Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Mise en place d’un espace d’apprentissage sécurisant

Developing a caring learning environment
Sophie Dufossé Sournin

Résumés

Dans cette fiche pédagogique nous allons montrer comment la restructuration de l’enseignement dans le secteur des langues pour spécialistes d’autres disciplines de l’École supérieure du professorat et de l’éducation de l’académie de Limoges a permis de développer un environnement apaisant et bienveillant conforme aux recommandations du Ministère de l’enseignement supérieur et à la politique universitaire locale. L’organisation en vigueur auparavant, et réaménagée depuis la rentrée 2016-2017 (présentiel et numérique), semble proposer un cadre d’apprentissage des langues vivantes (anglais et espagnol) de qualité, apte à répondre aux besoins hétérogènes des étudiants non spécialistes de 1ère et 2ème année en master « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » pour lesquels les moyens mis en place précédemment n’étaient peut-être plus suffisants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Afin de répondre aux contraintes institutionnelles du parcours LMD, tous les masters métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (Meef) hors cursus lettres langues et civilisation étrangères et régionales (LLCER) exigent une unité d’enseignement en langue-culture étrangère adossé à un niveau du Cadre européen commun de référence pour les langues (Conseil de l’Europe). Dans le secteur des langues pour spécialistes d’autres disciplines (Lansad) le nombre d’heures de cours est de 18 heures dont 6 au centre de langues.

2J’envisage de montrer comment le dispositif mis en place à la rentrée universitaire 2016-2017 participe à l’établissement d’un climat sécurisant et apaisant, propice à la réussite des étudiants par la gestion du temps d’apprentissage qui leur est proposé.

3Je vais d’abord présenter l’organisation pédagogique développée dans le secteur Lansad de l’école depuis plusieurs années (appelée « période 1 »), puis vais expliquer les modifications apportées depuis janvier 2017 (appelée « période 2 »). Je proposerai enfin un court bilan et des pistes d’amélioration pour la rentrée universitaire prochaine.

1. Observation 

  • 1 Pour la mention encadrement éducatif et les parcours 2nd degré : documentation, éduction physique e (...)

4Le secteur Lansad de l’école supérieur du professorat et de l’éducation (Espé) de Limoges compte environ 205 étudiants en 1ère année et 130 en 2ème année du master « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » (M1 et M2 Meef1) inscrits en cours d’anglais ou d’espagnol. Ils sont issus de filières d’autres spécialités et doivent impérativement valider le niveau B2 du CECRL afin d’obtenir leur diplôme. Les cours sont assurés par 4 enseignants dont 2 collègues anglaises et ont lieu systématiquement le vendredi matin entre 8h30 et 12h30 à raison de 2 heures, 6 fois par semestre. Il s’agit de cours en présentiel à partir de thèmes relevant de la sphère d’intérêt élargie des étudiants, soit le domaine de l’éducation.

