Navigation – Plan du site
Compte rendu de table ronde

« Normes et normalisation dans l’enseignement des langues »

Compte rendu de la table ronde sur les certifications (2 juin 2006)
Gail Taillefer
p. 133-139

Texte intégral

10

1L’objectif de cette Table ronde, consacrée aux certifications, était d’offrir une vue aussi complète que possible d’un certain nombre de « produits » disponibles sur le marché, pour faciliter la comparaison entre eux (et avec d’autres produits), tout en cernant les besoins institutionnels des IUT. Pendant près de deux heures, les congressistes ont d’abord réfléchi sur les notions mêmes d’évaluation et de certification, avant d’écouter la présentation de six « traductions » concrètes différentes, et enfin de débattre de questions fondamentales.

2Le débat s’était, en fait, ouvert la veille : pour pouvoir échanger sur des concepts tels que « note », « évaluation », « certification », « compétence partielle », « validité », « fiabilité », la modératrice, Gail Taillefer (Université de Toulouse-I), avait distribué un questionnaire anonyme, de type ouvert, pour recenser le sens donné par les participants à ces mots-clés (cf. Annexe 1). Une quarantaine de personnes a répondu – environ le tiers des inscrits –, certains après en avoir discuté en atelier de spécialité, d’autres de manière indépendante.

  • 1 Une analyse détaillée des réponses a été faite, par la suite, par Dana Léon-Henri, doctorante à Par (...)

3Un dépouillement rapide1 projeté sur Powerpoint, a révélé des divergences importantes, suscitant des réactions de surprise : certaines de ces notions, semble-t-il, ont rarement fait l’objet de discussion entre collègues... Les réponses étaient plutôt divergentes, par exemple, sur la notion d’évaluation : si 24 % des répondants conçoivent ce terme comme un processus global, 32 % y voient de manière plus pointue un système d’attribution de notes ; 35 % considèrent un examen comme un bilan, alors que 48 % lui donnent le sens d’une évaluation de macro-compétences ; 22 % comprennent la « validité » d’un test, examen, diplôme... comme l’adéquation entre les notions évaluées et les questions posées, 31 % y voient la pertinence et la cohérence d’un test reconnues par une communauté, mais 41 % l’interprètent au sens plus restreint d’une période de temps (tel test – ou le score d’un apprenant ? – n’est « valide » que pendant X années).

4L’échange aurait sans doute pu se poursuivre pendant un certain temps mais, pour pouvoir passer à la présentation des certifications, G. Taillefer a proposé des définitions opérationnelles d’après la littérature, notamment le Cadre européen commun de référence pour les langues (cf. Annexe 2).

5Pour la deuxième partie de cette Table ronde, six certifications avaient été choisies pour représenter la diversité de langues, de formats, d’origines, de familiarité du produit et... de philosophie : par ordre alphabétique, le BULATS (Business language testing service), le CLES (Certificat de compétence en langues pour l’enseignement supérieur), le DCL (Diplôme de compétences en langue), le CELI et le CIC (Certificat de connaissance de la langue italienne, Certificat d’italien commercial), les certificats du Goethe Institut, le TOEIC (Test of English for international communication). Leurs représentants devaient eux-mêmes « rendre leur copie » pour la date limite, en remplissant une grille décrivant leur certification selon les mots-clés évoqués au préalable. Chaque présentation était limitée à 10 minutes, gageure qui a été tenue dans l’ensemble.

6La grille remplie (cf. Annexe 3) résume les ressemblances et les différences évidentes entre les différents produits, notamment sur le plan des langues certifiées, des compétences évaluées, de formats adoptés, de la faisabilité, du coût humain et matériel, de la conformité avec le référentiel qu’est le Cadre européen commun, et surtout, de l’esprit de la certification : « vertical », capable de certifier un continuum de niveaux de compétence, ou « horizontal », ciblant un niveau donné. Le rythme ayant été très soutenu, l’attention de la salle était vive, et beaucoup de questions ont été soulevées, notamment pour comparer les trois certifications les plus connues (DCL, CLES, TOEIC).

