Skip to navigation – Site map

HomeElectronic sectionsVaria articles: 2008-20242024« Se nutrimenter » pour dégraisse...

2024

« Se nutrimenter » pour dégraisser et gagner du muscle

L’ascétisme égotique du body-builder
“Nutrieating” for leanness and muscle gain: the bodybuilder’s egotistical asceticism
Éric Perera and Sylvain Ferez

Abstracts

This article focuses on the relationship between a coach and his group of bodybuilders examined following a long-term ethnographic survey in a weight room in the South of France. The dietary aspects of regimes that are required of those who want to become bodybuilders organize their interactions. Why does the coach systematically impose a weight-loss diet on novices when they come to seek muscle volume? The field survey shows that alternating deprivation and overeating leads weight room practitioners to modify their sensory perceptions (affecting their likes and dislikes) and move away from their usual social environment. The novices’ asceticism through diet only prepares them for the use of steroids, which they ingest as food supplements. This egotistical asceticism can ultimately be read as a paradoxical double domination where bodybuilders experience the sensation of optimizing and controlling their body while being under the social influence of the coach.  

Top of page

Full text

  • 1 Le choix des termes « body-builder », « body-buildeuse » et « body-building » reprend celui réalisé (...)
  • 2 En France, l’enseignement du culturisme est réglementé par la loi (celle de 1963, puis de 1984, mod (...)

1Pour prendre du volume musculaire, Damien a débuté le body-building1 depuis un mois et il a fait appel à un coach2 exerçant dans une salle du sud de la France. Ce dernier, ancien body-builder (42 ans), titré internationalement, lui a affirmé être « capable de transformer un corps en quelques mois » avec quatre entraînements de deux heures par semaine. Dès la première séance, le coach confie à Damien un régime alimentaire écrit sur une feuille où il est bien précisé : « Tu ne manges que ce qui est marqué ! ». Cette diététique, détaillée à la suite, est imposée systématiquement par le coach à chaque néophyte qu’il prend en charge :

« Phase d’amaigrissement :

8h : 2 steaks + salade verte (à volonté) + huile d’olive, citron, sel et poivre.

10h : 2 steaks + salade verte (à volonté) + huile d’olive, citron, sel et poivre.

13h : 3 steaks + légumes verts

17h : 2 steaks + salade verte (à volonté) + huile d’olive, citron, sel et poivre.

21h : 400 grammes de poulet ou poisson grillé ou à la vapeur + légumes verts (à volonté). » (Notes de terrain)

2On note que la diététique proposée compte cinq repas par jour, nécessitant de manger à heures régulières un total de neuf steaks, accompagnés de légumes verts assortis uniquement d’un filet d’huile d’olive, citron, sel et poivre. De la viande blanche est prescrite pour le soir. Ce régime dit « d’amaigrissement » doit permettre à Damien de « dégraisser », comme lui explique le coach. En effet, le suivi de ces prescriptions diététiques amène Damien à perdre six kilogrammes en moins d’un mois. Cependant, cette expérience ne se fait pas sans mal :

« Physiquement, c’est assez difficile parce qu’en fait, on dégraisse complètement. Donc on maigrit énormément. Moi je me rappelle j’avais perdu six kilos en trois semaines. C’est quelque chose qui est un peu dur. Surtout moi qui ai toujours eu du mal à prendre des kilos, donc perdre des kilos c’était dur psychologiquement. » (Damien, 28 ans, Artiste, pratiquant novice)

3Le corps de Damien est mis à rude épreuve. Il doit faire face à la fatigue engendrée par les séances de body-building de deux heures qu’il réalise en salle de musculation quatre fois par semaine. Plus tard, Damien est conduit à adopter un nouveau mode de vie organisé autour du strict suivi des régimes successifs dictés par son coach. Alors que dans un premier temps la perte de poids conséquente est difficile à vivre, Damien prend ensuite du plaisir à enchaîner les diététiques drastiques et à pratiquer le body-building. Quel sens peut prendre cette phase d’amaigrissement alors même qu’il s’agit, in fine, de prendre du volume musculaire ? Comment les débutants en arrivent-ils à aimer un quotidien fait de privations alimentaires ?

4Les études sur ce sujet montrent que la recherche du volume musculaire, c’est-à-dire le choix d’optimiser son apparence physique, est soumise à des mois de travail intensif, de sacrifices financiers, alimentaires et personnels (Ewald et Jiobu 1985). La pratique du body-building implique des régimes draconiens qui visent à contrôler la perte et la (re)prise de poids (Wasielwski 1991 ; Johns 1997). Le contrôle de l’alimentation organise le mode de vie des pratiquants, fait de sacrifices pour atteindre le corps musclé valorisé à la salle de musculation (Vallet 2022). Selon Duret, le groupe de culturistes renforce l’identité de ses membres en portant « sur eux un regard gratifiant et en même temps la menace en déterminant des normes de conduite très prescriptives » (2005 : 54). Ils évoquent ainsi les « pressions normatives » exercées par les personnes qui fréquentent la salle de musculation. Ces dernières imposent les bonnes manières de s’alimenter en stigmatisant les écarts au régime prescrit – quels que soient les résultats obtenus – et en valorisant les conduites diététiques adéquates. De cette façon, les athlètes apprennent les normes en vigueur au sein du groupe. L’adhésion à ces normes procure en retour un sentiment d’appartenance au groupe.

  • 3 On retrouve le même phénomène de création de communauté possédant ses propres normes de conduites d (...)

5On comprend ainsi que, à l’instar de ce que montre Kinnunen, ce n’est pas uniquement une distinction binaire entre pureté et impureté des aliments qui est « indispensable en body-building pour atteindre la perfection physique » et qui marque « une fonction de distinction sociale » (2004 : 319). Le groupe de pairs joue également un rôle social prescriptif3 en stigmatisant certaines conduites et en en valorisant d’autres. De cette manière, la planification de l’alimentation est scrupuleusement respectée, organisant le quotidien du body-builder.

6Cependant, les travaux évoqués ne permettent pas de saisir le sens que peut revêtir pour les néo-pratiquants le fait de débuter leur pratique par une phase d’amaigrissement ni les effets que cela génère sur la relation qu’ils nouent avec leur coach. Par ailleurs, les travaux de Duret (2005) révèlent l’existence de normes internes de dopage, fixées par le groupe, qui s’appuient sur des arguments rationnels : faciliter la prise de masse, diminuer les périodes astreignantes de régimes, accélérer la sèche, etc. On peut toutefois se demander dans quelle mesure des privations alimentaires participent à l’affirmation du pratiquant, en même temps qu’elles l’asservissent à de nouvelles pressions normatives conduisant à la prise de produits pour optimiser sa performance ?

7Pour comprendre cette socialisation sensorielle des novices, cet article propose d’interroger la manière dont les goûts et les dégoûts alimentaires se reconfigurent selon des normes attendues par le coach et le groupe. Il s’agira ensuite de montrer comment s’organise un nouveau rapport au corps par l’apprentissage de conduites alimentaires au sein desquelles la prise de produits n’est finalement qu’une facette.

