Navigation – Plan du site

Éditorial – De la reliance

Editorial - Relatedness
Linda Terrier

Texte intégral

  • 1 Selon Chartrand et De Koninck, « rigoureusement parlant, le terme de concept fait référence à un ob (...)

1En proposant de travailler sur le thème « Confiance, reliance et apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur » Joséphine Rémon et Virginie Privas-Bréauté, coordinatrices de ce numéro 1, volume 37 de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’Apliut (RPPLSP) pour l’association de recherche en didactique de l’anglais et en acquisition (Ardaa), lançaient à notre communauté un défi de taille : approcher, par la complexité, des notions aux contours encore flous, « confiance » et « reliance » – objets scientifiques en cours de construction ou « concepts »1 en devenir – afin d’éclairer notre problématique commune de l’enseignement / apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur.

2Le défi d’articuler des recherches en didactique des langues autour de notions nécessitant encore un travail définitoire transparait dès la question de la traduction en anglais du titre de ce numéro et du titre des textes qui le composent. Je propose dans cet éditorial de faire un point terminologique sur la traduction problématique de « reliance » afin, sinon de stabiliser le construit, du moins de contribuer à la réflexion épistémologique autour de ce concept en émergence en didactique des langues, à la suite de Aden et al. Le travail de traduction encourage en effet à « ouvrir des portes vers d’autres mondes » et « trouve[r] de nouvelles façons de découper la réalité » (Kramsch 11), à adopter des postures et points de vue différents et, par là, à appréhender les notions et concepts différemment.

3Posons d’emblée que « reliance » et « reliance » sont de « vrais ‘faux-amis’ », c’est à dire « des mots qui, tout en se ressemblant beaucoup, n’ont pratiquement jamais le même sens en anglais en français » (Walter 134). L’usage de ces deux termes ne se recoupe en effet pas dans le discours. Selon le dictionnaire de référence Oxford English Dictionary (OED), le terme « reliance » est attesté depuis le 17e siècle en anglais et est aujourd’hui d’usage courant, comme le sont sa racine, le verbe à particule « rely (on) » (14e siècle), et les autres dérivés du verbe. Au contraire, le terme français « reliance », que le texte de cadrage appelle à appréhender au sens diffusé par le chercheur en sociologie Marcel Bolle de Bal, est « relativement neuf » (Bolle de Bal 99), comme tout néologisme. Il est surtout d’usage restreint puisqu’il a été proposé par le chercheur pour servir le domaine spécifique de la sociologie (française). C’est ce qu’indique Bolle de Bal dans le titre de son article de référence sur la notion de reliance, « Reliance, déliance, liance : émergence de trois notions sociologiques » (mon soulignement), et qu’il confirme dans l’introduction de ce même texte en se référant à la « langue sociologique » (Bolle de Bal 99).

4Même si aujourd’hui en France le terme attire une audience allant au-delà des sociologues, son usage semble encore largement réservé à la sphère scientifique : ni le Larousse en ligne, ni le portail lexical du CNRTL2, par exemple, ne contiennent d’entrée pour le terme « reliance ».

5Dans ce contexte, une traduction directe serait susceptible d’entrainer des failles épistémologiques. Bolle de Bal lui-même pointe ce danger : « [a]ttention, néanmoins, à toute assimilation hâtive, abusive, abusée par les apparences de ce faux frère. » (Bolle de Bal, note de bas de page 14) Il concède, comme le soulignent Bailly et al. dans ce numéro (§17), que des recoupements de sens entre « reliance » et « reliance » peuvent être établis parce les deux termes sont porteurs des notions de « confiance » et de « soutien ». Ces recoupements sont pourtant, à mon sens, également à prendre avec grande précaution en raison de la nature asymétrique de la relation de confiance et/ou de soutien induite par le terme anglais.

6Etymologiquement le verbe « relier », central à la « reliance »3, et le verbe « rely on », racine de « reliance », partagent la même origine : ils sont issus du français normand « relier », lui-même issu du latin religare, infinitif de religo dont le sens premier serait « lier en arrière (par derrière) ; lier, attacher : attaché à un char, amarrer les navires au rivage, relier les poutres avec des planches » (Gaffiot), sens synthétisé par le Wiktionnaire4 ainsi : « relier, lier fortement ». Les deux termes se seraient ensuite éloignés : l’anglais aurait privilégié la force du lien établi (ie. « lier fortement ») plutôt que l’action même de « relier » que le français aurait favorisée.

