Navigation – Plan du site
Notes

La communication interculturelle en direct : Université de Bretagne Sud à Vannes / Université de Leibnitz à Hanovre

Interkulturelle Kommunikation « live » : Universität de Bretagne Sud à Vannes und Leibnitz Universität Hannover
Klaus Bergmann
p. 86-97

Résumés

Les Universités de Bretagne Sud à Vannes et de Leibnitz à Hanovre coopèrent depuis 7 ans, coopération qui a commencé par des e-mail-tandems et la création de webzines par des étudiants allemands et français. Suite à des malentendus, nous avons décidé, depuis deux ans, de travailler en direct et en simultané via la visioconférence et de mettre en relief ces malentendus résultant de la communication et du travail de deux groupes d’étudiants issus de cultures différentes.
Cette note de pédagogie montrera comment les étudiants français sont sensibilisés aux problèmes et aux opportunités de ces rencontres à l’aide de différents jeux de rôle et de tâches et elle rendra compte des événements pendant les visioconférences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis deux ans, l’IUT de Vannes en France propose à un groupe d’étudiants du département GEA (Gestion des entreprises et des administrations) un module de 10 TD de sensibilisation à la communication interculturelle. Quatre séances de ce module ont lieu par visioconférence avec des étudiants de l’Université Leibnitz à Hanovre en Allemagne.

2Les différentes activités pédagogiques du module que nous décrirons ici initient les étudiants, de façon ludique, au problème de la communication interculturelle. Ensuite, nous présenterons des études de cas confrontant les étudiants à des conflits (« cultural clash ») dans un contexte donné. Finalement, nous présenterons un aperçu des activités réalisées pendant les visioconférences dont l’objectif est de faire vivre aux étudiants les conflits précédemment analysés et de porter sur ces conflits un regard réfléchi.

Le cadre historique

  • 1 Ces « étudiants en Allemagne » ne sont que partiellement allemands car de nombreux étudiants étrang (...)

3Les deux universités coopèrent depuis l’an 2000. Le travail est passé par plusieurs phases et a commencé par des mail-tandems d’individu à individu pour étudiants français apprenant l’allemand et étudiants apprenant le français en Allemagne1. Le choix du contenu de ces échanges était laissé en grande partie à l’appréciation des étudiants. Il était donc naturel que les étudiants choisissent de se présenter personnellement dans un premier temps et d’échanger autour de la vie universitaire et de la région.

  • 2 Un webzine (mot-valise formé de la contraction de web et magazine) est la transposition sur Interne (...)

4Depuis 2003-2005, nous avons décidé de modifier le contenu de la coopération. Plusieurs petits groupes de trois ou quatre étudiants en Allemagne et en France ont choisi chacun d’un commun accord une thématique donnant lieu à une publication écrite et illustrée dans le cadre d’un webzine2.

5Au cours de ces 5 années de coopération, nous avons constaté de nombreux malentendus et des frictions que nous avons attribués, dans un premier temps, au médium de communication mais dont l’origine se trouvait dans les différentes méthodes de travail, d’organisation, de coopération, de communication, etc. Nous avons donc constaté que nous venions de subir les conséquences des différences culturelles.

  • 3 Le niveau des cours était B1/B2 pour le FLE en Allemagne et A2 pour l’allemand en France.

6C’est ainsi que nous avons commencé en 2006 – les moyens techniques s’étant sensiblement améliorés – à concevoir un cours qui avait pour but de mettre en relief les différences culturelles elles-mêmes. L’idée était que chaque groupe, français et « allemand », puisse se préparer à la thématique selon ses spécificités (cf. ci-dessous : les différences structurelles) et que les différences soient vécues et confrontées à l’occasion de visioconférences. Nous avons décidé que la langue de communication serait le français afin de lever toute barrière de communication3.

Avant le départ : les différences structurelles

7Au cours des différentes coopérations des années précédentes, nous avions constaté qu’il fallait prendre en compte un certain nombre de différences structurelles entre les systèmes universitaires des deux pays.

