Skip to navigation – Site map

HomeThematic Issues from calls17L’art de se nourrir en temps de c...

L’art de se nourrir en temps de crise aggravée et en contexte d’insécurité alimentaire structurelle

L’exemple de la région de Diffa (Niger) dans le bassin du lac Tchad
The art of feeding in time of severe crisis in context of structural food insecurity: example in Diffa (Niger), Lake Tchad basin
Christine Raimond, Hadiza Kiari Fougou, Jean-François Caremel and Eric Garine

Abstracts

In the Diffa region of Niger, a security crisis linked to the jihadist group Boko Haram has been superimposed on a structurally deficient food situation due to strong demographic growth in an arid zone, leading to massive population displacement and a major humanitarian crisis on a regional scale. Through successive studies since 2017, completed by a survey of hosts, displaced persons and refugees, we analyse the recompositions at work in local food and commensality. Despite the break-up of families, their redistribution in the territory and the brutal ruptures of the mobilities that ensured subsistence systems, we show that the inhabitants still persist in making three meals a day, in gathering the family, in organising festive meals and even in adopting urban food innovations. The changes in food consumption are not all linked to the security crisis, they also reveal the adoption of new practices and products, “for want of something better” or because of a taste for novelty, which testify to dynamics over a longer period of time and to exchanges over long distances.

Top of page

Full text

Remerciements aux lecteurs anonymes, tenaces, qui ont contribué de manière significative à l'amélioration de l'article.

Introduction

  • 1 La terminologie « Boko Haram » (littéralement « l’éducation occidentale est interdite »), attribuée (...)

1La région de Diffa au Niger est directement touchée par la crise sécuritaire liée au mouvement djihadiste Boko Haram1 (Chetima 2020), laquelle a provoqué le déplacement de près de 4,5 millions de personnes dans la région du lac Tchad (dont 80 % au Nigeria). Les agences d’aide estiment appuyer 10,7 millions de personnes dans cette région (OIM 2019). Au Niger, comme dans les autres pays du bassin du Lac Tchad, cette crise induit de profondes modifications dans la répartition des populations sur le territoire et les systèmes de mobilités interrégionales, ainsi qu’un blocage de l’accès aux ressources naturelles dans les zones humides les plus productives où les groupes insurgés se sont réfugiés et que les mesures d’état d’urgence interdisent (Hamani et al. 2017 ; Magrin et Pérouse de Montclos 2018). Alors que les organismes humanitaires alertent sur l’importance des besoins, les enquêtes présentées dans cet article montrent que l’aide humanitaire n’est pas centrale dans les systèmes de subsistance des populations rurales, sa captation relevant plus de la « chance » que de stratégies explicites de la part des populations hôtes et déplacées (Caremel 2018). La précarité alimentaire reste un défi au quotidien pour l’ensemble des habitants. Cette crise s’ajoute à celle, plus durable, observée dans la région de Diffa où le système de production alimentaire est structurellement déficitaire en raison d’une croissance démographique très forte dans une région sahélienne vulnérable aux aléas et variations climatiques. Cependant, ce contexte de crises explique-t-il tous les changements subis et perçus par les populations de Diffa ?

2L’objectif de cet article est de présenter une série d’études conduites pour saisir les reconfigurations à l’œuvre dans la région de Diffa, sous l’influence des groupes insurgés et des mesures d’État d’urgence. Dans une situation agro-écologique très sensible aux variations climatiques, doublée d’une crise sécuritaire et humanitaire grave qui s’installe dans la durée, comment les consommateurs, hôtes et déplacés, perçoivent-ils leur quotidienneté alimentaire ? A quoi aspirent-ils, comment innovent-ils, comment résistent-ils et le font-ils tous de la même manière ?

3Les changements récents constituent bien entendu des réponses immédiates à la situation de guerre. Ils doivent aussi être lus comme le prolongement d’adaptation à des processus plus anciens de transformations écologiques et sociales dus aux changements climatiques, socio-économiques et culturels, dans un contexte plus large, en mutation, de l’environnement écologique et géopolitique sahélien (Batterbury et Mortimore 2013).

  • 2 Caremel J.F., Kiari Fougou H., Oumarou H. Stratégies de sécurisation alimentaire dans la région de (...)

4Tout en s’appuyant sur l’analyse de crises alimentaires antérieures (Janin 2008 ; Olivier de Sardan 2011), notre documentation repose sur de nouvelles enquêtes conduites depuis 2017 dans la région de Diffa pour appréhender les évolutions liées à la crise sécuritaire. Ces enquêtes qualitatives, conduites en partie sous la forme d’enquêtes collectives de type ECRIS (Bierschenk et Olivier de Sardan 1994), ont produit un matériau important : observations directes et plusieurs centaines d’entretiens, en langue vernaculaire lors de passages répétés. Une série d’analyses fines (Caremel 2017, 2018 ; Caremel et Sani 2019 ; Caremel et al. 2020, communication orale2 ; ACF, 2020 ; Kiari Fougou 2020, 2021 ; Raimond et Basserie 2020 ; Caremel et al. 2021) précise les évolutions de la répartition des populations, des systèmes d’activités et de l’accès aux ressources naturelles, ainsi que les dynamiques, perceptions et modalités de l’aide humanitaire.

  • 3 Localement, les populations victimes de la crise se désignent comme In gudun hijira (« gens de l’Hé (...)

5Une enquête complémentaire, réalisée du 17 au 30 décembre 2020, a été menée par Hadiza Kiari Fougou et trois enquêteurs locaux sur les pratiques alimentaires auprès de 124 personnes (rappel sur 24h des aliments consommés), dont 60 ménagères (femmes au foyer) pour qui les pratiques quotidiennes, les changements et les aspirations alimentaires ont été détaillés en envisageant trois périodes avant le début de la crise, à son commencement et au moment de l’enquête après N années. Les personnes interrogées sont réparties parmi les populations hôtes sédentaires, les déplacés en provenance du lac Tchad et les réfugiés fuyant les exactions des groupes armés au Nigeria3 (Tableau 1). Les enquêtes ont été menées en langue vernaculaire Kanuri (langue majoritaire parmi les populations hôtes) ainsi qu’en Hausa, langue véhiculaire, dans trois communes où ont été aussi conduites les enquêtes précédentes.

Tableau 1 : Structure de l’échantillon des personnes interrogées en décembre 2020 (3 enquêteurs)

Tableau 1 : Structure de l’échantillon des personnes interrogées en décembre 2020 (3 enquêteurs)

6La composition des communes choisies est représentative des déplacements de population (OIM, 2019 ; Raimond et Basserie 2020). Celles de Diffa et Chétimari sont situées en bordure de la rivière Komadougou Yobé et directement touchées par la crise (Figure 1). Elles accueillent depuis 2014 les populations réfugiées du Nigeria et subissent depuis 2015 des attaques extrêmement violentes des groupes djihadistes, tout en recevant les populations expulsées du lac Tchad et des rives de la Komadougou Yobé par les mesures d’état d’urgence décrété par l’État nigérien. La commune urbaine de N’guigmi, au nord du lac Tchad, est contrôlée par une chefferie Kanuri Toumagri et rassemble les représentants de nombreux groupements d’éleveurs transhumants. Elle accueille aussi, depuis 2015, les populations évacuées du lac et se situe en contact direct avec les groupes armés insurgés localisés dans le lac.

7Nous analysons d’abord les ruptures provoquées par la crise sécuritaire, notamment les changements dans les mobilités et les systèmes d’activité qui ont des répercussions majeures dans l’alimentation quotidienne. La deuxième partie montre une crise alimentaire révélée par les pratiques. Enfin, nous analysons les transformations de l’alimentation en termes d’habitudes alimentaires et de commensalité. Ces changements sont replacés dans le contexte des crises structurelles et conjoncturelles de la sécurité alimentaire en zone sahélienne, dépendant non seulement des facteurs politiques actuels et culturels, mais aussi de facteurs environnementaux longtemps considérés, vus de l’extérieur, comme les déterminants principaux de la vulnérabilité alimentaire.

Figure 1 : Zones rouges interdites et déplacements de population dans la région de Diffa depuis 2015

Figure 1 : Zones rouges interdites et déplacements de population dans la région de Diffa depuis 2015

Une crise sécuritaire aux effets marqués sur les modes de vie

8L’économie de la région de Diffa reposait, avant cette crise, sur les complémentarités régionales en matière de production de cultures vivrières et commerciales, de flux de travail (saisonnier ou temporaire) et de produits agricoles et manufacturés au sein d’un système régional polarisé par le lac Tchad, la vallée de la Komadougou Yobé et les grands centres urbains nigérians (Magrin et Raimond 2018). Ainsi, les populations de l’arrière-pays du lac et de la Komadougou Yobé, moins bien pourvue en ressources naturelles, vivaient indirectement des ressources des zones humides où étaient concentrées les productions agricoles et pastorales, grâce au déplacement de population pour le travail (accès aux parcelles ou aux pâturages, main d’œuvre saisonnière) ou des revenus envoyés par des membres de la famille en transhumance avec les troupeaux, ou partis s’installer dans les zones méridionales (Lemoalle et Magrin 2014).

Une restructuration profonde des mobilités, des solidarités et des systèmes d’activités

9Les fondements de la crise liée à Boko Haram font débat (Magrin et Pérouse de Montclos 2018) et s’expliquent par une diversité de facteurs, parmi lesquels les tensions foncières locales, des crispations identitaires et culturelles et une perte de légitimité des États, peu présents sur les marges de leurs territoires nationaux, sont les plus importants. La gestion calamiteuse, brutale, des premiers conflits en 2009 par les autorités nigérianes, a été le détonateur d’une crise qui s’est progressivement étendue aux pays voisins. Plus de dix ans après le début de la crise, le système régional construit sur le temps long a été profondément modifié, « rompant les complémentarités territoriales à l’échelle régionale, les rapports de pouvoir à l’échelle locale et les relations au sein des familles » (Magrin et Raimond 2018).

