Skip to navigation – Site map

HomeCall for papersCalls for Papers - OpenCall for papers: food and crises

Call for papers: food and crises

Chantal Crenn and Marie-Pierre Julien

In the 20th century, the increase of world population was backed up by the industrialisation of production and food consumption. However, neither high productivity nor mass consumption prevented malnutrition and periods of starvation, in the North and in the South (Bonnecase, Crenn and Jezequel 2013). The relationship between modernity and crisis was highlighted by authors such as Koselleck or Foucault, both founding their examination on the shared etymology of the notions of crisis and criticism. Didier Fassin (2023 : 19-23), however, observed that Koselleck (1959) defined the crisis as a disruption in the flow of time because of the emergence of criticism, which in turn causes crisis. While Foucault (1984) characterizes criticism as the emergence of a new mode of relation to the present and to the self: according to him, crisis precedes criticism.

The industrialisation of human food generated what is called by some “critical food situations” and “food crisis” by others : the coexistence in the North and in the South of obesity and malnutrition (Larchet 2015), the intensive use of pesticides (Ginelli, Candau, Degbelo and Noûs 2021), soil depletion (Granjou, Meulemans 2023), decrease of seed varieties (Demeulenaere 2013), concentration of cattle (Fortané et al. 2021), land grabbing (Andrew 2015) and financial speculation (Janin et al. 2021). Subsistence farming has been largely undermined and a wide part of humanity has become dependent on agro-industry, giving way to new forms of food uncertainties (Suremain and Razy 2011). In fine, this situation, unique in history, has caused new health crisis as well as zoonosis (Keck 2020) while failing to solve food insecurity (Janin and Suremain 2012; Janin, La Valle, Lhuissier and Ribemont 2021), leading people to try and take control of their own food (Adamiec 2015; Dalgalarrondo and Fournier 2019). Crises should not be analysed separately, as shown by Janet Roitman (2014), but must be studied as a system. Thus some authors have shown how food crises give way to new situations. They generate humanitarian crises (Atlani-Duault and Vidal 2009), forced exiles with poor housing, low-cost salaries, flouted labour laws concerning foreign farm workers (Decosse, Hellio, Mésini 2022), all of which are factors of food insecurity, both in the North (Conilh and Ossipow 2020; McAll et al. 2015) and in the South (Bernard de Raymond et al. 2021).

However, the situations of crisis cannot be analysed only in terms of “lack of” or “malfunction”. Crises analysed through the prism of food are an interesting object for anthropologists because they unveil the “moral economy” (Fassin 2009) of people who experience uneasiness and anger facing the norms of food crisis (Bonnecase 2019) as well as the complicities (Mahieddin, Soldani 2022) in which they are embedded. For the anthropologists, the crisis is interesting because it unveils what is the most ordinary in the daily life of societies and also what is in the making. Indeed, what is called “migratory crisis” generates creativity, “the interaction between food, home and migration (…) contributes to “home-making” in a particular way”, as explained in their book by Raul Matta, Charles-Edouard De Suremain and Chantal Crenn (2020).

From his African fieldworks, Jean-Pierre Olivier de Sardan underlines that the term crisis does not define the subject of the problem but rather the reference frame of the analysis of the problem (Olivier de Sardan 2011). He thus shows the relevance of approaches that do not distinguish between production, distribution and consumption, but rather concentrate on food supply chains (Fine and Leopold 1993) in order to grasp the crisis. The anthropologic analysis leads to define a context (Olivier de Sardan 2021) that interconnects strategies, from local to global, the groups of actors involved, the multiple social relations within which they act, contest, absorb the transformations, and the temporality of the challenges (2014). Insisting on the value of decentring, Didier Fassin (2023 : 19-23) underlined the ethnocentrism in the definition of the notion of crisis, originating in the fact that the critical approach in the Enlightenment philosophy emerged simultaneously with colonization, the development of the triangular trade, ignoring the forms of minority criticism existing both inside and outside imperialist societies.

  • 1 In his conclusive plenary presentation “Critique de la crise. Une approche interdisciplinaire”, Nov (...)
  • 2 In her plenary presentation “Constitutive Questions: Crisis and the Qualification of Worlds”, Novem (...)
  • 3 In his introductive plenary presentation “Les anthropologues face aux crises. Les crises comme cont (...)