8En France, le semestre en IUT commence autour du 10 septembre tandis qu’en Allemagne, il ne débute que vers le 15 octobre. Il fallait donc prévoir plus d’un mois de cours en France sans la participation de l’Université de Hanovre. Or, une fois les cours commencés, les étudiants allemands n’ont pas de période de vacances, contrairement aux Français qui s’absentent – physiquement et mentalement – pendant les vacances de la Toussaint. Pour les étudiants et les enseignants allemands, il est impensable de s’absenter et de cesser de travailler en ligne.

  • 4 Depuis quelques années, les licences professionnelles permettent d’obtenir un diplôme de niveau bac (...)

9En France, le système des IUT ne prévoit que 4 semestres d’études4 et il est très scolarisé. 70-80 % des étudiants poursuivent les études après leur diplôme, les autres entrent directement dans la vie active. En Allemagne, une grande partie des étudiants en GEA serait sans doute apprentis dans une entreprise selon le fameux système dualiste allemand. Il n’y a pas d’études supérieures courtes en Allemagne, tous les étudiants allemands sont « académiciens », c’est-à-dire poursuivent des études longues.

  • 5 Avant le début des modules, l’administration avait organisé des permanences permettant aux étudiant (...)

10D’autres points différencient les étudiants français de leurs camarades allemands. En deuxième année d’IUT-GEA, ils ont presque tous 19 ans et forment un groupe complet composé de 25 à 29 étudiants. Une partie de l’emploi du temps est prévu pour des modules permettant d’aborder la formation autrement ou d’en intensifier certains contenus. C’est ainsi que le cours de « communication interculturelle » est intégré dans un parcours prédéfini de cinq autres cours. En pratique, cela signifie que les étudiants choisissent librement le parcours sans pour autant pouvoir en composer le contenu. Il est important d’insister sur ces conditions car elles influent fortement sur le degré de la motivation ou de la non-motivation des étudiants à participer activement pendant les cours et les visioconférences5.

11À Hanovre, tous les étudiants participant au cours de FLE l’ont fait volontairement et ils ont entre 20 et 50 ans ou plus. Ils viennent de tous les départements de la faculté bien que les économistes, juristes et parfois les futurs ingénieurs soient majoritaires. En outre, il était impossible de prévoir avant la deuxième semaine de cours le nombre de participants à Hanovre. Les cours de langues, bien que choisis volontairement, n’ont qu’une importance secondaire et les étudiants ne les choisissent que si leur emploi du temps principal le permet.

  • 6 De plus, les universités allemandes ont conservé l’ancien mode d’emploi du temps universitaire du c (...)

12Ce dernier point constituait une barrière non négligeable : le centre de langues à Hanovre fait son emploi du temps en fonction des départements de spécialité. Les cours vont de 8h à 10h (10h-12h, 12h-14h, etc., ou 9h-11h, 11h-13h, etc.)6, tandis qu’en France l’emploi du temps est immuable et la plage horaire choisie pour tous les modules était de 11h30 à 13h00. Pour les Allemands, ces horaires sont décisifs : dès que la plage horaire du cours de FLE est en concurrence avec celle de la spécialité étudiée, les étudiants choisissent au détriment du premier. Ce cas de figure aurait inévitablement conduit à un abandon de la coopération.

13Finalement, l’équipement de visioconférence avait un impact sur notre coopération : à Hanovre, les étudiants bénéficient d’un équipement fixe dans une salle spéciale et de microphones sans fil. À l’IUT, nous disposons d’une installation mobile avec un microphone filaire. Sans entrer dans des détails techniques, la disposition des chaises autant que la mobilité d’un microphone sans fil ont des répercussions importantes sur les débats, l’implication des étudiants et l’ambiance en général. Des enregistrements vidéo de nos conférences ont permis de détecter une plus grande cohésion du (petit) groupe à Hanovre grâce à leur façon de s’asseoir autour d’une grande table et de la facilité pour les étudiants de participer au débat grâce aux microphones sans fil. À l’IUT, l’unique microphone filaire avait une portée limitée et gênait la participation des étudiants au débat.