  • 5 Exemple : « Rely on : 1. to need a particular thing or the help and support of someone or something (...)

7En anglais, le lien semble être devenu si fort qu’il a fini par impliquer un sens de dépendance, comme l’impliquait d’ailleurs déjà l’un des sens en latin de religo « attaché à un char ». On trouve aujourd’hui cette idée de dépendance dans toutes les définitions des termes rely (on) et reliance (on) (voir par exemple English Oxford Living Dictionary et Cambridge Online Dictionary, OLD et COD). Si l’idée de « confiance » reste présente, elle est souvent proposée en deuxième acception5. Surtout, l’analyse des 100 premières occurrences du terme « reliance on » en contexte dans le corpus en ligne d’anglais américain contemporain (COCA – Corpus of Contemporary American English) montre un lien de dépendance le plus souvent envisagé comme négatif et/ou dont on essaie de se défaire.

8Voici une impression d’écran de quelques exemples parmi les 100 premières occurrences de « reliance on » proposées par le logiciel. Ils montrent que l’on se trouve bien loin des idées de confiance ou de soutien :

Figure 1 : Occurrences en contexte de « reliance on » dans COCA (occurrences n° 84 à 100).

9En raison de cette « dépendance », le terme « reliance » en anglais implique une relation asymétrique : une personne dépend de / compte sur / s’appuie sur une autre personne ou un objet, sans que la relation inverse soit vraie.

10Il me semble qu’une telle asymétrie, ou hiérarchie, est absente de la définition de « relier » proposée par Bolle de Bal qui est, rappelons-le, centrale à la compréhension du concept de « reliance » :

Ce qui nous a amené à entendre par relier : « créer ou recréer des liens, établir ou rétablir une liaison entre une personne et soit un système dont elle fait partie, soit l’un de ses sous-systèmes.» (Bolle de Bal 103, en italiques dans le texte d’origine)

11C’est plutôt l’idée de réseaux, de systèmes complexes, par définition non hiérarchisés mais interdépendants (relation symétrique), qui semble dominer. Ainsi le néologisme « reliance » ne comporte pas à mon sens de trait de dépendance ni une quelconque hiérarchie dans les liens à construire au contraire : il s’efforce de questionner la (ré-)émergence de relations au moins neutres, au mieux positives, et en tout cas réciproques entre les personnes, les groupes considérés et leur(s) environnement(s).

  • 6 Sauf à user des précautions terminologiques nécessaires. Par exemple, Bailly et al. ont choisi le t (...)

12L’asymétrie relationnelle de la notion en anglais nous alerte sur la non-correspondance de la nature de la relation exprimée respectivement par « reliance » et « reliance » et sur le danger d’un contre-sens dans le cas d’une traduction directe6.

13Cette difficulté de traduction posée, il a fallu avec les coordinatrices du numéro trouver un terme adéquat pour le titre du numéro en anglais qui ferait sens pour tout lecteur non francophone, tout en restant au plus proche du sens de « reliance » proposé par Bolle de Bal.

14Pour ce faire, nous avons travaillé à partir des verbes « link » - « connect » - « relate » parce qu’ils expriment tous trois l’idée de « relier », posée comme centrale à la définition de « reliance ». Dans OLD, « link » est défini sur la base du terme « connection » ; il est fait appel aux notions « link » et « relate » pour définir « connect » ; et la définition de « relate » contient elle-même le terme « connection », si bien qu’une décision ferme de traduction en faveur de l’un ou de l’autre réclamait un travail de comparaison approfondi.

15Notons ici que nous avions a priori une préférence pour la racine verbale « relate » puisque Aden et al. ont choisi « interrelatedness » pour traduire « reliance » dans le titre de leur ouvrage collectif bilingue, qui reste à ce jour le seul ouvrage d’ampleur intégrant la problématique de la reliance à celle de l’apprentissage des langues et cultures et à la suite duquel ce numéro de RPPLSP s’inscrit. Mais ce choix de traduction n’est pas explicité et on trouve d’ailleurs deux autres propositions de traduction pour « reliance » dans l’avant-propos et dans l’introduction de l’ouvrage : « relationality » (Kramsch 11), « interdependence » (Newby 15). Il nous a donc paru utile de poursuivre la réflexion sur la traduction de « reliance » pour apporter, avec ce numéro de RPPLSP, un éclairage supplémentaire.

  • 7 « 1. Denoting a state or condition » (définition de –ness dans OLD dans sa première acception).

