Navigation – Plan du site
Notes
9

De l’intérêt des ateliers interculturels

On the interest of intercultural workshop
Jocelyne Sourisseau
p. 98-109

Résumés

Créer de véritables lieux de communication entre étudiants de nationalités différentes nécessite une réflexion approfondie pour que les échanges ne restent pas superficiels. Il est nécessaire de construire des activités qui répondent à plusieurs objectifs : découvrir le contexte culturel de l’autre, les valeurs et comportements qui en découlent, améliorer sa capacité à parler et à écrire une langue étrangère, arriver à établir des contacts avec des personnes de culture éloignée de la sienne et créer de nouveaux liens amicaux basés sur une réelle volonté de communiquer. Cela implique d’élaborer de nouvelles manières de travailler et d’imaginer de nouveaux lieux plus propices que le cadre de la classe pour poursuivre les échanges. La mise en place de lieux d’échanges encadrés, dans les établissements supérieurs est indispensable car les rencontres interculturelles ne vont pas nécessairement de soi entre étudiants français et étudiants étrangers. Ces ateliers préparent efficacement les jeunes à évoluer dans un environnement privé et professionnel de plus en plus international.

Haut de page

Texte intégral

1Il est plus que jamais nécessaire, dans le contexte international où nous évoluons, de mettre en place des lieux ou structures favorisant la communication entre étudiants de nationalités différentes.

2Ma participation au congrès organisé par l’APLIUT sur l’interculturel dans l’enseignement des langues à l’IUT a été l’occasion d’exposer une expérience de mise en place d’ateliers interculturels à partir de la demande conjointe d’étudiants chinois et norvégiens. Après avoir situé le contexte universitaire, les objectifs et l’organisation pédagogique, je présenterai le déroulement des ateliers et les productions des étudiants, puis ferai le bilan de cette action.

1. Contexte universitaire

3Les ateliers se sont déroulés à la faculté de sciences économiques de l’Université Toulouse 1 Sciences sociales où j’enseigne le français langue étrangère. L’essentiel de mon enseignement s’effectue face à un public d’étudiants chinois et norvégiens : 9h/semaine avec les premiers et 6h avec les seconds.

4Le groupe de Chinois est composé de 14 étudiants âgés de 22 à 28 ans. Ils ont déjà obtenu un diplôme bac + 4 en Chine et viennent en France préparer un master en Sciences économiques. Ils suivent, tout d’abord, une année préparatoire avec 450h de français et des cours de mathématiques, d’économie et de droit en français. Ils n’étudient qu’entre Chinois tout le premier semestre. Au second semestre, ils préparent des unités d’enseignement en micro- et macroéconomie avec les étudiants français en licence 3.

5Les étudiants norvégiens, au nombre de 8, arrivent de lycées norvégiens. Ils ont entre 19 et 21 ans et préparent la licence 1 en deux ans. La première année est une année préparatoire avec beaucoup d’heures de français, droit, économie, mathématiques. En première année, ils suivent uniquement les cours de comptabilité avec les Français ; en deuxième année, ils suivent intégralement les cours avec les étudiants français en Licence 1 économie et gestion avec un soutien de 25h en français.

6Les étudiants ont acquis au mois de novembre 2007 un niveau en français qui se situe, en fonction des apprenants, entre A2 et B1.

7Dès le mois de novembre, les Chinois et les Norvégiens ont manifesté séparément leur désir de rencontrer des étudiants d’une autre culture et de partager des activités avec eux car ils regrettaient de ne pas avoir encore assez d’assurance pour aborder les Français. On observe que les Chinois sortent très peu de leur cité universitaire tandis que les Norvégiens sortent beaucoup mais essentiellement entre eux. Il arrivait aux étudiants norvégiens de parler un peu avec les étudiants français dans les bars, mais les étudiants chinois avouaient n’utiliser quasiment jamais le français en dehors du cours. J’ai alors proposé des cours en commun Chinois-Norvégiens, ce qui a déclenché l’enthousiasme de part et d’autre, chaque groupe étant très curieux de l’autre culture. Pour commencer, j’ai demandé à chaque nationalité d’établir en petits groupes des questions à poser aux étudiants de l’autre nationalité ainsi que leurs attentes par rapport à cette rencontre. À partir de leurs réponses, on pouvait dégager plusieurs objectifs.

