Skip to navigation – Site map

Socialisations alimentaires et pratiques rituelles durant la petite enfance

Food socialization and family ritual practices in early childhood
Anne Dupuy and Amandine Rochedy

Abstracts

Two insights can be drawn from the data presented in this article. The first one consists in examining the articulation between daily rituals and routines, two “objects” too often treated separately in scientific literature. The second one allows for a reflection on the impact of the small rites of passage inherent to the diversification of food consumption and which are defined as “ephemeral rituals”. From a diachronic perspective, this article deals with the multiplicity of ritual practices that take place during family socialisation. From a synchronic point of view, it supports a dynamic view of rituals as a result of the changes at work during the food socialisation of the young child. As these rituals and daily habits are unique and ephemeral, they are considered as “little nothings”, and this contributes to their inconspicuousness. This article intends to highlight their importance not only to the child’s individual socialisation process, but also to family food socialisation. This perspective implicitly questions the liminal status of the child during the process of diversification of food consumption. It also examines how the household production of rituals sets “minor transitions” in the children’s socializing phase, thus leading to the definition of new foods and to the acknowledgement of their status as eaters.

Top of page

Full text

Nous adressons nos remerciements à BLEDINA et DANONE Research pour le financement de la recherche. Nous remercions également les stagiaires de l’ISTHIA qui ont réalisé des entretiens : Hoby Razafiarimanana, Justine Divine et Elisa Lomet et l’ensemble des personnes, au sein du CERTOP-UMR CNRS 5044, ayant permis la concrétisation de ce programme de recherche. Un remerciement à Aurélie Sanchez pour la traduction en anglais du résumé. Enfin, nous remercions vivement toutes les personnes enquêtées et leurs enfants.

Introduction

  • 1 Définis comme des « actes codifiés, se produisant lors des mêmes occasions, et présentant un rappor (...)
  • 2 Nous parlerons de pratiques de routines du travail alimentaire.

1Au cours de la petite enfance, l’alimentation fait l’objet de prescriptions nombreuses. Parmi elles, la production parentale de « rituels »1. A la croisée des « pratiques de routine » (Gottlieb, 2000)2, qui constituent une grande part du travail alimentaire, cette production est encouragée par les dispositifs publics entourant la petite enfance comme le domaine de l’alimentation. Le plus souvent issues de la psychologie développementale et, de plus en plus, de la nutrition, les recommandations qui visent à dynamiser la ritualisation de l’alimentation quotidienne se font en vertu d’un « principe de bien-être » (Dupuy, 2014, 2017). Le repas, en particulier, se présente comme un espace de ritualisation dont lesdites allégations soulignent le rôle dans la socialisation des jeunes enfants. Malgré les changements qu’a connus le repas familial – qui ont d’ailleurs pu laisser penser à son déclin – il resterait un dispositif central de l’alimentation familiale représentant un moment de partage, d’échange et de communion comme d’apprentissage, de transmission, de cadrage et d’intégration.

  • 3 Cet article prolonge les réflexions d’un chapitre qui interroge l’articulation des rituels et des r (...)
  • 4 Les routines émanent d’un « répertoire de réponses à des situations actuelles, en fonction de leçon (...)
  • 5 Les liens entre gestes quotidiens (qu’elle appelle « maternage de proximité ») et gestes rituels so (...)

2Mais produire du rituel, en famille, ne va pas de soi. Cet article ambitionne de révéler quelques aspects de la production domestique de rituels à la lumière du travail alimentaire (Dupuy, 2013 ; 2017) ou du « care alimentaire » (Rochedy, 2017) ainsi que des contraintes qui y sont associées3. Pour nourrir un enfant, un enchaînement d’opérations, allant de l’approvisionnement à la gestion du stockage des restes, est nécessaire. Les activités de production alimentaire s’enchaînent grâce aux routines4qui mettent en « boîte noire » (Dubuisson-Quellier, 2006) le travail de conciliation des activités (Røpke, 2009) ainsi que l’effort d’organisation de celles-ci (Dubuisson-Quellier et Plessz, 2013). Faire la cuisine pour les proches implique également une dimension relationnelle et affective. Largement codifiée, cette activité a une portée symbolique. Moins évidente est sa construction dans un contexte collectif associant normes, morale et conventions autour de ce qu’est – et doit être – manger, de ce qu’est – et doit être – l’éducation alimentaire pour un jeune enfant et une famille. Les contraintes des familles, en particulier des mères, ont des répercussions sur un certain nombre d’activités. Elles autorisent alors à penser, ensemble, rituels et routines dans la vie quotidienne. De surcroît, les « pratiques de routine » (Gottlieb, 2000) en matière de puériculture et de soin véhiculent, comme l’a montré Bonnet à propos des toilettes quotidiennes de nouveau-nés, des « valeurs morales et des interactions sociales » ainsi que des « ersatz de ritualités » (Bonnet, 2007). Les gestes quotidiens, fonctionnels, profanes et non cérémoniels, ne peuvent être dissociés de « configurations sociales et symboliques » (Bonnet, 2007 :115) introduisant les enfants dans des réalités normatives. Ces pratiques, comme celles observées par Stork (1993) à propos du coucher des enfants ou par Haicault (1993) de leur lever, tout en recherchant l’efficacité, comportent une ritualité qui socialise, intègre les enfants comme les personnes qui les dispensent. Comme il s’agit de pratiques rituelles domestiques, singulières et éphémères, elles s’apparentent à des « petits riens » (Razy, 2004 : 204), ce qui contribue à les invisibiliser. Razy (2004) a pourtant montré combien les gestes quotidiens de protection des bébés Soninké, en apparence anodins, par leur proximité et analogie avec les gestes rituels prodigués à la naissance5, soulignent le statut particulier du petit enfant tout comme son inscription dans la communauté humaine. Notre propos est alors de réfléchir aux prolongements possibles des rituels dans les gestes quotidiens ainsi qu’à la place qu’ils occupent dans la socialisation de l’enfant et dans les socialisations alimentaires familiales. Egalement, en articulant différentes approches anthropologiques et sociologiques du rituel, il s’agit de réfléchir à la production de rituels par les parents et avec les enfants ainsi que par les enfants et avec les parents pour mieux comprendre les transactions à l’œuvre au cours de la socialisation du jeune enfant. Des échanges qui favorisent à la fois les étapes, les apprentissages d’une alimentation « spécifique » à une alimentation familiale comme autant de « petits passages » (Segalen, 1998) et qui redéfinissent les répertoires alimentaires et statuts des jeunes mangeurs. Ici, la diversification alimentaire est alors lue comme une étape liminale, un « entre deux » (Sibony, 1991) du statut de mangeur humain.

3Nous présenterons, en premier lieu, le dispositif méthodologique qui a permis de mettre au jour des rituels familiaux en sus des pratiques de routines liées au travail alimentaire. En deuxième lieu, nous pointerons les liens existants entre les rituels et les routines dans la vie quotidienne au regard de la socialisation des jeunes enfants, des contraintes associées au travail alimentaire domestique ainsi que des normes qui entourent l’éducation alimentaire. En troisième lieu, nous réfléchirons à la dynamique et la pluralité des pratiques rituelles, c’est-à-dire la façon dont elles se mettent en place et se réorganisent tout au long de la socialisation du petit enfant.

Méthodologie d’enquête

  • 6 La netnographie (méthodologie qualitative complémentaire des entretiens), analyse les actes communi (...)

4Nous avons réalisé des entretiens semi-directifs auprès de parents et professionnels de la petite enfance. Il a été associé aux entretiens parentaux (n=35) l’usage de la photographie et une netnographie6. Le protocole de collecte auprès d’eux était en trois temps. Tout d’abord, un premier entretien long avec la mère, le père ou les deux parents permettait d’échanger sur les pratiques et les représentations autour de l’alimentation de l’enfant et la leur. A la fin de cette rencontre, nous proposions aux parents de réaliser au cours des semaines suivantes des photographies (n=109) de leurs pratiques à travers treize scénarii photographiques – ordinaires et plus extraordinaires – proposés tels que « un plat fréquent que vous servez à votre enfant » ou encore « un plat ou aliment ou produit que vous aimez préparer à votre enfant ». Une fois les photographies réalisées par les enquêtés et le premier entretien retranscrit, un deuxième entretien (n=20) était proposé à la fois pour décrire les photographies et revenir sur des thèmes omis, peu clairs, voire contradictoires, lors de la première rencontre. Au total, nous avons réalisé 55 entretiens dans 35 foyers à propos de 41 enfants (tableau 1). Autrement dit, 20 familles ont accepté de réaliser le protocole dans sa globalité.

Tableau 1 : Synthèse population enfants et parents

Tableau 1 : Synthèse population enfants et parents

5Ces entretiens reposent sur la méthode des proches en proches, ce qui explique l’homogénéité du corpus. Il y a une majorité de foyers primipares et de mères travaillant à temps plein avec des capitaux scolaire et social élevés. Au regard de la spécificité de cet échantillon, familles plutôt aisées, l’analyse des effets de la position sociale sur les pratiques socialement différenciées de socialisation des jeunes enfants ne peut être appréhendée puisque les variations vont dépendre d’autres caractéristiques comme l’âge des enquêtés, celui des enfants, la situation familiale et le lieu de vie. Par contre, le milieu social étant assez homogène, les pratiques analysées restent de bons révélateurs de la position sociale élevée des parents enquêtés, plutôt réceptifs des recommandations médicales (Saint Pol, 2014).

  • 7 Notre conception prend de la distance avec la normalisation des repères nutritionnels liés à la div (...)

6Le protocole de collecte a été élaboré pour saisir les « itinéraires alimentaires » (Desjeux, 1996) des parents pour leurs enfants, depuis les modes d’approvisionnement jusqu’à la gestion des restes des repas. En parallèle, le guide d’enquête a appréhendé l’alimentation des enfants dans une perspective diachronique et synchronique pour saisir les continuités et les changements dans l’alimentation selon les contextes sociaux. L’objectif était de comprendre la pluralité et la dynamique des modes d’alimentation de chaque enfant en s’éloignant d’une vision mécanique et linéaire par étapes ou stades7. Par la réalisation de deux entretiens étalés dans le temps (1 à 2 mois), nous avons pu saisir les permanences et les changements dans l’alimentation d’un même enfant et dans les pratiques familiales. En outre, les deux entretiens successifs favorisent un processus itératif ainsi qu’une réflexivité parentale.