Les volets du cours et de la coopération vus de Vannes

14Les cinq semaines de cours à l’IUT avant l’intégration des étudiants de Hanovre ont été utilisées à sensibiliser les étudiants à une thématique peu familière : 80 % de nos étudiants sont recrutés localement, 55-60 % n’ont jamais quitté la France et n’ont donc aucune expérience concrète en matière de communication avec d’autres cultures.

Barnga

  • 7 Thiagarajan, Sivasailam. 2006. Barnga – A simulation game on cultural clashes. London : Intercultur (...)

15Au début, nous avons utilisé le jeu Barnga, édité par Intercultural Press7 qui porte le sous-titre « a game on cultural clashes ». Il s’agit d’un jeu de cartes sur la base de la règle des atouts joué en groupes de 2 x 2 personnes ; 6-7 groupes, chacun autour d’une table, jouent pendant environ 7 minutes conformément aux règles distribuées. Après un tour, les deux vainqueurs passent à la table suivante pour un nouveau tour, et ainsi de suite deux à trois fois. Cependant, les règles distribuées varient légèrement d’un groupe à l’autre et les différends qui apparaissent obligatoirement pendant le deuxième tour ne peuvent être réglés oralement : il est interdit de parler, seuls les gestes et les dessins sont autorisés.

16Les étudiants découvrent rapidement les causes des difficultés et parviennent bien à les régler. Dès le troisième tour, tous sont préparés et développent rapidement des tactiques pour pouvoir continuer à jouer et à gagner. Néanmoins, de petites frustrations persistent et font l’objet, après la fin du jeu, d’un débat, tout comme le sens supposé du jeu.

17Les étudiants doivent « agir » dans un contexte donné malgré des règles différentes d’un groupe à l’autre et les barrières imposées pour régler ces difficultés. Il s’agissait donc d’une simulation de problèmes d’interaction et de communication, les mêmes qui apparaissent dans une interaction interculturelle.

18Les auteurs du jeu insistent bien sur l’importance du débriefing afin de faire comprendre aux participants les implications d’incompréhensions culturelles. Or, nous avons constaté pendant plusieurs séances de jeux que les étudiants se concentrent davantage sur les règles variant d’une équipe à l’autre qui les empêchent de gagner le jeu que sur les deux leçons qu’ils sont censés en tirer : l’importance des règles dans tout type d’activité et celle de la communication en cas de conflit. Nous en tirons la conclusion qu’il est important, avec notre public, d’expliciter ces deux points.

Le site « interkulturelle Kompetenz » de l’Université de Jena/Allemagne

19Ce site développé par l’Université de Jena autour du spécialiste en communication interculturelle, le Pr Jürgen Bolten, propose de multiples activités et études de cas autour de notre thématique. Créé uniquement en langue allemande, il a été traduit par des étudiants en master 1 et 2 dans le cadre d’un projet.

Jeux et activités

20Certaines de ces activités se passent de commentaire. Nous nous limitons ici à les énumérer.

21L’activité intitulée « gestes et mimiques » invite les étudiants à interpréter des photos. L’activité révèle l’ambiguïté de certains gestes dans différentes cultures. Bien que quelques étudiants aient déjà fait l’expérience de l’ambiguïté des gestes, l’activité permet à l’ensemble du groupe de découvrir ce phénomène.

22L’activité suivante demande à l’étudiant d’estimer la distance entre Paris et d’autres grandes villes du monde. L’étudiant doit se situer dans l’espace et découvre généralement que plus il est familier d’une ville et de son pays, plus il sous-estime sa distance et vice versa.

23Un jeu de « Memory » avec des visages originaires de différents continents est très révélateur dans le sens où notre mémoire visuelle fonctionne mieux avec des visages originaires d’Europe et d’Amérique du nord de race blanche qu’avec des personnes venants d’Inde, d’Amérique du sud, de Chine ou d’Asie du sud-est en général.