7Pour clore sur ces exemples précis, et en même temps porter le débat plus loin, G. Taillefer est revenue sur les réponses des congressistes à trois questions fondamentales dans tout choix de certification : quel rôle celle-ci doit-elle jouer ? Quel effet rétroactif (négatif, positif) pourrait-elle avoir dans la salle de classe ? Et enfin, dans la réalité pédagogique et politique des IUT, quelles difficultés y aurait-il pour intégrer une certification en langue au DUT des différents départements ?

8À ce niveau, la réaction des congressistes a été beaucoup plus homogène, et visiblement très réfléchie, exprimant fortement le souci de pouvoir offrir à nos étudiants un bagage linguistique solide – et approprié – pour le contexte professionnel dans lequel ils auront à trouver leur place. Ainsi, la certification sert, pour 15 % des répondants, à avoir une idée réaliste de son niveau en langue, mais surtout, pour 30 %, à favoriser une intégration européenne et à rendre lisible la compétence en langue pour des non linguistes (employeurs, par exemple...). Sur le plan pédagogique, la certification est vue de manière positive par un pourcentage important des répondants : 41 % la considèrent comme une « carotte » motivante, 45 % la trouvent pertinente par rapport aux besoins professionnels. En revanche – et heureusement – le même pourcentage d’enseignants considère que la certification est négative si elle oriente le contenu des cours. Autrement dit en anglais, si « testing to teach » (évaluer, de manière formative, pour mieux cibler l’enseignement) est une vertu, « teaching to test » (enseigner en vue d’un examen, pas nécessairement cohérent, pertinent ou valide) n’en est pas une. Enfin, deux principales difficultés ont été signalées dans toute mise en place d’une certification : le manque de clarté dans la définition de l’objectif de ce nouvel outil et le manque d’heures pour y arriver, ainsi que le financement de l’ensemble (coûts directs supportés par qui ? Coûts indirects en termes de service, d’attentes, de programmes...).

9Cette Table ronde semble avoir atteint son objectif, qui était d’élargir la réflexion sur la certification en soulevant plusieurs questions, toutes interdépendantes ; les réponses émergeront... Parmi les interrogations fortes, citons l’importance d’une validation lisible et reconnue au niveau européen, et en corollaire la place des certifications purement nationales ; la question des moyens humains et matériels ; l’importance capitale du lien intrinsèque entre enseignement et certification ; l’avantage d’une certification « verticale » ou d’un modèle « horizontal », surtout faisant suite aux nouvelles certifications annoncées pour le secondaire ; l’analyse des besoins professionnels en langues et la reconnaissance d’une réalité exigeant des niveaux de performance différents dans les différentes compétences (lire, écrire, parler, comprendre) et les domaines de spécialité ; la place de la deuxième langue étrangère... ; et, enfin, la nécessaire formation professionnelle des enseignants chargés de mettre en œuvre toute certification, quelle qu’elle soit (l’appropriation du Cadre...).

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Une analyse détaillée des réponses a été faite, par la suite, par Dana Léon-Henri, doctorante à Paris-IV Sorbonne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gail Taillefer, « « Normes et normalisation dans l’enseignement des langues » », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVI N° 2 | 2007, 133-139.

Référence électronique

Gail Taillefer, « « Normes et normalisation dans l’enseignement des langues » », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVI N° 2 | 2007, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/2051 ; DOI : 10.4000/apliut.2051

Haut de page

Auteur

Gail Taillefer

Gail Taillefer est Maître de conférences en anglais. Ses travaux et son enseignement portent sur le transfert des compétences langagières de la L1 vers la L2 ainsi que sur le domaine interculturel. L’aspect stratégique de ces questions est au cœur de sa démarche, comme l’est la question de la politique linguistique institutionnelle et européenne.
gail.taillefer@univ-tlse1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page