5Des supports et sujets communs (textes, vidéos, enseignement à distance, élèves en difficulté, etc.) sont décidés collégialement dès la rentrée universitaire et sont développés par les enseignants en fonction du contrôle continu. La production écrite est sollicitée très régulièrement en M1 de façon à répondre à l’examen terminal construit d’après le dispositif de certification de compétences en langues de l’enseignement supérieur (Cles) ou une approche par tâche construite autour d’un scénario. Il est constitué d’un dossier documentaire à étudier, d’exercices de compréhension à renseigner et d’une production écrite réaliste à rédiger. L’interaction orale est privilégiée en M2. Elle s’apparente à l’épreuve orale du Cles 2 pendant laquelle les étudiants conduisent une négociation, un entretien à l’issue duquel ils doivent parvenir à un compromis. Les examens ont lieu en contrôle continu à la fin des 12 séances effectuées, conformément aux modalités de l’école et sont suivis des sessions de rattrapage en juin. Les épreuves portent sur un thème abordé pendant les cours de façon à rassurer les étudiants qui peuvent ainsi réviser leurs notes et travailler le vocabulaire nécessaire. Des séances au centre de langues sont également prévues pendant les 2 semestres. Elles sont indépendantes des cours proposées par les enseignants. En 2015-2016, elles faisaient partie de l’emploi du temps des étudiants et venaient s’intercaler entre les TD. L’équipe enseignante a alors constaté un problème de gestion des séances de la part des étudiants, ceux-ci ne sachant pas toujours s’ils avaient cours à l’Espé ou au centre de langues. L’absentéisme progressif en M1 voire en M2 engendré par la situation a généré une obligation de suivi des présences venant occasionner un surplus de travail administratif. Les 6 cours semestriels (hors centre de langues) se sont avérés insuffisants pour permettre à certains étudiants d’atteindre le niveau B2. Lors d’échanges informels, de nombreux étudiants ont demandé des séances supplémentaires impossibles à organiser dans le cadre de leur formation. Ils ont également justifié leurs lacunes par des fragilités en grammaire anglaise, par exemple, et ont critiqué les cours développés selon une approche actionnelle minorant la part grammaticale de l’enseignement linguistique. Les examens terminaux se sont déroulés dans une ambiance très crispée avec des étudiants stressés, persuadés de leur échec et renvoyant cette responsabilité à l’équipe enseignante. Le nombre de courriels envoyés aux enseignants respectifs était alors impressionnant.

2. 

2.1. Période 1

6Il a été décidé par la direction et le département de langues vivantes de restreindre le nombre d’étudiants par groupes de TD à 25 quitte à ouvrir un groupe supplémentaire et à recruter un/une vacataire. Nous n’avons pas eu besoin de recourir à ce moyen supplémentaire car beaucoup d’étudiants ont obtenu une équivalence en langue ce qui les dispense de cours. J’ai systématisé l’entraînement à l’interaction orale par des jeux de rôle développés et exploités précédemment à l’université de Dunkerque (Dufossé Sournin), où j’étais en poste, par des activités réactivées régulièrement et ludiques. Dans le but de légitimer et de justifier l’intervention du centre de langues, en tant qu’acteur autonome en appui au parcours, j’ai proposé une journée d’intégration en début de semestre 1 et 3 en M1 et M2. Les objectifs étaient les suivants :

  • regrouper les heures d’apprentissage au centre de langues lors d’une seule journée par semestre et par groupe Lansad, soit 6 heures ;

  • attribuer le même enseignant aux groupes constitués aux 2 semestres universitaires pour des raison de suivi pédagogique et de cohérence lors des examens terminaux ;

  • garder cette organisation aux semestres 2 et 4 ;

  • poursuivre le travail par thèmes abordés chaque année et chaque semestre de façon à harmoniser les pratiques et les savoirs dans le but de limiter le stress généré par les sujets inconnus aux examens terminaux.

7Afin de répondre à la critique apportée au manque d’enseignement orienté vers la grammaire anglaise, j’ai envisagé la mise au point de cours de remise à niveau dématérialisés et déposés sur la plateforme de l’Espé.

2.2. Période 2

8J’ai porté mon attention sur la demande croissante de cours de grammaire anglaise de la part des étudiants. En effet, ils nous ont fait part de leur frustration étant persuadés que leurs échecs répétés en langue vivante tout au long de leur cursus universitaire viennent de leurs acquis fragiles et sporadiques. Faute de d’heures de cours, j’ai envisagé de proposer des activités dématérialisées sur la plateforme Moodle de l’école.

  • 2 Les activités sont issues, pour la plupart, de manuels de l’enseignement secondaire tels que Berlan (...)