16Pour traduire « reliance », il était important de pouvoir proposer une forme nominale propre à favoriser le passage d’un terme du statut de notion à celui de concept. Les noms les plus fréquents dérivés des trois racines verbales de départ (link, connection, relation) sont toutefois d’usage trop courant pour permettre une correspondance juste avec « reliance », terme en émergence. Des formes nominalisées construites à partir d’adjectifs dérivés grâce au suffixe « -ness », tel que proposé par Aden et al., nous ont en revanche semblé prometteuses en raison du sémantisme de ce suffixe. Dans sa première acception, « -ness » exprime un état ou une condition7, (par exemple l’état ou condition d’être relié, de se relier, tel qu’impliqué dans « reliance »). Mais dans sa seconde acception, « -ness » montre que la condition ou l’état considéré reste en cours de construction et/ou à définir, comme le signale le terme « certain » : « something in a certain state » (2e acception de « -ness » selon OLD, mon soulignement en gras). Ce suffixe permet de faire écho à l’instabilité inhérente au terme « reliance », liens en re-/co-construction, et toujours fragiles puisque issus d’une dé-liance. Ce suffixe s’est donc révélé être un outil précieux pour transposer le travail mené par Bolle de Bal autour des préfixes (dé-liance – liance – re-liance).

  • 8 Les dictionnaires OLD ou COD ne comportent pas d’entrée pour le terme « linkedness » et COCA ne rec (...)

17La racine « link » a alors été rapidement écartée puisque l’adjectif « linked » n’existe pas, empêchant a priori la construction d’une forme nominale en « -ness »8.

  • 9 Notre proposition de traduction pour : « A feeling of belonging to or having affinity with a partic (...)

18Au contraire, « connectedness » semble pourvoir servir la traduction de « reliance ». Le terme comporte une entrée à la fois dans OLD et COD et les définitions qui y sont proposées, en particulier la seconde acception du terme proposée par OLD, identifient des aspects psycho-sociologiques à la nature de la relation établie : « sentiment d’appartenance ou d’affinité avec une personne ou un groupe en particulier »9. Il s’agit là d’un des éléments considérés comme cruciaux par Bolle de Bal dans le concept de « reliance » (103 et 106).

19Le cas de « relatedness » est entre les deux puisque OLD et COD proposent bien une entrée pour le terme mais aucun ne fournit de définition : l’entrée se contente de renvoyer vers l’adjectif « related » et/ou de proposer une série d’exemples du terme utilisé en contexte. Voici ceux proposés par OLD :

[1]‘Our sexual behavior is just as moral as anyone else's, with the same capacity for love, closeness, relatedness and harmless pleasure.’
[2]‘The issue of names also illustrates that neither systems of social relatedness nor the inheritance systems that are connected to them develop and exist in isolation.’
[3]‘Associations between social relatedness and similarities in selected behavioral traits were also examined.’
[4]‘As we have often pointed out, similarity does not mean proof of common ancestry or evolutionary relatedness.’
[5]‘Then there's a sense of relatedness, of being part of something bigger than oneself.’
(Entrée « relatedness » dans OLD, mon soulignement et ma numérotation)

20Dans tous les exemples ci-dessus sauf [4], au moins une personne humaine est impliquée dans la relation évoquée, ce qui correspond également à l’un des critères définitoires de « reliance ». Surtout, l’exemple [5] est, me semble-t-il, très proche de ce que Bolle de Bal entend par « reliance » puisque le lien ressenti « dépasse » la personne humaine elle-même (voir les différents types de reliances proposées par Bolle de Bal 103). Ces exemples montrent à mon avis que « relatedness », même s’il n’est pas explicitement défini, pourrait également servir la traduction de « reliance ».

21Comment alors choisir entre ces deux termes pour traduire au mieux le titre de ce numéro « Confiance, reliance et apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur » ?