10Au Niger, la réaction aux premières attaques du groupe Boko Haram en 2015 à Diffa a été d’abord militaire et administrative. Suite au déplacement massif des populations de la vallée de la Komadougou Yobé vers le nord, les populations se sont regroupées le long de la RN1, notamment autour des postes de forces de défense et de sécurité, et le long de laquelle l’aide s’est déployée (Figure 1). Les mesures d’état d’urgence ont été prises simultanément et, à l’image de celles des pays limitrophes, pour limiter les circulations et les activités économiques susceptibles de financer l’action des groupes armés (Tableau 1). Elles ont ainsi visé, en premier lieu, les zones humides, difficilement contrôlables, où les groupes insurgés se sont réfugiés (Seignobos 2018 ; GICS 2019 ; Kiari Fougou 2020 ; Raimond et Basserie 2020). Ces « zones rouges », définies comme espaces où sévissent les groupes armés, et interdites d’accès, marquent la zone frontalière du Nigeria et la cuvette nord du lac Tchad (Figure 1). Au Niger, les habitants ont eu 72 heures pour quitter leur village, au risque d’être assimilés aux groupes rebelles. Des couvre-feux ont été instaurés, qui contraignent les transports de marchandises mais aussi l’acheminement de l’aide vers les secteurs éloignés (OIM 2019). Les restrictions sur les activités économiques touchent d’abord les principales ressources susceptibles de rémunérer les groupes insurgés : la pêche, la culture du poivron et les marchés à bétail. Ces restrictions ont eu un fort impact sur l’économie locale et ont directement affecté les sédentaires comme les transhumants dans la région de Diffa.

  • 4 Voir note n°3.

11Les zones de l’arrière-pays, notamment le long de la RN1, sont devenues des espaces de regroupement des populations in gudun hijira4. Les terres où ces populations ont trouvé refuge sont, à l’exception de quelques périmètres irrigués et d’aménagement rizicoles, des zones arides/ peu fertiles et n’autorisent bien souvent que des cultures dunaires en saison des pluies. Les groupes les plus mobiles (éleveurs transhumants, pêcheurs) sont aussi très touchés car contraints à séjourner durablement dans des espaces peu favorables.

12En décembre 2019, certaines mesures ont été levées (Tableau 2). La pêche avait repris dans le lac Tchad et un nouveau marché ouvert à N’guigmi. Quelques parcelles recommençaient à être cultivées en poivron dans la vallée de la Komadougou Yobé et le commerce de poivron autorisé à Diffa (Kiari Fougou, 2020). Les règles des couvre-feux ont également été assouplies. Cependant, la recrudescence saisonnière des attaques, du fait des affrontements entre les groupes ou avec les forces de défense, font varier fortement les niveaux d’insécurité.

Tableau 2 : Atténuation des mesures d'Etat d'urgence en 2019

Tableau 2 : Atténuation des mesures d'Etat d'urgence en 2019

D’après ACF, 2020

13Les contraintes fortes imposées par l’état d’urgence poussent à réinvestir les zones humides et, pour certains, à braver les interdictions pour continuer à mener leurs activités dans les zones dangereuses (Forteye et al. 2019 ; Kiari Fougou 2020 et 2021 ; Raimond et Basserie 2020 ; Caremel 2018 ; Abdourahamani 2022). S’opère ainsi une nouvelle forme d’intégration des epaces et des régimes d’exception mis en place par l’État et les groupes, et de nouvelles formes de mobilités et de gestion des risques (Caremel et al. 2021).

14Le report des activités de production sur des stratégies de cueillette et de petit commerce, habituellement observé lors des crises (Olivier de Sardan 2011 ; Watts 2015 ; Messer and Cohen 2015 ; Batterbury et Mortimore 2020), et l’augmentation de la pression anthropique, conduisent à une surexploitation localisée et accélérée des ressources naturelles (Mortimore and Adams 2001). Ces changements s’opèrent dans un contexte de très forte incertitude et variabilité climatique, comme en attestent les successions d’années sèches (2014) et d’années de fortes inondations (2001, 2010, 2012, 2016, 2019, 2020) qui ont fait un grand nombre de sinistrés.

15Les systèmes d’activités se réorganisent autour d’activités moins nombreuses, moins rentables et fortement concurrentielles comme le petit commerce, la restauration de rue, la maçonnerie, la coupe du bois et du fourrage (Raimond et Basserie 2020). Dans notre échantillon, nous observons, en plus des 64 femmes ménagères, 18 personnes qui déclarent l’agriculture comme activité principale, 6 la pêche et 4 l’élevage, alors que 21 personnes font des petits commerces, 5 des activités de service et 4 sont sans activité. Ce nombre d’inactifs, trouvé dans les mêmes proportions que dans une étude précédente (Raimond et Basserie 2020) constitue un indicateur d’une situation particulièrement difficile. Seules 57 % des personnes interrogées ont obtenu une production agricole en 2020 (Figure 2) alors que 80 % d’entre eux en avait obtenu en 2014, y compris parmi les urbains de Diffa.

Figure 2 : Production agricole en 2020 selon les communes d’enquête (124 personnes)

Figure 2 : Production agricole en 2020 selon les communes d’enquête (124 personnes)

16Localement, les situations sont contrastées. Dans les communes de Diffa et Chétimari, le doublement de la densité de population en quelques mois (50 hab/km² en 2020) s’est opéré alors que les espaces les plus productifs dans la vallée fluviale sont devenus inaccessibles et les mobilités de travail et de troupeaux fortement limitées par les mesures d’état d’urgence. La ville de Diffa comprend désormais de nombreux services (gouvernorat, mairie, marché). Les organisations nationales et internationales impliquées dans le service de l’aide augmentent la demande en services urbains, les prix des loyers et du foncier, ainsi que le coût de la vie en ville. Depuis 2020 et l’évacuation des camps de réfugiés de Kabélawa pour raisons de sécurité, la ville connait un nouvel afflux de populations qui sont déplacées depuis 2015 pour la 2ème ou la 3ème fois, ou plus. Ce brassage de populations d’origines diverses apporte de nouvelles façons de manger et de faire la cuisine. C’est aussi un des facteurs de changement des habitudes, et des désirs, en matière d’alimentation.

  • 5 L’économie de la débrouille est « l’art de se tirer d’affaire, de faire face à la crise, de bricole (...)

17Dans la commune de N’guigmi, les systèmes de production habituellement dépendants des niveaux d’inondation de la cuvette nord du lac ont aussi profondément changé. Comme le long de la Komadougou Yobé, la solidarité observée aux premiers temps de la crise entre populations hôtes et déplacées a atteint ses limites, et une économie de la débrouille (Ayimpam 20145) se met en place. Dans les trois communes étudiées, le taux de conflictualité (nombre de conflits croissants et non résolus) pour l’accès aux ressources naturelles (eau, terres, pâturages) est très fort (Raimond et Basserie 2020).

18Un fort sentiment d’injustice est ressenti chez les familles hôtes qui ont accueilli les déplacés sur leur territoire sans compensation ni droit à l’aide alimentaire (Raimond et Basserie 2020). Il est aussi ressenti par les populations déplacées, qui reçoivent plus ou moins d’aide en fonction des zones où elles ont été installées et qui sont re-déplacées au gré des mesures administratives ou de la recrudescence de l’insécurité. Les éleveurs transhumants, qui ont fui les zones les plus dangereuses au Nigeria et se sont retrouvés bloqués dans la région de Diffa, sans accès aux ressources pastorales du lac et de la Komadougou Yobé, indispensables en saison sèche, n’ont été que tardivement identifiés comme ayant droit à l’aide, et peinent à nourrir et abreuver les troupeaux. De plus, les mesures d’état d’urgence, aux conséquences sévères sur les systèmes de subsistance locaux, éprouvent durement les personnes qui préfèrent parfois braver les interdictions et négocier avec les groupes armés l’accès aux ressources des zones humides (Raimond et Basserie 2020).

19Si la situation alimentaire de la région de Diffa n’était pas si mauvaise juste avant la crise en raison de la proximité des zones humides et des mobilités de travail entre les zones les plus productives et l’arrière-pays, l’interdiction d’accès à ces zones productives et exportatrices en produits ont eu un triple effet : une rupture du lien direct des populations aux ressources naturelles, une suppression des revenus et des changements majeurs dans la disponibilité des produits alimentaires. Dans ce contexte, les systèmes de subsistance parviennent difficilement à assurer les besoins alimentaires de base.

Une évolution différenciée des structures démo-familiales et des groupes de commensalité

  • 6 En zone Kanouri (Diffa, Maiduguri, jusqu’à Mao au Tchad), la part des hommes est écartée avant cell (...)

20Habituellement dans la région, le repas est préparé par l’épouse, la coépouse ou l’une des filles, pour l’ensemble de la famille. La part de l’homme, éventuellement avec ses grands fils, est réservée, puis les femmes mangent avec les enfants6. L’enquête montre que cette organisation est encore dominante, que ce soit chez les familles hôtes, déplacées internes ou réfugiées (Figure 3).

Figure 3 : Liens entre les commensaux par statut de résidence

Figure 3 : Liens entre les commensaux par statut de résidence

En nombre de plats, 124 personnes, rappel sur 24h, 371 prises alimentaires renseignées. La typologie repose sur les liens extrafamiliaux (collègues, voisins, ami) et le nombre de générations regroupées lors du repas (Membres de la famille 1 génération (époux par exemple) ; 2 générations (parents, enfants) ; 3 générations (parents, enfants, petits-enfants).

