadougou est surtout l’œuvre des particuliers, des ONG et souvent des producteurs. Il existe un seul marché de producteur qui est situé au sein de l’IPD/AO. Ainsi, pour atteindre le maximum de consommateurs, les producteurs utilisent de nouvelles stratégies de commercialisation. Ce sont les circuits courts. Ils ont émergé avant même la création du CNABIO. Ces circuits courts de commercialisation existaient déjà en 2010, mais seuls Béonéeré Agroécologie et Yelemani livraient les produits. Avec la création du CNABio, on assiste à l’émergence de nouveaux canaux de commercialisation des fruits et légumes au Burkina Faso. Ce sont :

22- la livraison à domicile : la vente de produits se fait sur les réseaux sociaux (Facebook, WhatsApp) ;

23- la vente lors des foires ou des ateliers, qui est un moyen d’informer le consommateur de l’existence d’autres formes de production. C’est aussi un canal qui permet au producteur d’écouler sa production et de sensibiliser les consommateurs sur cette forme d’agriculture ;

24- la vente sur les sites de production qui constitue un moyen de rapprocher le producteur du consommateur. Un producteur raconte : « sur le site, le consommateur pose toutes les questions, il peut venir à l’improviste, n’importe quel jour, pour connaître nos pratiques ».

25Les marchés biologiques permettent de valoriser les fruits et légumes produits localement. Ils contribuent aussi à une visibilité et surtout à une rentabilité financière pour les producteurs. Les clients sont également rassurés par ces fruits et légumes achetés, qui sont sans pesticides ni engrais chimiques. Mais ces marchés biologiques ne sont pas connus de tous. C’est pourquoi, il nous est apparu intéressant de géolocaliser ces marchés.

26À partir de nos entretiens, il est ressorti que le premier marché a été créé en 2015. Malheureusement à la suite de mésentente entre le producteur et le responsable des lieux, il a disparu. Mais, à la suite, quatre autres ont été créés dans des quartiers à niveau de vie élevé.

Carte 2 = Localisation des marchés biologiques

Carte 2 = Localisation des marchés biologiques

27La situation géographique des marchés biologiques est stratégique. Ces marchés sont situés dans les quartiers où les niveaux de vie sont élevés et habités par la classe moyenne burkinabè et les expatriés. L’étude de Boyer et Delaunay (2009) montre que les niveaux de vie dans les quartiers de la zone du bois, Zogona (marché de Zogona et du Club de l’étrier), IPDS/AOS proche du quartier Wayalghin, sont très élevés. Aussi, les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour avoir des légumes de qualité. Mais les prix de vente rendent, par contre, ces produits inaccessibles aux consommateurs de couches sociales défavorisées. Pourtant, la vente des produits biologiques se fait par les producteurs eux-mêmes, afin d’éviter des prix de vente excessifs.

28Pour connaitre les motivations qui président à l’adhésion de la consommation des produits biologiques à Ouagadougou, une enquête socio-anthropologique a été menée. Mais avant de saisir les motivations des consommateurs des produits biologiques, leur profil socio-démographique a été d’abord identifié.

Profil socio-démographique des consommateurs

29Le revenu mensuel est un facteur déterminant pour la consommation de produits biologiques. Ainsi, nos enquêtes révèlent que 67% des consommateurs ont des revenus compris entre 200 000 FCFA et plus de 300 000 FCFA (graphique 3). Le SMIC au Burkina Faso est de 32.218 F CFA.

Graphique 1= revenu mensuel de consommateur de produits biologiques

Graphique 1= revenu mensuel de consommateur de produits biologiques

Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021

30Les consommateurs de produits biologiques ont donc une relative assise financière qui leur permet de s’offrir des produits naturels et sains, plus coûteux que leurs équivalents cultivés de manière traditionnelle.

  • 10 Nous avons considéré comme expatriés les personnes qui proviennent des pays du Nord et qui résident (...)
  • 11 Les autres nationalités rencontrées sont des Africains.