In addition, Fassin pointed out1 the two necessary elements to characterize a crisis as described by Habermas : one objective element, a social fact, and one subjective element, its qualification as crisis (ibid. : 28), that may be dissociated, thus leading either to a moral panic or, on the contrary, to the disappearance of the problem (ibid. : 37). Complementarily, Janet Roitman2 examined the process leading to the categorisation of a social situation into a crisis. She insisted on the necessary double categorisation, the social experience and the analysis, following several steps: the experience of the situation, the qualification / categorisation of what is observed by some actors, and the positioning of the crisis on a global crisis map. Jean-Pierre Olivier de Sardan3 added that, epistemologically in anthropology, the term crisis signals an analysis centred in an arena rather than in a sociocultural group.

In this issue, we expect articles that analyse and confront the categorisations of social situations focusing on food in terms of crisis. Who are the social actors who take part in the categorisation, what registers of discourse (Alevêque, Chandivert 2023) and action are mobilised? How such processes enable the various social actors to account for tensions, develop a critical posture, and regain control over social stakes, in the public arena (riots, controversies, activism…) as well as in the private sphere (specific food diets in various contexts)? We argue that anthropological analysis, covering several temporalities, brings valuable insight on the complexity induced by moments of crisis (Julien et al. 2018): how do periods of crisis affect the modes of production, preservation and consumption, in the short, medium and long terms?

Agenda

Abstracts (max. 12 lines; max. 10 keywords) will be written in English and sent May 2nd 2024 to Marie-Pierre Julien marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr and Chantal Crenn chantal.crenn@univ-montp3.fr

Full articles, in French or English (max. 8000 words including notes and bibliography) will be expected before September 30th 2024.

Publication : December 2025

Thank you for conforming to the editorial norms of the journal : https://journals.openedition.org/aof/6899

Appel à contribution : alimentation et crises

Chantal Crenn , UPVM et UMR SENS ; chantal.crenn@univ-montp3.fr

Marie-Pierre Julien, Université de Lorraine et EA TETRAS ; marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr

Au 20e siècle, l’augmentation de la population mondiale a été soutenue par une industrialisation de la production et de la consommation alimentaires. Pourtant, ni l’agriculture à haut rendement ni l’accès à la consommation alimentaire de masse n’ont sorti les humains des périodes de famines et de malnutritions, tant dans les Nords que dans les Suds (Bonnecase, Crenn et Jezequel 2013). Ce lien entre modernité et crises a été mis en évidence par des auteurs tels Koselleck ou Foucault, s’appuyant tous les deux sur l’étymologie commune des notions de crise et de critique. Mais, souligne Didier Fassin (2023 : 19-23), si pour sa part Koselleck (1959) définit la crise comme une rupture dans l’écoulement du temps du fait de l’émergence de la critique, celle-ci déclenchant donc la crise, Foucault (1984) caractérise la critique comme l’avènement d’un nouveau mode de relation au présent et à soi : la crise précède donc, pour lui, la critique.

Appliquée à l’alimentation humaine, l’industrialisation de la filière a engendré ce qui, pour les uns, relève de « situations alimentaires critiques » et, pour les autres, de « crises alimentaires » : la coexistence aux Nords comme aux Suds de l’obésité et de la malnutrition (Larchet 2015), l’usage intensif de pesticides (Ginelli, Candau, Degbelo et Noûs 2021), l’appauvrissement des sols (Granjou, Meulemans 2023), la réduction des variétés de semences (Demeulenaere 2013), la concentration des animaux d’élevage (Fortané et al. 2021), l’accaparement des terres (Andrew 2015) ou encore la spéculation financière (Janin et al. 2021). Les agricultures vivrières ont été remplacées et une grande partie de l’humanité est devenue dépendante de l’agro-industrie, ouvrant sur de nouvelles formes d’incertitudes alimentaires (Suremain et Razy 2011). In fine, cette situation unique dans l’histoire a produit de nouvelles crises sanitaires et zoonoses (Keck 2020) sans résoudre l’insécurité alimentaire (Janin et Suremain 2012 ; Janin, La Valle, Lhuissier et Ribémont 2021), conduisant les individus à essayer de reprendre le contrôle sur leur alimentation (Adamiec 2015 ; Dalgalarrondo et Fournier 2019). Les crises ne sauraient être analysées isolément les unes des autres, comme le montre Janet Roitman (2014) en s’intéressant à la façon dont elles font système. Ainsi, certain-es collègues montrent comment les crises alimentaires engendrent de nouvelles situations. Elles entrainent des crises humanitaires (Atlani-Duault et Vidal 2009), des exils forcés avec leur lot de mal-logements, de salaires à bas coût, de droits du travail bafoués pour les travailleurs agricoles étrangers (Decosse, Hellio, Mésini 2022), facteurs d’insécurité alimentaire tant dans les Nords (Conilh et Ossipow 2020 ; McAll et al. 2015) que dans les Suds (Bernard de Raymond et al. 2021).