21Les habitudes de partage des repas consistaient à rassembler les membres de la famille de plusieurs générations, des grands-parents aux petits enfants, mais aussi selon des configurations élargies aux membres apparentés du côté de l’époux (oncle, tante, neveux, dans le cadre de règles de résidence préférentiellement patrilocales). Nous observons en décembre 2020 une grande proportion de repas pris au sein de la famille nucléaire, entre époux (19% des repas) ou avec les enfants directs (39%). De manière assez attendue, la présence des grands-parents (représentés dans la catégorie familiale 3) est peu présente chez les déplacés et réfugiés et témoigne aussi d’une nucléarisation des familles. Dans quelques rares cas, dans notre échantillon, les grands-parents paternels s’occupent des petits-enfants alors que les parents sont absents.

  • 7 Tous les noms vernaculaires sont donnés en Kanuri, sauf précision dans le texte.

22Face aux difficultés à rassembler les revenus et produits alimentaire, et à l’éclatement des familles déplacées, les personnes qui recherchent un petit revenu journalier par des activités de cueillette ou de service sont amenées à manger en dehors de leur résidence, au marché, dans les restaurants de rue ou auprès des vendeurs ambulants, comme cela se pratique dans des zones plus urbaines. Le développement de l’alimentation de rue et « sur la tête » est une innovation dans la région de Diffa (Photo 1 gauche, ci-dessous) qui s’étend même en zone rurale. Toutes sortes de préparations sont ainsi consommées quotidiennement, notamment celles mentionnées dans les catégories beignets et gâteaux, collations et plats uniques (Tableau 3). La viande grillée, les fritures, le kilichi7 (en hausa : viande séchée grillée) sont aussi présents dans les rues passantes et les marchés. Les marara (en arabe et kanuri : tripes) sont en très forte diminution, comme la viande et les produits laitiers. Les molku (en hausa : soupes de tête ou de pattes de mouton et bœuf) sont plus rares que par le passé, vendues par les bouchers le matin et le soir (14h-20h) en fonction des abattages.

23Ces repas pris à l’extérieur représentent près de 13% des repas des hommes, souvent des hommes célibataires (veufs), plus parmi les réfugiés que les autres groupes (4,5% pour les femmes qui ont des métiers divers), principalement le matin, un peu moins le midi et l’après-midi et jamais le soir. Les hommes concernés habitent principalement à Diffa (15 repas sur 19) et sont commerçants (10 repas). Nous n’observons cependant pas un phénomène généralisé de « maris absents », qui mangeraient plus souvent hors de la maison en laissant les maisons aux femmes. Les jeunes hommes continuent à fréquenter les fada (hausa) qui sont ces associations où les jeunes partagent, la nuit, un riz ou une soupe de niébé, ou le repas icha après la prière de la nuit.

24Les entretiens auprès des ménagères confirment que les maris continuent à rapporter les ingrédients du marché, comme avant la crise. Ils apportent aussi des produits transformés comme des œufs durs, des brochettes ou des beignets. Les ménagères se chargent cependant de plus en plus souvent de la gestion des stocks et des choix alimentaires quotidiens.

25Les solidarités au sein du ménage perdurent avec une plus grande participation des jeunes à la recherche de revenus complémentaires, mais celles qui prévalaient à l’échelle du voisinage et de la famille sont plus difficiles à assurer. « Avant la crise la composition de notre repas était meilleure qu’aujourd'hui, puisque même en cas de manque de moyens, le voisin et les parents nous aidaient et nous trouvions tous les condiments nécessaires à la préparation d’un bon plat » (ménagère de 35 ans, coépouse dans une famille de 10 personnes dont 7 enfants, réfugiée du Nigeria à Bagara, commune de Diffa, décembre 2020).

26Le rôle important de cette circulation des ingrédients et des plats préparés a été mis en évidence dans les années 1970-1980 pour les populations Hausa de la région de Maradi où les relations de voisinage, le « quartier », sont essentielles depuis longtemps, tant dans les bourgs que dans les villes (Raynaut 1977, 1992). Encore faut-il que les voisins ne soient pas eux aussi dans une situation de détresse.

Une crise alimentaire révélée par les pratiques

27Dans la région de Diffa, le mil (Pennisetum glaucum), bien adapté aux conditions semi-arides du climat, constitue la base du régime alimentaire. Le terme Bri kalua (repas avec sauce, considéré comme le « vrai repas ») est réservé aux prises alimentaires composées d’une préparation de céréales (couscous, pâtes) accompagnée de sauce cuisinée, plus ou moins élaborée à partir de nombreux ingrédients.

  • 8 Les jeunes mariées recevaient la machine à préparer ces pâtes traditionnelles avec du blé industrie (...)

28Traditionnellement, les sédentaires consommaient deux ou trois repas par jour. Le fatr (petit déjeuner) était composé principalement des restes de bri kalua de la veille ou d’un plat unique (daude ou talia, spaghetti traditionnel8 ; surundu, riz au gras), éventuellement du thé et des beignets (waina). À midi, les familles mangeaient le martom (bouillie de mil épaisse) préparée avec des grains de mil entiers, de la farine de mil et du lait caillé, ou un repas complet avec sauce, souvent du couscous (brabusko, préparation de céréales pour laquelle les grains sont grossièrement écrasés) confectionné plus rapidement que la pâte (tlalaa ou guda en kanuri ; lauchi en hausa) dont la mouture est plus fine. Le soir était préparé un repas complet, comportant deux plats complémentaires, souvent de la pâte de mil avec une sauce différente du midi.

Un espace périphérique en crise

29Lors des premières attaques en février 2015, les réserves de la campagne 2014 étaient faibles en raison d’une mauvaise année pluviométrique : la rupture brutale de l’approvisionnement des marchés en raison de la fermeture des frontières et de l’évacuation forcée du lac Tchad, où les agriculteurs ont dû abandonner leurs parcelles qui produisaient en décrue, a provoqué une pénurie en produits alimentaires. « Tous les aliments étaient difficiles à trouver pendant cette période car le marché était presque fermé. » (Ménagère hôte sédentaire, Diffa Sabon Carré, décembre 2020).

30Si les commerçants ont rapidement remis en place de nouvelles zones d’approvisionnement et des circuits de contournement des zones en crise (Chauvin et al. 2018), les produits commercialisés ont changé, leur disponibilité est variable et les prix ont beaucoup augmenté en raison des nombreuses taxes informelles imposées sur les routes.

  • 9 Le Cash transfert et la vente à prix modéré qui ont la préférence des populations car ils leur perm (...)

31La distribution de denrées par l’aide alimentaire a été essentielle dans la phase aigüe de la crise, et surtout au niveau des camps et des principaux sites d’accueil. La pérennisation de ce type d’aide cependant reconfigure les mécanismes endogènes de solidarité, les rapports entre les genres ainsi que les rapports d’autorité au sein des familles (ainés/cadets) et des chefferies. Elle pèse aussi sur les évolutions des manières de consommer (Hamani et al. 2017 ; Caremel 2017, 2018), comme nous le montrons ci-dessous. Si la reprise de certaines activités a permis aux populations de revenir aux pratiques antérieures et que d’autres modalités de l’aide ont été mises en place9, le sentiment général des populations reste celui d’une précarité alimentaire importante (Caremel 2018).

  • 10 L’IPC (http://www.ipcinfo.org) analyse et classifie la sévérité de l’insécurité alimentaire dans le (...)
  • 11 https://www.ipcinfo.org/fileadmin/user_upload/ipcinfo/docs/ch/Fich_Com_SWA-CMR_d%C3%A9c_2021_VF-fin (...)

32Les gens ont faim dans la région de Diffa, qu’ils appartiennent aux populations déplacées (internes, réfugiés) ou hôtes : c’est ce cri d’alarme qui était lancé par le rapport de l’Organisation Internationale pour les Migrations en 2019. Selon l’Integrate Food Security Phase Classification10, la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des communes de l’extrême Est (N’guigmi, Bosso) était en phase critique 3 (« crise ») en décembre 2020, celles de Diffa et Chétimari en phase 2 (« sous pression ») avec une projection de passage à la phase 3 à la saison des pluies 2021 (Ocha 2021). Cela traduit une forte insécurité alimentaire dans des zones où, en plus de la perte de leurs moyens existence et alors que les stocks alimentaires des ménages sont épuisés, les populations ne parviennent pas à recevoir d’assistance à cause d’une tension sécuritaire forte. La situation se dégrade, car en novembre 2021, l’IPC mentionne des « prévalences de la malnutrition aiguë qui ont atteint des niveaux d’urgence » pour la région de Diffa11.

33Pourtant, l’analyse des plats cités en décembre 2020 montre un nombre de prises de repas relativement élevé (3,2 plats consommés / jour / personne ; Figure 4 et Tableau 3), qui témoigne d’une forme d’adaptation après 5 années de crise. Elle ne fait toutefois pas transparaitre, ou faiblement, la baisse générale des quantités consommées et des carences qui se sont pourtant aggravées. La méthodologie employée dans le cadre de nos enquêtes ne permet pas une mesure précise de ces aspects de la consommation alimentaire.

Des ajustements plus qualitatifs que quantitatifs

  • 12 Une expression zarma traduit bien cette idée : marga marga / zarma / mélange de tout dans un seul p (...)

34En décembre 2020, lorsqu’on pose la question « qu’avez-vous mangé hier au lever, au déjeuner, dans l’après-midi et le soir ? », les réponses apportées soulignent une diversité de préparations et d’ingrédients que l’on peut regrouper dans la typologie suivante : beignets et galettes, collations, plats uniques (préparation rapide dans un seul récipient12 – voir Photo 1 bas), repas complet (une préparation de céréale et une sauce séparée – voir Photo 1 haut) et restes (Tableau 3). L’analyse ne montre pas de différenciation forte entre populations hôtes, déplacées et réfugiées, ni en termes de nombre de repas, ni en termes de diversité des aliments préparés.

