Skip to navigation – Site map

Compte-rendu de la 17ème conférence de Food Studies organisée par l’Association for the Study of Food and Society et l’Agriculture, Food and Human Values Society, Occidental College, Los Angeles (USA), 14-17 juin 2017

Tristan Fournier

Full text

  • 1 Créée en 1985 et actuellement présidée par Krishnendu Ray (Associate Professor au sein du départeme (...)
  • 2 Fondée en 1987, elle consiste en un forum promouvant l’étude interdisciplinaire de l’alimentation, (...)
  • 3 A l’exception de l’édition 2016 qui s’est déroulée à l’université de Toronto au Canada.
  • 4 Le programme de la conférence est accessible en ligne : https://oxyfoodconference.org/wp-content/up (...)

1Du 14 au 17 juin 2017 s’est tenue à l’Occidental College de Los Angeles (USA) la 17ème conférence internationale et annuelle de food studies conjointement organisée par l’Association for the Study of Food and Society (ASFS)1 et l’Agriculture, Food and Human Values Society (AFHVS)2. Cette conférence, qui se déroule chaque année dans une université américaine différente3, constitue la vitrine des food studies aux Etats-Unis mais aussi plus largement à l’international : chaque édition rassemble plusieurs centaines de communicants – principalement nords-américains mais notons toutefois la présence ponctuelle d’Européens, d’Asiatiques et d’Australiens – dont quelques-unes des grandes « têtes d’affiche » (par exemple cette année, Carole Counihan, professeure émérite d’anthropologie à la Millersville University, Jeffrey Sobal, professeur de sociologie à la Cornell University ou encore Alex McIntosh, professeur de sociologie à la Texas A&M University) qui incarnent à la fois une histoire scientifique du champ mais aussi ses principaux espaces de publication en langue anglaise, dont ils ou elles sont ou ont été les éditeurs (Appetite ; Food, Culture & Society ; Food and Foodways, etc.). L’édition 2017 avait pour titre Migrating food cultures: Engaging Pacific perspectives on food and agriculture4 et a rassemblé un grand nombre de participants (plus de 400 communicants) de tous statuts – doctorants, post-doctorants et titulaires –, principalement des académiques rattachés à des universités états-uniennes. Une centaine de sessions parallèles étaient organisées sous la forme d’ateliers ou de table-rondes comprenant chacun deux, trois ou quatre interventions.

2L’objectif de ce compte-rendu n’est évidemment pas de restituer l’intégralité des interventions et discussions mais plutôt d’en proposer une photographie d’ensemble afin de repérer des tendances dans l’actualité de la recherche en food studies, principalement outre-Atlantique. Par food studies, précisons que nous entendons un champ de recherche émergé dans les années 1990-2000 aux Etats-Unis qui s’intéresse de manière large à l’alimentation et au sein duquel peuvent être regroupés, selon Julie Guthman (2015), trois courants : « des travaux assez descriptifs qui se rapprochent de la littérature populaire », […] une tradition issue des cultural studies […] et les études géographiques et sociologiques qui s’intéressent aux systèmes de production et de consommation alimentaires, soit comme outils pour comprendre les structures sociales […] soit comme projets militants de transformation sociale ». Ce dernier point permet de saisir à la fois l’importance de « l’engagement » et de l’attention à « l’alimentation alternative », caractéristique d’une partie des travaux de food studies. La référence aux cultural studies n’est également pas anodine. Mouvement né dans les Etats-Unis des années 1960, il se caractérise par une attention à et une valorisation des cultures populaires. « Le projet est de porter le regard sur les cultures locales en se défaisant de la hiérarchisation implicite et de la domination de la culture savante. Moins concentrée sur les conflits de classes sociales que sur les communautés, sur leur vie sociale et quotidienne, elle s’intéresse au sub cultures, aux cultures locales, aux cultures ethniques, à la culture de masse, ou encore aux cultures créées et promues par l’univers des media » (Poulain, 2017 : 26). Par ailleurs, et si les food studies ont en partie hérité des cultural studies, leur émergence est aussi liée à la transformation du statut épistémologique du concept d’identité dans la lignée des travaux sur le genre et le post-colonialisme (Poulain, 2017). D’où l’importance, dans ce domaine de recherche comme dans le programme de la présente conférence, de travaux empreints de perspectives critiques comme celles issues du matérialisme féministe ou plus encore, des questions de migrations, thème central de la conférence.

