Skip to navigation – Site map

Pesteil : Les productions alimentaires en Corse, 1769-1852

Isabelle Bianquis

Full text

Philippe Pesteil, Les productions alimentaires en Corse. 1769-1852. Ajaccio, éditions Alain Piazzola, 2016, 331p.

1Philippe Pesteil, anthropologue spécialiste de la Corse, professeur à l’Université de Brest, nous offre un livre d’ethno-histoire dédié aux produits alimentaires. Un ouvrage dense, richement illustré et passionnant à découvrir. Le lecteur pourra s’étonner à la vue du sous-titre du choix d’une période extrêmement délimitée, mais les bornes proposées sont explicitées. L’année 1769 renvoie à la bataille de Ponte Novu, véritable défaite de la République corse cédée par Gênes à la France un an auparavant. L’année 1852 signale le début du Second Empire et annonce la transition vers la Corse contemporaine. La période est intéressante, car elle porte la volonté des Français de développer une île qui leur était à peu près inconnue en mettant en place des moyens de progrès qui vont se heurter à des pratiques et coutumes encore bien enracinées.

2L’auteur annonce d’emblée son ambition, il souhaite dresser un panorama « à but didactique et ne vise pas à retracer une diachronie de l’évolution de la nutrition en Corse » (p. 11). Dans ce sens, l’ouvrage se veut « un aperçu des denrées disponibles tirées d’un corpus essentiellement envisagé dans l’autoproduction » (p. 11). Ph. Pesteil va réaliser ce projet en exploitant des sources intérieures et extérieures comme le plan terrier, le questionnaire de l’An X, des témoignages de voyageurs, des rapports et mémoires ; autant d’abondants matériaux ethnographiques.

3Le questionnaire de l’An X occupe une place de choix dans cet ensemble. Adressé aux maires des communes et aux juges de paix qui répondent en italien, ce document de 260 questions permettra d’établir des statistiques. Ph. Pesteil a dépouillé 182 formulaires accompagnés parfois de documents annexes et en a extrait de nombreuses informations aussi bien statistiques que qualitatives. D’autres documents très instructifs sont exploités comme les rapports des préfets Arrighi et Pietri ou encore les lettres de Paléologue, un jeune agronome qui va consacrer son énergie à tenter d’introduire le progrès technique en Corse.

4Il faut se souvenir, écrit Ph. Pesteil dans son avant-propos, que la période révolutionnaire et post-révolutionnaire a mis en place une administration investigatrice et idéologiquement impliquée qui va développer des études statistiques destinées à rendre compte de la réalité du terrain dans le cadre nouveau des départements. Ces sources viennent compléter celles de l’Ancien Régime et des rapports des commissaires génois.

5L’ouvrage est structuré en deux grandes parties. La première propose une description générale de l’alimentation des Corses, tandis que la seconde traite plus précisément des productions et ressources (céréales, châtaigniers, oliviers, arboriculture, vin, légumes secs, miel, viande, fromage, chasse et pêche).

6La première partie, très riche et très agréable à lire, fourmille de détails sur les pratiques alimentaires, mais aussi sur le contexte humain et agricole, les techniques, les disparités alimentaires selon le sexe, les changements. Philippe Pesteil n’hésite pas à livrer des témoignages hauts en couleurs, souvent bien peu élogieux, des administrateurs ou des voyageurs jugeant à l’aune de leurs cultures respectives. Cela étant, des constantes se dégagent dans leurs appréciations : les Corses se caractériseraient par leur frugalité, leur sobriété, mais aussi par leur goût pour la querelle et leur peu d’entrain au travail. En 1825, dans le Bulletin de la société des sciences agricoles et économiques, le médecin Joseph-Marie-Joachim Vigarous note que le Corse est « pauvre et très sobre » et que « le travail auquel il se livre ne va guère au-delà de ses besoins ce qui nuit au développement de toute industrie et arts et qui explique le stade juvénile de l’agriculture » (cité p. 315). L’accent est également mis sur le morcellement excessif des terres, « cette division des propriétés s’étend à un point qui étonne une personne qui n’est jamais allée en Corse. Non seulement les terres sont morcelées çà et là ; mais il arrive souvent que dans le même champ le sol appartient à un propriétaire et les arbres à un autre » écrit un auditeur au Conseil d’État en 1811 (cité p. 58). De nombreux récits associent cette région à un véritable pays de cocagne. En 1844, l’abbé de Lemps écrit « La Corse, quoique négligée par ses habitants, ennemis des travaux champêtres, elle [la vie] fait éclore de son sein les fruits de divers climats, et étale partout avec un luxe inouï sa prodigieuse fécondité… C’est au milieu d’une terre inculte, c’est au milieu des ronces et des makis, et souvent même sur des rochers arides, que la nature verse dans cette île ses dons les plus précieux. Bienfaitrice trop généreuse, elle nourrit l’indolence de ses enfants qui n’ont qu’à se baisser pour cueillir les trésors semés sous leurs pas » (cité p. 44). Un rapport de 1838 relate : « l’île de la Corse serait susceptible de devenir une colonie des plus riches et des plus florissantes. Ses habitants ont plus d’intelligence qu’il n’en faut pour devenir un peuple industrieux… mais on n’avancera pas d’un pas vers les améliorations tant que les mœurs demeureront dans leur situation actuelle. Ce sont essentiellement les mœurs qu’il faut changer, cet esprit de vendetta et de division qu’il faut anéantir… » (cité p. 60).

