Navigation – Plan du site
Articles

Quelques caractéristiques grammaticales propres au groupe verbal en anglais scientifique et technique

A few grammatical characteristics of the verb phrase in scientific and technical English
Jean-Marc Chadelat
p. 18-37

Résumés

À partir d’un relevé des caractéristiques grammaticales les plus significatives du groupe verbal des énoncés d’anglais de spécialité, une analyse entreprise dans le cadre de la linguistique énonciative tentera de montrer une convergence remarquable entre des traits communs au discours de spécialité et à la démarche scientifique de nature à éclairer certains mécanismes langagiers fondamentaux. En effet, la fréquence de be et de have semble nettement corrélée aux opérations d’identification et de localisation à la fois comme la trace d’une stratégie énonciatrice propre au discours scientifique et technique et comme une étape du raisonnement scientifique précédant toute énonciation. La même corrélation s’observe dans le cas de la modalité et de la voix passive, soulignant l’importance des rapports entre grammaire et sens. Les opérations linguistiques dont ces structures sont la trace éclairent donc une typologie discursive propre au discours de spécialité tout en confirmant la validité de certaines hypothèses théoriques sur le fonctionnement de la langue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles L. Barber, 1962, Some Measurable Characteristics of Modern Scientific Prose (cf. bibliograp (...)
  • 2 Il s’agit, comme l’indique l’étymologie, des langues techniques.
  • 3 On peut d’ailleurs se demander si les termes en usage dans le cadre de la théorie des opérations én (...)

1Depuis la publication par Barber (1962) d’un article considéré par beaucoup comme fondateur1, un vaste champ de recherches s’est ouvert à la curiosité des enseignants de langue de spécialité. En proposant des éléments de méthode qui permettent d’observer et de décrire un corpus, l’auteur allait susciter des vocations et encourager l’analyse du discours de spécialité au moyen d’outils de mesure linguistique précis. L’enjeu d’une telle pratique était non seulement d’améliorer l’enseignement de l’anglais scientifique et technique, devenu depuis 1945 une lingua franca à l’échelle internationale, à des étudiants principalement étrangers, mais également de mieux définir les critères linguistiques qui déterminent ces variétés de langue à usage professionnel que l’on appelle technolectes2. C’est ce double intérêt didactique et linguistique pour les spécificités de l’anglais scientifique et technique, aussi bien lexicales que syntaxiques ou grammaticales, qui permettent en effet d’en dessiner le profil. Dans le cadre de cette perspective théorique et méthodologique, nous tenterons, à partir d’un corpus d’exemples généralement extraits de discours de physiciens et d’ingénieurs, de repérer puis d’analyser brièvement certaines des caractéristiques linguistiques récurrentes propres au groupe verbal. L’optique énonciative choisie nous conduira à analyser les opérations linguistiques en jeu afin de mieux cerner le rapport entre les spécificités du discours de langue de spécialité et les exigences scientifiques d’un tel discours. En se fondant sur les similitudes entre ces deux plans, nous envisagerons que la stratégie énonciative du locuteur/scripteur de discours scientifique et technique puisse reposer sur un type de mode opératoire comparable à celui employé en science (au double plan expérimental et argumentatif)3. Enfin, nous changerons de perspective et, dans une optique moins didactique que théorique, nous nous demanderons si les caractéristiques linguistiques observées au niveau du groupe verbal des énoncés du corpus ne sont pas susceptibles de confirmer concrètement certaines des hypothèses explicatives au sujet de la mise en œuvre opératoire de la langue dans la parole.

Be et Have dans les énoncés scientifiques et techniques

  • 4 La science "rapportée" par le rédacteur de documents scientifiques distingue néanmoins les faits ca (...)

2Ces verbes très courants ont une fréquence accrue en anglais scientifique et technique, où ils s’emploient pour désigner des propriétés ou des caractéristiques générales. Il n’est donc pas étonnant qu’on les trouve le plus souvent au présent simple, qui est par excellence le temps grammatical des énoncés non repérés par rapport à une situation d’énonciation déterminée, ou validés quelle que soit la situation dans laquelle ils sont énoncés. Il convient de noter une première convergence entre le plan linguistique et le domaine de l’extra-linguistique : la littérature scientifique et technique présente en effet des informations, des résultats ou des découvertes relatives à l’état présent des connaissances scientifiques qui sont en quelque sorte contemporaines de leur énonciation4. Elle décrit aussi les expériences reproductibles qui permettent d’obtenir ces connaissances en indiquant d’autre part quelles sont leurs applications possibles ou envisageables (Swales 1990).

3Mais, plus généralement, l’emploi de be et have pour désigner des propriétés ou des qualités attribuées à un prédicat traduit la fréquence élevée du présent simple dans les textes scientifiques et techniques, aussi bien à la forme affirmative :

  • 5 Les exemples sont extraits de Swales (1971), sauf quand une autre source est mentionnée. Il s’agit (...)

Action and reaction are opposite and equal
A thermometer measures temperature
Scientists use reliable instruments
A researcher often needs imagination in his work
5

4qu’à la forme négative :

In altitude water does not boil at 100° centigrade
Most kinds of wood do not sink in water
The results of this experiment do not prove the law
A true scientist does not accept authority in science

5ou même interrogative :

Are languages logical?
Why do women live longer than men on average?
What is the breaking strain of this rope?
Do mathematicians need ideas?

  • 6 Nous ne prétendons pas annexer cet auteur à la cause énonciativiste, mais ce "rhétoricien" de la sc (...)
  • 7 Selon la terminologie énonciativiste, un procès désigne un verbe au plan du sens : il s’agit d’un p (...)

6Il est vrai que les énoncés négatifs et interrogatifs sont moins courants que les formes affirmatives dans un contexte scientifique et technique – pour des raisons qui tiennent semble-t-il autant à l’optique informative de ces documents qu’à la stratégie énonciative de leurs rédacteurs (Trimble 1985)6 – , mais ces quelques exemples montrent l’étendue des emplois du présent simple en soulignant la mise en situation minimale de ces énoncés qui font référence à des procès7 habituels et généraux – que leur sujet soit animé ou non –, à des vérités établies ou bien à des lois scientifiques, enfin à des descriptions de phénomènes reproductibles (expériences, observations ou procédés) qui témoignent de relations causales stables. La simplicité du groupe verbal de la plupart des énoncés scientifiques et techniques – notamment en be ou have – souligne comparativement la complexité des groupes nominaux en position de sujet ou de prédicat :

The average monthly rainfall figures for this area show a small decline in annual total over the last thirty years
The apparent loss of weight of a substance which is immersed in a liquid is equal to the weight of the displaced liquid.

  • 8 La notion de repérage désigne la marque du point de vue de l’énonciateur qui prend en charge son én (...)
  • 9 Les deux grands types de repérage sont l’identification (par exemple lorsqu’un verbe est en phase a (...)

