Skip to navigation – Site map

HomeElectronic sectionsVaria articles: 2008-20242024Un dîner presque parfait

2024

Un dîner presque parfait

La cuisine (maison ?) des nouveaux robots connectés
An almost perfect dinner. (Home made ?) cooking of the new connected robots
Hélène Peters-Zwingelstein

Abstracts

The growing use of new connected multifunction food processors in the kitchen is generating polarised feelings, ranging from demonstrative enthusiasm to radical rejection. These affects raise questions about the imaginary worlds and issues associated with 'home cooking' today. Around the plate of the culinary robot, this anthropological investigation questions the values associated with the use of these new materials. This study looks at the meanings of the culinary gesture - as a revealing bodily technique, a sensitive mediator of a gendered gift of care, a creator of family food cultures, bringing together the living and the dead, humans and non-humans, in unexpected ways. Between innovative recreations and influential memories, the robot cook appears at a crossroads, on the contrasting road of the contemporary food transition.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Avec 22 % de l’empreinte carbone de notre consommation totale en 2017, l’alimentation se place troi (...)
  • 2 Les produits transformés issus de l’industrie agro-alimentaire représentent 52.8% de l’empreinte ca (...)
  • 3 OMS, « Alimentation saine », 28 octobre 2018, consulté le 3 février 2024 [https://www.who.int/fr/ne (...)
  • 4 Cf. Santé publique France, « Cuisiner maison », consulté le 25 avril 2023 [https://www.mangerbouger (...)
  • 5 Qui ont pour fonction, notamment, depuis leur création en 2014, de développer une alimentation dura (...)

1Axe essentiel de la transition écologique1 (Makowiak 2023), portée principalement par une évolution des aspirations de la classe moyenne (Cartron et Fichet 2020), une grande transition alimentaire serait à l’œuvre aujourd’hui, bouleversant les représentations liées à notre alimentation (Gault et Borel 2022). De nouveaux idéaux culinaires émergent, avec une volonté de consommer des produits frais, locaux, de végétaliser les menus (Seconda, Salmon Legagneur et Hébel 2021). Un regain d’enthousiasme pour le « fait-maison » (Dasgupta et al 2021) se place en première ligne de ces considérations2, encouragé par l’OMS3 et la FAO (Montero et al 2019), décliné dans les plans nutritionnels de santé publique en France4 et jusque dans les actions des projets alimentaires territoriaux5.

  • 6 « Invitant les individus à compiler ou arbitrer entre l’exploration de territoires culinaires incon (...)

2Mais qu’en est-il dans les actes ? Le discours ne coïncide en effet pas toujours avec la pratique (Gault et Borel 2022) et les envies vertueuses de faire-maison se heurtent aujourd’hui à des cadres qui complexifient leur réalisation dans les foyers : temporalités transformées (Lussault, 2014), industrialisation de la filière alimentaire (Poulain 2017), inégalités genrées persistantes en cuisine (Fidolini et Fournier 2022), perte des savoir-faire culinaires (Hébel 2017, Fouquet 2019), nouvelles « promesses alimentaires »6 complexes (Fournier et Dalgalarrondo 2022 : 241) Comment et sous quelle forme faire-maison quand on n’en a ni le temps ni les codes ?

  • 7 Pour reprendre un terme employé dans les médias, cf. « La révolution du Thermomix », magazine télév (...)
  • 8 Ils représentent aujourd’hui 40% des ventes de robots culinaires (Gifam 2021).

3De nouvelles matérialités « révolutionnaires »7 entrent ici en scène : les robots cuiseurs multifonctions. Leur succès commercial est spectaculaire8. Ils s’appellent Thermomix, M. Cuisine, CookExpert, ou Companion, et promettent un gain de temps adapté aux exigences de nos modes de vie contemporains, avec un résultat toujours réussi dans l’assiette. Ils réalisent de manière autonome des menus complets, de l’entrée au dessert. Actants hybrides (Latour 1994, Latour 1997), ces nouveaux cuisiniers électroniques déchaînent les passions : ils ont leurs adeptes inconditionnels, avec des communautés d’utilisateurs engagés sur les réseaux sociaux, comme de virulents détracteurs, gardiens d’un temple culinaire que l’appareil semblerait menacer. Comment expliquer une telle polarisation affective ? Quels imaginaires et représentations se concentrent aujourd’hui dans l’idée du faire-maison ? Quelle place occupe le robot cuisinier dans cet ensemble ? Que nous révèle-t-il de notre modernité alimentaire, de ses contrastes et potentiels avenirs ?

4Je chercherai dans cet article à problématiser les enjeux complexes liés à ces questions. Je m’intéresserai pour cela aux gestes de cuisine, à la façon dont ils se donnent et se reçoivent en famille. Je montrerai qu’une répartition genrée de la responsabilité alimentaire parentale participe de la manière de vivre le bien-manger aujourd’hui. Je replacerai enfin ces observations dans une réflexion sur les techniques du corps culinaires, évoquant l’importante place symbolique que peuvent y trouver aujourd’hui des matérialités innovantes. Je m’appuierai pour cela sur des éléments empiriques issus d’une enquête anthropologique de terrain.

L’enquête

Méthodologie de l’enquête

5Le recueil de données sur lequel se fonde ce travail a été réalisé auprès d’utilisateurs du robot, ainsi que de réfractaires à son usage, au sein de foyers qui cuisinent « maison » la majorité de leurs repas hebdomadaires (en comptant les déjeuners et les dîners, soit une préparation minimale de huit repas complets par semaine). L’enquête s’est déroulée en Touraine, Bretagne et région parisienne, entre février 2021 et février 2024, auprès d’un panel composé de dix cuisinières et de huit cuisiniers, de compétences techniques variables (de niveau débutant à cuisinier professionnel). L’âge des personnes questionnées est compris entre 12 et 75 ans. La majeure partie de l’échantillon (treize interrogés) est constituée de personnes en couple avec enfants, entre 35 et 50 ans. Quatre couples sont, pour leurs deux membres, interrogés dans l’enquête.

6Le recrutement s’est réalisé par interconnaissances, au fil de mises en réseau progressives de type boule de neige. Rosa et Virginie, par exemple, m’ont mise en relation avec leurs mères, utilisatrices de robot, ce qui n’était pas prévu initialement. Michel m’a dirigée vers sa collègue Capucine qui a opéré un lien avec Virginie, et avec son mari, Jules. Ce dernier m’a transmis le contact de Damien, etc. Plusieurs groupes d’amis, proches ou éloignés (Damien et Jules, Estelle et Rosa) y figurent ainsi, de même que des collègues (Capucine, Michel, Virginie, ou Cathy et Johnny), des cercles familiaux (Virginie, sa mère Chantal, son frère Luc), ou encore de voisinage (Cathy, Oliver, Luce, Aurélie et Fred). Des séries d’échanges libres, individuels, ont été réalisés avec tous les enquêtés. Trois tables rondes, de type entretiens de groupes, ont été réalisées en parallèle auprès de cercles de proches. Trois observations non-participantes, suivant la préparation d’un repas, ont complété le travail ethnographique (dans deux foyers avec robots – chez Aurélie et Fred, Cathy et Camille −, et dans un foyer réfractaire à son usage – chez Luce, Oliver et Océane).