Études de cas

  • 8 Malheureusement, le site ne dévoile pas le degré de représentativité de son enquête et notre demand (...)

24La suite du cours était organisée autour de 15 études de cas présentés selon le principe du cultural clash entre divers membres issus de différentes cultures dans un contexte professionnel ou semi-formel. Les cas sont présentés brièvement dans un premier temps. Les étudiants les lisent et font une recherche afin de trouver ce qui a mené à des problèmes de communication. L’Université de Jena présente des solutions à ces cas, solutions qui sont le fruit d’une enquête auprès d’un panel de membres issus des deux cultures impliquées8. Ainsi, le résultat du travail estudiantin peut être confronté au travail fait par les chercheurs allemands.

25Les cas présentés étaient les suivants :

  • prendre une décision dans une entreprise française ;

  • refuser une invitation ,

  • un magasin en ligne en Grande-Bretagne ;

  • chef de cuisine et cuisinier en Indonésie ;

  • patron et employé dans un hôtel indonésien ;

  • vacances en Islande ;

  • coopération franco-italienne ;

  • la notion de temps en ;

  • négociation au Japon ;

  • séjour d’étude d’une Polonaise ;

  • échange d’élèves avec la Russie ;

  • au café en Suède ;

  • réunion d’entreprise en République Tchèque.

26Résumons un des cas afin d’illustrer le style des exemples utilisés :

Il y a quelques mois, Mr. S. a été envoyé par une multinationale allemande du secteur automobile en France, pour travailler dans une filiale de la maison mère allemande.
Rapidement, il constate sur son nouveau lieu de travail que des processus de prise de décision, dans les organisations françaises sont différents par rapport aux coutumes allemandes. Exemple :
Plusieurs fois déjà, Mr. S. a adressé des demandes à des collègues de son niveau hiérarchique et leur a demandé de prendre une décision. Bien que la décision soit du domaine de compétence du collègue de même niveau, Mr. S. a obtenu, en fin de compte, de manière inattendue, la réponse du supérieur de son supérieur, c’est à dire de la direction. Mr. S. réagit avec irritation.

27Le débat avec les étudiants tourne autour de l’organisation hiérarchique en entreprise en France et en Allemagne, débat qui est illustré à l’aide de l’analyse proposée par Azaïs (1997 : 2) et qui a pour objet l’interculturalité dans le management en France et en Allemagne.

28Dans l’ensemble, les études de cas permettent de démontrer facilement aux étudiants que les conflits potentiels découverts lors des jeux de préparation peuvent effectivement apparaître dans un contexte professionnel et conduire à des incompréhensions empêchant toute coopération fructueuse. Par ailleurs, grâce à leur recherche sur les différents pays et cultures, les étudiants confrontent leurs résultats à la situation donnée.

L’adaptation et l’utilisation du concept CULTURA du MIT9

  • 9 MIT : Massachusetts Institute of Technology.

29Le concept CULTURA du MIT a été créé en 1997 et part de l’idée que l’enseignement d’une langue étrangère passe par la découverte de la culture dans laquelle celle-ci évolue. Il est donc naturel d’étudier la culture selon une méthode constructiviste d’auto découverte :

  • 10 Une approche qui semble prometteuse consiste à commencer par la notion de comparaisons culturelles. (...)

One approach that seems to us full of promise is to start with the notion of cultural comparisons. As is well known, comparing and contrasting separate entities makes it possible to see differences and similarities that would not otherwise be visible. What CULTURA offers is a cross-cultural approach which has learners observe, compare and analyze similar materials from the two cultures studied.
This approach allows them to start “seeingˮ the differences as well as similarities : the different values given to words, the negative or positive connotations, the various attitudes toward events or situations, etc. It constitutes the first step toward deciphering and understanding what these differences may reveal and signify. (What is Cultura http://web.mit.edu/​french/​culturaNEH/​cultura/​index.html#anchor382145)10

30À l’IUT, l’adaptation et l’utilisation du concept n’ont été faits que partiellement et nous prévoyons de consacrer davantage de temps à son application.