Méthodologie

  • 4 Un carnet de bord était tenu à chaque rencontre avec le milieu des body-builders étudié. Le cherche (...)

8L’article s’appuie sur un travail ethnographique réalisée sous forme d’observation participante (Becker 1985 ; Wacquant 2000) dans une salle de musculation du sud de la France. Plus précisément, une initiation au body-building a été menée durant huit mois au rythme de quatre entraînements de deux heures par semaine. L’immersion a permis d’observer in situ le fonctionnement, les codes et manières de faire d’un groupe de pratiquants du body-building géré par un coach. Le temps passé à la salle de musculation à privilégier les interactions a facilité une « résonance » (Piasere 2010) avec les enquêtés. Autrement dit, en adoptant une diététique et en réalisant les entraînements, l’enquêteur a pu « nouer une complicité » (Bromberger 2016) avec les personnes étudiées (le coach, des novices en body-building, mais aussi plusieurs body-builders plus ou moins expérimentés) et saisir des routines, des situations banales et discrètes4.

  • 5 Tout comme son prénom, les principales données permettant de reconnaitre Cédric ont été maquillées.

9Ces données sont complétées par deux « journaux intimes » ou « récits écrits de soi » (Lahire, 2008) produits par un body-builder, Cédric (48 ans). Compositeur et interprète de chansons, ce dernier envisage un temps une carrière musicale. L’enquêteur rencontre Cédric après son immersion, une première fois le 24 mai 2011, dans le cadre d’un projet de recherche. La deuxième rencontre, le 25 juillet 2011, ils partagent une séance de musculation dans sa salle de gym. Cédric lui confie alors un premier journal personnel intitulé « Journal d’un bodybuilder » (234 pages), en lui autorisant un usage pour sa recherche sous couvert d’anonymat5. Ce journal couvre une période allant du 12 février 2007 au 15 octobre 2007 durant laquelle Cédric décrit sa préparation physique suivie par un coach et sa première compétition de body-building. L’écriture, qu’il s’impose au moins une fois par semaine, est l’occasion de cristalliser un objectif qu’il s’est fixé en 1997 : devenir Mister Universe. Son premier journal personnel montre la façon dont il s’approprie les valeurs du body-building tout en transformant son corps. Si les chercheurs, comme le signale Lahire, « redoutent le caractère plus "artificiel", "construit", "élaboré" » (2008 : 167) de ce type de matériau, il semble important de noter le rapport singulier que Cédric noue à son journal :

« Chaque page est un instantané de vie, absolument libre de toute forme, absolument spontané, et ça, c’est un plaisir que j’ai découvert au fil de ces pages. Et le plus génial dans tout ça, c’est que je ne relis jamais : tant pis pour les fautes de frappe et je serais trop tenté de modifier les choses et de retravailler le texte si je le faisais. » (Journal n°1, 14/06/2007)

  • 6 Le titre de ce journal intime nécessite des précisions. En fait, il ne s’agit pas de sa première co (...)
  • 7 Lahire note la rareté du journal personnel par : 1) « son caractère culturellement et socialement m (...)

10Cette écriture personnelle est aussi un moyen de mettre à distance son expérience du body-building et de développer une réflexion sur soi. Fin 2008, alors qu’il prépare une compétition de body-building, il doit déclarer forfait pour des problèmes de santé. Douze mois sont nécessaires pour reprendre les 15 kilogrammes perdus suite à sa reprise de l’entraînement en mai 2009. Il repart à la poursuite de son rêve, et entame la rédaction d’un second journal intime entre le 24 mai 2011 et le 27 juillet 2012, qu’il confie à l’enquêteur au fur et à mesure de son écriture. Ce second journal intime, intitulé « Extrait du journal de préparation pour ma première compétition » (131 pages, sans mise en page contrairement au premier)6, retrace les détails de la préparation de Cédric pour la compétition Mister Universe prévue en décembre 2012. Les deux journaux intimes produits marquent des périodes précises de la vie de Cédric qui vont au-delà de ce qui est rapporté dans les carnets de performances couramment tenus par des body-builders. Extrêmement rare7, ce type de documents offre un riche matériau qui participe à la « triangulation » (Olivier De Sardan 2007) des données ethnographiques.

Fabriquer du muscle : une forme d’ascèse

« Se nutrimenter » : reconfigurer les goûts et dégoûts alimentaires

11En phase d’amaigrissement, Damien, mange plus d’un kilogramme de viande par jour. La perte de poids est rapide. Le coach explique qu’un tel régime alimentaire stimule le métabolisme, lui permettant de « dégraisser ». La grande quantité de viande absorbée conduit à la fois à gagner en force musculaire et à perdre les « mauvaises » graisses. L’absence de sucre dans l’alimentation impose à l’organisme d’aller puiser constamment dans ses propres réserves physiques, ce qui amplifie la fatigue engendrée par les exercices de musculation. Au bout de dix jours, se nourrir de façon répétitive avec les mêmes aliments devient rebutant :

« J’avais vu ça comme un délire de manger des steaks au petit déjeuner. Au bout d’une journée, trois jours, tu commences à en avoir marre. (…) C’est quand même un gros effort. Le fait de changer de régime alimentaire, plus draconien et bien voilà ! Tu vas prendre ce qu’il faut et pas plus. Pas un gramme de sucre, pas un gramme de graisse. » (Damien, 28 ans, Artiste, pratiquant novice)

  • 8 La « sèche » désigne chez les body-builders le travail de réduction de la masse graisseuse.

12L’ingurgitation de nourriture devient très vite machinale et sans saveur. S’alimenter n’est plus un plaisir, mais un moyen d’agir sur son corps. Cette épreuve, aussi violente soit-elle, a pour effet de purifier le novice, en éliminant la graisse et en permettant au corps de « sécher »8. Les interdits alimentaires prescrits par le coach impliquent également un nouveau rythme de vie en imposant cinq repas par jour. La composition de chacun est programmée, au gramme près. Damien commente ainsi :

« Ton régime alimentaire te donne ta cadence de vie, c’est ça qui organise ta vie à deux, trois, cinq repas par jour. Avec des quantités importantes, tu peux difficilement prendre ça dans une boîte. Il faut rentrer chez soi, cuisiner, faire les courses. Tout ça te prend ton temps, et tu te règles par rapport à ça et tout le reste entre. »

13Le quotidien est ainsi rythmé par les prescriptions alimentaires « quasi militaires » qui sont associées à des séances de musculation régulières, nécessaires pour optimiser l’effet de « sèche » sur le novice. Cédric souligne ainsi : « Dans le bodybuilding, l’entraînement est la partie émergée de l’iceberg. La nutrition est l’iceberg ! » (Journal n°1, 19/02/2007) Suivant une croyance largement partagée parmi les enquêtés, le moindre écart alimentaire est susceptible d’anéantir le travail accompli durant des semaines. Le suivi scrupuleux de la diététique est d’ailleurs contrôlé et valorisé à la salle. Ici, toutes les conversations entre le coach et les pratiquants débutent inévitablement par la question du poids. Le coach interpelle volontiers l’un d’eux devant ses pairs : « Tu as perdu combien ? ». Il va même jusqu’à palper directement ses abdominaux, en soulignant à haute voix devant les autres : « Tu as encore de la merde à perdre ! ».