7Une reformulation de ces deux exemples en anglais courant fait percevoir une différence essentielle entre la variété – écrite – d’anglais scientifique et technique et l’anglais standard : alors que, dans cette dernière, les groupes nominaux d’une phrase quelconque sont statistiquement plus simples que le groupe verbal – qui comporte notamment des marques de temps et d’aspect –, c’est l’inverse qui est vrai pour les phrases de la variété scientifique et technique où be et have sont très fréquents. Les nombreuses occurrences de ces deux verbes dans ces énoncés confirment d’autre part leur proximité sémantique ainsi que leur fonctionnement grammatical similaire. Ces deux opérateurs de repérage8 – l’un de localisation et l’autre d’identification9 – sont souvent interchangeables au sein d’énoncés distincts au plan syntaxique mais comparables au plan sémantique :

Water has a boiling point of 100° C
The boiling point of water is 100° C

This car has a maximum speed of 140 kilometers an hour
The maximum speed of this car is 140 kilometers an hour.

8La valeur linguistique complémentaire de ces deux verbes apparaît d’autant mieux dans les énoncés où l’un et l’autre figurent en remplissant une fonction voisine :

In chemistry each element has its own symbol, which is usually a capital letter followed by a small letter
If a plane figure has three straight sides, it is a triangle.

9Ces deux exemples montrent en effet que les deux opérations distinctes de localisation et d’identification – fondamentales aussi bien au plan linguistique que dans un cadre scientifique et technique – tendent au plan sémantique à l’expression de propriétés permanentes et inaliénables qui entrent dans la définition d’un objet ou d’une notion (Bouscaren 1982). Une légère reformulation de ces deux énoncés indique clairement ce caractère définissant lié à be et have :

A chemical symbol is attributed to each element; it consists of a capital letter followed by a small letter
A triangle is a plane figure with three straight lines.

10Un autre indice important de la parenté entre be et have, que l’anglais scientifique et technique éclaire et exploite tout à la fois, est la similitude des relations prédicatives à l’origine des énoncés miroirs dont la structure en surface est très voisine :

Stainless steel has the property of resisting corrosion
The property of stainless steel is to resist corrosion

The total population of the world is about 6,000 million
The world has a total population of about 6,000 million.

  • 10 Au sens commun comme dans son emploi linguistique, cet adjectif se dit d’événements qui ont les mêm (...)
  • 11 La prédication consiste à mettre en relation un sujet (dont on dit quelque chose) et un prédicat (c (...)
  • 12 Une relation (ou un énoncé) de propriété est une relation qui exprime une vérité générale validée q (...)

11Ces formulations sémantiquement équivalentes, dont l’occurrence est équiprobable10 dans un contexte scientifique et technique soulignent la valeur primordiale de repérage commune à ces deux verbes, dont l’un effectue une opération de localisation (ou de différentiation) et l’autre une opération d’identification. Dans les deux premiers exemples cités, le repérage entre steel, property et resist corrosion donne à l’énoncé ses effets de sens. Le sujet de l’énoncé est inanimé et la qualité prédiquée11 est inaliénable, d’où la relation de propriété12. Le fait qu’il s’agisse en outre d’une propriété inaliénable et permanente rend possible la reformulation suivante tout en soulignant la valeur miroir de be par rapport à have :

Stainless steel is corrosionproof.

  • 13 Le thème étant le point de départ de la relation prédicative, la thématisation est un procédé au mo (...)

12Le cas des deux autres énoncés est légèrement différent. L’apport sémantique de have y est bien toujours fondé sur une valeur de repérage par localisation, mais il ne s’agit ni de possession ni de propriété stricto sensu. La population mondiale est en effet constituée d’un ensemble d’êtres vivants en perpétuel devenir qui ne peut donc être assimilée à un objet aliénable ou inaliénable. Pour le démographe ou le statisticien cependant, il est nécessaire de la chiffrer en validant une relation de quantification réputée fiable au moment de son énonciation. Ainsi l’exemple The world has a total population of about 6,000 million peut-il se gloser par There is a total population of about 6,000 million in the world, la différence étant le point de départ de la relation prédicative qui thématise13 The world. Ce procédé de thématisation est plus courant en anglais standard que dans la variété scientifique et technique car il a pour effet de modifier l’ordre canonique des éléments de la relation prédicative, plus fréquent dans les énoncés constatifs. L’équivalence entre be et have, constatée à nouveau dans ces exemples, permet de signaler que la relation de localisation entre world et total population est à prendre au sens propre de localisation spatiale dans la mesure où le monde est le lieu réel où vivent « ses » habitants. Dans tous ces énoncés, on peut enfin remarquer que la relation est statique, c’est-à-dire que le relateur remplit la fonction d’un verbe d’état et que le point de départ de la relation prédicative est le siège d’une qualité ou d’une propriété et non l’agent déclencheur d’un processus. Remarquons pour finir sur ce sujet que be et have s’emploient particulièrement pour affirmer les dimensions d’un objet de manière encore une fois interchangeable :

The well is 35 meters deep

13est en effet l’équivalent sémantique de :

The well has a depth of 35 meters,

14bien que cette structure soit plus fréquente dans la variété scientifique, probablement parce qu’elle prédique une caractéristique de façon plus indéterminée. Cette tendance linguistique réputée plus « scientifique » explique également la préférence de have à tout autre verbe conjugué au présent simple :

Cows have an average life of 15 years
Water has a boiling point of 100° C

15sont plus probables au sein de textes techniques ou scientifiques que leur équivalent sémantiquement pourtant très proche :

Cows live on average 15 years
Water boils at 100° C.

  • 14 Pour la définition de ces termes, voir supra, note 5.

16Bien que les premiers énoncés soient plus longs et contredisent la règle scientifique de la concision, il y a de fortes chances pour qu’ils soient préférés dans un rapport ou un document. La justification linguistique en est que dans les derniers énoncés, le présent simple évoque un procès, ici un processus14, absent de l’affirmation pure et simple d’un prédicat nominal dans les exemples avec have. Il est vrai qu’il n’y a aucune description du procès évoqué et que le verbe au présent simple exprime une notion qui n’est pas repérée par rapport à une situation particulière. Mais ces verbes ont beau exprimer un état en renvoyant à une notion indéterminée dans le cadre d’énoncés qui désignent une vérité générale indépendante de la situation et de l’énonciateur, la notion verbale à laquelle ils font référence n’est pas pour autant statique. Du fait de leurs caractéristiques physiques et culturelles, les verbes live et boil sont plus dynamiques, moins indéterminés, que la localisation d’un groupe nominal au moyen de have. Le problème de la détermination – verbale et nominale – se pose aussi pour les énoncés à la forme négative. En anglais britannique standard, les énoncés les plus probables :

A point hasn’t got dimensions
A point hasn’t got any dimensions

17correspondent en anglais américain à :

A point doesn’t have dimensions
A point doesn’t have any dimensions

18et en anglais de spécialité à :

A point has no dimensions.

19Ce dernier exemple confirme l’indétermination plus « scientifique » de l’opération de localisation au moyen de have mais également l’impact global sur la détermination – nominale et verbale – d’un énoncé du choix effectué par l’énonciateur dont les calculs donnent forme à l’orientation du discours.