31En pratique, les étudiants répondent à trois types de questionnaire : des associations, des phrases à finir et des réactions à des situations. Les questionnaires sont présentés par l’intermédiaire de l’outil www.surveymonkey.com, outil en ligne pour des enquêtes et qui permet de relever les réponses et de les trier en fonction des besoins. Ci-dessous l’exemple des réponses données par les étudiants en Allemagne au questionnaire « associations » (figure 1) :

Figure 1

Figure 1

Questionnaire « associations »

32Dans la catégorie « phrases à finir » on trouve des items du type « un bon étudiant/parent/voisin/citoyen/patron, etc., est quelqu’un qui… » et le questionnaire « réactions » (figure 2) requiert une réponse par rapport aux situations suivantes :

Figure 2

Figure 2

Questionnaire « réactions »

33Les étudiants travaillent avec ces questionnaires suivant la méthode suivante :
1. Hypothèse : à votre avis, comment vos camarades (en France/en Allemagne) vont-ils réagir ?
2. Vérification de l’hypothèse : comment ont-ils réagi ?
3. Comparaison hypothèse/réalité : quelles différences constatez-vous entre votre hypothèse et la réaction ?
4. Analyse et explication : pourquoi ces hypothèses et ces réalités ?

34Les réponses étaient très variées et tous les questionnaires n’ont pas tous pu être exploités à cause du manque de temps et de la multitude des autres activités. Même le débat autour des réponses données à dû être écourté par manque de temps. On a constaté cependant que lors d’un désaccord ou d’un clivage important dans la première série (associations), les groupes sont devenus rapidement solidaires d’un de leurs membres ayant donné une réponse spécifique. De plus, l’image négative attribuée au terme « banlieue » par les étudiants à Hanovre n’a pas été appréciée et a conduit à une confrontation d’une certaine ampleur entre les deux « communautés ». De toute façon, les étudiants ont compris que chaque individu a une façon personnelle de réagir aux questions, générée par la culture dans laquelle il vit. Tous ont mesuré le danger d’une généralisation hâtive.

35Deux points nous amènent à réviser notre mode de fonctionnement. D’une part, l’activité prend beaucoup de temps : répondre aux questions et formuler des hypothèses par rapport aux réponses des Allemands, vérifier les hypothèses grâce aux réponses récoltées et répondre à la vérification des Allemands, etc., sont des activités qui prendraient plusieurs semaines et mériteraient un cours à part. D’autre part, nous avons l’intention de simplifier le côté technique, c’est-à-dire le travail avec Surveymonkey, afin de rendre aussi bien les réponses que la récolte de celles-ci plus aisées. À l’avenir, il faudra sans doute aussi réduire la quantité d’informations récoltées grâce aux questionnaires et centrer le débat sur certains points, éventuellement déterminés par les étudiants, en fonction de leurs intérêts.

Les visioconférences

36L’objectif des visioconférences était tout d’abord de confronter les étudiants des deux universités en direct, en simultané et en groupe afin de procéder à une démonstration authentique d’une communication interculturelle. Il fallait donc trouver un support, une thématique, des tâches d’illustration.

37Nous avons choisi comme première pratique un « classique » de la formation à la communication interculturelle : la construction d’une tour en morceaux de sucre par chaque groupe d’étudiant. Quatre étudiants à Vannes et quatre à Hanovre devaient construire en 30 minutes une tour sur une table disposée au milieu de la salle. Dans les deux universités, ils étaient filmés et les autres étudiants avaient comme tâche d’analyser le jeu à l’aide du questionnaire suivant (figure 3) :

Figure 3

Figure 3

Questionnaire « analyse de la visioconférence »

