Skip to navigation – Site map

Le développement des boucheries et snacks halal agréés AVS, entre logiques commerciales et religieuses

De l'ethnique à l'éthique ?
From ethnicity to ethics. The spread of AVS certified halal butcher and kebab shops, between commercial and religious justification
Alice Franck and Jean Gardin

Abstracts

This paper seeks to identify what is at stake in the transition from "ethnic to ethical" claimed by some French halal meat certification organizations, particularly by AVS (At Your Service). This formula postulates that consumers evolved in three decades from a position of confidence to a general mistrust engendered by the industrial character of slaughterhouse practices. This formula also summarizes the objective of the AVS certification organization: to provide consumers with products in which they can trust again, thanks to traceability processes that guarantee the ethical and religious qualities of meat. Based on qualitative data, our work discusses the role – allegedly dominant- of consumers' choices. We demonstrate the pioneer role of butchers in offering halal products in which they invest meanings, but without succeeding in recreating trust. We highlight a dynamic tension between what an industrial sector can offer, and consumers who are suspicious of the same sector but who have to be part of its mechanisms.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Notre travail s'inscrit dans le cadre d'un programme-amorce de recherche intitulé « Mort animale, r (...)
  • 2 L'utilisation de ce terme problématique fait référence « à une époque où les conflits de classes se (...)
  • 3 Nous nous accordons dans cet article avec tous les auteurs qui montrent qu'il n'existe pas de norme (...)
  • 4 « Le marché du halal est en forte croissance : 59 % des musulmans interrogés affirment consommer sy (...)

1Les lieux de commercialisation de la viande connaissent de profondes mutations. Les boucheries artisanales subissent la concurrence des grandes surfaces, où une part grandissante de la viande est vendue découpée, transformée et emballée en accroissant la distance entre le consommateur final et les processus techniques et symboliques qui assurent le passage des animaux vivants à la viande que l'on mange. Or, dans cet article1 nous nous intéressons à un type de boucheries qui semble pourtant très bien résister à cette concurrence et qui marque de manière forte les paysages urbains dans ces quartiers parfois qualifiés d'« ethniques » - avec toute la somme d'ambiguïtés que ce terme suggère2. Il s'agit des boucheries « halal3». Nous ne nous interrogerons pas ici sur la place de ces boucheries dans le paysage commercial des centralités migratoires urbaines mais plutôt sur un processus de distinction qui affecte ces dernières en fonction du degré supposé de respect du rituel ayant fait passer des animaux vivants à la viande consommable. Dans un marché du halal en forte croissance4 et en pleine structuration (Bergeaud-Blacker et Bernard 2010 ; Bergeaud-Blacker 2012, 2015) on assiste en effet à la multiplication des labels et des organismes de certification qui témoigne pour partie de la crise de confiance dont sont l'objet les produits halal en France. Nous nous demandons donc comment l'émergence d'un nouveau type de certification halal – il sera ici question de l'organisme certificateur AVS (A votre service) – reconfigure les espaces, les acteurs et les produits de la filière viande et prétend reconnecter la mise à mort des animaux aux consommateurs. Le rituel ainsi contrôlé et garanti au consommateur doit alors faire passer le commerce de la viande halal « de l'ethnique à l'éthique ». L'expression, tirée de l'un de nos entretiens avec le responsable de la communication d'AVS, indique la volonté de structurer le marché du halal autour de normes éthiques (et rituelles) par opposition aux anciennes générations de musulmans dont la confiance dans les produits carnés était censée reposer sur l'interconnaissance et la proximité culturelle entre clients et détaillants (Brisebarre, 1998).

  • 5 L'étude s'appuie sur une vingtaine d'entretiens menés à Lyon, Paris, Pantin et St Denis (93) de 201 (...)
  • 6 Si les consommateurs n'ont pas fait l'objet d'une enquête proprement dite dans le cadre de cet arti (...)
  • 7 C'est en s'inspirant des abattoirs de Chicago qu'Henri Ford a forgé les règles du travail posté, pa (...)

2Notre enquête de terrain qualitative, menée auprès d'AVS, de bouchers, de transformateurs et de snacks halal certifiés ou non par AVS5, montre que ce nouveau contrôle et cette garantie passent en fait par une chaîne de production industrielle particulièrement technologisée, qui, elle, peine à fournir ce qu'on lui demande : une viande « éthique » (Bergeaud-Blacker, 2017). Des tensions autour des choix en matière de modèle de production, et autour de la qualité des produits certifiés halal se font en effet sentir aussi bien au sein de l'organisme de certification halal AVS, qu'entre les différents certificateurs, les détaillants et leurs certificateurs, et enfin auprès des consommateurs musulmans6. Du dilemme à la contradiction, il n'y a qu'un pas. En effet l'action d'AVS ou d'autres certificateurs, commence à l'abattoir et se termine au snack ou chez les bouchers et garantit ainsi le respect d'un rituel dont les normes ne sont pourtant pas unifiées. Mais, paradoxalement, cette certification ne dit rien des autres qualités de la viande (qualités d'origine, qualités du traitement boucher, qualités sanitaires, gustatives, ou en matière de bien-être animal). Or, cette action certificatrice s'inscrit dans le cadre d'un marché massifié de la viande qui a lui-même servi de modèle au développement de toutes les grandes chaînes industrielles7. Nous parlons ici de viande et donc d'animaux issus d'insémination artificielle et transportés d'un bout à l'autre de l'Europe en lots et en individus identifiés numériquement, de carcasses et cagettes suivies par des codes-barres de l'abattoir au détaillant. Un modèle industriel qui interroge aujourd'hui un nombre croissant de consommateurs, y compris musulmans et auquel la certification halal serait une réponse. C'est cette réponse que nous allons essayer d'analyser en portant une attention particulière aux acteurs à l'origine des mutations actuelles de la certification halal.

  • 8 Dans la terminologie religieuse, halal renvoie au licite, c'est-à-dire ce qui ne relève pas d'une o (...)
  • 9 Voir par exemple Brahami et Otmani, 2010; Al-Qaradawi, 2005 ou le site Al Kanz : http://www.al-kanz (...)
  • 10 Entretien 2015.

3On décrira donc dans un premier temps le développement pour l'instant minoritaire mais en forte croissance d'un type particulier de commerce dirigé vers des consommateurs musulmans soucieux des caractères halal des produits carnés consommés8. Au prix d'une recherche méticuleuse de la licité des pratiques, une partie des consommateurs musulmans cherche en effet - via des discussions, des blogs, des sites dédiés, ou des livres nourris des conseils d'autorités religieuses9 à établir les limites des bonnes pratiques sur un marché du halal en voie de développement et de diversification. La question de la perte de confiance est centrale dans ce phénomène: « tout le halal c'est du haram pour moi 10» nous indique un boucher parisien certifié AVS, en désignant les boucheries qui s'affichent halal sans autre preuve que l'origine maghrébine supposée du gérant.

4La description de l'aventure d'AVS nous amènera dans un second temps à analyser la dynamique socio-spatiale de ce déploiement commercial. Nous verrons que le mouvement prend son origine dans quelques boucheries pionnières parisiennes pour se diffuser dans la banlieue avant d'essaimer dans certaines grandes villes. Le succès de la certification fait alors adhérer les bouchers selon une logique plus commerciale, moins « éthique » et plus « suiviste ».