Modalité et discours scientifique

  • 15 Voir également au sujet de la modalisation du discours scientifique Perkins, M. R., 1983, Modal Exp (...)
  • 16 Remarquons à nouveau la proximité de cette définition linguistique avec, en mathématique, le calcul (...)
  • 17 DEA (1983-84).
  • 18 Ce type de modalité porte bien son nom, le radical grec dont il est dérivé signifiant « science, co (...)

20Après les opérateurs be et have, ce sont les modaux qui apparaissent le plus fréquemment dans les groupes verbaux des énoncés scientifiques et techniques (Swales 1990)15. Mais ils n’ont pas, en règle générale, les mêmes valeurs que dans des énoncés d’anglais standard. Il est donc intéressant de relever les emplois les plus courants des modaux « scientifiques », afin d’observer quelles sont les valeurs grammaticales qui prévalent et quel rapport ces valeurs ont d’autre part avec le contexte et le domaine abordé. Rappelons tout d’abord ce qu’est la modalité. Il s’agit du fait d’indiquer le point de vue de l’énonciateur sur le contenu de ce qu’il dit – ou écrit – au moyen d’une évaluation des chances de réalisation de l’événement considéré16 ou d’une définition de sa position par rapport à celui à qui il s’adresse. Culioli17 distingue notamment quatre types différents de modalité : 1. la modalité de l’assertion (ce qui comprend l’affirmation, la négation et l’interrogation qui équivaut à un refus d’assertion), 2. la modalité épistémique18, qui permet à l’énonciateur de porter un jugement sur l’ensemble de la relation prédicative en évaluant un événement comme éventuel, possible, probable, quasi-certain, etc., 3. la modalité de l’appréciatif qui, comme son nom l’indique apprécie un événement selon des critères psychologiques, sociologiques, etc., 4. enfin, la modalité dite radicale, qui établit un rapport entre le sujet de l’énoncé et le prédicat – vis-à-vis de lui-même ou d’un autre – en exprimant sa capacité, son obligation, sa volonté, etc.

  • 19 Dans le discours scientifique, l’assertion correspond souvent à des jugements évaluatifs qui se tra (...)

21Cette typologie permet d’ores et déjà de dessiner une ligne de partage assez nette entre, d’une part, les énoncés techniques et scientifiques et, d’autre part, les énoncés courants en ce qui concerne la dominante modale. Dans les textes non scientifiques – comme à l’oral – en effet, la modalité appréciative ainsi que la modalité radicale occupent une place sans commune mesure avec celle qui est la leur dans des documents technico-scientifiques où l’emportent de loin la modalité assertive et la modalité épistémique. Cette répartition statistique – qui admet des exceptions cela va de soi – s’explique aisément : tout document rédigé par un scientifique a pour objectif une expression intelligible et un sens univoque alors qu’à l’inverse une conversation quotidienne, un texte journalistique ou un document littéraire ont tendance à mettre en avant la subjectivité, des jugements appréciatifs et des rapports inter-subjectifs souvent complexes et ambigus (Swales 1990). On peut d’ailleurs affiner cette distinction en observant une différenciation supplémentaire. L’assertion, à laquelle nous donnons le sens plus général de prise en charge d’un énoncé (affirmatif ou négatif) par un énonciateur plutôt que celui plus restreint qu’elle a dans la langue courante d’énoncé affirmatif, est une caractéristique différentielle des énoncés scientifiques19. La nature informative et argumentative de ces énoncés est en effet a priori peu compatible avec le mode interrogatif (refus d’assertion) ou le mode irréel (modulation de l’assertion). D’ailleurs, on peut remarquer que l’absence de tout auxiliaire ou modal devant un verbe au présent simple – ou au prétérit simple – dans un énoncé est précisément le marqueur grammatical de l’assertion par excellence, ce qu’illustre et confirme la prépondérance de ce temps simple au sein des énoncés scientifiques constatifs. À l’inverse, les énoncés négatifs, interrogatifs, polémiques ou contradictoires, dont l’assertion est refusée ou modulée, sont marqués par l’emploi de be et have en tant qu’auxiliaires (be+ing/have+-en). La fréquence de be et have que nous avons analysée plus haut n’est donc en rien contradictoire avec la valeur non assertive de ces deux marqueurs. Dans les énoncés scientifiques pris comme exemples, be et have sont des verbes à part entière à qui leur fonction d’opérateurs de localisation donne une valeur assertive maximale.

22Il semble que les modaux les plus fréquents dans les énoncés scientifiques ou techniques soient dans l’ordre décroissant : 1. can, could, may, might, 2. will (Swales 1971). Avant de donner des exemples et de les analyser afin de discerner le type de modalité valorisé par la langue de spécialité, rappelons que pour les verbes modaux, la distinction essentielle est celle qui existe entre modalité épistémique d’un côté (relation entre un sujet énonciateur qui calcule les chances d’occurrence de l’événement et l’ensemble de la relation prédicative), et modalité radicale de l’autre (relation établie entre le sujet grammatical et le prédicat par l’énonciateur qui qualifie le sujet), la modalisation appréciative étant marginale et la modalité assertive se réduisant dans la plupart des cas à de l’assertion pure. Commençons par can et could, dont la valeur commune fondamentale est celle du « possible » :

  • 20 Ces exemples sont extraits de Ewer & Latorre 1969.

Untested assumptions lead/can lead to false generalizations
The bottle breaks/can break when dropped
Faulty equipment can/could result in invalid data
The bottle can/could break when dropped
20

  • 21 L’interprétation du sens de la modalité (ici épistémique ou radicale) dépend globalement du context (...)

23C’est bien de possibilité qu’il s’agit dans tous ces exemples, la différence étant que la forme passée could marque une rupture de repérage par rapport à la situation d’énonciation qui traduit le choix de l’énonciateur d’être moins assertif, ce que confirme la comparaison des exemples en can/could could traduit une atténuation de la valeur de possible de can. S’il n’y a pas de doute au sujet de la valeur fondamentale de ce modal, il n’y a pas en revanche de certitude sur le type de relation qu’il établit dans tous ces exemples. S’agit-il en effet de la relation sujet-prédicat ou de la relation énonciateur-relation prédicative21 ? Le doute est permis si l’on reformule ces énoncés afin d’essayer de déterminer plus précisément la valeur du modal :

It is possible for the bottle to break/It is possible that the bottle should break
It is possible for faulty equipment to result in invalid data/It is possible that faulty equipment should result in invalid data.

  • 22 La notion de transfert conceptuel a été définie et mise au point par G. Lakoff 1990 dans son articl (...)