Photo 1 : Restauration de rue

Photo 1 : Restauration de rue

Riz sauce rouge, à gauche ; repas de pâte de mil sauce gombo pris à la maison (haut) ; et plat de riz au niébé (bas)

crédit : H. Kiari Fougou, février 2021

35Si les beignets et galettes avec les collations (26 % des plats cités) restent l’apanage du petit déjeuner (mais pas exclusivement), les plats uniques sont cités plus souvent (20 % des citations, soient 73 plats) et pour des préparations plus variées que dans la description des habitudes alimentaires régionales. Sur 394 plats décrits pour une journée, seulement 50 % (195 plats) sont des repas complets alors qu’ils constituent habituellement le repas type des populations de la région, comme dans l’ensemble du Niger (Raynaut 1992) et en Afrique de l’ouest en général. Ils restent majoritairement cités pour le midi (63%) et le soir (79%).

Tableau 3 : Plats cités dans la description des repas de la veille (décembre 2020, 124 personnes)

Tableau 3 : Plats cités dans la description des repas de la veille (décembre 2020, 124 personnes)
  • 13 Le martom, préparé avec le mil et du lait caillé, a tendance à disparaitre en faveur du riz et de p (...)

36Le matin, le plat complet est souvent remplacé par la bouillie de mil / bulum arkumbe préparée avec de la farine et de l’eau, qui ne doit rien à l’ancienne martom13, plus consistante et consommée à midi. Les restes (duoni en kanuri ; zazahe en hausa) sont quasiment inexistants dans l’enquête (4% des citations), signe de rations plus réduites des repas du soir qui sont intégralement consommées.

  • 14 Le faible nombre de citations du poisson démontre à la fois la faiblesse de l’autoconsommation, en (...)

37Les plats uniques représentent 35% des plats cités à midi, 15% le soir et 12% le matin. Ces plats, préparés avec souvent moins d’ingrédients que dans les repas complets, représentent des innovations, souvent urbaines, importées par les déplacés et les organisations humanitaires. Ainsi, si le riz au gras était déjà connu, il devient beaucoup plus courant et le riz au niébé (chinkafa da wake en hausa : nom utilisé à Diffa) s’impose même en zone rurale. D’autres préparations sont observées, peu chères (riz aux oignon, soupe de niébé) ou préparées avec de nouveaux ingrédients (soupe chinoise « indomie »). Dans toutes ces préparations, les protéines animales (16 citations14 de poisson, 1 seule citation de viande) sont rares et remplacées par le cube Maggi qui sert de condiment principal.

  • 15 Le long de la Komadougou Yobé, les préparatrices ajoutent tant d’oseille dans la sauce que « tu as (...)
  • 16 Pendant la campagne agricole de 2020, des déplacés sont retournés cultiver dans le lac même si aucu (...)

38Les sauces (kalu en kanuri ; miia en hausa) marquent fortement les préférences alimentaires des habitants : les Kanuri préfèrent les sauces à l’oseille (karasu en kanuri ; yakua en hausa), qui pousse notamment dans les jardins de la Komadougou Yobé15, alors que les populations du lac préfèrent la sauce au gombo (guwalto ou guwolo en kanuri ; kubewa en hausa) cultivé en décrue avec le niébé. Les difficultés d’accès à ce légume sec sur les marchés expliquent qu’il fasse partie des espèces cultivées dans les parcelles furtivement réaménagées dans le lac en 202016. La sauce rouge (Photo 1 gauche) est préparée rapidement avec des oignons et des tomates séchées ou du concentré de tomate en boite : elle remplace souvent les sauces à base de légume en contexte de crise. L’ajout de poivron, dont la culture a repris dans certains secteurs de la vallée de la Komadougou Yobé, de poisson et autres condiments, permet de préparer une sauce plus sophistiquée.

39La saison de l’enquête (en saison sèche froide) ne peut pas seule expliquer le nombre limité de préparations citées. Alors que la région produisait quantités de légumes grâce à la proximité des zones humides (poivron, oseille, gombo, tomate, oignon, concombre), les producteurs sont contraints de se limiter aux cultures céréalières dans les parcelles pluviales. Les légumes sont disponibles sur les marchés urbains, en provenance d’autres zones de production, mais souvent trop chers pour les populations appauvries.

Figure 4 : Répartition des plats par prises alimentaires journalières
(rappel sur 24h, 124 personnes interrogées, décembre 2020)

Figure 4 : Répartition des plats par prises alimentaires journalières (rappel sur 24h, 124 personnes interrogées, décembre 2020)

40Les personnes interrogées font entre 2 et 4 prises alimentaires par jour. Les repas complets et plats uniques représentent en moyenne 2,2 repas / jour / personne, avec une proportion plus grande de plats uniques chez les populations déplacées (Figure 4) et de repas complets à Chétimari en zone rurale où l’autoproduction est plus importante et permet de maintenir plus facilement la structure traditionnelle du repas.

41Les femmes qui, dans notre échantillon, sont principalement des ménagères, consomment proportionnellement plus de repas complets que les hommes (74% contre 67 %). Cette situation ne traduit pas une meilleure situation nutritionnelle, car elles ont moins accès aux aliments carnés que les hommes qui en consomment au marché et ou à l’occasion des visites à l’extérieur de la maisonnée (Caremel 2018).

La quête d’agencéité alimentaire pour traverser la crise

42Les approches de l’aide et leurs critiques ignorent souvent les stratégies endogènes de sécurisation alimentaire (Janin 2008, 2010 ; de Suremain et Razy 2011) qui agissent même en situation de crise et transforment les habitudes alimentaires. Notre enquête confirme l’importance des normes alimentaires auxquelles les gens continuent à aspirer. Même privés de l’accès aux ressources naturelles, les gens jouent du marché et de l’aide pour tenter de retrouver l’alimentation désirée et de contrôler la composition de l’assemblée des personnes avec qui ils mangent. « Si tu te laves les mains et que tu attends le repas d’un autre, tes mains vont sécher » (déplacé, Chétimari, novembre 2017 ; in Caremel 2018).

Capter une aide alimentaire parcimonieuse, aléatoire et sélective

  • 17 Zakat : aumône légale instituée par le Coran due au chef musulman

43Selon Caremel (2018), les populations de la région de Diffa se représentent l’aide comme une émanation de l’État qui coordonne les actions de l’ONU, qui fournit l’aide, et des ONG qui sont les intermédiaires. S’entremêlent, dans les représentations, l’aide du Nord et l’aide comme obligation de don et de charité, incarnée par la notion religieuse de la zakat17. Le caractère aléatoire et arbitraire des visites des ONG dans les villages et les quartiers des villes entretient les discours des usagers autour de la « chance » dans l’accès à l’aide, qui peut représenter une part importante de l’alimentation familiale, mais qui est ponctuelle et très inégalement répartie.

44Comme dans toutes les situations d’urgence, les organisations de l’aide sélectionnent des populations cibles (selon leur propre définition de réfugiés et déplacés selon qu’ils aient ou non traversé une frontière) et les zones de distribution prioritaires (camps et sites d’accueil). En principe, les zones qui ont reçu des denrées pendant plusieurs mois bénéficient ensuite de dons d’argent, pour l’achat de vivres, encourager la mise en œuvre d’activités génératrices de revenus et pour financer des formations professionnelles. L’aide humanitaire est ensuite vouée à être convertie en appui au développement, ce qui suppose un retour à un niveau minimum de sécurisation des activités qui n’est pas atteint en 2021. Dans les secteurs encore touchés par les attaques et les mouvements de populations, des denrées étaient encore distribuées. Les secteurs où sont effectués des dons d’argent constituent autant de sites à hauts risques d’attaques, ce qui explique la réticence des organisations à multiplier ce type d’aide.

45Plusieurs organisations interviennent dans les communes étudiées : Oxfam, Samaritan, ONG VND-Nour sont présents dans la commune de N’guigmi (Photo 2) ; Acted à Kabélawa, International Rescue Committee (IRC) distribuent de l’argent en milieu urbain (Diffa) et dans les sites d’accueil en périphérie.

Photo 2 : Distribution de l’aide alimentaire à Diffa en 2017 

Photo 2 : Distribution de l’aide alimentaire à Diffa en 2017 

Chaque lot est composé de céréales, farine, huile, sucre et condiments prévu pour une famille pendant un mois.

Crédit : C. Raimond

  • 18 Office for the Coordination of Humanitarian Affairs est un département du Secrétariat de l’Organisa (...)

46Les aliments acheminés dans le cadre de l’aide ont massivement été mis à disposition, selon les mêmes dispositifs que ceux employés lors de la dernière grande crise alimentaire au Niger en 2005 (Olivier de Sardan 2011) et coordonnés par l’Ocha18 à Diffa. Parmi ceux-ci se trouvaient des aliments totalement inconnus de la région, comme les lentilles, ou traditionnellement destinés à l’alimentation du bétail, comme le sorgho. Une formation a été nécessaire pour faire entrer ces aliments dans la diète locale, malgré une baisse de l’estime de soi qu’engendre la consommation de ces aliments dépréciés. Ils ont apparemment été rapidement abandonnés puisqu’on ne les retrouve pas dans les résultats de l’enquête par rappel sur 24h. « Avec le déplacement on devient des « mange tout » (…) mieux vaut sucer son doigt que de n’avoir rien dans la bouche » (déplacé, Assaga, octobre 2017 ; in Caremel 2018).

  • 19 Le CSB+ (Corn Soja Blend, le + étant l’enrichissement) est utilisé dans l’alimentation complémentai (...)