7Cette méthodologie a permis de dégager une typologie d’activités, les unes désignées de « familiales rituelles » comme la « première » purée, les cérémonies telles que l’anniversaire, les autres de « domestiques routinières », à l’instar du rangement des produits, du dosage, réchauffage et nettoyage d’un biberon. D’autres activités permettent de repérer un continuum entre ces deux registres – ritualisés ou routinisés – de pratiques, en fonction des moments et des interactions et de ce que ces situations engagent. En faisant émerger dans les discours la production de rituels, les parents visent, sans doute, la conformité aux prescriptions sur la petite enfance. L’analyse consiste à décrypter ce qui s’apparente à un rituel ou ressemble à une pratique de routine du travail alimentaire, sachant que les ressources sociales influencent l’organisation temporelle de la vie quotidienne. Alors que les classes sociales les moins éduquées ont des pratiques fixes, les familles avec un niveau d’éducation moyen ou élevé ont des pratiques plus variées (Southerton, 2006). Ainsi, pour révéler chez les parents la composante normée des routines quotidiennes et idéalisées des séquences rituelles, le double entretien s’est avéré utile. L’usage combiné de la photographie et des entretiens a fait ressortir des séquences rituelles, porteuses de significations, comme des innovations, au cours de la socialisation alimentaire de l’enfant. Cela a permis aussi de démarquer ces pratiques de ce qui s’apparente davantage, selon notre analyse, à des routines. De plus, dans le corpus de photos prises par les parents, reçues et analysées avant le second entretien, il a été possible de faire s’exprimer les parents sur la manière, le moment et le contexte dans lesquels ils avaient pris les photos de sorte à en tenir compte dans les analyses. En proposant ces scénarii, on a joué sur la mise en scène de l’ordinaire, et contribué, sans doute, à visibiliser la « théâtralisation » du quotidien (Goffman, 1974) pouvant s’illustrer par une alimentation ou des situations extraordinaires faisant écho à ce que les parents perçoivent comme conforme à la norme. Le corpus photographique a permis de repérer des codifications et des interactions rituelles liées à l’acte de manger et à l’acte nourricier et d’entrevoir, dans l’invention et la réinvention suggérée en phase d’échanges, l’appropriation et la réappropriation du rituel en situation de « coprésences corporelles » (Goffman, 1974) ainsi que les effets des contraintes sociales et temporelles sur leur routinisation (Dupuy, Rochedy & Sarrat, sous presse). Au carrefour de la sociologie « sur » l’image et « avec » l’image, la photographie combinée aux entretiens – sorte de sociologie « par » l’image (Hamus-Vallée, 2013) – a servi de support et de complémentarité aux propos énoncés par les enquêtés et les enquêteurs. Dans la mesure où chaque famille exprime différemment les émotions, les affections et que les rituels sont davantage liés à des aspects symboliques, nous nous sommes attachées à repérer, dans les propos, des situations répétitives et le sens, les significations données par les parents à ces situations en fonction de leurs contextes, de leurs moments ou lieux d’apparition, ainsi que des contraintes qui y sont associées. Pour étayer cette idée, le détour par les analyses sociologiques sur les rituels et les routines est nécessaire.

Penser ensemble rituels et routines

8L’enfant, sur, avec et par lequel l’activité alimentaire s’accomplit, invite à sortir des oppositions classiques entre rituel et routine.

Le continuum entre rituel et routine

9Dans sa réflexion sur la structuration du temps rythmant la vie quotidienne, Lalive d’Epinay évoque les rituels pour réfléchir aux tensions qui existent entre les routines et les événements. Chaque individu est susceptible de créer ou trouver une symbolique et une signification particulière à des activités ponctuant son quotidien en donnant à ce qui peut paraître de peu d’importance, une dimension « d’événement » (Lalive d’Epinay, 1983). Est donc rituelle, toute action à laquelle on donne du sens. Autrement dit, les rituels constituent une résistance pour s’extraire de l’existence routinisée. De surcroît, la routinisation du quotidien, c’est-à-dire la répétition sur le mode de la « conformité typique » (Javeau, 1992 : 64), n’est pas exempte d’une dimension réflexive. Cette dernière consiste à mettre en œuvre des interventions correctrices par les micro-rituels. Cependant, il faut éviter de tomber dans l’écueil consistant à restreindre le rite au domaine du sacré et ne pas tomber, non plus, dans celui de considérer « rituels » l’ensemble des comportements routiniers (Rivière, 1995). Ce qui fonderait la différence entre rite et routine, c’est la forte charge symbolique et affective fondée sur l’adhésion à des valeurs et l’aspect relativement codifié des premiers qui contribue à « enchanter le quotidien » (Rivière, 1992), à donner à certaines activités un « statut de cérémonie » (Rivière, 1995). Cet enchantement, apporté par la ritualisation d’un événement, peut émaner d’un individu qui devient alors « l’artisan du sens et des valeurs de son existence même s’il puise dans l’air du temps » (Breton, 2005 :102). Ainsi, « les procédures rituelles » sont à comprendre comme des actes significatifs, investis et producteurs de sens dans lesquels l’émotion est « un élément du système de décision, comme un paramètre qui explique l’intention de signification » (Déchaux, 2015). L’émotion est une pratique socialement ancrée dans une situation, située au cœur des interactions sociales et des processus normatifs, qui peut être une clef de compréhension de ce qui conduit les parents à faire ou à exprimer du rituel. Ainsi l’achat d’un produit particulièrement aimé de l’enfant, le fait de rendre ludique le débarrassage des courses tout en en faisant une activité d’éveil, peuvent être lues comme des séquences rituelles à l’instar de ce qu’exprime le père de Maëlle : « Marché le dimanche, moi c’est une activité paternelle, avec ma fille, j’y vais à 9h tous les dimanches matin, ça me fait très plaisir. (…) L’histoire au marché, c’est joindre l’utile à l’agréable, être avec mon enfant, c’est pouvoir lui faire découvrir des choses, c’est relier le monde réel avec ce qu’on peut voir des histoires dans les bouquins » (Entretien 1, père de Maëlle, 27 mois, inactif, position sociale intermédiaire).

10Les pratiques rituelles repérées à l’analyse s’avèrent alors hétérogènes puisque l’alimentation domestique génère des formes de ritualisation variées, allant du rite structuré du repas de famille à des ritualisations plus ou moins élaborées, pour aller vers des pratiques de routines liées au travail alimentaire comme c’est le cas pour Anna avec sa mère : « Elle aime bien préparer, mettre la main à la pâte, donc le week-end, on essaye de faire un truc où elle participe » (Entretien 13, second entretien, mère d’Anna, 28 mois, temps plein, position sociale élevée). Les « procédures rituelles » ne sont pas exemptes d’une routinisation, elles se routinisent justement pour épargner la réinvention de l’acte à chaque occurrence en venant « au secours du raisonnement » (Déchaux, 2011 : 4). Cette analyse s’apparente à celle de Javeau (2003) pour exprimer comment chaque individu gère le temps qui passe, et l’« insécurité ontologique » qui le caractérise, par des routines considérées comme des « rituels d’apaisement ». Rituels et routines peuvent être pensés ensemble dès lors que l’on considère que les rituels sont produits dans les tensions qui existent entre contraintes, pratiques de routines, évènement et réflexivité, ou que les pratiques de routines consistent en des rituels d’apaisement (Dupuy, Rochedy & Sarrat, sous presse).

S’arracher aux routines, élaborer du rituel

  • 8 Les enfants enquêtés âgés de moins de 3 ans peuvent rencontrer des difficultés au niveau de la succ (...)

11Chez les parents, l’abandon d’une routine ou l’élaboration d’un rituel, s’ils sont motivés par des contextes et des situations – par exemple un échange avec l’assistante maternelle ou un pédiatre ou encore une difficulté alimentaire avec les jeunes enfants8 – peuvent naitre des enfants comme « producteurs du monde social » (Alanen, 1988), des réponses aux injonctions contemporaines en matière de parentalité ou encore des contraintes fussent-elles sociales, temporelles ou matérielles.

  • 9 La production familiale de rituels qui contribue à instaurer et maintenir les relations intra et ex (...)
  • 10 De Suremain définit l’« entourage nourricier » comme étant l’ensemble des « personnes ou groupes de (...)
  • 11 Le regard porté par les parents sur leurs enfants est socialement et culturellement différencié (Bo (...)