3Hormis le grand nombre d’interventions et la grande diversité d’objets abordés, la première impression d’étonnement à la lecture du programme tient à son organisation : des regroupements thématiques d’apparence pluridisciplinaire sans que le rattachement disciplinaire des communicants ne soit précisé. Il s’agit bien d’une conférence de food studies ! L’étonnement se confirme à l’oral lorsque sociologues, anthropologues, historiens, philosophes, politistes, économistes, spécialistes de littérature ou encore des sciences de la communication interagissent autour du même objet : perspective très stimulante d’un point de vue intellectuel mais relativement déroutante pour celles et ceux formés dans les universités françaises où l’interdisciplinarité, certes, n’est plus un gros mot mais où l’organisation disciplinaire reste la norme.

4De mon point de vue, la centaine de sessions parallèles peut être regroupée en quatre grandes thématiques.

Migrations et territoires

  • 5 « Food as refuge. Stories of Syrian refugees in the city of São Paulo, Brazil » par F. Scagliusi, (...)
  • 6 « Global flows and local cuisines: Chinese, German, and Indian restaurants in San Francisco ».
  • 7 On pense ici aux travaux de K. Ray sur le changement des habitudes alimentaires de migrants venus s (...)
  • 8 « Othering via food choice: Anti-halal sentiment in contemporary Australia » par R. Ankeny et H. Br (...)
  • 9 « Migration and dietary change/health ».
  • 10 « Italian food heritage and identity » et « Territory, local food production, and resistance ».
  • 11 « Territorio in Italian food activism: Mobilization, belonging, and exclusion » par C. Counihan (Mi (...)
  • 12 « Urban foodways, community, and communication in greater China », « Asian restaurants: Sites of di (...)

5Une dizaine de sessions était organisée autour du thème central des migrations (qui figurait dans le titre de la conférence) et à laquelle presque autant de sessions dédiées à la question du territoire pouvaient être associées, de par les problématiques connexes soulevées telles celles des identités et des métissages. Il s’agissait principalement de saisir dans quelle mesure et de quelles manières les expériences migratoires influencent les modèles alimentaires des migrants (une intervention sur le rôle essentiel de la cuisine dans la structuration des identités socio-culturelles de réfugiés syriens au Brésil5) et des populations hôtes (une session sur les effets du développement de restaurants européens et asiatiques en Californie6)7. L’occasion, dans les débats, de revenir sur la construction sociale des patrimoines alimentaires, sur leur dynamique et leur circulation, mais aussi sur les tensions inter-ethniques et les relations de pouvoir qui participent du phénomène migratoire et peuvent notamment être identifiées à travers les prescriptions religieuses (une intervention sur les discours « anti-halal » en Australie8). Par ailleurs, si les liens entre migration et nutrition ont fait l’objet d’une session à part entière9, il s’agissait essentiellement d’appréhender les liens entre les évènements migratoires et les statuts nutritionnels et maladies métaboliques des individus, alors que l’on aurait pu s’attendre à une réflexion sur les manières dont les cuisines importées s’adaptent au contexte alimentaire nord-américain, notamment à sa vulgate nutritionnelle (Hassoun, 2010). Enfin, les sessions plus spécifiquement orientées sur la question du territoire traitaient de Los Angeles et plus largement de la Californie (formes de métissage culinaire, modes d’alimentation urbaine et évolution des déserts alimentaires), de l’Italie (deux sessions dédiées10, avec notamment une intervention de Carole Counihan11) et de l’Asie (deux sessions consacrées aux styles alimentaires urbains en Chine et aux restaurants asiatiques en ville, et une table ronde sur le pho comme point d’observation des identités transnationales12).