14Parallèlement, des éloges du type « c’est en bonne voie » encouragent le novice à aller plus loin dans l’épreuve d’amaigrissement. La diététique à base de steaks est présentée par le coach comme un moyen de « repartir sur de bonnes bases ». L’action hyperprotéinique vise à « dégraisser » complètement, le coach parle d’une « restructuration musculaire ». En phase d’amaigrissement, les privations et les contrôles de soi sont justifiés par un projet de réinitialisation du corps, mis à rude épreuve. L’absence de sucre et des sensations de manque se font sentir. Les anciennes habitudes alimentaires hantent ainsi le quotidien de Cédric :

« J’arrive à un moment critique. Cinq semaines de diète très stricte. Cinq semaines pendant lesquelles je me libère peu à peu de mes dernières mauvaises habitudes. Mais depuis quelques jours apparaît une nouvelle sensation : mon corps est en manque ! En manque de graisse et de sucre, je le sens, je le ressens. C’est plus difficile à gérer une envie monstrueuse (mais passagère) de chocolat. Ce manque-là est permanent, lancinant. (…) Le problème c’est que j’ai faim, toujours, même après l’un de mes 7 repas. Je ne suis jamais rassasié... Il m’arrive de penser à ce prochain hiver où je devrais me gaver de nourriture pour prendre un max de masse et dépasse les 100kg… Pour l’instant l’objectif est autre : construire la base. » (Journal n°1, 17/03/2007)

15Un nouveau rapport au corps s’installe peu à peu, où la diététique n’est plus qu’un moyen efficace de transformation. L’alimentation antérieure perd son sens. Elle apparaît désormais inconcevable au pratiquant. Durant son immersion, les desserts et les éléments gras d’une alimentation classique n’attirent bientôt plus l’enquêteur. Inscrit dans une logique de « restructuration » de son corps, il n’envie pas son entourage. Les non-pratiquants, qui semblent se laisser aller et ne pas prendre soin de leur corps, deviennent ainsi progressivement incompréhensibles. On retrouve cette différenciation avec les autres lorsque Cédric fait part de dégoûts en train de s’installer, tout en signifiant son plaisir à contrôler (et finalement à surmonter) certaines tentations :

« Au sortir du gym, je suis capté par le fumet de la friture de la place du coin… J’ai oublié mon shake à la maison et suis affamé ! Je me pose clairement la question : pourquoi craquerais-je ? Pour décevoir mon corps qui s’habitue inexorablement à ne plus gérer l’absorption de substances inutiles pour son fonctionnement ? Cela fait cinq semaines maintenant que je ne lui donne plus de graisses et de sucres rapides. Même je lui donne de la graisse, je risque d’être très vite écœuré par ces frites et l’organisme ne manquera pas de stocker toute cette graisse inespérée, ce qui ruinerait d’un coup cinq semaines d’efforts quotidiens. Ridicule ! En plus, je serai très déçu après coup d’avoir cédé à la tentation, mon coach serait également très déçu. J’ai vraiment tout à perdre. JE N’AI PAS LE DROIT DE CRAQUER : ce sont les faibles qui craquent et moi je suis un champion ! J’apprends peu à peu à me libérer de ces pulsions dévorantes et je m’en réjouis. » (Journal n°1, 16/03/2007)

16Logiquement, au bout de quelques semaines de régime « sec », certains aliments créent de l’aversion. S’alimenter n’est plus un plaisir, mais un moyen d’agir sur son corps. Cédric parle de « nutrimentation ». Manière de dire qu’il ne se nourrit plus, mais agit rationnellement pour contrôler son corps, « sans se laisser aller ». Il précise : « Le régime en lui-même n’est plus un problème. Depuis début février, je mange la même chose, c’est devenu une habitude, j’ai chassé toutes les mauvaises habitudes, je mange avec plaisir ce qui est bon pour mon corps et j’en suis ravi » (Journal n°1, 25.07.2007).

17Pour le body-builder, les effets attendus sur le corps priment. La réduction de ses liens sociaux marque l’adhésion à des valeurs partagées dans un univers plus étroit. Au rétrécissement de ses liens d’interdépendance correspond une transformation de la nature même de ces liens. La phase d’amaigrissement implique donc des modifications notables au quotidien, qui entraînent peu à peu une reconfiguration des goûts et dégoûts alimentaires du pratiquant. Les privations alimentaires consenties réorganisent les sens au service du développement musculaire. Le sensorium (Howes 1990, 2004) du pratiquant évolue : l’alimentation n’est plus une question de, mais un moyen d’agir sur son corps. Ce changement des repères sensoriels s’opère progressivement, dans un groupe de body-builders suivant à la lettre de la diététique imposée par le coach. Dans le même temps, l’apprentissage d’une nouvelle manière de s’alimenter produit une distinction avec les non-pratiquants. Ces derniers sont bientôt associés à un laisser-aller inacceptable. Ils incarnent les valeurs d’un monde dont il faut s’éloigner, associés au gras et au sucre. L’expérience sensorielle liée au fait de « se nutrimenter » produit ainsi une mise à distance par l’alimentation dont les effets relèvent de la « gustemology » (Sutton 2010), c’est-à-dire d’une approche plus générale de production du goût (Højlund 2015). L’enchaînement des régimes et les changements sensoriels consécutifs participent ainsi d’un processus de distinction sociale permettant de rompre avec la normalité des non-pratiquants. Le rapport utilitaire à l’alimentation éloigne certes de la normalité, comme une forme d’anti-commensalité, mais « se nutrimenter » c’est aussi satisfaire les attentes du coach et du groupe qui ont été soumis aux mêmes exigences.

Se mettre à l’écart des autres et faire sa place à la salle de musculation

18La deuxième étape de la diététique que prescrit le coach vise le gain musculaire. Après la phase d’amaigrissement, pauvre en glucides, il propose un régime hyperglucidique, avec un régime à base de pommes de terre (un kilogramme par jour) et de protéines (viande blanche), qui fait croitre le volume musculaire en peu de temps. Ce nouveau régime est confié par le coach comme une récompense pour avoir réussi l’épreuve de la phase d’amaigrissement.

« Phase de rebond glucidique :

Matin, 2 patates (200 gr) + beurre (10 gr) + 200 gr de poulet

10h, 2 patates (200 gr) + beurre (10 gr) + 1 pomme verte + 5 acides aminés

13h, 2 patates (200 gr) + beurre (10 gr) + 200 à 300 gr de poulet, poisson grillé ou vapeur

17h, 2 patates (200 gr) + beurre (10 gr) + 10 acides aminés ou 5 blancs d’œuf

21h, 2 patates (200 gr) + beurre (10 gr) + 200 à 400 gr de poulet, poisson grillé ou vapeur. » (Notes de terrain)

  • 9 Généralement utilisé avant les compétitions, l’objectif est de « charger » l’organisme en glucides (...)