12Certains temps forts dans la vie alimentaire des enfants, comme la première purée ou le « gâteau d’anniversaire » (Sirota, 1998) constituent des « rites de passage » (Van Gennep, 1909) qui ont une fonction structurante dans leur vie en étant normés et socialement encadrés : en célébrant les enfants par la théâtralisation familiale à l’œuvre, ils contribuent à renforcer les liens, les sentiments d’appartenance et les identités, ce qui n’est pas sans rappeler l’activation du rituel pour assurer la cohésion sociale, y compris familiale9. Montandon (2005) a montré que tout cadrage induit des processus de ritualisation fabriqués dans les familles. La ritualisation de la vie enfantine contribue ainsi à transmettre des habitudes, des schèmes d’action et de perception stables, en déclenchant chez les enfants et leur « entourage nourricier » (Suremain, 2000)10 un « répertoire de conduites, d’ordre émotionnel, verbal et manipulatoire » (Rivière, 1995 : 81). En tant que telle, cette définition s’apparente à la fonction de cadrage du rite telle que proposée par Douglas : « le rite fournit un cadre » (Douglas, 1992 : 81) en particulier concernant le repas familial. La ritualisation dans la vie quotidienne a plusieurs fonctions, dont la consolidation des repères et des règles qui est associée au renforcement du cadrage spatio-temporel des contenus pluriels et dynamiques de la socialisation puisque chaque enfant est porteur d’un « patrimoine individuel de dispositions hétérogènes » (Lahire, 2002). En ce sens, « la ritualisation permet chez l’enfant de resituer le réel en le retrouvant » (Rivière, 1995 : 82) et cette stabilité facilite l’appropriation par les enfants de divers contenus de la socialisation. Ainsi, les actions rituelles au sein de la famille participent au processus de socialisation des jeunes enfants, notamment des nourrissons (Wulf, 2003). Les enfants découvrent leur place, ce qui se mange et ce qui ne se mange pas, ce qui est pour eux et ce qui est réservé aux autres, par l’approbation ou la réprobation dans des situations nombreuses, mais récurrentes (Dupuy, 2013). L’« agir rituel » (Wulf et al., 2004 : 9) serait en particulier repérable dans les séquences rituelles conduisant les enfants à une communauté des goûts avec l’élargissement du répertoire alimentaire, jusqu’à atteindre le répertoire familial et les manières de table tels que l’intégration des processus corporels, verbaux et non verbaux, symboliquement codés, notamment dans le contexte français. Mais les processus de ritualisation familiaux, s’ils sont fabriqués par les parents et les divers entourages, le sont aussi par les enfants eux-mêmes. En effet, la pluralité des modèles reçus par chaque enfant joue un rôle sur la façon dont chacun se les approprie en les réactualisant ou les inhibant, selon les contextes. En effet, le regard porté par les chercheurs sur l’enfant comme participant activement et de façon réfléchie à sa socialisation est une première perspective à laquelle nous souscrivons pour penser conjointement rituel et routine. Elle implique de s’intéresser au point de vue des enfants et pas uniquement à celui sur les enfants. Or, il semble que c’est surtout celui sur les enfants qui prévaut dans les recherches sur le rituel en sociologie. Si cette posture n’a pu être envisagée dans ce travail, le protocole d’enquête permet de saisir comment les parents appréhendent ce que leur enfant fait11, leur fait, ce qu’il s’approprie et produit. Notre parti pris est de considérer que l’enfant est acteur dans l’élaboration d’une séquence rituelle notamment lorsqu’ils transforment les pratiques de routines de leurs parents.

13La deuxième perspective est l’attention aux normes sur l’alimentation, le soin et la santé au cours de la petite enfance. Les travaux de Gojard (2010) montrent que les modalités d’appropriation de normes hétérogènes, par les mères, sont liées à leur origine sociale et également à leurs expériences passées de soins aux enfants, ainsi qu’à leurs conditions matérielles d’existence qui posent le rapport socialement différencié au temps. Or notre corpus est majoritairement constitué de femmes, travaillant à temps plein et, pour les mères, primipares, avec un niveau d’éducation élevé. Ces mères sont exposées à une pluralité de prescripteurs du fait du mode de garde et du suivi médical de leur enfant ainsi que de conseils glanés sur internet. La position sociale relativement homogène des mères rencontrées favorise le repérage, dans l’analyse, d’une production de rituels. Cette dernière, nous l’avons interprétée comme une mise en disponibilité des mères au service du bien-être de l’enfant et de la famille, pour répondre aux prérogatives diffusées par les acteurs de la petite enfance. Les mères des milieux sociaux intermédiaires et supérieurs adhèrent aux normes et ceci, plus encore, pour leur premier enfant (Gojard, 2000, 2010). Les pratiques rituelles contribuent ainsi à renforcer les rapports qu’elles nouent avec leurs enfants dans un contexte de compression des activités et temps sociaux rendant parfois difficile la conciliation travail-famille. En ce sens, la production parentale, plus encore maternelle, de rituels, consiste à mettre en place une action correctrice, sorte de « repentirs » (Javeau, 1992 : 64) construits normativement et moralement. Par exemple, en faisant de pratiques de préparation alimentaire plus ou moins routinisées des séquences rituelles, les mères combinent réponse aux besoins de leur enfant, exprimés normativement, et écoute des besoins réclamés par celui-ci. Mais les priorités temporelles sont structurées socialement et culturellement et ne peuvent être comprises qu’à la lumière des contraintes parentales, qui varient selon les groupes sociaux. Si l’on peut reconnaître aux micro-rituels quotidiens, dans la vie de l’enfant, un rôle dans son éducation, ils contribuent également à faciliter le travail éducatif prodigué par l’entourage nourricier. Il s’agit d’impensés organisationnels du travail domestique et parental (Dupuy, 2013) que la situation d’enquête permet de mettre au jour, à partir de la ritualisation de pratiques de routines liées au travail alimentaire. Ces actes quotidiens et répétitifs répondent aux besoins d’organisation et d’allègement des charges mentales, physiques et affectives de l’entourage nourricier. Finalement l’organisation familiale, observable dans les dessous de la production domestique liée à l’alimentation, la santé et l’éducation, révèle l’élaboration de rituels permettant de socialiser l’enfant à l’alimentation familiale, tout en réduisant la charge physique et mentale incombant à l’activité nourricière. En ce sens, les micro-rituels quotidiens présentent un intérêt « opérationnel » (Javeau, 1992) dans la gestion du temps et l’économie cognitive engendrée par la routinisation qui correspond à un rituel d’apaisement de l’insécurité pour les parents comme pour leurs enfants : éviter la « tyrannie des petites décisions quotidiennes » (Juan, 2015 : 6).

14Ainsi, au cours des interactions familiales, des rituels peuvent être érodés et transformés en routines, de même que des routines, recodifiées en séquences rituelles dans les situations de co-présence corporelle, lors de contextes spécifiques. Comme nous l’avons montré, la coordination nécessaire de pratiques interconnectées a un effet sur la structuration du temps. Mais la manière dont, de façon intentionnelle, elles sont coordonnées par les parents, selon le sens qu’ils leur confèrent, structure le temps social et le temps contraint. Cet effort de coordination n’aboutit pas exclusivement à des routines : la réflexivité, l’expérience, les normes et conventions, l’environnement poussent continuellement les parents à évaluer leurs activités, ce qui aboutit le plus souvent à innover (Dupuy, Rochedy & Sarrat, sous presse). Les rituels alimentaires quotidiens constituent ainsi des effets d’aubaine dans l’organisation parentale même s’ils impliquent des efforts. Finalement, en créant du rituel cela permet de s’extraire du temps contraint et de la routine, en faisant de ces petits moments des évènements, à l’instar de la situation décrite par cette mère : « On a un repas type du samedi, le « omelette-pâtes » ou « œufs au plat-pâtes » qui permet de préparer des choses rapidement et puis c’est sympa, c’est festif, ils aiment bien. C’est le plat du samedi midi (rires). Ca se prépare vite, ça fait plaisir, c’est vraiment l’entrée dans le week-end ! » (Entretien 16, mère de Gabriel, 15 mois, Benoît, 36 mois et Eliott, 5 ans ½, temps plein, position sociale élevée). Ainsi, cette pratique de routine est devenue rituelle dans la mesure où elle marque et fixe un seuil, pour cette famille, permettant d’entrer dans le temps du week-end.

  • 12 Fiese, Foley et Spagnola (2006) distinguent les routines des rituels du repas familial en montrant (...)

15Les structures cognitives et symboliques qui produisent les activités parentales ne peuvent être occultées. L’activité rituelle peut présenter un intérêt opérationnel – nourrir son enfant –, mais ce dernier peut être transcendé par une intention rituelle comme lui signifier l’entrée temporelle dans le week-end ou lui faire découvrir des saveurs familiales. Toutefois l’abandon d’une routine nécessite un effort pour faire d’une situation quotidienne un événement (Lalive d’Epinay, 1983) et un travail réflexif, c’est-à-dire « s’arracher à ses routines » (Breton, 2005). Ces changements ne sont pas partagés également selon les familles (Dubuisson-Quellier et Plessz, 2013 ; Juan, 2015) et ne sont pas forcément vécus de la même manière par les acteurs du rituel. Notre méthode comporte une limite dans la mesure où le repérage est plus facile à réaliser sur des éléments considérés comme positifs, plaisants ou à retentissement affectif et cognitif qui viennent qualifier certaines pratiques. Ces qualificatifs répondent à des normes, plus ou moins appropriées, qui contribuent aussi à rendre perceptibles l’activité rituelle. Si faire du rituel une activité de production normative intégrant l’enfant n’est pas nouveau, répondre à une norme incitant, voire recommandant, de faire du rituel pour répondre à une crise supposée et de la parentalité et de l’alimentation, l’est davantage. Cette norme est visible dans nombre de discours savants et profanes ayant trait à l’importance du repas familial que leurs racines soient psychologiques, sociologiques ou anthropologiques12 et, de plus en plus, à l’éveil sensoriel dans les préconisations proposées dans l’éducation au goût, à l’instar de ce qu’exprime cette mère : « Moi je sais que je me mets un peu la pression là-dessus. J’ai envie de lui faire découvrir. Là je sais qu’on va partir en vacances, on va aller à la ferme acheter des produits de la ferme, elle va goûter des produits nouveaux… Elle est motivée ! On n’est même pas parties qu’elle parle déjà du fromage qu’elle va goûter » (Entretien 13, second entretien, mère d’Anna, 28 mois, temps plein, position sociale élevée). Les rituels naissent de la réflexivité engagée par les injonctions à la « bonne parentalité ». Dans les prescriptions, le « bon » parent se définit « par une relation privilégiée et intime avec son enfant qui lui permet d’être à l’écoute des besoins de ce dernier » (Pape, 2014 : 34). Le Pape montre comment est figurée l’affection pour l’enfant qui doit être incarnée par des gestes visibles, dans des instants privilégiés. C’est ce qu’exprime cette mère lorsqu’elle se remémore le début de la diversification de sa fille : « On souhaitait vraiment y être tous les deux et on l’a beaucoup félicitée et on a fait une petite fête, c’était un moment d’échange » (mère de Salomé, 13 mois, position sociale intermédiaire). L’activité rituelle est possible du fait de la considération que se donnent parents et enfants, en interaction. Ainsi que Goffman a pu le montrer, les rituels sont une des formes d’expression et de représentation les plus efficaces de la communication humaine au cours des interactions. L’agir rituel participe alors à l’instauration et à l’efficacité des liens unissant une famille par son alimentation.