  • 9 Il est toutefois important de rappeler, d’un point de vue méthodologique, que le fait de s’exprimer (...)

7La proximité des personnes du panel entre elles a permis une grande liberté de ton et de parole, avec des commentaires personnels et directs. La durée de l’enquête (sur trois ans) et les relations de confiance tissées au fil du temps m’ont par ailleurs permis de prendre place de manière naturelle dans les échanges et les observations9.

  • 10 Ministère de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, « La classe (...)
  • 11 Observatoire des inégalités, « Classes moyennes », 19 janvier 2024, consulté le 3 février 2024 [htt (...)

8Les personnes interrogées se situent dans la classe moyenne, réputée la plus active dans la transition alimentaire actuelle (Cartron et Fichet 2020, Cardon 2018-2019). La notion de classe moyenne, « souvent utilisée comme indicateur pour estimer les évolutions économiques et sociales d’un pays », « ne fait pas l’objet d’une définition précise »10. L’Observatoire des inégalités considère, par convention, comme appartenant à la classe moyenne les personnes qui se situent au-dessus des 30 % les plus pauvres et en dessous des 20 % les plus riches »11. Les personnes de l’échantillon présentent par ailleurs des profils culturels et professionnels variés, avec une artiste plasticienne (Rosa), des employés de services financiers ou commerciaux (Michel, Fred, Jules, Damien), des chargés de marché et d’événementiels (Linda, Julie, Virginie), des agents du service public territorial (Cathy), une ingénieure télécom (Estelle), un directeur de production (Camille), un ingénieur de recherche (Oliver), des travailleuses dans le social (Luce et Aurélie), un cuisinier en restauration collective (Johnny), et des formations universitaires allant du CAP à bac+5.

9S’il est très documenté que les femmes cuisinent toujours significativement plus que les hommes (Plessz 2017), il est aussi admis que l’investissement des hommes évolue (Fouquet 2019). L’échantillon surreprésente donc les hommes impliqués en cuisine (Oliver, Damien, Jules, Johnny) afin de caractériser les changements de représentations et de pratiques actuels, avec leurs enjeux et limites (sans chercher toutefois à établir ici une quelconque représentativité statistique).

Objet de l’enquête : les robots cuiseurs multifonctions

10L’enquête observe également parmi les actants de la médiation culinaire les nouveaux robots cuiseurs multifonctions connectés. Il paraît donc important de préciser ici leur nature.

  • 12 Il possède souvent plusieurs modes de cuisson : vapeur, maintien au chaud, rissolage, mijotage, cui (...)
  • 13 Entre 359 euros (M. Cuisine de Lidl) et 1800 euros (CookExpert Connect XL de Magimix).

11D’un point de vue technologique, ces robots présentent des particularités qui permettent non seulement de réaliser des préparations mécaniques froides (trancher, râper, mélanger…), mais encore de les cuire12. Ils se distinguent entre eux par leurs format, capacité, vitesse, puissance, accessoires et ergonomie (Gifam 2021). Leur prix varie en fonction13.

  • 14 Entre le 17 mars et le 11 mai 2020, une interdiction de déplacement a été décidée en France afin de (...)

12Ces robots se sont largement diffusés dans les foyers récemment, portés notamment par les évolutions de pratiques domestiques initiées durant les vagues de confinements de la crise sanitaire Covid-1914 (Picard 2021). Cet engouement a coïncidé avec l’arrivée sur le marché d’une nouvelle génération d’appareils connectés. Cette dimension connectée leur confère un caractère remarquable. En achetant un robot cuisinier, l’utilisateur accède en effet à des bases de données de recettes préprogrammées, qui lui suggèrent des menus personnalisés. En les suivant, il est assuré de parvenir à un résultat standard : le robot déclenche les différentes étapes de la recette choisie et il suffit de verser les ingrédients au fur et à mesure dans un bol. Si les appareils les plus sophistiqués intègrent des accès wifi et Bluetooth, pour les autres modèles, la connexion reste également déterminante. Une multitude de sites internet, blogs, applications smartphone, en libre accès ou payantes, très largement consultés, proposent en effet des services comparables. L’article envisage donc dans le texte « le » robot de manière générique, quels que soient les modèles et les marques possédés par les utilisateurs de l’enquête.

  • 15 Et pas seulement comme le remplaçant optimisé d’autres objets (Chabaud-Rychter 1996 : 17)

13Compétent en geste (mécanique) et en connaissances (recettes connectées), le robot se présente comme un actant autonome en cuisine15. Ce sont les ressorts sensibles liés à ce positionnement que l’étude cherche à saisir. Une plongée dans l’ambiance contrastée des affects engagés dans l’usage du robot en cuisine, mobilisant l’ethnographie de l’enquête, permettra dans un premier temps de fournir une matière utile aux discussions qui suivront.

Pratique du faire-maison et robot

Affects connectés

14Tout d’abord, l’appareil génère des démonstrations affectives saisissantes. « Je l’adore ! » déclare Capucine, mariée, 38 ans, 2 enfants. Linda, 35 ans, mariée et maman de deux petits garçons, a même attribué des surnoms à ses deux robots : « Momo » pour son Thermomix, et « Cookie » pour son Cookéo. Dans une optique de travail d’équipe en cuisine, Cathy, 43 ans, mère d’une petite fille, considère son robot comme un « fidèle allié », tandis que Chantal, 75 ans, l’envisage comme un « assistant ». Le rapport à l’objet se traduit de manière générale par des termes personnalisés et subjectifs, jusque dans les qualificatifs de rejet employés par les réfractaires au robot : à Jules, le mari de Capucine, la machine inspire ainsi par exemple une profonde « méfiance ».

15L’un des points de la discorde entre pro-robots et réfractaires réside dans la dimension téléguidée de la cuisine réalisée avec l’appareil. Certains s’enthousiasment de cette fonctionnalité : « Ça me donne de nouvelles idées qui changent du quotidien » témoigne Michel, 48 ans, père et beau-père dans une famille recomposée comprenant trois adolescentes. « Être guidé dans la recette c'est important : le résultat est bon », explique Camille, 45 ans, mari de Cathy, moins habitué des fourneaux.

16Chantal a offert un Thermomix à son grand fils au moment de son divorce, lorsqu’il s'est retrouvé seul avec son petit garçon. « Il s'y est mis ! » explique-t-elle. Grâce aux fonctions connectées du robot, Luc est devenu à présent un cuisinier passionné qui partage ses découvertes culinaires avec sa mère et sa sœur, Virginie. Les propositions automatiques de l’appareil permettent aussi à Cathy d’intégrer des références culinaires provenant d’autres horizons : « J’ai voyagé dans plusieurs pays. Avec les recettes proposées par le robot je peux retrouver ces souvenirs d’ailleurs ». Rosa, 37 ans, mère de deux petites filles, est Espagnole. Elle vit en France depuis quinze ans, mariée à un Français. Les recettes de croquetas, riz au lait, et churros, qu’elle réalise de manière maîtrisée grâce à la machine, lui permettent de renouer avec ses racines.