2. Objectifs

2.1 Objectifs culturels

8Les premières motivations exprimées étaient la volonté de rencontrer des personnes d’une culture très éloignée de la leur. Chaque groupe affichait une grande curiosité pour le pays de l’autre : modes de vie, traditions et fêtes, symboles, habitudes alimentaires, loisirs, conditions de travail, aspects économiques du développement, éducation. Étant donné le nombre important de questions sur ce dernier sujet, il fut décidé de réserver une séance à la comparaison des systèmes éducatifs. Cette comparaison me semble particulièrement enrichissante car comme l’écrit Louis Porcher (1999 : 218-219) :

L’éducation comparée, qui envisage les relations (similitudes et différences) entre des univers éducatifs différents, constitue préalablement la meilleure voie pour voir clair, situer ses propres actions dans sa singularité, comprendre celle des autres. […] Elle marque « l’étrangeté de l’étranger » et que nous sommes tous des étrangers les uns pour les autres. Par là même, elle contribue à construire la conscience de notre identité.

9Les questions politiques ont été volontairement éludées pour éviter les tensions lors de la première rencontre.

2.2. Objectifs linguistiques

10Les étudiants savaient que la langue française allait être leur principal vecteur de communication et cela les motivait pour améliorer leur expression orale. L’effectif total de 22 personnes permettait un véritable échange qui, de plus, leur donnait l’opportunité d’améliorer leur capacité d’expression et de compréhension orale en discutant avec des personnes d’une autre culture et en s’exprimant avec un autre accent que celui de l’enseignant.

2.3. Objectifs relationnels

11Les Norvégiens et les Chinois avaient réellement envie de créer de nouveaux liens amicaux. Les deux groupes souffraient de vivre refermés sur eux-mêmes. Travailler ensemble sur des objectifs communs les motivait. Cela leur donnait du temps pour faire connaissance et créait un cadre favorable pour établir une vraie communication. La classe devenait ainsi un véritable lieu d’échange interculturel dynamique.

3. Organisation pédagogique

12Nous avons décidé de mettre en place trois cours en commun de trois heures, espacés de deux semaines, le premier réservé aux questions générales et les deux suivants concernant la comparaison des systèmes éducatifs et des valeurs associées.

3.1. Atelier 1 : Premiers échanges collectifs

13Les questions avaient été regroupées par thème (histoire, nourriture, fêtes, famille, situation économique). À tour de rôle, les Chinois posaient une question sur la Norvège et les Norvégiens questionnaient les Chinois. J’ai observé beaucoup de respect et d’écoute et une très grande curiosité de part et d’autre. Les étudiants chinois, plus discrets habituellement, n’hésitaient pas à interroger leurs camarades norvégiens pour faire préciser les réponses. Pour une fois, je n’avais pas à solliciter les étudiants, les questions fusaient et il y avait beaucoup de soin dans l’expression de chacun pour se faire comprendre. Le temps est passé très vite, nous avons terminé sur un échange concernant les salutations. Les formules de politesse courantes chinoises et norvégiennes ont été écrites au tableau. Puis, les étudiants ont proposé d’aller déjeuner tous ensemble. Ce fut un moment d’échange très fort. Naturellement, les étudiants chinois et norvégiens se sont placés de manière à pouvoir échanger et je les ai entendus aborder des sujets beaucoup plus personnels comme leurs activités, leur vision de la société, le coût de la vie et leurs espoirs respectifs dans l’avenir. Jamais, je n’avais vu ces étudiants discuter autant en français, en faisant beaucoup d’efforts pour trouver les mots justes, avec une réelle volonté de se faire comprendre et de bien interpréter ce que disait l’autre. Selon Christian Alix & Gilles Bertrand (1994 :4) :

L’idée de pédagogie des échanges renvoie à la volonté de relier des personnes, des objets, des structures à l’origine séparés. La rencontre entre ces éléments étrangers l’un à l’autre implique l’élaboration de nouveaux lieux, différents de ceux dans lesquels ils évoluent ordinairement : lieu physique concret de la rencontre, […] espace éducatif relié à l’institution de départ sans pour autant se réduire à elle.

