Skip to navigation – Site map

La consommation du vin de palme au Cameroun 

anthropologie d’un prétexte touristique
The consumption of palm-wine in Cameroon : anthropology of a touristic pretext
Paul Ulrich Otye Elom

Abstracts

In Cameroon, the consumption of alcoholic products is a remarkable reality. In urban zones manufactured products are more appreciated than traditional ones; but it is possible to find some places where traditional drinks, such as the odontol made from palm-wine distillation, bil-bil, maize beer from the far-north of Cameroon or matango, the local name for palm-wine which interest us, are sold. In the cities, everyone agrees that it is better to consume this drink in rural areas. This is why gastronomic tourism linked to this drink has been developed. The present article aims to give the internal meanings which explain the food tourism and the consumption of palm-wine in a Cameroonian context.

Top of page

Full text

Introduction

1De toutes les boissons alcoolisées traditionnelles du Cameroun, le vin de palme demeure à l’évidence la plus consommée par les populations de ce pays. Aussi, faut-il admettre que par rapport aux autres, la concurrence est assez déloyale, de par sa facilité d’obtention, son accessibilité financière lorsqu’il est vendu et la valeur gustative qu’on lui accorde. Toutefois, il est important de préciser que sa consommation s’observe surtout dans la partie sud du pays, c’est-à-dire principalement dans les sept régions administratives que sont le Sud, le Centre, le Sud-ouest, le Nord-Ouest, l’Ouest, l’Est, le Littoral. Les trois autres régions que l’on regroupe généralement sous l’appellation de région septentrionale, composée de l’Adamaoua, le Nord et l’Extrême-Nord, ont comme boisson traditionnelle la plus consommée, la bière de maïs, localement appelée bil-bil. Il faut d’ailleurs reconnaître que la forte implantation de l’islam dans cette partie du territoire national n’en favorise pas une consommation des plus significatives, bien que beaucoup reconnaissent que même les musulmans en consomment, toutefois en cachette. Le vin de palme est ainsi une boisson appréciée par la plupart des consommateurs de boissons alcoolisées et sa vente dans les zones urbaines est une réalité indéniable. Cependant, les logiques commerciales qui impliquent la notion de marge bénéficiaire ne permettent pas dans ce contexte de lui accorder tout son potentiel gustatif. En effet, il est reproché aux commerçants d’adopter des pratiques telles que l’ajout d’eau dans le vin pour gagner plus d’argent. En outre, le plus souvent, les consommateurs trouvent son prix excessif. Tout cela fait que pour s’assurer de trouver du vin de palme de bonne qualité et à moindre coût, il faut se rendre dans les zones assez reculées de la ville ou carrément en zone rurale où l’on trouve des spécialistes de son élaboration. Le désir de consommer le vin de palme s’avère alors un prétexte pour quitter sa zone de résidence et justifier le désir d’évasion ou de loisir propre à tout individu. Le présent article ambitionne, sur la base des procédés méthodologiques et théoriques de l’anthropologie alimentaire, de montrer que la consommation du vin de palme peut permettre la compréhension d’un tourisme gastronomique. L’article sera donc structuré de la façon suivante : un exposé sur les choix méthodologique et théorique, une présentation synoptique du terrain de recherche, un rapport ethnographique sur la réalisation et la consommation du vin de palme, la présentation du lien entre le tourisme et la consommation du vin de palme, la monstration de la consommation de cette boisson comme prétexte touristique et enfin l’interprétation de la consommation du vin de palme à l’aune des principes de la gastronomie camerounaise.

Les choix méthodologique et théorique

  • 1 L’endosémie est un concept développé par l’anthropologue camerounais Mbonji Edjenguèlè. Pour lui, l (...)

2L’expérience ethno-anthropologique impose forcément un cheminement particulier dans la récolte des données ou, mieux, du matériau d’analyse, et le port d’un manteau théorique particulier dont l’exploitation pour l’intelligibilité desdites données n’est plus à démontrer. En anthropologie alimentaire, on peut se focaliser sur la méthode qualitative ou sur la méthode quantitative ; ou même encore, on peut faire intervenir les deux types de méthodes en fonction des objectifs qu’on s’est fixé. Pour le présent article, la méthode qualitative nous est apparue la plus appropriée. Afin de la rendre possible, les techniques de recherche suivantes ont été interpelées : l’observation-participante et les entretiens semi-directifs. Il s’agit d’observation-participante dans la mesure où nous avons effectué des recherches de terrain sans nous priver de la consommation de vin de palme. En outre, il faut préciser qu’il nous est déjà arrivé à plusieurs reprises de pratiquer ce type de tourisme. Il est important de dire ici que cette technique de recherche nous a permis de côtoyer les amateurs de ce tourisme gastronomique. Aussi, au final, avons-nous suivi les conseils de F. Xavier Medina (2004) qui préconise pour mieux comprendre les phénomènes alimentaires, d’avoir des liens étroits avec les informateurs ou si on veut des « rapports personnels » (Laplantine, 1996 : 17). Cela n’est pas loin de la vision d’Alex Mucchieli (1991 :12) qui conseille de privilégier « […] la logique propre des acteurs sociaux en prise avec le phénomène… ». Les entretiens individuels se sont déroulés en profondeur avec trois informateurs-clés, à savoir : deux habitués de ce type de déplacement et un fermentateur de vin de palme habitué à en recevoir. La construction du cadre théorique a été établie sur la base du principe de l’endosémie1 ou sens du dedans et de la contextualité propres à l’ethno-perspective de Mbonji Edjenguèlè (2005). Nous avons également fait appel au principe de l’incorporation symbolique développé par la socio-anthropologie du mangeur de Claude Fischler (1990). Les interprétations permettront de confirmer l’opérationnalisation de ce cadre théorique.