22La comparaison des termes « connectedness » et « relatedness » :

  • leur fréquence d’utilisation est similaire : COCA recense 708 occurences de « connectedness » et 612 occurrences de « relatedness », soit des taux d’occurences faibles mais équivalent ;

  • leur sémantisme est dans les deux cas cohérent avec le terme « reliance » : l’analyse des 100 premières occurrences de chaque terme dans COCA montre qu’ils peuvent tous deux être utilisés dans le contexte des liens impliquant au moins une personne humaine ;

    • 10 Voici trois exemples de titres de publications recensés par Google Scholar contenant respectivement (...)

    dans leur sens proche de « reliance », « connectedness » et « relatedness » apparaissent dans de nombreux titres de publications recensés par le moteur de recherche Google Scholar10 dans des domaines de recherche variés ;

  • les deux termes sont compatibles avec la problématique plus générale de l’apprentissage qui nous intéresse : de nombreuses publications recensées par Google Scholar comprenant les termes « connectedness » et « relatedness » sont en lien avec des questions d’école et d’apprentissage ;

    • 11 Notre proposition de traduction pour « […] a sense of belongingness and connectedness to the person (...)
    • 12 Notre proposition de traduction pour : « School Connectedness is the belief by students that adults (...)

    enfin, outre-Atlantique, « connectedness » et « relatedness » sont tous deux fortement ancrés dans des cadres théoriques très différents de celui proposé par Bolle de Bal mais dans des acceptions qui, finalement, peuvent rejoindre ce terme si particulier de « reliance ». « Relatedness » est associé aux travaux de Ryan et Deci sur la motivation et l’auto-détermination (Self-Determination Theory), le terme signifie dans ce cadre un « sentiment d’appartenance et de lien aux personnes, au groupe ou à la culture qui partagent le même but »11. La notion de « (school) connectedness » est pour sa part associée aux travaux d’un groupe de chercheurs réunis en 2003 par les centres américains de prévention et de contrôle des maladies. « School connectedness » est défini comme la croyance par les élèves que les adultes et leurs camarades à l’école se soucient de leur apprentissage et se soucient d’eux en tant qu’individus12..

23Rien dans les données ci-dessus ne permet réellement de prendre une décision pour traduire « reliance » par l’un des termes plutôt que l’autre. Notre choix final s’est donc porté sur le terme « relatedness » afin d’inscrire ce numéro de RPPLSP dans la continuité des travaux d’Aden et al. et de contribuer ainsi à une littérature commune sur le sujet.

24Chaque article et note de recherche de ce numéro propose un travail scientifique problématisé autour des notions, pourtant délicates à traiter, de confiance, reliance mais aussi de bienveillance pour l’enseignement / apprentissage des langues dans le cadre didactique contraint de l’enseignement supérieur.

25Comme dans le numéro précédent, « Jeux et langues dans l’enseignement supérieur », les liens à tisser activement entre les textes, l’établissement de leurs points communs et de leurs différences en fonction des langues visées, des cadres théoriques choisis, ou des approches privilégiées, font la force du propos de chaque texte et celle de l’ensemble. Ce numéro de RPPSLP se lit finalement comme un ouvrage collectif : c’est la lecture de l’ensemble, la confrontation de chacun des textes autour d’une thématique commune, qui permet la construction scientifique des objets sur lesquels il se concentre.

26Cependant, une telle lecture d’ensemble devient de plus en plus exceptionnelle. Si le passage de la revue au « tout-numérique » a provoqué une perte, c’est peut-être celle-là : la possibilité de « feuilleter » aisément tous les textes constituant un numéro et de procéder à une lecture toujours contextualisée des articles pour appréhender la thématique proposée dans sa complexité.

27Les statistiques de consultation du site de RPPLSP montrent une évolution vers la lecture isolée des textes individuels. Alors qu’en septembre 2012, les visiteurs consultaient en moyenne 2,11 pages par visite (soit par exemple la consultation de deux textes différents ou la consultation du sommaire, puis d’un texte en particulier), en septembre 2017 cette moyenne avait baissé à 1,39 pages par visite (soit la consultation d’un texte seulement pour de nombreux visiteurs).

28L’accès direct à des articles précis par le biais des moteurs de recherche internet explique en partie cette situation (qui est vraie pour de nombreuses autres revues en ligne), mais pas seulement. L’ergonomie spécifique proposée par « Open Édition », le portail de ressources électroniques qui héberge RPPLSP, encourage une telle lecture individuelle des textes puisqu’il n’est pas possible de lire tous les textes à la suite les uns des autres sur une seule et même page (ou onglet).

  • 13 Au sens strict la notion de « reliance » proposée par Bolle de Bal implique nécessairement « au moi (...)

29Ce numéro sur la « reliance », qui invite à une réflexion sur l’isolement et les liens (à renouer) mais aussi, au fond, à une réflexion méthodologique plus large sur les approches [+] analytiques ou [+] systémiques des phénomènes en lien avec les travaux de Morin13, m’a fait prendre conscience de ceci : l’ergonomie choisie par le portail Open Édition a tendance à « dé-lier » les articles les uns des autres au sein d’un même numéro. Il m’a alors paru utile de dépasser cette limite en proposant un espace numérique permettant d’appréhender le numéro dans son ensemble en un même « lieu » afin de « re-lier » tous les textes entre eux !