47La qualité de ces produits est aussi remise en cause. L’huile « jerkan » (en bidon) garde un goût qui ne disparait qu’avec une préparation spécifique, ce qui explique qu’elle n’est pas non plus citée dans l’enquête. Le riz distribué n’a pas un aussi bon goût que les riz locaux ou le riz Dangoté consommé avant la crise, ni le maïs et les farines (Semon vita, Corn-Soy Blend plus19) consommés malgré tout. « Depuis la crise on ne veut pas manger tous les produits que les ONG donnent, car on ne connait même pas d’où ils viennent » (ménagère hôte, N’guigmi, décembre 2020).

48Parmi les nouveaux aliments, les personnes citent le riz asiatique, et aussi les variétés de mil et de niébé qui ne sont plus produites localement mais importées par les commerçants en grandes quantités. Le CSB+, souvent cité par les ménagères, se trouve en quantité sur le marché et pas seulement distribué par les ONG. Il est destiné à la bouillie pour les jeunes enfants dénutris et est peu apprécié par les adultes, tout comme le maïs « semon vita ».

  • 20 L’enquête auprès des ménagères est plus précise sur l’origine des aliments consommés dans les ménag (...)

49Évaluer en quantité l’accès à l’aide par le bas, c’est-à-dire par les usagers, est difficile tant elle est aléatoire et localisée. Dans l’enquête Rappel sur 24h20, les produits issus de l’aide alimentaire représentent près de 18 % des approvisionnements recensés pour tous les aliments cités (céréales, légumes et condiments), avec des proportions très contrastées selon les populations cibles (Figure 5). Parmi les 38 aliments cités provenant de l’aide alimentaire, on trouve principalement le riz, puis le maïs et le mil (respectivement 21, 7 et 6 citations). L’accès à ces produits issus de l’aide semble plus élevé dans les communes de Chétimari (61 %) et N’guigmi (34 %), et donc moins en zone urbaine que rurale. Ceci est conforme aux stratégies d’aide des organisations intervenant dans les communes étudiées, qui optent plus en ville pour les dons d’argent ou le soutien à des prix bas sur les marchés.

Figure 5 : Origine des produits consommés en fonction du statut de résidence

Figure 5 : Origine des produits consommés en fonction du statut de résidence

Rappel sur 24h, décembre 2020 ; 124 personnes, 213 prises alimentaires renseignées.

50Dans la pratique, l’aide alimentaire constitue une ressource parmi d’autres. Elle ne se substitue pas aux habitudes alimentaires locales. Si elle continue de constituer une part significative des produits consommés, sa centralité est remise en cause pour différentes raisons (Caremel 2018) :

51-son caractère normé, en décalage avec les habitudes alimentaires de populations cosmopolites ;

52-le décalage entre les représentations, des consommateurs et des organismes de l’aide représentés à Diffa, de la sécurité alimentaire et d’une alimentation de qualité ;

53-le ciblage des populations bénéficiaires, qui en retient certaines (réfugiés dans les camps, déplacés) plutôt que d’autres (populations hôtes, éleveurs transhumants) dans une région où toutes sont pourtant touchées par la crise.

Diversifier ses sources et ses aliments

54Les populations qui ont le plus modifié leurs habitudes alimentaires sont celles qui ont été expulsées du lac : elles ont été obligées de remplacer le maïs par le mil, d’abandonner les légumes et le poisson qu’elles consommaient quotidiennement. Elles ont commencé à manger du niébé, qu’elles produisaient seulement pour la vente. Une nouvelle variété de « niébé jaune » est arrivée, peu appréciée en raison de son goût et du long temps de cuisson qu’elle exige. Pour les éleveurs, la disparition du lait ne trouve pas de substitut dans les produits de l’aide, sinon les farines CSB+ distribuées pour l’alimentation des enfants. La consommation de viande a chuté pour toutes les populations, en zone rurale comme urbaine.

55Les changements alimentaires montrent l’importance des innovations qui permettent de pallier les manques et aussi de contourner les produits de l’aide dont on ne veut pas. Le résultat majeur quant à l’origine des aliments consommés en 2020 est l’importance prise par le marché (Figure 4) où sont achetés plus de 55 % des aliments cités dans l’enquête « Rappel sur 24h », et 90% des aliments cités par les ménagères (67% féculents ; 97% condiments, huile, arachide, sucre ; 95% des légumes cités). Les ménagères n’ont pas plus recours à l’autoproduction (5% de l’origine des aliments cités par les ménagères ; 56 citations, dont 36 est du mil, 6 de l’arachide) que les personnes interrogées individuellement (23%).

  • 21 À l’origine, en Kanuri, gregre désignait les mets qu’on apportait lors des baptêmes.
  • 22 Un quatrième repas peut être pris, souvent à l’extérieur de la maison, en snack ou chez un personne (...)

56Comme lors de la crise de 2005, « [les ruraux] n’ont pas été simplement les récipiendaires passifs des distributions alimentaires » (Olivier de Sardan 2011). D’autres produits apparaissent au marché qui ne viennent pas de l’aide, comme les « pommes du Sahel » ou les tubercules en provenance des zones méridionales (ignames, manioc, patate douce). Avec le développement de la nourriture de rue (gregre en kanuri : grignotage21), vendue notamment par les déplacés et réfugiés, diverses préparations ont fait leur apparition : les cacahuètes, les beignets de différentes sortes (n’étaient préparés auparavant que les beignets de mil et de blé), les kosei (en hausa beignets de niébé, déjà connus mais beaucoup plus consommés depuis 2015), les ignames et patates (dangari en kanuri ; doya en hausa : tubercules) frites, les beignets alele et awara (hausa : beignet de niébé, différent des kosei car d’abord bouillis avant d’être frits) consommés plutôt l’après-midi22. La vente d’œufs durs, non mentionnée dans l’enquête, est très courante en zone hausa et le devient de plus en plus dans la région. Dans le domaine des boissons, le bolo djii bul (en kanuri : non fermenté, qui donne la constipation) est moins consommé qu’avant, alors que le foroforo (en hausa : « jus de mil ») préparé avec de la farine de mil fermentée, du lait caillé et du sucre, parfois mélangé avec du fromage, est une introduction récente venue de l’ouest et du centre du Niger par les employés urbains à Diffa. C’est devenu une boisson appréciée car appétissante et nutritive.

  • 23 Les kissar en arabe ; snasin en kanuri : crêpes, pratique importée de longue date du Tchad, sont en (...)

57Des modifications dans l’utilisation des aliments sont aussi observées. L’introduction du maïs date de la mise en valeur de la cuvette nord du lac Tchad dans les années 1990 et a longtemps été réservée aux populations résidantes dans le lac, l’excédent étant exporté vers les villes méridionales au Nigeria. Les déplacements forcés ont étendu l’habitude de consommation de cette céréale, que les commerçants apportent désormais à partir d’autres régions. Depuis 2015, la farine industrielle de maïs « Semon vita » est commercialisée à bas prix, mais elle est moins appréciée car « moins riche », même si elle permet de préparer facilement le couscous. Ainsi, le maïs est cité presqu’autant que le mil23 (76 et 85 citations) pour le couscous et la pâte. Les emprunts aux « gens du lac » transparaissent également dans le vocabulaire : à la place de terme commun brabusko, celui de biski en kanuri, utilisé dans la zone du lac pour désigner le couscous, est de plus en plus communément utilisé dans les communes qui reçoivent les déplacés.

58C’est la consommation du riz qui a connu une croissance majeure, alors qu’il était avant la crise réservé à des repas de fête, surtout en ville, avec des variétés locales plus appréciées que les nouvelles variétés importées. Les manières de le cuisiner ont aussi évolué : très facilement disponible sur le marché car importé à bas prix par l’aide alimentaire, rapide à cuisiner avec peu d’énergie, absorbant beaucoup d’eau et s’accommodant d’une sauce simple, cette céréale est utilisée dans des repas complets (riz sauce oseille ou sauce rouge ; 40 citations) et dans des plats uniques (riz au gras et riz au niébé ; 57 citations). Ces utilisations s’observent dans toutes les familles, urbaines et rurales, hôtes et déplacées.

  • 24 Cette importance prise par les pâtes alimentaires en contexte de crise était déjà notée par Olivier (...)

59L’huile de palme importée des pays côtiers (man djaa en hausa : huile rouge), plus chère que l’huile industrielle du Nigeria, est de plus en plus utilisée notamment par les réfugiés du Nigeria qui en consommaient aussi avant. Les préparations du matin comprennent plus de « macca » (macaroni italien, même si le produit commercialisé n’y ressemble pas beaucoup) et spaghetti au gras24.

  • 25 Dan wake se vendait à l’école pendant la récréation, avec la salade de moringa.

60Le niébé est un bon exemple de produit local qui a pris de l’importance, tant en quantité qu’en variété de nouvelles préparations. Le chinkafa da wake (en hausa : riz au niébé) est devenu courant pour tout le monde en raison des distributions de riz et de niébé. Peu apprécié au début de la crise, les personnes se sont accommodées de ce plat conçu avec les moyens disponibles et très répandu en ville. Le Wake dunguri hari hari (en zarma : soupe de niébé) est une pratique venue de la zone zarma (Tillaberi, Dosso, Niamey à l’ouest du Niger) et proposée par les préparatrices de rue. Le dan wake (en hausa) était déjà connu25 mais conçu avec de la farine de blé plutôt que de niébé. Cependant, même le niébé est difficile d’accès à certaines périodes de l’année, particulièrement pendant la soudure.

  • 26 De plus en plus à N’guigmi, les femmes demandent du dambu ou du kopto, comme à l’Ouest du Niger, le (...)