Le terrain de recherche

3Pour matérialiser ce travail méthodologique et théorique, nous avons opté pour deux groupes ethniques, les Ewondo de la Région du Centre et les Bulu du Sud-Cameroun. Toutefois, c’est surtout chez les Bulu que nous avons séjourné. A ce titre, la localité de Mfou qui se situe à une quinzaine de kilomètres de la Capitale du Cameroun, Yaoundé, et les localités d’Akok, Adjap-Biyeng et Zoua-Meyong dans la Région du Sud ont servi de cadre à la récolte des données.

L’élaboration et les interventions consommatoires du vin de palme

4Comme nous l’avons évoqué plus haut, deux groupes ethniques nous ont particulièrement intéressés : les Ewondo et les Bulu. Il sera néanmoins question ici de nous focaliser surtout sur la fermentation en contexte bulu qui diffère de celle des Ewondo. Pour ce qui est des interventions consommatoires, elles dépassent largement le cadre éwondo-bulu pour concerner la plupart des sociocultures camerounaises qui ont le vin de palme comme boisson alcoolisée traditionnelle.

L’élaboration du vin de palme chez les Bulu du Sud-Cameroun

5Nous parlons ici de l’élaboration du vin de palme en contexte bulu, d’une part parce que c’est dans cet univers culturel que nous avons effectué l’essentiel de nos séjours sur le terrain, et, d’autre part, parce que dans les autres sociocultures, existent des techniques différentes de consommation. Chez les Beti qui nous ont également intéressés, la sève de palme se recueille sur le faîte du palmier sans que l’on ait besoin de l’abattre, alors que chez les Bulu, le palmier est automatiquement coupé avant de procéder à la fabrication du vin. A titre de rappel, notons que dans cette communauté, le vin de palme est connu sous les noms de matango, ébus ou encore meyok m’alen.

6Aussi, après avoir abattu le palmier, on l’élague en enlevant toutes ses branches. Après cette opération, on se concentre essentiellement sur le faîte qu’on élague particulièrement au point de ne laisser que le cœur de la partie supérieure, éson en bulu, qu’on saigne habilement. On peut le dire, c’est cette extrémité qui est le « robinet » à vin, puisque c’est de là que s’écoule la sève qui tombe dans un récipient - de nos jours, on utilise le plus souvent un bidon. Ce sont les premières gouttes qui renseignent sur la qualité du futur vin. Si elles sont bien sucrées, alors cela augure d’un vin de palme de très bonne qualité. Dans le cas contraire, il faut abandonner la préparation.

7On va ainsi mettre dans le récipient supposé contenir le vin une écorce amère appelée ésok ou onyaé (Garcinia punctata) qui sert de stimulateur ou de fermenteur. On couvre le « robinet » avec des feuilles appelées okae kon, sorte de roseau dont le nom scientifique est Megaphrynium macrostachyum. Il est à rappeler que pour éviter que le vin ne tourne et ne devienne acide, l’on doit changer ces feuilles qui servent d’entonnoir au moins une fois tous les deux jours. On doit également s’assurer qu’elles ne soient pas exposées au soleil. Il faut en outre remplacer les écorces d’ésok au moins tous les cinq jours. L’émondeur ou fermentateur appelé ici nlen meyok, littéralement l’extracteur du vin, qui se mue souvent en distributeur, et est toujours le premier goûteur. Parlant de la distribution de la boisson traditionnelle, Mbonji Edjenguèlè (2009 : 248) qui prend en exemple les Bassa de Boumnyebel dans le Centre du Cameroun, décrit une situation de consommation en ces termes : « En ces lieux encore respectueux de la tradition, la consommation collective du vin de palme est sous-tendue par une répartition de rôles dont ceux de cueilleur, de distributeur, d’acheteur et de consommateurs invités ou non. Assis autour de la calebasse ou de la dame-jeanne ce jour, le distributeur se versa une première consommation dans le bol « traditionnel » obtenu à partir de la coque d’une noix de coco. Ces gorgées avalées par le passeur de vin sont une précaution d’usage destinée à rassurer l’assistance sur la qualité du vin, à montrer que le liquide est propre à la consommation, qu’il n’est point nocif, empoisonné. »

8Retenons cependant qu’outre le vin de palme, on retrouve en contexte bulu, les boissons alcoolisées de fabrication locale suivantes : l’odontol encore appelé ha’a, vin de palme ayant subi une distillation pour obtenir une liqueur claire très forte dont le goût, sans nous laisser aller à un certain comparatisme, se rapproche de celui du rhum ou du whisky. Il y a également le malamba, liqueur à base de la distillation de la canne à sucre ; le kpwet, fait à base de maïs fermenté ; quand le kpwet est distillé, il prend le nom de arki.

Les interventions consommatoires du vin du palme en contexte camerounais

9Il est intéressant de montrer ici les occurrences pour lesquelles le vin de palme est souvent sollicité dans notre contexte d’étude. En effet, s’il est vrai qu’on peut le consommer tous les jours par simple hédonisme alimentaire, rappelons que dans la plupart des événements festifs, notamment ceux qui se déroulent en zone rurale, et, même pour un bon nombre en contexte urbain, il est toujours présent.

10a-La consommation banale

11Par consommation banale du vin de palme, nous entendons une consommation qui ne nécessite pas un prétexte évènementiel particulier. Aussi, le vin de palme peut-il se consommer le matin avant de se rendre au champ ou à l’église par exemple, le soir quand on rentre des travaux champêtres, ou même à n’importe quel moment de la journée, en fonction des dispositions métaboliques et des disponibilités proxémiques des uns et des autres. Le vin de palme est ainsi, en zone rurale particulièrement, la boisson alcoolisée qui ne doit jamais manquer. C’est donc la boisson de base que consomme tout individu en âge de le faire, car faut-il le préciser, comme dans la plupart des cultures, l’alcool est une affaire d’adultes. Il faut même ajouter que seuls les adultes de sexe masculin ont le droit d’en exagérer. Les femmes en consomment, mais il leur est généralement demandé ou conseillé de faire preuve de beaucoup de modération. Parlant donc de la consommation banale, l’homme peut boire du vin de palme tous les jours, alors que la femme ou la jeune fille ne devrait en principe en consommer qu’occasionnellement.