31Les consommateurs des produits biologiques enquêtés sont dans la majorité des expatriés10. En effet, l’enquête a montré que 65% sont des expatriés occidentaux (graphique 2). Seulement 5% de l’échantillon étudié sont d’autres nationalités11. Cette forte proportion d’expatriés consommateurs de produits biologiques pourrait s’expliquer par le prix élevé des produits biologiques. Mais si « la forte demande en produits biologiques provenait exclusivement des expatriés » selon un producteur interrogé, cette situation peut aussi se comprendre par le fait que cette production a été diffusée et vulgarisée par les ONG dont la plupart des travailleurs sont des expatriés. Une autre explication est que cette population expatriée a été sensibilisée aux risques sanitaires liés aux produits chimiques depuis leur pays d’origine. Certains y consommaient déjà des produits biologiques. De même, les différents problèmes alimentaires, dont la vache folle ou l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et certains cancers présentés comme probablement liés aux intrants chimiques, ont entrainé une certaine prise de conscience dans les pays du Nord et un engouement pour les produits biologiques « sains ».

32Actuellement les Burkinabè ont commencé a adhéré à la consommation des produits biologiques et constituent 30% de l’échantillon de l’enquête.

Graphique 2 = Répartition des consommateurs selon la nationalité

Graphique 2 = Répartition des consommateurs selon la nationalité

Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021

33En outre, le niveau d’instruction est aussi une variable en lien avec la consommation des produits biologiques. En effet, sur les 43 personnes interrogées, 38 ont atteint le niveau supérieur. Seulement 05 ont le niveau secondaire. On peut faire l’hypothèse que ces personnes sont davantage sensibilisées et averties des risques liés aux intrants chimiques.

34Notons aussi que les personnes qui fréquentent ces marchés sont des femmes dans la majorité (32) contre 11 hommes. Cela est lié à la tradition burkinabè où l’achat des fruits et légumes sont des tâches dévolues aux femmes. Aucun homme Burkinabè n’a effectué des achats lors de nos enquêtes. Tous les hommes rencontrés étaient des expatriés.

35Parmi les consommateurs, les personnes dont l’âge est compris entre 29 et plus de 59 ans sont les plus nombreux à consommer les produits biologiques. Ces personnes sont sans doute plus averties sur les dangers liés aux produits chimiques. En effet, l’âge avançant peut s’accompagner d’une mauvaise hygiène alimentaire, parfois d’une alimentation inadéquate et déséquilibrée qui amène des problèmes de santé dus à l’affaiblissement du beaucoup mûr système immunitaire. Ces personnes se préoccupent donc davantage de leur santé. Les consommateurs de moins de 29 ans se recrutent par contre parmi les enfants de consommateurs d’un certain âge, qui viennent régulièrement s’approvisionner pour la famille. Ceci explique pourquoi une partie non négligeable de jeunes s’intéresse aux produits biologiques.

Graphique 3 : âge des consommateurs des produits biologiques

Graphique 3 : âge des consommateurs des produits biologiques

Source : Enquête de terrain décembre- janvier 2021

36Ces consommateurs présentent une longue expérience dans la consommation des produits biologiques comme le souligne le graphique qui suit :

Graphique 4 : nombre d’années de consommation des produits biologiques

Graphique 4 : nombre d’années de consommation des produits biologiques

Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021

  • 12 L’expression « produits biologiques » est méconnue et est peu employée dans les conversations quoti (...)
  • 13 Yelemani est une association qui produit des fruits et légumes biologiques. Cependant, la zone de p (...)

37Les personnes rencontrées sur le terrain ont en majorité une longue expérience en termes de consommation des produits biologiques. En effet, le graphique 4 montre que 18 personnes consomment du bio depuis plus de 6 ans. Pourtant, la production biologique locale est récente12 au Burkina Faso. L’hypothèse la plus probable est que ces personnes, expatriées, avaient déjà l’expérience du biologique dans leur pays d’origine. En effet, S.T, un consommateur, affirme : « je connais l’agriculture biologique depuis plus de 10 ans. J’en consommais en Belgique déjà ». Et Z.C., consommateur burkinabé, mentionne : « Je consomme le biologique, il y a environ 6 ans. C’est l’association Yelemani13 qui nous livre les produits biologiques dans les services ».

38Pour l’achat des fruits et légumes dans les marchés biologiques, certains critères motivent les consommateurs.

Les critères déterminants dans les achats des produits biologiques

39Les critères d’achat des produits biologiques à Ouagadougou sont entre autres l’hygiène.

