Navigation – Plan du site
Notes

Ouvrir à la compétence interculturelle

Marjorie Antoni
p. 110-115

Texte intégral

1Nous accueillons parfois dans nos classes des étudiants Erasmus originaires de pays très divers. Ces étudiants, dont les capacités linguistiques sont souvent perçues par leurs homologues francophones comme étant supérieures aux leurs, ont parfois du mal à trouver leur place dans le cours d’anglais. En effet, les Français se sentent complexés et ont du mal à participer.

2L’objectif de cette séquence d’ouverture à l’interculturel est triple : il s’agit bien évidemment d’ouvrir à une nouvelle compétence (l’interculturel), d’améliorer le niveau d’anglais et également d’intégrer au mieux les étudiants Erasmus dans le cours. Ainsi, l’objet du cours est bien l’ouverture à l’interculturel et l’anglais devient le prétexte pour y amener.

3La séquence s’organise en plusieurs phases dont certaines vont se passer en salle machine (cf. Annexe 5 : étapes de la séquence). Elle est basée sur la consultation de deux sites Internet rédigés, pour l’un, par un homme d’affaires (cf. Annexe 1 : www.executiveplanet.com) et, pour l’autre, par des spécialistes de l’interculturel et de la traduction à visée professionnelle (cf. Annexe 2 : www.kwintessential.co.uk). L’usage d’un dictionnaire bilingue en ligne est autorisé (cf. Annexe 3 : www.wordreference.com). Le but est d’amener les étudiants à lire quantités d’informations sur un pays afin de remplir une grille de synthèse (cf. Annexe 4 : grille de synthèse), de rédiger un résumé et d’échanger des informations à l’oral.

4L’intégration des étudiants Erasmus se fait en deux temps : ils partagent certaines des activités prévues pour les Français, notamment lors du travail sur la France et ont pour rôle de présenter leur pays à l’oral afin de soumettre les francophones à de la compréhension orale. Il faut en effet rappeler que, même si l’anglais est un prétexte pendant cette séquence, il est très important que l’étudiant travaille toutes les compétences. Ainsi, il va lire, écrire, écouter, et parler.

5L’ensemble des activités peut durer entre 6 et 12 heures (cf. Annexe 5 : Description de la séquence) : la présence d’étudiants Erasmus favorise les interactions orales et permet aux étudiants français de prendre du recul par rapport à leur propre culture tout en en découvrant d’autres. À la fin de la séquence, beaucoup reconnaissent l’importance de se documenter sur une culture avant d’aller vivre dans un pays étranger : l’introduction à la différence culturelle permet à certains de commencer éventuellement à préparer plus activement une 3e année à l’étranger ou simplement de se rapprocher des Erasmus.

6Quelques remarques sont à formuler après avoir testé plusieurs fois cette séquence en 1e et 2e année à l’IUT. La première question qui se pose est de savoir si une telle séquence se justifie plus en 1e ou en 2e année. Les étudiants de 2e année se sentent plus concernés par un éventuel départ à l’étranger et sont plus actifs et plus motivés lors de la séquence. De plus, il est assez rare d’accueillir des étudiants Erasmus dans les cours de 1e année ; or leur présence joue évidemment sur le dynamisme des activités et sur l’intérêt que les étudiants français y portent. Il est cependant possible d’envisager cette séquence sans Erasmus (en enregistrant par exemple les présentations de ceux qui ont été accueillis l’année précédente).

7Un des problèmes soulevés par les étudiants eux-mêmes est le fait qu’ils doivent remplir la même grille de synthèse à de nombreuses reprises, ce qui provoque une certaine lassitude.

8De plus, solliciter les Erasmus pour une présentation orale suppose qu’ils ont un anglais suffisamment fluide pour mener à bien une telle activité. Or, il s’avère que le niveau d’anglais des Erasmus est très variable. Les Espagnols semblent partager le « blocage » des Français face à l’anglais !

9Enfin, se pose le problème de l’évaluation : certes, plusieurs compétences sont travaillées, mais il ne faut pas oublier que l’objectif de la séquence est l’ouverture à la différence culturelle et que l’anglais est devenu un prétexte et non plus un objet d’étude. Que faut-il alors évaluer ? La capacité de l’étudiant à comprendre la présentation d’aspects culturels d’un pays ? La capacité à prendre du recul par rapport à cette culture ?

10En conclusion, il est vraiment intéressant d’inverser le rapport entre le contenu du cours (prétexte pour pratiquer et produire de l’anglais) et le travail sur la langue anglaise (passé d’objet d’étude à prétexte pour travailler une autre compétence). La réaction des étudiants est sans appel : motivation et intérêt ne font jamais défaut pendant la séquence. Malgré tout, la présence d’Erasmus est aléatoire d’une année à l’autre et il est certain que l’absence d’étudiants Erasmus pèse sur le déroulement de la séquence : en effet, quoi de mieux pour s’ouvrir à l’interculturel que d’y être confronté directement dans son propre établissement et dans son propre pays ?

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Annexe 2

Annexe 3

Dictionnaire bilingue en ligne : www.wordreference.com

Dictionnaire bilingue en ligne : www.wordreference.com

Annexe 4

Grille de lecture et de synthèse

Grille de lecture et de synthèse

Annexe 5

Liste des tâches

Liste des tâches
Haut de page

Table des illustrations

Titre Site 1 : www.executiveplanet.com
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/3116/img-1.png
Fichier image/png, 404k
Titre Site 2 : www.kwintessential.co.uk
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/3116/img-2.png
Fichier image/png, 308k
Titre Dictionnaire bilingue en ligne : www.wordreference.com
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/3116/img-3.png
Fichier image/png, 276k
Titre Grille de lecture et de synthèse
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/3116/img-4.png
Fichier image/png, 44k
Titre Liste des tâches
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/3116/img-5.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marjorie Antoni, « Ouvrir à la compétence interculturelle », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 2 | 2009, 110-115.

Référence électronique

Marjorie Antoni, « Ouvrir à la compétence interculturelle », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 2 | 2009, mis en ligne le 10 novembre 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/3116 ; DOI : 10.4000/apliut.3116

Haut de page

Auteur

Marjorie Antoni

Marjorie Antoni est Professeur Agrégée à l’IUT Nancy 2 et correspondante RI du département Info-Com (accueil des étudiants étrangers et encadrement des étudiants français à l’étranger). Elle prépare actuellement une thèse de linguistique anglaise sur les phénomènes de hiérarchisation de l’information en anglais de la presse.
marjorie.antoni@univ-nancy2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page