Santé et nutrition

  • 13 « What’s food got to do with it? The medicalization of food in everyday life » par R. Bogan (The Gr (...)
  • 14 « Explaining the nutritional double burden: The (non)role of food environments in Bolivia » par L. (...)
  • 15 « Regulating natures: Reading the FDA’s docket on natural claims » par C. Biltekoff (University of (...)

6La thématique santé-nutrition était elle aussi très présente. Une séance pour le moins originale a présenté les résultats d’une large initiative portée par plusieurs équipes de l’Université de Californie à Los Angeles – “The UCLA healthy campus initiative” – visant à promouvoir les dimensions nutritionnelles, éthiques et durables de l’alimentation auprès des étudiants et à les sensibiliser aux problématiques d’insécurité alimentaire et de malnutrition, par exemple au travers d’ateliers culinaires. Ce type d’initiative, qui a suscité un fort engouement de la part des participants, témoigne de mon point de vue d’une vision nutrition-centrée de l’alimentation aux Etats-Unis et atteste également du faible rôle de l’Etat en matière de politiques publiques et de réglementation des aliments, et ce malgré le maintien d’une politique d’aide alimentaire depuis le New Deal (Guthman, 2015). D’autres présentations se sont révélées particulièrement intéressantes d’un point de vue épistémologique, par exemple sur la question de la fluidité des « produits » qui circulent entre les mondes de l’alimentation (aliment, nutriment, contaminant) et de la médecine (médicament, molécule, drogue) et donc de leur difficile catégorisation. Ce flou constitue un enjeu de recherche car il pose la question de la redéfinition « des limites de ce qui constitue la nourriture » (Guthman, 2015). Il est par ailleurs entretenu par les promoteurs et autres marketers qui y voient une opportunité d’échapper à certaines réglementations. Des interventions, dont les thèmes étaient plus « classique » mais non moins intéressant, traitaient par exemple de la médicalisation de l’alimentation dans la vie quotidienne13 ou encore du « double fardeau »14, c’est à dire de la coexistence de situations de sous-nutrition et d’obésité, parfois même au sein d’une même famille, le plus souvent en milieu urbain. Enfin, les rôles des institutions et agences gouvernementales ont été largement abordés, en premier lieu la FDA (Food and Drug Administration) et ses fonctions de régulation (une intervention particulièrement intéressante sur la délicate définition de la naturalité dans l’alimentation15).

« Food activism »

  • 16 « Governance and genetically modified organisms (GMOs): A content analysis of U.S. congressional he (...)
  • 17 « The end of the food movement as we know it? Food policies and the Trump administration ».

7Cette catégorie, largement mobilisée au cours de la conférence, pouvait être attribuée à un nombre important de sessions et d’interventions caractérisées par une forme d’engagement qui tenait soit à la perspective critique adoptée (des approches féministes matérialistes par exemple) soit à la thématique abordée (sur le gaspillage alimentaire par exemple). Elle renvoie plus largement au domaine s’intéressant aux modes d’alimentation alternative, parfois de manière critique, qui s’est largement développé aux Etats-Unis en réponse à une forte industrialisation de l’alimentation mais aussi en raison du faible rôle de l’Etat comme instance de régulation (Guthman, 2015). De surcroît, « l’une des plus importantes caractéristiques des cultural studies [auxquelles sont articulées les food studies] est de s’être connectées avec des mouvements sociaux et d’avoir donné un espace de théorisation et d’expression à des voies militantes » (Poulain, 2017 : 31). Plusieurs communications traitaient de la question des controverses et tentaient de déceler les rôles des différents acteurs de l’alimentation – et leurs interactions – dans la construction sociale de problèmes publics : les instances de régulation, les industriels, les scientifiques, les associations de consommateurs, etc. L’une d’elles16 était consacrée aux OGM et a proposé le concept de scientization pour dénoncer, dans une perspective critique, à la fois le scientisme et le discours néolibéral qui caractériseraient les formes de régulation des biotechnologies mises en place par le Congrès américain. Par ailleurs, plusieurs sessions étaient centrées sur les politiques agricoles et/ou de santé publique (dont une très belle table ronde sur l’administration Trump17 : les prises de positions du nouveau président inquiètent quant aux acquis et aux perspectives du food movement nord-américain – mouvement émancipateur et critique de l’industrialisation de l’alimentation porté tout à la fois par des académiques, des professionnels et le grand public – mais invitent également à des actions, par le marché, de boycott et de buycott) ou encore sur les systèmes agricoles ou d’élevage alternatifs (dans lesquelles étaient abordées les questions de la cause animale, de banques de semences ou encore d’agriculture urbaine en réponse à de multiples enjeux : développement durable, locavorisme, optimisation des espaces publics, etc.).