30Le lecteur trouvera ainsi tout en bas de la page d’accueil de ce numéro, à la fin du sommaire, un fichier PDF regroupant tous les textes qui composent le numéro, y compris les textes de cadrage de départ. Un tel fichier PDF sera désormais proposé pour tous les numéros de la revue afin de permettre au lecteur de « feuilleter » chaque numéro en un seul « lieu » numérique.

31Nous espérons que cette « nouveauté » sera bien accueillie, tout comme le sera ce numéro ! Sa thématique, « Confiance, reliance et apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur », était ambitieuse : la communauté a répondu présente, et je vous souhaite, au nom de la rédaction de la revue, et avec les coordinatrices de ce numéro, une excellente lecture.

Haut de page

Bibliographie

Aden, Joëlle, et al. (directeurs). Teaching Language and Culture in an Era of Complexity: Interdisciplinary Approaches for an Interrelated World / Enseigner les langues-cultures à l'ère de la complexité : Approches interdisciplinaires pour un monde en reliance, Peter Lang, 2010.

Bailly, Sophie, et al. « Reliance et confiance dans un environnement d’apprentissage autodirigé en langues. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’Apliut, n° 1, vol. 37, 2018.

Cambridge University Press. Cambridge Online Dictionary, 2018, https://dictionary.cambridge.org/.

Centers for Disease Control and Prevention. School Connectedness: Strategies for Increasing Protective Factors Among Youth, U.S. Department of Health and Human Services, 2009.

Chartrand, Suzanne G., et Godelieve De Koninck. « La clarté terminologique pour plus de cohérence et de rigueur dans l’enseignement du français (suite). » Quebec français, n° 154, 2009, pp. 143-145.

Gaffiot, Félix. Dictionnaire Gaffiot latin français, Hachette, 1934, https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php. Dernier accès 30 janvier 2018.

Grimshaw, Trevor. « The Branding of English as a Lingua Franca. » Teaching Language and Culture in an Era of Complexity: Interdisciplinary Approaches for an Interrelated World / Enseigner les langues-cultures à l'ère de la complexité : Approches interdisciplinaires pour un monde en reliance, dirigé par Joëlle Aden et al., Peter Lang, 2010, pp. 259-279.

Kramsch, Claire. « Foreword. » Teaching Language and Culture in an Era of Complexity: Interdisciplinary Approaches for an Interrelated World / Enseigner les langues-cultures à l'ère de la complexité : Approches interdisciplinaires pour un monde en reliance, dirigé par Joëlle Aden et al., Peter Lang, 2010, pp. 11-13.

Newby, David. « Introduction. Relating Universes of Beliefs to the Language Classroom. A European View. » Teaching Language and Culture in an Era of Complexity: Interdisciplinary Approaches for an Interrelated World / Enseigner les langues-cultures à l'ère de la complexité : Approches interdisciplinaires pour un monde en reliance, dirigé par Joëlle Aden et al., Peter Lang, 2010, pp. 15-20.

Quintin, Jean-Jacques, et Monica Masperi. « Reliance, liance et alliance : opérationnalité des concepts dans l'analyse du climat socio-relationnel de groupes restreints d'apprentissage en ligne. » Alsic, vol. 13, 2010.

Morin, Edgar. « La stratégie de reliance pour l’intelligence de la complexité. » Revue internationale de systémique, vol 9, n° 2, 1995.

Oxford University Press. English, Oxford Living Dictionaries, 2018, https://en.oxforddictionaries.com/.

Walter, Henriette. Honni soit qui mal y pense. Éditions Robert Laffont, 2001.

Haut de page

Notes

1 Selon Chartrand et De Koninck, « rigoureusement parlant, le terme de concept fait référence à un objet construit dans le monde scientifique ou savant » (143) alors qu’« une notion est une connaissance intuitive, générale (Le nouveau Petit Robert, 2008) qui synthétise les caractères essentiels d'un objet, mais ne prétend pas à la scientificité. » (154)

2 Centre national de ressources textuelles et lexicales (http://www.cnrtl.fr/).

3 Bolle de Bal (103) définit la reliance comme « l’acte de relier ou de se relier », même si « relier » n’est pas la racine stricto sensus de « reliance » (selon Bolle de Bal, le terme est un néologisme créé à partir d’un autre néologisme : « liance »).