12b-Les consommations circonstancielles

13Nous empruntons le terme « consommation circonstancielle » à Mme Antoinette Marcelle Ewolo Ngah qui, actuellement, peaufine une thèse de doctorat sur les aliments circonstanciels en contexte beti (Ewolo Ngah, en préparation). Par-là, nous entendons les consommations événementielles, festives, du vin de palme. Comme souligné auparavant, c’est d’abord au village et dans les zones péri-urbaines que ce type de consommation est le plus observable. Il est évident que dans ces contextes, le vin de palme intervient dans toutes les cérémonies, toutes sortes de festivités. Il ne peut donc pas manquer lors des mariages et des deuils ou encore des veillées nocturnes, des baptêmes et autres cérémonies ritualo-religieuses, de certaines pratiques thérapeutiques, des événements sportifs et des réunions de familles, etc. On retiendra donc que, quel que soit l’évènement, le vin de palme reste la boisson la plus présente.

Le vin de palme et le tourisme : éléments ethnographiques

14Une recherche sur le tourisme gastronomique nécessite évidemment que l’on s’arrête sur les raisons qui amènent les individus à accorder une attention particulière à tel ou tel produit alimentaire au point de lui consacrer un temps particulier pour en apprécier les saveurs. Pour le vin de palme, nous l’avons dit plus haut, il s’agit de la principale boisson traditionnelle, notamment chez les populations sylvestres. Sa consommation en ville sort de ce fait de son contexte d’origine. Ainsi pour mieux l’apprécier, l’on opte toujours pour un voyage en zone rurale ou péri-urbaine, là où l’on est encore près de la nature et là où l’on a la certitude de consommer du « pur » pour parler comme nos informateurs. Par « pur », l’on entend un vin de palme dont on ne soupçonne aucun frelatage, comme c’est le cas en zone urbaine. Un vin de palme qu’il est même possible de consommer en pleine forêt à côté du palmier qui le produit.

Les périodes de déplacement

15Pour se rendre dans les zones de consommation du vin de palme, il existe pour les des périodes permettant de mieux jouir de son séjour gastronomique. Comme pour toute excursion touristique, les week-ends et les congés sont les plus sollicités, ce qui subsume que le séjour peut varier d’à peine une journée à plusieurs jours, voire des semaines. Généralement, les individus qui travaillent en zone urbaine attendent le vendredi et le samedi pour se rendre dans les zones de consommation. En pays éwondo, nous avons ainsi pu constater que pour ceux qui se rendent dans la ville de Mfou située à quelques kilomètres de la capitale Yaoundé et ses environs, les consommateurs attendent le plus souvent le samedi matin et rentrent à Yaoundé en fin d’après-midi. Ils peuvent aussi s’y rendre un peu plus tard dans la soirée pour un retour la nuit tombée. En zone bulu comme nous l’avons constaté, les périodes de déplacement sont similaires à celles en zone éwondo pour les individus qui résident aux environs des lieux du tourisme. Le voyage peut se faire seul ou en compagnie de quelques amis qui partagent la même passion pour ce type de tourisme.

16Cependant, le vin de palme attire également des consommateurs prêts à effectuer de longs déplacements. On peut ainsi quitter Yaoundé ou Douala pour Ebolowa, chef-lieu de la Région du Sud, situé respectivement à 150 km et 300 km de ces villes. Pour ceux-là, tout le week-end, c’est-à-dire de vendredi à dimanche, est occupé. L’attrait pour le vin de palme peut aussi se faire pendant les périodes de congé. Ceux qui pratiquent ce type de tourisme disent généralement : « je m’en vais au village pour manger de la viande de brousse et boire du bon vin de palme ». L’adjectif « bon » ici n’est donc pas fortuit. Il traduit comme souligné plus haut, la qualité indéniable de ce vin de palme. Qualité que l’on ne peut trouver que si l’on se rend au village, en zone rurale. Notons en filigrane que tous les villages éwondo-bulu produisent la boisson ; cependant, selon les circonstances rotatives, l’on admet qu’il existe certains villages qui ont les meilleurs experts dans l’art de faire du « bon vin de palme ». Nous entendons par-là que le meilleur fermentateur peut être issu de tel village aujourd’hui; puis plus tard, après des semaines, des mois, voire des années, de tel autre village.

La commande du vin de palme

  • 2 En effet, il peut arriver que l’on décide de couper un palmier pour le vin de palme, même si sa pla (...)
  • 3 1euro=656 francs cfa. Cela montre le faible coût de la boisson.

17Le tourisme alimentaire lié à la consommation du vin de palme peut se faire en arrivant spontanément dans la zone de consommation et demander ainsi in situ que l’on cherche un producteur du précieux nectar. Précisons qu’il existe des personnes qui font de la production du vin de palme leur principale activité économique. Néanmoins, tout individu adulte de sexe masculin est un potentiel producteur. On compte ainsi sur le fait qu’il est difficile, voire impossible, de ne pas trouver la boisson dans toute la contrée, la boisson ne connaissant pas une saisonnalité particulière. Les palmiers peuvent être sauvages ou plantés pour la production des noix de palme2. Le producteur de la boisson propose alors un prix qui varie, comme dans la plupart des transactions économiques, en fonction de l’offre et de la demande. Aussi peut-on trouver le vin de palme à 200 francs CFA3 le litre quand il abonde et jusqu’à 300 francs CFA le litre lorsqu’il est rare. On peut également faire une commande à l’avance. En fonction du nombre de personnes conviées à la dégustation, on demandera au « fermentateur » de fournir une quantité spécifique de boisson. Il est aussi essentiel de préciser que la commande de vin de palme ne se fait pas toujours sur la base d’une transaction monétaire. Le fermentateur peut le fournir « gratuitement » au touriste. Nous mettons « gratuitement » entre guillemets parce que même si le consommateur ne donne pas d’argent, on attend de lui d’autres services hic et nunc ou bien dans l’avenir. On comprend qu’il s’agit effectivement d’une vente informelle, où le cueilleur est libre de fixer les prix comme il l’entend, en tenant néanmoins compte de la notion de l’offre et de la demande.