Méthodologie

  • 18 « Methodological approaches in food systems, health, and well-being research » par A. McIntosh (Tex (...)

Enfin une dernière catégorie rassemblait des sessions axées sur la méthodologie des food studies, leur nombre important pouvant être interprété comme une volonté de normer, d’encadrer et d’asseoir la notoriété de ce domaine récemment émergé, de contribuer à « l’appropriation collective » de ce nouveau territoire et à sa visibilité au sein de l’appareil universitaire (Poulain, 2017). Ainsi, certaines de ces sessions étaient directement adressées aux étudiants et représentants des food studies, par exemple sous la forme de conseils et de retours d’expériences en termes de publication (“What do book publishers want?”), de valorisation par le biais de Tweeter ou par la création de blogs (“Social medias for scholars”), de pédagogie (“How to teach…”, à propos de différents sujets, notamment engagés comme le food activism) et même de mise en place de formations et/ou de centres de recherche (“How to make a food institute”). D’autres sessions étaient plus classiquement consacrées à des questions de méthodologies de la recherche sur l’alimentation, par exemple une dédiée aux approches méthodologiques sur les systèmes alimentaires, la santé et le bien-être18 dans laquelle Alex McIntosh (Texas A&M University) a rappelé l’intérêt de réaliser des cahiers-temps alimentaires afin de saisir le rôle précis de l’alimentation dans la vie quotidienne et l’influence des contextes temporels, sociaux et interactionnels sur les prises alimentaires.

8Ces quatre thématiques n’épuisent bien évidemment pas la grande diversité des interventions, elles rassemblent toutefois la plupart d’entre elles. Notons par ailleurs quelques sessions plus autonomes, organisées autour de catégories alimentaires (fromage, bière) ou de thématiques précises (l’alimentation au travail, le rôle des médias ou encore l’alimentation du futur).

9Une conférence plénière, prononcée par Sharon Friel, professeure de santé publique à l’Australian National University, était intitulée “The politics, policies and processes of 21st century trade and investment: Challenges for food and nutrition across the Pacific Rim”. L’intervention se situait dans la perspective de l’économie politique de la santé, avec une attention portée aux capacités des Etats de la ceinture du Pacifique à élaborer des programmes de santé publique en mesure de réduire efficacement les inégalités sociales de santé, notamment nutritionnelle. La complexité des formes de gouvernance et de régulation aux échelles nationales était pointée face aux différents mouvements de globalisation de l’alimentation (en termes de commerce international, de marketing ou encore de changements nutritionnels). En partant de la problématique de la malnutrition, l’objectif de l’intervention était de montrer que les changements de régimes alimentaires n’appellent pas les mêmes leviers d’action en fonction des contextes nationaux : une perspective critique intéressante de mon point de vue, qui articule les questions d’industrialisation de l’alimentation et de changements climatiques, mais qui continue toutefois d’écraser et de ne pas assez considérer les différences socio-culturelles en matière de pratiques et représentations alimentaires.

10Enfin, j’aimerais relater deux interventions qui m’ont particulièrement marqué : l’une sur l’émergence de productions artisanales fromagères sur la côte-est des Etats-Unis suite à la crise économique, l’autre sur la dimension genrée des termes et expressions alimentaires au sein de différentes langues.

