Skip to navigation – Site map

HomeThematic Issues from calls17La consommation de la viande de b...

La consommation de la viande de brousse à l’épreuve de changements environnementaux

Expérience de la Province de la Tshopo, République Démocratique du Congo
Bushmeat consumption and environmental change: the example of the Tshopo Province in the Democratic Republic of Congo
Olivier Igugu and Laurence Boutinot

Abstracts

Bushmeat is the main source of high-protein food for forest people in Central Africa. However, major changes are affecting the forest ecosystems of this area and the regions of Yangambi, Isangi and Kisangani, in the Tshopo Province, are not spared. In this region, the degradation of forest ecosystems, timber and wildlife exploitation, conflicts, urban population growth and agricultural encroachment are the main causes of these changes. In order to understand these environmental changes and their impact on the lives of the inhabitants of this region, surveys and interviews were conducted in three study areas, namely Yangambi, Isangi and Kisangani, between May and July 2019. These investigations revealed that local populations perceive environmental changes around their living areas through the shrinking of the forest cover, the removal of game areas and, above all, the changes that this brings about in their eating habits. In order to adapt to these changes, certain dietary restrictions are no longer respected by consumers, if they do not adopt a vegetarian diet. These transgressions are encouraged by the preaching of churchmen who, in the Democratic Republic of Congo (and like music stars and politicians), historically mobilize public opinion. Here, they carry pragmatic discourses that seek to alleviate concerns about environmental change, even if it means desecrating the rites of food prohibitions that were previously respected.

Top of page

Full text

Introduction

1La faune sauvage est la principale source de nourriture et la première en protéines animales pour les populations forestières d’Afrique centrale (Van Vliet et al. 2014 ; Fargeot et al. 2017 ; Fa et al. 2018). Dans cette partie du monde, toutes les espèces animales sont consommées, en dehors des espèces interdites par la coutume (Dieudonné 2016).

2Cependant, il s’observe que dans ces forêts tropicales, notamment en République Démocratique du Congo, cette consommation de la viande de brousse est affectée par des changements environnementaux observés actuellement dans le milieu. Ces changements se perçoivent à travers quelques phénomènes majeurs qui affectent cette zone, à savoir : la dégradation des écosystèmes forestiers, l’exploitation du bois et de la faune, l’urbanisation et la démographie croissante. Musampa (2009) estime que la dégradation forestière désigne les « changements qui influent négativement sur le peuplement forestier, en réduisant en particulier la capacité de production ». La dégradation n’est pas, ainsi, à confondre avec la déforestation, qui renvoie à la conversion de la couverture forestière en d’autres usages. Mais ces deux phénomènes indiquent une transformation de superficies forestières, la différence se situant dans le caractère irréversible de la déforestation.

3Dans les régions de Yangambi et d’Isangi, la réduction des superficies forestières affecte directement la richesse faunique et, par conséquent, également la consommation de la viande de brousse. Pour la région d’Isangi, la perte des superficies forestières est évaluée à 2 642 ha en moins de dix ans (période allant de 2002 à 2010) (Katembera et al. 2015), cela représente un taux annuel de déforestation de 0,13%, soit 330 ha de perte du couvert forestier (Katembera et al. 2015). Sur une période plus longue de trois décennies dans la région de Yangambi, la déforestation s’est accélérée et le taux annuel est passé de « 0,18% au cours de la période 1986-2003 à 0,38% entre 2003 et 2016 » (Kyale 2019b).

4Plusieurs raisons expliquent ce phénomène, et Tchatchou et al. (2015) dénombrent quatre grands types de causes « immédiates » de la déforestation et de la dégradation forestière. C’est notamment l’extension des infrastructures (routes et urbanisation), l’expansion de l’agriculture, l’exploitation forestière, aussi bien artisanale qu’industrielle (Katembera et al. 2015, Bennitez-Lopez 2019), ainsi que d’autres facteurs sociaux (mobilité de la population, conflits) et environnementaux (facteurs biophysiques, prédispositions environnementales). Comme le mentionnent Foley et al. (2007), la dégradation des forêts et la déforestation ne se limitent pas au défrichement de grandes surfaces d'arbres, elles ont également pour conséquence l’éloignement des animaux. La destruction des habitats est considérée comme l’une des principales causes du déclin de la diversité fonctionnelle des espèces fauniques (Romero et al. 2020), phénomène que l’on qualifie de « défaunation ».

5La défaunation est considérée par Dirzo et al. (2014) comme ce phénomène massif de disparition d’animaux dans le monde et un des facteurs majeurs de changement environnemental global. Elle se caractérise à la fois par l’extinction des espèces et la diminution en termes d’abondance spécifique ; cette extinction pouvant être locale, régionale ou globale (Dirzo et al. 2014).

  • 1 Dans cette région, il s’observe une insécurité alimentaire de Phase 2 telle que décrite par la FAO. (...)
  • 2 Aussi qualifiées de sauvetage par les habitants de Yangambi, les chenilles comestibles sont récolté (...)

6L’éloignement des animaux contribue à cette insécurité alimentaire constatée dans certains secteurs de la région de Yangambi. Étant donné la dépendance des populations villageoises envers la viande de brousse pour leur alimentation, nous faisons l’hypothèse, à l’instar des constats de la FAO, qu’un phénomène de malnutrition sévère peut survenir dans la région dès lors que les forêts s’éloignent et ne sont plus giboyeuses. Les enfants en seraient les premières victimes1 et des familles entières sont contraintes d’attendre la saison des chenilles2 pour satisfaire leurs besoins en protéines animales.

7Les forêts de la région d’Isangi et de la Réserve de Biosphère de Yangambi ne sont pas épargnées par cette situation. L’éloignement des animaux sauvages y est également perceptible. En effet, comme le font remarquer Van Vliet et al. (2018), qui ont mené une étude ethno-zoologique dans la région, les forêts de Yangambi se vident de leur faune sauvage. Des espèces de grande taille dites vulnérables (telles que les éléphants, les buffles, les okapis, et certains céphalophes, etc.) n’y sont pratiquement plus visibles et se retrouvent davantage au Nord, dans la réserve de Ngazi adjacente, où les habitats semblent moins perturbés.

  • 3 Pour les animaux de grande taille, on parle de la « Stratégie K », étant donné que leur taux de rep (...)

8En revanche, on constate dans ces forêts, une recrudescence d’espèces dites opportunistes (animaux de petite taille, notamment les petits rongeurs) pour lesquelles le taux de reproduction est très élevé en raison de la « Stratégie r », selon laquelle les espèces de petite taille se reproduisent en grand nombre (Pianka 1970)3.

  • 4 Igugu 2019, données d’enquêtes non publiées.