Les lieux de dégustation du vin de palme

18Nos investigations ont permis de mettre en évidence trois principaux lieux de consommation du vin de palme : le lieu de vente, le domicile d’un tiers et le lieu de production.

19a-Le lieu de vente

20Il s’agit ici de l’endroit où l’on écoule le vin de palme. Emprunté à la série télévisée burkinabé « les bobodioufs », les Camerounais connaissent ces lieux sous l’appellation de chapallo ou tchapallo. Il s’agit d’un point de vente situé soit en plein air, soit à l’intérieur d’un hangar qui, généralement, n’a pas de mur. Parfois, la vente se fait simplement au pied d’un arbre, un manguier par exemple. Ici, on consomme le vin de palme dans un verre localement appelé tais-toi. De plus en plus, on utilise aussi des bocaux en verre ayant auparavant contenu des produits manufacturés. Le verre coûte généralement cent francs CFA. Le client consomme donc plusieurs verres, avec pour objectif d’atteindre l’état d’ébriété qui lui convient.

21b-Le domicile d’un tiers

22La maison d’un individu peut également servir de cadre de consommation du vin de palme pour le touriste. Dans ce cas, il s’agit d’aller chercher la boisson alcoolisée dans son lieu de production ou de l’acheter chez un producteur. Le domicile sollicité est dans la plupart du temps, un domicile dont le propriétaire entretient des accointances particulières avec les consommateurs. En d’autres termes, tous les consommateurs présents sont comme des invités. De toutes les façons, étant en zone rurale, on devine aisément que le touriste est en famille, si l’on tient compte du fait que dans ce contexte, tous les individus partagent plus ou moins des liens de parenté. Il peut néanmoins s’agir d’un ami de la famille ou même tout simplement un étranger à qui l’on offre l’hospitalité. Notons que ce lieu est souvent le plus sollicité par les touristes.

Figure 1 : L’auteur en pleine dégustation dans la cour d’un domicile à Ebolowa dans le Sud-Cameroun

Figure 1 : L’auteur en pleine dégustation dans la cour d’un domicile à Ebolowa dans le Sud-Cameroun

Crédit : Auteur

23c-Le lieu de production

24Le lieu de production que les Bulu appellent nko’o meyok, traduisons littéralement « le tronc d’arbre à vin », désigne le palmier abattu duquel la sève s’écoule. Il peut se trouver à proximité du village ou un peu plus loin dans la brousse. Les consommateurs sont donc appelés à se déplacer pour aller déguster le vin de palme directement sur le site de production. Il s’agit ainsi d’accompagner le nlen meyok au moment de la récolte journalière, ou de l’une des récoltes journalières si l’on admet qu’en une journée, la récolte peut se faire plus d’une fois. Le vin, bu sur le site, a la réputation d’être ainsi meilleur. Il faut toutefois préciser que le lieu de production vers lequel on se rend le plus souvent est celui du meyo’o m’alen, vin produit par le palmier à huile. Le meyo’o me zam ou vin produit par le palmier raphia se trouvant en zone marécageuse, les consommateurs hésitent souvent à s’y rendre, de peur de s’embourber.

Figure 2 : L’auteur sur un site de production de vin de palme en compagnie de l’émondeur

Figure 2 : L’auteur sur un site de production de vin de palme en compagnie de l’émondeur

crédit : auteur

La consommation du vin de palme comme prétexte touristique

25Dans le titre de notre article, l’expression prétexte touristique est assez évocatrice, quand on sait que le prétexte est une allégation pour dissimuler, éviter de révéler les vraies raison d’un acte. En rattachant cela au tourisme gastronomique lié à la consommation du vin de palme, nous voulons montrer que l’argument gustatif ici est mis en avant tout simplement pour ne pas évoquer les autres raisons du déplacement. S’il est vrai que le touriste ici consommera effectivement du vin de palme durant son séjour, il est évident que les réelles motivations de son déplacement sont le plus souvent ailleurs. Quand bien même la consommation de la boisson est le réel motif du déplacement, il n’en demeure pas moins qu’il existe d’autres raisons (voir la famille et les amis, changer simplement d’air, assister à un événement, …). Dans cette rubrique de l’article, nous allons nous employer à présenter les deux situations : la consommation du vin de palme comme élément premier du déplacement et la consommation du vin de palme comme élément secondaire du déplacement.

26Le premier cas de figure, il faut l’avouer, n’est pas assez courant dans la mesure où la migration touristique ici est presque toujours empreinte d’autres raisons comme le fait de s’évader, de changer d’air, donc de quitter son biotope résidentiel pour décompresser. On l’admet surtout pour les déplacements en zone péri-urbaine. Et là on peut aisément douter qu’il s’agit simplement de consommer du vin de palme, puisqu’on peut le commander à domicile si on veut. Force est donc d’admettre que même si les informateurs que nous avons pu interroger disent se déplacer uniquement pour un motif dégustateur, il existe d’autres plaisirs recherchés. On peut dès lors se permettre d’apparenter un tel déplacement à un « tourisme des racines » (Fourcade, 2010), dans la mesure où le touriste s’emploie à une redécouverte de ses origines ethniques, voire même simplement africaines dans la mesure où le terroir d’appartenance ne constitue pas le seul lieu de déplacement.

27Dans le deuxième cas de figure, le fait pour un individu de dire qu’il effectue un déplacement pour consommer du bon vin de palme s’avère souvent d’abord une circonlocution. Par circonlocution, Jean-Pierre Ombolo (2000 : 53) entend : « […] une forme d’expression linguistique qui ne désigne pas directement certaines réalités par leurs noms ; on utilise à la place de ces derniers des termes évoquant des réalités de même nature ou de même genre, mais de qualité moindre ou dégradée, de rang secondaire ou de forme rudimentaire ». La mise en avant consommatoire de la boisson n’est donc qu’un prétexte pour justifier son déplacement. Il s’agit en réalité de dire que l’on va prendre l’air ailleurs pour se détendre. Pour le touriste qui se rend dans son village ou sa contrée d’origine, il est en réalité question de retourner dans son terroir pour se ressourcer. Donc de revoir ses frères, les membres de sa famille, ses amis, ses parents, bref, des individus avec qui il partage des liens plus ou moins étroits.