24Bien que la glose en It is possible for X to soit moins probable que celle en It is possible that, notamment pour le second exemple, plus abstrait que le premier, l’incertitude est de mise. La grammaticalité et la « sémanticité » de ces paraphrases déterminent une valeur ambiguë, ou du moins ambivalente, du modal. La valeur de possible dérive-t-elle en effet d’une propriété du sujet de l’énoncé, ou porte-t-elle sur le contenu de la relation prédicative ? En fait, les deux interprétations semblent légitimes, même s’il est vrai que la valeur épistémique du modal – It is possible that – correspond davantage à la fonction prédictive de ces énoncés dont l’énonciateur calcule en scientifique les chances d’occurrence de l’événement. L’ambivalence modale qui caractérise ces énoncés scientifiques pose le problème, fort intéressant au demeurant, du rapport qui existe entre les deux types de modalité (Gilbert 1986). Nous y reviendrons. Contentons-nous de remarquer pour le moment la proximité sémantique d’une première valeur de could, qui ne renvoie pas à du passé ni à de l’hypothétique mais à du moins assertif (tentative use), avec un second effet de sens qui marque une atténuation de la valeur de possible portant sur la relation prédicative. Cette proximité pourrait bien se révéler éclairante dans l’optique de l’hypothèse d’un transfert conceptuel d’une modalité à l’autre22.

25Une comparaison entre could et might, dont les effets de sens sont souvent très proches, incite à rechercher quelle peut être la différence de valeur de l’un à l’autre :

The bottle may/might break when dropped
Insufficient observations may give rise to erroneous conclusions/Inadequate sampling might produce disturbing effects in a piece of research.

  • 23 Voir supra, note 8, pour une définition de l’équiprobabilité.

26Alors que can exprime fondamentalement le possible, may et might ont pour valeur de base l’équiprobable23 qui caractérise les chances d’occurrence égales d’un événement et de son contraire (Gresset 1986). Cette valeur, qui s’apparente à la notion voisine d’éventualité ou de contingence, explique que ce modal soit assez fréquent dans le discours scientifique. Il est donc possible de percevoir une légère différence entre may et can, qu’un exemple rendra sensible :

When a man is bitten by this venomous snake, he can/may die.

  • 24 Un biologiste toxicologue dirait que dans un cas la mortalité est physiologique tandis que dans l’a (...)
  • 25 C’est-à-dire des énoncés qui expriment un calcul en référence à la théorie des probabilités.

27Dans cet exemple, les deux modaux ont une valeur assez proche, d’ailleurs ambivalente. La modalité peut en effet aussi bien porter sur la relation sujet-prédicat que sur la relation prédicative. Mais ce qui est intéressant ici est que l’emploi scientifique de ces deux verbes souligne nettement leur valeur fondamentale, telle qu’une analyse grammaticale peut la cerner : you can die exprime la mortalité du sujet qui, s’il se voit inoculer du venin par morsure, a la « capacité » biologique de mourir alors qu’avec you may die, le risque de mort par morsure est évalué à une chance sur deux24. La valeur d’équiprobable de may le rend en effet moins assertif que can qui indique surtout dans un contexte scientifique la capacité. May au contraire exprime toujours une alternative (die/not die), ce qui explique sans doute sa fréquence remarquable dans les énoncés scientifiques probabilistes25.

28La différence de valeur entre might et may est comparable à celle qui existe entre can et could ; en effet, might comme could marquent une rupture avec le moment de l’énonciation, qui a pour effet de rendre l’énoncé moins assertif. Alors que les valeurs de suggestion, de reproche et de permission ne sont quasiment jamais attestées dans des énoncés scientifiques qui tendent à réduire toute valeur intersubjective au minimum, l’énonciateur déclare bien avec might l’équiprobabilité de l’occurrence et de la non-occurrence d’un événement (valeur d’ailleurs commune à may). Toutefois, la forme passée de might rend l’évaluation plus hypothétique :

The bottle might/could break when dropped.

  • 26 Avec might et sa valeur centrale équiprobable et hypothétique, on aborde le deuxième type (voir sup (...)

29Dans l’exemple ci-dessus, might pourrait se gloser par : you can’t rule out the possibility that the bottle should break, ce qui souligne le caractère plus conjectural et incertain de l’événement qu’avec may et could (Gresset 1986). La comparaison avec could est éclairante. Dans notre exemple, les deux modaux sont proches sémantiquement et semblent interchangeables. Mais une analyse plus précise permet de retrouver leur valeur de base et de la corréler à un choix légèrement différent de la part de l’énonciateur. Avec could en effet, la valeur épistémique du modal s’enracine – à l’instar de can – dans une capacité ou une propriété potentielle du sujet de l’énoncé qui fonde la possibilité de l’événement. Avec might au contraire, comme avec may, la valeur radicale de possible procède de l’évaluation équiprobable des chances d’occurrence ou de non-occurrence de l’événement. Ce modal met clairement en avant le caractère aléatoire de la relation bottle-break, la capacité pour la bouteille de se briser étant comme subordonnée à l’évaluation du nombre de chances d’en obtenir la réalisation. La forme passée might est, par excellence en anglais scientifique, la forme des hypothèses théoriques non étayées – ou peu étayées – sur les faits observables26 :

It might be inferred that the disease is linked to these factors.

30Dans cet exemple caractéristique, might n’est pas l’équivalent de could. Le contexte déductif (inferred) et la construction impersonnelle – qui rappelle la glose It is possible that […] des énoncés à modalité épistémique – sont autant d’éléments en faveur de l’interprétation conjecturale de cet énoncé. Avec could, le sens serait proche, quoique la valeur modale de base resterait celle du possible. Le calcul de l’énonciateur serait moins probabiliste (comme avec might) et se fonderait davantage sur un examen concluant des faits disponibles. Ceci explique d’ailleurs qu’en anglais courant, on trouve plus fréquemment la forme modale négative couldn’t (Bouscaren 1989). L’énonciateur déclare en effet impossible le contenu de la relation prédicative en se basant sur des faits ou des indices concrets et non, comme avec might, sur une construction théorique :

Death might occur if the body temperature rose to 42° C
Death couldn’t occur if the body temperature rose to 40° C.

31La reformulation de ces exemples pourrait être la suivante : the possibility of death occurring cannot be ruled out (might) et evidence doesn’t support the possibility of death occuring (couldn’t). Cette paraphrase confirme la différence de valeur et d’effets de sens des deux modaux : alors qu’avec can, ce sont des constatations qui fondent la modalité du possible, avec may en revanche, ce sont des supputations qui sont à l’origine de la modalité de l’éventuel.

  • 27 Ces deux types de relations correspondent à la modalité radicale et à la modalité épistémique (cf s (...)

32À la différence des modaux examinés précédemment, will présente cette particularité – qu’il partage avec shall – que les deux types de relations établies dans le cadre de la modalité (sujet-prédicat et énonciateur-relation énonciative)27 coexistent toujours au sein d’une valeur hybride unique, dont une composante peut être mise en relief au détriment de l’autre. En anglais scientifique et technique, et comme pour les autres formes modales envisagées, la valeur modale radicale de will concernant le sujet de l’énoncé est tout à fait seconde par rapport à la modalité épistémique qui résulte du jugement que porte l’énonciateur sur la relation prédicative. Ceci provient, comme nous l’avons vu, de l’effacement du sujet d’un énoncé technique et scientifique – particulièrement lorsqu’il est animé – derrière la totalité de la relation prédicative que l’énonciateur évalue. La valeur qui l’emporte de très loin est la valeur de visée par laquelle l’énonciateur prédit l’occurrence future de l’événement :

The sea-water corrodes the iron
The sea-water will corrode the iron.