Welcomer S, Davis B & MacRae J (University of Maine), “Sustainability as flourishing: factors helping and hindering artisan cheesemakers to flourish”

11S’intéressant aux promesses (gustatives, écologiques, politiques et nutritionnelles) du fromage – principalement de chèvre – artisanal (fait-main, résistance à l’industrialisation), l’intervention portait sur les petites exploitations fromagères de la côte-est des Etats-Unis et s’intéressait, notamment, aux trajectoires biographiques de 30 des 39 producteurs de fromage du Maine, situés entre la frontière canadienne au nord et la région de Portland au sud. L’un des points saillants de l’enquête ethnographique tenait au caractère récent de leur reconversion professionnelle (aucun·e n’était du métier auparavant) et plus particulièrement à son déclencheur commun : la crise économique de 2008. Cet événement, analysé comme un véritable « turning-point », a incité ces employés du tertiaire vivant en ville à s’adapter : réagir face à la situation économique défavorable tout en réalisant ce qu’ils appellent « leur rêve d’enfant », c’est-à-dire le fait de vivre à la campagne, d’effectuer un métier manuel, de s’occuper de bêtes ou d’être plus proche de la nature. Toutes et tous expliquent avoir toujours voulu faire cela. D’un point de vue socio-démographique, 90% de ces producteurs/trices en reconversion sont des femmes, de tous âges, vivant le plus souvent en couple avec un conjoint de CSP équivalente ou inférieure. Les soutiens (financiers) à la reconversion professionnelle ne proviennent donc non pas de l’entourage proche, comme c’est souvent le cas, mais d’associations et d’universités locales qui ont mis en place des programmes spécifiques d’aide financière afin de promouvoir une alimentation saine, locale et durable – dimensions constitutives de ce que les Américains appellent alimentation alternative.

Sobal J & Jumabhoy S (Cornell University), “Gendering food names: How some languages gendertype foods”

12Cette intervention s’intéressait aux représentations du genre dans le langage avec le constat selon lequel certaines des 228 langues référencées assignent un genre aux noms, notamment dans le domaine alimentaire (le bœuf, la salade). L’hypothèse étant que le genre grammatical d’un aliment pourrait influencer sa représentation et donc sa consommation. A partir de 33 aliments et composants alimentaires traduits dans les 8 langues les plus parlées au monde, les auteurs analysent la manière dont le genre est mobilisé d’un point de vue grammatical : non prise en compte du féminin et du masculin, présence de pronoms et accords féminin et masculin, présence de pronoms et accords féminin, masculin et neutre. Les résultats étaient en soi peu convaincants car les données, cartographiées puis analysées statistiquement, ne permettaient pas de dégager des tendances structurelles. Mais les débats suscités ont été particulièrement stimulants, d’une part sur le plan linguistique (notamment à propos de la dynamique des usages), d’autre part quant à la nécessaire prise en compte des aspects culturels de la construction des catégories utilisées dans l’enquête (par exemple « protéine », catégorie nutritionnelle très usitée aux Etats-Unis mais très peu en France où les catégories alimentaires telles la viande, le poisson ou les types de viande ou poisson sont davantage mobilisées).

13Cette conférence, annuelle, constitue une très bonne opportunité pour découvrir le domaine des food studies, que ce soit en termes d’actualité scientifique ou de méthodologie de la recherche. Elle permet, en ce sens, d’opérer un double décentrement culturel et épistémologique pour les socio-anthropologues de l’alimentation issus des cursus disciplinaires européens. La possibilité de proposer des sessions et/ou tables rondes aux prochaines éditions est, de mon point de vue, une invitation au dialogue entre les différentes approches du fait alimentaire, en plus de rencontres humaines fort enrichissantes et d’une mise en réseau à l’échelle internationale.

Top of page

Bibliography

GUTHMAN J. 2015. « Militantisme et alimentation alternative aux États-Unis » (entretien réalisé par T. Grillot et N. Larchet), La vie des Idées, consulté le 30 juin 2017 : [http://www.laviedesidees.fr/Militantisme-et-alimentation-alternative-aux-Etats-Unis.html].