38Tout d'abord, nous avons constaté que le dispositif dans les deux pays était différent : en France, les étudiants étaient debout autour de la table et en Allemagne assis, ce qui donnait l'impression d'une coopération et d'une communication plus harmonieuse. Les Français, tout en bavardant et en faisant des plaisanteries, étaient très concentrés sur leur travail. Les membres des deux groupes ont coopéré de la même façon et se sont observés sans cesse pour voir la progression de la tour ressentie comme adverse. À la fin de l'activité, on avait l'impression d'un véritable défi concernant la forme de la tour. Le résultat des deux côtés était très similaire, allant jusqu'à l'inscription en morceaux de sucre « la tour Eiffel allemande » et « tour de Hanovre ». Pendant l'analyse, les deux groupes se sont félicités à plusieurs reprises pour faire la démonstration d'une grande harmonie. Il était cependant clair que la participation au débat était prise davantage au sérieux en Allemagne qu'en France. Nombreux étaient les Français distraits, fait qui a été relevé par les Allemands. À l'avenir, il sera sans doute nécessaire de mieux distribuer les rôles et les tâches et d'insister davantage sur la deuxième partie du travail, c'est-à-dire l'observation et l'analyse de l'activité.

39Lors des visioconférences suivantes, nous avons testé deux autres jeux ou tâches.

40La première activité consiste en un jeu de rôle où deux délégations venues de deux pays doivent négocier la construction d’une autoroute à travers le territoire d’un des deux pays. Le pays qui doit ’subir’ la construction est l’ancien pays colonisé tandis que le constructeur est l’ancien colon. Les membres des deux délégations, l’une en Allemagne et l’autre en France, ont des consignes précises concernant leur comportement : discrétion, fermeté, voix basse, pas de contacts physiques, gestuel entre solidarité et soumission, version écrite exigée pour tout accord de la part des anciens colonisés, confiance en soi, voix haute, tape sur l’épaule, proximité physique de l’interlocuteur, acceptation des accords verbaux, etc. de la part des colons. Un certain nombre de consignes n’a pu être respecté à cause du dispositif « visioconférence », et l’authenticité en a souffert. Il était néanmoins intéressant de noter que le comportement plutôt extraverti des « anciens colons », joué par les Français, et le rôle de la délégation « anciens colonisés », joué par les allemands, correspondait, d’après les observateurs, aux comportements supposés typiques des deux pays.

41Pendant la deuxième activité, les deux groupes avaient comme tâche de préparer une « vraie rencontre simulée » autour du sujet « communication interculturelle ». Ils devaient décider, après 45 minutes de discussion, du lieu de cette réunion, du transport, de l’hébergement et du contenu précis de la rencontre. Comme dans les jeux précédents, les « spectateurs » étaient invités à observer et à analyser les événements pendant le débat. Notre premier test a conduit à un débat relativement houleux. Les étudiants n’avaient pas compris en quoi consiste une « vraie rencontre simulée », formulation qui était sans doute ambiguë.

Conclusion

42Le concept du module – jeux, études de cas, enquête, visioconférences ludiques et débats – est fortement motivant pour les étudiants et permet de les initier aux facettes de la communication interculturelle. À l’avenir, il va falloir sans doute cibler les différentes activités et en analyser les retombées pratiques pour les étudiants. Surtout en IUT, le public demande des recettes, des règles précises qui le guident dans son parcours professionnel. Le compromis entre ces règles – dans la mesure où elles existent – et la nécessaire réflexion différenciée seront les défis de l’année universitaire à venir. Nous présenterons aux étudiants une grille générale d’évaluation qui leur permettra de mesurer leur vécu et d’en tirer des leçons au-delà de la simple sensibilisation ou du simple constat des différences. Néanmoins, les étudiants ont apprécié la coopération, la rencontre en direct d’étudiants en Allemagne. Le semestre suivant est en préparation, le module sera reconduit sur la base de nos expériences mutuelles.

Haut de page

Bibliographie

Azaïs, A. 1997. Interkulturalität im Management am Beispiel Deutschland-Frankreich. Toulouse : INP-ENSEEIHT.

Thiagarajan, S. 2006. Barnga – A simulation game on cultural clashes. Londres : Intercultural Press.

Site internet de l’Université de Jena : http://www.ikkompetenz.thueringen.de.

Références complémentaires

Demorgon, J. 1996. Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos.