  • 11 Sur ce sujet voir notamment le numéro de Hommes et Migrations consacré aux migrations au prisme de (...)
  • 12 « Dans ce contexte de mondialisation, il apparaît que les pratiques de consommation les plus partic (...)

5Dans un troisième temps, l'analyse du cas AVS nous amènera à nous pencher sur l'apparition d'une catégorie de consommateurs musulmans aux préoccupations « post-coloniales ». « Post » signifiant ici qu'elle n'a plus grand-chose à voir avec les logiques migratoires même si cette histoire-là marque encore ses espaces de vie et ses débats11. Au travers des choix entre de multiples formes de halal, cette catégorie s'inscrit sans équivoque dans une société française12 où les modes de consommation de qualités servent aussi « à classer celui qui classe » (Bourdieu, 1979). Pour autant ces nouveaux modes de consommation du rituel sont porteurs de leur propre contradiction : la confiance supposément restaurée par l'effort de traçabilité assuré par AVS se trouve battue en brèche par cette même démarche-qualité et l'institutionnalisation de normes concurrentes. Ces normes embarquent bouchers et certificateurs dans un mouvement général de suspicion et de dénigrement.

  • 13 La dimension spirituelle sinon religieuse est notamment prégnante dans la biodynamie. Elle se retro (...)

6Pour conclure, nous nous interrogerons alors sur ce qui, dans la certification des commerces halal, relève d'une dynamique générale de l'industrie. Une dynamique qui pousse à distinguer des marchés de niches grâce à des « démarches qualités » parfaitement comparable à ce qui se passe dans d'autres segments (Bonnaud et Joly, 2012.) n'ayant a priori rien à voir avec le fait religieux. L'aventure du halal peut alors rappeler celle d'un autre segment : celui des produits « biologiques »13. C'est le rapport ambigu à l'industrie de toutes ces démarches-qualité (industrie à qui elles empruntent ses techniques de traçabilité et de transparence) qui explique alors largement à la fois la suspicion dont elles sont l'objet et le caractère rigoriste de leurs réponses.

Les origines : une success story de la proximité

  • 14 Entretien AVS 2015.

7D'Anne-Marie Brisebarre à Florence Bergeaud-Blacker, les spécialistes de la consommation carnée des musulmans de France, comme les études sur les musulmans en Europe soulignent le fait que jusqu'à la décennie 1980-1990, la question du caractère halal des produits carnés est rarement posée comme problème public (Brisebarre, 1998, 2014 ; Bergeaud-Blacker et Bernard, 2010 ; Göle, 2015). C'est également ce qui ressort de nos nombreux entretiens avec les praticiens de la viande qui soulignent unanimement le fait que les anciennes générations se contentaient d'avoir un boucher musulman, « de dire salam aleykoum »14 en entrant dans la boutique pour considérer que la viande était halal. Cette confiance qui se passait de rituel d'abattage, ou du moins qui passait par d'autres voies que la labellisation marchande est alors remise en cause. C'est dans ce contexte qu'émerge l'association AVS.

Une réussite dans le 93 : une entreprise associative de 150 salariés fondée par des « petits beurs de banlieue »15

  • 15 Entretien, X. Boucher à Paris 2016.
  • 16 Avant que Charles Pasqua, en 1994, dans le contexte de la guerre civile algérienne et soucieux de c (...)
  • 17 Entretien, AVS, janvier 2016.
  • 18 Cette expression pertinente du journaliste Claude Askolovitch est tirée de l'ouvrage Nos Mal-aimés, (...)
  • 19 Ces qualificatifs de « strict et fiable » se retrouvent dans la bouche des consommateurs interrogés (...)
  • 20 Il arrive ainsi, aux dires d'un informateur d'AVS, que l'on licencie un agent qui a eu « confiance  (...)
  • 21 Prix indiqué en entretien en janvier 2016. D'autres structures enquêtées (boucheries de proximité, (...)

8Fondé en 1991, premier organisme de certification halal en France16, AVS se définit par son nom « A votre service », c'est-à-dire « au service de la communauté17 ». Cette communauté dans laquelle les membres fondateurs sont par ailleurs intégrés au niveau de la ville de Saint Denis, dans le 93, autour de sa salle de prière et du centre cultuel Tawhid qui la jouxte. Les récits des origines sont convergents : ce sont d'abord trois jeunes gens qui s'inquiètent de la qualité des aliments qu'ils mangent en famille. Ils décident alors de contrôler par eux-mêmes l'origine des produits consommés. L'idée et le mode opératoire leur sont fournis par X, un boucher du 18ème arrondissement de Paris qui tient commerce près du métro Stalingrad. Depuis 1986, animé par de fortes convictions religieuses, ce dernier se rendait déjà de lui-même à l'abattoir pour vérifier de visu les conditions d'abattage des animaux dont il achetait les carcasses et dont il vendait la viande. Les trois « petits beurs de banlieue » ont commencé par relayer le boucher, lui évitant de pénibles matinées commencées à deux heures du matin à l'abattoir de Meaux. De manière à pouvoir proposer le même service à d'autres commerçants de détail, il leur fallut mettre en place un système étendu de traçabilité largement inspiré de la cacherout juive. Un des fondateurs d'AVS était lui-même un juif converti à l'Islam qui a cherché auprès des juifs orthodoxes « comment organiser le rigorisme »18, mais d’une manière simplifiée et moins onéreuse que le modèle afin de demeurer abordable pour une clientèle au faible niveau de ressources. En résumé, un produit certifié AVS doit provenir d'un abattage effectué par ou en présence d'un de ses agents qui vérifie la conformité de l'acte avec un cahier des charges considéré par les consommateurs comme strict et fiable19. Sans rentrer dans le détail, la règle générale est que l'agent AVS est responsable devant sa hiérarchie mais surtout devant Dieu : il ne certifie que ce qu'il voit20. Du point d'abattage au conditionnement (pour les viandes transformées), plusieurs agents AVS travaillent sur la chaîne logistique et en différents lieux reliés par une traçabilité inspirée de diverses expériences industrielles et aujourd'hui inséparables des NTIC (p.e. pictogrammes codés échangés par le biais de smartphones). L'intervention d'AVS en abattoir ou en atelier de transformation est facturée 0.135 euros par kilo de viande, prix versé à AVS par l'abattoir ou l'atelier et répercuté sur l'acheteur21. AVS assure donc bien une reconnexion entre l'espace de mise à mort des animaux et la boucherie, et donc le consommateur final.

Une dynamique impulsée par des commerçants de « semi-proximité »

9Aux débuts d'AVS, on trouve donc des bouchers. Deux récits montrent l'interpénétration chez ces derniers des logiques religieuses, éthiques et commerciales.

10X et Y ont des points communs. Ils sont musulmans, issus de familles de bouchers et tiennent tous deux boutique en région parisienne. X est d'origine algérienne et est installé à Stalingrad depuis trente ans. Y est d'origine mauricienne et a quitté sa boucherie parisienne pour ouvrir à Pantin un atelier de salaisons halal dès les années 1980. Ils expliquent tous deux leur engagement précoce avec AVS par leur refus de « vendre de la merde ». Ils veulent « de la qualité pour la communauté ». X fustige les bouchers maghrébins « qui achètent des bas-morceaux à Rungis », tandis qu'Y a fait l'expérience d'une boucherie « française » aux Lilas auprès de laquelle « les bouchers arabes venaient acheter la poubelle pour faire des merguez ».

