Navigation – Plan du site
Notes

Autobiographies langagières et interculturelles : pratique réflexive sur l’expérience de mobilité

Jean-Paul Narcy-Combes et Aline Gohard-Radenkovic
p. 116-118

Texte intégral

  • 1 Voir p. 10-23 de ce volume.

1Cet atelier était la prolongation de la conférence plénière qu’Aline Gohard-Radenkovic avait donnée le matin même (« Peut-on former à la différence ? Peut-on « penser la différence » dans la mobilité ? »1).

2Il s’agissait d’un atelier dont l’objet était d’amener les participants à s’approprier une démarche en la vivant. Pour comprendre la démarche il fallait avoir suivi la conférence.

3Impliqué dans l’action, le rédacteur n’a pas vraiment pris de notes. Voici le plan de l’atelier (rédigé par A. Gohard-Radenkovic), accompagné de quelques commentaires.

Introduction :
- de la grille à la carte : des grilles d’auto-évaluation du Portfolio à la notion de cartographie des parcours de mobilité ;
- approches autobiographiques à travers la carte (mobilities mapping) et le récit de vie oral ou écrit (history of life).

1e phase publique : la carte
Je dessine ma carte de mobilités dans mon propre pays et à l’étranger (ex. déménagements, séjours, voyages, etc.).
Je la montre au grand groupe et la commente en typifiant ma carte des mobilités, en lui donnant un titre représentatif de mon parcours de vie.

2e phase semi-publique en groupes : le récit oral
Je note sur papier les personnes-clés et les événements-clés et raconte dans un récit de vie oral de 10 minutes :
- mon apprentissage des langues et mon rapport aux langues, mes expériences en langues étrangères dans mon pays et à l’étranger ;
- mes expériences interculturelles, mes rencontres avec l’étranger, qui m’ont marqué dans mon propre pays et/ou à l’étranger.

3e phase semi-privée : le récit écrit
Je raconte et développe dans un récit de vie écrit :
- mon apprentissage des langues et mon rapport aux langues, mes expériences en langues étrangères, les stratégies que j’ai élaborées dans telle ou telle situation de cohabitation et / ou de mobilité ;
- mes expériences interculturelles, mes rencontres avec l’étranger dans mon propre pays et / ou à l’étranger, les stratégies que j’ai élaborées dans telle ou telle situation de cohabitation et/ou de mobilité.

4e phase privée : journal intime, journal de bord
Je raconte dans un récit écrit sous forme de journal intime ou journal de bord des moments que je ne peux pas raconter aux autres mais dont j’ai besoin de parler.
N.B : cette étape a été proposée comme piste de réflexion en en discutant les apports et les limites pour nos étudiants

4A. Gohard-Radenkovic a présenté les objectifs de son atelier et nous a mis au travail. Il s’agissait de mettre en œuvre la première phase ou phase publique : la carte. Chacun a donc dessiné sa carte de mobilités, ce qui a pris un peu de temps. Puis certains, volontaires, ont présenté et commenté leur carte. Des questions et des réactions ont suivi, montrant en quoi chaque vie est spécifique et peut s’interpréter de façon fort différente vue de l’extérieur.

5Cet échange a laissé une trace solide dans l’esprit du présent rapporteur. Conscient qu’on ne peut agir de cette façon partout, certains des groupes en France sont trop chargés pour que de tels échanges soient viables, il est néanmoins convaincu qu’il y a là un moyen de créer une meilleure connaissance de soi par un échange non menaçant.

6La deuxième phase ou phase semi-publique : le récit oral n’a pu être abordé en profondeur, car le temps de l’atelier était, hélas, limité, mais le débat autour de la troisième phase ou phase semi-privée : le récit écrit a été abordé sous forme de discussion car des exemples concrets « d’autobiographies langagières et interculturelles » ont été présentés lors de la conférence de A. Gohard-Radenkovic.

7Un débat autour de la quatrième phase ou phase privée a permis de prendre la mesure de la nécessité d’une attitude respectueuse face aux journaux intimes, en soulignant l’importance du respect de l’intimité. C’est bien à partir de ce que l’individu est prêt à révéler que l’on peut échanger, autrement le journal ne sera plus sincère et sera donc moins révélateur pour celui qui l’écrit.

8En conclusion, le positionnement d’A. Gohard-Radenkovic et sa méthodologie de travail sont apparus très clairement dans cet atelier. La pertinence de sa réflexion a été confirmée par le fait que les participants ont joué le jeu et qu’un vrai débat a eu lieu. Il est, par contre, évident qu’une telle pratique nécessite des médiateurs avertis dans des groupes de dimensions raisonnables.

Haut de page

Bibliographie

Molinie, M. (dir.) 2006. « Approche biographique et apprentissage plurilingue ». Le français dans le monde. Paris : FIPF / Clé international.

Zarate, G. & A. Gohard-Radenkovic (dir.) 2004. « De la grille à la carte : La reconnaissance des compétences interculturelles ». Les Cahiers du CIEP. Paris : Didier.

Haut de page

Notes

1 Voir p. 10-23 de ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Narcy-Combes et Aline Gohard-Radenkovic, « Autobiographies langagières et interculturelles : pratique réflexive sur l’expérience de mobilité », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 2 | 2009, 116-118.

Référence électronique

Jean-Paul Narcy-Combes et Aline Gohard-Radenkovic, « Autobiographies langagières et interculturelles : pratique réflexive sur l’expérience de mobilité », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 2 | 2009, mis en ligne le 10 novembre 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/3118 ; DOI : 10.4000/apliut.3118

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Narcy-Combes

Jean-Paul Narcy-Combes est le rapporteur de l’atelier animé par Aline Gohard-Radenkovic. Il est professeur (didactique de l’anglais) à l’UFR DFLE (Didactique du Français langue Étrangère et des langues) de l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle, et directeur adjoint du DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures), EA 2288. Il s’intéresse tout particulièrement aux problèmes que soulève le lien entre la théorie et la pratique dans l’enseignement/apprentissage des langues. Cette réflexion correspond à son activité de directeur de recherche, qui se focalise particulièrement sur l’épistémologie et la méthodologie de recherches en didactique des langues, comme en témoigne un ouvrage paru chez Ophrys en 2005
jean-paul.narcy-combes@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Aline Gohard-Radenkovic

Aline Gohard-Radenkovic est professeur au Département des Sciences plurilinguisme et des langues étrangères, Université de Fribourg, Suisse. Ses recherches portent sur les dimensions langagières, sociales et (inter)culturelles de la communication, sur les représentations et discours des acteurs sociaux. Elle compte des publications sur les politiques de gestion de la diversité linguistique et culturelle, les stratégies identitaires des individus et groupes en situation de mobilité professionnelle, migratoire ou académique Elle est directrice de la collection « Transversales » chez Peter Lang, Berne.
aline.gohard@unifr.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page