14Je me suis alors demandé si le fait d’être hors institution ne libérait pas certains étudiants de leur blocage pour s’exprimer. Nous avons décidé de nous retrouver pour échanger de manière plus approfondie sur nos systèmes éducatifs respectifs, deux semaines plus tard.

3.2. Atelier 2 : comparaison des systèmes éducatifs

15Nous avions déjà étudié dans chaque groupe le système éducatif français : organisation générale, pédagogie, évolution, à travers articles, film, actualités, projets de réforme.

3.2.1. Travail préalable réalisé par chaque groupe

16Les étudiants chinois et norvégiens ont préparé séparément une présentation de leur système éducatif pour leurs camarades étrangers. Pour cela, ils se sont organisés dans chaque classe en sous-groupes pour traiter du sujet qui les motivait : historique du système, école maternelle, école primaire, collège, lycée et enseignement supérieur. Les étudiants avaient toute liberté pour présenter ce qui leur semblait essentiel dans leur système. Ils ont eu une heure trente pour préparer leur synthèse en classe puis, à la fin de leur recherche, chaque groupe a présenté aux autres le fruit de sa réflexion. Il ne s’agissait pas d’une écoute passive, les camarades étaient priés de critiquer, de confirmer ou d’apporter des précisions. Après cette confrontation, chaque sous-groupe a rédigé sa présentation, ce qui a obligé les étudiants à soigner leur expression écrite. Puis, les productions écrites m’ont été envoyées et je les ai rassemblées dans un document de synthèse. Une semaine avant le deuxième atelier interculturel, j’ai distribué à chaque groupe les dossiers sur le système de l’autre nationalité. Chaque étudiant devait lire les articles et noter les questions éventuelles.

3.2.2. Comparaison des systèmes éducatifs chinois et norvégiens

Échanges groupe entier

17Les étudiants chinois et norvégiens sont donc arrivés en classe, informés sur le système éducatif de l’autre nationalité. Tout d’abord, en classe entière, ils se sont interrogés pendant 30 mn sur des points généraux qui n’apparaissaient pas sur les documents, comme les dates de rentrée des classes, le rythme des vacances, le recrutement des enseignants, l’importance des internats, la place des langues étrangères, etc.

Organisation en sous-groupes

18Les étudiants chinois et norvégiens se sont ensuite regroupés par quatre ou cinq en fonction des affinités sur les thèmes pour comparer de manière plus approfondie les systèmes éducatifs à chaque niveau : école primaire, collège, lycée, enseignement supérieur, et un groupe de 5 étudiants a choisi de travailler sur l’histoire de leur système éducatif et les valeurs qui en découlent.

Contraintes

19Chaque groupe devait s’entendre pour rédiger une comparaison des systèmes. Celle-ci était soumise à la classe à la fin du cours. Pour faciliter les comparaisons, on a déterminé ensemble les points prioritaires à traiter, soit les matières enseignées, les horaires des cours et l’organisation hebdomadaire, les effectifs, le temps de travail personnel, la discipline, la pédagogie à l’école primaire, au collège, au lycée et dans l’enseignement supérieur.

20Cette comparaison des systèmes éducatifs chinois, norvégiens et français devait faire apparaître non seulement une connaissance des différentes organisations et pédagogies mais aussi une réflexion sur les liens entre les systèmes éducatifs et le contexte historique et social.

21J’intervenais pour que les rôles soient distribués dans chaque groupe : celui qui surveille l’heure (ils disposaient d’une heure quinze), celui qui prend des notes, le rapporteur et je faisais de temps en temps le médiateur.