  • 22 Ce point est corroboré par Hassoun dans son article sur le développement industriel de la feuille d (...)

11X explique que les trois « petits beurs de banlieue » étaient venus chercher son aide car l'accueil des bouchers de Saint Denis leur aurait été très négatif dans un premier temps. Il est intéressant de souligner qu'AVS ait trouvé une première écoute chez les bouchers parisiens. L'explication tient au fait que, aux dires de Y, les boucheries casher de Belleville (dans lesquelles il a débuté) comptaient déjà dans leur clientèle des musulmans, sans doute parmi les plus soucieux des conditions rituelles et sanitaires de l'abattage des bêtes et de la préparation de la viande22.

12Si on parle ici de réseaux de proximité, on voit qu'il ne s'agit pourtant pas de proximité immédiate. AVS, pour se lancer, doit déjà bénéficier d'un contexte de crise de confiance de la part d'une petite frange de la population musulmane qui commence à formaliser un problème au sujet du halal, et qui le contourne en ayant recours aux boucheries casher. Il s'agit donc déjà d'une clientèle relativement aisée, soit parisienne, soit qui consent à faire le déplacement jusqu'à Paris pour trouver la viande qui lui convient.

  • 23 Avec Achahada, une association issue d'une scission au sein d'AVS, créée en 2004, et domiciliée à l (...)
  • 24 Entretien AVS, janvier 2015. Sur l'extension du service de certification aux snacks, il est intéres (...)

13Les bouchers sont si présents au début de l'aventure que les fondateurs d'AVS désireux d'assurer l'indépendance de la structure – seule garante de leur intégrité – refusent au milieu des années 1990 l'adhésion et la cotisation de ces derniers à l'association afin de ne pas devenir un organisme de la profession. Il faut dire que cette période est marquée par l'entrée en lice de nouveaux certificateurs sous l'impulsion de Charles Pasqua, Ministre de l'intérieur qui confie et organise la distribution des licences de certification via la Grande Mosquée de Paris, ensuite rejointe par Evry-Courcouronnes et Lyon. A ce moment-là, AVS affirme donc tout à la fois son indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et vis-à-vis des logiques mercantiles. L'association prospère alors avec une image d'intégrité au service de la communauté, alors que, après l'entrée des trois grandes mosquées dans le paysage, le nombre des organismes de certification explose. Le positionnement d'AVS sur le marché est donc caractérisé par son rigorisme dont il étend les services en commençant à partir de 1998 à certifier non seulement des produits, mais aussi des boucheries et des snacks. Ils sont aujourd'hui, en 2018 encore quasiment les seuls à proposer ce service23. Le cahier des charges est là aussi considéré comme particulièrement strict. Le boucher a l'obligation d'ouvrir sa boutique une fois par jour au contrôleur AVS, les snacks deux fois par jour. Le contrôleur vérifie que tous les produits carnés vendus sont certifiés AVS et conservés dans de bonnes conditions d'hygiène. Le commerçant doit conserver tous ses emballages et pouvoir justifier de son débit de vente. La durée de la visite ne doit pas excéder quelques minutes, de manière à éviter toute entente frauduleuse entre le contrôleur et le contrôlé. La certification est gratuite pour les boucheries (car ils ne vendent que des produits AVS déjà taxés), payante pour les snacks « car on considère que le snack c'est du confort, pas une nécessité… c'est comme la nouvelle demande des restaurants… la nouvelle génération de ceux qui mangent dehors »24. D'une certaine manière, l'absence de surtaxe sur les boucheries, sa présence sur les snacks (et on le verra plus bas, dans les ateliers de salaisons) marque l'existence d'une priorité donnée à la viande non transformée, à la consommation directe de produits cuisinés à la maison. Une autre explication tient sans doute aux rapports de force entre certificateurs et industriels et commerçants lors de la négociation.

Logiques ethniques, logiques éthiques et logiques commerciales

Une logique de diffusion dans des espaces commerciaux maghrébins et concurrentiels

14Les préoccupations des fondateurs et initiateurs d'AVS étaient clairement éthiques : une mise en conformité avec leurs visions de la communauté, de la foi et de la qualité des produits, l'essentiel étant de ne pas mentir aux consommateurs. D'où l'objectif affiché de passer de « l'ethnique à l'éthique ».

15A ce titre, la cartographie des boucheries certifiées AVS apporte quelques compléments intéressants. En effet, les premières boucheries certifiées sont situées à Saint Denis et dans les arrondissements du nord de Paris, elles se déploient ensuite sur l'ensemble de l'agglomération parisienne et sur Lyon et Saint-Etienne au début des années 2000. La success story d'AVS s'inscrit alors dans l'espace du commerce dit « ethnique », c'est à dire dans les quartiers périphériques (ou non) de Paris et Lyon mais toujours dans des espaces fortement marqués par les migrations maghrébines.

CARTE 1. La présence des boucheries certifiées AVS en France

CARTE 1. La présence des boucheries certifiées AVS en France

CARTE 2. Dynamiques du déploiement spatial des boucheries certifiées AVS en île de France

CARTE 2. Dynamiques du déploiement spatial des boucheries certifiées AVS en île de France

CARTE 3. Dynamiques du déploiement spatial des boucheries certifiées AVS dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

CARTE 3. Dynamiques du déploiement spatial des boucheries certifiées AVS dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

16Quand AVS s'installe à Lyon, c'est via des boucheries de Vénissieux, Villeurbanne et Vaux en Velin, et les implantations plus centrales correspondent à des « centralités immigrées » bien étudiées comme « la place des hommes-debout » (Battegay, 2003).

17A Paris l'opposition centre et périphérie est nettement redoublée par une opposition Est (nombreux commerces certifiés)/Ouest (quelques rares établissements). Une seule boucherie certifiée AVS se trouve dans les arrondissements centraux : celle qui est située au pied de la Grande Mosquée de Paris, sans qu'elle n'ait d'ailleurs de lien institutionnel avec elle.

  • 25 Voir par exemple le travail de master 2 de Raphaël Lo-Duca (2015) qui comporte un descriptif de l'e (...)
  • 26 Entretien, St Denis, janvier 2016.

18Il faut cependant relativiser la success story d'AVS. Dans la région lyonnaise et dans la région parisienne, nous estimons, sur la base de nos informations25, qu'AVS ne certifie pas plus d'une boucherie réputée halal sur dix, ce qui n'empêche évidemment pas les autres de vendre aussi des produits AVS en même temps que d'autres produits certifiés (ou non) par un des multiples organismes concurrents. Par ailleurs, ces localisations dans des centralités commerciales immigrées ne recoupent pas complètement des centralités musulmanes, mais des centralités maghrébines. En effet, les commerçants d'origine turque semblent réfractaires à la certification AVS comme nous l'indique le responsable d'AVS rencontré en 2015 et comme nous le confirme le gérant d'un kebab turc de St Denis qui nous met au défi « de trouver un compatriote certifié AVS » 26. Le dépassement des réseaux « ethniques » invoqué comme objectif par AVS trouve ici une première limite.