Le vin de palme comme expression de l’ailleurs

28Prendre la consommation du vin de palme comme prétexte touristique fait ainsi de la boisson alcoolisée un symbole de l’ailleurs. Il montre ainsi le bris d’une certaine monotonie marquée par les tracasseries du quotidien, les vicissitudes de la vie. Dire qu’on s’en va consommer la boisson s’avère de ce fait être le symbole de découverte d’un univers autre que celui de tous les jours. L’ailleurs ou univers du village va se révéler un univers de détente, de solidarité mécanique, c’est-à-dire une solidarité expurgée de tout intérêt purement personnel. Il se révèle également un univers de convivialité, sans hypocrisie, sans artifice, bref, un univers de fraternité. Aussi, à l’univers du vin du palme, on peut opposer l’univers de la bière et/ou des autres boissons alcoolisées manufacturées, qui est l’univers de la ville, du stress. Univers marqué le plus souvent par un manque de sincérité. Il s’agit alors d’un univers où les coups bas sont permis et d’ailleurs ne surprennent pas. C’est donc l’univers de la concurrence exacerbée où l’on est susceptible de se méfier de celui qui invite.

Le vin de palme et l’exigence du commensalisme

29La consommation du vin de palme est presque toujours collective. Cela subsume logiquement que le tourisme gastronomique lié à sa consommation s’avère généralement un tourisme de groupe, ou du moins un déplacement où le touriste va partager sa passion alimentaire avec d’autres personnes qu’il connaît le plus souvent. Il peut s’agir des membres de sa famille ; famille au sens large du terme. En d’autres termes, les oncles et tantes, cousins et cousines, neveux et nièces, grands-parents, etc. sont concernés. Il peut aussi s’agir d’amis et de connaissances. Toujours est-il qu’il s’agit d’un plaisir gustatif presque toujours partagé, dans la mesure où « La commensalité crée du lien. Dans visiblement toutes les cultures, manger la même nourriture équivaut à produire la même chair et le même sang, faisant ainsi de nous des commensaux plus semblables et nous rapprochant l’un de l’autre[…] Si manger un aliment nous change un peu en lui, alors le partage d’une même nourriture nous fera davantage nous ressembler les uns aux autres. » (Claude Fischler, 2012 : 286).

30Cette exigence du commensalisme fait de la consommation du vin de palme un moment de fraternité, d’union, comme nous l’avons vu plus haut. Toujours est-il que les commensaux ici sont ceux avec qui l’on entretient des liens particuliers et l’individu qui consomme seul son vin de palme est rejeté par les autres membres de sa communauté.

Figure 3 : Un exemple de situation commensale du vin de palme dans un village bulu

Figure 3 : Un exemple de situation commensale du vin de palme dans un village bulu

source : Thèse de Doctorat/Ph.D de l’auteur

Le vin de palme comme rapprochement avec la nature et la surnature

31Par le fait de permettre à l’individu de sortir de l’urbain pour le rural, de la « civilisation » à l’arrière-pays comme diraient certains, la consommation du vin de palme s’avère aussi pour le touriste des retrouvailles avec un environnement qui n’a pas encore été significativement transformé par l’homme. Il est important de retenir que : « Dans les perceptions du touriste, le lien est établi entre les cultures alimentaires et les lieux : manger local à la consommation symbolique d’une terre, d’une région, d’une province, de son climat, de son paysage… » (Poulain et al. 2012 : 1341). Vu dans ce sens, le touriste cherche ainsi à entrer en communion avec cette nature, c’est-à-dire ces arbres, ces rochers, ces herbes, ces animaux, etc. qu’il lui est difficile de voir dans son environnement urbain habituel. C’est même la raison pour laquelle beaucoup préfèrent le consommer à proximité du tronc qui le produit. Lieu qui peut se trouver assez loin du village et où le contact avec la nature est encore plus fort. Aussi près de la nature, le touriste met à profit son déplacement pour rétablir le lien avec la surnature, donc avec ses ancêtres, les génies, les forces intangibles dont, en contexte africain, on sait qu’ils ont aussi une influence dans la vie de tous les jours. C’est donc un moment où le touriste leur fait comprendre, comme il le fait comprendre aux vivants d’ailleurs, qu’il n’a pas oublié ses origines, qu’il se souvient d’eux et qu’ainsi ils ne doivent pas l’oublier et lui donner des bénédictions. S’il n’est pas plus souvent présent, c’est simplement parce qu’il est tenu par d’autres obligations, parce qu’il doit assurer sa survie en ville où les pressions socioprofessionnelles ne permettent pas toujours de se libérer.

Le vin de palme comme affirmation de la personnalité

32Lors de nos recherches pour l’obtention du diplôme de Doctorat/Ph.D (2012), nous avons montré qu’en contexte bulu et ce dans plusieurs sociocultures africaines, « l’homme qui ne boit pas n’est pas homme ». En utilisant des guillemets, nous voulons simplement montrer qu’il s’agit d’une expression populaire ici. Aussi, consommer du vin de palme est non seulement une façon de s’affirmer en tant qu’individu, mais aussi une habitude alimentaire qui lui permet de s’insérer dans l’indivis social. Celui qui ne consomme pas de boisson alcoolisée va ainsi être marginalisé par ses pairs. Le vin de palme est alors la boisson par excellence pour montrer que l’on est un « vrai Bulu ». En d’autres contextes, il permet de montrer que l’on est un vrai Bassa, un vrai Duala, un vrai Eton, etc. En se déplaçant pour aller consommer du vin de palme, le touriste met en quelque sorte en exergue son attachement aux valeurs de son terroir. Cela donne ainsi à observer une consommation de boissons alcoolisées que beaucoup jugeraient comme exagérée. Pour ce qui est du vin de palme, il faut reconnaître que sa consommation plus ou moins abusive est très tolérée par rapport à celle des autres boissons alcoolisées. On lui reconnaît de ne pas être agressif et d’avoir de ce fait des effets négatifs très limités. L’ébriété qu’elle cause est aussi jugée comme très temporaire et laisse l’organisme sans effets secondaires sérieux. Qu’à cela ne tienne, les Beti-bulu possèdent des éléments alimentaires qui permettent d’inhiber sérieusement les effets de l’alcool dans l’organisme. On peut citer entre autres : le ndon ou maniguette odorante (Aframomum melegueta) et l’abeu ou noix de kola (Cola acuminata).