L’hygiène des fruits et légumes impacte l’achat

40Dans les marchés biologiques, l’un des critères qui incitent à les acheter est la propreté (photo 1).

41Les fruits et légumes sont à l’observation très propres.

Photo 1 : Produits bios dans une boutique bio

Photo 1 : Produits bios dans une boutique bio

Photos des auteurs

Photo 2 : Produits bios dans un marché bio

Photo 2 : Produits bios dans un marché bio

Photo des auteurs

L’attaque par les ravageurs révèle l’identité de la production

42Ce critère semble peu essentiel. Lors des enquêtes, un client affirme : « quand c’est perforé, cela signifie que c’est sans produits chimiques ». En effet, seulement 07 consommateurs prennent en compte ce critère.

Un aspect de la vente : la maturité

43Quinze consommateurs ont fait ressortir la maturité comme un critère d’achat. Un consommateur interpelle : « si le produit est beaucoup mûr, la conservation est difficile. Pour cela, je préfère les produits pas trop mûrs ». Ainsi, pour les légumes comme la tomate et pour les fruits, ils sont vendus avant maturité pour permettre aux consommateurs de les conserver.

L’origine du produit biologique : un critère d’achat

44La majorité des consommateurs (38) sont unanimes : ce critère est le plus important dans l’achat des produits biologiques. En effet, selon un consommateur, « l’origine des produits atteste de leur qualité et nous rassure de consommer des produits sains sans pesticides et engrais chimiques ». Dans les marchés biologiques, les consommateurs ont pour la plupart visité les lieux de production. Cela les convainc de la pratique respectueuse de la santé humaine par les producteurs. « Ce sont des moments privilégiés d'échange », nous confie A.S.

Le prix de vente : un facteur limitant de la consommation des produits biologiques

45Le prix de vente représente un frein à la consommation des produits biologiques. Même si la proportion des enquêtés qui l’affirme est faible (07), ce critère doit être pris en compte. Pour les consommateurs de la classe moyenne, ce critère ne leur permet pas une consommation régulière des produits biologiques.

46Pour l’achat des fruits et légumes biologiques, les critères par ordre d’importance selon les consommateurs sont : l’origine biologique du produit, la maturité et la propreté.

Graphique 5=La fréquence de consommation des produits biologiques

Graphique 5=La fréquence de consommation des produits biologiques

Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021

47Seulement 53,65 % arrive à consommer souvent (2 à 4 fois par semaine) des produits biologiques. Il reste difficile de les consommer. Selon T.G., consommateur : « les produits sont saisonniers et il est très difficile d’avoir surtout les fruits biologiques. De plus, à certaines périodes de l’année, les légumes aussi sont rares ou ne sont plus cultivés ». Ceux qui consomment rarement (9,75%) ont leur domicile éloigné des marchés biologiques. Ils sont venus occasionnellement, par curiosité, sur invitation d’un autre consommateur.

48Une autre justification est l’organisation hebdomadaire des marchés biologiques. Comme précisé précédemment, ces marchés biologiques sont éloignés des quartiers périphériques. Il est souvent difficile de faire de nombreux kilomètres pour venir juste acheter des légumes biologiques. L’éloignement des marchés amène les consommateurs à acheter généralement lorsqu’ils sont de passage dans les quartiers où se tiennent les marchés. La tenue hebdomadaire des marchés n’est pas non plus en faveur d’une consommation régulière. Cette raison a été évoquée par tous les consommateurs. Ce qui change les comportements de consommateurs qui oscillent entre le conventionnel et le biologique.

Le maraîchage conventionnel très utilisateur d’intrants chimiques

Photo 2 : Emballages vides de pesticides dans les sites maraîchers à Ouagadougou

Photo 2 : Emballages vides de pesticides dans les sites maraîchers à Ouagadougou

Source : O. Ouedraogo, 2020

49L’emploi des intrants chimiques est une pratique quotidienne dans les champs maraîchers conventionnels de Ouagadougou (Yonli 2019). Or, selon ce responsable d’association interrogé : « les produits issus du maraichage conventionnel nous tuent lentement mais surement et à petit feu ». L’aspect santé est donc une cause de motivation pour consommer autrement, mais d’autres facteurs interagissent pour susciter l’engouement pour la consommation des fruits et légumes produits de manière biologiques.