61Le groupe des ménagères hôtes montre une recherche de diversification des préparations : la sauce feuilles de baobab (kaulu kua ou bulu kua en kanuri ; kuka en hausa ; 9 citations) est ancienne et particulièrement appréciée quand vient la saison. La sauce de Corchorus (kaulu kiri ou bulu kuri en kanuri ; molohia en hausa) est citée 3 fois : elle était peu valorisée et préparée à la période de soudure avec le produit de la cueillette. Elle est devenue un met de conjoncture, préparée avec les produits cultivés à Bosso, Zinder et Agadez, et ne semble pas entrer dans les habitudes alimentaires, sinon auprès des populations urbaines comme aliment de luxe aux propriétés curatives contre le diabète et l’hypertension. Il est devenu courant d’écraser du niébé dans les sauces pour ajouter bon goût et consistance. Le moringa (djogla ou alaam en kanuri, zogla en hausa, windi bundi en zarma) est de plus en plus consommé, avec le dambu (en zarma : couscous de riz ou de maïs) ou sous forme de kopto (en zarma) : sorte de salade mélangée avec du piment vert, de l’oignon et de l’arachide26. Ces préparations, à partir d’une plante cultivée marginalement dans les périmètres irrigués, ne semblent pas liées à l’arrivée des déplacés et réfugiés mais bien à des innovations culinaires qui se diffusent aussi dans le reste du pays par l’entremise des voyageurs, notamment issus de la communauté locale.

62Les innovations sont contraintes par la disponibilité des produits, mais d’autres ne s’étendent pas en raison des difficultés d’accès pour les consommateurs. Certaines révèlent des évolutions de goûts et d’éléments de « modernité alimentaire » qui relèvent de dynamiques qui s’observent ailleurs en Afrique subsaharienne (Bricas et al. 2016 ; Holdsworth et Landais 2019).

Faire évoluer ses « attachements » alimentaires

63« Je voudrais la paix avec une sauce plein de la viande » (ménagère déplacée, quartier Koura de Diffa).

64D’après l’enquête rétrospective, les aliments souhaités avant la crise étaient le riz sauce rouge accompagné de viande de bœuf, du poisson, des pommes de terre, des fruits. Les Kanuri voulaient manger moins de couscous de mil, peut-être en raison de l’attrait des nouvelles céréales (maïs, riz), parfois même « manger à notre faim », ce qui montre la vulnérabilité alimentaire même à cette période.

65Lors des premières interventions en 2015-2016, les ménagères citent le manque d’une grande diversité de produits, dont le blé en provenance du lac qui a brusquement disparu. La sauce n’était « pas bien composée », c’est-à-dire que les ingrédients, notamment les plantes potagères, manquaient pour la préparer. La viande est devenue très rapidement inaccessible, même si son prix a beaucoup chuté en raison de la décapitalisation du bétail par les éleveurs qui ont vendu beaucoup de bêtes sur les marchés pour sauver le reste des troupeaux (Abdourahamani 2022). Le riz est souvent cité parmi les aliments dont on ne voulait plus à ce moment-là, la seule céréale disponible mais inapte à la préparation de pâte ou de couscous. Parmi les aliments non désirés par les déplacés figurent ces aliments provenant de l’aide et peu appréciés mentionnés ci-dessus (CSB, niébé jaune, riz au niébé, « mil de projet »), mais aussi le poisson dont on percevait la mauvaise qualité car « il y a eu beaucoup de cadavres dans l’eau » (ménagère commerçante hôte, commune de Diffa, décembre 2020).

66En 2020, le paysage alimentaire a beaucoup changé et les désirs des mangeurs également, même si les personnes qui expérimentent des aliments nouveaux par dépit ou par goût de la nouveauté continuent aussi de valoriser les plats et les repas de l’ancienne manière. Tous constatent la disparition des fruits et légumes de leur alimentation avec le poisson, la viande et le lait, de même que le beurre et le « niébé du lac », plus souvent mentionnés par les déplacés. Pour ceux-ci, les aliments de l’aide sont toujours honnis et les souhaits très divers. Des inquiétudes apparaissent sur la qualité des produits, mais également sur l’appauvrissement du régime alimentaire : « Nous souhaitons qu'on sensibilise la population sur les produits qui sont dangereux pour la santé dans l'avenir » (ménagère hôte commerçante de Diffa, décembre 2020).

67« Aujourd'hui ici à Bagara la composition de nos repas s’est améliorée, nous ne sommes plus comme au tout début de la crise alors que nous arrivions à faire notre sauce mais presque toujours la même » (ménagère réfugiée, Bagara, Commune de Diffa, décembre 2020).

68« Aujourd'hui la taille de notre famille fait que certains condiments manquent dans notre sauce et par semaine nous mangeons seulement deux fois du riz et une seule fois de la viande » (ménagère hôte, Chétimari, décembre 2020) ; Pour d’autres, « le riz est devenu comme la viande » (ménagère hôte, Chétimari, décembre 2020).

69« J’ai peur que la pâte de mil nous cause une maladie parce que nous la mangeons tous les jours et ne varions jamais de céréale » (ménagère déplacée, originaire de Geskerou (KY) installée à Chétimari, décembre 2020)

70La question de la santé revient souvent dans les entretiens, notamment vis-à-vis de l’alimentation des enfants : ils sont affaiblis car ils ne mangent plus de lait et de viande et attrapent des maladies. La malnutrition infantile reconnue comme phénomène chronique dans cette partie de l’Afrique ajoute un risque alimentaire majeur en situation de vulnérabilité alimentaire, avec notamment un risque de prolifération de maladies comme lors de l’épidémie d’hépatite B en 2016 (Caremel 2017).

71L’enquête rétrospective a laissé peu de place à l’expression du désir de diversité, qui apparait dans les entretiens ouverts. C’est ce que les ménagères hôtes expriment avec le refus du couscous de mil pour le remplacer par du maïs, du riz au gras par de la viande ou du poisson, voire même des pommes de terre et des spaghettis. C’est aussi cette aspiration à la diversité que viennent combler les ménagères et les préparatrices de rue en utilisant des ingrédients nouveaux pour cuisiner la complexité des anciens et des nouveaux plats.

72Finalement, le modèle alimentaire auquel aspirent les gens n’est pas si différent de ce qu’ils mangent maintenant : le brassage de populations aux habitudes alimentaires différentes et les changements de produits n’ont modifié ni le modèle du repas idéal, composé d’une préparation de céréales et d’une sauce élaborée, ni les préférences culturelles. Si la satisfaction des désirs alimentaires reste difficile (« notre désir est de manger à notre faim », ménagère hôte, quartier Festival de Diffa), cette recherche de qualité et de variété dans les repas transparait dans la diversité plus grande des repas entre le début de la crise et décembre 2020.

73En revanche, la nourriture consommée lors des rituels ou des évènement sociaux importants a été modifiée, même si les familles cherchent encore à organiser les célébrations. Ainsi, les cérémonies de décès, qui exigeaient beaucoup de dépenses pour organiser le partage de viande de plusieurs bœufs et chameaux et qui duraient plusieurs jours, ont été écourtées et les aliments partagés réduits au minimum. À la place des fatia (prières des troisième, cinquième et septième jours) n’est organisée qu’une seule fatia. Les galettes de blé local, plus consistant, (tauka buraa en kanuri) qui étaient distribuées lors de la dernière fatia du décès sont préparées maintenant avec la farine de blé importée du Nigeria, ou de mil, ce qui permet aussi d’économiser sur la quantité d’huile. Les dattes distribuées aux visiteurs sont remplacées par les biscuits du Nigeria, achetés par cartons. Même si les repas, nommés luran kraa à N’guigmi, ou meskeru à Diffa, sont encore préparés le lendemain du mariage, l’abondance de mil et d’aliments (pâtes alimentaires, gâteaux, biscuits, farine pour le couscous et pâte en prévision des fêtes du ramadan et de la tabaski) qui étaient remis à la jeune mariée le septième jour, est beaucoup plus réduite et distribuée seulement le cinquième jour.

74Les cérémonies de baptême connaissent aussi un grand changement qui n’est pas dû à la crise mais à l’importation de nouvelles pratiques, prestigieuses, venues de la capitale Niamey. Alors que ce n’était pas l’habitude dans la région de Diffa, les femmes, surtout en ville, se réunissent la veille du baptême autour d’un repas complet avec beaucoup de viande (kalu kar en kanuri : repas préparé le soir), pour le petit déjeuner (tonka hari /en zarma ; tuya ou kauri en hausa). Le jour du baptême, les aliments partagés ont augmenté en quantité et en diversité : au repas complet (sauce viande + riz) servi traditionnellement s’ajoutent maintenant des dambu (en zarma : brochettes) et une collation abondante servie avec des boissons (eau, jus d’oseille, yaourt, boissons sucrées industrielles). Ces pratiques se généralisent, même auprès des familles pauvres, au point que le Maire de Diffa en 2021 a interdit la pratique du repas tuya pour éviter le gaspillage et réduire les dépenses des ménages.

Conclusion

75À l’Est du Niger, la crise sécuritaire est intervenue dans un contexte alimentaire fragile : à une situation alimentaire structurellement déficitaire en raison d’une croissance démographique forte, dans une région où les disponibilités en terres cultivables sont limitées - ce qui impose le recours aux produits du marché même lors des bonnes années - s’ajoutent des problèmes conjoncturels liés aux aléas climatiques (sécheresses, inondations), à la disponibilité de la main d’œuvre agricole et à la fluctuation des prix des produits alimentaires sur les marchés (Olivier de Sardan 2007; Batterbury et Mortimore 2020). Malgré les nombreuses contraintes d’approvisionnement, les habitants de la région de Diffa s’efforcent de faire encore trois repas par jour, de rassembler la famille (même réduite) le soir à la maison pour partager le repas, organiser les repas de fête (parfois même avec des excès) et, autant que possible, de suivre la mode de Niamey et de la modernité urbaine de l’Afrique de l’Ouest. Les changements dans l’alimentation ne sont pas tous liés à la crise sécuritaire, ils révèlent aussi l’adoption de pratiques et de produits nouveaux, certains « faute de mieux », d’autres par choix de la nouveauté, qui témoignent de dynamiques sur un temps plus long et d’échanges sur de longues distances.