9Cette défaunation n’a pas d’impact uniquement sur le gibier, elle a également des conséquences sur la perte de services écosystémiques essentiels pour la survie de l'humanité en général (Bennett 2002 ; Dirzo et al. 2014 ; Young et al. 2016) et pour la flore en particulier puisque les animaux contribuent à la dispersion et à la dissémination des graines dans les zones forestières (Guillo 2007 ; Beaune et al. 2012 ; Grenados et al. 2018). Cette situation affecte ainsi le quotidien des villageois de la région. A Kisangani, dans le principal marché de produits forestiers, le prix de la viande de brousse ne cesse d’augmenter (Van Vliet et al. 2012). Dans ce milieu, la consommation de viande de brousse marquait tous les jours de la semaine ainsi que l’enquête de Van Vliet et al. (2014) auprès de jeunes élèves le révélait. Actuellement, à Kisangani, cette consommation carnée se réduit à une ou deux fois par semaine4. La viande de brousse devient ainsi un bien de luxe, voire un symbole pour les plus nostalgiques de la tradition (Van Vliet et Mbazza 2011).

10Cependant, la défaunation est liée aux activités humaines, dont la chasse et surtout le grand braconnage, dans les écosystèmes forestiers. Si la chasse de subsistance dans des zones de faibles densités démographiques reste modeste, en revanche les pratiques à grande échelle ou intenses, et le braconnage, ont des effets négatifs sur l'abondance spécifique des animaux, sachant qu’elles touchent toutes les catégories d’animaux (carnivores, frugivores, herbivores), y compris les espèces protégées ayant une valeur importante pour la conservation (le cas des éléphants, des okapis, etc.) (Osuri et al. 2020). Avec la croissance des zones urbaines, le nombre de chasseurs augmente, les armes de chasse se multiplient et se sophistiquent, favorisant l’augmentation du nombre de captures afin de satisfaire la demande des consommateurs.

11Urbanisation et croissance démographique des agglomérations de la région auraient ainsi conduit à la quasi-disparition de plusieurs espèces. Et cette situation est à la base de l’accentuation du phénomène de « forêt vide » (Redford 1992) qui s’observe dans la région. En effet, comme le souligne Vermeulen (2018) : « l’augmentation de la population et de la déforestation s’accompagnent d’une modification des pratiques, d’une diminution de la part de la faune dans les revenus et dans le bol alimentaire, et amènent à une disparition quasi complète de la faune ».

12Ainsi, si d’aucuns établissent une corrélation positive entre la forte densité de la population et la défaunation (Bamba et al. 2010), il reste que les techniques de chasse, dont certaines sont très sophistiquées et que l’on sait utilisées dans la région, contribuent considérablement à menacer la durabilité de la faune (Salumu et Shaumba 2017 ; Van Vliet et al. 2010 ; Barnes 2002) au point que la chasse puisse être considérée, notamment par beaucoup de conservationnistes écologistes, comme la plus grande menace envers la biodiversité (Wicander et Coad 2018).

13L’objectif de cet article est ainsi d’analyser les effets des changements environnementaux sur la consommation de la viande de brousse dans la région de Yangambi, Isangi et Kisangani avant de présenter les stratégies d’adaptation que les populations de cette région adoptent pour y faire face. Après avoir exposé la méthode utilisée et le terrain d’étude, nous analyserons les changements environnementaux et leur influence sur les pratiques alimentaires des populations villageoises, puis nous discuterons de leurs stratégies d’adaptation face à ces changements pour pallier les contraintes et les restrictions d’ordre alimentaire.

Exposé des Méthodes

14Dans ce travail, nous avons essentiellement eu recours à trois techniques pour la collecte de données : des entretiens individuels (semi-structurés), une enquête ménage sur la consommation de la viande de brousse et un travail documentaire.

15Ces travaux de terrain ont été menés dans le cadre de notre formation en Master 2 à l’Université de Kisangani, entre mai et juillet 2019. Cette formation et cette recherche ont bénéficié de l’appui financier de l’Union Européenne à travers ses partenaires dont le Center for International Forestry Research (CIFOR) et l’Université de Kisangani (UNIKIS).

16Ces entretiens/enquêtes nous ont permis de comprendre et de décrire la manière dont les repas des habitants de Yangambi, Isangi et Kisangani s’adaptent (ou se sont adaptés) aux changements environnementaux que connaissent ces zones.

17La recherche documentaire nous a aidés non seulement à confronter les résultats de nos entretiens à ceux d’autres chercheurs, mais aussi à comprendre l’évolution de l’environnement forestier de ce milieu d’étude. Pour cela nous avons eu recours à la documentation disponible sur internet, à la bibliothèque de l’université (articles et ouvrages scientifiques) et à des articles de presse.

18Nous avons engagé des entretiens individuels à la fois avec des professionnels de l’art cynégétique (de la chasse), des vendeurs ainsi qu’avec des consommateurs de viande de brousse. Par consommateur, on entend toute personne intervenant au bout de la chaîne d’approvisionnement de la viande de brousse, c’est-à-dire n’étant ni chasseur, ni commerçant, ni transporteur.

  • 5 Jadora International LLC est une entreprise américaine qui œuvre dans la gestion durable des écosys (...)

19En outre, des enquêtes de ménages ont été menées auprès des hommes et des femmes, responsables de ménages, âgés d’au moins 25 ans et vivant à Yangambi, Isangi et Kisangani depuis au moins dix ans. Un échantillon de 343 individus a été interviewé au total, réparti dans six quartiers de la cité de Yangambi, dans cinq communes de la ville de Kisangani et dans deux villages du territoire d’Isangi se trouvant sur la rive gauche du Fleuve Congo. La sélection des quartiers de Yangambi était basée essentiellement sur le poids démographique, tandis que pour Isangi, nous avons choisi les villages les plus proches de la forêt ayant constitué l’ancienne concession forestière de la Société Africaine de Bois (SAF Bois), transformée en Concessions de conservation par le projet Jadora5. Dans la ville de Kisangani, le choix des communes est basé, d’une part, sur l’ouverture qu’elles présentaient aux différentes voies d’approvisionnement de la viande de brousse dans la ville et, d’autre part, sur les points de vente à l’intérieur. Dans chaque commune/quartier, nous nous sommes entretenus avec vingt personnes.

Terrain

Territoire d’Isangi

  • 6 Selon les informations recueillies au bureau territorial, auprès du Secrétaire du Territoire d’Isan (...)
  • 7 Lorsque nous parlons de tribus dans cet article, c’est en employant ce langage communément partagé (...)

20Le territoire d’Isangi a une superficie de 15 570 km2. Il est situé dans la province de la Tshopo et comprend treize secteurs6. On y trouve principalement quatre tribus7 (Turumbu, Lokele, Topoke et Foma) qui forment les 712 045 habitants que compte ce territoire.

21Il est important de savoir que lorsque nous parlons du territoire d’Isangi, nous faisons allusion au chef-lieu de ce territoire qui se situe sur la rive gauche du fleuve Congo, à plus de 20 kilomètres de la Cité de Yangambi et 120 kilomètres de la ville de Kisangani. Nous avons essentiellement mené des enquêtes dans deux villages proches de la concession de conservation de Jadora, à savoir Yatoengo et Yafunga. Ces deux villages se situent dans le secteur-chefferie de Baluolambila. Ce dernier a une superficie estimée à 2 009 km2 et une population estimée à 43 158 habitants.