Le choix de consommer des produits biologiques

50De nombreux choix motivent les populations vers la consommation des produits sains sans pesticides ni engrais chimiques.

Un facteur incitatif à la consommation du bio : la santé

51C’est un aspect qui n’est pas des moindres. La santé sert de catalyseur et incite à consommer les produits biologiques. Certaines personnes consomment le biologique « pour préserver la santé de leurs enfants ». Par contre, d’autres le font « pour préserver leur santé ou pour stopper l’évolution de la maladie pour ceux qui sont malades ».

52Aussi, même si cela constitue des cas rares, les intoxications participent aussi à la prise de conscience. En effet, selon B.Y, « c’est suite à une intoxication de son fils due à la consommation de produits conventionnels qui a failli lui coûter la vie, qu’il s’est orienté vers la consommation des produits biologiques ». Les produits biologiques sont donc appréciés pour assurer ou maintenir la santé comme l’illustrent les récits de vie de deux consommateurs contenus dans les paragraphes qui suivent.

Je me nomme K.M., j’ai 37 ans et je suis une femme. Je suis chargée d’étude dans une ONG internationale. Je consomme les produits biologiques, car les producteurs conventionnels utilisent à tort et à travers les intrants chimiques pour accélérer la croissance des légumes et pour aussi lutter contre les insectes nuisibles. Ce qui est nuisible pour ma santé. Pour ma consommation biologique, je m’approvisionne soit dans les marchés biologiques ou les boutiques biologiques et quelque rare fois par livraison.

Je me nomme S.A., 56 ans, je suis producteur biologique. Ma conversion à l’AB est due aux avantages des produits bio sur ma santé. En tant que producteur, je suis épargné des effets néfastes de l’usage des pesticides dans la culture maraîchère conventionnelle. Depuis lors, je me sens en bonne santé et ceux qui consomment mes produits le sont aussi. Je suis membre d’une association, Nakolbzanga (Protégeons tout, en langue locale mooré, c’est à dire le sol, l’air, l’eau, les oiseaux, en un mot la Nature) composée de nombreux producteurs conventionnels qui sont en conversion. Nous sommes soutenus par une ONG internationale, Mani Tese. Elle intervient dans la sensibilisation, la formation mais aide également à l’écoulement de la production à travers son réseau de clientèle.

Du coût élevé des produits biologiques

  • 14 Boanga est le nom d’acteur d’un célèbre comédien burkinabè qui joue le rôle d’un père de famille do (...)

53Le coût élevé des produits biologiques constitue un frein à leur consommation. Généralement, les prix de ces produits sont supérieurs à ceux du conventionnel. Ce qui fait que certains burkinabè ne consomment pas les produits biologiques à cause de la faiblesse de leur pouvoir d’achat et du nombre élevé des membres de leur famille. C’est dans ce sens que ce consommateur de produits conventionnels situe ses propos : « Pour nous qui avons des familles Boanga,14 il nous est difficile de consommer les produits biologiques qui sont chers ». K.B. renchérit : « pour avoir les produits biologiques, nous recourons souvent à la livraison. Mais, le coût de la livraison qui est de 1000 FCFA décourage souvent les consommateurs qui se retrouvent à payer les légumes avec un coût supplémentaire ». Cela les démotive souvent. Et certains préfèrent s’approvisionner au marché conventionnel de proximité.

54La cherté freine donc la consommation quotidienne de produits biologiques, bien que les prix des produits varient d’un site à l’autre. Contrairement aux produits conventionnels, où les produits sont à la portée de tous les Burkinabè. « Il existe des moments où le conventionnel est cher, mais les producteurs essayent de jouer sur les quantités pour que les prix soient accessibles à tous. Ainsi, dans les marchés conventionnels, les prix des produits varient de 100 F CFA à 150F CFA. Il existe donc une différence entre les produits biologiques avec les prix du grand marché conventionnel. C’est parce que le biologique n’est pas accessible à tout le monde. Sinon nous sommes tous conscients de la toxicité des produits du maraichage conventionnel. Mais on n’a pas le choix » nous confie un producteur. Selon lui, les productions biologiques sont vendues au kilogramme ou par botte pour les légumes feuilles. Dès lors les prix varient de 500F à 1500 FCFA. Il est donc difficile à un consommateur moyen, qui souvent ne dispose pas de plus de 500 FCFA, d’y faire ses achats.