33La différence sémantique entre ces deux énoncés souligne clairement la valeur prédictive du second par rapport à la valeur strictement constative du premier. Alors que la corrosion est observée dans le premier cas, elle est seulement annoncée dans le second en fonction de critères non mentionnés par le contexte (loi physique, expérience). La détermination nominale – au moyen d’une opération de fléchage – de ces énoncés renvoie à une situation particulière repérée par rapport au moment de l’énonciation. La valeur de prédiction de will dans le second exemple est donc repérée par rapport à une situation spécifique qui offre une justification contextuelle ou situationnelle. Il s’ensuit que la valeur de prédiction du modal est davantage liée à une propriété ou une caractéristique implicite de sea-water et de iron qu’à une simple visée opérée par l’énonciateur. La valeur de propriété qui distingue ce dernier énoncé du précédent est encore plus marquée dans les exemples suivants encore plus indéterminés :

Death will occur if the body temperature exceeds 43° C
Death occurs if the body temperature exceeds 43° C.

  • 28 Les propriétés physico-culturelles sont, comme leur nom l’indique, des caractéristiques stables des (...)

34Dans ces énoncés, l’absence de déterminant devant Death renvoie en effet à la notion abstraite, donc à la prédication sous-jacente. La valeur qualitative du nom sujet de ces énoncés, à laquelle s’ajoute le contexte indéterminé validant l’énoncé quelle que soit la situation, indiquent qu’il s’agit d’un énoncé générique. Le caractère constatif de ces exemples au présent simple est conforme à la nature scientifique de ces énoncés, dont la validation repose sur une propriété physiologique. Le premier exemple est une prédiction qui se fonde sur une loi biologique – propre à l’être humain – que le deuxième exemple énonce sous la forme d’une vérité générale. Mais ce qu’il est intéressant de remarquer, c’est que la convergence sémantique de ces deux énoncés quasiment interchangeables provient en dernière analyse de l’affirmation implicite d’une propriété physico-culturelle28 permettant la validation de la relation prédicative dans chaque cas. L’équivalence de l’affirmation de la relation death – occur au présent simple et de la prédiction de l’événement avec le modal will n’est possible – et dicible – qu’en se basant sur une propriété donnée. Cette caractéristique biologique, selon laquelle une température corporelle de 43° C est la température maximale au-delà de laquelle la vie humaine n’est plus possible, est la propriété scientifiquement vérifiable et vérifiée statistiquement sous-jacente à la relation prédicative de nos exemples.

35Cette analyse nécessairement rapide de l’emploi de will en anglais scientifique rejoint les observations effectuées plus haut avec can/could. La valeur de visée de will, d’où dépendent les effets de sens de prédiction, est subordonnée à une propriété – souvent caractéristique – du sujet inanimé de l’énoncé qui, de façon implicite, permet d’inférer raisonnablement la prédiction de l’événement devant se produire. De façon analogue, l’expression de la possibilité dans des exemples avec can ou could résulte d’une valeur première – qui semble toujours attestée dans les énoncés scientifiques et techniques – de capacité (ou de propriété) à l’origine du calcul de la possibilité d’occurrence de l’événement par l’énonciateur. Les énoncés mentionnés plus haut permettront d’illustrer ce point en montrant la distinction linguistique – et scientifique – importante entre can/could/will d’un côté et may/might de l’autre :

The bottle can/could/will break when dropped
The bottle may/might break when dropped.

36D’un côté en effet l’évaluation des chances de réalisation de l’événement s’appuie sur la fragilité de la bouteille, propriété qui conditionne la validation de la relation :

The bottle can/could/will break when dropped (because it is breakable),

37alors que de l’autre, en revanche, l’éventualité du bris n’est pas envisagée comme le résultat de cette caractéristique à laquelle l’énonciateur ne fait pas jouer de rôle causal :

The bottle may/might break when dropped (thus allowing to measure its « breakability »).

38Nous retrouvons dans ce dernier cas un énoncé de type probabiliste qui exprime une incertitude, tandis que dans le premier cas, les formes modales ont une valeur avant tout prédictive liée à des lois avérées ou à des propriétés constatées ne laissant que peu de place au doute. Au delà des opérations linguistiques différentes en jeu, il est permis de se demander s’il n’y a pas là une trace énonciative de la distinction très générale entre science déclarative et science procédurale (Serres 1995) ou, à un autre niveau, celui des rapports entre logique et langage, entre raisonnements formels et non formels (Grize 1990).

La voix passive

  • 29 Il est vrai que cela varie selon les domaines de spécialité. Ainsi en génie civil, par exemple, c’e (...)

39La dernière caractéristique du groupe verbal en anglais scientifique que nous examinerons est la voix passive. Sa fréquence est en effet remarquable dans les énoncés techniques ou scientifiques (Tarone 1998), où les verbes à la voix passive sont généralement au présent simple ou bien construits avec un modal29 :

As oil is usually found deep in the ground its presence cannot be determined by a study of the surface. Consequently, a geological survey of the underground rock structure must be carried out. If it is thought that the rocks in a certain area contain oil, a “drilling rig” is assembled. The most obvious part of a drilling rig is a tall tower which is called a “derrick”. The derrick is used to lift sections of pipe, which are lowered into the hole made by the drill. As the hole is being drilled, a steel pipe is pushed down to prevent the sides from falling in, and to stop water filling the hole. If oil is struck a cover is firmly fixed to the top of the pipe and the oil is allowed to escape through a series of valves.

40Ce petit descriptif de l’extraction pétrolière contient une majorité très significative de verbes au passif, ce qui semble établir une corrélation entre la nature informative et technique de ce document et la fréquence élevée de constructions passives. Mais comment cette préférence se justifie-t-elle au plan linguistique ? Examinons maintenant cette nouvelle version où les verbes ont été mis à la voix active :

As geologists usually find oil deep in the ground a study of the surface cannot determine its presence. Consequently, they must carry out a geological survey of the underground rock structure. If they think that the rocks in a certain area contain oil, workers assemble a “drilling rig”. The most obvious part of a drilling rig is a tall tower which is called a “derrick”. Technicians use the derrick to lift sections of pipe, which they lower into the hole made by the drill. As they drill the hole, they push down a steel pipe to prevent the sides from falling in, and to stop water filling the hole. If they strike oil they fix a cover firmly to the top of the pipe allowing the oil to escape through a series of valves.

41Bien que ces deux versions soient équivalentes au plan sémantique, le document dont les verbes sont à la voix passive est globalement plus clair, tout en étant plus économique. La première différence qui saute aux yeux est l’effacement des sujets personnels dans la première version alors que la seconde mentionne des sujets animés explicitement sous la forme de noms ou anaphoriquement sous forme de pronoms. Ce trait différentiel traduit au plan linguistique la répugnance du discours scientifique pour les mentions personnelles (dans la mesure où les personnes citées ne sont pas objets d’expérience ou d’observation) : elles risquent le plus souvent d’alourdir la forme sans préciser le contenu. Le sujet geologist est par exemple inutile car il n’apporte pas d’élément informatif nouveau que le contexte ou la situation évoquée permettent au lecteur d’inférer. La formulation tautologique geologist-geological survey ne contribue pas davantage à éclaircir ou préciser le sens de l’énoncé, où la reprise anaphorique de ce sujet personnel par they est inélégante et redondante. Dans les phrases suivantes, la nature des sujets (workers/technicians) n’est pas postulée de façon univoque par les prédicats assemble a « drilling rig »/use the derrick, ce qui justifie l’indétermination assez grande du point de départ de la relation. À cet égard, le choix de la voix passive permet de parer à ces inconvénients.