22En petit groupe, les questions fusaient, les étudiants montraient une grande curiosité vis-à-vis du système éducatif de l’autre. Beaucoup de questions portaient sur la discipline, le travail personnel qui sont des aspects traités totalement différemment dans chaque pays. Les étudiants chinois se demandaient comment apprentissage pouvait ne pas rimer avec forte discipline et mémorisation et les Norvégiens se demandaient comment les Chinois pouvaient continuer à étudier dans un système qui leur paraissait aussi contraignant. De plus, les étudiants devaient inclure dans leur comparaison le système éducatif français qu’ils avaient étudié auparavant. Il leur fut difficile de se mettre d’accord sur la rédaction de la comparaison et la présentation orale.

Présentation orale de 5 à 10 mn par groupe

23La comparaison devait faire apparaître les points forts et les points faibles de chaque système, ce qui contraignait les étudiants à aller au-delà de la description et à exprimer leur opinion par rapport aux différentes pratiques éducatives. Chaque groupe a soumis sa réflexion aux autres groupes. Ceux-ci pouvaient intervenir pour compléter, critiquer ou apporter leurs remarques et commentaires. Ce fut l’occasion de rappeler aux étudiants l’utilisation des termes de modalisation comme « il me semble que… », « on pourrait ajouter… », etc.

24Chaque groupe devait me faire parvenir un document de synthèse que j’ai photocopié pour tous les participants pour le cours suivant, deux semaines plus tard. C’est valorisant pour chacun de recevoir le fruit de son travail associé au travail collectif (cf. document en annexe).

3.3. Atelier 3 : Imaginez l’école de vos rêves

25Les étudiants ont reçu leur travail de synthèse du cours précédent. Puis, ils se sont répartis en six groupes. Pour stimuler la compétition, on a organisé deux groupes par niveau : école primaire, collège et lycée.

26Pendant une heure trente, chaque groupe a dû élaborer « l’école de ses rêves ». Ils devaient se mettre d’accord sur l’architecture, la pédagogie, les effectifs et se répartir les rôles.

27Chaque groupe devait présenter deux affiches, une sur l’architecture ou l’environnement de l’école, l’autre sur les idées essentielles du projet « pédagogique ».

  • Contraintes linguistiques pour la présentation : bien argumenter les choix et utiliser le conditionnel.

  • Contraintes matérielles de présentation : chaque groupe avait 10 à 15 mn pour convaincre et expliquer ses affiches sur l’architecture et le programme éducatif. Les autres devaient jouer le jeu en posant beaucoup de questions pour tester la réflexion « pédagogique » de leurs camarades.

28Chaque projet était confronté à un autre et chaque groupe a évalué ses camarades : sur 10, le contenu les idées, l’originalité et sur 10, la syntaxe, le conditionnel, la qualité de l’argumentation. Comme dans les écoles chinoises, il fut décidé que les meilleurs projets seraient affichés dans les classes.

29Les étudiants ont accepté les règles du jeu et ont essayé de présenter des projets créatifs et amusants. Malgré les différences culturelles, ces jeunes n’ont eu aucun problème à dégager les mêmes priorités dans les groupes : priorité au respect de l’environnement, effectif limité à 30, plus de liberté dans le choix des cours, pas de sévices corporels…

4. Bilan

30Créer ces lieux d’échanges interculturels implique une double fonction comme le décrivent Joo-Hee Kim et Isabelle Lallemand (2004 : 44-55) :

D’une part, ils sont créateurs de situations de rencontres interculturelles, […] et développent chez les participants des savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoir-apprendre. […] On peut donc dire qu’ils contribuent à l’élaboration de compétences interculturelles chez les étudiants. D’autre part, […] on peut également affirmer que ces lieux attirent majoritairement des étudiants ayant un intérêt pour l’interculturel et un désir de s’engager dans un véritable échange avec les personnes issues d’une autre culture. »

4.1. Intérêt culturel

31Les valeurs transmises par les systèmes éducatifs ne sont pas anodines, elles sont le reflet d’une volonté politique, d’une histoire et sont donc porteuses d’une idéologie politique. Le choix d’un système éducatif relève d’un choix de société.