9Depuis la rentrée de janvier 2017, les étudiants peuvent avoir accès, en toute autonomie, à 20 modules traitant de différents points de grammaire anglaise2 allant du présent simple ou au présent en BE + V-ing à la modalité, en passant par les déterminants. Les exercices proposés vont du niveau A2 à B2 selon les échelles et descripteurs du CECRL. Certaines fiches proposent des activités graduées de façon à ce que chacun puisse progresser selon ses difficultés ou son ambition. Il faut s’inscrire en ligne, travailler ses modules (QCM, fichier déroulant, exercices lacunaires, etc.) et m’envoyer le travail ensuite pour correction via la plateforme Moodle et une activité intitulée « devoir ». Celle-ci prend la forme d’un fichier « corrigé » renvoyé à l’étudiant que j’envisage de transmettre systématiquement car aucune rémunération n’est prévue pour cette tâche. Le support numérique donne un aspect plus actuel à la remise à niveau grammaticale tout en décalant les moments d’apprentissage d’un point de vue temporel et spatial, les rendant ainsi plus flexibles.

10Aujourd’hui, le dispositif n’est pas en accès libre à tous les étudiants de l’Espé mais est limité à mes groupes. De la remédiation est proposée « à la demande » en classe. Des solutions individuelles sont envisagées en cas de difficultés supplémentaires. Les étudiants ne sont plus passifs face à un système d’apprentissage mais en deviennent les acteurs dans une logique socioconstructiviste. Ce changement de paradigme autour du dispositif pédagogique tente de redonner confiance à des étudiants du secteur Lansad souvent découragés, et place l’enseignante dans une posture d’accompagnement au savoir.

3. Bilan

11L’organisation mise en place depuis septembre 2016 dans le secteur Lansad de l’Espé de Limoges a été pensée pour répondre aux besoins et fragilités des étudiants de master non spécialistes de langues vivantes étrangères. La journée proposée au centre de langue est venue remplacer des moments disséminés dans l’emploi du temps des apprenants qui voyaient là le prétexte pour ne pas se présenter en cours. Elle s’est transformée en une « journée d’intégration » en première année, au premier semestre, alliant prise de contact et formation linguistique. La remise à niveau grammaticale sur support numérique n’est pas très utilisée. Il nous faudrait davantage de temps pour présenter la plateforme et ses avantages aux groupes du secteur Lansad. Il est à remarquer que le fonctionnement dématérialisé de ce type d’apprentissage ne vient pas alourdir le cursus de tous les étudiants car il est facultatif. En effet, ce dispositif a été pensé comme un outil au service des besoins hétérogènes de chacun. Il suscite certaines questions cependant. Faut-il le réserver à nos étudiants ou l’ouvrir à tous les étudiants de l’Espé ? Doit-on proposer les activités de remise à niveau grammaticale pendant toute l’année universitaire ou « l’ouvrir » pendant les 12 semaines de cours réservées au secteur Lansad ? Ces activités doivent-elles rentrer dans l’évaluation afin de justifier de leur exploitation ? Faut-il les rendre obligatoires ou les laisser à la disposition des apprenants de manière facultative ? En cas de sous-utilisation de l’outil numérique, faudrait-il l’abandonner ou l’intégrer au cursus « langues vivantes » du secteur ? Il nous faudra certainement au moins une année supplémentaire pour pouvoir faire le bilan des moyens mis en place en termes de faisabilité.

12Certains des éléments de notre organisation sont imbriqués les uns dans les autres mais restent dissociables selon les attentes des groupes. Ils participent au processus de construction des compétences linguistiques des apprenants tout en les libérant du stress engendré par une planification compliquée voire parfois opaque, et s’avèrent être rassurants. Qui plus est, cette construction pédagogique représente une prise en charge globale des besoins et attentes des étudiants dans une logique ascendante (bottom-up) adaptée à leurs différents profils d’apprenants. Elle donne du sens à l’apprentissage linguistique dispensé à l’école et répond à une situation pour laquelle les moyens mis en place antérieurement n’étaient peut-être pas suffisants. Nous illustrerons notre propos en citant Ciekanski (voir Rivens 2005 : 205) lorsqu’elle affirme que « l’accompagnement tire la notion de médiation vers celle de rencontre, résumé dans un “être avec” qui est assez proche de la notion de soutien. »

  • 3 Les nouvelles contraintes économiques de l’université obligent les équipes pédagogiques à repenser (...)