  • 27 Entretien, Responsable AVS, 2015.

19Enfin, l'implantation, clairement urbaine et métropolitaine, ne parvient pour l'instant pas à s'étendre à Marseille, Lille, Bordeaux ou Toulouse. C'est que la certification des commerces réclame des liens sociaux, commerciaux et militants pour l'instant insuffisants dans ces grandes villes. A Lyon, l'implantation a d'ailleurs été difficile dans le début des années 2000. Aux dires d'un boucher lyonnais, AVS n'arrivait alors pas à fournir les quantités correspondant au débit de la boutique et une période d'ajustement a été nécessaire. A Marseille « ce n'est même pas la peine d'y penser, on a essayé, on a laissé tomber »27, tant les conditions commerciales y sont différentes et les réseaux d'entrepreneurs liés encore aux échanges transméditerranéens (Tarrius et Massaoui, 2000 ; Peraldi, 2001).

Logiques de la justification : les pionniers et les autres

20Les données d'enquête auprès des bouchers donnent différents ordres de justification de la certification selon les lieux et les dates d'implantation. On peut nettement séparer les pionniers des suiveurs. Pour les pionniers, la certification de la boucherie relève de l'acte personnel, de la mise en conformité avec la foi. X revendique ainsi sa motivation religieuse. De même à Lyon, les deux premières boucheries AVS, fondées dans les années 2000 ont fait le choix de la certification AVS alors que la marque n'était pas encore connue localement et que la chaîne logistique n'était pas encore capable de fournir les produits désirés. Les contextes locaux liés à la « communauté » furent pour ces pionniers, particulièrement importants. L'implication des fondateurs d'AVS dans la vie communautaire à Saint Denis, notamment au centre Tawhid a renforcé leur crédibilité. A Lyon, ce sont les controverses liées à la fondation de la Grande mosquée de Lyon en 1994 qui ont décidé les premiers bouchers à franchir le pas, notamment lorsque la Grande mosquée est devenue elle-même un organisme certificateur. Pour un des pionniers rencontrés, c'est ce qui a permis d'ouvrir le débat sur le halal chez les consommateurs lyonnais. Là encore, l'engagement communautaire à Lyon d'un des membres influent d'AVS a sans aucun doute joué un rôle.

21Mais au-delà des pionniers, la logique change. Les données d'enquête auprès des bouchers de Saint Denis certifiés au cours des années 2005-2015 indiquent clairement que le choix de la certification est un choix commercial : les clients connaissent maintenant la marque, le logo et les tampons AVS, signe pour eux de qualité. Les boucheries certifiées bénéficient alors d'un avantage commercial dont ils font la publicité, mais dont ils s'ouvrent désormais aux chercheurs avec moins de patience et de passion. Un des meilleurs entretiens réalisés eu d'ailleurs lieu lors d'une pause –déjeuner des enquêteurs, dans un des snacks de Saint Denis où le patron nous a indiqué qu'AVS, en plus de son intérêt commercial, pouvait être utilisé comme un auxiliaire de sa politique d'hygiène en lui signalant lors des visites quotidiennes, les points faibles de son système de stockage, éventuellement répréhensibles en cas de visite des services sanitaires départementaux.

22Chez ces suiveurs, le logo officiel d'AVS est bien mis en évidence, en vue des clients, généralement derrière la caisse. Mais il est aussi redoublé sous forme d'images lumineuses, quand ce n'est pas l'enseigne elle-même qui est repeinte aux couleurs de l'association de certification. Anne Raulin parle de « scénographie commerciales » (Raulin, 2000). Clairement, dans un espace commercial très concurrentiel, les boucheries AVS se servent de la certification comme d'un gage de qualité, et sans doute donc, d'une politique de prix un peu plus haut. AVS devient alors non seulement un signe de stricte halalité, mais aussi un signe tout bonnement de qualité de la boucherie, un élément de distinction en même temps qu'un élément de standardisation, un peu comme fonctionnent les franchises commerciales. Cette tension entre religiosité et marketing commercial est également décrite par Patrick Haenni dans son analyse de l'effervescence actuelle de l'économie de la consommation musulmane : « […] le halal, le licite, dans cette configuration, tend à renvoyer non seulement la conformité à un interdit, mais également à une certaine éthique faite de religiosité, mais de beaucoup d'autres choses aussi allant du souci individualiste de la santé, à la volonté de commerce équitable » (Haenni, 2008 : 2).

Le prix du succès

23Le revers de la médaille c'est que le succès d'AVS ne démarre pas et ne peut s'expliquer uniquement par les commerces de proximité. L'association a acquis sa notoriété par la présence dans les boucheries, épiceries, superettes et grandes surfaces de saucisson halal industriel.

  • 28 Par exemple en envoyant par avion ses contrôleurs travailler dans un abattoir roumain qui leur rése (...)

24Ainsi les produits AVS ne sont pas absents ou inconnus dans des villes telles que Bordeaux, Marseille, etc. pourtant dépourvues de boucheries ou snacks certifiés. Le premier travail d'AVS est de certifier des produits. Il le fait pour la viande fraîche et peut ainsi travailler dans des espaces d'abattage éloignés de Lyon ou Paris, comme à Guingamp, Auxerre, et même à l'étranger, en Pologne ou en Roumanie28. Mais surtout, travaillant sur des viandes transformées, notamment avec la marque industrielle dominante du marché : Isla Delice (jusqu’en 2012), il certifie des charcuteries vendues en grande, moyennes et petites surfaces comme des salamis de dinde ou de bœuf. Ces produits se retrouvent sur l'ensemble du territoire national ou sont exportés. De fait, la « marque » AVS acquière ainsi une notoriété bien au-delà, et bien en avance de l'avancée des snacks et boucheries certifiées. Ce sont bien les logiques de l'agro-industrie qui permettent son développement.

Des pionniers floués ?

25Qu'en pensent a posteriori nos bouchers initiateurs ? X ne regrette rien à cette aventure. Boucher, il demeure aujourd'hui vendeur de viande fraîche et ne paye que la taxe de base appliquée à l'abattoir. Il bénéficie d'une bonne renommée et inspire confiance, voire tire profit de son engagement premier. Il tient d'ailleurs à signaler que les modalités du contrôle d'AVS sont chez lui un peu particulières, dans la mesure où les contrôleurs le connaissent et le respectent pour son engagement historique.

  • 29 Procédé consistant à récupérer par frottage mécanique les restes de viande collés aux os des carcas (...)

26Le cas d'Y est plus compliqué. D'origine mauricienne, il s'est récemment marié avec une algérienne qui travaille avec lui à la gestion de l'entreprise. Il n'est plus commerçant de proximité depuis qu'il s'est lancé dans la fabrication de charcuterie halal de qualité destinée à divers grossistes et qui concurrence Isla Delice en se plaçant sur le segment des produits de haut de gamme. Ne pas « vendre de la merde » signifiait notamment ne pas élaborer de produits à partir de VSM (Viande séparée mécaniquement29). Or, ses produits de qualité, sans VSM et certifiés AVS, rentraient en concurrence directe avec le saucisson moins cher et avec VSM d'Isla Délice également certifié par AVS.