19Cette phase, appelée « rebond glucidique », produit une surcompensation glycogénique9. Cette surcompensation est à l’origine d’une prise musculaire rapide, ressentie et directement visible sur le corps. La nouvelle diététique redonne au pratiquant de l’énergie et une apparence plus désirable, contrairement à la phase d’amaigrissement qui était à la fois très épuisante et génératrice d’effets visuels désagréables. Conjointement à la sensation de « revivre », le novice se sent ainsi plus proche du groupe. Car cette nouvelle diététique permet de tenir la cadence des entraînements sans faiblir, comme les autres body-builders. Durant cette phase, l’enquêteur constate très vite qu’il termine plus facilement les séries d’exercices. La séance d’abdominaux, auparavant particulièrement pénible, ne présente plus de difficultés.

20Son corps le satisfait de plus en plus. Il faut dire que ses premières transformations visibles de celui-ci semblent répondre aux attentes du coach, qui encourage l’enquêteur à continuer. Le gain en muscle est perceptible. Une sensation de « toute puissance » s’empare de lui, liée à sa nouvelle alimentation et à ses répercussions sur son corps. C’est à ce moment-là qu’il se rapproche des pairs body-builders. Il se confirmera par la suite que la place de l’enquêteur dans la hiérarchie du groupe évolue avec les changements de diététique.

21Le coach introduit le travail entre débutants et body-builders confirmés au moment de ce changement de régime générateur d’effets « grisants », qui constitue un seuil. L’investissement des premiers est d’autant plus acharné que le coach les compare aux seconds. Sans avoir encore les attributs d’un body-builder, le novice change de statut dans le groupe. Les effets de la diététique permettent une mise en valeur par le coach. Lorsque ce dernier est satisfait, le pratiquant est montré en exemple. Son gain rapide de poids est pris pour modèle. C’est à la fois l’occasion de louer les sacrifices consentis et d’en attester les effets. Les nouveaux repères propres au milieu du body-building sont ainsi assimilés et renforcés par les sanctions positives et négatives du coach. Les micro-rituels d’interactions qu’il met en place rappellent sans arrêt l’importance des efforts à fournir.

22La pratique rigoureuse du body-building demande un investissement total qui est loué au sein du groupe de pairs en même temps qu’il marginalise à l’extérieur de celui-ci. La socialisation au mode de vie du body-building produit par ailleurs une sorte de rupture avec la vie sociale antérieure. Le pratiquant tend à s’isoler pour pouvoir se maintenir et exister dans et par le groupe de pairs body-builders. Les pratiques de sociabilités habituelles (repas, soirées, consommation d’alcool, etc.) deviennent des tentations extérieures à éviter, comme le note Damien :

23« Tu t’aperçois que tu t’isoles socialement, parce que dès que tu rentres dans ce régime-là, c’est sûr que c’est difficile d’entretenir une vie sociale. Au niveau des boissons, que ce soit copains ou famille, repas entre amis, tout ça, ce sont des choses qui sont importantes dans la vie… Ce sont des choses que tu ne peux plus faire, ou difficilement. Tu te mets toi-même à l’écart. Tu fais ton boulot, et tu essaies de ne pas faire le chiant, mais en même temps tu n’en as rien à faire ! C’est ton truc, et tu n’as pas envie de rendre des comptes ! »

24Le rythme et les privations imposés par les régimes, tout comme l’épuisement suscité par les entraînements répétés, créent ce besoin d’isolement. Cédric résume ainsi le quotidien : « Manger, boire, dormir, faire du cardio, jouir en soulevant de la fonte, c’est la liste de toutes mes activités ! ». À l’inverse, l’engagement attendu et fourni à la salle de musculation crée du lien avec les pairs qui partagent les mêmes épreuves, et qui visent le même objectif de transformation du corps. C’est dans ce contexte que la prise de masse musculaire se poursuit lors d’une troisième phase de diététique dite de « prise de poids », marquée par l’abondance d’aliments riches :

« Prise de poids :

7h, lait concentré sucré + Lait ½ écrémé + 150 g de Flocons d’avoine + Banane

10h, 1 Yop + 4 Tranches de pain complet + Thon + Beurre de cacahuète + Banane

13h, 4 steaks ou 400g de thon + 400g de riz cuit

17h, 4 Tranches de pain complet + Thon + Beurre de Cacahuète + Nutella + Banane

20h, 400g de viande rouge + 400g de riz cuit

23h, Protéines + Céréales + Banane + Lait ½ écrémé. » (Notes de terrain).

25Ce nouveau régime est très déstabilisant. Après de nombreuses privations, le pratiquant est à présent enjoint à manger des aliments très sucrés pour prendre un maximum de poids. Une fois le poids maximal fixé par le coach atteint, une nouvelle phase d’amaigrissement débute (à base de viande) afin de « sécher » et retrouver une ligne musclée et saillante. La nourriture est alors réduite au statut de simple instrument visant à augmenter peu à peu le volume musculaire en alternant les phases de « prise de poids » et de « sèche ». Le plaisir n’est donc pas dans l’alimentation à proprement parler, mais se concentre dans le fait de transformer son corps en muscle. Autrement dit, l’expérience sensorielle de l’enchainement des régimes alimentaires à des effets « synesthésiques » (Sutton 2010) par lesquels les goûts opèrent selon des attentes rationnelles de gestion du corps. Ces attentes sont d’autant plus incorporées par le pratiquant que l’enchaînement des saveurs passe d’un régime amaigrissant à base de viande (sans glucides), difficile à suivre, à la récompense de l’hyperglucidisation du régime suivant, dont les effets annoncés par le coach sont directement visibles sur le corps. Comme l’observe Cédric : « Si tu contrôles ta nutrition, tu façonnes ton corps à volonté ! » (Journal n°1, 19/02/2007). C’est sans compter les changements sociaux que produisent une telle expérience sensorielle alimentaire qui participent de l’appropriation des valeurs du body-building.

  • 10 Le coach souhaite un investissement à « 300 % », faute de quoi tous les efforts pourraient être ané (...)
  • 11 « L’expérience totale renvoie à l’idée d’une ligne biographique (…) qui envahit et absorbe la total (...)

26Ce type de travail ethnographique, peu déployé dans le domaine de l’anthropologie des sens et de l’alimentation, à l’instar des enquêtes de Perez (2011) ou encore Sutton (2014) et Rhys-Taylor (2017), met en évidence comment la nourriture devient un moyen de façonner son corps qui dicte l’ensemble des aspects de la vie du pratiquant, modifiant ses perceptions et ses relations sociales. Ce dernier doit se détourner de toute autre activité sportive10. L’ensemble des engagements de sa vie quotidienne est au seul but d’atteindre un corps idéal, qui implique une « expérience totale » (Fernandez 2010)11.