17« L’appareil te donne les idées et te dit comment faire. Et ça c’est surtout un gros gain de temps » explique de son côté Nicolas, 33 ans, célibataire et sans enfant. Le sujet du temps apparait du reste régulièrement dans les commentaires des utilisateurs du robot. « Tu balances tes ingrédients, et pendant ce temps-là, tu fais ton linge ! » explique Linda. « Quand le Thermomix cuisine, même trois minutes, tu as les mains libres pour autre chose » avance Virginie, 48 ans, divorcée. Johnny, 38 ans, est cuisinier professionnel en restauration collective. Il programme des plats avec l’aide de ses trois robots et gère en parallèle les activités de ses trois enfants : « Je le lance et j’emmène les garçons au sport. Je sais que ça ne sera pas cramé au retour ! ». Linda renchérit : « C’est un outil pratique en télétravail pour anticiper les repas du soir : il tourne en journée pendant que je fais des visio[conférence]s ». Le temps libéré apparaît ici comme dédoublé grâce au robot : on peut faire autre chose ailleurs, au même moment, l’autonomie du robot libérant un espace d’action parallèle pour son utilisateur.

18Investir dans un robot cuiseur, ce peut aussi être une volonté, à revers, de passer plus de temps à cuisiner. Linda et Cathy se sont mises depuis leur acquisition à réaliser « maison » des bases culinaires qu’elles ne préparaient pas jusqu’alors : fonds de légumes, pâtes à tarte, à pizza, et même, pour Linda, son propre pain : « Il y a une vraie fierté quand c’est ton pain ! ». « Mais je n’ai pas jeté pour autant mes casseroles ! » renchérit-elle. Et Cathy de préciser « En fait je me sers du robot pour les plats sur lesquels je suis moins “maniaque”, comme les sauces italiennes, les currys... Pour d’autres recettes plus traditionnelles, j’aurais l’impression d’entendre mon père râler par-dessus mon épaule ! ».

Faire-maison aujourd’hui et hier

19D’une manière générale, loin d’envisager la cuisine-maison comme une pratique figée, hommes et femmes autour de la table, pro-robots comme réfractaires, s’accordent à dire que l’air du temps alimentaire évolue. Ils constatent notamment un retour significatif de l’envie de cuisiner : « Les temps changent. On a bien vu en ce moment, il y a une prise de conscience du fait-maison » explique Damien. Entre recettes traditionnelles (« La simplicité des légumes, quelques herbes... des recettes à l'ancienne, c'est ça que j'ai en tête ! », Jules), et désir de nouveautés (« Je limite la viande, je m’inspire de recettes du monde », Cathy), les cœurs hésitent et cherchent des compromis techniques, au service desquels le robot peut être mobilisé. Des préoccupations concrètes en rapport au corps, à la santé, à la diététique, s’associent également de manière notable à la pratique. Damien souffre de rhumatismes inflammatoires chroniques (spondyloarthrite) et considère que sa pathologie est « sûrement due à ce qu'on [lui] a donné enfant à manger ». Cathy s’est équipée au moment du premier confinement de la crise sanitaire du coronavirus (Covid-19) : « Dans le contexte du virus, l’idée d'un corps bien nourri, plus résistant, ça a fait son chemin ». Pour Linda et Michel, l’achat du robot pour cuisiner-maison a été motivé pour opérer un rééquilibrage alimentaire.

  • 16 Le batch cooking consiste à réaliser en une fois plusieurs repas pour la semaine. Le terme, passé d (...)

20Chantal observe les changements dans l’alimentation d’aujourd’hui : « les jeunes générations ne veulent pas manger pareil tous les jours. Moi, une soupe me fait plusieurs jours ». Aurélie, 41 ans, à la tête avec son mari Fred d’une tribu recomposée de trois enfants, aime varier les menus tous les soirs en famille. Elle pratique le « batch cooking »16 et utilise son robot cuisinier pour des recettes innovantes. Elle prépare ce dimanche un Pad Thaï au robot : « Les enfants se créent de nouveaux souvenirs culinaires ! ».

21Les souvenirs s’invitent d’ailleurs pour tous lorsqu’on évoque le fait-maison, avec leurs lots de nostalgies… et de regrets ! En plaisantant, Michel évoque les soupes qu’il obtient avec son robot : « Elles sont bien lisses. Quand j’étais enfant, ma mère ne prenait pas le temps de mouliner la soupe, il restait toujours des morceaux. Avec mon robot je peux réparer le préjudice subi ! ». Rosa se souvient de longs week-ends durant lesquels ses parents préparaient des sauces tomate pour les congeler, au détriment parfois, du temps consacré aux enfants. Elle se remémore avec douceur, en revanche, des pâtisseries réalisées avec sa grand-mère. Elle utilise aujourd’hui son robot pour partager de tels moments avec ses filles. Même scénario pour Capucine : « Je faisais peu de pâtisserie avec ma mère. Quand tu grandis, tu te dis “je ne veux pas louper ce truc là avec mes enfants !” ». Chez certains, des réinventions gestuelles familiales peuvent ainsi se réaliser par l’entremise du robot : Michel cuisine autour de l’écran connecté de l’appareil avec sa fille et ses belles-filles, comme le faisait Virginie lors de son précédent mariage.

22Oliver, 50 ans, n’a quant à lui « pas trop de souvenirs de goûts, ni même de plats particuliers ». En revanche, il « revoit » des gestes, des mouvements, comme son grand-père dans la cuisine, s’organisant et mettant son tablier… « Ah oui, tu cuisines toujours avec un tablier, toi ! » observe d’ailleurs sa compagne, Luce.

Compositions culinaires

23Faire-maison c’est aussi s’adapter aux renouveaux familiaux. Ceux-ci peuvent-être géographiques ou de santé. En l’honneur de ses beaux-parents, originaires de Valenciennes, Damien a intégré la carbonade flamande à son carnet de recettes. Il prend en compte l’intolérance au lactose de sa compagne dans ses réalisations quotidiennes, de même que les contraintes liées au diabète de son beau-père.

24« Je conçois les menus pour qu’ils plaisent à tous », explique Cathy. Mais certains goûts, notamment ceux des enfants, semblent capricieux, compliquant l’entreprise : « On apprend au fur et à mesure des nouveaux trucs qu’elle n’aime pas », déplorent Oliver et Luce, à propos de leur fille, Océane. Grâce à sa cuisine-maison au robot, Linda explique qu’elle s’adapte aux évolutions gustatives de son fils de 5 ans : « S’il découvre un nouveau truc qu’il aime, je le refais à la maison. Je fais des cordons-bleus maintenant par exemple. Il y a les cheese-cakes aussi. Il m’aide à appuyer sur les touches du robot. Il est super fier de dire à l’école qu’il sait faire son propre cheese-cake ! ».