Cité de Yangambi

22Cette cité est située dans le territoire d’Isangi, Province de la Tshopo, à 100 km la ville de Kisangani. Sa superficie est de 840 km2. Elle est composée de dix quartiers qui sont les suivants : Likango, Ekutsu, Lusambila, Manzikala, Lomboto, Bangala, Musa, Lumumba, Yaekama et Ngazi.

23Plusieurs tribus cohabitent dans cette cité, les principales sont les suivantes : Turumbu, Topoke et Lokele. Ces tribus parlent majoritairement lingala.

24La cité de Yangambi s’établit sur le site de la Réserve forestière de Yangambi créée en 1939 par le colonisateur belge et classée comme Réserve de Biosphère par l’UNESCO depuis 1979.

25De nombreuses études scientifiques ont décrit la diversité écologique de cette région. Elles ont permis d’identifier 128 essences forestières pouvant fournir du bois d’œuvre de très bonne qualité, 239 espèces de poissons et 44 espèces de mammifères (Kyale et al. 2019a).

Ville de Kisangani

26La ville de Kisangani est le chef-lieu de la Province de la Tshopo. Elle est située entre 0°31’ de latitude nord et 25°11’ de longitude est au nord-est de la République Démocratique du Congo. Elle compte six communes : Makiso, Kabondo, Kisangani, Tshopo, Mangobo et Lubunga (commune située sur la rive gauche du fleuve Congo). Les tribus dominantes sont les suivantes : Lokele, Topoke, Bambole, Mongo, Bakumu, Babowa et Baenya. On y trouve également une forte concentration des populations dites arabisées issues du métissage entre les populations locales et les commerçants arabes.

27Le français, le swahili et le lingala sont les principales langues parlées dans cette ville et coexistent avec plusieurs autres langues vernaculaires. Dans leur grande majorité, les habitants de cette ville s’expriment aisément aussi bien en lingala qu’en swahili, les deux langues nationales principales de la République Démocratique du Congo. Cependant, selon les groupes culturels, les pratiques linguistiques et culinaires se distinguent. Par exemple, les Bakumu, les Baenya et les Arabisés parlent davantage le swahili, alors que les Bambole, les Mongo et les Babowa s’expriment plus en lingala. Aussi, il est à noter que les Lokele et Topoke, habitant les villages proches de la ville, parlent davantage le swahili en comparaison à ceux qui vivent dans les villages éloignés où domine le lingala. Du point de vue culinaire, les Baenya et les Lokele sont davantage consommateurs de poissons puisque vivant près des cours d’eau, alors que les autres sont plus consommateurs de viande de brousse, étant donné que leurs villages sont situés en pleine forêt ou à proximité.

28La présentation des tribus n'est en rien déterminante ni discriminante dans cette étude. Elle est d'ordre descriptif et informatif. La consommation alimentaire y est vue sous différents angles qui relativisent les seuls critères d'appartenance ethnique et les tabous qui y sont liés. Aussi avons-nous tenu compte des modes de production et des lieux de vie, ainsi qu'à des niveaux plus individualisés, des croyances religieuses. Nous n'avons pas recensé l'ensemble des mœurs relatives à chaque tribu en matière de consommation mais nous avons davantage exploré la possibilité d'une approche multifactorielle des comportements individuels et collectifs face à la consommation de viande de brousse dans un contexte de raréfaction de la ressource.

La consommation de la viande de brousse à l’épreuve des changements environnementaux

29Le couvert forestier du pays, qui ne cesse de reculer (Karsenty 2020), a pour conséquence notamment la disparition ou l’éloignement des animaux. Dans cette section, nous décrirons tout d’abord la perception des changements environnementaux par les populations locales avant de présenter la façon dont ces populations adaptent leurs habitudes alimentaires face à cette situation.

Perception de changements environnementaux par les populations locales

30La Figure (1) décrit la perception de la disponibilité de la faune sauvage à Isangi, Yangambi et Kisangani.

Figure 1 : Perception de la disponibilité de la faune (N= 343)

Figure 1 : Perception de la disponibilité de la faune (N= 343)

Source : Enquêtes des auteurs entre mai et juin 2019

  • 8 Un père de famille dont la taille du ménage est de 80 personnes (dont ses 3 épouses, ses enfants et (...)

31Il ressort de ce graphique que, selon la perception des habitants de la région (Isangi, Yangambi et Kisangani), la faune sauvage est en baisse. En effet, quel que soit le milieu d’habitation des enquêtés, la majorité de ceux-ci estime que les animaux sauvages se raréfient ou ont disparu de la région. Cette situation est bien décrite par un « notable8 » du village de Yafunga, en territoire d’Isangi : « Il y a quelques années, il nous suffisait de placer des pièges derrière nos maisons et quelques heures après, on venait y retrouver du gibier pour notre repas, mais actuellement il nous faut marcher au moins deux jours pour attraper les animaux ». Ce constat est aussi observé à Yangambi, où les paysans « ont fait remarquer que dans les années 1970, 1980 voire 1990, les singes et autres gibiers étaient abattus non loin des villages par les chasseurs » (Kyale et al. 2019b). De même, dans l’enquête de Van Vliet et al. (2018), les chasseurs de Yangambi notent que la région « se caractérise par un déclin progressif » de toutes les espèces de mammifères (Van Vliet et al. 2018).

32Ce changement se remarque aussi dans les prises des chasseurs. Actuellement les espèces arboricoles (telles que les primates et quelques espèces aviaires) inondent les marchés locaux et, comme le mentionnait Bahuchet (2000 : 336), « la fréquence des singes informe sur l’importance relative de la chasse au fusil, mais aussi sur l'épuisement local de la faune : lorsque la disponibilité diminue, c’est le taux de capture du gibier arboricole qui augmente. »

33A contrario, on remarque également sur ce graphique que quelques enquêtés de Kisangani évoquent une stabilité de la faune sauvage dans la région contrairement aux réponses sur les autres sites. En approfondissant nos échanges avec ceux-ci, il s’avère que ce sont pour la plupart des jeunes qui résident en ville et ont peu vécu dans le milieu forestier. C’est vraisemblablement la raison pour laquelle ils ne perçoivent pas l’évolution négative de la faune sauvage dans la région.

34Mais la question de savoir l’origine de cette diminution nous importe. Selon Maxwell et al. (2016), la surexploitation des ressources fauniques et l’agriculture sont les principales causes de l’érosion de la biodiversité.