Mais les situations de crises ne sauraient être analysées en termes de « manque » ou de « dysfonctionnement ». La crise analysée au prisme de l’alimentation intéresse les anthropologues car elle dévoile « l’économie morale » (Fassin, 2009) des personnes qui habitent les normes des crises alimentaires dans l’inconfort, dans les colères (Bonnecase, 2019) et les complicités (Mahieddin, Soldani, 2022) dans lesquelles elles sont prises. La crise, au prisme de l’alimentation, est intéressante car elle dévoile la vie quotidienne des sociétés dans ce qu’elles ont de plus banal mais aussi ce qui est en train de se créer. De fait, ce que l’on appelle « les crises migratoires » provoquent de la créativité, « l’interaction entre la nourriture, le foyer et la migration (…) contribue de manière particulière à la fabrique du home », comme nous le dévoilent Raul Matta, Charles-Edouard De Suremain et Chantal Crenn dans leur ouvrage (2020).

A partir de terrains africains, Jean-Pierre Olivier de Sardan rappelle que le mot crise ne définit pas tant l’objet du problème que le cadre de référence de l’analyse de ce problème (Olivier de Sardan 2011). En portant l’analyse sur les filières, les chercheur-es montrent la pertinence des approches qui ne distinguent plus production, distribution et consommation mais s’intéressent aux filières d’approvisionnement (Fine et Leopold 1993) pour penser la crise. L’analyse anthropologique conduit alors à définir un contexte (Olivier de Sardan 2021) qui articule des stratégies, des plus locales aux plus globales, les groupes d’acteurs impliqués, les rapports sociaux multiples au sein desquels ils agissent, contestent, s’approprient les transformations, et les temporalités des enjeux (2014). Rappelant la vertu du décentrement, Didier Fassin (2023 : 19-23) se permet de souligner l’ethnocentrisme de la définition de la notion de crise dû au fait que l’approche critique dans la philosophie des Lumières émerge simultanément à la colonisation, au développement du commerce triangulaire, et qu’elle ignore les formes de critiques minoritaires, tant extérieures qu’internes aux sociétés impérialistes.

  • 4 Dans sa conférence plénière conclusive “Critique de la crise. Une approche interdisciplinaire”, du (...)
  • 5 Dans sa conférence plénière “Constitutive Questions : Crisis and the Qualification of Worlds”, du 4 (...)
  • 6 Dans sa conférence plénière introductive “Les anthropologues face aux crises. Les crises comme cont (...)

Par ailleurs, Fassin rappelle4 les deux éléments nécessaires à la caractérisation d’une crise énumérés par Habermas : un élément objectif, un fait social, et un élément subjectif, sa qualification en crise (ibid. : 28) qui peuvent se dissocier, ouvrant alors soit à une panique morale, soit au contraire à la disparition du problème (ibid. : 37). De façon complémentaire, Janet Roitman5 s’intéresse au processus qui mène à la catégorisation d’une situation sociale en crise. Elle insiste sur la double catégorisation nécessaire, celle de l’expérience sociale et celle de l’analyse, qui s’appuie sur plusieurs étapes : le vécu d’une situation, la qualification / catégorisation de ce qui est observé par certains acteurs et le positionnement de cette crise au sein d’une carte globale des crises. Et Jean-Pierre Olivier de Sardan6 de souligner qu’épistémologiquement, en anthropologie, le terme de crise indique une analyse centrée sur une arène plutôt que sur un groupe socioculturel.

Dans ce numéro, nous attendons des articles qui analysent et confrontent les catégorisations de situations sociales centrées sur l’alimentation en termes de crise. Qui sont les acteurs sociaux qui participent à ces catégorisations et quels sont les registres discursifs, moraux (Alevêque Chandivert 2023), et d’action mobilisés ? Comment ces processus permettent-ils aux différents acteurs sociaux de rendre compte de tensions, de développer une position critique, de se réapproprier le contrôle d’enjeux sociaux, tant au sein de l’arène publique (émeute, controverse, militantisme, positionnements moraux) que de la sphère intime (régimes particuliers dans différents contextes) ? Nous faisons l’hypothèse qu’une analyse anthropologique, qui porte en elle plusieurs temporalités, a des atouts particuliers pour rendre compte de la complexité induite par les moments de crise (Julien et al. 2018) : comment les périodes de crises affectent à court, moyen et long terme les modes de production mais également les modes de conservation, de consommation ?