25Pour Oliver, réfractaire au robot, impensable de déléguer de telles opérations, qui devraient être faites « à la main », à une machine. Durant l’observation à domicile, la préparation du dessert se fait avec Océane, 12 ans, qui blanchit des œufs au fouet : « Ça me fait mal à la main. Sur la recette il y a marqué : “à faire au robot” ! », « Ah ? Je ne me suis pas posé la question, j’ai toujours vu ma mère le faire à la main » lui répond Luce, sa mère. Violette reprend fièrement : « C’est la première fois que j’y arrive. Avant j’avais trop mal à la main. Là j’ai mal, mais je continue ! »

26Estelle, 45 ans, mère de trois enfants, explique quant à elle : « J’aime l’idée de “faire”. Avec un robot j’aurais l’impression de perdre le contrôle ». Même sentiment pour Jules : « On ne sait pas ce qui se passe dans cette cuve qui malaxe et qui chauffe : on ne voit pas, on ne sent pas, on ne peut pas goûter ». Sensorialités manquantes, contrôle factuel et action manuelle directe semblent pour eux conditionnels d’un fait-maison digne de ce nom.

27« Pour moi, le fait-maison, c’est le goût final » avance en revanche Virginie, adepte du robot, « peu importe les gestes qu’on y met ». Pour Damien, les choses sont plus nuancées : il délègue certaines opérations au robot, en raison de son inflammation des ligaments qui rend la posture debout difficile à tenir trop longuement, mais il garde entre ses mains ce qui constitue pour lui « l’âme » de ses plats, usant pour cela d’épices et de touches créatives personnelles.

28« Si demain, je pouvais faire les recettes de maman en simple et rapide, je le ferais ! », explique Linda. Oui mais voilà, pour ces plats-là, au robot, le goût n’y est pas… et elle continue de réaliser le couscous de maman de manière traditionnelle. Même constat chez Johnny : les recettes du carnet de sa grand-mère, avec laquelle il a appris à cuisiner, « ne se font pas au Thermomix. C’est la saveur et les émotions de l’enfance ». Il en va de même pour Chantal et Virginie avec le carnet de mamie. Pour Cathy, en revanche, le robot permet justement de réaliser les recettes de sa grand-mère, partie sans les transmettre : « Mamie était une excellente cuisinière. J’ai le sentiment de faire un peu comme elle grâce au robot ».

29Souvenirs d’attentes enfantines partagées ou déçues, liens imaginaires ou gestuels à des figures référentes de lignées culinaires − souvent mères ou grand-parents mentionnés ici −, nouvelles pratiques alimentaires à intégrer, émotions du « faire » de nombreux éléments sensibles, mémoriels, inventifs, se mêlent ainsi à l’usage ou au rejet du robot. Je chercherai à présent à les discuter, les mettant en perspective avec la littérature existante. À cet endroit, des distinctions singulières dans l’engagement alimentaire des cuisinières et des cuisiniers se révèlent dans le contenu des entretiens.

Sensibilités en cuisine

Femmes

30Dans cette enquête, conformément à ce que de précédents travaux en sciences sociales ont souligné, les modes de cuisine féminins incluent la prise en charge de considérations diététiques (Brembeck 2006, Devault 1991) et de la planification alimentaire (« Il y a toujours des légumes. Je fais aussi en fonction de leur repas de midi », Aurélie), avec la volonté de faire plaisir à tous (Dupuy 2013) − « Je veux faire un truc où tout le monde va avoir du plaisir à manger », Luce. L’ambivalence de la relation des femmes à la cuisine (Montagne 2006) s’y manifeste aussi, entre plaisir (« Quand je vois ma fille dévorer son assiette, ça me remplit de bonheur ! », Cathy) et corvée (pour Rosa, Luce et Estelle). Ces dimensions responsables, altruistes (voire sacrificielles) inscrivent l’action alimentaire de ces femmes dans la droite ligne des registres classiquement associés au care (Gilligan 2008[1982]) – terme généralement traduit en français par « s’occuper de », « faire attention », « prendre soin », « se soucier de » (Molinier, Laugier et Paperman 2009). Souvent envisagé dans la littérature dans ses affinités avec le don (Chanial 2014), le care constitue même pour Elena Pulcini le « don des femmes », sa morale positionnant le sujet en relation, i.e. dans l’« être avec » (Pulcini 2012).

31Des sentiments particuliers d’angoisse se révèlent aussi de manière signifiante dans les échanges : « Cuisiner, ce n’est pas un jeu ! C’est une tâche, c’est même angoissant » explique Rosa. Le constat est comparable pour Luce : « Ça me fout une pression ! Je suis complètement obsédée par les menus ». Pour certaines femmes, l’enquête montre que le robot peut apparaître comme un soutien consolateur. Linda évoque le cas de sa belle-sœur qui a repris confiance en elle depuis son acquisition d’un robot. Oliver relate l’expérience d’une amie : « Jusque-là, c’est son mari qui cuisinait tout pour la famille, il cuisine très bien. Elle avait un complexe, “en tant que femme” par rapport à ça. Elle disait la dernière fois “là au moins, je me sens utile” ». Ces positions polarisées mettent en lumière un sentiment de devoir de care culinaire féminin, pris dans des enjeux relationnels intenses.

Hommes

32Pour les cuisiniers, confirmés ou débutants, le discours et les sentiments diffèrent. Camille aime bien « bidouiller » − « C'est aléatoire, sans obligation » −, il en va de même pour Jules − « Je choisis un aliment qui me fait plaisir et je construis un plat autour, c'est un hobby ! ». Cuisiner relève souvent dans leurs propos du registre sémantique du plaisir, voire, pour certains, du loisir, rejoignant en cela ce qu’Angèle Fouquet, par exemple, a pu observer de la « masculinisation » actuelle de la cuisine (Fouquet 2019).

33Si la recherche a déjà montré « que les pères, loin d’être des acteurs passifs, jouent un rôle dans l’éducation alimentaire des enfants » (Cardon 2018-2019), c’est souvent pour souligner leur rôle transgresseur des règles diététiques posées par la mère, ou initiateur de découvertes alimentaires « extraordinaires » (Dupuy 2013). L’enquête révèle ici que l’investissement masculin ne se limite pourtant pas à ces dimensions.

  • 17 Association pour le maintien d’une agriculture paysanne.

34Camille s’investit dans l’éducation au goût de sa fille : « Il faut qu'elle aime les choses non industrielles, simples, naturelles. Il faut aussi qu’elle comprenne la manière dont le produit est vendu, les circuits ». Il en va de même pour Oliver, dont les approvisionnements se réalisent de manière engagée en Amap17, en résonnance avec ses racines rurales et son idée de l’agriculture. Pour Jules : « Les enfants sont à l’âge où le goût se forge. Je les éduque sur la provenance. Je veux qu'ils comprennent ce qu'ils mangent. Pas de “malbouffe” chez nous ! ». Dans un autre registre, et même s’il ne cuisine que rarement, Fred, le mari d’Aurélie, tient à faire comprendre aux enfants qu’il est important d’être « bons-vivants ».

35Si pour Luce Giard, on se conforme à « ce que notre mère nous a appris à manger » (Giard 1994 : 258), on voit ici que la transmission alimentaire peut comporter un versant masculin caractérisé. Au point de rencontre de l’enfant avec son environnement, les préoccupations sociétales, écologiques, morales, des enquêtés montrent ici une forme d’être avec paternel, distinct de celui du care des femmes de l’échantillon.

  • 18 En référence au film « L’aile ou la cuisse » de Claude Zidi, sorti en 1976. Lors d’une scène célèbr (...)