55Certes, la cherté des prix freine la consommation des produits biologiques. Mais, il y a aussi le fait que certains consommateurs des produits issus du maraîchage conventionnel ne s’intéressent pas au bio parce qu’ils pensent n’avoir jamais eu de problèmes de santé relativement à ces questions. Pour ces derniers, les produits conventionnels sont donc sans risques sanitaires. En témoignent les propos de G.T. : « mes parents ont consommé le conventionnel et j’en consomme aussi, mais je n’en suis pas mort ».

56Aussi, un élément moins cité mais qui constitue un facteur motivant à la consommation du bio, est la préservation de l’environnement. Certes, celle-ci a été très peu mentionnée, mais elle incite aussi certains consommateurs à recourir aux produits biologiques.

Le contexte local de circulation du label « biologique »

57Le label bio circule très peu à Ouagadougou. Ce sont surtout les producteurs qui lient leurs maladies aux pesticides. En effet, de par leurs activités, ils ont beaucoup recours aux pesticides. Ainsi souvent, ils le perçoivent directement lors des pulvérisations où certains producteurs s’évanouissent sur le champ ou ont la peau qui « mue » comme celle des serpents. Ils font donc un lien direct, mais sans aucune consultation ni analyse au laboratoire. Cela est de l’ordre du vécu quotidien et de son interprétation. Ils lient également de nombreuses maladies aux intrants chimiques. Lors des entretiens avec les producteurs AB convertis, ils affirment avoir abandonné l’agriculture conventionnelle parce qu’elle engendre de nombreux risques sanitaires.

58La reconnaissance de la mauvaise influence des produits chimiques sur la santé est très liée à certaines maladies souvent incurables qu’ont certains producteurs. Malgré les nombreuses consultations, analyses au laboratoire, le mal n’est pas détecté par les médecins. Ainsi, ces derniers lors des conversations « pensent » que la maladie est liée aux pesticides dont ils abusent lors des traitements.

59De même, certains consommateurs lient certaines maladies non transmissibles aux pesticides car, même les médecins lors des consultations n’arrivent pas à expliquer l’origine de ces maladies.

60Les analyses ne révèlent pas directement que ces maladies ont un lien avec les pesticides car plusieurs facteurs (mauvaises huiles alimentaires, cubes d’assaisonnement, qualité de l’eau de consommation, etc.) peuvent être à l’origine de ces maladies.

Discussion

61L’agriculture biologique est récente dans de nombreux pays africains. Au Sénégal, son apparition date des années 1980 (Tankam 2017; Bon et al. 2019). Les villes de l’Afrique de l’Est, comme Nairobi au Kenya, sont parmi les précurseurs dans le domaine de commercialisation des produits biologiques. Les marchés sont plus anciens et apparus en 2006 (Tankam 2017). Par contre dans les pays comme le Bénin, l’Ouganda, les initiatives de production biologique locale ont émergé à partir de 2007, relativement à la même période qu’au Burkina Faso. L’agriculture biologique est donc encore embryonnaire et peu développée dans de nombreux pays du continent.

62Comme, nous l’avons souligné, ce type d’agriculture est récent au Burkina Faso et la création des marchés est intervenue un peu plus tard. Tout comme dans les circuits courts à Cusco en équateur (Girard et Rebaï 2020), les initiatives de création sont l’œuvre des ONG et des producteurs. Mais une particularité du Burkina Faso est l’intérêt des particuliers dans la promotion de ces nouveaux circuits de vente, même si toutes les familles n’ont pas toujours les moyens de s’acheter ces produits issus de l’agriculture biologique. En Afrique, l’essor actuel des marchés pour ces produits répond ainsi à une demande sociale croissante, le plus souvent de consommateurs urbains de mieux en mieux informés sur les effets délétères des pesticides qui recherchent des aliments sains (Bon et al. 2018 : 2).