Calendrier

Les résumés (max. 12 lignes; max. 10 mots-clés) devront être en anglais, et envoyés pour le 2 mai 2024 à Marie-Pierre Julien marie-pierre.julien@univ-lorraine.fr et Chantal Crenn chantal.crenn@univ-montp3.fr

Les articles terminés, en anglais ou en français (max. 8000 mots incluant notes et bibliographie) seront attendus avant le 30 septembre 2024.

Publication prévue : Décembre 2025

Merci de vous conformer aux règles éditoriales de la revue : https://journals.openedition.org/aof/6899

Alevêque G. et Chandivert A. 2023. La moralisation de la culture - Ethiques et politiques des appartenances et différences. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l'homme, coll. « Ethnologie de la France et des mondes contemporains ».

Fassin D. 2009. « Les économies morales revisitées ». Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009/6 (64e année), pp. 1237-1266.

Mahieddin E., Soldani J. 2022. « Tous complices ? ». Terrain [En ligne], 77 | 2022, mis en ligne le 23 octobre 2022, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/terrain/23712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.23712

Bibliography

Adamiec C. 2015. Devenir sain. Des morales alimentaires aux écologies de soi. Rennes : PUR.

Andrew N. 2015. « Concentration des terres agricoles sud-africaines », Anthropology of food [En ligne], S11 | Mis en ligne le 09 novembre 2015. URL : http://journals.openedition.org/aof/7929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aof.7929

Atlani-Duault L. et Vidal L. 2009. Anthropologie de l’aide humanitaire et du développement. Des pratiques aux savoirs, des savoirs aux pratiques. Paris : Armand Colin.

Bernard de Raymond A., Alpha A., Ben Ari T., Daviron B., Nesme T. 2021. “Systemic risk and food security. Emerging trends and future avenues for research”. Global Food Security, 29, pp.100547.

Bonnecase V., Crenn C., Jézéquel J-H. 2013. « Lutter contre la faim en Afrique : La fabrique des politiques entre concurrences institutionnelles, savoirs experts et mobilisations sociales », Bordeaux, LAM, colloque 23 et 24 janvier 2013.

Counilh A.-L. et Ossipow L. 2021. « Des saisons pour les pauvres ? Une valorisation secondaire » in C. Adamiec, M.-P. Julien et F. Régnier (ed.), L’alimentation au fil des saisons. La saisonnalité des pratiques alimentaires. Tours : Presses universitaire François Rabelais coll.

Crenn C., Marchiset S. and Téchoueyres I. 2022. “Moral issues at the heart of food insecurity: ethnography of hospitality to migrants in Gironde”. ESEA.

Décosse F., Hellio E. et Mésini B. 2022. « Le travail détaché : 25 ans après son instauration, état des lieux et perspectives ». Migrations Société, vol. 190, no. 4, pp. 15-27.

Dalgalarrondo S. et Fournier T. 2019. « Introduction : Les morales de l’optimisation ou les routes du soi ». Ethnologie française. 49, pp. 639-651. https://doi.org/10.3917/ethn.194.0639

Demeulenaere E. 2013. « Les semences entre critique et expérience : les ressorts pratiques d’une con- testation paysanne ». RAES. N°94(4), pp. 421-441.

Fassin D. 2023. Sciences sociales par temps de crises. Paris : Collège de France Editions, coll. Leçons inaugurales du Collège de France.

Fine B. and Leopold E. 1993. The World of Consumption. London : Routledge.

Fortané N., Overton K., Broom A., Raymond S., Gradmann C., Orubu E., Podolsky S., Rogers Van Katwyk S., Zaman M., Kirchhelle C. 2021. “Waves of attention: patterns and themes of international antimicrobial resistance reports, 1945–2020”, BMJ Global Health.

Foucault M. 1984. “What is Enlightenment?”, in Rabinow P. (ed.) The Foucault Reader. NY : Pantheon Books, pp. 32-50.