Figure 4 : Maniguette odorante et noix de kola : deux éléments qui inhibent les effets de l’alcool

Figure 4 : Maniguette odorante et noix de kola : deux éléments qui inhibent les effets de l’alcool

Source : Thèse de Doctorat/Ph.D de l’auteur

Le vin de palme comme alicament

33L’une des raisons pour lesquelles le vin de palme attire les touristes, c’est qu’on lui reconnaît les qualités d’un aliment-médicament ou « alicament » pour adopter une littérature diététicienne. En effet, au-delà de ne provoquer qu’un éthylisme jugé très négligeable, on estime qu’il soulage particulièrement les maux de ventre et/ou les prévient. Ce pouvoir guérisseur vient notamment de l’écorce de Garcinia punctata qui, d’après certains spécialistes des savoirs thérapeutiques, permet de soulager ce type d’affections. Certains disent également de cette boisson qu’elle a des vertus aphrodisiaques. En outre, le vin de palme, mélangé à d’autres écorces, est utilisé pour l’amélioration du lait maternel. Notons qu’auparavant, lorsqu’une femme décédait des suites d’un accouchement, on utilisait le vin de palme pour l’alimentation du nourrisson dans le cas où on ne pouvait lui trouver une nourrice. Ces propriétés thérapeutiques de la boisson alcoolisée et d’autres que nous n’avons pas énumérées ici, constituent également une raison importante pour le déplacement des touristes. Bien qu’il demeure vrai que « Dans toutes les sociétés humaines, on observe la consommation de boissons fermentées dont la teneur en alcool varie, mais dont l’effet intoxicant semble plus recherché que l’intérêt nutritionnel » (De Garine, 1979 : 14), il n’en demeure pas moins vrai que les sociétés camerounaises ont su en faire une boisson alcoolisée aux effets néfastes assez nuancés.

Les principes de la gastronomie africaine et la consommation du vin de palme comme argument touristique

  • 4 D’ambroisie : « nourriture des dieux ». Il s’agit en réalité d’un abus de langage pour montrer que (...)

34Déjà évoqués dans l’un de nos articles (2016), les principes de la cuisine africaine que l’on peut d’ailleurs appliquer à d’autres réalités culturelles permettent d’avoir une compréhension des habitudes alimentaires en allant au-delà du simple de visu. Pour comprendre pourquoi le vin de palme fait l’objet d’excursion touristique, nous allons faire intervenir les principes suivants : le principe de l’attachement culturel, le principe de l’hédonisme, le principe de l’incorporation symbolique, le principe de l’événementialité, le principe de la médicalisation, le principe de « l’ambroisiation4 ». Ces principes montrent à suffisance que pour saisir les logiques alimentaires d’une socioculture, il faut tenir compte de l’endosémie ou sens du dedans qui « […] pose que toute culture articule ses actes, ses pratiques, ses modèles de comportement autour d’une sphère de sens, un lieu de justification sociale évidente ou à déchiffrer, sans laquelle et hors de laquelle justification tout trait culturel étranger à l’observateur devient étrange, bizarre, etc. » (Mbonji Edjenguèlè, 2005 : 95)

Le principe de l’attachement culturel

35Par ce principe, nous comprenons que les principaux touristes du vin de palme sont généralement des individus originaires du même terroir qui veulent retrouver en quelque sorte leurs racines. Aussi, comme montré plus haut, le vin de palme symbolise le retour aux sources, la redécouverte de ses valeurs culturelles. L’insertion dans l’indivis social d’origine, donc de reconnaître que l’on n’a pas encore été « corrompu » par le contact avec d’autres cultures. Nous sommes ainsi d’accord avec Jean Pierre Poulain (2012 : 38) qui estime que la consommation de l’alcool est porteuse des fonctions suivantes : intégration/distinction, tisser les liens sociaux, lubrifiant social. Accolées à notre contexte d’étude, on retient ceci : distinction/intégration, car le « vrai Bulu » est celui qui consomme le vin de palme et c’est à cela que l’on lui reconnaît une place dans la caste des adultes ; tisser des liens sociaux, si on admet que le fait de se retrouver dans les lieux de consommation de cette boisson renforce les liens existant entre les individus et crée de nouveaux rapports par le biais du commensalisme ; lubrifiant social, dans la mesure où le touriste peut exprimer librement ses opinions, parler de ses déboires en zone urbaine, bref, comme un exutoire, il peut, sans crainte d’une sanction, parler de sa vie quotidienne et par-là recueillir les avis des uns et des autres.

Le principe de l’hédonisme

36La consommation du vin de palme fait également intervenir les comportements hédoniques, dont le but on le sait est de procurer un plaisir gustatif au consommateur. Il ne s’agit donc pas de consommer du vin de palme pour le consommer, mais surtout et d’abord de consommer du bon vin de palme, c’est-à-dire un vin de palme ényan, « piquant » en bulu. Dans ce contexte, le mot ényan traduit un vin de grande qualité, dont les propriétés éthyliques sont intéressantes, dont le goût en bouche procure des sensations exaltantes. Aussi, comme le piment, condiment le plus prisé dans le répertoire alimentaire des Beti-Bulu et qui procure cette sensation, « Le vin est aussi supposé être ényan pour être réellement apprécié. » (Otye Elom, 2015 : 116). Il est à ce titre différent d’un vin de palme ekpwasan ou ekpwasolé, c’est-à-dire un vin sans réelle consistance éthylique, un mauvais vin de palme, bref un vin de palme qui n’a aucune sinon très peu de considération hédonique. En buvant ce type de vin, le touriste est donc forcément déçu et rentre de son voyage peu satisfait.