32Les étudiants ont accepté les règles du jeu et essayé de présenter des projets créatifs et amusants. Malgré les différences culturelles, les groupes ont exprimé des aspirations similaires, bien que les systèmes norvégiens et chinois ne puissent guère être plus opposés sur un plan idéologique. Cependant, à travers les activités décrites, les étudiants ont montré leur capacité à sortir de leurs références pour aller vers d’autres fonctionnements, à se décentrer et à essayer de comprendre le comment et le pourquoi d’un autre système.

33Cette comparaison implique des remises en cause de part et d’autre sur la manière d’apprendre et d’enseigner, ce qui est fort utile car « chacun a tendance à pratiquer un ethnocentrisme dangereux en considérant que ses propres conventions ont valeur universelle. » (Sourisseau 2003 :12)

4.2. Intérêt linguistique

34Les étudiants ont développé des savoir-faire linguistiques en travaillant leur présentation orale et écrite. Ils ont développé leur capacité à travailler en groupe sur des objectifs communs pour aboutir à un compte-rendu. Ils ont dû s’entendre sur les formulations, ce qui n’était pas facile car la manière de communiquer des Norvégiens est fort différente de celle des Chinois. Ce fut l’occasion de revoir des pratiques discursives : les expressions de l’accord et du désaccord, la modalisation, l’usage du conditionnel. On aurait pu aussi évaluer les échanges de manière plus précise en se référant, par exemple, à la grille proposée par C. Tardieu (2006 : 432) qui détaille les apprentissages différenciés en langue et en culture sur les savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoir-apprendre.

4.3. Intérêt relationnel

35À la suite de ces cours, des liens forts se sont créés entre un certain nombre d’étudiants chinois et norvégiens et ceux-ci ont mis en place d’autres lieux de rencontres pour poursuivre leurs échanges. Tout d’abord, nous nous sommes tous retrouvés pour fêter le nouvel an chinois. Les étudiants chinois ont appris aux Norvégiens à préparer leurs célèbres raviolis. Les Norvégiens, eux, avaient apporté les boissons et gâteaux traditionnels de leurs fêtes de fin d’année. Puis, pendant la soirée, ce fut une alternance de chants traditionnels des deux cultures.

36À plusieurs reprises dans l’année, nous avons organisé pique-nique et sorties au cinéma ensemble. Les étudiants ont aussi prévu des sorties sportives : matchs de football, patinoire, piscine, etc., et certains sont allés découvrir les restaurants toulousains ensemble.

37Comme le bilan a été positif, l’équipe enseignante a décidé de tenter l’année prochaine, de généraliser le principe de ces ateliers interculturels aux différents groupes d’étudiants étrangers à l’université, réunis, généralement, par nationalités et de réfléchir sur la manière d’y inclure des étudiants français et francophones volontaires.

5. Conclusion

38Les étudiants chinois sont de plus en plus présents dans les IUT et ils ont tendance à rester entre eux. Ce travail sur les comparaisons des systèmes éducatifs a été un prétexte pour établir des ponts entre des cultures très différentes. Nous aurions pu discuter de bien d’autres thèmes : la place de la femme, l’évolution de la famille, la transformation de la société, etc.

39Nous avons observé que ces ateliers étaient le déclencheur d’autres liens humains plus forts, se prolongeant dans le temps, à travers de multiples activités et lieux de rencontres. L’enseignant joue là son rôle de médiateur culturel, cher à la didactique des langues et cultures. Il permet à l’étudiant de développer son ouverture d’esprit, sa capacité à prendre la parole face à une personne d’une autre culture, sa capacité à nouer des relations interpersonnelles, à s’adapter et à acquérir de la confiance en soi, compétences relevant principalement du savoir-être mais aussi du savoir-faire. Ce type d’activité aide à se débarrasser des préjugés et permet d’avancer vers l’autre dans un climat de confiance et d’ouverture.