Socialisations alimentaires et pratiques rituelles familiales

  • 13 Notre conception complexifie la notion d’« alimentation spécifique » (telle que mentionnée dans l’E (...)

16Les activités rituelles où s’enchevêtrent normes, expériences émotionnelles et processus de symbolisation ne peuvent être réduites à la stricte observance de règles et à la pure et simple répétition de comportements plus ou moins codifiés (Marchive, 2007 : 602). En effet, la production domestique de rituels doit être envisagée dans sa forme plurielle et dynamique, ce que nous désignons « rituels éphémères ». Pour comprendre la perspective proposée, il s’agit d’appréhender plus largement le passage d’un « espace social alimentaire » (Poulain, 2002) spécifique à un espace social alimentaire non spécifique au cours de la socialisation, en essayant au mieux de saisir la complexité à l’œuvre dans les processus de diversification des tout-petits ainsi que les dessous du travail alimentaire13.

Séquences rituelles et pratiques de routines liées au travail alimentaire

17La socialisation consiste à accompagner les enfants d’une alimentation lactée, dite « spécifique », à une alimentation non spécifique, plutôt familiale. Ce processus s’accompagne d’un ensemble d’activités, de pratiques et de normes socialement cadrées (Gojard, 2010). Selon nous, le processus de socialisation alimentaire du petit enfant s’accompagne de phases de réflexivité et de phases de routines. Les premières sont liées à des changements conduisant à des processus décisionnels pouvant générer des rituels. Ils proviennent de diverses sources : les enfants, les recommandations des acteurs de la petite enfance, les parents. La réflexivité qui accompagne les changements favorise alors l’arrachement aux routines. Les phases de routines, quant à elles, correspondent à des moments de stabilisation dans la socialisation, mais peuvent être constituées d’ersatz de rituels. Ce processus, nous l’avons analysé en fonction du contenu, du contenant, des horaires, des lieux et des divers univers de socialisation possibles pour l’enfant, étant entendu que ce processus est variable selon les familles.

  • 14 Dans cette analyse, nous mettons l’accent sur le « cheminement alimentaire* » à partir des débuts d (...)

18Tout d’abord en termes de contenu, il est possible de repérer deux tensions pour les parents, en particulier lorsqu’il s’agit d’un premier enfant : 1) entre le lait et la première diversification14 ; 2) entre le moment de la diversification et l’alimentation familiale. L’élargissement du répertoire alimentaire de l’enfant se complexifie selon différentes textures (mixées, moulinées, morceaux avec la poussée dentaire), dosages (évolution quantitative et qualitative des ingrédients) et intégration de l’assaisonnement (matières grasses, sel, épices, sucre, etc.), nombre d’ingrédients (d’un repas à une composante/un ingrédient à plusieurs composantes/ingrédients) et enfin structures des repas (plusieurs tétées et/ou biberons à environ 3 ou 4 repas). Le relâchement mental possible dans les modalités d’achat, de préparation, de consommation et de gestion des restes lorsque le répertoire alimentaire de l’enfant est stabilisé fait alors place à une dissonance cognitive entre ce que l’on fait (pratiques de routines du travail alimentaire) et ce que l’on devrait ou pense qu’on devrait faire (au regard des normes médicales et nutritionnelles et de ce qui est exprimé par l’enfant au cours de son cheminement alimentaire). Cette situation dissonante est à l’origine de tension cognitive lorsque la situation n’est pas stabilisée. L’élargissement du répertoire alimentaire de l’enfant peut être, pour diverses raisons, malaisé. Dans ce cas, le souci qu’il génère, chez certains parents, peut se traduire par le fait de différer le changement alimentaire en maintenant des textures mixées au détriment des morceaux. C’est le cas de Marin, 18 mois avec une purée de patates douces cuites à la vapeur puis mixées avec du fromage pour enfant (photo 1) qu’il mange fréquemment depuis la diversification et que sa mère qualifie de « plat habituel, pratique et de plaisir ». Le « pratique » étant pour elle et le « plaisir » pour son fils, précise-t-elle par ailleurs.

Photo 1 - Un plat fréquent servi : entretien 7, mère de Marin, 18 mois

Photo des parents

19La mère indique ensuite que ce maintien répond à un souhait de son enfant, en particulier parce qu’il n’aime pas les morceaux et qu’il apprécie ce plat. Ce maintien de la texture lisse est renforcé par l’activité de préparation qui, devenue habituelle, s’est ritualisée en présence de l’enfant (Photo 2).

Photo 2 - Environnement dans lequel votre enfant mange régulièrement ; entretien 7 - mère de Marin, 18 mois

Photo des parents

20Mère de Marin : « Ça (montrant la photo 2), c’est quand je cuisine. Marin est à côté et mange du pain ». Interviewer : « D’accord. Pourquoi cette situation ? ». Mère de Marin : « C’est pour voir la situation quotidienne. Ça, c’est mon quotidien. C’est toujours la même chose… ». Cela peut conduire à une certaine monotonie alimentaire rituelle rassurante pour l’enfant et pouvant s’avérer confortable pour le parent : « Très facile à faire ! (…) La préparation, ça dure même pas 10 minutes ! Et après, le temps que ça cuise, c’est un quart d’heure ». Pour cette mère, comme on l’a montré concernant l’usage problématique des innovations technologiques (Dupuy, Rochedy & Sarrat, sous Presse), la préparation correspond à un effet d’aubaine en ce sens qu’elle autorise une économie cognitive en devenant une pratique de routine du travail alimentaire. « C’est la situation habituelle » dit-elle. Il y a, selon nous, co-présence d’une routine dans la préparation et d’un rite dans la consommation ou passage d’une routine à une séquence rituelle, l’une ou l’autre des situations dépendant des interactions engagées : dans le premier cas, seule la mère de Marin est concernée par l’activité routinière de préparation, puis vient l’acte ritualisé avec son fils de la prise alimentaire ; dans le second cas, Marin intervient dans l’activité (quand il observe sa mère cuisiner tout en mangeant du pain), ce qui autorise, voire impulse, le passage de l’activité routinière à l’activité rituelle. La relation nourricière positive et agréable qui s’engage alors et se répète, peut, dans l’interaction, se transformer en activité rituelle. Cette ritualisation s’apparente à un arbitrage parental.

21On retrouve des situations similaires pour les parents exprimant sentir une fatigue ou un problème de santé bénin chez leur enfant : ils proposent des produits appréciés de leur enfant ou simplifient le repas avec un biberon de lait ou des aliments faciles à picorer. Leur enfant est le référent et les parents disent alors fonctionner « au feeling » ce qui correspond à la conciliation de normes savantes et d’un modèle familial dont les références sont proches (Gojard, 2010). Ils abaissent les tensions éducatives liées, par exemple, à des règles et recommandations nutritionnelles, pour éviter le conflit à l’instar de la mère de Lily, cadre à temps complet, qui précise au cours de l’entretien qu’elle a du mal à passer à l’alimentation solide le soir, lui préférant le biberon : « Le soir, la plupart du temps, elle ne mange que le biberon. Mais comme je sais que le médecin insiste pour lui donner plus de soupes de légumes le soir, j’essaye, le week-end, de faire une soupe de légumes et, pendant trois jours, je lui donne et puis souvent après, je ne fais que du biberon en attendant la fin de la semaine ». Elle explique, au début de l’entretien, que le moment du biberon est un moment privilégié pour elle et sa fille, cette dernière étant particulièrement calme. Plus tard, elle justifie son choix : « Parce que le jour où je lui ai amené le biberon avec de la carotte mixée, elle l’a pas bu du tout, elle l’a recraché, elle l’a repoussé. (…). La texture c’est important parce que le soir, elle n’aime pas du tout, la même texture qu’à midi. Le midi, s’il y a de gros morceaux, ça ne la gêne pas, elle mâche. Les soirs, il faut que ça soit très liquide » (Entretien 30, mère de Lily, 12 mois, à temps plein, position sociale élevée). Dans cet extrait, l’anticipation des charges physiques et mentales occasionnées par le changement en phases transitionnelles au cours de la diversification conditionne en partie ce qui est donné à l’enfant par la mère : le repas du soir est composé de biberons en semaine et de soupe le week-end. Le changement (le passage du lait à la soupe liquide) engendre une charge impliquant une fatigue supplémentaire de l’enfant et du parent et n’étant pas forcément gage de réussite. Les processus de ritualisation sont à comprendre dans leur composante opérationnelle comme « ce qui fonctionne », « ce qui a fait ses preuves », « ce que l’enfant apprécie », en l’occurrence dans cet exemple, le rituel du biberon-câlin sur le canapé exprimé au cours de l’entretien. Ce qui peut traduire aussi, un souci parental du comment aller vite dans la préparation et la consommation, mais surtout sans heurts. C’est le cas également pour la mère de Capucine : « Et j’avoue que le vendredi soir, souvent je suis toute seule. Et là je ne me casse pas la tête. Bon je le fais qu’une fois par semaine : c’est purée de flocons ! Parce qu’aussi la petite mange de plus en plus toute seule et la purée c’est très facile à manger toute seule… Elle adore ça ! ». Plus tard dans l’entretien on découvre que ce plat a été proposé pour la première fois à la suite d’un bain trop long, d’une faim de l’enfant à assouvir et d’une absence de temps de préparation suffisant de la mère. Dans le second entretien, la mère montrant la photo (photo 3) de la purée précise : « Ça c’est le plat quand je suis fatiguée ou que j’ai pas le temps. Surtout quand je suis fatiguée et en général, cette année comme mon mari n’était jamais là, c’était le plat du vendredi soir ! Purée de flocons. J’ai laissé le sachet exprès. Et donc la majorité de fois, j’essaye de mettre le plat dans un vrai bol plutôt que dans un plastique, ça égaye ! » (Entretien 12, mère de Capucine 18 mois, temps plein, position sociale élevée). Cette situation évoque les grignotages enfantins décrits par Diasio (2008), « petits riens » alimentaires et dérapages des conduites qui s’apparentent à des « dérapages du rite » du repas dont elle montre qu’ils refondent pourtant son existence.