Ginelli L., Candau J., Degbelo A-N. et Noûs C. 2021. « Pouvoir parler des pesticides ? Une recherche-action pour éprouver les capabilités des travailleurs viticoles (Gironde, France) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne]. Volume 21 Numéro 3 | décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/33921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.33921

Granjou C., Meulemans G. 2023. “Bringing soils to life in the human and social sciences”, Soil Security, 10, pp.100082. 10.1016/j.soisec.2022.100082 . hal-03943515

Janin P., de Suremain C-E. 2012. « L’insécurité alimentaire : dimensions, contextes et enjeux ». Cambrézy L., Petit V. (dir.). Population, mondialisation et développement : la fin des certitudes ? La Documentation française, pp.147-167.

Janin P., La Valle N., Lhuissier A. et Ribémont T. 2021. « Batailles de la faim : jeux d’acteurs, d’échelles et de pouvoir », Tracés, vol. 19, n° 40, septembre 2021, ENS éditions, pp. 1-6. https://traces.hypotheses.org/2971

Julien M.-P., Wathelet O. et Dupré L. (ed.). « Le temps des aliments : quelle société de conservation ? ». Techniques et Cultures n° 69, Paris, ed. de l’EHESS.

Keck F. 2020. Les sentinelles des pandémies, Chasseurs de virus et observateurs d'oiseaux aux frontières de la Chine. Paris : Point, coll. Essais.

Koselleck R. 1979. Le règne de la critique. Trad. Hildenbrand H. Paris : éditions de Minuit. 1ère ed allemande 1959.

Larchet N. 2015. « De l’urgence sociale à l’utopie sanitaire. La construction sociale de l’obésité et l’occultation de la faim dans les villes américaines, Knoxville, 1981-1985 », Actes de la recherche en sciences sociales, 2015/3 (N° 208), p. 40-61. DOI : 10.3917/arss.208.0040. URL : https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2015-3-page-40.htm

Matta R., De Suremain C-E., Crenn C. 2020. Food Identities at Home and on the Move. Londres: Routledge.

McAll C., Van de Velde C., Charest R, Roncarolo F., McClure G., Dupéré S., Régimbal F., Lupien P-L., Mazaeff C., Villet C., Ngnafeu M., Estany M., Monfort P. et Berti F. 2015. « Inégalités sociales et insécurité alimentaire : Réduction identitaire et approche globale », Revue du CREMIS, 8(2), 28-34.

Olivier de Sardan J-P. 2011. « Aide humanitaire ou aide au développement ? La “Famine“ de 2005 au Niger », Ethnologie française. 41(3) : 415-429.

Olivier de Sardan J-P. 2014. « La manne, les normes et les soupçons. Les contradictions de l'aide vue d'en bas ». Revue Tiers Monde, 2014/3 (n°219) : 197 à 215.

Olivier de Sardan J-P. 2021. La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà. Paris : Karthala.

Roitman J. 2014. Anti-Crisis. Durham : Duke University Press.

Suremain (de) Ch.-É. et Razy É. 2011 « Tu manges aujourd’hui, tu ne manges pas le lendemain, ça c’est la pauvreté !’. L’incertitude alimentaire à Bamako » (249-278), In C. Arditi, P. Janin & A. Marie (eds.) La lutte contre l’insécurité alimentaire au Mali. Réalités et faux-semblant. Paris : Karthala. [https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers20-10/010054967.pdf]

Top of page

Notes

1 In his conclusive plenary presentation “Critique de la crise. Une approche interdisciplinaire”, November 4 2023 AFEA Conference 2023 in Paris, La crise un objet en anthropologie ?

2 In her plenary presentation “Constitutive Questions: Crisis and the Qualification of Worlds”, November 4 2023 AFEA Conference 2023 in Paris, La crise un objet en anthropologie ?

3 In his introductive plenary presentation “Les anthropologues face aux crises. Les crises comme contextes, comme objets ou comme enjeux”, November 2 2023, AFEA Conference 2023 in Paris, La crise un objet en anthropologie ?

4 Dans sa conférence plénière conclusive “Critique de la crise. Une approche interdisciplinaire”, du 4 novembre 2023 au congrès de l’AFEA 2023 La crise un objet en anthropologie ?

5 Dans sa conférence plénière “Constitutive Questions : Crisis and the Qualification of Worlds”, du 4 novembre 2023 au congrès de l’AFEA 2023 La crise un objet en anthropologie ?

6 Dans sa conférence plénière introductive “Les anthropologues face aux crises. Les crises comme contextes, comme objets ou comme enjeux”, du 2 novembre 2023 au congrès de l’AFEA 2023 La crise un objet en anthropologie ?

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search