35Tel que constaté lors des enquêtes, l’hypothèse selon laquelle la surexploitation de la faune sauvage est due à la croissance démographique reste plausible, mais certainement pas la seule en cause. L’histoire nous apprend aussi que la chasse a toujours été lucrative et le fait des élites coloniales pour les trophées, les peaux, les cornes, laissant une part de la viande aux peuples « indigènes » dans la mesure de leur subsistance (Van Schuylenbergh 2019) ; puis le fait des élites urbaines contemporaines. Ainsi la question de la croissance démographique doit s’articuler avec une analyse du marché, de la division du travail et de la redistribution des revenus de la chasse. La relation qui est généralement faite de façon directe entre la croissance démographique et l’accroissement de la consommation de la viande de brousse doit être nuancée de façon à considérer les règlements, les sanctions et les différenciations sociales dans les modes de consommation au niveau urbain. On n’honore pas à notre table un hôte de qualité, par exemple un ministre, de la même manière qu’on partage un plat en famille dans un village. Les ressources fauniques sont d’autant plus prisées qu’elles se raréfient et sont chères. Aussi, est-il nécessaire de replacer la question de la raréfaction des ressources fauniques dans une analyse sociologique des modes de consommation pour comprendre et distinguer les chasseurs de subsistance des braconniers (à grande échelle). Les premiers étant considérés comme braconniers alors même qu’ils cherchent leur subsistance, les seconds étant encore rarement inquiétés.

36D’autre part, il convient également de distinguer ce qui relève de l’agriculture familiale de celle qui est destinée à la commercialisation à travers l’accaparement à grande échelle de terres agricoles pour les produits d’exportation, l’agrobusiness.

37Aussi, toujours selon Maxwell et al. (2016), si la chasse est considérée comme étant parmi les principaux éléments de la surexploitation, l’exploitation forestière y contribue aussi. En effet, ainsi que l’indique Thiollay (1999), l’exploitation forestière entraine généralement une pression supplémentaire dans la forêt suite à l’ouverture de routes qui servent ainsi de pistes pour les chasseurs. Cette affirmation est corroborée par le constat de Benitez-Lopez et al. (2010) qui précisent que les populations de mammifères et d’oiseaux déclinent avec la proximité des infrastructures et des routes. En outre, la pratique de piégeage étant fortement utilisée dans la région, et cela par toutes les tranches d’âges, il y a des raisons de craindre qu’elle n’ait aussi considérablement contribué à la baisse de la disponibilité de la faune sauvage dans la région d’Isangi et Yangambi. En effet, on constate très souvent qu’une personne qui installe plusieurs pièges sur une distance importante du village ne peut malheureusement pas les relever tous. Dans cette situation, le gibier capturé dans un piège, peut y mourir et pourrir faute de temps ou de fatigue de la part du piégeur pour le récupérer.

38Le constat de la diminution de la faune sauvage dans la région s’observe également à travers un autre aspect important, qui est la fréquence hebdomadaire de la consommation de viande de brousse. Selon les dires des enquêtés, la viande de brousse se consomme de moins en moins dans les trois zones d’étude. Cette situation est illustrée par la figure qui suit.

Figure 2 : Consommation hebdomadaire de viande de brousse (N= 343)

Figure 2 : Consommation hebdomadaire de viande de brousse (N= 343)

Source : Enquêtes des auteurs menées entre mai et juin 2019

39Ce graphique montre qu’à Isangi (et dans une moindre mesure à Yangambi et Kisangani), la viande de brousse est consommée selon la disponibilité du gibier capturé ou chassé. Cette disponibilité peut être quotidienne si la chasse est abondante. En revanche, à Kisangani la consommation est occasionnelle, certainement à cause de la rareté de la viande de brousse sur le marché et de la disponibilité des animaux d’élevage et autres produits carnés. Il reste le constat selon lequel, à Isangi, se trouvent davantage de chasseurs qu’à Yangambi où la chasse fait l’objet d’une plus grande surveillance, voire d’une interdiction dans certaines zones de l’aire protégée.

  • 9 A Yangambi le marché est ouvert le mercredi et le dimanche, quant à Isangi, le marché est ouvert to (...)

40Aussi, à Yangambi la fréquence hebdomadaire de la consommation de viande de brousse se situe entre 1 et 3 fois, et peut s’expliquer par le fait que le marché est lui-même ouvert deux fois par semaine9.

41Une autre raison expliquerait cette faible fréquence de consommation de la viande de brousse à Yangambi. En effet, il n’est pas aisé pour ceux qui ne sont pas chasseurs de consommer régulièrement de la viande de brousse sans avoir des moyens financiers, et les conditions de vie en milieu rural sont peu monétarisées. C’est pourquoi les villageois de la région de Yangambi se sentent « sauvés » pendant la saison des chenilles, dès lors que ces dernières sont à la portée de tout le monde, de surcroît dans une période où les enfants sont en congés scolaires et peuvent par conséquent prêter main-forte à leurs parents dans la collecte en forêt.

Kisangani, un cas particulier

  • 10 La Province Orientale était constituée de quatre districts à savoir Tshopo, Ituri, Haut-Uélé et Bas (...)

42La ville de Kisangani est un cas particulier en ce qui concerne la consommation de viande de brousse. Elle est le chef-lieu de la province de la Tshopo et, avec ses quelques 1 602 144 millions d’habitants (Atlas des populations et pays du monde 2020), elle constitue un des plus grands foyers de consommateurs de viande de brousse de toute la grande Province Orientale10. Cependant, à cause de la dernière crise épidémiologique liée à la maladie à virus Ebola qui a frappé l’Est de la RDC en 2018, certains enquêtés ont déclaré ne plus consommer ou avoir réduit considérablement leur consommation de viande de brousse en guise de prévention de cette maladie. Cette décision est motivée par le fait que la faune sauvage est accusée d’être à l’origine de cette pathologie. Ainsi, Nika, une habitante de la ville, déclare : « Avec l’apparition de la maladie à virus Ebola dans la région, j’ai arrêté de consommer la viande de brousse ».

43Bien que la consommation de la viande de brousse ne soit pas confirmée comme étant la voie de transmission de la maladie à virus Ebola (Fa et al. 2018), il reste évident pour certains chercheurs que les animaux sauvages demeurent des réservoirs de cette maladie et de beaucoup d’autres parasites, de virus et de bactéries (Fa et al. Ibid.) et qu’ils seraient à la base de plusieurs maladies, dites zoonoses.

  • 11 La Province Orientale avait enregistré plusieurs cas de malades à virus Ebola en 2012 (et en 2018, (...)

44Ainsi, pour la ville de Kisangani11, en dehors des changements environnementaux, la peur de contracter la maladie à virus Ebola est un facteur majeur dans l’adoption des alternatives à la consommation de viande de brousse. Cela est plus aisé aux citadins, du fait de la disponibilité d’autres produits carnés sur les marchés, notamment les poulets et les poissons surgelés qui sont importés, particulièrement des pays d’Afrique australe en passant par Kinshasa, la capitale congolaise.