76Dans cet environnement sahélien, où se succèdent saisons sèches / pluviales et années sèches / humides, des institutions de mitigation des crises alimentaires, mobilisant notamment les affiliations lignagères, existent depuis fort longtemps. Elles n’ont pas été suffisantes pour amortir les nouveaux chocs climatiques et sécuritaires, notamment parce que leur fonctionnement repose largement sur la mobilité des biens, des troupeaux et des personnes. En bloquant les mobilités, la crise sécuritaire bloque aussi ces systèmes de subsistance et de solidarités, ce qui renforce la vulnérabilité des populations et leur dépendance à l’aide humanitaire. Le paradoxe, si l’on peut dire, de la situation à Diffa et ses alentours, est que la présence des groupes armés se réclamant de Boko Haram et les décisions militaires prises par l’État se renforcent mutuellement en interdisant, ou en compliquant à l’extrême, les déplacements des hommes et des choses qui ont longtemps permis la mitigation de crises alimentaires et qui ne sont pas nouvelles dans cette région sahélienne (Watts 1983). L’observation de personnes prêtes à prendre tous les risques pour retourner dans les zones de production, et de commerçants redoublant d’imagination pour renouveler les circuits d’approvisionnement, montre à quel point les tensions sont fortes pour couvrir les besoins… à la limite de la légalité imposée par un régime d’état d’urgence qui n’offre aucune autre alternative que l’aide humanitaire qui, elle, se soucie peu de la qualité et la régularité de son offre alimentaire.

Top of page

Bibliography

Abdourahamani M. 2022. Recomposition des mobilités des éleveurs au Niger oriental dans un contexte d’insécurité transfrontalière inédite. Thèse de doctorat en géographie. Niamey : Université Abdou Moumouni.

ACF. 2020. Les impacts des mesures sécuritaires sur les populations civiles dans le bassin du Lac Tchad. Rapport d'étude, ACF Paris, 65 p.

Ayimpam S. 2014. Economie de la débrouille à Kinshasa. Informalité, commerce et réseaux sociaux. Paris: Karthala.

Batterbury S.P.J., Mortimore M.J. 2013. « Adapting to drought in the West African Sahel » in S. Boulter, J. Palutokof, D. Guitart (ed.) Natural disaster and adaptation to climate change. Cambridge University Press.

Bierschenk T., Olivier de Sardan J.-P. 1994. ECRIS : Enquête Collective Rapide d’Identification des conflits et des groupes Stratégiques. Bulletin de l’APAD, consulté le 6 Juillet 2022 : [https://doi.org/10.4000/apad.2173].

Bricas N., Tchamda C., Mouton F. 2016. L'Afrique à la conquête de son marché alimentaire intérieur. Enseignements de dix ans d’enquêtes auprès des ménages d’Afrique de l’Ouest, du Cameroun et du Tchad. Paris : AFD, collection Études de l’AFD, num 12.

Caremel J.-F. 2016. « Le renouveau « humanitaire » des politiques de la faim au Sahel, (ou) comment la malnutrition est entrée dans la santé globale ». Face à face, consulté le 10 juin 2021 : [http://journals.openedition.org/faceaface/1042]

Caremel J.-F. 2017. L’hépatite E & ses réponses dans la région de Diffa - une perspective anthropologique. Niamey, Comité National Gestion des Epidémies et OCHA, juin 15.

Caremel J.-F. 2018. Petite anthropologie de la réponse humanitaire dans la région de Diffa. Rapport de synthèse. Observatoire de l’action humanitaire. Niamey : rapport Lasdel.

Caremel J.-F., Sani M. 2019. La sécurisation alimentaire « par le bas » et nexus humanitaire-développement à Diffa. Niamey: rapport Lasdel.

Caremel J.-F. 2021. Fishing in Diffa. Conflicts economies in the Lake Chad Basin. GIST, Case study report 003, 15.03.2021.

Chauvin E., Langlois O., Seignobos C., Baroin C. (ed.). 2020. Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad. Marseille : IRD Editions.

Chetima M. 2020. « Comprendre Boko Haram à partir d’une perspective historique, locale et régionale », Canadian Journal of African Studies, 54 (2) : 215-227.

DE SUREMAIN C.E., RAZY E. 2011. « Tu manges aujourd’hui, tu ne manges pas le lendemain, çà, c’est la pauvreté ». L’incertitude alimentaire à Bamako ». In C. Arditi, P. Janin et A. Marie (éd.) La lutte contre l'insécurité alimentaire au Mali : réalités et faux semblants. Paris : Karthala, Collection Hommes et sociétés : 249-278

Foucher V. 2021. « Pourquoi on ne devrait plus parler de “Boko Haram” ». Consulté le 6 Juillet 2022 : [https://afriquexxi.info/article4847.html].

Hamani O., Caremel J.-F., Kiari Fougou H. 2017. « En Gudun hijira » : Fuites, accueils, solidarités et reconfigurations économiques en contexte d’insécurités et d’aide humanitaire dans la région de Diffa. Niamey : rapport Lasdel.

Holdsworth M., Landais E. 2019. « Urban food environments in Africa: implications for policy and research ». Proceedings of the Nutrition Society, 78 : 513-525.

Janin P. 2008. « Crise alimentaire mondiale. Désordres et débats ». Hérodote, 4(131) : 6–13.

Janin P. 2010. « Faim et politique : mobilisations et instrumentations ». Politiques africaines, 3(119) : 5–22.

Kiari Fougou H. 2020. « Boko Haram, migrants forcés et conséquences économiques dans l’est du Niger » in E. Chauvin, O. Langlois, C. Seignobos, C. Baroin (ed.) Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad : 161-172. Marseille : IRD Editions.

Kiari Fougou H. 2021. « Le contrôle et l’exploitation des ressources halieutiques par Boko Haram : une analyse à partir de la fenêtre nigérienne du lac Tchad ». Revue Environnement et Dynamique des Sociétés : 136-151.

Lemoalle J., Magrin G. (dir.) 2014. Le développement du lac Tchad : situation actuelle et futurs possibles. CBLT, N’Djamena, Marseille, Expertise collégiale IRD, AFD-FFEM, Rapport de synthèse, 66 p. + Contributions intégrales des experts (CD).

Magrin G., Pérouse de Montclos M.A. 2018. Crise et développement La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram. Paris : AFD.

Magrin G., Raimond C. 2018. « La région du lac Tchad face à la crise Boko Haram : interdépendances et vulnérabilités d’une charnière sahélienne ». Bulletin de l’association de géographes français, 95-2 : 203-221. 

Messer E., Cohen M.J. 2015. Breaking the links between conflict and hunger redux. Wiley online library. https://doi.org/10.1002/wmh3.147

Mortimore M.J., Adams W.M. 2001. « Farmer adaptation, change and ‘crisis’ in the Sahel ». Global Environmental Change, 11 (1) : 49-57.

Ocha. 2021. Situation alimentaire et nutritionnelle courante et projetée. Niger. Consulté le 6 Juillet 2022 : [https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/ner_situation_alimentaire_et_nutritionnelle.pdf]

Olivier de Sardan J.-P. 2007. « Crise alimentaire et malnutrition infantile au Niger : le bilan de la « famine » de 2005 ». Critique internationale, vol. 37(4) : 37-49.

Olivier de Sardan J.P. 2011. « Aide humanitaire ou aide au développement ? La « famine » de 2005 au Niger ». Ethnologie française, 3(41) : 415-429.

OIM. 2019. Regional displacement and human mobility analysis. Deplacement tracking matrix, 43 p.

Raimond C., Basserie V. 2020. Impacts contrastés de la crise sécuritaire sur les situations foncières dans la région du lac Tchad. N’Djamena : RESILAC, Etude régionale de recherche, 210 p.

Raynaut C. 1977. « Aspects socio-économiques de la préparation et de la circulation de la nourriture dans un village hausa (Niger) ». Cahiers d'Études Africaines 17(68): 569-597.

Raynaut C. 1992. « Se nourrir en ville : stratégies économiques et pratiques sociales (le cas de Maradi, Niger) » in C. Blanc-Pamard (ed.) Dynamique des systèmes agraires : la santé en société : regards et remèdes. Paris : ORSTOM, p153-210.

Seignobos C. 2018. « Chronique d’un siège (2). Boko Haram dans ses sanctuaires des monts Mandara et du lac Tchad ». Afrique contemporaine, 265 : 99-115.

Watts M. J. 1983. « The Political Economy of Climatic Hazards: A Village Perspective on Drought and Peasant Economy in a Semi-Arid Région of West Africa ». Cahiers d'études africaines, 23(89-90) : 37-72. 

Watts M.J. 2015. « Thinking the African Food Crisis: The Sahel Forty Years On ». In R.J. Herring The Oxford Handbook of Food, Politics and Society :772-794. Oxford : Oxford University Press.

Top of page

Notes

1 La terminologie « Boko Haram » (littéralement « l’éducation occidentale est interdite »), attribuée aux groupes djihadistes particulièrement violents dans le bassin du lac Tchad, n’a plus vraiment de sens depuis la mort en 2021 de son chef Aboubakar Shekau, les divisions successives du groupe et les transformations substantielles de l’ISWAP (Islamic State West Africa Province) qui domine aujourd’hui les groupes insurgés. Ce vocable reste cependant bien établi dans les médias et les réseaux sociaux internationaux (Foucher 2021 : https://afriquexxi.info/article4847.html).