13Pour conclure, cette organisation pédagogique correspond aux nouvelles contraintes économiques de l’université de Limoges3 tout en répondant aux attentes des enseignants de langues vivantes en matière d’horaires et de résultats obtenus aux contrôles.

Conclusion

14Avec cette fiche pédagogique, nous avons voulu montrer comment l’organisation élaborée à l’Espé de l’académie de Limoges était propice à un apprentissage linguistique serein et apaisé. L’enseignement en présentiel et en numérique ainsi que la conception des cours et examens par thèmes, autour de la sphère d’intérêt élargie des étudiants, semblent proposer un espace apte à répondre aux besoins hétérogènes des membres du secteur Lansad. La combinaison heures de cours/séances au centre de langues a été repensée dans un but d’efficacité et de cohérence. 20 modules de remise à niveau grammaticale ont été déposés sur la plateforme Moodle de l’école de façon à proposer un outil d’apprentissage asynchrone selon une logique d’appropriation des savoirs individualisée en autonomie. En effet, l’unité de temps d’enseignement n’est plus limitée à la classe. Elle est dématérialisée au profit d’un système interactif dans une optique socioconstructiviste. L’utilisation de multiples supports vise à dédramatiser la pratique des langues vivantes car elle prend en compte les points forts et les fragilités des apprenants, tout en les aidantà gérer leur stress.

Haut de page

Bibliographie

Berland-Delépine, Serge, et al. Grammaire anglaise de l’étudiant. Ophrys, 2014.

Brossard, Jean, and Sylvie Chevalier. Exercices de grammaire anglaise lycées et classes préparatoires. Bordas, 1998.

Conseil de l’Europe. Un cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Didier, 2010.

Depraetere, Ilse, et Chad Langford. Advanced English Grammar: A Linguistic Approach. Reprinted, Bloomsbury, 2013.

Dufossé Sournin, Sophie. « Jeux en jeu dans l’enseignement-apprentissage des langues vivantes dans le secteur Lansad de l’université. Un exemple en anglais à l’Université Du Littoral Côte d’Opale (Dunkerque). » Congrès de l’APLIUT Jeux en jeu dans l’enseignement/apprentissage des langues en Lansad, IUT Lyon 1, 2016.

Hewings, Martin. Advanced Grammar in Use: A Self-Study Reference and Practice Book for Advanced Learners of English; with Answers. 2. ed., Cambridge Univ. Press, 2012.

Larreya, Paul, et Claude Rivière. Grammaire explicative de l’anglais. Pearson Education, 2003.

Lhérété, Annie, et Jean-Michel Ploton. L’anglais pratique : grammaire expliquée. Longman France, 1995.

Rivens Mompean, Annick. Le Centre de ressources en langues : vers la modélisation du dispositif d’apprentissage. Presses universitaires du Septentrion, 2013.

Haut de page

Notes

1 Pour la mention encadrement éducatif et les parcours 2nd degré : documentation, éduction physique et sportive, histoire-géographie, lettres, professeur de lycée professionnel en lettres-histoire-géographie, mathématiques, sciences physique-chimie, sciences et vie de la terre.

2 Les activités sont issues, pour la plupart, de manuels de l’enseignement secondaire tels que Berland-Delépine, Brossard et Chevalier, Larreya et Rivière. Depraetere et Langford, est une grammaire utilisée dans l’enseignement supérieur.

3 Les nouvelles contraintes économiques de l’université obligent les équipes pédagogiques à repenser leur fonctionnement tout en gardant un critère de qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Dufossé Sournin, « Mise en place d’un espace d’apprentissage sécurisant  », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 37 N°1 | 2018, mis en ligne le 29 janvier 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/apliut/5912 ; DOI : 10.4000/apliut.5912

Haut de page

Auteur

Sophie Dufossé Sournin

Maître de conférences en didactique des langues depuis la rentrée universitaire 2015, Sophie Dufossé Sournin est Directrice adjointe de l’ESPE de Limoges en charge du second degré depuis 2017 et Directrice du département de langues vivantes de l’Espé de l’académie de Limoges depuis septembre 2016.
sophie.dufosse@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page