42Une autre raison, tout aussi déterminante, qui justifie le choix de la voix passive est la quantité d’information véhiculée par le sujet grammatical d’un énoncé technique ou scientifique. Nous avons déjà mentionné le fait qu’en règle générale le sujet d’un tel énoncé est souvent complexe et le groupe verbal du prédicat plus simple que celui d’un énoncé courant. Ceci est en rapport direct avec la fonction informative du discours technique ou scientifique qui se soucie moins de modaliser ou d’aspectualiser que de décrire et d’informer. Cette fonction est principalement dévolue aux groupes nominaux en position de sujet. Dans la version à la voix passive de notre document, oil, a geological survey of the underground rock structure, a « drilling rig », The derrick, et a steel pipe sont significativement plus informatifs que les sujets de la seconde version à la voix active geologists, they, workers, technicians, they…, qui sont vagues, répétitifs et constituent finalement un bruit – selon la terminologie de la théorie de l’information – se superposant à la transmission du message utile. Au contraire, les sujets complexes des phrases à la voix passive sont autant de jalons informatifs qui facilitent la lecture tout en accroissant la visibilité de la démarche adoptée par le rédacteur du document :

oil
a geological survey of the underground rock structure
a “drilling rig”
The derrick
a steel pipe

43Ces groupes nominaux plus ou moins complexes soulignent en effet le cheminement du raisonnement et le progrès de la description qu’ils rendent lisibles du premier coup d’œil tandis que la succession de pronoms, dans l’autre version, ralentit la prise de connaissance du document.

  • 30 Voir supra, note 23.

44Une troixième explication qui justifie la voix passive est le gain d’espace qu’elle procure généralement. Alors que la version de notre texte à la voix active compte 140 mots, la version à la voix passive n’en compte plus que 134. Le gain est modeste mais pour des documents plus longs, il ne serait pas négligeable. À quantité d’information égale, la concision est en effet une qualité recherchée des documents scientifiques et techniques qui peuvent être parcourus rapidement sans interférence ni perturbation. La voix passive permet donc de présenter les informations à transmettre dans le cadre du discours scientifique avec une efficacité remarquable conciliant les traits impersonnel, objectif et économique qui caractérisent un type de communication allant droit au but sans détours inutiles. Ces observations confirment que le choix énonciatif de la voix active ou passive ne se réduit pas à un ordre syntaxique. L’analyse des énoncés précédents montre que le choix du passif – notamment en anglais de spécialité, qui est à cet égard un domaine d’investigation privilégié – a un rôle et une fonction qu’une syntaxe descriptive est impropre à élucider. Car c’est au niveau de la relation prédicative que se présente l’alternative actif-passif pour l’énonciateur. Les termes geologist-find-oil, extraits de la première phrase du texte, s’ordonnent « naturellement » dans le cadre d’une relation prédicative où l’animé humain geologist étudie une certaine épaisseur de terrain afin de conclure à la présence possible – qui peut mener à la découverte (find) – de gisements d’hydrocarbures (oil). Ce sont des propriétés primitives – physico-culturelles30 – connues de l’ensemble des locuteurs de l’anglais qui permettent d’orienter la relation prédicative depuis un repère qui en est la source. La voix active résulte en effet du choix de la source de la relation (geologist dans notre exemple) pour servir de point de départ prédicatif (ce dont on parle). En revanche, si le point de départ choisi par l’énonciateur pour construire sa phrase est le but de la relation prédicative (c’est le cas de la première version oil is found du document), l’ordre de surface est celui de la voix passive. La comparaison effectuée plus haut montre clairement qu’il s’agit bien d’un choix en profondeur explicable par une grammaire opérative et non d’une simple modification de surface sans conséquence sur le sens. Notre exemple confirme que ce qui est en jeu avec l’alternative actif/passif est ce dont on veut parler, l’objet du discours. En prenant comme point de départ le terme de la relation primitive oil qui sert de repère énonciatif, l’énonciateur entre dans le vif du sujet en annonçant clairement son objectif et en négligeant ce faisant les étapes inutiles, un peu à la manière d’un mathématicien qui passe sous silence les arguments superflus ou redondants au cours d’une démonstration. Cette économie discursive est à son tour un facteur autorisant une complexification syntaxique elle-même économique, comme dans la phrase initiale de la première version du texte. Ce que le choix d’une construction active ou passive – tel que l’illustre notamment le discours scientifique – permet provisoirement de conclure, c’est donc bien une forte corrélation entre la stratégie énonciative et l’économie informative de ce type de discours (Tarone 1998).

Conclusion : existe-t-il une grammaire du groupe verbal spécifique de l’anglais scientifique et technique ?

45Contrairement au lexique scientifique et technique qui constitue pour une bonne part la spécificité de l’anglais de spécialité comme, d’ailleurs, de tout autre idiome (les nombreux dictionnaires de langue scientifique et technique ainsi que les glossaires terminologiques en témoignent), on ne peut parler de grammaire du groupe verbal propre au discours scientifique et technique si l’on entend par là un ensemble de règles ou d’opérations spécifiques qui n’auraient pas cours dans la langue standard. Ni les opérateurs be/have, ni les modaux can/could/may/might/will, ni la voix passive, ne sont en effet des paradigmes grammaticaux permettant de définir spécifiquement une variété d’anglais de spécialité qui fonctionnerait différemment de l’anglais courant. Il n’en reste pas moins que la fréquence significativement plus élevée de certaines structures dans le discours scientifique et technique, qu’une analyse nécessairement sommaire et schématique nous a néanmoins permis de constater, illustre la question des rapports entre grammaire et sens. Nous avons notamment observé que les opérations grammaticales sous-jacentes à nos énoncés sont responsables d’effets de sens mesurables par la médiation de choix énonciatifs qu’on ne peut assimiler à de simples variantes stylistiques corrélées de façon aléatoire au discours scientifique et technique. Les catégories linguistiques d’identification, de localisation, les valeurs modales du possible, de l’équiprobable et de visée, ainsi que le choix d’une orientation de la relation prédicative d’où résulte la voix grammaticale, sont autant de caractéristiques fondamentales propres à l’anglais qui permettent d’opérer des choix énonciatifs repérés par rapport à une situation donnée. On peut d’ailleurs souligner la convergence de ces structures grammaticales et des impératifs scientifiques – aussi bien discursifs que méthodologiques – dont la logique sous-jacente semble étayer l’hypothèse d’un substrat pré-langagier commun au domaine de la pensée comme à l’ordre de la langue (Grize 1990). Remarquons d’ailleurs que l’usage récurrent que fait le discours de spécialité de ces catégories linguistiques confirme d’autre part des hypothèses de linguistes (Gilbert 1986), en offrant un terrain d’expérimentation probant. C’est le cas, par exemple, en ce qui concerne l’ordre de dérivation de la valeur modale épistémique par rapport à la valeur radicale. Les exemples cités montrent ainsi que la valeur de possible attachée à can/could s’enracine toujours dans l’expression simultanée d’une capacité ou d’une propriété primitive d’où procède secondairement le calcul épistémique de la possibilité d’occurrence d’un événement. Au contraire, pour may/might, les énoncés scientifiques que nous avons examinés et manipulés confirment que le calcul probabiliste des chances d’occurrence d’un événement dont l’énonciateur dit qu’il peut ou non se produire prime sur la valeur radicale dite de permission qui en découle. C’est qu’en effet la perspective inverse qui part du discours scientifique et technique pour dire quelque chose de la grammaire qui l’a produit se révèle tout aussi intéressante. En faisant apparaître le mode de fonctionnement de certains opérateurs linguistiques dont ils soulignent telle ou telle valeur dans le discours, les énoncés de langue de spécialité que nous avons passés en revue sont autant de révélateurs des mécanismes linguistiques dont le linguiste a l’intuition et qu’il essaie de formuler scientifiquement. À cet égard, les tendances grammaticales relevées et analysées sommairement dans le cadre de cette étude remplissent une fonction illustrative et heuristique qui confirme la nature opératoire des règles grammaticales propres à l’anglais. Elles apportent en quelque sorte une confirmation praxéologique aux constructions théoriques d’une grammaire de l’énonciation dont le moindre mérite n’est pas sans doute l’affirmation d’une causalité circulaire intégrant la dimension sémantique et la dimension grammaticale, c’est-à-dire les opérations aux représentations (Culioli 1991).