27La pratique du body-building génère donc un nouveau rapport au corps, au temps, aux autres, qui passe par l’apprentissage de conduites alimentaires atypiques, les phases de restrictions succédant à des orgies caloriques. Les régimes successifs s’inscrivent dans une discipline du « muscle » qui s’apparente à une ascèse, c’est-à-dire l’engagement, « dans la délimitation et la restructuration des relations sociales, en développant un ensemble alternatif de liens sociaux et en construisant un univers symbolique alternatif » (Ortega 2008 : 23). Le pratiquant est insensiblement mené à ne vivre que pour le body-building. En se conformant aux attentes du coach, il mène une existence entièrement dévouée à cette pratique, se coupant de l’extérieur et se rapprochant des pairs de la salle de musculation ; et ce d’autant plus que, bientôt, il s’engage dans des compétitions de body-building.

L’usage d’anabolisants comme aboutissement du contrôle de soi ?

Prise de compléments alimentaires et ethno-pharmacologie

  • 12 Durant cette phase, le coach anticipe les remarques de l’entourage sur l’état de l’enquêteur, puis (...)

28Pour maintenir une progression constante, des « produits » sont prescrits par le coach dans le cadre des régimes visant à faciliter l’atteinte des objectifs corporels fixés. Si le régime à base de steaks n’est pas associé à la prise de produits, ceux-ci font leur apparition aux deux phases suivantes du régime (le rebond glucidique et la prise de poids). Après la difficile période d’amaigrissement, c’est au moment où apparaissent les sentiments d’euphorie que la chimie est proposée, sous forme d’ampoules de pargine (pour stimuler la sécrétion d’hormones), qui sont accessibles en pharmacie, précise le coach. D’un côté, avec le nouveau régime hyperglucidique à base de pommes de terre, le pratiquant passe d’une phase d’amaigrissement qui donne un air malade12 à l’impression de revivre. De l’autre, les sensations agréables sont indissociablement associées à la prise de pargine, s’accompagnant d’évolution musculaire tangible. Le changement est donc à la fois corporel et moral. La pleine possession de ses moyens stimule l’envie de se mesurer aux body-builders confirmés. Le désir de mieux les connaître est encouragé par le coach, qui estime que la nouvelle diététique permet désormais de travailler avec eux.

29Cette période s’accompagne aussi d’une prise rapide de muscle. L’enquêteur prend 4 kg en une semaine. Pour la première fois, il contemple son évolution musculaire dans la glace. À la salle, elle lui vaut des remarques sympathiques : « tu as pris ! », « tu as meilleure mine ». Il sent que le groupe lui accorde une place. La prise de muscle renforce sa croyance dans le coach et ses méthodes. Il est plus fréquemment pris en exemple par celui-ci.

30On retrouve les effets de ce gain de masse musculaire rapide chez Cédric, qui s’accompagne également du besoin de se regarder dans le miroir, lorsque, au bout de cinq semaines de « diète » très stricte, il introduit la consommation d’hydrates de carbone (source de glucides) :

« La bonne nouvelle maintenant. Mes muscles grossissent... et pas qu’un peu ! Je continue à perdre du poids, mais de façon modérée (je me stabilise à 80,2kg), et autant de graisse (j’ai encore perdu 1%), mais la machine à grossir est lancée : + 3cm pour les pecs, + 5cm pour les épaules, + 1cm (seulement...) pour les bras, la taille s’affine à 82cm, les jambes ne bougent pas (il va falloir que je donne un coup de collier dans ce domaine). Moi qui avais l’impression de stagner ces derniers jours, me voilà pleinement rassuré. (...) Je me suis surpris dans une séance de narcissisme devant le miroir, c’est bien la première fois !!! Après tout, c’est bien naturel, je ne me suis jamais vu aussi beau… J’ai un nouveau régime depuis ce matin. Les hydrates augmentent encore un peu pour continuer la prise de poids et densifier encore tous ces muscles. » (Journal n°1, 26/03/2007)

31La mise en place de nouvelles normes diététiques impliquant l’usage de compléments est alors d’autant plus naturelle que la phase d’amaigrissement a permis, dans un premier temps, de concevoir l’alimentation comme un moyen d’agir sur son corps. La suite de l’enquête révèle l’ordre des « produits » successivement prescrits par le coach : après la niacine (vitamine hydrosoluble favorisant la synthèse d’hormones), il propose la périactine (médicament pour prendre du poids), puis un « super méga pack » (cocktail de vitamines et de créatine facilitant la récupération), puis l’éphédrine (stimulant illicite). Lorsqu’il finit par confier à l’enquêteur de l’éphédrine, il prend tout de même le soin de préciser : « Là, on commence à rentrer dans l’illégalité ! ». Ces produits apparaissent toujours comme la solution pour atteindre les objectifs physiques fixés, dans une logique d’optimisation de la préparation physique.

  • 13 Les stéroïdes anabolisants augmentent la synthèse des protéines dans les cellules, entraînant une a (...)

32L’engagement dans des compétitions constitue un autre seuil, impliquant une diététique ajustée et l’usage d’autres produits. Ceux qui sont pressentis pour participer aux épreuves doivent ainsi recourir à des produits dits « lourds », c’est-à-dire des anabolisants13, en vue d’atteindre l’idéal corporel visé. C’est avant tout le respect des prescriptions antérieures du coach qui conduit ce dernier à révéler la nécessité de cette préparation chimique.

  • 14 Code du sport, articles L232-9 et L232-10.
  • 15 Monaghan (1999) parle ainsi d’une « science de l’activité » nécessaire dans la recherche et l’obten (...)

33Le recours aux stéroïdes anabolisants sonne ainsi comme une récompense pour avoir suivi toutes ses prescriptions à la lettre, malgré le caractère pénalement répréhensible de la possession, de la vente ou de distribution de ce type de produits14, que le coach prétend connaître et savoir prescrire sans aucun risque pour la santé. Il affirme les avoir déjà testés, et propose un dosage prétendument adapté au pratiquant, gage de sécurité. Il met donc à profit la légitimité associée à son expérience pour prescrire et doser individuellement les produits. Selon Monaghan (1999), les body-builders développent au quotidien une ethnopharmacologie15 pour atteindre leurs objectifs de transformation du corps. Chacun teste plus ou moins les cocktails de produits par lui-même, et partage avec les autres les façons efficaces de parvenir à sculpter son corps. Certes l’accès à l’ethnopharmacologie signe le passage au statut de body-builder pressenti pour les compétitions, mais un engagement total dans la pratique est initié avant ce recours aux produits « lourds » (stéroïdes anabolisants, hormones de croissance, insuline ou diurétiques).