63La consommation des produits biologiques concerne surtout les expatriés et la classe moyenne burkinabè, pour lesquels ces produits sont accessibles, financièrement comme en termes d’accessibilité aux circuits et aux marchés. Mais ce n’est pas seulement l’apanage du Burkina Faso. En effet, l’étude de Bayiha et al. (2019) a montré qu’au Cameroun, ces produits étaient surtout prisés par les consommateurs internationaux et quelques nationaux.

64Le coût élevé des produits biologiques a aussi été mentionné par Andriamampianina et al. (2018) ; (Tankam 2017) comme un frein à sa consommation. Ils montrent dans leur étude que les produits biologiques, certifiés et labellisés au niveau local sont vendus aux consommateurs locaux à fort pouvoir d’achat. De même, Andriamampianina et al (2018), Tankam (2017) et Bon et al. (2018) ont relevé une variation de prix entre les produits biologiques et ceux conventionnels. Les produits biologiques ont des coûts de 35% à 350% supérieurs à ceux des produits conventionnels (Girard et Rebaï 2020). Cependant au Burkina Faso, les écarts de prix sont situés entre 10% à 15% du prix du conventionnel.

65Pour l’achat des produits biologiques, certains critères déterminent les choix des consommateurs. La santé a été choisie comme premier critère par les consommateurs (Agence Bio 2020; Benoit et al. 2017). En outre, l’origine du produit qui détermine l’identité du producteur et la non utilisation des intrants chimiques (Bendjebbar 2018) ont été cités comme déterminant à l’achat des productions biologiques.

Conclusion

66Au terme de l’analyse, nous retenons que les consommateurs de produits biologiques se recrutent parmi les personnes qui ont une assise financière consistante. La plupart des consommateurs sont des expatriés. Toutefois, de plus en plus de Burkinabès s’intéressent aux produits biologiques. Les consommateurs ont recours aux produits biologiques à cause de la toxicité des produits issus de la production conventionnelle où les pesticides sont généralement employés. La question de santé est donc au centre de l’adhésion des consommateurs aux produits biologiques. Cependant, les zones de production de produits biologiques ne sont pas développées à Ouagadougou. Pour y parvenir, cela nécessiterait l’adhésion des producteurs conventionnels, qui doivent prendre conscience de l’intérêt de commercialiser ces produits à travers des séances de sensibilisation et de formation, tout en étant accompagnés pour y parvenir.

67De plus, pour une meilleure visibilité et une connaissance des produits biologiques par les populations à niveau de vie faible, une délocalisation des marchés biologiques vers les marchés des quartiers périphériques serait opportune. Pour pallier ce déficit de marchés, il conviendrait de développer les initiatives pour la vente des produits biologiques. Mais encore faut-il que les revenus des consommateurs des produits conventionnels puissent leur permettre de s’offrir ce « luxe » ! Au demeurant, la géolocalisation des sites de productions et des marchés biologiques constitue un apport notable de la présente étude dans la promotion des productions biologiques à Ouagadougou. La santé du consommateur et la préservation de l’environnement dépendent étroitement des pratiques des producteurs et des consommateurs.

Top of page

Bibliography

AHOUAGNINOU C., BENJAMIN E.F., THIBAUD M. 2011. «Assessing health and environmental risks as regards practices of vegetables growers in the rural city of Tori-Bossito in southern Benin ». Cahiers Agricultures 20 (3) : 216-22.

ANDRIAMAMPIANINA L., TEMPLE L., BON H., MALEZIEUX E., MAKOWSKI D. 2018. « Evaluation pluri-critères de l’agriculture biologique en Afrique subsaharienne par élicitation probabiliste des connaissances d’experts ». Cahiers Agricultures, 27, 45002.

BON H., HUAT J., PARROT L., SINZOGAN A., MARTIN T., MALEZIEUX E., VAYSSIERES J-F. 2014. « Pesticide risks from fruit and vegetable pest management by small farmers in sub-Saharan Africa », Agronomy for Sustainable Development, Springer Verlag/EDP Sciences/INRA, 34 (4), pp.723-736. ff10.1007/s13593-014-0216-7ff. ffhal-01234836f

BOYER F., DELAUNAY D. 2009. Peuplement de Ouagadougou et développement urbain. Rapport provisoire, IRD.