Adaptation alimentaire face aux changements

45Ayant compris que les changements environnementaux dans la région de Yangambi, Isangi et Kisangani ont sensiblement affecté le panier des ménages de la région, il est important maintenant de présenter les stratégies d’adaptation de ces populations face à ces changements.

46Dans cette région où les coutumes et les traditions régulent les relations sociales et le vécu quotidien des populations locales, on note que les changements environnementaux ont impacté significativement la vie de ces communautés et ont contribué, comme l’a également constaté Pagézy (2013), à l’abandon de plusieurs interdits alimentaires. Paraphrasant De Garine (1980), cette autrice constate que « le respect des interdits s’est relâché avec les nouvelles aspirations liées à la modernité » (Pagézy 2013), particulièrement sensibles dans la ville de Kisangani.

47Pour toute la zone d’étude, les stratégies d’adaptation aux changements environnementaux peuvent être catégorisées selon deux approches : du point de vue culturel et social, et du point de vue économique.

L’adaptation sur le plan culturel et social

  • 12 Voir la liste des animaux protégées en RDC (tirée de l’Annexe III du Décret n° 038/2003 du 26 mars (...)
  • 13 CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées (...)

48Sur le plan culturel, comme illustré précédemment, les interdits alimentaires tombent ainsi en désuétude. Face à la baisse, sinon la disparition, des animaux sauvages dans le milieu, les valeurs culturelles ne sont plus scrupuleusement respectées dans les pratiques alimentaires. Ainsi, toutes les espèces animales, dès lors qu’elles sont disponibles, sont consommées y compris les animaux dont la chasse et la consommation sont prohibées par la loi ou la coutume (Beaune et al. 2012). Il est important de signaler que ces interdits alimentaires pouvaient contribuer efficacement à la conservation de certaines espèces animales, sans intentionnalité écologique particulière. Ainsi par exemple, le chimpanzé (Pan troglodytes), comme nous le dit une enquêtée de Kisangani : « Le Mukomboso (le chimpanzé) est l’animal totem de notre clan des Balisi, un clan de la tribu des Babowa, et en tant que tel il ne peut être mangé ». Cette espèce, désormais classée parmi celles qui sont en danger d’extinction, considérée comme une espèce protégée en RDC12 et reprise sur la liste rouge de la CITES13, ne peut être consommée d’aucune manière en raison de son caractère sacré. Il n'existe pas de lien direct entre le fait que ce chimpanzé soit sacré pour une tribu et le fait qu'il soit devenu « espèce protégée ».  Si certains groupes ne le consomment pas, cela n'exclut pas le fait que d'autres individus puissent en faire leur repas, le commercialiser sur les marchés quotidiens, voire dans le cadre d'un braconnage élargi.

49Cette situation s’accentue également avec les messages des hommes d’église qui rappellent à leurs adeptes de n’obéir qu’à Dieu, ‘Seul Maître du monde’, et non aux autorités traditionnelles. « Étant donné que le Fils de Dieu s’était sacrifié sur la croix pour mettre fin à toutes les coutumes et faire de nous tous des enfants de Dieu, les Chrétiens ne doivent plus suivre les prescriptions de la coutume. », nous déclare le pasteur Jules de l’Église Assemblée Chrétienne de Yangambi.

50Dans une région où la quasi-totalité de la population est croyante (tel que présenté sur la figure 3), les messages de gens d’Eglise sont écoutés et cela équivaut à une certaine légitimation des pratiques de consommation dès lors qu’il n’y a pas suffisamment à manger.

Figure 3 : Religion des interviewés

Figure 3 : Religion des interviewés

Source : Enquêtes menées par les auteurs entre mai et juin 2019 (N= 343)

  • 14 Selon Muhemu (2006), le Kitawalisme est un mouvement religieux créé par Bushiri dans les années 194 (...)

51La lecture de cette figure montre clairement que, dans les 3 zones de recherche, la majorité des personnes interrogées est croyante et membre d’églises protestantes ou proches du protestantisme (Eglise de réveil, Brahnamiste, Kimbanguiste). Les catholiques et autres membres d’églises locales (Kitawala) ne sont pas loin derrière. A noter que, contrairement aux deux autres zones d’étude, Isangi semble abriter plus d’adeptes du Kitawalisme14.

52Il ressort de cette situation que le protestantisme, religion qui prône une certaine rupture avec le coutumier, joue un grand rôle dans la modification des habitudes alimentaires et contribue ainsi à la fin des interdits alimentaires coutumiers. Ainsi que nous le déclare Maman Marthe, dans un des villages d’Isangi : « Pour nous les Chrétiens, nous sommes autorisés à tout consommer, Jésus est venu mettre fin aux interdits ».

  • 15 C’est dans la Commune de Kisangani, dans la ville qui porte le même nom, que l’on retrouve le plus (...)

53En revanche, en ce qui concerne la religion musulmane, il est important de savoir que ses adeptes continuent à respecter les interdits alimentaires. Et cela ne se limite pas uniquement aux espèces à consommer. Après échange avec quelques interviewés musulmans, il s’est avéré qu’un musulman ne peut consommer qu’une viande dont il maîtrise bien la nature et la manière dont a été tué l’animal, cette viande doit donc être halal. Concrètement, le musulman ne peut pas consommer la viande de singe, notamment le chimpanzé (tous des animaux humanoïdes), ni de potamochère (le porc sauvage). Pour certains musulmans interrogés et qui consomment la viande de brousse15, les céphalophes sont davantage tolérés dans leur alimentation. Mais ceux-ci ne peuvent être consommés que si c’est un chasseur musulman qui a mis à mort l’animal. C’est le constat fait aussi par Epelboin et al. (2012) qui précisent que les musulmans ne peuvent consommer que l’animal mis à mort de manière rituelle et égorgé par un autre musulman mais jamais par celui qu’ils considèrent comme un non-croyant.

Adaptation sur le plan économique

54Enfin, ces changements vécus dans le milieu naturel ne se limitent pas seulement au plan environnemental, ils touchent également à l’économie. Rappelons que les ménages modestes (pauvres) n’accèdent plus aussi facilement à la viande de brousse faute de moyen et de disponibilité de la ressource. Ainsi, ces ménages recourent davantage aux produits maraichers locaux pour leur alimentation. En effet, selon les résultats des interviews réalisées, les interviewés déclarent se tourner vers les légumes (amarantes, feuilles de patate douce, feuilles de manioc, feuilles de courge, etc.) par manque de moyens financiers pour se procurer de la viande fraîche (sauvage) qu’ils ont cependant toujours aimé consommer. Un habitant de Kisangani nous déclare ainsi : « Papa, nous n’avons pas de choix, nous commençons à consommer tous les jours le matembele (feuilles de patate douce) ou le pondu (feuilles de manioc) par manque d’argent pour se procurer de la viande ». On observe également dans cette région que lorsque l’on parle de la viande (nyama, en langue locale), l’on ne fait allusion qu’à la viande de brousse, la viande domestique étant désignée par le nom de l’espèce. On parle ainsi de chèvre (ntaba), poulet (soso), vache (ngombe), etc.