40Créer des lieux d’échange interculturel, encadrés, dans nos établissements supérieurs est indispensable car les rencontres interculturelles ne vont pas nécessairement de soi, ni entre étudiants étrangers de cultures différentes, ni avec les Français. Le développement de ces lieux d’échange apportera un enrichissement personnel et culturel à tous les étudiants et les préparera à évoluer dans un environnement général de plus en plus international.

Haut de page

Bibliographie

Alix, C. & G. Bertrand (coord). 1994. « Pour une pédagogie des échanges ». Le français dans le monde, Recherches et Applications, février-mars 1994 : 4-7.

Kim, J.-h. & I. Lallemand. 2004. « Réflexions sur l’émergence de compétences interculturelles dans trois lieux d’échanges ». In G. Zarate & A. Gohard-Radenkovic(coord.). La reconnaissance des compétences interculturelles. Les Cahiers du CIEP, 44-55

Gohard-Radenkovic, A. 2004. Communiquer en langue étrangère. Berne : Lang.

Porcher, L. 1999. « Médias médiateurs, médias intermédiaires ». In Diagonales de la communication interculturelle. Paris : Anthropos, 209-226.

Ross, S. 1996. « Le rôle du professeur de FLE ». Le français dans le monde, n° 238 : 53-56.

Sourisseau, J. 2003. Bonjour/Konichiwa, Pour une meilleure communication entre Japonais et Français. Paris : L’Harmattan.

Tardieu, C. 2006. « Développer une compétence interculturelle : le cas de tandem ». In Aden, J. (coord.). De Babel à la mondialisation. Colloque ALDIDAC, Cergy Pontoise.

Haut de page

Annexe

Comparaison des systèmes éducatifs chinois, norvégiens et français

L’école primaire

1. Les matières

En Chine et en France, on n’a pas de cours de religion mais en Norvège et en France, on n’a pas de matière d’éducation politique. En Chine, l’anglais est présent suivant la richesse des régions, généralement dans les grandes villes mais très rarement à la campagne. En France, les enfants doivent recevoir 1 à 2 heures d’anglais à partir du CE2, ceci est en train de se mettre en place sur tout le territoire. Les autres matières sont les mêmes, le nombre d’heures varie suivant chaque pays. En général, on remarque plus de cours théoriques en Chine et en France et plus de cours pratiques et artistiques en Norvège.

2. Les horaires de cours

En Chine, on a les cours de 8 heures à 11h30 et on prend environ 3 heures de repos, à midi, ensuite on reprend de 14h à 16h. Les cours durent 40 minutes. En France, on a les cours de 9h à 17h, avec 2 heures pour le déjeuner. En Norvège, on a les cours de 9h à 15h, avec 30 mn pour le déjeuner. À partir de la rentrée prochaine, les écoliers français n’auront plus cours le mercredi. En Chine et Norvège, on a cours du lundi au vendredi.

3. Les horaires de travail personnel

En Chine, on travaille à la maison, en moyenne pendant 3 heures, mais en France et en Norvège, le temps pour le travail personnel est plus court, seulement 30 minutes chaque jour.

4. Le nombre d’élèves par classe

En Chine, il y a environ de 40 à 60 écoliers en moyenne dans une classe en ville. En France et en Norvège, il y a moins d’écoliers par classe, 25 pour la Norvège, et de 25 à 30 pour la France.

5. La discipline

En Chine, il y a beaucoup de discipline pour les écoliers du fait du grand nombre d’élèves, et les professeurs sont sévères, s’ils sont en colère, ils peuvent frapper les écoliers. Mais ils savent aussi les encourager. En revanche, en Norvège, il n’y a pas de discipline en classe et il est interdit à un enseignant de toucher un élève, les écoliers ont beaucoup de liberté, par exemple, ils peuvent manger dans la classe et bavarder entre eux. Les professeurs félicitent et encouragent souvent les élèves.
En France, la discipline est entre la Chine et la Norvège, plus stricte qu’en Norvège et plus libre qu’en Chine, mais les enseignants ne sanctionnent jamais physiquement un enfant. Les enfants redoublent s’ils n’obtiennent pas la moyenne ce qui ne se fait pas en Chine ou Norvège.