27La conclusion à ses yeux a été que finalement le certificat ne garantissait pas la qualité. Ses produits en comparaison apparaissaient comme trop cher pour un produit supposément comparable mais qui à ses yeux ne l'était pas. Notre pionnier est maintenant entravé par les contraintes économiques. Il est dans un entre-deux : ni boucher, ni gros industriel capable d'encaisser le surcoût des deux employés certificateurs qui viennent étiqueter ses produits, surcoût qu'une grosse entreprise comme Isla Delice peut se permettre sans risque. Paradoxalement son éthique de la qualité religieuse et professionnelle ne parvient pas à rencontrer économiquement les préoccupations pourtant grandissantes d'un marché de consommateurs musulmans qu'il avait lui-même pré-senti avant l'heure.

28Face à ces difficultés, Y a réagi en se séparant d'AVS et a tenté l'aventure seul, sans certification, en diminuant ainsi ses coûts, et en comptant sur la notoriété acquise. Mais, sans certification, il a échoué à imposer sa propre légende. Le marché du halal n'était pourtant déjà plus balbutiant. C'est simplement que ce marché réellement existant était déjà trop obnubilé par la certification pour que la renommée d'un homme ou d'une entreprise permette de s'en passer. Ce sont du coup ses clients, semi-grossistes ou détaillants qui l'ont encouragé à reprendre une certification.

  • 30 Nous n'avons pas réussi à rencontrer les membres d'Achahada. Mais la chronologie nous pousse à nous (...)

29Brouillé avec AVS, il se tourne alors vers Achahada, une autre association certificatrice, branche dissidente d'AVS fondée en 2004 et dont la fondation illustre les tensions internes à AVS au sujet des productions de charcuterie industrielle30. En effet, Achahada ne certifie pas la VSM et se positionne donc sur un marché halal encore plus qualitatif qu'AVS. La suite de l'histoire est finalement un cycle de répétitions : la certification Achahada lui coûte à nouveau trop cher, il se sépare d'eux, perd à nouveau ses clients principaux (notamment un fabricant de pizzas pour qui la certification est une nécessité commerciale de premier ordre), et est contraint de retourner vers ce certificateur garanti sans VSM mais cette fois ci, sans aucune illusion ni enthousiasme. Il parle maintenant de « mafia », quand sa femme dénonce « la psychose du halal » qui s'est emparée de la clientèle.

Les certificateurs délégitimés à leur tour

30Finalement, dans cette affaire, la marge de manœuvre des bouchers et des petits transformateurs se réduit considérablement. Contrôlés tous les jours par AVS, ils peuvent également subir la dé-certification et les campagnes d'information (et dénonciation) qui les accompagnent sur la blogosphère, par exemple dans le fil d'actualité de la page Facebook d'AVS (voir également carte 2 et 3 qui mentionnent les mouvements de dé-certification sans en spécifier les raisons).

31Mais AVS est également victime du jugement de la blogosphère, nouvel espace communautaire, lorsque l'association est mise en accusation par le site Al Kanz31 au sujet de la qualité des produits vendus par AVS, en particulier son produit industriel phare : le saucisson avec VSM qu'elle certifie. D'ailleurs quand, passé chez un autre certificateur, Isla Délice lança son saucisson « garanti sans VSM », le site réagit positivement, en 2015 :

« Nous avons donc peut-être là les premiers jalons d'un véritable renouveau, qui mènera qui sait le halal à se réconcilier avec le tayyib (le bon). Et si l'avenir du halal était la généralisation du bio ? Loin d'être utopique, cette reconversion est tout à fait envisageable à condition que les consommateurs la soutiennent massivement. Comment ? En mangeant moins, mais mieux » 32.

32Ces interrogations se retrouvent presque mot pour mot dans les discours d'AVS. C'est ce qu'exprime très clairement Fethallah Othmani, manager général d'AVS :

« (…) se pose la question du sens du Halal, de sa signification fondamentale. Et cela soulève toute la problématique de l'éthique dans la production industrielle, des conditions d'élevage etc.… Nous avons participé à des projets BIO ou alternatif comme l'Ilot des Combes mais cela reste assez marginal dans notre activité. Le deuxième défi sera donc de réussir à élaborer des projets avec des partenaires qui permettent de traiter la question éthique du halal dans son intégralité33 ».

33Ce qui est ici intéressant est que pour AVS comme pour Al-Kantz, la question de l'éthique dans un contexte industriel devient un élément problématique servant à définir le caractère halal lui-même.

34L'exemple d'AVS montre donc que loin de rétablir la confiance sur une base stabilisée, en garantissant le rétablissement du lien entre le vivant et la viande, les certificateurs entrent eux-mêmes dans une spirale du soupçon qui se déploie dans un espace inattendu, celui virtuel de la blogosphère. Finalement c'est leur idéal de qualité qui est régulièrement remis en cause.

Conclusion

  • 34 « Ce qui est pesant c'est la tension entre l'industriel et le halal même au sein d'AVS : la questio (...)

35L'aventure d'AVS initiée dans le cadre d'un espace de proximité (s'appuyant sur des boucheries et des bouchers engagés et des réseaux communautaires) pour reconnecter les consommateurs aux animaux se poursuit en étendant ses réseaux notamment d'abattage et de distribution de charcuterie halal de plus en plus loin. Ce serait aujourd'hui 50 % des certifications d'AVS en abattoirs qui se feraient à l'étranger. Né dans un système agroalimentaire de masse, la certification halal AVS dénonce l'industrie en s'inscrivant dans ses flux (à l'abattoir, à l'atelier, chez les détaillants) et en utilisant ses outils (de traçabilité). C'est là une dynamique dont les membres d'AVS sont parfaitement conscients puisqu'elle fait débat à l'intérieur même de l'association et à laquelle ils tentent d'apporter des réponses mesurées, pour concilier en interne et vis-à-vis de leurs clients, « le service de la communauté » et « le recul de plusieurs pas dans l'industrialisation34 ».

36Les premières marques de viande certifiées à la fois « bio » par ecocert et « halal » par AVS sont maintenant disponibles. Cette marque a d'ailleurs pour slogan « Biolal : la règle au service du sens ». C'est en cela que la certification halal AVS pense toujours opérer le grand virage « de l'ethnique à l'éthique ». Deux grandes aventures de la certification alimentaire semblent donc se rejoindre et cela pose la question des processus sociaux par lesquels l'offre se diversifie, sous l'impulsion d'acteurs qui agissent dans un contexte de crise de confiance dans l'alimentation contemporaine hautement industrialisée.

  • 35 Voir à ce sujet la brochure militante signée Sébastien Delpech de 2012, « Notre bio n'a rien à cach (...)

37Le processus que nous avons décrit et qui distingue les pionniers et les suiveurs, pourrait être rapproché du processus de diffusion du bio et des débats et tensions qui l'ont accompagné (Noulhianne, 2016), On y repère en effet des phases pionnières, notamment autour de l'association Nature et Progrès à partir de 1962, des phases plus « suivistes » avec le développement de l'agriculture biologique décrite comme opportuniste au cours des années 90-2000 après la « récupération » du label par le ministère de l'agriculture, et enfin des phases que nous pourrions qualifier de plus « rigoristes » avec un recours aux formes d'auto-certification les plus exigeantes35. Il faut néanmoins bien noter une différence de taille : la standardisation de l'agriculture biologique s'opère en parallèle de sa diversification mais en passant par une étape de reconnaissance par l'Etat. Rien de tel pour l'instant dans le cas du halal pour lequel les tentatives de standardisation d'une norme à l'échelle française ou européenne, n'aboutissent pas.