34L’expertise du coach réside dans l’usage de ces produits qu’il sait prescrire sans risque pour la santé, car il les a déjà testés. Il propose un dosage adapté à l’athlète, gage de sécurité. Il tire son autorité de cette science expérientielle qu’il a pu développer en tant qu’ancien body-builder (titré au niveau international). Compte-tenu du caractère illicite du recours à ces substances, la science expérientielle du coach ne peut être transmise qu’à un nombre restreint d’élus qui ont attesté d’une implication sans faille. En dégraissant littéralement, c’est d’abord la capacité à adopter un mode de vie entièrement dévoué au body-building qui a été mis à l’épreuve. Une condition nécessaire pour que, dans un second temps, un savoir empirique soit partagé sur la prise de produits, alors perçus comme des compléments indispensables à la fabrique du muscle. Le recours aux substances illégales n’est ainsi pas vécu comme une étape décisive ni comme une ligne rouge. Associé à un simple affinement de la préparation physique, il représente un ultime ajustement, par la prise de compléments nécessaires à la pleine expression de la diététique suivie. Si l’alimentation est un moyen de construire/ transformer son corps pour fabriquer du muscle, l’usage de produits n’est qu’un élément de plus pour atteindre cet objectif, dont la participation aux compétitions constitue l’aboutissement.

Devenir body-builder : rendre visible un mode de vie

35Ceux qui suivent à la lettre les préceptes du coach sont élus pour participer aux compétitions. Ils se démarquent par un indéfectible investissement dans les prescriptions diététiques du coach, caractérisées par un enchaînement de régimes associés à des compléments/ produits. Une discipline du corps s’installe, rendue visible par les transformations corporelles lors du passage d’une phase diététique à une autre.

36Les performances physiques fonctionnent ainsi comme des révélateurs, sinon des preuves, de l’engagement attendu par le coach, engagement rétribué par l’accès à des savoirs expérientiels. En effet, les élus sont rapidement invités chez le coach (à l’extérieur de la salle de musculation) pour affiner leur préparation chimique. La compétition apparaît comme l’issue d’un long processus de transformation du corps, étayé par les secrets de la préparation chimique. Car les recommandations du coach, après avoir mis le pratiquant à l’épreuve pendant des mois, se prolongent par l’incitation à recourir à des produits dits « lourds » (tels les stéroïdes anabolisants) dosés pour modeler un corps le plus musclé possible.

37Selon Benjamin (38 ans, agent de sécurité, pressenti pour les compétitions), en suivant les consignes du coach, il reste dans les limites – car il ne souhaite pas mettre sa santé en danger. Benjamin sait néanmoins qu’il faut en passer par là pour espérer être parmi les trois premiers aux compétitions. Sa diététique est ainsi complétée par un usage finement dosé d’anabolisants, qui parachèvent sa préparation et à sa métamorphose. Le coach confie un jour à l’enquêteur sans détour : « Lorsque tu es sous anabolisants, tu as un développement exceptionnel du corps ». La préparation chimique permet d’atteindre l’idéal quasi impossible d’un corps body-buildé.

38Fort de la confiance du coach, les futurs compétiteurs passent tous en période de « sèche » afin de réduire au plus bas le pourcentage de masse graisseuse et « dévoiler » les fibres musculaires travaillées les derniers mois. La masse musculaire qui se dessine progressivement est quotidiennement évaluée par le coach. Plus la compétition approche, plus celui-ci affine la diététique des élus en fonction des différentes réactions du corps. L’inquiétude devient omniprésente durant les dernières semaines de « sèche » et le coach se veut alors rassurant. Ses conseils offrent de précieux repères face aux modifications du corps, tout comme le miroir de la salle de musculation qui, au fil des séances, dévoile les volumes musculaires atteints.

39Le pratiquant sérieux est prêt pour les compétitions à partir du moment où « la peau est aussi fine que du papier à cigarette », c’est-à-dire lorsque son taux de masse grasse est au plus bas. Le corps ressemble alors à une planche anatomique de muscles à la fois courts et volumineux, laissant apparaître le système veineux. Ce résultat visuel est le fruit, outre de l’entraînement, d’un ajustement continuel de la diététique grâce à des cocktails de produits combinant compléments et substances interdites.

40Cet ajustement est réalisé jusqu’au moment de la compétition où, avant de monter sur le plateau, les body-builders mangent quelques chips. D’après Benjamin : « ça retient l’eau et ça met un coup de booster aux muscles. (…) Les chips apportent du sodium, qui provoque un effet chimique, c’est-à-dire qu’il va gonfler le corps pendant trois minutes ». Cet usage partagé par les pratiquants renvoie à un savoir-faire qui permet d’obtenir un « rebond musculaire » en dosant l’équilibre sodium/potassium des cellules des muscles. En jouant sur cet équilibre, il s’agit de créer un mouvement de l’eau intra/extra adipeux : le sodium retient l’eau dans le corps, et la prise de potassium trois jours avant la compétition favorise l’entrée de l’eau dans les muscles. Louis (34 ans, préparateur et coach) explique que le potassium est intracellulaire et le sodium extracellulaire : « Lorsque tu vas manger une pizza avec du sel, ton corps va se voiler, car l’eau passe hors de la cellule. Le rebond musculaire est efficace toutes les 2 à 3 semaines. »

41Durant les derniers jours qui précèdent la compétition, Christophe (27 ans, étudiant) mange quotidiennement vingt pommes de terre pour, après une phase d’amaigrissement, obtenir le rebond glucidique. Juste avant les épreuves, certains prennent une banane, riche en potassium. Manger des chips avant de monter sur scène constitue donc une méthode parmi d’autres pour provoquer « un rebond musculaire » qui parachève la préparation du corps et l’optimisation du volume musculaire en l’espace de quelques minutes. Après la compétition, le coach précise que le body-builder peut « manger ce qu’il veut durant deux jours ». C’est l’occasion pour lui de reprendre du poids et d’obtenir le rebond glucidique : « C’est-à-dire que pendant 48h, le corps ne reprend pas de mauvaises graisses ». Cette période, très courte, est une forme de récompense qui offre la possibilité aux pratiquants de faire des écarts alimentaires. Mais entre deux compétitions, tout est mis en œuvre pour conserver le « corps impossible parfait » (Duret 2005) obtenu si durement.

42Les résultats corporels atteints et exposés permettent d’être reconnu non seulement à la salle de musculation, où ils incarnent le travail du coach, mais aussi parmi l’ensemble des pairs, les récompenses aux compétitions étant attribuées par d’anciens body-builders. En fait, les meilleurs compétiteurs sont essentiellement admirés pour avoir respecté les règles de pureté propres au groupe (de la diététique à la pharmaceutique). La fabrication du muscle atteste alors de l’engagement total dans un style de vie ratifié par des initiés. Le capital musculaire du pratiquant semble finalement secondaire. Il permet avant tout de rendre visible une « nutrimentation performante », selon les mots de Cédric (Journal n°1, 21/08/2007), grâce à un style de vie valorisé à la salle de musculation et par les pairs.

43En forgeant ainsi une discipline du muscle – caractérisée par le temps passé à la salle et à suivre la diététique – la pratique révèle un mode de vie ascétique particulier. Aussi, c’est en incorporant les principes du body-building pour sculpter son corps que se développe le besoin de se plaire et de plaire. On retrouve le paradoxe du « puritanisme ostentatoire » évoqué par Courtine (1993) en retraçant l’histoire américaine de cette pratique, décrite comme une forme religieuse sécularisée dans laquelle demeurent des traces d’une éthique puritaine de la besogne et de la rationalité au fondement de la culture du narcissisme. Le body-building semble ainsi relever d’une bio-ascèse hantée par une volonté d’affirmation de soi grâce à la recherche d’un corps parfait, synonyme de santé et de désir. Cette pratique de soi (Foucault 1994, 2001) implique une expérience totale dans laquelle l’ascèse quitte les murs du monastère pour concerner l’ensemble des moments et actes de la vie quotidienne.