COMMUNE DE OUAGADOUGOU et MANI TESE. 2020. Cartographie des périmètres maraichers et le recensement des producteurs maraichers dans la commune de Ouagadougou, 46p.

DAUVERGNE S. 2011. Les espaces urbains et périurbains à usage agricole dans les villes d’Afrique subsaharienne (Yaoundé et Accra) : une approche de l’intermédiarité en géographie. Thèse de doctorat en géographie, soutenue le 08-12-2011 à Lyon, École normale supérieure.

DUGUE P., KETTELA V., MICHEL I., SIMON S. 2016. Diversité des processus d’innovation dans les systèmes maraîchers des Niayes (Sénégal) : entre intensification conventionnelle et transition agroécologique. https://agritrop.cirad.fr/584363/3/6dugue-ok-isa-3.pdf

FAO, sd. « L'Agriculture Biologique au Sénégal ».

HERON R. 2016. Les mangeurs urbains Burkinabè, entre satisfaction et sécurisation alimentaires. Sociologie. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I.

INSD. 2009. Recensement général de la population et de l’habitation de 2006, Monographie de la commune urbaine de Ouagadougou, MEF.

KEDOWIDE M.G.C., SEDOGO P.M., GUELADIO C. 2010, « Dynamique spatio‐temporelle de l’agriculture urbaine à Ouagadougou : cas du maraîchage comme une activité montante de stratégie de survie », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 10, numéro 2/ septembre 2010

LEHMANN E. 2017. Impact Assessment of Pesticides Applied in Vegetable-ProducingAreas in the Saharan Zone: the Case of Burkina Faso. Thèse de doctorat : Génie Civil et Environnement, Lausanne EPFL.

MARTIN A. 2017. La commercialisation des produits maraîchers biologiques certifiés SPG sur Ouagadougou : quelles stratégies poursuivre pour pérenniser le système de certification et construire un marché des produits biologiques durable ? Mémoire de fin d’études, Montpellier, SupAgro.

MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES. 5e RGPH, 2019 : résultats préliminaires, septembre 2020. Ouagadougou.

SON D., SOMDA I., LEGREVE A., SCHIFFERS B. 2017. « Pratiques phytosanitaires des producteurs de tomates du Burkina Faso et risques pour la santé et l’environnement ». Cahiers Agricultures 26 (2): 25005. https://doi.org/10.1051/cagri/2017010.

TANKAM C. 2017. « L’organisation des marchés de producteurs de fruits et légumes biologiques à Nairobi, Kenya ». Cah. Agric., 26, 35006, 7p

TARNAGDA B., TANKOANO A., TAPSOBA F., SOURABIE PANE B., ABDOULLAHI HISSEIN O., OUMAR DJBRINE A., DRABO K-M, TRAORE Y. SAVADOGO A. 2017. « Évaluation des pratiques agricoles des légumes feuilles : le cas des utilisations des pesticides et des intrants chimiques sur les sites maraîchers de Ouagadougou, Burkina Faso ». Journal of Applied Biosciences, 117: 11658-11668.

YONLI T. N. 2019. Agriculture urbaine à Ouagadougou : question de pauvreté ou pauvreté en question ? Contribution à une socio-anthropologie du développement, Thèse de Doctorat unique de Sociologie, Ouagadougou, Université Joseph Ki- Zerbo.

Top of page

Notes

2 L’agriculture biologique au Burkina Faso comprend des pratiques agricoles qui excluent l’utilisation d’intrants chimiques (engrais chimiques et pesticides) dans la production. Les producteurs ont recours particulièrement à l’eau de forage et/ou de puits, mais aussi aux biopesticides et aux biofertilisants. L’usage des semences biologiques est recommandé, mais au cas où elles n’existent pas, des semences conventionnelles non traitées sont autorisées.

3 C’est une plateforme libre et open source en ligne qui permet de générer des questionnaires. Cet outil a pour objectif de se défaire du papier et de suivre en temps réel la collecte des données sur le terrain

4 Cette période constitue d’ailleurs le moment propice pour pratiquer l’agriculture urbaine à Ouagadougou qui reste dépendante des aléas climatiques, en l’occurrence le manque d’eau dès le mois d’avril. L’activité de production débute généralement dans les mois d’octobre de chaque année et les premiers produits frais sont attendus en décembre.