38Le halal demeure donc un objet extrêmement pluriel et le « sens » dont les certificateurs se veulent porteurs est à la fois plus large et de moins en moins lisible pour les consommateurs. Le halal est en effet rediscuté dans des débats sans fin où s'expriment aussi bien les affirmations identitaires d'une communauté très virtuelle que la responsabilisation d'individus-consommateurs finalement très isolés et sur-responsabilisés dans leurs choix (Rodier, 2014).

  • 36 Nous l'appellerions barbo (Barbu-Bohème) ou Hipslamiste. Formules certes à l'emporte-pièce tant ell (...)
  • 37 Voir à ce sujet Gardin, Estebanez et Moreau 2018, article traitant là aussi de la question de la mi (...)

39Finalement le rôle de l'émergence d'un nouveau consommateur musulman soucieux de manger éthique36 – la licité religieuse étant un élément essentiel mais non exclusif –, dans le développement et la restructuration d'une filière de certification halal reste contradictoire. Sa marge de manœuvre est celle d'un consommateur moderne comme un autre. Alors que ses choix, goûts, et nouvelles exigences alimentaires sont présentés comme déterminants dans la constitution des filières, ces mêmes exigences sont aussi largement déterminées par les structures auprès desquelles elles trouvent un écho. Les consommateurs sont alors contraints par les possibilités offertes par le système industriel. Dans cette perspective, notre analyse montre que si les désirs de ces consommateurs questionnent les liens entre religion et alimentation dans une société marquée par la colonisation et les migrations, il est aujourd'hui nécessaire de décloisonner les recherches sur le sujet pour aborder ces nouvelles exigences au regard d'autres orthorexies alimentaires nées du même régime industriel telles que le véganisme37 par exemple. Autrement dit, il s'agit de « démigrantiser » (Silhouette-Dercourt et Möhring, 2018) la question du halal de manière à en saisir toutes les spécificités.

Top of page

Bibliography

Alkayyali R. & Silhouette-Dercourt V. 2018. « Générations de femmes franco-maghrébines », Hommes & migrations, 1. n°1320, consulté le 10 août 2018 [https://www.cairn.info/revue-hommes-et-migrations-2018-1-p-21.htm].

Al Qaradawi Y. 2005 (1ère ed. 1992). Le licite et l'illicite en islam. Paris : Al Qalam.

Askolovitch C. 2013. Nos mal-aimés, ces musulmans dont la France ne veut pas. Paris : Grasset.

Battegay A. 2003. « Les recompositions d'une centralité commerçante immigrée : la Place du Pont à Lyon », Revue européenne des migrations internationales. vol. 19, n°2 : 9-22, consulté le 17 août 2018 [https://journals.openedition.org/remi/432].

Bergeaud-Blackler F. & Bernard B. 2010. Comprendre le halal. Liège : Edipro.

Bergeaud-Blackler F. 2012. « Islamiser l'alimentation. Marchés halal et dynamiques normatives », Genèses. 4 n° 89 : 61-87.

Bergeaud-Blackler F. 2015. « Comment la « norme halal » travaille le Paysage Islamique Français », Confluences Méditerranée. 4 n° 95 : 91-108.

Bergeaud-Blackler F. 2017. Le marché halal ou l'invention d'une tradition. Paris : Seuil.

Bonnaud L. & Joly N. 2012. L'alimentation sous contrôle : Tracer, auditer, conseiller. Versailles : Quae.

Bourdieu P. 1979. La distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Les éditions de minuits.

Brahami M. & Otmani F. 2010. Le marché du halal entre références religieuses et contraintes industrielles. Roubaix : Tawhid.

Brisebarre A.-M. 1998. La fête du mouton. Un sacrifice musulman dans l'espace urbain. Paris : CNRS Éditions.

Brisebarre A.-M. 2014. « Fêter l'Aïd el-kébir en France : du sacrifice du mouton à domicile à l'achat d'une carcasse par internet » in K. Fall, M. N. Dime, M. A. Ly & M. Boukala (éd.), Le halal dans tous ses états : 293-316. Québec : Presses de l'Université Laval.

Chapuis A. & S. Jacquot 2014. « Le touriste, le migrant et la fable cosmopolite », Hommes & migrations 9 1308 : 75-84, consulté le 10 août 2018 [mis en ligne le 01 octobre 2017] 

Besson Y. 2011. Les fondateurs de l'agriculture biologique. Paris : Sang de la Terre.

CRENN C. & TOZZI P. 2015. « La viande halal : enjeux, concurrence et convergence des discours moraux dans l’espace public et politique français : l’exemple du monde viticole aquitain », in F. Bergeaud (éd), Les sens du halal : une norme dans le marché mondial : 295-316. Paris : éditions Alpha-Cnrs.

Endelstein L. 2009. « La rue commerçante casher et la globalisation du religieux ». Géographie et cultures. Où en est la globalisation ? 71 : 41-56, consulté le 17 août 2018 [https://journals.openedition.org/gc/2002].

Fischer J. 2009. “Halal, Haram or What ? Creating Muslim Space in London”. in J. Pink (éd.) Muslim Societies in the Age of Mass Consumption: Politics, Culture and Identity between the Local and the Global : 3-22. Cambridge : Cambridge Scholars Publishing.

Gardin J., Estebanez J. & Moreau S. 2018. « Comme la biche tétanisée dans les phares de la bagnole. La justice spatiale et les animaux » in Justice spatiale/Spatial justice n°12, consulté le 10 août 2018 : [https://www.jssj.org/wp-content/uploads/2018].

Göle N. 2015. Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l'islam. Paris : La découverte.

Haenni P. 2008. « L'économie politique de la consommation musulmane », Religioscope. Etudes et analyses n°18, consulté le 10 août 2018 : [https://www.religion.info/pdf/2008_11_consommation.pdf].

Hassoun J.-P. 2009. « Moderniser « l'ethnique » pour développer l'urbain. La venue d'une industrie de la feuille de brick dans une ville de banlieue », Genèses/3 n° 76 : 52-75.

Lepoutre D. 2002. « Anne Raulin, L'Ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines ». Comptes rendus. L'Homme, 163 juillet-septembre : 298-299, consulté le 10 août 2018 : [https://journals.openedition.org/lhomme/12721].

Lepiller O. 2012. Critiques de l'alimentation industrielle et valorisations du naturel : sociologie historique d'une "digestion" difficile (1968-2010). Thèse de doctorat de sociologie sous la direction de J.P. Poulain. Toulouse : Université Toulouse 2.

Lo-Duca R. 2015. La place des petits commerçants dans le fonctionnement urbain. L'exemple des villes d'Aubervilliers (93) et Pantin (93). Master aménagement et urbanisme. Paris : Université Paris 1.

Noulhianne X. 2016. Le ménage des champs, chronique d'un éleveur au XXI° siècle. Paris : éditions du bout de la ville.