Le collège

1. Les matières

Les élèves chinois ont les mêmes matières que les élèves norvégiens et français avec en plus des heures d’éducation politique (1h30 par semaine) tandis que les Norvégiens ont des cours de religion (2h par semaine). En revanche, les élèves norvégiens ont beaucoup moins d’heures de cours au total et plus de cours pratiques, comme par exemple, les cours de cuisine. Les Chinois ont des cours d’artisanat.

2. Les horaires de cours

Normalement, les élèves norvégiens commencent à 8h30 et finissent à 15h avec une pause déjeuner d’1h entre 11h30 et 12h30. Les Chinois ont généralement cours de 7h20 à 12h et de 14h30 à 17h. Les Français de 8h à 12h et de 14h à 17h. Les Norvégiens et les Français ont globalement moins de cours que les Chinois qui ont environ 35h par semaine. Les cours durent de 45 à 50 mn en Chine et Norvège et sont suivis d’une pause de 10 mm. En France, ils durent 55 mn et sont suivis d’une pause de 5 mn.

3. Les horaires de travail personnel

Comme il existe une sélection pour entrer dans les meilleurs lycées, les élèves chinois doivent être travailleurs. Après les cours, ils font leurs devoirs pendant environ 3h par jour. Certains élèves suivent des cours complémentaires dans des écoles privées. À l’opposé, les élèves norvégiens sont plus décontractés et ils ont besoin d’environ 1h pour travailler après les cours et ils n’ont jamais de cours privés. En France, on compte une à deux heures de travail personnel par jour.

4. La discipline et les effectifs

Les élèves chinois sont plus disciplinés que les élèves norvégiens. Pendant les cours, les élèves norvégiens peuvent poser les questions à leur professeur et ils les tutoient. Ils sont environ 25 par classe. En France, les élèves vouvoient les professeurs qui les engagent à participer tout en respectant les règles de politesse et d’écoute. Mais en Chine, la discipline est stricte et on ne peut pas parler quand le professeur est en train d’enseigner et on doit être attentif dans les classes car il y a, en moyenne de 40 à 70 élèves par classe.

5. Les évaluations

Le changement le plus important en Norvège est sans doute qu’on réintroduit les notes dans les évaluations, cela est peut-être lié au mauvais classement des résultats de l’éducation en Norvège dans les systèmes d’évaluation internationaux. En Chine, le plus grand changement est qu’on fait plus attention à développer les capacités des élèves. On essaie d’alléger leur charge de travail. En Chine, dans certaines régions, on supprime les notes au collège et on les remplace par des lettres A, B ou C. Mais en France, comme en Chine, les évaluations testent d’abord la capacité de mémorisation de l’élève qui doit apprendre « par cœur », alors qu’en Norvège, la plupart des évaluations se font avec documents.

Le lycée

1. Les matières

Les matières dans les lycées généraux norvégiens, français et les lycées chinois sont à peu près similaires sauf les cours de religion et d’éducation politique. Les cours de religion en Norvège, ce sont les cours obligatoires qui donnent les connaissances générales aux élèves sur toutes les religions pas seulement sur le Christianisme. En Chine, les élèves doivent suivre chaque semaine une heure et demie de cours d’éducation politique. Pour les langues, les étudiants chinois étudient généralement l’anglais au lycée mais quelques lycées proposent aussi : japonais, russes, coréen ou français, en seconde langue tandis que les élèves norvégiens comme les Français ont le choix entre l’espagnol, l’allemand, le français, l’italien et maintenant le japonais ou le chinois etc. Mais, en Norvège les lycéens ont le choix entre plusieurs matières, seuls les cours de base telles que norvégien, mathématiques et anglais sont obligatoires.