36Au service de ces préoccupations concernées, le robot est diversement considéré. Pour Jules, il « ne fait pas avancer la cause. Il fait penser à ce film, L'aile ou la cuisse, à du Tricatel18 », alors que pour Camille, le robot se place dans le sens d’un progrès : « L'artisan, aujourd’hui, si ça se trouve il fait son pâté au Thermomix et c'est très bien ! Au moins, on sait ce qu’il y a dedans ».

37Avec ou sans robot, la dimension familiale se situe au cœur des témoignages recueillis et les tendances genrées que nous observons se vivent principalement en tant que père ou mère. « La distinction de sexe s’exprime (…) en tant que relation » (Barraud 2001 : 47), et deux formes de sentiments de care paraissent ici se rejoindre dans un projet parental, liées à la formation alimentaire des enfants, tiers acteurs des faits observés. Nous rappellerons à présent certains aspects caractéristiques de la construction de leurs goûts, au cœur des préoccupations dans les cuisines familiales.

Enfants

38On sait que la construction du goût chez l’enfant est un phénomène complexe (Nicklaus, 2018 : 41-54). Ainsi, dans l’acte de manger, « l’ensemble des impressions visuelles, tactiles, gustatives, olfactives, trigéminales, auditives tend à s’harmoniser en une image sensorielle unique » (Rigal 2000 : 32), stockée en mémoire. Cette image sensible produit « un jugement esthétique, ou plus précisément ce qu’on appelle un jugement hédonique » (Rigal 2000 : 33). Le résultat se mesure dans le corps du goûteur, i.e. dans ses affects culinaires : il aime, ou n’aime pas ce qui lui est proposé. L’art du cuisinier peut sans doute influer sur ces goûts. Dans la tribu recomposée d’Aurélie et de Fred, Charly, le petit dernier, a « fait beaucoup de progrès ». Fred l’explique par le fait qu’Aurélie cuisine : « Ça a élargi ses possibilités ».

39Louis Mathiot rappelle cependant que « l’éducation alimentaire des enfants n’est pas du seul ressort des parents (Mathiot 2014 : 133-134). Toute une « chaîne du goût » des enfants « participe en effet à l’accueil réservé par les petits mangeurs aux propositions alimentaires qui leur sont faites, reliant l’enfant (avec ses propres dispositions sensorielles et psychologiques) à ses éducateurs alimentaires et à ses pairs, notamment » (Peters Zwingelstein 2022 : 249). Linda a choisi de réintégrer les cordons bleus aimés par son fils au quotidien de la cuisine familiale. Une même démarche s’observe chez Cathy, Aurélie, et nos enquêtés cherchent à composer avec ces variables extérieures.

40Je découvre par ailleurs pendant mon observation chez Oliver et Luce, qu’Océane, réputée si difficile, apprécie des aliments en général peu aimés des enfants, comme les haricots verts et les haricots blancs : « Ma mère a des origines vendéennes. On faisait des bocaux », indique Luce. « C’est trop bon, j’aime bien. Mais seulement ceux de Vendée ! » précise Océane. « Je crois que tu n’en as jamais véritablement mangé de Vendée… » lui répond sa mère, amusée. Des plats attachés à un imaginaire familial (la Vendée), aux grands-parents, s’assemblent ainsi aux nouveautés et découvertes réalisées par ailleurs en dehors du foyer.

41On sait que « les apprentissages sensoriels et intersensoriels sont l’objet d’une modulation culturelle » (Battesti et Candau 2023 : 16). Au fil d’un processus gustatif itératif, fait d’aller-retours entre mémoires, imaginaires et apports extérieurs, de quelle sorte de culture culinaire influente parlerait-on alors, à l’heure de cuisiner-maison ? Qu’est-ce qui, en fin de compte, se donne et se reçoit durant le repas, au fil de cet assemblage composite ?

Le don culinaire

Ce qui se donne dans l’assiette 

  • 19 L’importance des condiments, épices et personnalisations culinaires dans les transmissions d’un goû (...)

42Pour ces cuisinières et cuisiniers, tant hommes que femmes, nous l’avons vu, préparer un plat fait-maison consiste à y inclure un supplément d’âme, une marque, une part de leur personnalité (des épices chez Linda ou Cathy, par exemple, ou les petits secrets de Damien ou Jules), qui le distingue et le caractérise19. « Cuisiner, c’est mettre un peu de soi », explique d’ailleurs Chantal. Plus encore, les traditions régionales de la belle-famille (chez Damien, Luce et Oliver) côtoient dans l’assiette les souvenirs épicés des dernières vacances (chez Aurélie, Fred ou Cathy), tout en prenant en compte les états de santé des convives (chez Damien). Si le cuisinier « met de lui », il met donc aussi « des autres » dans ses plats.

43Les femmes de l’échantillon ont rappelé la dimension empathique de la conception des menus, avec l’envie prononcée de faire plaisir, vécue comme un devoir engageant. Les découvertes extérieures aimées par les mangeurs peuvent donc être réintégrées à la préparation des repas, par le prisme de ce care concerné. La nouveauté prend ici potentiellement place dans les plats familiaux.

44On voit dans quel sens l’acte de cuisine fait littéralement « maison » dans l’assiette : c’est la maison, avec le goût de ses membres inclus, qui se donne dans le plat servi. Dans sa manière d’intégrer l’événement, l’innovation, l’extérieur, par le biais de l’expérience hédoniste de ses membres réintégrée aux menus, c’est même la maison dans un lien sensible au monde qui se présente et se donne au repas. Le cuisiner-maison prend ici une dimension symbolique, dont l’efficacité reste conditionnée à la manière dont il va être reçu par les mangeurs impliqués dans l’opération.

Recevoir, le rituel du repas 

45Le don de cuisine appelle en effet une réception gustative. Le jugement affectif du mangeur peut alors s’entendre comme une action de reconnaissance : il accepte (ou non), dans ses (dé)goûts, l’ensemble personnalisé qui lui est proposé. Dans la famille recomposée d’ Aurélie c’est la pleine adhésion : « Il adorent manger ! ». L’esprit « bon-vivant » évoqué précédemment par Fred s’en trouve sensiblement approuvé.

46Plus que des carnets de recettes ou des plats familiaux figés, l’enquête met en avant le faire-maison comme un style, articulant une proposition alimentaire familiale à son environnement. Cette relation se présente de manière caractérisée (éco-responsable, citoyenne, de type « bon-vivant », par exemple dans l’enquête). Elle s’opère par un travail de care parental complémentaire, intégrant les sensibilités des enfants. Cette action synthétise − depuis la conception des menus jusqu’à l’incorporation des plats − les mémoires alimentaires, imaginaires, expériences extérieures de chacun. La médiation de cuisine institue ainsi, dans les plats qui se donnent et se reçoivent, une matière évolutive (les recettes et leurs ingrédients) et une intention partagée − « esprit des choses » (Mauss 2004[1950] : 158) −, i.e. la valeur singulière d’une culture alimentaire familiale.

47On saisit ici l’importance du rituel de cuisine et sa précision. On est en position de se demander alors, dans cette opération synesthésique, si donner par l’entremise du robot, c’est encore faire-maison ?