Le principe de l’incorporation symbolique

37Ce principe développé par Claude Fischler (1990) révèle que la consommation d’un aliment traduit une certaine consubstantialité qui fait du consommateur ce qu’il consomme. En d’autres termes, le simple hédonisme ou du moins les simples propriétés organoleptiques de l’aliment ne suffisent pas pour l’intégrer dans le répertoire alimentaire d’une socioculture comme modèle. L’aliment est également chargé de symboles que l’anthropologue ne saurait négliger. Pour ce qui est du vin de palme, retenons qu’il symbolise l’intégration de l’individu dans la caste des adultes. L’amertume produite par l’écorce de Garcinia punctata en est l’illustration parfaite, dans la mesure où en contexte beti-bulu, l’amer est le goût des adultes, des vrais hommes. Cela fait du sucré le goût des enfants, le goût des bibis ou des non-initiés. Aussi, en consommant le vin de palme, le touriste s’affirme non seulement comme membre de sa culture, mais aussi comme membre ayant une place de choix dans la société. Sans oublier que l’amertume ici symbolise aussi le bien-être physique, la virilité. Sa couleur n’est d’ailleurs pas loin de faire référence au liquide séminal. Pour la femme gestante qui le boit, il est synonyme d’amélioration et d’abondance du lait maternel, de par sa couleur et sa présence permanente dans l’espace social.

Le principe de l’événementialité

38L’événement traduit une situation particulière donnant lieu à des manifestations inhabituelles. Il n’est donc pas rare que le touriste gastronomique, pour expliquer son déplacement, prenne comme prétexte un événement particulier auquel il se doit d’assister. « J’ai été nommé, je m’en vais boire du vin de palme avec mes frères » : voilà par exemple l’une des phrases que peut dire un touriste. Même si cela n’est pas très fréquent, l’événement, une cérémonie particulière au terroir, des festivités en un lieu précis peuvent servir d’argument pour un tourisme gastronomique. En tant que « support gustatif » pour parler comme Jacques Fame Ndongo (1989 : 41), le vin de palme est en quelque sorte l’expression de l’abondance d’alcool. S’il en manque, cela traduit un certain misérabilisme. Voilà pourquoi, il est toujours évoqué lorsque l’on veut parler d’un événement festif.

Le principe de la médicalisation

39Nous l’avons déjà évoqué, la consommation du vin de palme permet de soulager un certain nombre d’affections. Nous n’allons donc plus nous attarder sur ce sujet. Il s’agira juste de repréciser que toute consommation alimentaire en contexte africain permet de mettre l’accent sur la valeur médicinale des aliments ingurgités. Pour le vin de palme, il y a cette ambiguïté alimentaire, car sa consommation subsume non seulement la recherche de ce que nous appelons l’empoisonnement volontaire du corps dû à sa toxicité éthylique, mais aussi au désir de trouver des solutions à des problèmes de santé. Par ce principe, nous voulons montrer que le touriste ambitionne aussi de faire un nettoyage, une purification de son organisme, intoxiqué si on peut le dire par les produits chimiques consommés en zone urbaine. Toutefois, il s’agit également d’une purification symbolique liée au fait que l’on a été en quelque sorte sali par la ville. Le retour au village, symbole de nature traduit alors une certaine renaissance.

Le principe de « l’ambroisiation »

40Pour certains anthropologues alimentaires, l’ambroisie, par abus de langage, s’entend comme l’aliment le plus apprécié d’une société. Il peut aussi s’entendre comme un aliment classé parmi les meilleurs, parmi les plus considérés par les membres de la communauté. S’il est vrai que de tels aliments sont consommés par des humains, ils revêtent parfois une certaine sacralité, ce qui en fait des consommateurs des personnes qui se rapprochent des divinités, car frappés le plus souvent de certains interdits. Pour ce qui est des nourritures chez les Bulu, la viande de serpent entre dans cette catégorie d’aliments. Pour les boissons traditionnelles, il faut reconnaître que le vin de palme tient une place de choix, dans la mesure où il est consommé quasi-automatiquement par tous les adultes. Les autres boissons alcoolisées sont assez craintes du fait de leur fort taux d’alcool donc, susceptibles, si consommées en abondance, de provoquer des dégâts sérieux dans l’organisme. Le vin de palme devient alors l’ambroisie en ce sens qu’il est la boisson alcoolisée la plus appréciée, la plus consommée, la plus produite par la communauté. Ce principe met également en exergue la fonction discriminatoire ou encore « la discrimination gustative » (Hladik, 1996 : 2007) de la consommation du matango, faisant de lui pour paraphraser Antoinette Marcelle Ewolo Ngah (2007 : 90), « la boisson archétypale du patriarche beti-bulu », car revêtant une certaine sacralité.

Conclusion

41Le tourisme gastronomique organisé pour la consommation du vin de palme est une réalité au Cameroun, notamment chez les individus originaires des zones forestières où il est le plus produit, au vue de la prolifération dans ces lieux, du palmier à huile et du palmier-raphia. Il s’agit ainsi généralement de quitter les zones urbaines pour les zones rurales ou périurbaines afin de se détendre, s’évader dans un environnement que l’on qualifie de moins stressant que celui dans lequel on vit au quotidien. Ce type de tourisme s’avère ainsi une façon de quitter le cosmopolitisme de la ville pour retrouver la singularité ethnique à laquelle l’on s’identifie. Aussi, en parlant de la consommation du vin de palme comme prétexte touristique, il s’agit de montrer que cette boisson se révèle un aliment-modèle ou mieux une boisson-modèle, un aliment-référence dans l’univers culturel sous étude. Il ne constitue pas sinon très rarement l’unique raison du déplacement et, est une manière pour le touriste de signifier son attachement à ses valeurs culturelles. Pour développer notre propos, nous avons pris l’exemple des Bulu du Sud-Cameroun ; toutefois, on peut faire le même constat chez les Bassa, les Yambassa, les Bamiléké, bref dans d’autres cultures du Cameroun. En tant qu’élément du patrimoine alimentaire de plusieurs sociocultures camerounaises et même africaines, nous pensons ainsi qu’il est temps de valoriser la consommation du vin de palme auprès des univers culturels non-africains, afin de favoriser un tourisme gastronomique qui pourra se révéler plus rentable.