2. Les horaires

La journée d’un lycéen norvégien commence à 8h00 ou 9h00. Les cours du matin se terminent à 11h30. Puis, c`est le temps de déjeuner. Après, il reprend les cours à 12h15. À 16h00 ou 16h30, c’est la sortie des classes. En conclusion, les élèves norvégiens suivent environ 30 heures de cours en moyenne par semaine. En revanche, les élèves chinois commencent les cours à 7h20, ils suivent d’abord les cours supplémentaires du matin avant les cours de la journée qui commencent à partir de 8h00. Ils déjeunent normalement à 12h30 et reprennent les cours à 13h30 ou 14h00. Les horaires varient un peu en fonction des régions. Les cours de la journée se terminent à 17h00. En général, pendant la dernière année du lycée, les élèves doivent prendre les cours supplémentaires du soir jusqu’à 20h voire 21h30. Évidemment, les élèves chinois ont plus de cours que les élèves norvégiens et français (environ 35h en fonction des options) et ils ont beaucoup moins de temps libre.

3. Le temps de travail personnel

Normalement, un lycéen norvégien a 2 heures maximum de travail personnel à faire après les cours. À l’opposé, un lycéen chinois a beaucoup de travail personnel à faire tous les jours. La plupart des élèves chinois, dans la dernière année, passent la nuit à travailler au moment des examens mensuels parce que le bac en Chine est très dur à préparer.
Par contre, les examens finaux en Norvège sont plus faciles et donnent lieu à de jolies fêtes et il n’existe pas de redoublement.
Les lycéens français sont surtout préoccupés par la préparation du baccalauréat (porte d’entrée obligatoire pour les études supérieures), ils travaillent en moyenne de 1h30 à 3h par jour. Cela dépend de chacun et des options choisies.

4. Effectifs

Le nombre des élèves par classe au lycée norvégien est d’environ 26. Et, le nombre en Chine est toujours plus de 40 et peut aller jusqu’à 70. Cela dépend des régions. En Chine, il y a environ 20 % des élèves qui sont en internat, alors que les élèves norvégiens ne restent jamais la nuit dans les lycées, peu d’internat aussi, en France.

5. Évaluations

La Chine et la Norvège ne suivent pas le même système de note. Le système de note utilisé dans les lycées norvégiens est le système anglo-saxon comme celui des États-Unis. De 1 à 6, et 6 est la meilleure note. Il faut 2 pour passer dans le niveau supérieur mais la note moyenne est de 4 et tout le monde passe. En Chine, la meilleure note est de 100 ou 150, il faut gagner 60 ou 90 pour réussir. Si non, on doit redoubler au collège ou au lycée.
En Norvège, il n`y a pas de sélection pour entrer dans les écoles, les collèges, dans les lycées et aussi dans les universités comme en France. La sélection sur concours existe dans les grandes écoles ou les écoles privées en France. Quelques universités norvégiennes ont des numérus clausus avec une obligation de 6 pour y entrer comme à la faculté de médecine.
Par contre, la note en Chine est très importante car c’est elle qui sélectionne l’université où l’on va pouvoir entrer. On ne choisit pas toujours son orientation en fonction de ses goûts, par exemple : économie, médecine ou langues, on est soumis à la note du bac. On peut être affecté dans une université de physiques même si l’on souhaite faire des études d’économie !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Sourisseau, « De l’intérêt des ateliers interculturels », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 2 | 2009, 98-109.

Référence électronique

Jocelyne Sourisseau, « De l’intérêt des ateliers interculturels », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 2 | 2009, document 9, mis en ligne le 26 octobre 2011, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/apliut/1150 ; DOI : 10.4000/apliut.1150

Haut de page

Auteur

Jocelyne Sourisseau

Jocelyne Sourisseau est Docteure en Sciences du Langage, enseignante de français langue étrangère à l’Université des Sciences sociales Toulouse 1 et membre du LAIRDIL (Laboratoire interuniversitaire de recherche en didactique des langues (Université Toulouse 2). Ses recherches portent essentiellement sur la communication interculturelle.
jocelyne.sourisseau@univ-tlse1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page