Penser le geste comme un retour ?

48La cuisine constitue une illustration exemplaire de technique du corps, pris dans ses composantes maussiennes − « physio-psycho-sociologiques » (Mauss 2004 [1950] : 369). Les corps des cuisinières et cuisiniers de notre enquête connaissent ou ont connu des mouvements : entre pays (Rosa, Cathy), générations (passage à la parentalité), statuts maritaux (divorces de Virginie, Michel, familles recomposées), maladie (Damien), etc. Transmissions interrompues, évolution des rôles genrés, accidents de parcours, de vie, air du temps culinaire complexe… les savoirs des corps culinaires enquêtés apparaissent en tension à l’heure de concilier leurs aspirations alimentaires avec leurs pratiques. Hommes et femmes semblent par ailleurs partager le sens d’une responsabilité, d’un devoir de don culinaire aux enfants. « Les savoir-faire résideraient (…) peut-être avant tout dans des savoirs du corps » (Chevallier et Chiva 1991 : 4). Comment alors faire passer un savoir, une technique du corps, lorsque certains de ses « montages » (Mauss 2004[1950] : 369) semblent à parfaire ?

49Hans Belting envisage les médiums comme « des prothèses utilisées par le corps pour conquérir l’espace et le temps » (Belting 2001 : 39). La place du robot apparaît à ce croisement critique, prothèse polyforme dans les dimensions où manquerait une possibilité au corps (physiologique, morale, sachante et/ou pratique) : le robot connecté reconnecte alors là où autrefois, peut-être, une connexion ne s’est pas faite, où la chaîne du don s’était rompue, où les savoirs n’ont pas été incorporés, où des attentes laissent sans technique.

  • 20 « Lorsque des enfants âgés de 3 à 5 ans s’efforcent d’imiter la tâche d’un adulte, ils reproduisent (...)
  • 21 S’opposant à une mémoire sémantique.
  • 22 « S’il y a une force dans la chose donnée, c’est essentiellement celle de la relation qui continue (...)

50Pour nos réfractaires, « ceci tuera cela » et le don de cuisine se dénature par bras mécaniques interposés. Une question de mémoire et de fidélité se pose peut-être ici : le geste culinaire, dans son exécution, semble en effet convoquer dans les paroles et les émotions le souvenir (et la présence imaginaire) de ceux qui l’ont donné auparavant à voir, i.e. à imiter (faire des pâtisseries comme mamie, mettre son tablier comme son grand-père…). « Les primates (…) et notamment les êtres humains sont des imitateurs et même des super-imitateurs (…) » (Candau, Gaucher et Halloy 2012 : 20) et les gestes vaudraient en eux-mêmes dans une dimension « performative »20. Le rituel du repas et ses gestes imités participeraient ainsi d’une mémoire épisodique et imagistique, composée « d’expériences émotionnellement chargées » (Houseman 2004 : 104)21. Gestes vus, reçus, imités dans un cadre familial, activant une mémoire de ceux à l’origine de leur transmission : le geste culinaire comporterait-il alors, sui generis, la mémoire en actes d’une relation à ceux qui l’ont donné (Godelier 1996 : 64)22 ? Cuisiner « à la main » apparaîtrait ainsi comme la réactualisation pratique d’un lien aux aînés et aux disparus, participant d’une chaîne redonnant à voir, à imiter, aux enfants qui cuisineront demain (Océane blanchit les œufs à la main, malgré la douleur, comme sa mère et sa grand-mère).

  • 23 Car « redonner ce n’est pas rendre, mais donner à nouveau (…). Rendre simplement fermerait le cycle (...)

51Pour Elena Pulcini, le don du care, en tant qu’acte d’amour passionnel, contient une dimension asymétrique, sans retour équivalent possible (Pulcini 2012). Peut-on comprendre ici, dans cette chaîne gestuelle, qu’un don d’amour capable de « rendre » en proportion consisterait à transmettre à son tour à perte, aux générations suivantes, ce qui avait été donné ? Ne pas faire le geste pourrait se ressentir alors comme un abandon de la relation symbolique, un manquement à rendre, i.e. à redonner (Tarot 2008 : 802)23: la trahison douloureuse d’une obligation de don ?

52Là où des regrets de transmissions inachevées s’expriment, le robot réparateur semble parfois en contrepoint remettre en lien avec des aïeux partis sans donner (la grand-mère de Cathy et ses recettes, les pâtisseries manquantes de la mère de Capucine…). L’acte du robot replacerait-il alors ses utilisateurs, reconnaissants, en créditeurs dans le cycle culinaire familial, dans une position potentielle de donateurs de care à leur tour ?

Conclusion

53Les positions sentimentales polarisées face au robot révèlent l’importance des valeurs symboliques associées au réinvestissement de la cuisine-maison aujourd’hui. Les gestes et sensorialités du faire-maison activent des affects qui réintègrent dans le présent les parents, grands-parents, disparus. Là où parfois la chaîne de savoir a connu des hiatus (pause dans le don ou rejet du récipiendaire), où de nouvelles considérations alimentaires apparaissent (diététiques, durables), où les temporalités se démultiplient, le robot-prothèse peut fournir à ses corps-utilisateurs des bras mécaniques experts et des recettes en ligne. L’assiette cuisinée-maison met alors en relation, dans une composition familiale originale, vivants et morts, actants humains et matérialités, au fil d’un cycle de don culinaire inattendu.

54Les échanges de cette enquête situent les espoirs du faire-maison au carrefour idéal d’une alimentation plaisir, santé, durable et responsable. Ces éléments se parent pour les personnes de l’échantillon d’une dimension engagée, incarnée dans un projet parental de transmission du goût (dans des dimensions sensibles et morales) aux enfants, réparti en responsabilités de care genrées articulées. Ces valeurs distinguent le « bien » dans l’assiette – ici manger sain, vrai, authentique – d’une « malbouffe industrielle » à combattre aux fourneaux. Cuisiner apparaît dans cette perspective comme une quête d’intégrité alimentaire à dimension morale et croyante. Le robot se situe à cet endroit à un nœud symbolique contrasté : acteur/produit industriel dénaturant qui ne « sert pas la cause » pour les uns, ou guide ouvrant l’accès au faire-maison vertueux, pour les autres.

55L’enquête situe le renouveau au cœur de la pratique du faire-maison – qu’il soit réalisé manuellement ou délégué à l’appareil. Articulant mémoire, imaginaires et expériences, actualisant des cultures alimentaires familiales ouvertes, l’événement/médiation culinaire, passage rituel sensible, se révèle espace potentiel d’évolutions et de transformations. Parmi les pistes identifiées aujourd’hui pour une transition durable de nos systèmes alimentaires, l’idéal du cuisiner-maison tient une place notable. Une prise en compte de ces héritages culturels vivants, patri(matri)moines familiaux, affectifs, en mouvement (notamment dans leurs aspects de care genrés), conditionne la possible mise en œuvre dans les foyers des transformations attendues.