HASSOUN J-P. 2010. « Deux restaurants à New York : l'un franco-maghrébin, l'autre africain », Anthropology of Food, consulté le 30 juin 2017 : [http://journals.openedition.org/aof/6730].

POULAIN J-P. 2017. « Socio-anthropologie du ‘fait alimentaire’ ou Food Studies. Les deux chemins d’une thématisation scientifique », L’Année Sociologique, 67(1) : 23-46.

RAY K. 2004. The migrant's table. Meals and memories in Bengali-American households. Philadelphia: Temple University Press.

RAY K. 2017. “Bringing the immigrant back into the sociology of taste”, Appetite, 119: 41-47.

Top of page

Notes

1 Créée en 1985 et actuellement présidée par Krishnendu Ray (Associate Professor au sein du département « Nutrition and Food Studies » de l’université de New York Steinhardt), elle se veut un organe de promotion de l’étude interdisciplinaire de l’alimentation et produit la revue à comité de lecture Food, Culture & Society (http://www.food-culture.org).

2 Fondée en 1987, elle consiste en un forum promouvant l’étude interdisciplinaire de l’alimentation, de l’agriculture et de la santé, et visant à réunir académiques et professionnels intéressés par des visions alternatives du système alimentaire. Agriculture and Human Values est la revue à comité de lecture officielle de la société (https://afhvs.wildapricot.org).

3 A l’exception de l’édition 2016 qui s’est déroulée à l’université de Toronto au Canada.

4 Le programme de la conférence est accessible en ligne : https://oxyfoodconference.org/wp-content/uploads/2017/06/OxyFoodConfProgram.pdf

5 « Food as refuge. Stories of Syrian refugees in the city of São Paulo, Brazil » par F. Scagliusi, F. Porreca, P. Sato, M. Ulian (University of São Paulo) et R. Unsain (Federal University of São Paulo).

6 « Global flows and local cuisines: Chinese, German, and Indian restaurants in San Francisco ».

7 On pense ici aux travaux de K. Ray sur le changement des habitudes alimentaires de migrants venus s’installer aux Etats-Unis (2004) et la nécessaire prise en considération de ces derniers pour l’étude de la construction sociale des goûts (2017).

8 « Othering via food choice: Anti-halal sentiment in contemporary Australia » par R. Ankeny et H. Bray (University of Adelaide).

9 « Migration and dietary change/health ».

10 « Italian food heritage and identity » et « Territory, local food production, and resistance ».

11 « Territorio in Italian food activism: Mobilization, belonging, and exclusion » par C. Counihan (Millersville University).

12 « Urban foodways, community, and communication in greater China », « Asian restaurants: Sites of discovery, distinction, and discrimination » et « Pho noodle soup: An examination of transnational identity and foodways ».

13 « What’s food got to do with it? The medicalization of food in everyday life » par R. Bogan (The Graduate Center, CUNY).

14 « Explaining the nutritional double burden: The (non)role of food environments in Bolivia » par L. Hoey, A. Jones et J. Blesh (University of Michigan).

15 « Regulating natures: Reading the FDA’s docket on natural claims » par C. Biltekoff (University of California, Davis).

16 « Governance and genetically modified organisms (GMOs): A content analysis of U.S. congressional hearings surrounding the regulation of biotechnology in the food system (2011–2016) » par S. Velardi et T. Selfa (State University of New York College of Environmental Science and Forestry).

17 « The end of the food movement as we know it? Food policies and the Trump administration ».

18 « Methodological approaches in food systems, health, and well-being research » par A. McIntosh (Texas A&M University).

Top of page

References

Electronic reference

Tristan Fournier, « Compte-rendu de la 17ème conférence de Food Studies organisée par l’Association for the Study of Food and Society et l’Agriculture, Food and Human Values Society, Occidental College, Los Angeles (USA), 14-17 juin 2017 », Anthropology of food [Online], Reviews winter 2018, Online since 05 February 2018, connection on 17 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/aof/8252

Top of page

About the author

Tristan Fournier

sociologue, Iris-CNRS (Paris), tristan.fournier@ehess.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page