44Ainsi se développe une forme de gouvernance de soi (Foucault 1984) où l’ascèse, la diététique et la tempérance deviennent des techniques d’autocontrôle pour dominer l’existence. Ces techniques ne sont toutefois pas coupées de rapports de distinction et de pouvoir. Le modelage du corps implique la soumission à un coach, et le mode de vie exemplaire qu’il entend incarner permet de se distinguer parmi des pairs. La pratique ne saurait donc se réduire à la forme de « tribalisme hédoniste » décrite par Kinnunen (2004). L’ascèse égotique qui la caractérise se réfère à un système de jugements et de valorisations hiérarchisants, de sorte que l’implication attendue par le coach crée, par l’alternance des privations et des prescriptions, les conditions de la prise de produits. Les sacrifices consentis sont autant de seuils pour franchir les étapes vers un corps idéal, gage d’une reconnaissance par les pairs autant que parmi eux. Cette reconnaissance liée à la mise en visibilité d’une fabrique du muscle exemplaire constitue in fine un bénéfice narcissique.

L’emprise expérientielle du coach par la nutrimentation

45Le mode de vie du body-builder se caractérise donc par une ascèse de type égotique, qui produit des effets sensoriels et sociaux. Les usages alimentaires restructurent progressivement les relations sociales du pratiquant, créant une rupture qui favorise l’intégration des valeurs véhiculées à la salle de musculation. Un nouveau rapport à la nourriture est intégré, conforme aux attentes du coach et du groupe. Parallèlement, les goûts et dégoûts se reconfigurent, déplaçant les plaisirs vers ceux liés au contrôle du corps. En incorporant des logiques d’instrumentalisation de l’alimentation (se nutrimenter), le pratiquant se rend disponible à de nouvelles pressions normatives qui le conduisent peu à peu à la prise de produits plus ou moins illicites pour gagner du muscle.

46En somme, dégraisser apparaît comme un moment nécessaire dans un processus d’engagement du sujet. L’expérience totale qui s’opère dans la phase d’amaigrissement est déterminante dans le parcours menant à la consommation de produits plus « lourds » (comme l’usage d’anabolisants), ultime étape pour devenir body-builder en participant aux compétitions. Le partage d’une ethnopharmacologie – c’est-à-dire d’un savoir fondé sur l’expérience – n’est envisagé par le coach que lorsque le pratiquant respecte une certaine discipline dans la façon de s’alimenter, les produits (illégaux) proposés pouvant alors apparaître comme de simples compléments alimentaires sans danger. In fine, il s’exerce une domination silencieuse des coachs dont le savoir expérientiel a fait ses preuves en ayant décroché des titres. Ce savoir éprouvé est d’autant plus légitime qu’il va produire des champions jugés et reconnus par des pairs, souvent d’anciens body-builders.

47Finalement, si le corps sculpté exposé en compétition est un reflet du mode de vie du body-builder, il représente aussi l’incarnation (Foucault 2009 ; Hauray et Dalgalarrondo 2018) de la science expérientielle (notamment chimique) du coach. En ce sens, on peut dire que le coach « expérimente » par le biais des adeptes du body-builidng qu’il fabrique, si l’on considère avec Fernandez que l’expérience totale instrumentalise « tout ce qu’elle touche » (2010). La science expérientielle du coach s’articule ainsi sur une logique de domination, les savoirs d’expérience légitimant l’exercice d’un pouvoir sur le corps de l’autre. Ainsi, alors que depuis deux décennies, les compétitions de culturisme français se sont alignées sur les principes du body-building américain (Cholley-Gomez et Perera 2018), il convient de ne pas sous-estimer ce qu’engagent les manières de coacher décrites. Il paraît notamment crucial de saisir les modalités par lesquelles les coachs exercent une emprise sur les sujets en leur donnant le sentiment de renforcer leur pouvoir de contrôler leur silhouette. Sur le marché de l’optimisation de soi, si l’ascèse égotique séduit par son efficacité à sculpter les corps, ne déploie-t-elle pas aussi le règne d’une domination silencieuse des coachs ?

Top of page

Bibliography

BECKER H. 1985. Outsiders : études de sociologie de la déviance. Paris : Métaillé.

BROMBERGER C. 2016. Nouer la complicité. L’importance des premiers contacts. In E. Perera et Y. Beldame, In Situ. Situations, interactions et récits d’enquête. Paris : L’Harmattan : 9-15.

CHOLLEY-GOMEZ M. et PERERA E. 2018. « Body-building ». In Andrieu B. et Boëtsch, G. (dir.) Le dictionnaire du corps. CNRS Editions, coll. « Biblis ». Paris, p 83-87.

COURTINE J.-J. 1993. « Les stakhanovistes du narcissisme ». Communications, 56 : 225-251.

DURET P. 2005. « Body-building, affirmation de soi et théories de la légitimité », in C. Bromberger, P. Duret et J.-C. Kaufman (ed.), Un corps pour soi : 41-67 Paris : Presses Universitaires de France.

EWALD K. and JIOBU R. 1985. Explaining positive deviance: Becker's model and the case of runners and bodybuilders”. Sociology of Sport Journal, 2(2) : 144-156.

FERNANDEZ F. 2010. Emprises. Drogues, errance, prison : figures d'une expérience totale. Belgique : Larcier.

FOUCAULT M. 1984. Histoire de la sexualité, tome 3 : Le souci de soi. Paris : Gallimard.

FOUCAULT M. 1994. « L'éthique du souci de soi comme pratique de la liberté ». In Dits et écrits, IV, 356 : 708-729. Paris : Gallimard.

FOUCAULT M. 2001. L’herméneutique du sujet. Paris : Hautes Études, Gallimard, Seuil.

FOUCAULT M. 2009. Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres. Cours au Collège de France, 1984. Paris : Gallimard.

HAURAY B. and DALGALARRONDO S. 2018. “Incarnation and the dynamics of medical promises: DHEA as fountain of youth hormone. Health : 1-17.

HOJLUND S. 2015. “Taste as a social sense: Rethinking taste as a cultural activity”. Flavour 4, 6.

HOWES D. 1990. « Les techniques des sens ». Anthropologie et Sociétés, 14(2) : 99-115.

HOWES D. 2004. Empire of the Senses: The Sensual Culture Reader. Oxford : Berg.

JOHNS D. 1997. Fasting and feasting: paradoxes in the sport ethics”. Sociology of Sport Journal, 15 (1) : 41 - 63.

KINNUNEN T. 2004. Bodybuilding and sacralization of identity”. Ethnologie française 2, 34 : 319 - 326.

KROEBER A. 1953. Anthropology Today. An encyclopedic Inventory. Chicago : University of Chicago Press.