Haut de page

Bibliographie

Baber, C. L. 1962. « Some measurable characteristics of modern scientific prose ». Contributions to English Syntax and Phonology. Stockholm : Almquist & Wiksell : 43-54.

Bouscaren, J. et al. (DIREL). Cahiers de recherche, tome 1 (1982) et tome 2 (1984). Gap : Ophrys.

Bouscaren, J. et al. Cahiers de recherche, tome 4 (1989), tome 5 (1991) et tome 6 (1993). Gap : Ophrys.

Cahiers CharlesV, n° 1, n° 6, n° 8. Publication de l’Université Paris VII.

Chuquet, H. & M. Paillard. 1987. Approche linguistique des problèmes de traduction. Gap : Ophrys.

Culioli, A. 1991. Pour une linguistique de l’énonciation : opérations et représentations, tome 1. Gap : Ophrys, Collection l’Homme dans la Langue.

Dudley-Evans, T. & M. J. St John. 1997. Developments in English for Specific Purposes: A Multi-disciplinary Approach. Cambridge : Cambridge UP.

Ewer, J. R. et G. Latorre. 1969. A Course in Basic Scientific English. Longman.

Gilbert, E. 1986. « May, must, can et les opérations énonciatives ». Cahiers de Recherche, tome 3. Gap : Ophrys.

Gresset, S. 1986. « De may à might », DEA, Paris VII.

Grize, J.-B. 1990. Logique et langage. Gap : Ophrys, Collection l’Homme dans la Langue.

Guillemin-Flescher, J. 1981. Syntaxe comparée du français et de l’anglais problèmes de traduction. Gap : Ophrys.

Huckin, T. & L. Olsen. 1991. Technical Writing and Professional Communication for Non-native Speakers of English. 2nd ed. New York : Mc Graw-Hill.

Mémet, M. & M. Petit. 2001. L’Anglais de spécialité en France. Bordeaux : GERAS éditeur.

Myers, G. 1989. « The Pragmatics of politeness in scientific articles ». Applied Linguistics 10 : 1-35.

Robinson, P. 1991. ESP today: A Practitioner’s Guide. Hemel Hemstead : Phoenix ELT.

SERRES, M. 1995. Éloge de la philosophie en langue française. Paris : Fayard.

Selinker, R., M. Todd-Trimble & L. Trimble. 1976. « Presuppositional rhetorical information ». EST Discourse. TESOL Quarterly 10 : 281-290.

Swales, J. 1971. Writing Scientific English. Nelson.

Swales, J. 1988. Episodes in ESP: A Source and Reference Book on the Development of English for Science and Technology. Hemel Hemstead : Prentice Hall.

Swales, John. 1990. Genre Analysis: English in Academic and Research Settings. Cambridge : Cambridge UP.

Trimble, L. 1985. English for Science and Technology. Cambridge : Cambridge UP.

Trimble, M. & L. Trimble. 1982. « Rhetorical-grammatical features of scientific and technical texts as a major factor in written ESP communication ». In Hoedt et al. Pragmatics and LSP. Copenhague : School of Economics : 199-216.

Tarone, E. et al. 1998. « On the use of the passive and active voice in astrophysics journal papers: with extensions to other languages and other fields ». English for Specific Purposes, 17-1 : 113-132.

Haut de page

Notes

1 Charles L. Barber, 1962, Some Measurable Characteristics of Modern Scientific Prose (cf. bibliographie). Tous ceux qui ont écrit sur l'anglais de spécialité (Robinson 1991 ; Dudley-Evans & St John 1997, entre autres) citent l'article de C. Barber comme date de départ de la recherche en anglais de spécialité. Comme son titre l’indique, cette première phase correspond à la comptabilisation des marqueurs de surface, fondée sur les théories de M. A. K. Halliday & P. Strevens. Le corpus de l'auteur était composé de trois textes dans les domaines de l'électronique, de la biochimie et de l’astronomie, les éléments comptabilisés comprenant principalement les formes actives et passives.

2 Il s’agit, comme l’indique l’étymologie, des langues techniques.

3 On peut d’ailleurs se demander si les termes en usage dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives (repérage, calcul, opération d’identification, de différenciation, etc.) ne sont pas autant d’indices convergents d’un mode opératoire comparable en langue et en science plutôt qu’une simple coïncidence.

4 La science "rapportée" par le rédacteur de documents scientifiques distingue néanmoins les faits caractérisant l’expérimentation en cours (en général au "simple past" en anglais) et la référence à des faits plus anciens, établis et reconnus par la communauté scientifique (en général au "simple present" en anglais). Voir à ce sujet Day, R. A., 1989, How to Write and Publish a Scientific Paper, CUP, pp. 158-159.

5 Les exemples sont extraits de Swales (1971), sauf quand une autre source est mentionnée. Il s’agit d’un manuel destiné à des étudiants, mais il se présente moins sous une forme prescriptive que descriptive et parfois même analytique.

6 Nous ne prétendons pas annexer cet auteur à la cause énonciativiste, mais ce "rhétoricien" de la science a une approche de la langue de spécialité qui nous semble recouper largement l’optique énonciativiste.

7 Selon la terminologie énonciativiste, un procès désigne un verbe au plan du sens : il s’agit d’un processus (ou d’un procès dynamique) lorsque le verbe désigne une action, et d’un état dans les autres cas.