55Et les rares personnes qui pratiquent l’élevage dans la région (également constaté par Pagézy (2013) depuis les années 1970), ne le font pas pour leur consommation mais davantage pour résoudre des problèmes familiaux (tels que la scolarité de leurs enfants, le paiement de leurs amendes, le don au chef, etc.) et ne consomment la viande d’élevage que dans des occasions très rares, par exemple pendant les fêtes de fin d’année (Pagezy 2013) ou lors des cérémonies de mariage.

Conclusion

56A travers cet article, qui n’est qu’une partie de la recherche que nous continuons de mener sur la consommation de viande de brousse, nous avons tenté de décrire comment les changements environnementaux affectent la consommation du gibier dans la région de Yangambi, Isangi et Kisangani, et les stratégies qu’adoptent les populations de ces milieux pour faire face à ces changements.

57Tout d’abord, les changements environnementaux vécus dans ce milieu sont perçus par les populations locales à travers quelques phénomènes empiriquement observés. Il s’agit de la perte de la couverture forestière, la baisse de la faune qui se révèle, d’une part, par l’éloignement des animaux eu égard aux lieux d’habitation et comparativement aux années passées et, d’autre part, ce qui a pour conséquence de réduire la fréquence de la consommation de la viande de brousse dans leur alimentation. Il ressort des entretiens effectués que les changements environnementaux ont affecté les habitudes alimentaires des trois sites urbains et ruraux de la région, Yangambi, Isangi et Kisangani.

58Ainsi, sur le plan socio-culturel, appuyés par des prescriptions religieuses, ces bouleversements environnementaux contribuent à la fin des interdits alimentaires. Comme stratégie d’adaptation, ce sont désormais toutes les espèces animales qui sont consommées, y compris les espèces protégées par la loi congolaise et autres normes internationales. Ces interdits alimentaires qui, jadis, jouaient un rôle déterminant dans la régulation de la société et des écosystèmes forestiers, ne sont plus fonctionnels. Une situation favorisée, aussi et surtout, par les prédications d’hommes d’églises, dans une région où la majorité de la population est croyante et pratiquante. Ces membres des églises évangéliques (dites du réveil) estiment, pour la plupart, que la mort de Jésus a mis fin à tous les tabous et que les hommes sont autorisés à tout consommer. Ainsi, tout animal capturé dans le piège va directement dans la marmite. Enfin, la viande de brousse étant devenue rare et chère, certains sont contraints d’adopter le régime végétarien et d’attendre la saison de chenilles (dite de sauvetage) pour se consoler, il n’est pas dit que la levée des interdits sur la consommation du gibier sauvage, prêchée par les évangélistes, soit de nature à rassurer les écologistes.

WEBER M. [1921] 1995. Economie et société, T1. Paris : Editions Agora Pocket

Top of page

Bibliography

ATLAS DES POPULATIONS ET PAYS DU MONDE. 2020. « République démocratique du Congo », PopulationData.net, consulté le 14 janvier 2022 :

[https://www.populationdata.net/pays/republique-democratique-du-congo/].

BAHUCHET S. 2000. « La filière “viande de brousse” », in S. BAHUCHET (ed.) Les Peuples des forêts tropicales aujourd’hui : 331-363. Bruxelles : Commission européenne-APFT

BALANDIER G. 1963. Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Paris : PUF.

BAMBA I., SADAIOU SABAS BARIMA Y. et BOGAERT J. 2010. « Influence de la densité de la population sur la structure spatiale d'un paysage forestier dans le bassin du Congo en R. D. Congo », Tropical Conservation Science. 3 (1) : 31-44.

BARNES R. F. W. 2002. The bushmeat boom and bust in West and Central Africa”. Oryx. 36(3) : 236-242.

BEAUNE D., BRETAGNOLLE F., BOLLACHE L., HOHMANN G., SURBECK M. et FRUTH B. 2012. “Seed dispersal strategies and the threat of defaunation in a Congo forest”, Biodiversity and Conservation. 22 (2013) : 225-238.

BENΙTEZ-LΟPEZ A., ALKEMANDE R. et VERWEIJ P. A. 2010. The impact of roads and other infrastructure on mammal and birds populations: A meta-analysis”. Biological Conservation. 143 : 1307-1316.

BENNETT E. L. 2002. «”Is There a Link between Wild Meat and Food Security?”. Conservation Biology. 16 (3) : 590-592.

DE GARINE I. 1980. « Evolution contemporaine des croyances et interdits alimentaires », Présence africaine. 1 (113) : 129-146.

DIEUDONNE M. 2016. La viande des uns, la faune des autres. Analyse anthropologique de la conservation de la faune dans trois villages Badjoué de la zone de l'Est-Cameroun. Thèse doctorat en Science politique. Liège : Université de Liège.

DIRZO R., YOUNG H. S., GALETTI M., CEBALLOS G., ISAAC N. J. and COLLEN B. 2014. “Defaunation in the Anthropocene”. Science. 345 (6195) : 401-406.

EPELBOIN A., BAHUCHET S. et DURAND J. L. 2012. « Le bon goût de la viande de primate. Des interdits des Pygmées Aka aux injonctions écologiques », in : M. Cros, J. Bondaz & M. Michaud (ed.) L'animal cannibalisé. Festins d'Afrique : 41-64. Paris : Éditions des archives contemporaines.

FARGEOT C., DROUET-HOGUET N. and LE BEL S. 2017. “The role of bushmeat in urban household consumption: Insights from Bangui, the capital city of the Central African Republic”. Bois et Forêts des Tropiques. 332 (2) : 31-42.

FA J. E., NASI R. & VAN VLIET N. 2018. « Viande de brousse, impacts anthropiques et santé humaine dans les forêts tropicales humides : Le cas du virus Ebola », Revue Forestière Française. LXX (2-3-4) : 231-241.

FOLEY J. A., ASNER G. P., COSTA M. H., COE M. T., DEFRIES R., GIBBS H. K., HOWARD E. A., OLSON S., PATZ J., RAMANKUTTY N. & SNYDER P. 2007. “Amazonia revealed: forest degradation and loss of ecosystem goods and services in the Amazon Basin”, Frontiers in Ecology and the Environment. 5 (1) : 25-32.

GRANADOS A., BERNARD H. & BRODIE J. F. 2018. “The combined impacts of experimental defaunation and logging on seedling traits and diversity”. Proc. R. Soc. B. 285 (20172882) : 1-6.

GUILLO D. 2007. « Les sciences de la vie, alliées naturelles du naturalisme ? De la diversité des articulations possibles entre biologie et sciences sociales », Enquête. 6 :187-212.

KARSENTY A. 2020. « Géopolitique des forêts d’Afrique centrale », Hérodote. 179 : 108-129.