56Là où des savoir-faire sont nécessaires pour accompagner les évolutions de nos systèmes alimentaires (comment cuisiner moins de viande, comment trouver des idées de recettes de saison… ?), là où des compétences (gestes ou savoirs), du temps, peuvent manquer, le robot se positionne par ailleurs comme une prothèse sachante pour des corps cuisinant parfois sans technique, permettant une reconnexion efficace au projet culinaire attendu.

57Entre recréations pratiques et mémoires influentes, le robot cuisinier apparaît à la croisée des chemins de nos transitions alimentaires contemporaines. L’enquête montre que l’in(ter)vention de nouvelles matérialités pourrait ainsi constituer un levier efficace au service des enjeux liés à l’intégration de nouvelles pratiques durables, si l’on mobilise à cet effet le potentiel symbolique et relationnel des artefacts des collectifs culinaires.

Top of page

Bibliography

Barraud C. 2001. « De la distinction de sexe dans les sociétés. Une présentation », in C. Alès, C. Barraud (ed.) Sexe relatif ou Sexe absolu ? De la distinction de sexe dans les sociétés : 23-99. Paris : MSH.

Battesti V., Candau J. 2023. « Conditions et modalités des apprentissages sensoriels : une disputatio anthropologique », in V. Battesti, J. Candau (eds), Apprendre les sens, apprendre par les sens. Anthropologie des perceptions sensorielles : 9-68. Paris : Petra.

Belting H. 2001. Pour une anthropologie des images. Paris : Gallimard.

Borel S., GAULT G. 2022. La France à table. Tensions et mutations autour de notre rapport à l’alimentation. Paris : Fondation Jean-Jaurès éditions.

Brembeck H. 2006. « Partager la supervision diététique de l’alimentation, le nouveau combat des femmes suédoises », Les Cahiers de l’Ocha, 11 : 118-123.

Candau J., Gaucher C., Halloy A. 2012. « Présentation : Gestes et cultures, un état des lieux », Anthropologie et Sociétés, 36(3) : 9-26.

Cardon P. 2018-2019. « La cuisine des familles au prisme des recommandations nutritionnelles », Revue des politiques sociales et familiales, 129-130 : 25-36. 

Cartron F., Fichet J-L. 2020. « Vers une alimentation durable : Un enjeu sanitaire, social, territorial et environnemental majeur pour la France », Rapport d'information n° 476, consulté le 12 septembre 2023 [ https://www.senat.fr/rap/r19-476/r19-476.html]

Chabaud-Rychter D. 1996. « L’innovation industrielle dans l’électroménager : conception pour l’usage et conception pour la production », Femmes et technologies, 9 :15-36.

Chanial P. 2014. « Don et care. Une perspective anthropologique », Recherche et formation, 76 : 51-60.

Chevallier D., Chiva I. 1991. « L’introuvable objet de la transmission », in D. Chevallier (ed.). Savoir faire et pouvoir transmettre : 1-12. Paris : MSH.

Dasgupta A., Zirari H., Bricas N., Walser M., Soula A. 2021. « Réinvestir la cuisine et le “fait maison” ? », in N. Bricas, D. Conaré, M. Walser (ed.). Une écologie de l’alimentation : 215-224. Versailles : Quae.

Devault M. L. 1991. Feeding the family : the social organiszation of caring as gendered work. Chicago : University of Chicago Press,

Dupuy A. 2013. Plaisirs alimentaires. Socialisation des enfants et des adolescents. Tours : PUFR.

Fidolini V., Fournier T. 2022. « À la table des stéréotypes. Dialogue fictif entre un homme et une femme au restaurant », Anthropology of food, S17, connexion le 26 janvier 2024 [http://journals.openedition.org.proxy.scd.univ-tours.fr/aof/13234]

DOI : 10.4000/aof.13234

Fournier T., Dalgalarrondo S. 2022. Promesses alimentaires. Injonctions, bricolages, résistances. Paris : MSH.

Fouquet A. 2019. « Quand les hommes cuisinent au quotidien. Vers la “masculinisation” d’une pratique domestique », Terrains et travaux, 35 : 161-182.

Giard L. 1994. « Faire-la-cuisine », in M. D. Certeau, L. Giard, P. Mayol. L’invention du quotidien : 211-351. Paris : Coll. Essais Folio.

Gilligan C. 2008[1982]. Une voix différente. Pour une éthique du care. Paris : Flammarion.

Godelier M. 1996. L’énigme du don. Paris : Librairie Arthème Fayard.

González Turmo I., El Ouardani F., El Alallali A. 2007. Rojo y verde : Alimentación y cocinas en Marruecos. Gijón : Trea.

Hébel P. 2017. « Vers du prêt à consommer nutritionnel pour les générations futures », in T. D. Saint Pol, K. Stengel (ed.). Les enjeux sociaux des cuisines du futur et alimentations de demain : 15-28. Paris : L’Harmattan.

Houseman M. 2004. « Vers une psychologie de la pratique rituelle ? », Critique, 680-681 : 102-114.

Latour B. 1994. « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du travail, 4 : 587-607.

Latour B. 1997. Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique. Paris : la Découverte & Syros.

Lussault M. 2014. « L’espace à toutes vitesses », 12 : 65-75.

Makowiak J. 2023. « Transitions », Revue juridique de l’environnement, 48 : 5-7.

Mathiot L. 2014. « L’alimentation des enfants du point de vue de leurs parents. Des représentations du risque différentiées selon l’appartenance », Sociologie et sociétés, 46(2) : 133-154.

Mauss M. 2004[1950]. Sociologie et Anthropologie. Paris : PUF.

Molinier P., Laugier S., Paperman P. 2009. « Politiques du care », Multitudes, 37-38.

Montagne K. 2006. « Quand le désir et le plaisir de cuisiner fondent avec l’âge », Les Cahiers de l’Ocha, 11 : 90-100.

Monteiro CA., Cannon G., Lawrence M., Costa Louzada ML., Pereira Machado P. 2019. Aliments ultra-transformés, qualité de l'alimentation et santé à l'aide du système de classification NOVA. Rome : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, FAO. Majuscules, svp.

Nicklaus S. 2018. « Déterminants sensoriels et cognitifs des préférences et des choix alimentaires des enfants », Innovations Agronomiques, 65 : 41-54.

Peters Zwingelstein H. 2022. « Que mettre dans l’assiette Egalim ? Comment la faire manger ? La restauration scolaire, au carrefour de questions nutritionnelles et psychosociales qui la dépassent », Cahiers de Nutrition et de Diététique, 57(4) : 247-250. DOI : 10.1016/j.cnd.2022.04.006

Picard M. 2021. « La pandémie profite au fait-maison et au...Thermomix », LSA, consulté le 15 juillet 2022 [https://www.lsa-conso.fr/la-pandemie-profite-au-fait-maison-et-au-thermomix,397181]

Plessz M. 2017. « Les hommes feront-ils la cuisine de tous les jours », in T. D. Saint Pol, K. Stengel (ed.). Les enjeux sociaux des cuisines du futur et alimentations de demain : 81-96. Paris : L’Harmattan.

Poulain J-P. 2002. Sociologie de l’alimentation. Paris : PUF.

Pulcini E. 2012. « Donner le care », Revue du Mauss, 39 : 49-66.