2 Caremel J.F., Kiari Fougou H., Oumarou H. Stratégies de sécurisation alimentaire dans la région de Diffa. Reconfiguration et permanence de la multifonctionnalité des terres et de la multi-activité des hommes dans les interstices de l’État d’urgence et de Boko Haram. Communication orale au colloque Méga Tchad « Les temps des changements. Ruptures et continuité dans le bassin du lac Tchad », 29-31 janvier 2020.

3 Localement, les populations victimes de la crise se désignent comme In gudun hijira (« gens de l’Hégire »), communauté de destin issue d’une fuite collective, mobilisant un référentiel commun et des valeurs de solidarité religieuse envers les démunis (Zakat), sans référence à leur origine ou à la cause de leur déplacement, qui définiraient leur droit à l’aide (Caremel 2018). Ici, nous retenons les catégories des agences d’aide humanitaire : populations hôtes, déplacés internes, réfugiés du Nigeria, pour rechercher un contraste dans les liens au territoire et aux ressources naturelles.

4 Voir note n°3.

5 L’économie de la débrouille est « l’art de se tirer d’affaire, de faire face à la crise, de bricoler, de trouver des solutions avec ce qu’on a sous la main » (Ayimpam 2014). Le fait de se présenter comme commerçant ou réparateur de vélo peut désigner (désigne, par euphémisme) le fait d’être au chômage, une forme de chômage de fait.

6 En zone Kanouri (Diffa, Maiduguri, jusqu’à Mao au Tchad), la part des hommes est écartée avant celle des femmes et des enfants, parfois constituée du fond de marmite. Avant la crise de 2015, la part la plus importante avec beaucoup de viande était réservée à l’époux et placée dans une tasse propre, bien présentable et réservée à cet effet au cas où ils mangeraient avec les voisins du quartier.

7 Tous les noms vernaculaires sont donnés en Kanuri, sauf précision dans le texte.

8 Les jeunes mariées recevaient la machine à préparer ces pâtes traditionnelles avec du blé industriel, et la fête, daude ou talia fridi, était organisée pour préparer les pâtes pendant une après-midi trois jours avant le mariage. La fête existe toujours mais la préparation des pâtes a disparu, remplacées depuis la fin des années 1990 par les pâtes alimentaires industrielles. La mémoire du goût exceptionnel de ces pâtes « faites maison » reste, car selon nos interlocuteurs elles « étaient bonnes même sans viande ».

9 Le Cash transfert et la vente à prix modéré qui ont la préférence des populations car ils leur permettent de choisir les produits qu’ils désirent.

10 L’IPC (http://www.ipcinfo.org) analyse et classifie la sévérité de l’insécurité alimentaire dans les pays en développement ainsi que leur projection à court terme pour définir des objectifs d’intervention. Il définit 5 phases de situation alimentaire : 1 – minimale ; 2 – sous pression ; 3 – en crise ; 4 – critique / situation d’urgence ; 5 catastrophe / famine. Ces phases sont déterminées par les niveaux de consommation alimentaire, l’évolution des moyens d’existence, l’état nutritionnel et la mortalité, rapportés aux facteurs locaux de disponibilité de nourriture, accès, utilisation et stabilité, vulnérabilité et dangers.

11 https://www.ipcinfo.org/fileadmin/user_upload/ipcinfo/docs/ch/Fich_Com_SWA-CMR_d%C3%A9c_2021_VF-finale.pdf.

12 Une expression zarma traduit bien cette idée : marga marga / zarma / mélange de tout dans un seul plat. L’équivalent en kanuri ou hausa serait surundu.

13 Le martom, préparé avec le mil et du lait caillé, a tendance à disparaitre en faveur du riz et de préparations plus rapides. Martom laamay en kanuri, était la bouillie de blé, qui prenait beaucoup de temps à préparer et représentait un aliment de luxe. Elle a disparu en même temps que la production du blé local au lac Tchad.

14 Le faible nombre de citations du poisson démontre à la fois la faiblesse de l’autoconsommation, en raison de l’interdiction de la pêche, et le faible pouvoir d’achat des populations, car l’interdiction d’exportation du poisson séché vers le Nigeria et l’interdiction d’accès aux zones humides ont permis des pêches miraculeuses (en nombre et taille des prises) et provoqué une surabondance du poisson frais sur les marchés et une chute des prix (Kiari Fougou 2020).

15 Le long de la Komadougou Yobé, les préparatrices ajoutent tant d’oseille dans la sauce que « tu as mal aux dents » alors qu’à N’guigmi la sauce plus douce avec de petites quantités ajoutées à l’arachide (femme résidant à Diffa, originaire de N’guigmi).

16 Pendant la campagne agricole de 2020, des déplacés sont retournés cultiver dans le lac même si aucune autorisation officielle n’a été donnée. Les récoltes de gombo et de niébé hâtifs (variétés bandjara et djanfara 2) ont été importantes.

17 Zakat : aumône légale instituée par le Coran due au chef musulman

18 Office for the Coordination of Humanitarian Affairs est un département du Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies qui coordonne les activités humanitaires sur les terrains de l’aide en situation d’urgence.

19 Le CSB+ (Corn Soja Blend, le + étant l’enrichissement) est utilisé dans l’alimentation complémentaire pour le traitement de la malnutrition aiguë modérée (MAM) dans les domaines de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant (PTME), du soutien aux orphelins et aux enfants vulnérables (OEV) et du soutien aux personnes vivant avec le VIH/sida. (Https://www.usaid.gov/mozambique/fact-sheets/world-food-program).

20 L’enquête auprès des ménagères est plus précise sur l’origine des aliments consommés dans les ménages : moins de 8% des féculents cités dans les ingrédients des repas de la veille provenaient de l’aide alimentaire (mil, niébé, riz, maïs) ainsi qu’une part très négligeable d’huile, de condiments et de légumes (2 citations chacun sur 9501 produits – dont 145 produits féculents - cités au total par les 60 ménagères).

21 À l’origine, en Kanuri, gregre désignait les mets qu’on apportait lors des baptêmes.

22 Un quatrième repas peut être pris, souvent à l’extérieur de la maison, en snack ou chez un personne voisine ou apparentée.

23 Les kissar en arabe ; snasin en kanuri : crêpes, pratique importée de longue date du Tchad, sont encore préparées dans la ville à N’guigmi et même à Diffa, mais elles sont très rares.

24 Cette importance prise par les pâtes alimentaires en contexte de crise était déjà notée par Olivier de Sardan (2005).

25 Dan wake se vendait à l’école pendant la récréation, avec la salade de moringa.

26 De plus en plus à N’guigmi, les femmes demandent du dambu ou du kopto, comme à l’Ouest du Niger, le jour du baptême et de mariage.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 : Structure de l’échantillon des personnes interrogées en décembre 2020 (3 enquêteurs)
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-1.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Figure 1 : Zones rouges interdites et déplacements de population dans la région de Diffa depuis 2015
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-2.jpg
File image/jpeg, 259k
Title Tableau 2 : Atténuation des mesures d'Etat d'urgence en 2019
Credits D’après ACF, 2020
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-3.jpg
File image/jpeg, 173k
Title Figure 2 : Production agricole en 2020 selon les communes d’enquête (124 personnes)
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-4.jpg
File image/jpeg, 18k
Title Figure 3 : Liens entre les commensaux par statut de résidence
Caption En nombre de plats, 124 personnes, rappel sur 24h, 371 prises alimentaires renseignées. La typologie repose sur les liens extrafamiliaux (collègues, voisins, ami) et le nombre de générations regroupées lors du repas (Membres de la famille 1 génération (époux par exemple) ; 2 générations (parents, enfants) ; 3 générations (parents, enfants, petits-enfants).
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-5.jpg
File image/jpeg, 43k
Title Photo 1 : Restauration de rue
Caption Riz sauce rouge, à gauche ; repas de pâte de mil sauce gombo pris à la maison (haut) ; et plat de riz au niébé (bas)
Credits crédit : H. Kiari Fougou, février 2021
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-6.jpg
File image/jpeg, 136k
Title Tableau 3 : Plats cités dans la description des repas de la veille (décembre 2020, 124 personnes)
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-7.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Figure 4 : Répartition des plats par prises alimentaires journalières (rappel sur 24h, 124 personnes interrogées, décembre 2020)
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-8.jpg
File image/jpeg, 41k
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-9.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Photo 2 : Distribution de l’aide alimentaire à Diffa en 2017 
Caption Chaque lot est composé de céréales, farine, huile, sucre et condiments prévu pour une famille pendant un mois.
Credits Crédit : C. Raimond
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-10.jpg
File image/jpeg, 45k
Title Figure 5 : Origine des produits consommés en fonction du statut de résidence
Caption Rappel sur 24h, décembre 2020 ; 124 personnes, 213 prises alimentaires renseignées.
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/14189/img-11.jpg
File image/jpeg, 53k
Top of page

References

Electronic reference

Christine Raimond, Hadiza Kiari Fougou, Jean-François Caremel and Eric Garine, “L’art de se nourrir en temps de crise aggravée et en contexte d’insécurité alimentaire structurelle”Anthropology of food [Online], 17 | 2023, Online since , connection on 29 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/aof/14189; DOI: https://doi.org/10.4000/aof.14189

Top of page

About the authors

Christine Raimond

géographe, CNRS, UMR 9586 Prodig, christine.raimond@cnrs.fr

Hadiza Kiari Fougou

géographe, Université de Diffa (Niger), hadiza.kiarifougou@gmail.com

Jean-François Caremel

anthropologue, LASDEL (Niger), caremeljf@gmail.com

By this author

Eric Garine

anthropologue, Université Paris Nanterre, UMR LESC, egarinewichatitsky@parisnanterre.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search