Navigation – Plan du site

L'internationalisation des formations dans l’enseignement supérieur

Volume 38 N°2 (juin 2019)

Le sociologue Guy Rocher définit l’internationalisation comme se référant « aux échanges de diverses natures, économiques, politiques, culturels, entre nations, aux relations qui en résultent, pacifiques ou conflictuelles, de complémentarité ou de concurrence » (2001 : 19). En tant que vecteur d’échanges culturels, mais aussi potentiellement économiques et politiques, les formations de l’enseignement supérieur sont pleinement concernées par les questions qui touchent à l’internationalisation ainsi définie. Dans l’ensemble des formations du secteur Lansad en particulier, mais pas uniquement, les enseignant.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s de langues sont directement impliqué.e.s dans l’internationalisation puisque la maîtrise des langues de spécialité ou professionnelles contribue à améliorer la mobilité internationale et l’employabilité.

Cette implication constitue bien souvent une réponse à la demande du monde de l’entreprise d’une acquisition d’un savoir-être professionnel, d’un savoir-agir, ainsi que d’une adéquation à une demande croissante de professionnalisation et d’internationalisation des étudiant.e.s dans les enseignements suivis en France et ou à l'étranger.

L’internationalisation est devenue une priorité des politiques des établissements (Beacco 2018). Dans l’enseignement supérieur, de plus en plus de masters « s’internationalisent » et sont dispensés en langue étrangère, majoritairement en anglais (Derivry-Plard et al. 2013), dans un souci de reconnaissance internationale. Cette tendance forte est le plus souvent justifiée par des raisons d’attractivité d’étudiant.e.s et de chercheur.e.s internationaux ou de politique d’excellence (Gaspard 2013). La multiplication des relations entre établissements d’enseignement supérieur, dans l’espace européen et au niveau mondial, est sans aucun doute à considérer comme bénéfique, notamment pour les étudiant.e.s. Aussi conviendrait-il que les structures où l’enseignement des langues est dispensé deviennent le lieu privilégié de réflexion pour l’internationalisation, en lien avec la professionnalisation.

L’enjeu pour la communauté des linguistes de l’enseignement supérieur est de se positionner comme acteur d’une internationalisation pleinement réfléchie, non seulement parce que l’internationalisation peut avoir des effets négatifs sur les pratiques linguistiques comme l’ont montré par exemple les travaux de Truchot (2013), mais aussi parce qu’elle représente une stratégie d’organisation politique des formations dont les acteurs du terrain peuvent se saisir, notamment par la recherche.

Le numéro 2 volume 38 de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, à paraître en juin 2019, accueillera ainsi toute contribution autour de la thématique « L'internationalisation des formations dans l’enseignement supérieur ». Les contributions permettront d’établir un état des lieux sur la question de l’internationalisation des formations dans l’enseignement supérieur. Au-delà de la question de la place de l’enseignement/apprentissage des langues étrangères dans les parcours, il s’agira de questionner les enjeux (trans-)disciplinaires, linguistiques, culturels, sociaux, politiques et économiques de l’internationalisation des formations et d’identifier les « bonnes pratiques » mais aussi les « risques » dans des formations déjà mises en place ou à venir.

Les contributions, rédigées en anglais ou en français, pourront être :

  • des articles (25 000 à 40 000 signes maximum, espaces non comprises, hors résumés et mots-clés) ;

  • des notes de recherche ou de pédagogie universitaire (10 000 à 20 000 signes maximum, espaces non comprises, hors résumés et mots-clés) ;

  • des comptes-rendus d’expérience sous forme de fiches pédagogiques (8000 à 15 000 signes maximum, espaces non comprises, hors résumés et mots-clés) ;

  • des recensions (8000 à 15 000 signes maximum, espaces non comprises).

Date de soumission des textes : 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer votre contribution à l’adresse de la revue et au directeur scientifique de la revue : apliut@revues.org ; claire.chaplier@univ-tlse3.fr, danielle.joulia@iut-tlse3.fr.

Les textes seront soumis au processus d’évaluation en double-aveugle sous réserve du respect des normes de la revue (principes de soumission, typologie et longueur des textes et consignes aux auteurs).

Principes de soumission, typologie et longueur des textes : http://journals.openedition.org/apliut/5153.

Consignes aux auteurs : http://journals.openedition.org/apliut/1524.

Bibliographie

Beacco, Jean-Claude. « Les principes communs aux politiques linguistiques éducatives en Europe : circulations, implémentations et contextualisations. » Journée d'études "Transferring University Language Oolicy / Transférer les politiques linguistiques universitaires", FoReLL, Université de Poitiers, 16 mars 2018.

Derivry-Plard, Martine, et al. Apprendre les langues à l’université au 21ème siècle. Éditions Riveneuve, 2013.

Gaspard, Jeoffrey. « Le discours promotionnel des universités européennes. Homogénéité dans la compétitivité. » Mots, Les langages du politique, n° 102, 2013, pp. 52-66.

Rocher, Guy. « La mondialisation : un phénomène pluriel. » Une société-monde ? Les dynamiques sociales de la mondialisation, dirigé par Daniel Mercure, Les Presses de l'Université Laval et De Boeck Université, 2001, pp. 17-31.

Truchot, Claude. « Les effets négatifs d’une telle décision sont connus en Allemagne ». L’Humanité, 11 juin 2013. https://www.humanite.fr/tribunes/les-effets-negatifs-d-une-telle-decision-sont-conn-543502

Haut de page