Photo 3 – Un repas quand maman est fatiguée « Purée flocon avec huile et basilic » ; Entretien 12, mère de Capucine, 18 mois

Photo des parents

22D’autres séquences rituelles sont repérables et résultent d’effets productifs des interactions entre enfant et entourage nourricier. On peut, entre autres, les repérer dans les types de préparations culinaires compactes proposées à l’enfant qui s’apparentent aux « nourritures intermédiaires » (Lallemand, 1997 :44). Afin de favoriser l’apprentissage de la préhension de leur enfant, certains parents proposent des plats qui agrègent les aliments et, selon les dires de certains parents, de réduire la salissure. C’est le cas pour Tiphanie, à propos d’un plat d’épinards hachés et de semoule (photo 4) très apprécié de ses enfants. Mère de deux garçons, dont Johan, 17 mois, elle accorde une importance au fait de concilier autonomie chez ses enfants, apprentissage des bonnes manières de table et propreté, ce qui correspond aussi aux attentes de son milieu social élevé. Le plat de « semoule verte », comme elle l’appelle, est devenu emblématique pour son aîné, puis pour son cadet et maintenant pour l’ensemble de la famille car elle précise que les restes de ses enfants constituent souvent son dîner. Autrement dit, la consommation de la « semoule verte » est non seulement ritualisée, mais aussi devenue rituelle.

Photo 4 - Un plat emblématique : la « semoule verte » composée d’épinards/semoule ; Entretien 19, Johan, 17 mois

Photo des parents

23La troisième illustration que l’on a repérée correspond au recours à une technique de découpe des aliments mangés par l’ensemble de la famille, ce qui permet de les intégrer au répertoire de l’enfant. Cette intégration est assurée par une technique rendant, par la découpe, « spécifique » la préparation pour faciliter l’incorporation et une mise en scène jouant sur la projection sensorielle de l’enfant dans l’alimentation familiale. Ici l’intention rituelle s’inscrit en apparence dans une portée symbolique : ouvrir le registre alimentaire de l’enfant vers celui de la famille comme l’explique la mère de Jeanne : « Le week-end, c’est souvent son père qui lui donne à manger. (...) Et ça arrive souvent qu’elle ait envie de manger ce qu’il a dans son assiette. (…) Il prend un peu de ce qu’elle a dans son assiette à lui. C’est juste pour le principe. Il donne ce qu’il a... Elle voit qu’elle mange la même chose que lui. » (Entretien 14, mère de Jeanne 20 mois, temps plein, position sociale élevée). La dimension performative, faire famille, et fonctionnelle, est tout à fait présente également dans cet acte banal qu’est la découpe en petits morceaux. En effet, intégrer l’enfant au répertoire familial c’est assurer la cohésion du groupe et favoriser l’allègement de la charge physique et mentale de l’entourage. C’est le cas de Marylou qui, comme ses parents, mais pas en même temps que ses parents, mange régulièrement un plat de spaghetti que sa mère a coupés aux ciseaux (Photo 5). Le recours aux mêmes ingrédients que le reste de la famille joue sur l’ensemble des étapes de l’itinéraire alimentaire ainsi que sur le budget.

Photo 5- Du « non-spécifique » spécifique : spaghetti coupés aux ciseaux ; Entretien 8, parents de Marylou, 20 mois

Photo des parents

24Ensuite, en termes de contenant, des changements sont rencontrés dans l’alimentation que l’on peut résumer de la façon suivante : 1) pour les enfants allaités ou au biberon, il peut y avoir l’introduction plus ou moins longue, partielle ou totale, de plusieurs types de biberons et tétines (tailles et vitesses évoluent avec les capacités de déglutition et l’augmentation des besoins) ; 2) la diversification se traduit par le passage du biberon au petit pot/bol puis à l’assiette, toujours donnée par l’entourage nourricier, dont la taille augmente avec les besoins de l’enfant ; 3) du petit pot/bol à l’assiette et aux couverts spécifiques puis aux couverts familiaux en fonction de l’apprentissage dans la préhension du jeune mangeur. Cet usage suit, peu ou prou selon les familles et les enfants, la logique du « je donne » à « il mange tout seul », mais cette logique n’est pas linéaire – par stades – dans la mesure où les circonstances, les contextes favorisent, actualisent, inhibent ou réduisent l’autonomie de l’enfant. Le rituel des « deux cuillères » ou « deux couverts » – l’un pour l’enfant, l’autre pour le parent – que l’on a repéré chez plusieurs familles, consiste, selon nous, à mettre en scène la prise des repas en favorisant l’apprentissage de la préhension chez l’enfant tout en veillant à ce qu’il prenne son repas dans une durée acceptable et en limitant les salissures, le parent aidant alors l’enfant dans l’acte de consommation (photo 6). Ce rituel disparaît au fur et à mesure que l’enfant apprend à manger seul, mais il peut revenir quand l’enfant est fatigué ou qu’il exprime le souhait de redevenir un bébé à l’instar du grand frère de Johan qui veut faire comme son cadet (Entretien 19).

Photo 6 - « Rituel des deux cuillères » ; entretien 11, Parents de Robin, 23 mois

Photo des parents

25Les changements se produisent également en termes de lieux.  Les enfants peuvent passer plus ou moins rapidement : 1) des bras à la chaise haute et/ou au transat puis 2) s’intègrent progressivement à la table familiale : chaise haute modulable, rehausseur, coussin, table basse accompagnent bien souvent la transition. Ces passages ne sont pas linéaires et immuables, les observations montrent au contraire une pluralité d’espaces alimentaires dans la socialisation des enfants. Par exemple, Robin âgé de 23 mois peut, selon les contextes, manger sur la table basse comme sur la chaise haute et dans cette dernière situation, il peut se retrouver devant la télévision, sur la terrasse ou encore dans le salon (photo 7).

Photo 7 – Les lieux des prises alimentaires ; entretien 11, Robin, 23 mois

Photo des parents

26Les enfants circulent dans les espaces et, les observations photographiques et analyses des entretiens témoignent de cette déambulation. Certains espaces leur sont dédiés, parfois de manière éphémère, et il y a à considérer également la circulation des objets, leur mobilité : la chaise haute par exemple peut être placée en fonction des autres activités de la famille, par exemple préparer le repas ou faire les devoirs avec les aînés. Ces lieux sont alors vecteurs de rituels. En parallèle, les tout-petits jouent un rôle fondamental dans la ritualisation des espaces nourriciers, dans la mesure où ils orientent, par leurs préférences, les espaces des prises alimentaires. De surcroît, ils ont un effet sur la circulation des objets-supports de leur alimentation, allant parfois de pair avec l’acquisition de leur motricité. En effet, l’ordre spatial et temporel contribue à les sécuriser et les structurer. Leur quotidienneté les apparente alors à des routines circulatoires évoluant au gré du processus de socialisation. Les lieux se caractérisent aussi par les circonstances, les contextes dans lesquels les enfants circulent, ce qui implique, dans l’analyse, de prendre en considération la dimension étendue du domicile (familial, nourricier) et du hors-domicile, de l’intérieur et de l’extérieur. Les séquences rituelles se repèrent autour de régularités spatiales pour la prise alimentaire qui sont recherchées par les enfants comme ce qu’expriment les parents de Marylou âgée de 20 mois : « Je pense que ce qui joue le plus c’est le contexte ! On voit bien à la crèche, c’est le rituel. Ils se mettent tous sur leur chaise, c’est tous les jours pareil… ! Et sa mère nous a acheté cette chaise et cette table… On a essayé et ça a super bien marché ! (…) Moi j’avais peur qu’elle se lève de table, qu’elle soit libre et qu’elle puisse sortir… Mais pas du tout. Elle ne sort jamais de table sauf quand elle a fini. (…) C’est son espace pour manger, à elle. » (Entretien 8, mère de Marylou, 20 mois, temps plein, position sociale intermédiaire supérieure).

27Enfin, en termes d’horaires, les changements sont importants. Durkheim (2013[1894]) a très tôt pointé l’influence du social sur les rythmes de l’enfant. Le réglage de l’appétit est central dans la conciliation des temps sociaux. Il consiste, pour les parents, à incrémenter des temps sociaux sur des temps biologiques de leur enfant, ceci répondant aussi à un souci organisationnel. Les pratiques de coucher ou d’éveil remplissent des fonctions sociales et, comme pratiques de socialisation, se font dans la production de comportements ritualisés. « Le rapport rituel au temps fait partie des ritualisations les plus importantes de la petite enfance. […]. Dès les premières semaines qui suivent sa naissance, le nourrisson expérimente durablement l’ordre social. Ses partenaires s’emploient à réguler son cycle de sommeil, ses nuits et ses repas. Ses parents veulent modifier ses rythmes de sorte qu’ils deviennent semblables aux leurs. Ils tentent d’influencer le nouveau-né en ritualisant leur propre comportement » (Wulf, 2003 : 67). Progressivement, les enfants vont passer : 1) de plusieurs tétées et/ou biberons dans la journée à 2) des prises plus institutionnalisées et réglées pour 3) arriver finalement à la prise de plus ou moins 4 repas, correspondant à la norme des repas et hors repas valorisée en France. En parallèle, les enfants vont passer de prises alimentaires consommées seules (même si elles sont données) à des prises synchronisées avec une partie ou toute la famille (photos 8 et 9). Rudy et Arno peuvent parfois manger ensemble pendant la totalité de leurs repas ou séparément. Rudy, l’aîné, peut, au cours de la semaine, manger seul avec son frère, commencer son repas avec son frère et le terminer avec ses parents ou encore manger sans son frère, mais avec ses parents.