KATEMBERA CIZA S., MIKWA J.-F., CIRHUZA MALEKEZI A., GOND V., BOYEMBA BOSELA F. 2015. « Identification des moteurs de déforestation dans la région d’Isangi, République démocratique du Congo », Bois et Forêts de Tropiques. 324 (2) : 29-38.

KYALE KOY J., MAINDO A. M. N. et WARDELL D. A. 2019a. « Réserve de Biosphère de Yangambi à l’épreuve de la cristallisation des pratiques locales de survie : une réponse à la faillite de l’État en République Démocratique du Congo », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement. 19 (1), consulté le 14 août 2019 : [http://journals.openedition.org/vertigo/24677]

KYALE KOY J., WARDELL D. A., MIKWA J.-F., KABUANGA J. M., MAINDO A. M., OSZWALD J. et DOUMENGE C. 2019b. « Dynamique de la déforestation dans la Réserve de biosphère de Yangambi (République démocratique du Congo) : variabilité spatiale et temporelle au cours des 30 dernières années. », Bois et Forêts des Tropiques. 341 : 15-28.

LISINGO J., WETSI J.-L. et NTAHOBAVUKA H. 2010. « Enquête sur les chenilles comestibles et les divers usages de leurs plantes hôtes dans les districts de Kisangani et de la Tshopo (R. D. Congo) », Geo-Eco-Trop. 34 : 139-146.

MAXWELL S. L., FULLER R. A., BROOKS T. M. and WATSON J. E. M. 2016. “Biodiversity: The ravages of guns, nets and bulldozers”. Nature. 536 : 143-145.

MUHEMU M. S. S. 2006. Naissance et croissance d’une église locale (1896/97-1996). Le cas du diocèse de Butembo-Beni au Congo Kinshasa (RDC). Thèse de doctorat en Sciences de société et de droit. Lyon : Université Lumière Lyon 2.

MUSAMPA K. C. 2009. Etudes de cas sur l’évaluation de la dégradation des forêts. La dégradation des forêts en République Démocratique du Congo. Rome : FAO

OSURI A. M., MENDIRATTA U., NANIWADEKAR R., VARMA V. and NAEEM S. 2020. “Hunting and Forest Modification Have Distinct Defaunation Impacts on Tropical Mammals and Birds”. Frontiers in Forests and Global Change. 2 (87) : 1-10.

PAGEZY H. 2013. « Biodiversité et équilibre du régime alimentaire. Le cas des Ntomba de la forêt inondée (Cuvette centrale, République du Congo) », Revue d’ethnoécologie. 3 : 1-41, consulté le 19 avril 2019 : [http://journals.openedition.org/ethnoecologie/1424]

PIANKA E. R. 1970. “On r- and K-Selection”. The American Naturalist. 104 (940) : 592-597.

REDFORD K. H. 1992. “The Empty Forest”. BioScience. 42 (6) : 412-422.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO. 2014. Annexe III du Décret n° 038/2003 du 26 mars 2003 portant Règlement Minier. Kinshasa : Journal Officiel de la RDC, tiré sur www.iccnrdc.org consulté le 22 mars 2022 : [https://www.iccnrdc.org/document.html]

ROMERO A., FANDOS M. G., BENITEZ-LOPEZ A. and KUEMMERLE T. 2020. “Habitat destruction and overexploitation drive widespread declines in all facets of mammalian diversity in the Gran Chaco”. Global Change Biology. 1-13.

SALUMU B. L. et SHAUMBA J.-P. 2017. Gestion des ressources naturelles en Province Orientale démembrée. État de lieux, défis et perspectives. Kisangani : Tropenbos RD Congo.

TCHATCHOU B., SONWA D. J., IFO S., TIANI A. M. 2015. Déforestation et dégradation des forêts dans le Bassin du Congo. État des lieux, causes actuelles et perspectives. Papier occasionnel 120. Bogor : CIFOR.

THIOLLAY J-M. 1999. Responses of avian community to rainforest degradation”. Biodiversity and Conservation. 8 (4) : 513-534.

VAN REYBROUCK D. 2012. Congo. Une histoire. Arles : Coll. Babel Actes Sud.

VAN SCHUYLENBERGH P. 2019. Faune sauvage et colonisation. Une histoire de destruction et de protection de la nature congolaise (1885-1960). Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford : Peter Lang.

VAN VLIET N. and NASI R. 2008. Hunting for livelihood in Northeast Gabon: Patterns, Evolution and Sustainability”. Ecology and Society. 13 (2) : 1-18.

VAN VLIET N. and MBAZZA P. 2011. “Recognizing the Multiple Reasons for Bushmeat Consumption in Urban Areas: A Necessary Step Toward the Sustainable Use of Wildlife for Food in Central Africa”. Human Dimensions of Wildlife. 16 (1) : 45-54.

VAN VLIET N., NEBESSE C., GAMBALEMOKE S., AKAIBE D. and NASI R. 2012. “The bushmeat market in Kisangani, Democratic Republic of Congo: implications for conservation and food security”. Oryx. 46 (2) : 196-203.

VAN VLIET N., NEBESSE C. and NASI R. 2014. “Bushmeat consumption among rural and urban children from Province Orientale, Democratic Republic of Congo”. Oryx. 49 (1) : 165-174.

VAN VLIET N., MUHINDO J., NYUMU J., MUSHAGALUSA O. and NASI R. 2018. Mammal Depletion Processes as Evidenced from Spatially Explicit and Temporal Local Ecological Knowledge”. Tropical Conservation Science. 11 : 1-16.

VERMEULEN C. 2018. « Chasse, consommation et conservation de la faune en Afrique centrale : l’impossible conciliation ? », 18e Réunion des parties du partenariat pour les forêts du bassin du Congo en Belgique. « Communication personnelle », consulté le 22 septembre 2022 : [https://orbi.uliege.be/handle/2268/230226]

WICANDER S., COAD L. 2018. “Can the provision of alternative livelihoods reduce the impact of wild meat hunting in West and Central Africa?”. Conservation and Society. 16 (4) : 441-458.

YOUNG H. S., MCCAULEY D. J., GALETTI M. and DIRZO R. 2016. “Patterns, Causes, and Consequences of Anthropocene Defaunation”. Annual Review of Ecology, Evolution, and Systematics. 47 : 333-358.

Top of page

Notes

1 Dans cette région, il s’observe une insécurité alimentaire de Phase 2 telle que décrite par la FAO. Cette phase qualifiée d’Insécurité alimentaire modérée/limite est caractérisée par un accès limité à une alimentation adéquate avec un risque élevé et récurrent de tomber graduellement dans la Phase 3, 4 ou 5. On peut trouver la cartographie de l’insécurité alimentaire en République Démocratique du Congo à cette adresse :

http://www.ipcinfo.org/fileadmin/user_upload/ipcinfo/docs/IPC_DRC_AFI_2018August.pdf

2 Aussi qualifiées de sauvetage par les habitants de Yangambi, les chenilles comestibles sont récoltées au cours de la saison allant de juillet à octobre (Lisingo et al. 2010), cette période coïncide avec les vacances scolaires dans la région.