Peraldi M. (éd.) 2001. Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers. Paris : Série Frontières, villes, lieux de passage, Maisonneuve et Larose.

RAULIN A. 2000. L'Ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines. Paris : collection Connaissance des hommes, L'Harmattan.

Raulin A. 2004. « CESARI Jocelyne éd., La Méditerranée des réseaux. Marchands, entrepreneurs et migrants entre l'Europe et le Maghreb ». Notes de lecture, Revue européenne des migrations internationales, 20 – n°1: 211-213, consulté le 01 juillet 2018 : [https://journals.openedition.org/remi/4034].

Rodier C. 2014. La question halal. Sociologie d'une consommation controversée. Paris : Puf.

Silhouette-Dercourt V. & Möhring M. 2018. « La migration au prisme de la consommation », Hommes & migrations. 1. n° 1320, consulté le 18 août 2018 : [https://www.cairn.info/revue-hommes-et-migrations-2018-1-p-6.htm]

Tarrius A. & Misaoui L. 2000. Économies souterraines. Le comptoir maghrébin de Marseille. La Tour-d'Aigues : Éd. de l'Aube.

Taylor W. F. 1911. The principles of scientific management. New York, London: Harper and brothers publishers.

Top of page

Notes

1 Notre travail s'inscrit dans le cadre d'un programme-amorce de recherche intitulé « Mort animale, rituelle et profane » et consacré à la circulation des normes, des pratiques et des représentations en matière de mise à mort des animaux, réalisé en 2015-16, Université Paris 1-CEDEJ Khartoum, mené notamment avec Olivier Givre, anthropologue et suivi par deux dépôts consécutifs d'un projet élargi (8 chercheurs) à l'AAPG de l'ANR.

2 L'utilisation de ce terme problématique fait référence « à une époque où les conflits de classes semblent disparaître du champ politique et de la conscience collective au profit d'une ethnicisation, voire d'une racialisation de la perception des différences sociales » (Lepoutre, 2002) et souligne également l'intérêt croissant des études urbaines (Endelstein, 2009 ; Chapuis et Jacquot, 2014) et des travaux sur les migrations pour les centralités commerciales migratoires et les commerces dits « ethniques » (Tarrius et Missaoui, 2000 ; Peraldi, 2001 ; Hassoun, 2009).

3 Nous nous accordons dans cet article avec tous les auteurs qui montrent qu'il n'existe pas de norme unifiée du halal. Cependant la question de l'abattage rituel (musulman comme juif) est cristallisée notamment en France autour de la possibilité de mettre à mort les animaux sans étourdissement préalable dans les abattoirs, ce que permet la dérogation pour abattage rituel de 1971.

4 « Le marché du halal est en forte croissance : 59 % des musulmans interrogés affirment consommer systématiquement de la viande halal, et 28 % occasionnellement » (Alkayyali et Silhouette-Dercourt, 2018) citant le sondage ifop Pratiques et jugements de la population d'origine musulmane sur les produits halal, 2010. Mesurer la croissance (exponentielle pour certains auteurs à commencer par Bergeaud-Blacker) du secteur du halal pose des problèmes méthodologiques dans la mesure où il n'existe pas de norme unifiée « halal », et dans la mesure où cette question sensible en France, largement récupérée par les politiques (d'extrême droite notamment), fait l'objet de nombreuses polémiques. La rumeur selon laquelle 25 % de la viande produite en France serait halal pour des raisons de rentabilité économique, mais vendue sans ce label, qui sous-entend que les « Français » mangeraient halal sans le savoir en est un exemple. Rumeur dont le Front National a fait une ligne politique à partir de 2012 au nom de la défense des animaux abattus sans étourdissement préalable.

5 L'étude s'appuie sur une vingtaine d'entretiens menés à Lyon, Paris, Pantin et St Denis (93) de 2015 à 2017.

6 Si les consommateurs n'ont pas fait l'objet d'une enquête proprement dite dans le cadre de cet article, ils apparaissent néanmoins « en creux » dans les entretiens des détaillants comme des certificateurs rencontrés. Ils sont enfin omniprésents sur les sites internet dédiés au halal.

7 C'est en s'inspirant des abattoirs de Chicago qu'Henri Ford a forgé les règles du travail posté, paroxysme de l'organisation scientifique du travail de Frederick Winslow Taylor et que ce dernier avait inventé parce que le patron ne pouvait justement pas faire confiance aux ouvriers, qui livrés à eux-mêmes, auraient montré tous les signes d'une « flânerie permanente (partial idleness) » destinée à ralentir la productivité (Taylor, 1911 : 92).

8 Dans la terminologie religieuse, halal renvoie au licite, c'est-à-dire ce qui ne relève pas d'une obligation (au contraire par exemple de la prière qui est une obligation, un des cinq piliers de l'Islam), ni d'une interdiction. Haram par opposition renvoie à ce qui est proscrit.

9 Voir par exemple Brahami et Otmani, 2010; Al-Qaradawi, 2005 ou le site Al Kanz : http://www.al-kanz.org/.

10 Entretien 2015.

11 Sur ce sujet voir notamment le numéro de Hommes et Migrations consacré aux migrations au prisme de la consommation qui montre l'apparition d'une approche post-migratoire : «  En faisant une analogie avec le courant de pensée « postcolonial » l'approche « postmigratoire » part de l'hypothèse que nous vivons dans des sociétés profondément structurées par – et avec une longue histoire de – la migration : il devient de plus en plus difficile de faire la distinction entre une « culture migrante » et une « culture majoritaire » étant donné qu'il existe de multiples recoupements et interférences et sous-cultures (super-) diverses » (Silhouette-Dercourt et Möhring, 2018).

12 « Dans ce contexte de mondialisation, il apparaît que les pratiques de consommation les plus particularistes (liés par exemple aux habitudes et interdits alimentaires, comme la viande halal) viennent faire le jeu non seulement des réseaux mais encore celui de la visibilité d'une présence du sud de la Méditerranée au nord de celle-ci, dans des formes diversifiées d'inscription urbaine » (Raulin 2008).

13 La dimension spirituelle sinon religieuse est notamment prégnante dans la biodynamie. Elle se retrouve chez nombre de pionniers du bio (Besson, 2011) comme chez les diététiciens alternatifs qui ont été acteurs de ce marché (Lepiller, 2012).

14 Entretien AVS 2015.

15 Entretien, X. Boucher à Paris 2016.

16 Avant que Charles Pasqua, en 1994, dans le contexte de la guerre civile algérienne et soucieux de conserver un rôle à l'Etat dans le contrôle de « l'argent du halal » et dans la constitution d'un « Islam de France », ne négocie les droits à l'obtention des cartes de sacrificateurs pour la Grande Mosquée de Paris en 1994, droits ensuite étendus aux grandes mosquées d'Evry-Courcouronnes et de Lyon.

17 Entretien, AVS, janvier 2016.

18 Cette expression pertinente du journaliste Claude Askolovitch est tirée de l'ouvrage Nos Mal-aimés, ces musulmans dont la France ne veut pas, dans lequel il dresse notamment un portrait de Jean-Jacques Megaides, un des trois fondateurs d'AVS.