Photos 8 et 9 - Repas avec l'aîné et repas avant l'aîné ; entretien 21, Arno, 12 mois et Rudy, 36 mois

Photo des parents

28À cela s’ajoutent les circonstances qui génèrent des situations quotidiennes ordinaires et des situations extraordinaires dont les effets peuvent être importants sur les processus de socialisation et également les procédures de différenciation entre rites ordinaires et rites extraordinaires. Ces derniers peuvent d’ailleurs contribuer à modifier les premiers en permettant de redéfinir la règle à l’instar de ce qui s’est passé pour Zaïdane : « Au restaurant, elle a piqué des spaghetti dans notre assiette et elle faisait comme les Aristochats. C’était trop drôle ! (rire) C’était la première fois qu’elle mangeait des spaghettis et c’est pour ça qu’on a introduit les pâtes à la maison. C’est parce qu’il y a eu une occasion comme ça qu’on a introduit... » (Mère de Zaïdane, 14 mois, position sociale intermédiaire).

29L’exemple de deux prises alimentaires lactées, le biberon du matin et celui du soir, peut également être proposé. Indépendamment du respect relatif des normes concernant les besoins nutritionnels des 0-3 ans qui ressort au cours des entretiens, la prise lactée s’apparente, pour certaines mères, à des moments décisifs dans la journée de leur enfant et la leur. Ces prises, répétitives et régulières, contribuent, ainsi que Durkheim (2013[1894]) l’avait posé, à renforcer le maillage temporel au cours de la journée : le biberon du matin indique à l’enfant le début de la journée et ritualise le lever tandis que celui du soir formalise la fin de la journée avec le rituel du coucher. Ce processus de ritualisation est un marqueur temporel dans la socialisation du jeune enfant dans la mesure où il permet d’incrémenter les rythmes sociaux sur les rythmes biologiques de l’enfant. Cette ritualisation de la prise lactée du matin et du soir contribue aussi à favoriser l’organisation sous-jacente au travail parental : ces deux marqueurs temporels indiquent à l’enfant le moment du lever ou du coucher en le préparant à adopter et à recevoir le répertoire de conduites appropriées, à l’instar de la mère d’Ella : « Généralement, je la prends dans les bras pour les biberons. C’est un moment un peu privilégié à mon sens. Elle me fait des câlins tout le temps. C’est un moment où elle est calme, posée » (Entretien 31, mère d’Ella, à temps plein, position sociale élevée).

  • 15 L’expression de la dimension affective renvoie à des normes en matière de puériculture. Comme marqu (...)

30Lorsque ce moment se présente comme une séquence rituelle, il peut être associé à une charge affective15, ce qu’expriment certaines paroles à l’instar de la mère de Lily : « Le midi, elle mange tout solide. Et le soir, c’est un moment privilégié alors du coup, j’aime bien lui donner un biberon. (…) Je la prends contre moi, c’est un moment où je lui fais des câlins, de profiter un peu d’elle parce qu’on la voit pas très longtemps le soir donc, c’est un moment où elle est calme, elle ne court pas partout donc, faut en profiter. Je me mets dans le canapé avec elle. Elle s’allonge sur moi. » (Entretien 30, mère de Lily, 12 mois, à temps plein, position sociale élevée). Ce qui ressort alors, c’est la recherche d’une dimension affective favorisée par la ritualité des gestes, du moment et du cadre. C’est le cas de Jeanne, 20 mois, qui manifeste à sa mère sa volonté de prendre le biberon sur ses genoux et non pas seule, sur une chaise (Photo 10) ou celui de Maxence, 16 mois, terminant tous ses dîners par la prise lactée sur les genoux de l’un de ses parents (Photo 11).

Photo 10 - « Jeanne aime le biberon sur mes genoux » ; entretien 14, Jeanne, 20 mois

Photo des parents

Photo 11 - « Repas du soir qui se termine par un biberon pris sur maman ou papa » ; entretien 2, Maxence, 16 mois

Photo des parents

L’habilité rituelle

31Les pratiques rituelles peuvent varier en fonction des contextes et des entourages nourriciers, ce qui conduit les enfants à acquérir une certaine « habilité rituelle » (Vander Gucht, 1992 : 48) consistant à actualiser ou inhiber certaines dispositions en fonction des circonstances. Les enfants doivent alors parvenir à décoder les émotions, les valeurs mises en scène et les rôles sociaux engagés dans l’activité nourricière et surtout apprendre à en jouer à l’instar d’Anna âgée de 28 mois dont les parents séparés se partagent la garde. Dans le premier entretien réalisé, la mère d’Anna nous dit : « Moi j’ai l’impression que son rapport à l’alimentation est assez similaire chez son père et chez moi… Après il y a des petites différences, elle refuse des trucs ici et pas chez lui et puis inversement… ». Une différence plus soulignée lors du second entretien : « Elle en joue même si elle est encore petite. Elle essaye de nous arnaquer, de dire que, par exemple, elle a droit à des gâteaux tous les matins chez son père alors que c’est pas vrai. » Un peu plus tard dans le second entretien, la mère d’Anna réagit à la première photo prise (Photo 12) : « c’est elle qui a mis ça comme ça. C’est pas moi qui l’ai disposé parce que moi je lui ai jamais appris. Je pense qu’elle a dû faire ça avec son père, parce que c’est impressionnant. Moi, je suis arrivée, j'ai vu ça... c’était comme ça » (Entretien 13, mère d’Anna, 28 mois, temps plein, position sociale élevée). Ce qui est intéressant à l’analyse, c’est la trace laissée par le dressage de sa vaisselle en train de devenir rituel chez et avec sa mère, comme elle l’a appris chez son père. En effet les photos prises dans les jours qui suivent (photo 13) proposent un dressage identique. L’étonnement de la mère (« c’est impressionnant ») s’est traduit par le déclenchement de la première photo prise et, sans doute, des commentaires qui échappent à l’analyse du fait du mode d’enquête retenu. Ajouté à la situation inédite d’enquête, il est probable que ce dressage ait été rituel, au moins durant le temps de l’enquête.

 Photo 12 - L’environnement dans lequel Anna mange

Photo des parents

Photo 13 - Repas que la maman aime préparer ; entretien 13, mère d’Anna, 28 mois

Photo des parents

32De surcroît, les processus de socialisation correspondent selon les familles, au(x) passage(s) d’une alimentation spécifique (au niveau du contenu, contenant, lieu et horaire) à une alimentation non spécifique. Ainsi, les micro-rituels qui accompagnent ces processus de socialisation se modifient. En raison des processus de socialisation du jeune mangeur qui se diversifient considérablement au cours des premiers mois de vie, les rituels ordinaires sont bricolés au quotidien (Certeau, Giard, Mayol, 1994). En ce sens, nous parlons de « rituels éphémères » pour faire ressortir les mutations dans les rituels alimentaires familiaux. Ces changements ne sont pas linéaires. Les jeunes mangeurs peuvent, au gré de leur développement, de leurs interactions et des dynamiques du cycle de vie familiale (comme l’arrivée d’un frère ou d’une sœur), faire évoluer les contenus et les formes des rituels. Comme la construction du répertoire alimentaire (Rochedy, 2015, 2017), les processus de ritualisation sont pluriels et dynamiques, ce qui pousse à avoir une conception qui tienne compte des ajustements et des sollicitations à l’œuvre dans la production domestique des rituels comme l’indique cette mère : « Alors là, il commence à être grand donc je lui donne des compotes en gourde comme ses frères, donc qu’on peut manger tout seul. Et c’est le petit truc sympa, un peu rituel avec ses frères. C’est toujours l’idée quand il peut faire comme un grand. » (Entretien 16, mère de Gabriel, 15 mois, Benoît 36 mois et Eliott, 5 ans ½, temps plein, position sociale élevée).

33À l’intérieur de ces processus, les micro-rituels dans les activités nourricières, même les plus infimes soient-ils, facilitent la fixation des répertoires alimentaires ainsi que les passages d’un registre alimentaire à un autre, tout comme ils marquent les nouvelles pratiques et les nouveaux usages au cours de la socialisation. La ritualisation éphémère, telle que nous essayons de l’appréhender, permet alors de considérer l’expression totale, complète d’un rite et sa mutation, voire sa disparition : « Il y a un mois elle ne voulait plus aucune compote, elle voulait que des fruits qu’on découpait et puis là, elle ne veut plus de fruits, elle veut repasser aux compotes… Elle a des phases comme ça, faut s’adapter » (Entretien 13, mère d’Anna, 28 mois, temps plein, position sociale élevée). On retrouve cette idée exprimée par le père de Maëlle concernant « l’assiette favorite de sa fille » parlant alors de lubie qui s’apparente à un rituel relatif à l’appropriation alimentaire : « Elle a une assiette plastique avec des compartiments et des jolis dessins. C’est son assiette préférée en ce moment. Ce qui aide aussi à compartimenter l’alimentation, c’est peut-être pour ça. (…) Des fois un enfant peut se bloquer parce qu’il ne mange pas dans le support qu’il avait envie et ça peut faire partie de cette construction autour de l’aliment lui-même, qui est plutôt cette mise en scène. Le type de cuillère, la couleur de la cuillère peuvent jouer. En fonction des jours, y a une lubie différente et on essaye de s’adapter sans que ça devienne des caprices. Donc c’est toujours ce jeu ». (Entretien 1, père de Maëlle, 27 mois, inactif, position sociale intermédiaire, premier entretien). Ces illustrations invitent à identifier en quoi les processus de socialisation de l’enfant consistent en des phases de changement non linéaires qui déstabilisent les processus de ritualisation de et dans la vie quotidienne de l’enfant et les pratiques de routines ainsi que la ritualisation de l’entourage nourricier. En ce sens, il s’agit bien de considérer les pratiques rituelles dans une conception dynamique et plurielle liée aux temporalités du grandissement et à la pluralité des processus de socialisation. Les pratiques rituelles les accompagnent tout comme elles sont produites par eux. Durant les trois premières années de vie, les micro-rituels, tout en présentant des composantes stabilisantes car récurrentes, sont dynamiques. Ces modifications sont liées aux processus de socialisation de l’enfant qui ne peuvent être réduits, dans une perspective développementale, à la construction de l’enfant. Les évolutions portent sur les contenus, les contenants, les lieux et les temporalités des prises de, pour et par l’enfant. De surcroît au sein des familles aux configurations multiples et dynamiques (telles qu’un agrandissement de la fratrie, une séparation conjugale, une recomposition du foyer) et au fort intérêt individuel (comme les préférences alimentaires de chacun), en raison encore de la nature des interactions ou de l’affirmation de ces choix, les pratiques rituelles ne sont pas reconductibles à l’infini. En ce sens, les micro-rituels en se recomposant, voire en disparaissant, sont éphémères. Finalement, les rituels éphémères sont autant de « petits passages » vers l’alimentation familiale et plus largement vers la modification du statut de mangeur du petit enfant au cours de sa diversification. Celui-ci, pour aller de l’alimentation du nourrisson à l’alimentation familiale, passe dans cet entre-deux alimentaire. Par la ritualisation de ces multiples « petits passages », l’intégration aux nouveaux répertoires alimentaires et identitaires de ce petit omnivore est facilitée et sa filiation gustative renforcée.