3 Pour les animaux de grande taille, on parle de la « Stratégie K », étant donné que leur taux de reproduction est moins élevé (Pianka 1970).

4 Igugu 2019, données d’enquêtes non publiées.

5 Jadora International LLC est une entreprise américaine qui œuvre dans la gestion durable des écosystèmes forestiers. Elle met en œuvre un projet Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation (REDD) dans le territoire d’Isangi en partenariat avec la société d’exploitation forestière SAF Bois. En plus de générer des crédits carbone de boisement, ce projet a pour objectif de gérer durablement les forêts, limiter la déforestation et la dégradation forestière dans la concession d’abattage de SAF Bois.

Informations tirées sur :

https://www.forestpeoples.org/fr/topics/redd-et-initiatives-associees/news/2013/02/des-concessions-d-abattage-aux-concessions-de-carb, consulté le 30 décembre 2021

https://www.reddprojectsdatabase.org/view/project.php?id=303, consulté le 21 septembre 2022

6 Selon les informations recueillies au bureau territorial, auprès du Secrétaire du Territoire d’Isangi, en date du 17 mai 2019.

7 Lorsque nous parlons de tribus dans cet article, c’est en employant ce langage communément partagé en RDC qui distingue les groupes sociaux selon leur origine, notamment leur communauté de naissance, le village du père et de ses aïeux. La RDC est composée de nombreuses tribus, elles-mêmes entrant dans des ensembles plus vastes que l’on peut appeler ethniques et linguistiques bantous (500 tribus et 250 groupes ethniques). Les administrateurs coloniaux, les missionnaires et les anthropologues ont contribué à nommer les groupes culturels et linguistiques et à les distinguer les uns des autres : « Les écoles missionnaires devinrent des petites usines à préjugés tribaux. » (Van Reybrouck 2012 : 159). Pourtant, l’histoire pré-coloniale et coloniale avait fortement mobilisé les populations de toutes les régions dans le commerce des esclaves puis dans les travaux forcés et les besoins de main-d’œuvre dans les plantations ou dans les « compounds » des extractions minières et diamantaires. Cette histoire a longuement favorisé la dispersion des familles, des clans, des tribus dans le pays. Si la période Mobutu a quelque peu contribué à figer les populations sur leurs territoires d’origine, en revanche, la période troublée depuis les années 1990 et la prise du pouvoir par la famille Kabila a de nouveau favorisé les mobilités, les alliances, les métissages, changé la répartition géographique des locuteurs de langues lingala et swahili. Par ailleurs, et pour reprendre les termes de Max Weber (1995 : 420), « une sociation rationnelle (telle qu’une activité commune de défense d’un territoire ou de conquête ou même une simple subdivision administrative) se transforme en communalisation ethnique, en attirant un symbolisme de la communauté de sang et en favorisant l’émergence d’une conscience tribale. ». La question ethnique ou tribale reste ainsi toujours indéterminée, historiquement dynamique, et se pose dans le rapport de l’objectivité et de la subjectivité. Rapport que nous n’avons pas investigué dans ce présent travail.

8 Un père de famille dont la taille du ménage est de 80 personnes (dont ses 3 épouses, ses enfants et ses petits-enfants vivant sur la parcelle familiale). Il est en même temps instructeur et pasteur de l’église Kitawala.

9 A Yangambi le marché est ouvert le mercredi et le dimanche, quant à Isangi, le marché est ouvert tous les jours, mais certains commerçants d’Isangi font la traversée du fleuve tous les week-ends pour vendre leurs marchandises à Yangambi.

10 La Province Orientale était constituée de quatre districts à savoir Tshopo, Ituri, Haut-Uélé et Bas-Uélé. Ces différents districts ont acquis le statut de Province depuis le démembrement de 2015.

11 La Province Orientale avait enregistré plusieurs cas de malades à virus Ebola en 2012 (et en 2018, une autre épidémie de maladie à virus Ebola s’était déclarée à Beni et Butembo dans la Province voisine du Nord-Kivu) et la viande de brousse avait été citée comme étant à la base de cette épidémie. Informations tirées du site de l’OMS : https://www.afro.who.int/fr/news/la-rdc-confirme-des-cas-de-la-fievre-hemorragique-virus-ebola-isiro-chef-lieu-du-haut-uele, consulté le 30 décembre 2021

12 Voir la liste des animaux protégées en RDC (tirée de l’Annexe III du Décret n° 038/2003 du 26 mars 2003 portant Règlement Minier).

13 CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, également appelée Convention de Washington.

14 Selon Muhemu (2006), le Kitawalisme est un mouvement religieux créé par Bushiri dans les années 1943 pour libérer ses frères congolais de la colonisation belge. C’est surtout un mouvement religieux qui s’illustre par le rejet de la « civilisation occidentale ». Les adeptes de cette religion préfèrent vivre dans la forêt, à l’écart des profanes. Ils ne portent pas d’habits et ceux qui décident de couvrir leur corps préfèrent utiliser la peau des animaux. Ce phénomène rappelle, entre autres, le mouvement messianique du kimbanguisme également créé en réaction à la colonisation (Balandier 1963). Par ailleurs, toujours en vigueur, ces mouvements messianiques sont également très puissants dans les grandes villes, comme Kinshasa. En 2005, « trois mille Eglises charismatiques ont été recensées à Kinshasa » (Van Reybrouck 2012 : 627).

15 C’est dans la Commune de Kisangani, dans la ville qui porte le même nom, que l’on retrouve le plus de musulmans. Il est plus facile pour ces musulmans de la ville de trouver des alternatives à la viande sauvage.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Perception de la disponibilité de la faune (N= 343)
Credits Source : Enquêtes des auteurs entre mai et juin 2019
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14052/img-1.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Figure 2 : Consommation hebdomadaire de viande de brousse (N= 343)
Credits Source : Enquêtes des auteurs menées entre mai et juin 2019
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14052/img-2.jpg
File image/jpeg, 35k
Title Figure 3 : Religion des interviewés
Credits Source : Enquêtes menées par les auteurs entre mai et juin 2019 (N= 343)
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14052/img-3.jpg
File image/jpeg, 62k
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Igugu and Laurence Boutinot, “La consommation de la viande de brousse à l’épreuve de changements environnementaux”Anthropology of food [Online], 17 | 2023, Online since , connection on 22 April 2024. URL: http://journals.openedition.org/aof/14052; DOI: https://doi.org/10.4000/aof.14052

Top of page

About the authors

Olivier Igugu

Spécialiste en Gestion de ressources naturelles, Centre d’Expertise en Gestion Minière (CEGEMI), Université Catholique de Bukavu, oligug@gmail.com

Laurence Boutinot

Socio-Anthropologue, CIRAD, Campus International de Baillarguet, laurence.boutinot@cirad.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search