19 Ces qualificatifs de « strict et fiable » se retrouvent dans la bouche des consommateurs interrogés, mais aussi sur la blogosphère dont Al-Kantz est un exemple. Mais ce sont aussi les mots employés par les dirigeants d'AVS eux-mêmes. Le cahier des charges exige en premier lieu l'état de conscience de l'animal (le refus de l'électronarcose ou de toute autre forme d'étourdissement) au moment de la mise à mort par égorgement et la religiosité du sacrificateur mais stipule également toute une série d'autres recommandations allant de la prononciation de la formule rituelle jusqu'au nettoyage du point de tuerie à l'eau entre deux animaux. L'association est particulièrement regardante sur le suivi et l'accompagnement du sacrificateur « il ne suffit pas de trouver des musulmans en leur expliquant ce qu'est grossièrement le halal pour prétendre certifier halal comme certains le font. Le plus lourd est d'organiser un véritable suivi, de transmettre une culture religieuse, un souci spirituel mais aussi une rigueur technique et managériale » (Fethallah Otmani, manager général d'AVS http://avs.fr/2018/06/entretien-avec-fethallah-otmani-manager-general-davs-quels-defis-avs-relever-les-prochaines-annees/, consulté le 9 octobre 2018).

20 Il arrive ainsi, aux dires d'un informateur d'AVS, que l'on licencie un agent qui a eu « confiance » dans le sacrificateur de l'abattoir et a certifié des viandes alors qu'il n'était pas encore présent sur la chaîne d'abattage.

21 Prix indiqué en entretien en janvier 2016. D'autres structures enquêtées (boucheries de proximité, charcuterie industrielle) évoquent un prix de certification plus élevé qui serait issu d'une négociation entre AVS et l'abatteur.

22 Ce point est corroboré par Hassoun dans son article sur le développement industriel de la feuille de brick casher à destination des populations musulmanes: « En France, avant que l'offre de viande halal ne soit suffisante pour satisfaire une demande elle-même grandissante, il n'était pas rare que des musulmans soucieux de ces interdits s'approvisionnent chez des bouchers casher ». L'article montre également que les labels casher encore aujourd'hui « sécurisent les populations musulmanes au regard notamment de la prohibition des contacts avec des graisses de porc » (Hassoun, 2009 : 61).

23 Avec Achahada, une association issue d'une scission au sein d'AVS, créée en 2004, et domiciliée à l'Île Saint Denis. Aujourd'hui AVS certifie environ 150 boucheries et 70 snacks.

24 Entretien AVS, janvier 2015. Sur l'extension du service de certification aux snacks, il est intéressant de noter le parallèle avec le modèle des restaurants casher (Hassoun, 2009). Voir également sur ce sujet le travail de Johan Fischer à Londres (Fischer, 2009).

25 Voir par exemple le travail de master 2 de Raphaël Lo-Duca (2015) qui comporte un descriptif de l'ensemble des boucheries des quatre secteurs commerciaux principaux de Pantin et Aubervilliers.

26 Entretien, St Denis, janvier 2016.

27 Entretien, Responsable AVS, 2015.

28 Par exemple en envoyant par avion ses contrôleurs travailler dans un abattoir roumain qui leur réservera un temps une de ses chaînes d'abattage, de découpe et de transformation. Le développement des actions en abattoir hors de France (50%) fait d'ailleurs partie des défis à relever par l'association pour continuer d'assurer la formation et la gestion des équipes de sacrificateurs à distance (Fethallah Otmani, manager général d'AVS, op.cit)

29 Procédé consistant à récupérer par frottage mécanique les restes de viande collés aux os des carcasses.

30 Nous n'avons pas réussi à rencontrer les membres d'Achahada. Mais la chronologie nous pousse à nous demander si la fondation de cette association ne s'est pas faite à l'occasion de la rupture de l'association d'Y avec AVS. Si c'est bien le cas, c'est alors toute la séquence de 1991 (l'alliance d'un boucher et d'un certificateur) qui s'est rejouée en 2004.

31 http://www.al-kanz.org/2014/08/29/boycott-israel-isla-delice/ consulté le 9/10/2017, ou http://www.al-kanz.org/2010/08/30/isla-delice-avs-rumeur/ consulté le 9/10/2017.

32 http://www.al-kanz.org/2015/05/07/charcuterie-vsm/ consulté le 9/10/2017.

33 http://avs.fr/2018/06/entretien-avec-fethallah-otmani-manager-general-davs-quels-defis-avs-relever-les-prochaines-annees/, accédé le 9 octobre 2018.

34 « Ce qui est pesant c'est la tension entre l'industriel et le halal même au sein d'AVS : la question des grandes et moyennes surfaces avec lesquelles nous travaillions, et la charcuterie halal. […] L'objectif à terme c'est l'arrêt de la charcuterie. Nous avons des parcours de militants, nous sommes en adéquation avec nos convictions » AVS, entretien, janvier 2016.

35 Voir à ce sujet la brochure militante signée Sébastien Delpech de 2012, « Notre bio n'a rien à cacher » et qui fait le point sur les pièges de la certification dans le domaine de l'élevage ovin, dans le cadre du collectif Faut pas pucer, contre le puçage RFID des troupeaux. https://sniadecki.wordpress.com/2017/04/29/fpp-bio/ accédé le 10 octobre 2018.

36 Nous l'appellerions barbo (Barbu-Bohème) ou Hipslamiste. Formules certes à l'emporte-pièce tant elles surfent sur une approche pseudo-sociologique du marketing, mais qui ont au moins le mérite de dédramatiser un débat au sein duquel une analyse de filière mène trop souvent à des considérations sur l'islamisme fondamentaliste ou la fin du vivre ensemble.

37 Voir à ce sujet Gardin, Estebanez et Moreau 2018, article traitant là aussi de la question de la mise à mort des animaux, et dans lequel les auteurs cherchent à décrire les conséquences pratiques (en termes de relation à l'industrie et aux animaux) des éthiques antispécistes à la base des pratiques véganes. Mais aussi l’article de Crenn et Tozzi 2015 abordant les sens du halal qui rejoignent les préoccupations des mangeurs, en général, sur le court, le bio, le bien-être animal.

Top of page

List of illustrations

Title CARTE 1. La présence des boucheries certifiées AVS en France
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/9473/img-1.jpg
File image/jpeg, 84k
Title CARTE 2. Dynamiques du déploiement spatial des boucheries certifiées AVS en île de France
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/9473/img-2.jpg
File image/jpeg, 100k
Title CARTE 3. Dynamiques du déploiement spatial des boucheries certifiées AVS dans la région Auvergne-Rhône-Alpes
URL http://journals.openedition.org/aof/docannexe/image/9473/img-3.jpg
File image/jpeg, 90k
Top of page

References

Electronic reference

Alice Franck and Jean Gardin, « Le développement des boucheries et snacks halal agréés AVS, entre logiques commerciales et religieuses », Anthropology of food [Online], S13 | 2019, Online since 12 March 2019, connection on 06 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/aof/9473 ; DOI : 10.4000/aof.9473

Top of page

About the authors

Alice Franck

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Prodig, Alice.Franck@univ-paris1.fr

Jean Gardin

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Ladyss, Jean.Gardin@univ-paris1.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page