LAHIRE B. 2008. « De la réflexivité dans la vie quotidienne : journal personnel, autobiographie et autres écritures de soi ». Sociologie et sociétés. 40(2) : 165–179.

MENNESSON C. 2000. "Hard" women and "soft" women: the social construction of identities among female boxers”. International review of the sociology of sport. 1 (35): 21-33.

MONAGHAN L. 1999. Creating `The Perfect Body': A Variable Project. Body Society. 5 (2-3) : 267-290.

OLIVIER DE SARDAN J.-P. 2007. « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie ». Enquête, Les terrains de l'enquête, 1 : 71-109.

ORTEGA F. 2008. « Ascèse », in B. Andrieu et G. Boëtsch G. (ed.), Le dictionnaire du corps : 37-40. Paris : CNRS Editions.

PERERA E. et BELDAME Y. 2016. (dir.) In Situ : interactions, situations et récits d'enquête. Paris : L'Harmattan.

PEREZ E. 2011. “Cooking for the Gods: Sensuous Ethnography, Sensory Knowledge, and the Kitchen in Lucumí Traditional”. Religion First : 1-19.

PIASERE L. 2010. L'ethnographe imparfait. Expérience et cognition en anthropologie. Paris : EHESS.

RHYS-TAYLOR A. 2017. Food and multiculture: A sensory ethnography of east London. Londres : Routledge.

SUTTON D. E. 2010. “Food and the Senses”. Annual Review of Anthropology. 39 : 209-223.

SUTTON D. E. 2014. Secrets from the Greek Kitchen CookingSkill, and Everyday Life on an Aegean Island. Berkeley : University of California Press.

THEBERGER N. 1995. « Sport, caractère physique et différenciation sexuelle ». Sociologie et sociétés, 27(1) : 105-116.

VALLET G. 2022. La fabrique du muscle. Paris : L’échappée.

WACQUANT L. 2000. Corps et âme, Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur. Marseille : Agone /Comeau et Nadeau.

WASIELEWSKI P. 1991. “Not quite normal, but not really deviant: some notes on the comparison of elite athletes and women political activists”. Deviant Behavior: an interdisciplinary journal (12) : 81-95.

Top of page

Notes

1 Le choix des termes « body-builder », « body-buildeuse » et « body-building » reprend celui réalisé par Courtine (1993). La notion de body-building est ici préférée à celle de culturisme, car depuis une vingtaine d'années, le culturisme s’est aligné sur les normes du body-building américain valorisant des corps aux musculatures excessives (Cholley-Gomez et Perera 2018) éloignés du développement modéré et harmonieux que valorisait le culturisme.

2 En France, l’enseignement du culturisme est réglementé par la loi (celle de 1963, puis de 1984, modifiée en 2003) et certains coachs, forts de leur expérience personnelle, exercent leur art sans Brevet d’État (il existe en Brevet d’État d’Éducateur Sportif option Haltérophilie, force Athlétique, Culturisme, Musculation, Educative, Sportive et d’Entretien – HACUMESE – soumis à un arrêté paru en 1986, puis modifié par deux autres arrêtés en 2000 et en 2006) et donnent des conseils diététiques.

3 On retrouve le même phénomène de création de communauté possédant ses propres normes de conduites dans les travaux de Théberger (1995) concernant les hockeyeuses ou dans ceux de Mennesson (2000) concernant les footballeuses. On peut conclure ici que tout cela est inhérent au fonctionnement de groupe.

4 Un carnet de bord était tenu à chaque rencontre avec le milieu des body-builders étudié. Le chercheur comptait sur ses capacités de mémoire pour recenser au mieux les « menus détails de la vie quotidienne » (Krœber 1953) de son initiation au body-building.

5 Tout comme son prénom, les principales données permettant de reconnaitre Cédric ont été maquillées.

6 Le titre de ce journal intime nécessite des précisions. En fait, il ne s’agit pas de sa première compétition, mais de la deuxième. Par contre, il est question de sa première compétition sans coach. Enfin, ce titre était provisoire puisque ce journal est inachevé. Cédric est décédé en décembre 2012, après avoir transmis à l’enquêteur les éléments de second journal au jour et à mesure de sa rédaction.

7 Lahire note la rareté du journal personnel par : 1) « son caractère culturellement et socialement marqué » ; 2) « son caractère genré » ; 3) « et le fait qu’elle s’associe à certains âges de la vie plus qu’à d’autres » (2008 : 166). Ces facteurs diminuent les probabilités d’y accéder et expliquent qu’il soit délaissé par les chercheurs.

8 La « sèche » désigne chez les body-builders le travail de réduction de la masse graisseuse.

9 Généralement utilisé avant les compétitions, l’objectif est de « charger » l’organisme en glucides après une période alimentaire hypoglucidique afin d’obtenir un « rebond glucidique ». Cette technique permet d’augmenter le volume musculaire très rapidement durant la période hyperglucidique, ceci grâce à la surcompensation glycogénique.

10 Le coach souhaite un investissement à « 300 % », faute de quoi tous les efforts pourraient être anéantis. Envisager d’autres pratiques sportives à l’extérieur semble ainsi inconcevable.

11 « L’expérience totale renvoie à l’idée d’une ligne biographique (…) qui envahit et absorbe la totalité de la vie, c’est-à-dire lorsque dans son aboutissement, cette dernière domine et parasite l’ensemble des engagements de la vie quotidienne pour organiser "l’essentiel" de l’existence autour d’un domaine d’activité, d’un "objet" » (Fernandez 2010 : 29).

12 Durant cette phase, le coach anticipe les remarques de l’entourage sur l’état de l’enquêteur, puis le rassure : « Alors ils te trouvent malade ? Il ne faut pas que tu craques… ». Apparemment, ces symptômes semblent normaux et l’enquêteur poursuit donc son expérience malgré les remarques extérieures.

13 Les stéroïdes anabolisants augmentent la synthèse des protéines dans les cellules, entraînant une augmentation de tissus cellulaires (anabolisme), en particulier dans les muscles. Ils possèdent des propriétés virilisantes favorisant par exemple la croissance des cordes vocales et la pilosité.

14 Code du sport, articles L232-9 et L232-10.

15 Monaghan (1999) parle ainsi d’une « science de l’activité » nécessaire dans la recherche et l’obtention d’une musculature excessive, résultat d’une utilisation fine de produits.

Top of page

References

Electronic reference

Éric Perera and Sylvain Ferez, “« Se nutrimenter » pour dégraisser et gagner du muscle”Anthropology of food [Online], Varia articles: 2008-2024, Online since 19 January 2024, connection on 20 April 2024. URL: http://journals.openedition.org/aof/14605; DOI: https://doi.org/10.4000/aof.14605

Top of page

About the authors

Éric Perera

sociologue, Université de Montpellier, UR_UM211 laboratoire Santesih (Santé Education Situations de Handicap), eric.perera@umontpellier

Sylvain Ferez

sociologue, Université de Montpellier, UR_UM211 laboratoire Santesih (Santé Education Situations de Handicap), sylvain.ferez@umontpellier.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search