4 https://fr.wiktionary.org/wiki/religo#la. Le rédacteur de cette entrée du Wiktionnaire cite Gaffiot comme source de son propos.

5 Exemple : « Rely on : 1. to need a particular thing or the help and support of someone or something in order to continue, to work correctly, or to succeed ; 2. to trust someone or something or to expect him, her, or it to behave in a particular way. » (Cambridge Online Dictionary)

6 Sauf à user des précautions terminologiques nécessaires. Par exemple, Bailly et al. ont choisi le terme « reliance » et justifient leur choix dans le corps du texte. Kramsch et Quintin et Masperi (dans le résumé anglais de leur article) ont choisi de garder le terme français (en italique ou entre guillemets) et d’en expliciter le sens par paraphrase. Pour sa part, Grimshaw oscille entre propositions d’équivalents et maintien du terme français en italiques. La question de la traduction pour un titre de numéro de revue ou d’ouvrage collectif se pose toutefois différemment que pour des articles puisqu’il s’agit de veiller, sauf cas particulier, à ne pas imposer un cadre théorique unique aux différents textes qui le composent, notamment dans le cas de concepts en cours de construction.

7 « 1. Denoting a state or condition » (définition de –ness dans OLD dans sa première acception).

8 Les dictionnaires OLD ou COD ne comportent pas d’entrée pour le terme « linkedness » et COCA ne recense aucune occurrence de ce terme dans sa base de données. En revanche, le moteur de recherche Google propose quelques résultats dans le discours, tous traces d’un néologisme hyperspécialisé dans le domaine des « graphiques cartésiens », a priori non pertinent dans le domaine de la didactique des langues.

9 Notre proposition de traduction pour : « A feeling of belonging to or having affinity with a particular person or group. » (OLD)

10 Voici trois exemples de titres de publications recensés par Google Scholar contenant respectivement les mots clés « relatedness » et « connectedness » :
Solitude and relatedness: A wily and complex twinship: Reply to commentaries D Knafo - Psychoanalytic Dialogues, 2012 - Taylor & Francis ; Programmatic prevention of adolescent problem behaviors: The role of autonomy, relatedness, and volunteer service in the Teen Outreach Program JP Allen, G Kuperminc, S Philliber… - American Journal of …, 1994 - Wiley Online Library ; Students' perceptions of relatedness in the classroom: The roles of emotionally supportive teacher-child interactions, children's aggressive-disruptive behaviors, and … RA Madill, SD Gest, PC Rodkin - School Psychology Review, 2014 - search.proquest.com ;
Measuring belongingness: The social connectedness and the social assurance scales. RM Lee, SB Robbins - Journal of counseling psychology, 1995 - psycnet.apa.org ; A case for school connectedness RW Blum - Educational Leadership, 2005 - cibanet.org ; Loving-kindness meditation increases social connectedness. CA Hutcherson, EM Seppala, JJ Gross - Emotion, 2008 - psycnet.apa.org.

11 Notre proposition de traduction pour « […] a sense of belongingness and connectedness to the persons, group, or culture disseminating a goal […]. » (Ryan et Deci 64)

12 Notre proposition de traduction pour : « School Connectedness is the belief by students that adults and peers in the school care about their learning as well as about them as individuals. » (Centers for Disease Control and Prevention 3)

13 Au sens strict la notion de « reliance » proposée par Bolle de Bal implique nécessairement « au moins une personne humaine » (Bolle de Bal 103). Le sens entendu par Morin est plus large puisqu’il concerne également des liens entre objets.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Occurrences en contexte de « reliance on » dans COCA (occurrences n° 84 à 100).
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/5817/img-1.png
Fichier image/png, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Terrier, « Éditorial – De la reliance », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 37 N°1 | 2018, mis en ligne le 30 janvier 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/apliut/5817

Haut de page

Auteur

Linda Terrier

Linda Terrier est maître de conférences au département des études du monde anglophone de l'université Toulouse – Jean Jaurès et membre du laboratoire CAS (EA 801). Ses recherches, informées par la linguistique de l’anglais, portent sur la didactique de l’anglais dans l’enseignement supérieur, notamment sur les problématiques de compréhension de l’oral et de dispositifs innovants. Elle est rédactrice en chef de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’Apliut (RPPLSP) depuis 2015.
linda.terrier@univ-tlse2.fr
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page