Hall, E. T. 1990. Understanding Cultural Differences. Yarmouth, Maine : Intercultural Press.

Hall, E. T. & M. Hall. 1987. Guide du comportement dans les affaires internationales. Paris : Seuil.

Hofstede, G. 1980. Culture’s consequences. International Differences in Work-related Values. Beverly Hills : Sage.

Merkens, H., J. Demorgon & G. Gebauer (Eds.). 2004. Kulturelle Barrieren im Kopf. Frankfort/Main : Campus-Verlag.

O’Dowd, R. 2000. « Intercultural Learning via Videoconferencing : a pilot Exchange Project ». ReCALL 12 (1) : 49-63.

Wagner, W. 1997. Fremde Kulturen wahrnehmen. Thüringen : Landeszentrale für politische Bildung.

Haut de page

Notes

1 Ces « étudiants en Allemagne » ne sont que partiellement allemands car de nombreux étudiants étrangers viennent à Hanovre pour leurs études de spécialité et l’apprentissage de la langue allemande (grâce à l’absence de dialecte dans cette ville) et se retrouvent ainsi naturellement dans des cours de langue.

2 Un webzine (mot-valise formé de la contraction de web et magazine) est la transposition sur Internet d’un magazine rédigé par des amateurs.

3 Le niveau des cours était B1/B2 pour le FLE en Allemagne et A2 pour l’allemand en France.

4 Depuis quelques années, les licences professionnelles permettent d’obtenir un diplôme de niveau bac + 3.

5 Avant le début des modules, l’administration avait organisé des permanences permettant aux étudiants de se renseigner sur le contenu des différents cours composant un parcours. La faible présence des étudiants a conduit à la suppression des permanences.

6 De plus, les universités allemandes ont conservé l’ancien mode d’emploi du temps universitaire du cum tempora (c.t.) signifiant que les cours commencent un quart d’heure avant l’heure indiquée et finissent un quart d’heure avant.

7 Thiagarajan, Sivasailam. 2006. Barnga – A simulation game on cultural clashes. London : Intercultural Press.

8 Malheureusement, le site ne dévoile pas le degré de représentativité de son enquête et notre demande dans ce sens est restée sans réponse.

9 MIT : Massachusetts Institute of Technology.

10 Une approche qui semble prometteuse consiste à commencer par la notion de comparaisons culturelles. Le fait de comparer et de contraster des entités séparées permet de voir des différences et des similarités qui ne seraient pas visibles autrement. CULTURA propose une approche transculturelle permettant aux apprenants d’observer, de comparer et d’analyser des supports similaires issus des deux cultures étudiées.
Cette approche leur permet de commencer à « voir » les différences comme les similitudes : les valeurs différentes attribuées aux mots, les connotations négatives ou positives, les diverses attitudes face à des événements ou à des situations, etc. C’est la première étape du déchiffrage et de la compréhension de ces différences, de leur signification. (C’est nous qui traduisons).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Questionnaire « associations »
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/1136/img-1.png
Fichier image/, 40k
Titre Figure 2
Légende Questionnaire « réactions »
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/1136/img-2.png
Fichier image/, 81k
Titre Figure 3
Légende Questionnaire « analyse de la visioconférence »
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/1136/img-3.png
Fichier image/, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Klaus Bergmann, « La communication interculturelle en direct : Université de Bretagne Sud à Vannes / Université de Leibnitz à Hanovre », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 2 | 2009, 86-97.

Référence électronique

Klaus Bergmann, « La communication interculturelle en direct : Université de Bretagne Sud à Vannes / Université de Leibnitz à Hanovre », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 2 | 2009, mis en ligne le 04 novembre 2011, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/1136 ; DOI : 10.4000/apliut.1136

Haut de page

Auteur

Klaus Bergmann

Après des études en philologie française, anglaise, hispanique et allemande dans les universités de Berlin, Hanovre et Rennes, Klaus Bergmann enseigne l’allemand à l’IUT de Vannes, Université de Bretagne Sud.
klaus.bergmann@univ-ubs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page