Conclusion

34Deux perspectives se dégagent de cet article : la première consiste à appréhender les ressorts de l’articulation des rituels et des routines dans la vie quotidienne et ainsi à penser ensemble deux objets qui se rencontrent peu dans la littérature ; la seconde ouvre la réflexion sur les petits rituels de passage au cours de la diversification – les « rituels éphémères » – lue comme une étape liminale de la socialisation qui consiste à modifier le répertoire alimentaire et par là même le statut de mangeur du petit enfant.

35D’une part, notre recherche, si elle appelle des approfondissements, contribue à prendre au sérieux la production domestique de rituels à l’intérieur des pratiques de routines du travail alimentaire. D’une manière plus générale, la production parentale de rituels répond aussi à des injonctions sociales fortes en matière de parentalité dans le domaine de l’éducation alimentaire de jeunes enfants ainsi qu’aux normes imposant quelques fois de s’extraire de la routinisation de l’existence. Maintien des activités vectrices de rituels et capacité de renouvellement de ces dernières constituent les dessous du travail parental, en vue de répondre aux besoins de son enfant (y compris exprimés normativement) et de faciliter son intégration. Les dessous de ce travail parental de production de rituels font l’objet de nombreuses sollicitations. En y regardant de plus près, il est possible de déceler les ressorts de cette incitation à l’évolution du répertoire alimentaire du tout petit. Ils résident dans la mobilisation de différentes argumentations : bio-anthropologique, diététique et psychologique, d’une part ; sociologique, culturelle et morale, d’autre part. Ainsi, les interrogations en jeu dans les manières ritualisées de donner à manger pour la socialisation des enfants sont d’une importance sociale et sous-tendent des considérations médicales, culturelles et morales. Par exemple, les phases de transition peuvent être autant de niveaux mobilisés comme leviers pour participer à la construction de nouveaux rituels et de nouvelles pratiques de routines parentales favorables aux pratiques ou aux aliments que l’on souhaite promouvoir, car ils seraient compatibles avec certaines dimensions telles que la santé, l’éveil au goût, le développement masticatoire. Également, l’activité rituelle ordinaire permettrait de faire famille en renforçant les liens et les identités, dans un contexte où individualisme et particularités alimentaires sont controversés, ce qui conférerait finalement une dimension sacrée aux rituels profanes qui continuent de rassembler et socia(bi)liser. On peut alors se demander si la production de rituels dans le domaine de l’alimentation ne vise pas à garantir le vivre (alimentaire) et sentir communautaire que Turner (1990) désigne par la notion de « communitas existentielle ».

36D’autre part, les travaux théorisant les rites de passage (Van Gennep, 1981 ; Turner, 1990) ont permis de mettre au jour le concept de « liminarité », concept auquel de nombreux auteurs font référence pour décrire la capacité des individus à se distancier du contenu du rituel. Cette distanciation est favorisée par l’ambivalence de la liminarité qui renvoie à l’« entre deux » (Sibony, 1991), à la « logique intervallaire » (Rivière, 1997 : 119) auquel la diversification alimentaire du jeune enfant peut être associée. Notre travail ouvre alors la possibilité de reprendre ce concept à partir de la multitude de « petits passages » (Segalen, 1998) qui jalonnent la petite enfance au cours de la diversification (sevrage, premiers morceaux, premiers aliments) et épousent son cheminement alimentaire vers la socialisation alimentaire familiale, soit les petits passages qui le conduisent vers l’alimentation partagée par ses entourages nourriciers les plus importants. La production domestique de rituels, qu’elle soit normée et requise, voire promue, par les institutions (notamment celles de la petite enfance et médicale), qu’elle provienne de la vie quotidienne et ordinaire, ne révèlent-elles pas finalement en creux l’agency des enfants et des parents consistant à s’extraire de l’« entre deux », à réduire la position liminale du petit enfant au cours de la diversification alimentaire ? Les actions correctrices qui prennent au sérieux le rituel ne permettent-elles pas alors de mieux fixer « ses petits passages » décisifs dans la socialisation alimentaire de l’enfant et à faire de petits moments des évènements épousant, par l’alimentation, les nouveaux statuts du petit mangeur ?

Top of page

Bibliography

ALANEN L. 1988. « Rethinking Childhood », Acta Sociologica. 31 : 53-67.

BONNET D. & POURCHEZ L. (dir.) 2007. Du soin au rite dans l’enfance, Paris : Erès.

BONNET D. 2007. « La toilette des nourrissons au Burkina Faso : une manipulation gestuelle et sociale du corps de l’enfant, in D. Bonnet & L. Pourchez (dir.) Du soin au rite dans l’enfance : 113-128. Paris : Erès.

BONNET D., ROLLET C. & SUREMAIN (de) C. (dir.) Modèles d’enfances. Successions, transformations, croisements. Paris : Editions des Archives contemporaines.

BRETON (le) D. 2005. « Rites personnels de passage. Jeunes générations et sens de la vie », Hermès, La Revue, 3(43) : 101-108.

CERTEAU M. (de), GIARD L. & MAYOL P. 1994. L’invention du quotidien – 2. Habiter, cuisiner, Paris : Folio Essais.

DECHAUX J.H. 2011. « Rituel et rite : une approche cognitiviste », Journée Pôle Suds « Rites, rituels : de l’outil à l’objet de recherche », Paris : INED.

DECHAUX J.H. 2015. « Intégrer l’émotion à l’analyse sociologique de l’action », Terrains/Théories, consulté le 20 Septembre 2017 : [http://teth.revues.org.gate3.inist.fr/208].

DESJEUX D. 1996. « L’ethnologie, une méthode pour comprendre les comportements alimentaires domestiques », in J.-F. Desjeux & S. Hercberg (dir) La nutrition humaine : la recherche au service de la santé, Paris, Inserm-Nathan : 132‑153.

DIASIO N. 2008. « Grignotages et jeux avec les normes. Une ethnographie des comportements alimentaires enfantins à Paris et à Rome », Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires, consulté le 5 janvier 2017 : [http://www.lemangeur-ocha.com/fileadmin/images/enfants/Diasio-Grignotages-jeux-normes.pdf].

DIASIO N. (dir.) 2015. Grandir Pouvoir et périls, Ethnologie Française, 154(4).

DOUGLAS M. 1992. De la Souillure, Paris : La Découverte.

DUBUISSON S. 1998. « Regard d’un sociologue sur la notion de routine dans la théorie évolutionniste », Sociologie du travail. 4(98) : 491-502.

DUBUISSON-QUELLIER S. 2006. « De la routine à la délibération. Les arbitrages des consommateurs en situation d'achat », Réseaux. 1(135-136) : 253-284.

DUBUISSON-QUELLIER S. & PLESSZ M. 2013. « La théorie des pratiques : Quels apports pour l'étude sociologique de la consommation ? », Sociologie. 4(4) : 451-469.

DURKHEIM E. 2013[1894]. Les règles de la méthode sociologique. Paris : PUF.

DUPUY A. 2013. Plaisirs alimentaires. Socialisation des enfants et des adolescents. Rennes : PUR.

DUPUY A. 2014. « Thématisation du plaisir alimentaire et visées utilitaristes », Sociologie et sociétés, XLVI(2) : 253-275.

DUPUY A. 2017. « La division sexuelle du travail alimentaire : qu’est-ce qui change ? », in F. Dubet (dir) Que manger ?: 164-179. Paris : La Découverte.

DUPUY A., ROCHEDYA. & SARRAT C. Sous presse. « Innovations and constraints in feeding young children: the case of “home-made” food » in N. Diasio & M.-P. Julien (dir) Eating habits: from constraint to innovation. Bruxelles : PIE Peter Lang.

FIESE B. H., FOLEY K. P. & SPAGNOLA M. 2006. « Routine and Rituals Elements in Family Mealtimes: Contexts for Child Well-Being and Family Identity », in: W. Reed, A. Larson, R. Wiley, N. Kathry & R. Branscomb (dir.) Family Mealtime as a Context of Development and Socialization, 111: 67-89.

GOFFMAN E. 1974. Les rites d’interaction, Paris : Editions de Minuit.

GOJARD S. 2000. « L’alimentation dans la prime enfance : diffusion et réception des normes de puériculture », Revue Française de Sociologie. 41(3) : 475-512.

GOJARD S. 2010. Le métier de mère, Paris : La Dispute.

GOTTLIEB A. 2000. « Où sont passés tous les bébés ? Vers une anthropologie du nourrisson », in J-L. Jamard, E. Terray & M. Xanthakou (dir.) En substances. Textes pour Françoise Héritier : 367-385. Paris : Fayard.

HAICAULT M. 1993. « Les rituels familiaux comme pratiques de socialisation », Revue de l’Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles. 1(4) : 277-292.

HAMUS-VALLEE R. 2013. Sociologie de l’image, sociologie par l’image. Condé-sur-Noireau : Editions Charles Corlet.

JAVEAU C. 1992. « Microrituels et gestion du temps », Cahiers Internationaux de Sociologie. XCII : 59-71.

JAVEAU C. 1998. Prendre le futile au sérieux. Paris : Editions du Cerf.

JAVEAU C. 2003. Sociologie de la vie quotidienne. Paris : PUF.

JUAN S. 2015. « Le concept de routine dans la socio-anthropologie de la vie quotidienne », Espace populations sociétés, consulté le 12 juin 2017 : [URL : http:// eps.revues.org/5935].