Rigal N. 2000. La naissance du goût. Comment donner aux enfants le plaisir de manger ?. Paris : Noesis.

Seconda L., Salmon Legagneur A., Hébel P. « Renversement de tendance : les français végétalisent leur alimentation », Crédoc Consommation et modes de vie, 315 : 1-4.

Tarot C. 2008. Le symbolique et le sacré. Paris : La Découverte.

Sites internet :

Commissariat général au développement durable, « Notre alimentation, c’est combien de gaz à effet de serre (GES) ? », 8 septembre 2022, consulté le 28 janvier 2024 [https://www.notre-environnement.gouv.fr/actualites/breves/article/notre-alimentation-c-est-combien-de-gaz-a-effet-de-serre-ges]

Gifam, 2021, « Tout savoir sur le robot culinaire », consulté le 2 février 2024 [https://www.gifam.fr/wp-content/uploads/2021/10/Le-robot-culinaire.pdf]

Gouvernement, 19 août 2021, Connaissez-vous les Projets alimentaires territoriaux ? »,

consulté le 15 janvier 2024 [https://www.gouvernement.fr/actualite/connaissez-vous-les-projets-alimentaires-territoriaux]

Ministère de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, « La classe moyenne, qu’est-ce que c’est ? », 29 février 2016, consulté le 3 février 2024 [https://www.economie.gouv.fr/facileco/classe-moyenne-definition#].

Observatoire des inégalités, « Classes moyennes », 19 janvier 2024, consulté le 3 février 2024 [https://www.inegalites.fr/Classes-moyennes-3435].

OMS, « Alimentation saine », 28 octobre 2018, consulté le 3 février 2024 [https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/healthy-diet]

Santé publique France, « Cuisiner maison », consulté le 25 avril 2023 [https://www.mangerbouger.fr/manger-mieux/se-faire-plaisir-en-mangeant-equilibre/cuisiner-maison]

Top of page

Notes

1 Avec 22 % de l’empreinte carbone de notre consommation totale en 2017, l’alimentation se place troisième poste le plus émetteur de gaz à effet de serre. Source : Commissariat général au développement durable, « Notre alimentation, c’est combien de gaz à effet de serre (GES) ? », 8 septembre 2022, consulté le 28 janvier 2024 [https://www.notre-environnement.gouv.fr/actualites/breves/article/notre-alimentation-c-est-combien-de-gaz-a-effet-de-serre-ges].

2 Les produits transformés issus de l’industrie agro-alimentaire représentent 52.8% de l’empreinte carbone de l’alimentation, en 2017. L’enjeu du faire-maison se situe donc également en première ligne des transformations durables possibles liées à l’alimentation. Source : Ibid.

3 OMS, « Alimentation saine », 28 octobre 2018, consulté le 3 février 2024 [https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/healthy-diet].

4 Cf. Santé publique France, « Cuisiner maison », consulté le 25 avril 2023 [https://www.mangerbouger.fr/manger-mieux/se-faire-plaisir-en-mangeant-equilibre/cuisiner-maison].

5 Qui ont pour fonction, notamment, depuis leur création en 2014, de développer une alimentation durable et accessible à tous. Cf. Gouvernement, 19 août 2021, Connaissez-vous les Projets alimentaires territoriaux ? », consulté le 15 janvier 2024 [https://www.gouvernement.fr/actualite/connaissez-vous-les-projets-alimentaires-territoriaux].

6 « Invitant les individus à compiler ou arbitrer entre l’exploration de territoires culinaires inconnus, la préservation de leur santé ou encore la protection de l’environnement ».

7 Pour reprendre un terme employé dans les médias, cf. « La révolution du Thermomix », magazine télévisé Capital, 8 décembre 2021.

8 Ils représentent aujourd’hui 40% des ventes de robots culinaires (Gifam 2021).

9 Il est toutefois important de rappeler, d’un point de vue méthodologique, que le fait de s’exprimer devant des personnes connues peut aussi contraindre la parole, par crainte d’un potentiel jugement sur les propos tenus.

10 Ministère de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, « La classe moyenne, qu’est-ce que c’est ? », 29 février 2016, consulté le 3 février 2024 [https://www.economie.gouv.fr/facileco/classe-moyenne-definition#].

11 Observatoire des inégalités, « Classes moyennes », 19 janvier 2024, consulté le 3 février 2024 [https://www.inegalites.fr/Classes-moyennes-3435]. Soit, des revenus compris entre 2 295 euros (pour un couple avec enfant – 1530 euros pour une personne seule), et 7803 euros pour un couple avec trois enfants (dont un de moins de 14 ans).

12 Il possède souvent plusieurs modes de cuisson : vapeur, maintien au chaud, rissolage, mijotage, cuisson basse température, fermentation, etc.

13 Entre 359 euros (M. Cuisine de Lidl) et 1800 euros (CookExpert Connect XL de Magimix).

14 Entre le 17 mars et le 11 mai 2020, une interdiction de déplacement a été décidée en France afin de limiter la contagion de l’épidémie de Covid-19. Deux autres épisodes de confinements de la population ont suivi, jusqu’au 3 mai 2021.

15 Et pas seulement comme le remplaçant optimisé d’autres objets (Chabaud-Rychter 1996 : 17)

16 Le batch cooking consiste à réaliser en une fois plusieurs repas pour la semaine. Le terme, passé dans le vocabulaire culinaire courant, signifie « cuisiner par lots ».

17 Association pour le maintien d’une agriculture paysanne.

18 En référence au film « L’aile ou la cuisse » de Claude Zidi, sorti en 1976. Lors d’une scène célèbre, un critique gastronomique (incarné par Louis de Funès) et son fils (interprété par Coluche) visitent anonymement l’usine de production agroalimentaire de la marque Tricatel. Ils y observent notamment une fabrication de poulet à base de plastique moulé, artificiellement peint.

19 L’importance des condiments, épices et personnalisations culinaires dans les transmissions d’un goût familial aux enfants a dans ces sens été observé au Maroc (González Turmo, El Ouardani et El Alallali 2007 : 131).

20 « Lorsque des enfants âgés de 3 à 5 ans s’efforcent d’imiter la tâche d’un adulte, ils reproduisent toutes les séquences supposées conduire à l’accomplissement de la tâche, y compris celles qui sont inutiles (…). Ce phénomène est encore plus prononcé chez les adultes » (Candau, Gaucher et Halloy 2012 : 20).

21 S’opposant à une mémoire sémantique.

22 « S’il y a une force dans la chose donnée, c’est essentiellement celle de la relation qui continue de l’attacher à la personne de celui qui la donne ».

23 Car « redonner ce n’est pas rendre, mais donner à nouveau (…). Rendre simplement fermerait le cycle, redonner le rouvre et le relance ».

Top of page

References

Electronic reference

Hélène Peters-Zwingelstein, “Un dîner presque parfait”Anthropology of food [Online], Varia articles: 2008-2024, Online since 22 June 2024, connection on 24 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/aof/14740; DOI: https://doi.org/10.4000/11vh8

Top of page

About the author

Hélène Peters-Zwingelstein

Anthropologue, UMR 8216 CéSor (membre associée), helene.zwingelstein@envivo.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search