5 Les résultats du RGPH 2019 ne sont pas définitifs. Ce ne sont que des résultats provisoires rendus publics le 22 décembre 2020 par l’INSD.

6 Ce sont des installations qui permettent de capter les eaux souterraines pour l’irrigation

7 Ces superficies ont été identifiées sur Google Earth.

8 Il s’agit de l’appellation locale des pesticides.

9 Ce mot signifie argent de condiment en dioula, l’une des langues nationales du Burkina. C’est une enquêtée non consommatrice de produits biologiques qui a tenu ces propos pour signifier que seuls les riches peuvent s’offrir le luxe d’acheter les produits biologiques pour faire la cuisine.

10 Nous avons considéré comme expatriés les personnes qui proviennent des pays du Nord et qui résident au Burkina Faso.

11 Les autres nationalités rencontrées sont des Africains.

12 L’expression « produits biologiques » est méconnue et est peu employée dans les conversations quotidiennes des Burkinabè et même dans les médias. Sa promotion se fait surtout à travers les réseaux sociaux, principalement Whatssap et Facebook via le site du CNABIO mais également via les ONG, notamment l’ONG Mani Tese (qui signifie main tendue en italien), l’Association Beoneeré (un lendemain meilleur en langue locale mooré), l’Association la saisonnière, l’ONG Terre et Humanisme et l’ONG Autre Terre. L’expression « produits biologiques » n’est donc pas d’une utilisation populaire et quotidienne à Ouagadougou. Elle est beaucoup plus employée par les expatriés et certains burkinabè qui les côtoient ou qui sont proches des sites de production.

13 Yelemani est une association qui produit des fruits et légumes biologiques. Cependant, la zone de production se situe à 25 km de Ouagadougou.

14 Boanga est le nom d’acteur d’un célèbre comédien burkinabè qui joue le rôle d’un père de famille dont les membres sont nombreux. Pour l’interlocuteur rencontré sur le terrain, comme Boanga, le nombre élevé de ses enfants fait qu’il doit recourir à des aliments issus de l’agriculture conventionnelle moins coûteuse que l’agriculture biologique.

Top of page

List of illustrations

Title Carte 1 : Sites maraîchers de la ville de Ouagadougou
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-1.jpg
File image/jpeg, 248k
Title Carte 2 = Localisation des marchés biologiques
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-2.jpg
File image/jpeg, 136k
Title Graphique 1= revenu mensuel de consommateur de produits biologiques
Credits Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-3.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Graphique 2 = Répartition des consommateurs selon la nationalité
Credits Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-4.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Graphique 3 : âge des consommateurs des produits biologiques
Credits Source : Enquête de terrain décembre- janvier 2021
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-5.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Graphique 4 : nombre d’années de consommation des produits biologiques
Credits Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-6.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Photo 1 : Produits bios dans une boutique bio
Credits Photos des auteurs
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-7.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Photo 2 : Produits bios dans un marché bio
Credits Photo des auteurs
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-8.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Graphique 5=La fréquence de consommation des produits biologiques
Credits Source : Enquête de terrain, décembre-janvier 2021
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-9.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Photo 2 : Emballages vides de pesticides dans les sites maraîchers à Ouagadougou
Credits Source : O. Ouedraogo, 2020
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/13957/img-10.jpg
File image/jpeg, 224k
Top of page

References

Electronic reference

Taladi Narcisse Yonli and Odette Ouédraogo, “Les consommateurs des produits maraîchers biologiques à Ouagadougou”Anthropology of food [Online], 17 | 2023, Online since , connection on 20 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/aof/13957; DOI: https://doi.org/10.4000/aof.13957

Top of page

About the authors

Taladi Narcisse Yonli

Enseignant chercheur à l’Université Joseph KI-ZERBO au département de sociologie (Ouagadougou, Burkina Faso) ; narcisseyonli@gamail.com

Odette Ouédraogo

doctorante en cotutelle à l’Université de Nantes (France) et à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (Burkina Faso) ; Ingénieure de Recherche à l’INSS1Institut des Sciences des sociétés (INSS)/ Centre National de Recherche Scientifique et Technologique (CNRST)/CNRST (Burkina Faso) ; ouedetta@yahoo.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search