LAHIRE B. 2002. Portraits sociologiques, Dispositions et variations individuelles. Paris Nathan-Essais et Recherches.

LALIVE D’EPINAY C. 1983. « La vie quotidienne : essai de construction d’un concept sociologique et anthropologique », Cahiers Internationaux de Sociologie. 74 : 13-38.

LALLEMAND S. 1997. « Enfances d’ailleurs, approche anthropologique », in M. Guidetti, S. Lallemand & M.-F. Morel (dir.) Enfances d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui : 7-57. Paris, A. Colin.

MARCHIVE A. 2007. « Le rituel, la règle et les savoirs Ethnographique de l’ordre scolaire à l’école primaire », Ethnologie Française. 37(4) : 597-604.

MOLLO-BOUVIER S. 1998. « Les rites, les temps et la socialisation des enfants », Education et Société. 2 : 73-89.

MONTANDON C. 2005. « Règles et ritualisations dans la relation éducative », Hermès, La Revue. 43(3) : 87-92.

PAPE (le) M.-C. 2014. « Qu’est-ce qu’un « bon » parent ? Analyse des images véhiculées par les affiches et brochures des campagnes de santé publique », in C. Martin (dir.) Être un bon parent. Une injonction contemporaine : 29-52. Rennes : Presses de l’EHESP.

POULAIN J.-P. 2002. Sociologies de l’alimentation, Paris : PUF.

RAZY E. 2004. « Le corps et la personne du petit enfant. Ethnographie des "petits riens" du quotidien soninké », L'Autre. 2 (5) : 203-214.

RIVIERE C. 1992. « Le rite enchantant la Concorde », Cahiers Internationaux de Sociologie. XCII : 5-29.

RIVIERE C. 1995. Les rites profanes, Paris : PUF.

RIVIERE C. 1997. « Structure et contre structure dans les rites profanes » in M. Segré (ed.) Mythes, Rites, Symboles dans la société contemporaine : 99-122. Paris : L’Harmattan.

ROCHEDY A. 2017. Autismes et socialisations alimentaires. Particularités alimentaires des enfants avec un Trouble du Spectre de l’Autisme et ajustements parentaux pour y faire face. Thèse de doctorat en sociologie. Toulouse : Université Toulouse Jean Jaurès.

ROCHEDY A. & POULAIN J.-P. 2015. « Approche sociologique des néophobies alimentaires chez l’enfant », Dialogue, 209 : 55-68.

RØPKE I. 2009. « Theories of practice – new inspiration for ecological economic studies on consumption », Ecological Economics. 68: 2490-2497.

SAINT POL (de) T. 2014. « Déterminants sociaux et culturels de l’alimentation » in INSERM. Inégalités sociales de santé en lien avec l’alimentation et l’activité physique. Paris : Collection Expertise collective.

SEGALEN M. 1998. Rites et rituels contemporains. Paris : Nathan.

SIBONY D. 1991. Entre-deux. L’origine en partage. Paris : Le Seuil.

SIROTA R. 1998. « Les copains d’abord, les anniversaires de l’enfance, donner et recevoir », Ethnologie française. 4 : 457-471.

SOUTHERTON D. 2006. « Analysing the temporal organization of daily life: Social constraints, practices and their allocation », Sociology, 40(3) : 435454.

STORK H. (dir.). 1993. Les rituels du coucher de l’enfant, variations culturelles. Paris : ESF.

SUREMAIN (de) C.-E. 2000. « Dynamiques de l’alimentation et socialisation du jeune enfant à Brazzaville (Congo) », Autrepart. 15 : 73-91.

SUREMAIN (de) C.-E. & RAZY E. 2012. « Alimentation de l’enfant », in J.-P. Poulain (dir.), Dictionnaire des cultures alimentaires : 451-458. Paris : PUF.

TURMEL A. 2006. « De la fatalité de penser la maturation en termes de développement », in R. Sirota (dir.), Eléments pour une sociologie de l’enfance : 63-72. Rennes : PUR.

TURNER V. W. 1990. Le phénomène rituel. Structure et contre-structure. Paris : PUF.

VANDER GUCHT D. 1992. « La ritualité dans le cadre de la socialisation primaire : éléments pour une socio-anthropologie de la prime enfance », Cahiers Internationaux de Sociologie. XCII : 31-57.

VAN GENNEP A. 1981[1909]. Les rites de passage. Etude systématiques des rites. Paris : Picard.

WULF C. 2003. « Le rituel : formation sociale de l’individu et de la communauté », Spirale - Revue de Recherches en Education. 31 : 65-74.

WULF C. & al. 2004. Penser les pratiques sociales comme rituels, Ethnographie et genèse des communautés. Paris : L’Harmattan.

Top of page

Notes

1 Définis comme des « actes codifiés, se produisant lors des mêmes occasions, et présentant un rapport à un objet sacralisé, en l’occurrence le lien qui unit, avec plus ou moins de profondeur, deux (ou plusieurs) personnes » (Javeau, 1998 : 93).

2 Nous parlerons de pratiques de routines du travail alimentaire.

3 Cet article prolonge les réflexions d’un chapitre qui interroge l’articulation des rituels et des routines au regard des contraintes et innovations dans le cadre d’un ouvrage sous la direction de Diasio et Julien (Dupuy, Rochedy & Sarrat, sous presse) ; les réflexions théoriques en résultant sont ici approfondies.

4 Les routines émanent d’un « répertoire de réponses à des situations actuelles, en fonction de leçons apprises d’actions passées » (Dubuisson, 1998 : 492). Les économies cognitives qu’elles engagent amènent un relâchement mental dans les modalités d’achat, de préparation, de consommation et de gestion des restes (Poulain, 2002).

5 Les liens entre gestes quotidiens (qu’elle appelle « maternage de proximité ») et gestes rituels sont mis au jour à partir de l’ethnographie du détail qu’elle promeut (Razy, 2004).

6 La netnographie (méthodologie qualitative complémentaire des entretiens), analyse les actes communicationnels de membres sur des blogs, des forums ou plus largement des réseaux sociaux afin de comprendre les questionnements autour des pratiques alimentaires gravitant autour de ces communautés. Pour une description (Dupuy, Rochedy & Sarrat, sous presse).

7 Notre conception prend de la distance avec la normalisation des repères nutritionnels liés à la diversification car ils reposent sur la théorie des stades de développement. Or celle-ci intègre peu la diversité des processus de socialisation et des sujets (Lallemand, 1997 ; Suremain, 2000 ; Suremain et Razy, 2012 ; Dupuy, 2013 ; 2015 ; Rochedy, 2017) et suppose un processus « maturationniste » chez l’enfant (Mollo-Bouvier, 1998 ; Turmel, 2006).

8 Les enfants enquêtés âgés de moins de 3 ans peuvent rencontrer des difficultés au niveau de la succion lors de l’allaitement, l’acceptation des morceaux ou encore pour les plus âgés la néophobie c’est à dire le rejet ou la résistance à la consommation de certains aliments nouveaux ou encore la réduction momentanée du registre alimentaire (Rochedy, 2017).

9 La production familiale de rituels qui contribue à instaurer et maintenir les relations intra et extra-familiales, est recherchée par les prescripteurs de la petite enfance.

10 De Suremain définit l’« entourage nourricier » comme étant l’ensemble des « personnes ou groupes de personnes qui influencent plus particulièrement (l’) alimentation (de l’enfant) et, par extension, sa socialisation » (2000 : 86). C’est nous qui modifions entre parenthèses.

11 Le regard porté par les parents sur leurs enfants est socialement et culturellement différencié (Bonnet et Pourchez, (eds.) 2007 ; Bonnet, Rollet et de Suremain (eds.), 2012 ; Diasio, 2015).

12 Fiese, Foley et Spagnola (2006) distinguent les routines des rituels du repas familial en montrant que le rituel comporte une charge émotionnelle et affective plus importante. En distinguant les familles plus enclines à faire des rituels que les autres, l’article glisse sur le terrain normatif et, par les préconisations apportées, témoigne de l’incitation à ritualiser le repas pour favoriser le bien-être de l’enfant et l’identité familiale.

13 Notre conception complexifie la notion d’« alimentation spécifique » (telle que mentionnée dans l’Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance - https://pandora.vjf.inserm.fr/doc/Mere1an.pdf) en considérant que la spécificité n’est pas restreinte à l’aliment ou au produit mais concerne aussi le contenant, les horaires, les lieux et les contextes sociaux des prises : un aliment familial (soit non spécifique) peut être perçu par les parents comme spécifique dès lors qu’il est contenu dans un récipient dédié à l’enfant par exemple.

14 Dans cette analyse, nous mettons l’accent sur le « cheminement alimentaire* » à partir des débuts de la diversification, notre population enfantine étant majoritairement constitué d’enfants diversifiés. Les questionnements sur les prises lactées permettent de repérer les rituels qui entourent les tétées (au sein ou au biberon). Pour une analyse des déterminants sociaux de l’allaitement, nous renvoyons le lecteur aux travaux de Gojard (2010). * Nous remercions les évaluateurs anonymes de la revue qui ont suggéré cette expression.

15 L’expression de la dimension affective renvoie à des normes en matière de puériculture. Comme marqueurs sociaux, elles font écho aux positions sociales des mères du corpus : celles qui valorisent la charge affective du moment et la séquence rituelle du biberon qui l’entoure ont toutes allaitées. Le biberon prolonge symboliquement l’allaitement.

Top of page

References

Electronic reference

Anne Dupuy and Amandine Rochedy, « Socialisations alimentaires et pratiques rituelles durant la petite enfance  », Anthropology of food [Online], Articles, Online since 11 March 2018, connection on 16 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/aof/8253

Top of page

About the authors

Anne Dupuy

Enseignant chercheur en sociologie, UMR5044-CERTOP Centre d’Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir, Université Jean-Jaurès ; anne.dupuy@univ-tlse2.fr

By this author

Amandine Rochedy

Post-doctorante en sociologie, UMR5044-CERTOP Centre d’Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir, Université Jean-Jaurès, amandine.rochedy@univ-tlse2.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page