Top of page

Bibliography

EWOLO NGAH A.M. 2007. //Mendim//me//zon// : «Mets des aubergines». Contribution à une approche anthropologique des habitudes alimentaires des Bulu du Sud-Cameroun. Mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies en anthropologie culturelle. Yaoundé : Université de Yaoundé 1.

FAME NDONGO J. 1989. Un Regard africain sur la communication. A la découverte de la géométrie circulaire. Yaoundé : Editions Saint-Paul.

FISCHLER C. 1990. L’Homnivore. Le goût, la cuisine et le corps. Paris : Odile Jacob.

FISCHLER C. 2012. « Commensalité », in J.P. Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires : 271-285. Paris : Quadrige/Presses Universitaires de France.

FOURCADE M.B. 2010. « Tourisme des racines », in Téoros [Online], 29-1, mis en ligne le 1er juin 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http//teoros.revue.org/483.

GARINE I. (de) 1979. « Culture et nutrition », Communications. 31. La nourriture. Pour une approche bio-culturelle de l’alimentation: 70-92.

HLADIK C.M. 1996. «Perceptions des saveurs : aspects méthodologiques de l’acquisition et de l’interprétation des données », in A. Froment et al. (ed.) Bien manger et bien vivre. Anthropologie alimentaire et développement en Afrique intertropicale : du biologique au social : 99-108. Paris : L’Harmattan/ORSTOM. 

LAPLANTINE F. 1996. La Description ethnographique. Paris: Nathan.

MBONJI EDJENGUELE 2005. L’Ethno-perspective ou la méthode du discours de l’ethno-anthropologie culturelle. Yaoundé: Presses Universitaires de Yaoundé.

MBONJI EDJENGUELE 2009. Santé, maladies et médecine africaines. Plaidoyer pour l’autre tradipratique. Yaoundé : Presses Universitaires de Yaoundé.

MEDINA F.X. 2004. « « Tell me what you eat and you will tell me who you are ». Methodological notes on the interactions between researchers and informants in the anthropology of food», in H. Macbeth et J. Mac Clancy (ed.) Researching food habits. Methods and problems: 55-62. New-York: Berghahn Books.

MUCCHIELLI A. 1991. Les Méthodes qualitatives. Paris: Presses Universitaires de France.

OMBOLO J.P. 2000. Quand l’homme mangeait de l’homme. Yaoundé : Presses Universitaires d’Afrique.

OTYE ELOM P.U. 2012. Alimentation et santé chez les Bulu du Sud-Cameroun. Contribution à une ethno-anthropologie de l’aliment-remède. Thèse de Doctorat/Ph.D en anthropologie médicale. Yaoundé : Université de Yaoundé 1.

OTYE ELOM P.U. 2015. « L’Ozan ou le désir pruritique de « manger bon » chez les Bulu du Sud-Cameroun : une anthropologie de l’addiction au piment en négro-culture », Cahiers Erta. 7 Addictions : 107-121.

POULAIN J.P. 2012. « Alcool », in J.P Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires: 34-40. Paris : Quadrige/Presses Universitaires de France.

POULAIN, J.P., TIBERE, L. et BESSIERE, J. 2012. « Tourisme et alimentation », in J.P. Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires : 1337-1343. Paris : Quadrige/Presses Universitaires de France.

Top of page

Notes

1 L’endosémie est un concept développé par l’anthropologue camerounais Mbonji Edjenguèlè. Pour lui, l’endosémie ou sens du dedans renvoie au dictionnaire de sens que la culture produit pour expliquer une réalité. Il s’agit en quelque sorte de la vision du monde d’une communauté sur un phénomène particulier.

2 En effet, il peut arriver que l’on décide de couper un palmier pour le vin de palme, même si sa plantation au départ était pour récolter des noix de palme.

3 1euro=656 francs cfa. Cela montre le faible coût de la boisson.

4 D’ambroisie : « nourriture des dieux ». Il s’agit en réalité d’un abus de langage pour montrer que certains aliments revêtent un caractère de sacralité ; ce qui fait que ceux qui les consomment, bien qu’ils ne soient pas des dieux, s’en rapprochent symboliquement en les consommant. D’ailleurs, les Bulu appellent certains mets comme la vipère ou la sainte cène bidi bi zambe ou nourriture des dieux, pour dire que ce n’est qu’avec la permission divine que l’on peut les consommer.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : L’auteur en pleine dégustation dans la cour d’un domicile à Ebolowa dans le Sud-Cameroun
Credits Crédit : Auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/8766/img-1.jpg
File image/jpeg, 400k
Title Figure 2 : L’auteur sur un site de production de vin de palme en compagnie de l’émondeur
Credits crédit : auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/8766/img-2.jpg
File image/jpeg, 472k
Title Figure 3 : Un exemple de situation commensale du vin de palme dans un village bulu
Credits source : Thèse de Doctorat/Ph.D de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/8766/img-3.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Figure 4 : Maniguette odorante et noix de kola : deux éléments qui inhibent les effets de l’alcool
Credits Source : Thèse de Doctorat/Ph.D de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/8766/img-4.jpg
File image/jpeg, 52k
Top of page

References

Electronic reference

Paul Ulrich Otye Elom, « La consommation du vin de palme au Cameroun  », Anthropology of food [Online], 13 | 2018, Online since 03 July 2018, connection on 21 September 2018. URL : http://journals.openedition.org/aof/8766

Top of page

About the author

Paul Ulrich Otye Elom

Anthropologue, Université de Maroua, Cameroun, Département de Sociologie et Anthropologie, papzilla2001@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page