7Philippe Pesteil passe en revue les conditions sociales, économiques et politiques qui permettent de comprendre les particularités de la Corse : la difficulté à cultiver les plaines en raison de la malaria, le manque de main d’œuvre, l’immigration italienne, le statut juridique des terres ou encore la structure sociale sont autant de points d’entrée d’une réalité complexe qui irrite les développeurs.

8La seconde partie de l’ouvrage entend proposer une description des types de produits en l’accompagnant de statistiques et de commentaires sur les ensemencements, les récoltes, les rendements, les procédés de conservation, les lieux de conservation, les maladies, les échanges entre régions. L’auteur réussit particulièrement bien à retracer l’importance du marché et la circulation en interne des productions. On apprend ainsi que : « Meria vend son vin, Tomino et Olcani évoquent le commerce avec Livourne où le vin est vendu pour se procurer du blé ; Poggio di Nazza vend des glands de chênes, du lin et Rapale et Monticello l’huile d’olive. Souvent les communes de l’intérieur excédentaires en châtaignes manquent de céréales. L’échange se fait soit produit contre produit soir en différé « châtaigne l’hiver et prise de blé l’été » (p.126).

9Le lecteur découvre que les piliers de l’alimentation corse reposent sur la châtaigne, l’olive, le vin, le miel ou encore les légumes secs, la viande et les fromages… chacun de ces aliments se voyant consacré un chapitre spécifique. Les sources convoquées, et en particulier le questionnaire de l’an X, fournissent de nombreuses indications sur le contenu des jardins potagers ou encore sur les techniques de conservation tout en tenant compte des fortes disparités qui séparent les villages.

10Légumes et fruits occupent une place mineure dans la diète, tandis que « l’autre versant de l’alimentaire est constitué par l’élevage et ses dérivés procurant la viande, la salaison et les laitages » (p. 227). Dans le chapitre intitulé « Élever pour la viande », il est moins question de la viande en tant que produit alimentaire que des effectifs du bétail par région, des techniques de pâture, des conditions d’élevage. Le lait et le fromage apparaissent, eux, comme des « piliers alimentaires » et la question 152 du questionnaire de l’an X interroge très explicitement les savoirs techniques ; comment fait-on le fromage ? Comment se conserve t-il ? Les réponses varient et sont parfois très instructives, car très précises. Outre cette source, Ph. Pesteil relève par exemple dans les mémoires du préfet Arrighi que « le fromage et le broccio que font les paysans sont très bons et forment la ressource principale d’un grand nombre de cantons » (cité p. 256). Enfin, chasse et pêche font également l’objet de deux chapitres même si les produits que le Corse en retire restent relativement marginaux dans l’alimentation. Outre ces données, l’auteur livre ici encore nombre de témoignages et jugements comme par exemple celui émis par le baron de Beaumont dans ses Observations sur la Corse  paru en 1824 : « Indépendamment des ressources que la nature a placées au-dessus et au-dessous du sol, les poissons qui abondent à la côte pourraient être l’objet d’un grand commerce : à peine a-t-il quelque développement. Je citerai Algajola, commune maritime, à proximité d’un canton populeux : elle ne contient pas un seul pêcheur, et pourtant ses habitants ne sont adonnés à aucun genre d’industrie. Ils attendent, les bras croisés, qu’une gondole arrive de Naples pour exploiter leurs parages et leur vendre leur poisson » (cité p. 276).

11En conclusion, l’auteur rappelle que la Corse n’est pas plus en retard que d’autres régions rurales à cette époque, mais que les nouveaux dirigeants, après l’intégration de l’île à la France, ont cherché immédiatement à voir comment rentabiliser cette nouvelle acquisition. Or le contexte doit être restitué et certains auteurs du xixe siècle ont montré que les réticences à l’innovation étaient multifactorielles : l’influence de la culture italienne ; la pratique de la vendetta (les auteurs préconisent de recycler l’énergie guerrière et le sens de l’honneur en « dynamisme productif ») ; le fonctionnement communautaire qui apparaît comme archaïque. Enfin, la construction du libéralisme ne se fera pas sans inciter les Corses à produire au-delà de leurs besoins et surtout à mettre à profit leurs terres. Afin de bâtir les fondements d’une croissance libérale, l’État devra donc s’affirmer et imposer une stratégie « pour mettre la Corse en ordre de bataille dans l’économie de marché en train de se construire » (p. 317).

12En mettant l’accent sur une période peu traitée de l’histoire économique de la Corse, Philippe Pesteil nous propose une recherche tout à fait originale, qui dépasse de loin la description des productions alimentaires. Il réussit le pari de réunir dans un même texte une lecture de la société corse à un moment critique de son histoire, une Corse rurale avec ses ressources, ses pratiques, son fonctionnement social et une lecture du rapport qu’elle entretient avec l’État auquel elle est rattachée et qui attend d’elle des transformations. Ce tiraillement entre deux modèles et l’interrogation sur la notion de progrès sont particulièrement bien documentés et traités.

Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Bianquis, « Pesteil : Les productions alimentaires en Corse, 1769-1852 », Anthropology of food [Online], book reviews, winter 2019, Online since 06 March 2019, connection on 23 May 2019. URL : http://journals.openedition.org/aof/9171

Top of page

About the author

Isabelle Bianquis

anthropologue, Université de Tours ; isabelle.bianquis@univ-tours.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page