8 La notion de repérage désigne la marque du point de vue de l’énonciateur qui prend en charge son énoncé. Remarquons à nouveau la similitude qui existe entre cet emploi linguistique et le sens scientifique (et courant) du terme dans la langue où « se repérer », c’est « évaluer un lieu ou une distance par rapport à un point fixe choisi » (cf. note 3 supra).

9 Les deux grands types de repérage sont l’identification (par exemple lorsqu’un verbe est en phase avec le moment de l’énonciation choisi comme repère) et la localisation par différenciation lorsque ce n’est pas le cas.

10 Au sens commun comme dans son emploi linguistique, cet adjectif se dit d’événements qui ont les mêmes probabilités d’occurrence.

11 La prédication consiste à mettre en relation un sujet (dont on dit quelque chose) et un prédicat (ce que l’on en dit), cette relation étant le résultat d’une opération d’orientation qui a pour objet de choisir le point de départ – qui deviendra le sujet grammatical – de la relation. Nous verrons plus loin que l’orientation de la relation prédicative conditionne également le choix de la voix active ou passive (cf. infra).

12 Une relation (ou un énoncé) de propriété est une relation qui exprime une vérité générale validée quelle que soit la situation et les énonciateurs.

13 Le thème étant le point de départ de la relation prédicative, la thématisation est un procédé au moyen duquel on choisit un élément comme thème à des fins notamment expressives ou stylistiques. Dans une relation prédicative donnée, l’énonciateur se prend souvent lui-même comme point de départ en repérant les choses par rapport à lui-même même lorsqu’il n’est pas logiquement sujet de l’énoncé.

14 Pour la définition de ces termes, voir supra, note 5.

15 Voir également au sujet de la modalisation du discours scientifique Perkins, M. R., 1983, Modal Expressions in English, F. Pinter, London.

16 Remarquons à nouveau la proximité de cette définition linguistique avec, en mathématique, le calcul des probabilités.

17 DEA (1983-84).

18 Ce type de modalité porte bien son nom, le radical grec dont il est dérivé signifiant « science, connaissance ».

19 Dans le discours scientifique, l’assertion correspond souvent à des jugements évaluatifs qui se traduisent en parole par une évaluation factuelle (recoupant ce que nous avons appelé les énoncés constatifs), par exemple : this hypothesis is interesting, the results are wrong, the data is incomplete, etc. L’opération linguistique ici en jeu correspond à une stratégie énonciative de nature sociolinguistique visant à être acceptée par la communauté scientifique, à appuyer sa recherche sur des travaux antérieurs établis et non discutés, etc. L’évaluation factuelle fondée sur l’assertion linguistique est notamment la marque des jugements personnels de chercheurs qui s’appuient sur d’autres théories ou résultats afin de rendre leur recherche acceptable. Dans ce cas précis, la modalisation informe davantage sur l’appartenance du scripteur à telle école ou telle mouvance scientifique que sur sa démarche ou son argumentation. Elle remplit en quelque sorte une fonction de reconnaissance plutôt que de connaissance.

20 Ces exemples sont extraits de Ewer & Latorre 1969.

21 L’interprétation du sens de la modalité (ici épistémique ou radicale) dépend globalement du contexte. Ainsi, l’exemple he may think that is true peut-il se gloser selon le contexte par 1. perhaps he thinks that is true, ou 2. he is permitted to think that is true, moins probable il est vrai que la première interprétation, alors que he may know the answer peut seulement donner lieu à une lecture épistémique de la modalité. On conçoit mal en effet que l’accès à la connaissance ou la vérité scientifique puisse être conditionnel, encore que l’on puisse imaginer des préconceptions ou des pressions orientant la recherche scientifique dans une direction plutôt que dans une autre tout aussi possible en surestimant par exemple l’importance de certains faits et en en négligeant d’autres. Ceci pose le problème des rapports complexes entre science et idéologie.

22 La notion de transfert conceptuel a été définie et mise au point par G. Lakoff 1990 dans son article « The Invariance Hypothesis: is abstract reason based on image-schemas? » Cognitive Linguistics 1-1 : 39-74. L’auteur y présente un modèle cognitif selon lequel il y aurait un transfert notionnel du domaine physique au domaine mental.

23 Voir supra, note 8, pour une définition de l’équiprobabilité.

24 Un biologiste toxicologue dirait que dans un cas la mortalité est physiologique tandis que dans l’autre elle est statistique, au sens mathématique de relatif au calcul des probabilités employé pour établir des hypothèses à partir d’événements réels et faire des prévisions concernant des circonstances analogues.

25 C’est-à-dire des énoncés qui expriment un calcul en référence à la théorie des probabilités.

26 Avec might et sa valeur centrale équiprobable et hypothétique, on aborde le deuxième type (voir supra, note 19) de modalisation du discours de spécialité. Les procédés de modalisation correspondant à cette catégorie reflètent des attitudes ou des intentions de communication qui sont des caractéristiques inhérentes à la démarche et à la (re)présentation de la science. En effet, la recherche scientifique se réfère obligatoirement à un état du monde qui pourrait (could ?might ?) être différent de celui que l’on a constaté, modélisé ou imaginé jusqu’à présent. Or, si l’on conçoit et présente un état du monde différent au moyen de la formulation d’hypothèses, on le conçoit nécessairement comme pouvant être vrai ou réel dans un cadre irréel (hypothétique). Dans ce cas, la caractéristique de la modalisation est la relativisation du sens d’un énoncé par rapport à un ensemble d’univers référentiels possibles. La modalité linguistique converge donc avec la démarche scientifique en nous introduisant au cœur de la conception d’autres modèles pensables à partir d’observations et de mesures objectives.

27 Ces deux types de relations correspondent à la modalité radicale et à la modalité épistémique (cf supra, notes 15 et 16).

28 Les propriétés physico-culturelles sont, comme leur nom l’indique, des caractéristiques stables des référents qui définissent le niveau notionnel ; c’est ce niveau d’analyse qui permet notamment d’orienter les relations prédicatives (par exemple : eat-John-apple s’orientera plus logiquement John-eat-apple que l’inverse).

29 Il est vrai que cela varie selon les domaines de spécialité. Ainsi en génie civil, par exemple, c’est la règle ; mais dans les textes portant sur l’intelligence artificielle, c’est beaucoup moins fréquent.

30 Voir supra, note 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Chadelat, « Quelques caractéristiques grammaticales propres au groupe verbal en anglais scientifique et technique », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XX N° 4 | 2001, 18-37.

Référence électronique

Jean-Marc Chadelat, « Quelques caractéristiques grammaticales propres au groupe verbal en anglais scientifique et technique », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XX N° 4 | 2001, mis en ligne le 24 août 2014, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/apliut/4734 ; DOI : 10.4000/apliut.4734

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Chadelat

Jean-Marc Chadelat est agrégé d’anglais, docteur es lettres et Maître de Conférences à l’IUFM de Paris. Ses deux thèmes de recherche principaux sont : le signe linguistique dans une perspective lexicologique et traductologique, et les pièces historiques de Shakespeare.
jm.chadelat@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page